Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



La Fitrah de l'humanité et la quasi extinction de la femme occidentale .pdf



Nom original: La Fitrah de l'humanité et la quasi-extinction de la femme occidentale.pdf
Titre: La Fitrah de l'humanité et la quasi-extinction de la femme occidentale

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Pages / macOS Version 10.14.5 (assemblage 18F132) Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/07/2019 à 17:59, depuis l'adresse IP 81.254.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 96 fois.
Taille du document: 173 Ko (5 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


La Fitrah de l'humanité

et la quasi-extinction de la femme
occidentale

Depuis l'époque de la Révolution dite française en Occident, puis de la Révolution d'Octobre en Orient, les terres
chrétiennes d'incrédulité ont généralement été gouvernées par des philosophies en guerre totale contre la fitrah (nature
humaine inné)1. Les enseignements de Darwin, Marx, Nietzsche, Durkheim, Weber et Freud ont fait leur chemin dans la
plupart des sociétés occidentales grâce à des systèmes éducatifs et des industries médiatiques conçus pour produire des
générations exemptes de toute trace de la fitrah. On enseignait aux enfants - et même aux adultes - que la création de
l'homme était le résultat d'un chaos pur, que l'histoire était le résultat de conflits simplement pour des ressources
matérielles, que la religion était la fabrication d'hommes simples d'esprit, que l'unité sociale familiale était adoptée
simplement par commodité, et que les rapports sexuels étaient la raison ultime des décisions et actions humaines. Ces
philosophies ont conduit à la destruction de toutes les facettes de la fitrah sur les terres du paganisme chrétien. Ils ont
détruit la base de la religiosité - bien qu'elle soit corrompue, façonnée à partir du paganisme et d'écritures ternies - et ce
qu'elle impliquait de morale et de société.
Les chrétiens païens, pendant des siècles, avaient adopté une religion de contradictions en guerre contre la fitrah - y
compris la croyance qu'Allah était à la fois dieu et homme, qu'Il était un tout en étant composé de trois entités, qu'Il avait
une mère qui elle-même était simplement humaine, et qu'Il fut tué sur une croix ! Il est exalté et bien au-dessus de ce qu'ils
disent ! Ces païens ont ensuite été attirés vers de nouveaux fronts de bataille contre la fitrah. Pour eux, la morale et la
société étaient maintenant des concepts purement relatifs qui n'avaient aucun fondement ou base, sauf dans ce qui est
dicté par des intérêts financiers et l'instinct sexuel. Les criminels étaient considérés comme des personnes incomprises et
sans défense. Le rôle de l'homme et de la femme était confondu, de même que la responsabilité du père et de la mère
envers la fille et le fils. La femme n'a pas besoin d'être une mère, une épouse ou une jeune fille, mais plutôt, elle devrait
travailler comme un homme, gouverner comme un homme, et avoir des rapports sexuels comme un animal, sans être
consciente que son Seigneur la regarde et son odieux partenaire dans le crime.
La déviance s'est poursuivie jusqu'à ce que le soi-disant "Brave New World" de l'Amérique et de l'Europe occidentale
