Les Oulamas (partie 2) .pdf



Nom original: Les Oulamas (partie 2).pdfTitre: Microsoft Word - Document2

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.10.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 27/06/2019 à 18:32, depuis l'adresse IP 154.121.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 714 fois.
Taille du document: 141 Ko (6 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Les Oulamas que l’on propose en guides de « Février » sont-ils les « précurseurs de
« Novembre » ? (2ème partie)

Quand l’imposture règne, la simple vérité est séditieuse
Jean Baptiste Say
La  tutelle  politique  française  sur  l’Algérie,  il  ne  la  conteste  nullement,  ni  pour  la  nation  
(oumma)  ni  pour  la  patrie  (watan),  dès  lors  que  sont  sauvegardés  l’islam  des  salafs  salihs  
et   la   langue   du   Coran,   l’arabe.   Il   en   attend   au   contraire   bénéfice   et   promotion   pour   la  
population   indigène   et   développent   pour   la   langue   arabe   et   l’islam.   La   référence   aux  
Dominions   («  colonies   libres  »   dit   le   texte   arabe)   qui   font   «  la   fierté  »   de   l’Angleterre  
indique  que  c’est  bien  à  l’apartheid  sous  la  domination  française  que  Ben  Badis  aspire.  
Dès   lors,   sa   position   est-­‐elle   si   éloignée   de   celle   de   Ferhat   Abbas   et   des   autres  
assimilationnistes   comme   le   prétend   à   cor   et   à   cri   le   lobby   oulémiste  ?   Elle   l’est   d’autant  
moins    que  Ben  Badis  ne  défend  pas  l’identité  ou  la  personnalité  algériennes,  il  ne  lutte  
pas   pour   leur   sauvegarde,   et   encore   moins   pour   leur   développement  ;   sur   bien   des  
points  il  les  combat.  
 
Les  fondements  amazighs,  la  sauvegarde  et  le  développement  de  la  culture  amazighe,  il  
les   rejette   avec   force,   ce   qui   témoigne   chez   lui   d’une   honte   de   son   identité   propre,   d’une  
aliénation.   Au   final,   lui   aussi   prêche   l’assimilation,   seul   diffère   le   modèle   culturel   cible.  
Ben   Badis,   hostile   à   l’assimilation   à   la   France   milite   sans   aucune   retenue   à   l’assimilation  
au   Hidjaz.   Du   patrimoine   ancestral,   rien   n’est   digne   de   considération.   S’agissant   de  
l’identité   de   la   population   algérienne   de   religion   musulmane,   seuls   la   langue   de   Koraïch,  
car  langue  du  Coran,  et  «  son  »  islam  ont  droit  de  cité  ses  yeux  dans  la  patrie  de  Jugurtha.  
Tout  le  reste  doit  disparaître,  quitte  à  utiliser,  comme  le  fit  le  mouvement  des  Oulamas  
dans   les   Aurès,   la   force   en   recourant   aux   gourdins   dans   sa   lutte   contre   le   culte   des  
santons.  
 
Les  Oulamas  face  à  l’Étoile  nord  africaine  
 
Dans     la   classe   politique   algérienne,   la   déclaration   de   Ben   Badis   suscite   des   réactions  
diverses  et  certaines  sont  très  vives.    
Dans   le   compte-­‐rendu   qu’il   donne   dans   Ach-­‐Chihab   de   juin   1936,   Abdelhamid   Ben   Badis  
est   visiblement   satisfait   de   l’écho   de   son   article.   Il   y   défend   sa   position   et   commente  
longuement   les   critiques.   Il   dénonce   ceux   qui,   pour   le   piéger   dit-­‐il,   font   mine  
d’interpréter   sa   déclaration   dans   le   sens   d’une   indépendance   radicale.   Avec   ceux,   qui   lui  
prêtent  de  vouloir  rechercher  une  «  indépendance  par  le  feu  et  par  le  sang  »,  Ben  Badis  
est   intraitable,   il   les   qualifie   d’«  adversaires   criminels  ».   Lui,   ne   dévie   pas   de   la   voie   qu’il  
s’est  tracée.    
Parmi   les   pays   qu’il   donne   en   exemple   quant   au   futur   statut   de   l’Algérie,   il   cite  
explicitement   l’Afrique   du   Sud   alors   sous   tutelle   britannique.   C’est   ce   type  
d’«  indépendance   très   large  »   que,   lui,   escompte   obtenir   «  avec   l’aide   de   la   France  »,  
tient-­‐il   à   souligner.   Ces   références   à   l’apartheid  ne  sont  pas  du  goût  des  nationalistes   de  

