RECOURS HIERARCHIQUE.pdf


Aperçu du fichier PDF recours-hierarchique.pdf - page 5/17

Page 1...3 4 56717



Aperçu texte


Ainsi, le signe fait sens pour autant qu’il se réfère sans jamais s’y limiter à un autre signe, et ceci ad libitum.
Tout contexte peut en effet être considéré comme un « carrefour de sens » impliquant la rencontre d’au
moins deux termes entre lesquelles une différence circule et fait « sens ». Il revient alors au projet de savoir
s’insérer dans cette « économie » sémiotique en en épousant la structure différentielle , chaque signe –y compris
donc, désormais, le projet- se présentant, non comme la manifestation ultime et achevée d’un sens définitif, mais
comme la trace d’une tension entre deux signes ou sollicitations préexistants. Pour utiliser le langage de la
sémiologie, le sens d’un projet ne se découvre pas alors dans un « signifié » ultime, mais seulement comme effet
résultant du renvoi d’un « signifiant » à un autre.
Deux exemples :
1) projet de diplôme, Côme 1991. A l’occasion de mon travail de diplôme je décidai d’interpréter la proposition de
Terragni pour l’aménagement urbain autour de la Casa del Fascio (dont le dessin inaugure page 1 cette note
pédagogique) non dans le sens de la symétrie apparemment imposée au tracé mais, au contraire, dans le sens
d’une dissymétrie entre les deux édifices suggérée par le vide représentée dans le deuxième carré : où l’on
comprend exactement au passage comment un ensemble de signes peut dire une chose et sous-entendre
exactement son contraire (symétrie et dissymétrie), son « sens » glissant littéralement d’une interprétation à
l’autre. Je proposai de m’insérer dans ce « glissement de sens » en édifiant dans le carré vide un monument
dédié à la mémoire de Terragni. Ainsi le « programme » du projet disait bien, mais d’une façon nouvelle, la même
chose que le « programme » (implicite) du dessin : l’absence.
De la même façon, la composition du projet était basée sur la répétition de la séquence extérieure –Cathédrale /
Casa del Fascio / Mémorial- mais déroulée en sens inverse selon la figure d’une spirale, chacun des trois
espaces ainsi défini étant géométriquement liée aux nombres 3, 2 et 1. L’acte créatif se définit alors exactement
comme répétition renouvelée d’une différence préexistante, et répond à cette formule du philosophe Michel
Foucault : « le nouveau n’est pas dans ce qui est dit mais dans l’évènement de son retour ».

Projet pour un Memorial Terragni, Côme 1991.

Plan

2) Concours Appel Aux Jeunes Architectes Vème session, Paris 1998. En 1998, L’opportunité de participer au
concours « Appel aux Jeunes Architectes Vème » session co-organisé par le Pavillon de l’Arsenal et la Régie
Immobillière de la Ville de Paris me donna une nouvelle occasion d’approfondir ma démarche. Bien que
destiné

à

un

simple

programme

de

logement

3