commence à légaliser la marijuana, la bestialité, le transgenderisme, la sodomie, la pornographie, le féminisme et d'autres
maux, en s'en prenant aux païens chrétiens d'Europe, des États-Unis et de l'Australie pour briser le record du crime dans
chaque nation incroyante qui les précédait, dont celui de Sodome et Gomorrhe. Cependant, caché dans les couches
d'obscurité profonde, il y a une infime trace de fitrah supprimée enfouie dans un cœur mort, attendant les conseils
nécessaires pour éliminer les taches laissées par le paganisme chrétien et le « modernisme » occidental. A ce cœur mort,
on dit :
Allah dit : « Ne voyez-vous pas qu'Allah fait prosterner celui qui est dans les cieux et celui qui est sur la terre, et le
soleil, la lune, les étoiles, les montagnes, les arbres, les animaux en mouvement et beaucoup de gens ? Mais
beaucoup de[le peuple] méritent d'être punis. Et celui qu'Allah humilie, n'a personne pour l'honorer. En effet, Allah
fait ce qu'Il veut. » (Al-Hajj 18).
Il dit aussi : « Dis: « S'il y avait des divinités avec Lui, comme ils le disent, elles auraient alors cherché un chemin
(pour atteindre) le Détenteur du Trône ». Pureté à Lui! Il est plus haut et infiniment au-dessus de ce qu’ils disent!
Les sept cieux et la terre et ceux qui s’y trouvent, célèbrent Sa Gloire. Et il n ‘existe rien qui ne célèbre Sa gloire et
Ses louanges. Mais vous ne comprenez pas leur façon de Le glorifier. Certes c’est Lui qui est Indulgent et
Pardonneur. » (Al-Isra 42-44).
Il dit aussi : « Il s’est ensuite adressé au ciel qui était alors fumée et lui dit, ainsi qu’à la terre « Venez tout deux , bon
gré, mal gré ». Tous deux dirent : « Nous venons obéissants ». (Al-Fussilat 11). Il dit aussi : « S’il il y avait dans le ciel
et la terre des divinités autres qu’Allah, tous deux seraient certes dans le désordre. Gloire, donc à Allah, Seigneur
du Trône; Il est au-dessus de ce qu’ils lui attribuent. » (Al-Anbiya 22).
Dans ces différents versets, Allah enseigne à ses esclaves que l'univers qu'Il a créé manifeste la reconnaissance de Sa
seigneurie et de Son adoration pour Lui seul en exaltant Sa louange et en se prosternant devant Lui seul. Cette soumission
à Lui seul est à l'origine de l'uniformité de la création et de ce qu'elle contient des lois décrétées par Lui. Si la création avait
pris un dieu à côté de son créateur, obéissant à Allah et obéissant à un faux dieu, aimant Allah et aimant un faux dieu, et
craignant Allah et craignant un faux dieu, l'ordre se serait effondré dans l'univers.
Allah a également créé l'homme et lui a inculqué la fitrah, une disposition à reconnaître Sa Seigneurie et à L'adorer seul.
Allah dit : « Dirige tout ton être vers la Religion exclusivement (pour Allah), telle est la nature qu’Allah a
originellement donnée aux hommes - Voilà la religion de droiture; mais la plupart des gens ne savent pas. » (ArRum 30).
Il fit de cette fitrah une preuve contre l'humanité, en disant : « Et quand ton Seigneur tira une descendance des reins
des fils d’Adam et les fit témoigner sur eux-mêmes: « Ne suis-Je pas votre Seigneur? » Ils répondirent: « Ils
répondirent: « Mais si, nous en témoignons… » - Afin que vous ne disiez point, au Jour de la Résurrection:
«Vraiment, nous n’y avons pas fait attention », ou que vous auriez dit (tout simplement): « Nos ancêtres autrefois