l’ENA  qui  dépêchent  une  délégation  pour  l’interpeler  sur  ce  qu’ils  considèrent  comme  un  
dangereux  égarementi.  
 
Les  rapports  entre  les  Oulamas  et  l’ENA,  et  plus  tard  le  PPA-­‐MTLD  et  le  FLN,  ne  furent  
pas   un   long   fleuve   tranquille,   il   y   eut   entre   les   deux   organisations   des   moments   de  
tension  très  vive  en  raison  de  leur  divergence  sur  la  question  de  l’indépendance.  
   
Lorsqu’en   1935,   les   Oulamas   lancent   un   important   regroupement   élargi   aux  
communistes  et  aux  socialistes  qui  sera  le  futur  «  Congrès  musulman  »,  ils  prennent  soin  
d’en   écarter   l’ENA.   Alors   que   celle-­‐ci,   déjà   dissoute   en   1929   (avant   de   renaître   sous  
l’appellation   «  Glorieuse   étoile  »   qui   sera   dissoute   à   son   tour   en   janvier   1937)   était   en  
rupture   avec   le   Parti   communiste   français   et   le   Front   populaire   au   pouvoir,   Ben   Badis  
crut  le  moment  opportun  pour  imposer  les  Oulamas  comme  principal  représentant  des  
populations  musulmanes  auprès  des  autorités  françaises.  Lorsque  le  27  décembre  1935,  
les   Oulamas   publient   le   premier   numéro   de   leur   nouvel   hebdomadaire,   Al  Baçaïr,   Ben  
Badis  y  écrira  un  éditorial  dithyrambique,  véritable  hymne  à  l’Algérie  française.  
 
Il  s’appuie  sur  les  «  authentiques  républicains  »  pour  se  défendre  des  «  réactionnaires  »  
qu’inquièteraient   la   naissance   d’une   nouvelle   publication   de   langue   arabe   qui   prêche  
l’islam.   «  Qu’ont-­‐ils   à   nous   reprocher,   est-­‐ce   d’avoir   créé   une   association   religieuse  
d’éducation   islamique   qui   aide   la   France   à   rééduquer   le   peuple,   à   le   promouvoir   et   à  
élever  son  niveau  à  un  degré  qui  fasse  honneur  à  la  réputation  de  France  »  interroge-­‐t-­‐
il  ?  Puis,  laissant  libre  cours  à  son  talent  poétique,  il  demande  comment  «  l’Algérie  qui  a  
passé  un  siècle  entier  au  sein  de  la  France  qui  se  transforme  ne  s’élèverait-­‐elle  pas,  à  ses  
côtés  et  sous  son  aile,  main  dans  la  main,  comme  une  jeune  fille  dotée  de  la  beauté,  du  
dynamisme  que  possèderait  toute  autre  jeune  fille  engendrée  ou  éduquée  par  une  telle  
mère  ?  »     Tout  le  texte  consiste  à  revendiquer  avec  fierté  sa  part  de  bienfaits  sous  l’aile  
protectrice   de   la   République   française,   il   veut   sa   part   «  d’éducation   que   la   France  
dispense  aux  peuples,  de  culture  qu’elle  aide  à  acquérir  ».  Il  affirme  avec  force  sa  volonté  
de   rattachement   à   la   France,   seul   cadre   qu’il   envisage   pour   l’épanouissement   de  
l’Algérie.  
 