La fitrah est la nature humaine innée inculquée à l'homme par Allah qui l'aide à distinguer le bien du mal. Nous en parlerons plus en
détail dans cet article.
1

donnaient des associés à Allah, et nous sommes leurs descendants, après eux . Vas-Tu nous détruire pour ce
qu’ont fait les imposteurs. » (Al-A’raf 172-173).
C'est donc cette fitrah qui fait que l'homme se distingue entre monothéiste et polythéiste. Il l'aide aussi à faire la distinction
entre la pureté et l'impureté. entre la décence et l'obscénité, entre la miséricorde et la cruauté, entre la justice et la tyrannie,
entre la vérité et le mensonge, et entre le bien et le mal. A cet égard, le Prophète a dit : « Tout enfant naît sur la fitrah. Ses
parents en font alors un juif ou un chrétien, tout comme vous élevez des chameaux. Voyez-vous des chameaux
dont les parties du corps sont mutilées jusqu'à ce que vous les mutiliez vous-mêmes ? » Abou Hurayrah dit :
« Lisez, si vous voulez, la fitrah d'Allah sur lequel Il a créé[ tout] le peuple ; il n'y aura aucun changement dans la
création d’Allah… » (Rapporté par Muslim). A cet égard, Allah dit : « Et ce qu’un diable rebelle qu’ils invoquent. Allah
l’a (le diable) maudit et celui-ci a dit « Certainement, je saisirai parmi Tes serviteurs, une partie déterminée. Certes,
je ne manquerai pas de les égarer, je leur donnerai de faux espoirs, je leur commanderai, et ils fendront les oreilles
aux bestiaux; je leur commanderai, et ils altéreront la création d’Allah. Et quiconque prend le Diable pour allié au
lieu d’Allah, sera, certes, voué à une perte évidente. » (An-Nisa 117-119).
Ainsi, parce que la fitrah se dresse devant Satan alors qu'il tente de dévier l'humanité du monothéisme et de la pureté vers
le paganisme et l'obscénité, il s'efforce d'oblitérer cette fitrah, comme décrit par Allah dans la narration divine, « Toute
richesse que je donne à un esclave est légale.2 Et je créa mes esclaves tous comme monothéistes. En effet, les
démons s'approchèrent d'eux, les éloignèrent de leur religion, leur interdisaient ce que Je leur rendais licite et leur
ordonnèrent de m'associer dans le culte ce que Je n'avais pas autorisé. » (Muslim).
Et la fitrah dans les paroles du Prophète et celles de ses compagnons ne se limite pas à la base de la religion, le
monothéisme pur, l'affirmation qu'il n'y a pas de divinité autre qu'Allah. Elle comprend également la circoncision, le rasage
des poils pubiens, l'épilation des poils des aisselles, la coupe des ongles, la taille de la moustache, la pousse de la barbe,
le nettoyage des dents, le lavage des articulations des doigts, l'inhalation puis l'expulsion, le rinçage de la bouche, le
lavage des parties privées après une miction ou la défécation, le lavage des cheveux, prédilection du lait sur les
substances toxiques, et prier jeûne, la fitrah incline l'homme à rester propre, en bonne santé, sobre et fidèle.
La fitrah est aussi l'attraction de l'homme pour la femme et de la femme pour l'homme, tout en soumettant cette attraction
aux lois du mariage, du divorce et de l'esclavage dictées par Allah « Et parmi Ses signes Il a crée de vous, pour vous,
des épouses pour que vous viviez en tranquilité avec elles et Il a mis entre vous de la bonté. Il y a en cela des
preuves pour des gens qui réfléchissent. »( Ar-Rum 21). « Bienheureux sont certes les croyants… » « et qui
préservent leurs sexes (de tout rapport), si ce n’est qu’avec leurs épouses ou les esclave qu’ils possèdent, car là
vraiment, on ne peut les blâmer; alors que ceux qui cherchent au-delà dece limites sont des transgresseurs » (AlMuminûn 1, 5-7). Le contraire de la fitrah est tout pervers sexuel, le pire de ce qui est mentionné dans le Coran est celui
des sodomites. Allah dit : « Et Lot, quand il dit à son peuple; « Vous livrez-vous à cette turpitude que nul, parmi les
mondes, n’a comme avant vous? Certes, vous assouvissez vos désirs charnels avec les hommes au lieu des
femmes! Vous êtes bien un peuple outrancier. » Et pour toute réponse, son peuple ne fit que dire: « Expulsez-les de
votre cité. Ce sont des gens qui veulent se garder purs! » Or, Nous l’avons sauvé, lui et sa famille, sauf sa femme
qui fut parmi les exterminés. Et Nous avons fait pleuvoir sur eux une pluie. Regarde donc ce que fut la fin des
criminels! »(Al-A’raf 80-84).
La fitrah est aussi la maternité et la miséricorde de la mère pour l'enfant. « Et Nous avons enjoint à l’homme de la bonté
envers ses père et mère; sa mère l’a péniblement porté et en a péniblement accouché; et sa gestation et sevrage
durent trente mois; »(Al-Ahqaf 15). « Nous avons commandé à l’homme (la bienfaisance envers) ses père et mère;
sa mère l’aparté (subissant pour lui) peine sur peine; son sevrage a lieu à deux ans. « Sois reconnaissant envers
Moi ainsi qu’envers tes parents. Vers Moi est la destination (finale) » (Luqman 14). Et à cause de la miséricorde pour
laquelle les mères sont célèbres, le Prophète a vu une fois une femme qui allaitait un petit garçon et a dit à ses
compagnons : « Pouvez-vous l'imaginer jeter son fils dans le feu ? » Ils répondirent : « Non, elle ne le ferait jamais
aussi longtemps qu'elle a la capacité de ne pas le jeter dedans. » Il dit alors : « Allah est plus Miséricordieux envers
Ses esclaves que cette femme ne l'est envers son fils » (A-Bukhari et Muslim).
Et cette maternité consiste à allaiter l'enfant à la maison, tandis que son père travaille comme soutien de famille et qu'elle
obéit à son mari comme sa femme. « Et le mères, qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés
deux ans complets. Au père de l’enfant de les nourrir et vêtir de manière convenablement. » (Al-Baqarah 233). « Les
hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à
cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et
Allah dit : « Allah n'a pas établi la Bahira, la Sâibah, la Wasilah ou le hâm. Mais ceux qui ne croient pas inventent le mensonge
au sujet d'Allah, et la plupart d'entre eux ne raisonnent pas. » (Al-Maidah 103). Ces quatre mots - Bahirah, Sâibah, Wasilah, et
Hâm- étaient des descriptions données par les païens arabes pour différencier les différents types de bétail et de montures qu'ils
déclaraient interdits à l'usage. Par exemple, ils interdisaient l'utilisation d'une vache, d'un chameau ou d'un agneau, et le laissaient
errer librement sur la terre, prétendant que c'était un acte de culte. Allah explique que ces innovations n'ont pas été légiférées par Lui
et que ces animaux ont été donnés à Ses esclaves pour être utilisés légalement.
2