C’est   dans   cette   disposition   d’esprit   qu’il   se   rendit   dans   une   délégation   du   Congrès  
musulman   reçue   à   l’Elysée   par   Léon   Blum   le   4   juillet   1936,   délégation   conduite   par   le  
docteur  Bendjelloul,  partisan  inconditionnel  de  la  politique  d’assimilation.  Même  Malek  
Bennabi,  pourtant  proche  des  Oulamas,  jugea  sévèrement  la  démarche.  
 
La  délégation  devait  rendre  compte  solennellement  au  peuple  musulman  de  sa  visite  à  
l’Élysée  dans  un  meeting  réunissant  20  000  personnes  au  stade  municipal  de  Ruisseau  le  
dimanche   soir,   2   août   1936.   Deux   responsables   de   l’ENA   prennent   la   parole  :   Messali  
Hadj  qui  s’exprima,  en  français,  et  Messaoui  Rabah  en  kabyle  («  notre  langue  nationale  le  
kabyle  »   avait   annoncé   l’animateur).   Messali,   qui   n’était   pas   prévu   initialement   à   la  
tribune,   fit   son   entrée   au   stade   porté   en   triomphe   par   des   militants.   L’enthousiasme  
soulevé  dans  la  foule  par  les  dirigeants  de  l’ENA  qui  rejettent  le  rattachement  à  la  France  
déplut  fortement  aux  Oulamas.  C’est  Tayeb  El  Okbi  qui,  en  présence  de  Ben  Badis  et  de  
Cheikh   Ibrahimi,   se   chargea   de   répliquer   depuis   la   tribune   à   Messali   en   déclarant  
illusoire   de   croire   que   le   peuple   algérien   pouvait   se   passer   de   la   tutelle   française.  
Recourant   à   une   de   ces   formules   imagées   dont   les   Oulamas   émaillaient   leurs   discours,  

Tayeb  El  Okbi  s’exclama  :  «  Comment,  disait-­‐il  avec  colère,  un  pigeon  sans  ailes  pourrait-­‐
t-­‐il  voler  vers  les  cieux  ?  »ii  
 
Le   compte-­‐rendu   du   meeting   donné   dans   Al   Baçaïr   n°31   du   7   août   1936,   revient  
longuement  sur  ce  point.  Les  Oulamas  saluent  en  Violette  «  le  Gouverneur  protecteur  »  
et  disent  avoir  «  été  subjugués  par  l’accueil  de  Léon  Blum  »  à  l’Élysée.  Ils  confirment  leur  
volonté  de  rester  attachés  à  la  France  et  déclarent  que  l’indépendance  n’est  pas  à  l’ordre  
du  jour  car  cette  notion  est  loin  de  la  «  nation  algérienne  comme  la  nation  algérienne  est  
loin  de  l’indépendance  ».  Les  Oulamas  expriment  leur  désaccord  avec  Messali  Hadj  et  ses  
compagnons.   Ceux-­‐ci,   disent   les   Oulamas,   ne   prônent   l’indépendance   que   parce   qu’ils  
vivent  à  l’étranger,  coupés  des  réalités  du  pays.  
Les   Oulamas   affirment   que   d’autres   priorités   s’imposent   à   eux.   Avant   de   prétendre   à  
l’indépendance,   il   faut,   estiment-­‐ils,   d’abord   se   libérer   l’esprit,   secouer   le   «  joug   des  
marabouts   qui   ont   asservi   le   pays   au   nom   de   la   religion   alors   qu’ils   sont   bien   loin   des  
vrais   principes   de   la   religion  ».   Et   le   compte-­‐rendu   rappelle   la   formule   utilisée   par   El  
Okbi  dont  voici  une  traduction  littérale  :  «  comment  celui  qui  n’a  ni  plumes  ni  ailes  peut-­‐
il  s’envoler  ?  »  
 
 
L’écho  retentissant  du  meeting  de  Messali  à  Alger  suivi  du  triomphe  de  la  tournée  qu’il  
entreprit   en   Kabylie   où   il   tint   meeting  dans   les   principaux   marchés   signèrent   l’irruption  
du   peuple   dans   l’arène   politique.     Mot   d’ordre   révolutionnaire,   l’indépendance   était  
désormais   revendiquée   à   drapeau   déployé.   Cette   nouvelle   donne   bouleversa   le   jeu  
politique  algérien  jusque-­‐là  monopolisé  par  les  notables,  elle  inquiéta  au  plus  haut  point  
les  Oulamas.  
 
Fort  du  succès  qu’il  avait  obtenu,  Messali  comptait  organiser  un  meeting  à  Constantine  
où   était   prévue   une   réunion   des   responsables   du   Congrès   musulman   où   les   Oulamas  
seront  représentés  par  Bachir  Ibrahimi.  Mais  échaudé  par  l’expérience  d’Alger  le  préfet  
de   Constantine   prit   les   devants   et   interdit   toute   réunion   ou   manifestation   publiques  
dans   cette   ville.   Messali   qui   s’était   invité   à   la   réunion   des   représentants   du   Congrès  
musulman  proposa  de  protester  contre  l’interdiction  du  Préfet.  Dans  cette  cité  qui  leur  
était  acquise,  la  position  des  «  Oulamas  »  était  déterminante,  attendue,  «  tous  les  regards  
convergeaient  vers  Cheikh  Bachir  El  Ibrahimi.  On  attendait  qu’il  dise  quelque  chose,  qu’il  
propose  une  réponse.  Mais  il  se  tenait  coi  »iii  se  souvient  Messali.  
 
Le  président  de  l’ENA  n’a  pas  trouvé  davantage  de  soutien  pour  tenir  son  meeting  dans  
une  grande  salle  privée.  La  ville  sous  contrôle  des  Oulamas  est  restée  fermée  au  leader  
indépendantiste.  Il  dut  se  contenter  d’une  réunion  dans  un  restaurant.  
 
Il   est   important   de   rappeler   ici   que   ce   n’était   pas   l’arabo-­‐islamisme   de   Ben   Badis   et  
d’Ibrahimi   qui   les   séparait   de   Messali   puisque   celui-­‐ci   les   félicita   pour   le   travail  
d’enseignement   qu’ils   effectuaient   dans   ce   domaine.   Sur   ce   point,   ils   étaient   tous   alignés  
derrière   le   prince   druze   Chakib   Arslan,   l’élève   d’Al   Afghani   et   d’Abdou.   La   pomme   de  
discorde   était   la   question   de   l’indépendance   nationale   sur   laquelle   les   Oulamas   ne  
voulaient  pas  céder.  Sur  les  Oulamas,  la  désillusion  du  leader  indépendantiste  fut  grande  
et   son   jugement   définitif  :   «  Ils   avaient   été   amenés   à   accepter   le   rattachement   de  
l’Algérie   à   la   France   […]   Ils   étaient   devenus   des   jouets   entre   les   mains   des   élus,   du  

Gouvernement   et   du   Parti   communiste   français.   En   fait,   les   Oulamas   étaient   très  
courtisés  et  utilisés  par  les  uns  et  les  autres.  Cela  les  a  flattés  et  perdus.  »  (op.  cit.  p.229)  
 
Ce  qui  précède  donne  un  éclairage  de  la  position  des  Oulamas  principalement  à  partir  de  
leurs  écrits  tels  que  publiés  dans  leurs  propres  revues.  Nous  n’avons    pas  sélectionné  les  
articles  les  plus  «  compromettants  »  du  point  de  vue  nationaliste,  bien  au  contraire,  nous  
avons   accordé   une   place   privilégiée   à   la   «  déclaration   nette  »   de   Ben   Badis   si   souvent  
mise  en  avant  par  le  lobby  oulémiste  qui  ne  la  donne  que  dans  sa  version  tronquée  pour  
les   besoins   de   sa   démonstration.   Nous   nous   sommes   contentés   ici   de   reproduire   le  
passage  connu  et  cité  mais  en  rappelant  également  les  passages  censurés  sans  lesquels  
l’article   perd   tout   son   sens.   Ainsi   restitués   dans   leur   totalité   les   textes   donnent   une  
image   fidèle   de  ce  que  fut  la  position  des   Oulamas,   il   n’est   pas   sûr  que   la   comparaison  
entre  Abbas  et  Ben  Badis  tourne  en  défaveur  de  celui  qui  est  parfois    présenté  comme  
«  harki  »  par  les  partisans  des  Oulamas  face  au  «  nationaliste  »  Ben  Badis.  
 