protègent ce qui doit perte protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. » (An-Nisa 34).
« Quand à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les
hommes ont cependant une prédominance sur elles. Et Allah est Puisant et Sage. » (Al-Baqarah 228).
La fitrah implique aussi la modestie et la chasteté. « Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur
chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui parait et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et
qu elles ne montrent leurs atours…» « Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce
qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants afin que vous récoltez le
succès. » (An-Nur 31).
La fitrah est aussi que la femme n'imite pas l'homme. Le Prophète a maudit les hommes qui imitent les femmes et les
femmes qui imitent les hommes (Al-Bukhari).
Le fitrah est aussi que la femme ne gouverne pas l'homme. C'est pourquoi, lorsque la fille d'un roi persan devint
souveraine de la Perse, le Prophète dit : « Un peuple qui donne son autorité à une femme ne réussira jamais » (AlBukhari).
La fitrah, c'est aussi que les femmes ne sont pas responsables de faire la guerre, mais que c'est plutôt l'homme qui est
jugé pour son abandon du jihad physique. C'est pourquoi, lorsque certaines femmes du Prophète ont demandé la
permission d'accomplir le djihad, il leur a répondu : « Ton djihad est le pèlerinage à la Mecque » (Al-Bukhari).
La fitrah est aussi d'obéir au Messager d'Allah, qui a maintenu les liens familiaux, aidé les faibles, fait l'aumône aux
nécessiteux, honoré l'invité, accueilli le voyageur, aidé les affligés, et ordonné à ses disciples de faire comme il ferait à cet
égard et d'adorer Allah seul, abandonner le culte des pierres et idoles, être véridique, rendre la confiance, être bon envers
son prochain, ne pas forniquer, et prendre soin de l'orphelin. « Certes, un Messager pris parmi vous, est venu à vous,
auquel pèsent lourd les difficultés que vous subissez, qui est plein de sollicitude pour vous, qui est compatissant et
miséricordieux envers les croyants. Alors, s’ils se détournent dis: « Allah me suffit. Il n’y a de divinité que Lui. En Li
je place ma confiance, et Il est le Seigneur du Trône immense. » (At-Tawbah 128-129).
Le témoignage qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allah n'appelle à l'adoration d'Allah seul et qu'une telle adoration ne peut
s'accomplir de la manière qu'Allah aime qu'en suivant le chemin de ceux qui sont chargés de transmettre le message
d'Allah aux gens, les prophètes. C'est parce que la fitrah pure - bien qu'elle aide à distinguer la vérité du mensonge - n'est
pas capable à elle seule de conclure la manière ultime par laquelle l'homme doit adorer son Seigneur, et les lois détaillées
de justice qu'il doit appliquer, ni ce que l'invisible et l'au-delà contiennent de choses auxquelles il doit croire pour être
fidèle. Comment alors si la fitrah est corrompue par des générations de paganisme ? Mais par Sa miséricorde, Allah ne
punit un peuple qu'après lui avoir envoyé un messager. Allah dit : « Et Nous n’avons jamais puni (un peuple) avant de
(lui) avoir envoyé un messager. » (Al-Isrâ’15). Et Mohammed est le dernier des prophètes. Allah dit : « Muhammad n’a
jamais été le père de l’un de vos hommes, mais le messager d’Allah et le dernier des prophètes. Allah est
Omniscient. » (Al-Ahzab 40).
Le Prophète Muhammad est apparu au milieu de la péninsule arabique, qui sombrait dans l'obscurité du paganisme et de
l'ignorance. Il a déclaré son message, qu'il a été envoyé par Allah à l'humanité pour les faire sortir des ténèbres vers la
lumière, et a continué à transmettre ce message au nom d'Allah pendant 23 ans, étant aidé contre ses ennemis dans la
péninsule arabique et ceux qui ont osé s'opposer à son message, jusqu'à ce que lui et sa religion soient devenus
victorieux contre tous les autres, y compris ceux des arabes idolâtres, les Juifs, les chrétiens. S'il avait été un faux
Prophète, comme le prétendent les juifs et les chrétiens, serait-il digne d'Allah, le Sage, de continuer à soutenir un
prétendu menteur contre ses esclaves supposés véridiques pendant 23 ans (et des siècles plus tard aux mains de ses
Califats), facilitant pour lui leur massacre et leur exode et l'asservissement des femmes et enfants ? En effet, en cela il y a
une preuve reconnaissable par la fitrah.
De la fitrah est d'honorer et de respecter la Vierge Marie pour sa chasteté, sa modestie et sa piété. Cependant, le respect
des chrétiens pour Marie a atteint un point qu'aucune fitrah saine ne pouvait tolérer. Ils commencèrent à prétendre qu'elle
était la « Mère de Dieu » et la supplièrent de prier, bien qu'elle soit décédée il y a près de deux mille ans, étant incapable
d'entendre leurs supplications, ni de satisfaire leurs demandes, car accorder la permission d'intercéder et l'accepter
ensuite est le seul droit d’Allah. « Dis: « l’intercession toute entière appartient à Allah. A Lui la royauté des cieux et de
la terre. Puis, c’est vers Lui que vous serez ramenés. »(Az-Zumar 44).
Allah n'a pas permis que les gens cherchent l'intercession du défunt, de l'enterré et de l'absent. C'est plutôt le paganisme
de la plupart des peuples du passé ; ils demandaient l'intercession du défunt parmi les pieux, s'appuyant sur eux au lieu de
compter sur Allah, qui disait : « Et quand Mes serviteurs t’interrogent sur Moi. Alors Je suis tout proche: je réponds à
l’appel de celui qui Me prie quand il Me prie. Qu’ils répondent à Mon appel, et qu’ils croient en moi, afin qu’ils
soient bien guidés. » (Al-Baqarah 186).