 
Le  ralliement  tardif  des  Oulamas  à  la  lutte  armée  :  7  janvier  1956  
 
Dans   Le  FLN,  mirage  et  réalitéiv  Mohamed   Harbi   note   que   «  de   toutes   les   tendances   du  
mouvement   nationaliste,   la   position   des   Oulamas   a   été   la   plus   lente   à   se   dessiner.   Le  
premier   novembre   1954,   Cheikh   Bachir   El   Ibrahimi,   sollicité   par   Ben   Bella   pour   appeler  
les  Algériens  à  se  lancer  dans  la  lutte  armée,  refuse  catégoriquement.  […]  En  juillet  1955,  
ils  souhaitent  la  suppression  du  deuxième  Collège,  la  libération  des  détenus  n’ayant  pas  
participé  à  la  préparation  de  l’insurrection  [souligné  par  nous]  et  des  élections  libres.  »    
«  Le  7  juin  1955,  Bachir  Ibrahimi,  président  de  l’association  des  Oulamas  rappelait  dans  
une  émission  radiophonique  La  Voix  des  arabes  que  “  la  torture,  le  meurtre  des  femmes,  
vieillards  et  enfants  sont  proscrits  au  même  titre  que  l’incendie  des  récoltes  et  l’abattage  
des   animaux   domestiques.   ”  »   écrit   encore   Harbi,   dans   la   note   18     du   chapitre   10,   (p.  
418).  
 
C’est   seulement   le   7   janvier   1956,   Larbi   Tebessi   ayant   dans   l’intervalle   multiplié   les  
contacts  avec  le  FLN,  ajoute  Harbi  (p.137),  que  «  les  Oulamas  publient  un  manifeste  où  
ils  conviennent  “qu’il  n’est  plus  possible  de  résoudre  d’une  façon  définitive  et  pacifique  
l’affaire   algérienne   autrement   qu’en   reconnaissant   solennellement   et   sans   détour   la  
libre   existence   de   la   nation   algérienne,   ainsi   que   sa   personnalité   spécifique,   son  
gouvernent   national,   son   assemblée   générale   souveraine   et   ceci   dans   le   respect   des  
intérêts  de  tous  et  la  conservation  des  droits  de  chacun  ».  Encore  faut-­‐il  noter  que  même  
ce   passage   n’est   pas   un   appel   à   la   lutte   armée,   mais   le   constat   de   l’échec   auquel   est  
condamnée  toute  voie  pacifique…  
 
Dans   son   livre   Histoire  intérieure  du  FLNv,   l’historien   Gilbert   Meynier   écrit   de   son   côté  
que  «  culturellement   et   socialement   les   ‘ulamâ-­‐   restaient   bien   éloignés   d’un   F.L.N.   que   le  
chaykh   Bachir   al-­‐Ibrahimi   considérait   à   peu   près   comme   une   bande   de   vauriens   et  
d’assassins  à  manier  avec  des  pincettes.  […]  le  ralliement  des  ‘ulamâ-­‐  ne  se  fit  pas  d’un  
cœur   léger   et   il   ne   fut   pas   toujours   acquis   sans   menaces,   voire   sans   violences.   Chaykh  
Abbas   Bencheikh   Lhocine   fut   visé,   lors   des   attentas   commandité   contre   les   modérés   par  
Zighout   le   20   août   1955.   Sur   les   instances   d’Alger,   il   gagna   Le   Caire   à   la   mi-­‐octobre   avec  
pour   mission,   notamment,   d’amener   chaykh   Bachir   al-­‐Ibrahimi   au   Front.  »   Un   courrier  
d’Abane   Ramdane   confirme   le   départ   de   Cheikh   Abbas   au   Caire   pour   raisonner   Bachir  

Ibrahimi   qui   semble   poser   problème   encore   en   ce   dernier   trimestre   1955   alors   qu’à  
l’intérieur   du   pays   la   pression   des   événements,   l’affaiblissement   du   MNA   avaient  
renforcé   les   positions   du   FLN   et   ne   laissaient   guère   d’autre   alternative   en   dehors   du  
ralliement   au   FLN.   Voici   ce   qu’écrivait   à   la   délégation   extérieure   du   Caire   Abane  
Ramdanevi  le  8  octobre  1955  :  
 
«  En   ce   qui   concerne   Brahimi,   il   va   vous   rallier   ou   tout   au   moins,   il   sera   neutralisé,  
l’association  des  Oulamas  qui  ne  refuse  rien  de  la  situation  ici  a  dépêché  au  Caire  Cheikh  
Abbas   de   Constantine   pour   éclairer   Brahimi   et   lui   demander   de   rallier   le   Front   car   ils  
savent  que  Messali  ne  représente  rien  ici  et  c’est  pourquoi  eux  ici  marchent  à  fond  avec  
nous.  Ils  nous  ont  fait  savoir  que  “Brahimi  se  soumettra  ou  se  démettra.”  »  
 
Des   témoignages   d’acteurs   de   premier   plan   de   «  Novembre  »   confirment   ce  
positionnement   politique   des   Oulamas   par   rapport   à   la   guerre   de   libération   nationale.  
Mohamed   Boudiaf   dans   un   entretien   filmé   disponible   sur   Internet   rapporte   que   les  
Oulamas   ne   croyaient   pas   à   la   réalité   de   la   lutte   armée,   même   après   le   premier  
novembre   1954.   Toujours   selon   Boudiaf,   les   émissaires   dépêchés   auprès   de   Bachir  
Ibrahimi   et   Fodil   Ouartilani   alors   au   Caire   se   entendus   répondre   par   le   président   des  
Oulamas  Bachir  Ibrahimi  :  «  Nous  qui  avons  en  charge  l’éducation  du  peuple,  nous  vous  
disons  que  le  peuple  est  bien  loin  de  la  lutte  armée.  »  
 
Quant  à  Ahmed  Ben  Bella,  il  s’explique  longuement  sur  la  position  des  Oulamas  et  leur  
hostilité   au   déclenchement   de   la   guerre   dans   un   entretien   publié   par   El   Badilvii.   Il  
confirme  clairement  l’opposition  de  Ben  Badis  et  du  mouvement  des  Oulamas  en  général  
à  l’idée  d’indépendance  :  
 
«  Les   prises   de   position   de   la   presse   de   l’Association   des   Ulémas   n’étaient   pas  
révolutionnaires   et   ne   pouvaient   aboutir   ni   à   la   revendication   de   l’indépendance   ni   à  
cette  dernière.  »  
 
Sur  le  Premier  novembre,  il  apporte  un  témoignage  direct  :  
 
«  Dès   la   première   année   après   le   déclenchement   de   la   révolution,   vu   la   virulence   de   leur  
hostilité,   nous   avons   été   amenés   à   condamner   à   mort   trois   illustres   membres   de  
l’Association  :   c’est   là   une   révélation   que   je   vous   fais.   […]   Et   après   cela   vous   venez   (en  
riant)  nous  dire  que  la  révolution  c’est  Ben  Badis  ;  moi  je  vous  dis  qu’ils  n’ont  rien  à  voir  
avec  la  révolution.  »  
 