Allah a aussi parlé du paganisme propagé par les chrétiens égarés, en disant : « ils ne disposeront d’aucune
intercession, sauf celui qui aura pris un engagement avec le Tout-Miséricordieux. Et ils ont dit: « Le ToutMiséricordieux S’est attribué un enfant! » Vous avancez certes là une chose abominable! Peu s’en faut que les
cieux ne s’entrouvrent à ces mots, que la terre ne se fende et que les montagnes ne s’écroulent, du fait qu’ils ont
attribué un enfant au Tout-Miséricordieux, alors qu’il ne convient nullement au Tout-Miséricordieux d’avoir un
enfant! Tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre se rendront auprès du Tout- Miséricordieux, (sans
exception), en serviteurs. Ils les a certes dénombrés et bien comptés. Et au jour de la Résurrection , chacun d’eux
se rendra seul auprès de Lui. » (Maryam 87-95).
Cette affirmation que la Vierge Marie a donné naissance au Créateur des cieux et de la terre est une affirmation que toute
mère sait fausse par sa fitrah. Elle connaît la grande humilité et la faiblesse qu'un enfant éprouve avant la naissance et par
la suite. Il est entouré de sang, car son alimentation dépend de la vie de sa mère. Il quitte ensuite son corps après 9 mois,
sortant du même passage par lequel il est entré, imbibé de sang impur. Il pleure souvent, cherchant de la nourriture, ayant
une vision faible, ne pouvant se nourrir qu'avec l'aide de sa mère. Il ne peut rester propre que par sa mère qui le lave et le
nettoie régulièrement après chaque selle ou miction. Sans elle, il serait trempé dans la crasse. S'il était abandonné, il
mourrait en quelques jours. C'est lorsqu'elle l'attire près de son sein qu'il se sent le plus à l'aise. Quand il commence à
marcher, il tombe sur son visage et sa tête en pleurant pour son confort. Quand il commence à « parler », il marmonne des
mots qui n'ont aucun sens. Lorsqu'il a un frère ou une sœur, il commence à manifester de l'envie pour son jeune frère ou
sa jeune sœur. C'est l'enfant élevé par sa mère. Le Seigneur des cieux et de la terre peut-il en être ainsi !
Par la suite, les chrétiens païens se contredisent encore une fois eux-mêmes et la fitrah. Ils prétendent que la mère de
Jésus est la « Mère de Dieu », tout en la représentant humblement, tant par son comportement que par ses vêtements.
Cependant, ils encouragent la femme occidentale à être tout le contraire de Marie. La femme occidentale est encouragée à
rivaliser avec les hommes sur le lieu de travail, à montrer de son corps ce qu'aucun homme n'a jamais montré, et à être
plus débauché qu'aucune prostituée ne l'a jamais été. Il n'y a aucune ressemblance chez la femme occidentale avec ce qui
se trouve en Marie, tout comme il n'y a aucune ressemblance chez l'homme occidental avec ce qui se trouve en Jésus le
Messie de l'humilité, de la religiosité et de la chasteté.
Et comme la fitrah continue d'être profanée jour après jour en Occident et que de plus en plus de femmes abandonnent la
maternité, l'épouse, la chasteté, la féminité et l'hétérosexualité, la vraie femme en Occident est devenue une créature en
danger. Le mode de vie occidental qu'une femme adopte comporte tant de dangers et de déviances, menaçant son âme
même. Elle est la victime volontaire qui se sacrifie pour les « libertés » immorales de son peuple, offrant sa fitrah sur l'autel
du libéralisme laïque. Si elle craignait pour son âme, elle méditerait sur les chemins du paganisme chrétien et de la
perversion démocratique qui continuent de la diriger, sur la manière dont le monde aurait été si ses femmes avaient adopté
le chemin de l'infâme Occident il y a des siècles, et se libérerait de son esclavage aux dépendances hédonistes et aux
doctrines païennes. La solution se trouve devant la femme occidentale. Ce n'est rien d'autre que l'Islam, la religion de la
fitrah.
Traduction : Abû Ayman Al-Ansârî


Documents similaires


Fichier PDF fichier pdf sans nom 4
Fichier PDF le prophete lout
Fichier PDF 4
Fichier PDF comment les sahabiyat mettaient en application leur tawhid
Fichier PDF l etude de la biographie du prophete
Fichier PDF salat femme


Sur le même sujet..