Il  ajoute  :  
«  Pour   revenir   à   un   des   chapitres   secrets,   assez   compromettants   pour   ces   Ulémas,   je  
vous   révèle   que   nous   avons   décidé   au   Caire   d’arrêter   Cheikh   Ibrahimi   et   la   délégation  
des   Ulémas   qui   l’accompagnait   dans   son   voyage   à   Bagdad,   afin   de   s’allier   contre   nous  
avec  Noury  Saïd.  
Finalement,   et   par   respect   pour   son   âge   avancé,   nous   n’avions   arrêté,   au   Caire,   que   la  
délégation  qui  l’accompagnait.  En  ce  qui  concerne  son  fils  Ahmed  Taleb,  je  me  rappelle  
maintenant   que   je   l’avais   un   jour   reçu   à   Tripoli   (Libye)   en   sa   qualité   d’envoyé   de  
l’Association  des  étudiants  algériens,  pour  une  affaire  de  résidence.  Nous  avions  passé  la  
journée  ensemble  et  juste  avant  de  partir,  il  me  dit,  un  peu  gêné  :  “Je  désire  vous  parler  
d’un   sujet   personnel”.   Je   lui   ai   répondu   qu’il   pouvait   le   faire,   j’ignorais   en   effet   sa  

véritable   identité.   Alors,   il   me   dit  :   “Je   suis   Ahmed   Taleb   le   fils   de   Cheikh   Ibrahimi,   je  
vous  prie  de  lui  épargner  l’arrestation  par  égard  à  son  âge  très  avancé  qui  explique,  sans  
doute,  ses  positions  hostiles  à  la  révolution”.  »  Et,  avant  de  conclure  sur  ce  point,  Ahmed  
Ben   Bella   rappelle   que   le   Cheikh   a   ainsi   continué   de   toucher   son   salaire   mensuel   de   500  
guinées  versé  par  la  Ligue  arabe  en  vivant  dans  un  palace  quand,  lui,  ne  percevait  que  30  
guinées  en  résidant  dans  un  pensionnat.  Il  termine  en  précisant  :  «  Nous  le  respections  à  
partir  d’un  rapport  de  force  qui  nous  était  favorable.  »  
 
Aucun  texte  des  Oulamas,  quel  qu’en  soit  l’auteur  ne  revendique  l’indépendance  avant  la  
guerre.   Tous   les   dirigeants   avec   des   nuances   plus   ou   moins   prononcées   ont   dénoncé  
l’indépendance   et,   à   leurs   yeux,   celle   qui   devait   être   arrachée   «  par   le   feu   et   le   sang  »  
relevait  de  l’entreprise  criminelle.  
 
À   la   lumière   de   ces   faits,   on   peut   mesurer   l’imposture   qu’il   y   a   à   vouloir   faire   des  
Oulamas   les   «  précurseurs   du   Premier   Novembre  »,   un   évènement   auquel   ils   n’ont   pas  
cru,  même  après  sa  réalisation.  
 
                                                                                                               
i  Témoignage  oral  de  Bachir  Boumaza  
ii  Messali  Hadj,  Mémoires  de  Messali  Hadj  1898-­‐1938,  JC  Lattès  (p.  224)  
iii  Messali  Hadj,  op.  cit.  (p.  233)  
iv  Mohammed  Harbi,  Le  FLN,  mirage  et  réalité,  Jeune-­‐Afrique,  (p.  136)  
v  Gilbert  Meynier,  Histoire  intérieure  du  FLN,  Casbah-­‐Éditions  2003  (p.  189)  
vi  Mabrouk  Belhocine,  Courrier  Alger-­‐  Le  Caire,  Casbah-­‐Éditions,  p.  93  document  n°6  
vii  El  Badil  n°8,  février  1985  (pp.  27-­‐28)  


Les Oulamas (partie 2).pdf - page 1/6
 
Les Oulamas (partie 2).pdf - page 2/6
Les Oulamas (partie 2).pdf - page 3/6
Les Oulamas (partie 2).pdf - page 4/6
Les Oulamas (partie 2).pdf - page 5/6
Les Oulamas (partie 2).pdf - page 6/6
 




Télécharger le fichier (PDF)


Les Oulamas (partie 2).pdf (PDF, 141 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


les oulamas partie 2
les oulamas partie 1
emission 05 2012
mouloud mammeri ou la colline emblematique
chabani2
chabani2 1

Sur le même sujet..