Fin Megot Namur 2020 .pdf



Nom original: Fin Megot Namur 2020 .pdfAuteur: user

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/08/2019 à 17:19, depuis l'adresse IP 109.132.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 197 fois.
Taille du document: 1.6 Mo (30 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Opération « MAINTENANT je gère mon m(égo)t *! »
Objectif : Fin du jeté de mégot en sol ou en caniveau
pour 2020 à NAMUR!
Je suis simple citoyen commerçant namurois. J’ai nettement moins d’intelligence que les
acteurs politiques ou des institutions actuelles et nettement moins de connaissances sur les
fonctionnements des structures actuelles mais j’ai un taux de conscience assez élevé de la
problématique dans laquelle nous allons entrer et également un taux de pragmatisme assez
élevé quelque soit la problématique.

Je pars du principe qu’on a déjà tous les outils en place pour résoudre la
plupart des problèmes, ici pour le mégot, les outils principaux étant des
cendriers de poche et surtout un collectif, ici celui des namurois, toutes bulles
confondues.
Depuis des années, des opérations de ramassage/sensibilisation ont lieu un peu
partout. Est-ce que grâce à cela les gens jettent moins leurs mégots ou autres
déchets ? Difficile à dire ( peut être que si ces démarches n’avaient pas lieu, le
bilan serait encore pire). En tous cas les mégots jetés en rue sont de plus en
plus nombreux , donc je propose ici une autre méthode qui consiste à
sensibiliser et à mettre sur les rails d’un engagement définitif les corps
intermédiaires installés de façon permanente ( ou temporaire à long terme) en
centre ville c'est-à-dire les commerces , les écoles, l’université, les
administrations publiques. Pour les commerces, une opération de ramassage,
comptage ( + photos) devant chaque établissement aura lieu. En plus de cela
une demande d’engagement aura lieu auprès des commerces (voir les
engagements et les solutions dans ce dossier). Les commerces qui signeront cet
engagement seront mis en avant via la page facebook de l’événement.
Des cendriers de poche seront également vendus aux commerces ( à
destination donc uniquement du personnel et non des clients) avec à la clé un
concours pour décarboner son activité.
*il faut sans doute un ego monstrueusement énorme pour accepter que quelqu’un puisse passer sa

journée à ramasser ce qu’on devrait être capable de gérer en moins de 10 secondes … Non ?

Méthode employée pour les commerces : « one shot »

- Recrutement de bénévoles par facebook et date de rassemblement à
définir.

- Lieu d’action : corbeille de Namur (périmètre maximale et zones de
répartition établis ce jour là en fonction du nombre de participants)

- Le jour j : ramassage par rue et par équipe de minimum 3 personnes,
(gants plastiques et sacs de récolte également fournis )
Le nombre de mégot est compté devant chaque établissement
( prise de note obligatoire donc et prise de photo pour les cas les plus
spectaculaires). Des plans détaillés des rues seront donnés afin que la
constatation soit la plus précise possible et sans erreur de situation par
rapport aux commerces.

- Les commerces faisant face aux plus grandes constatations sont alertés
et sensibilisés par le groupe ( voir texte de sensibilisation plus bas).

- On leur propose des solutions ( voir plus bas également)
- On leur propose l’achat ( ou le don) de cendriers de poche avec
concours

- On leur indique aussi que les résultats de comptage seront publiés sur
facebook et qu’une autre opération aura lieu dans quelque temps.

Materiel à apporter pour les bénévoles : juste de quoi photographier
( les photos doivent être prises de façon à reconnaitre le lieu , et des
gants si vous souhaitez que ceux-ci soient plus résistants/épais que
de simples gants de chirurgie…
Une quinzaine de pince de ramassage seront disponibles

Fiche d’instruction pour les bénévoles :
- Suivre le plan qui vous a été donné et agir sur chaque commerce, cinema,
restaurant, sandwicherie, supermarché , agence se trouvant dans le périmètre.
- 1 : prendre en photo les accumulations de mégots impressionnantes ( la
photo doit être prise de façon à voir le commerce situé en face)
- 2 : compter et ramasser les mégots devant le périmètre d’un commerce à la
fois ( un ou deux si par exemple vous avez deux commerces en opposition )
- 3 : Aller trouver les commerçants, employés de bureaux,etc :
A : lui dire : « Nous venons vous voir dans le cadre d’une
journée de sensibilisation destinée à tous les acteurs de la vie namuroise
(commerces, écoles, fonction publique)
Pour l’objectif : la fin du jeté de mégot en 2020 à Namur
B : lui présenter le bilan du nombre totalisé devant chez lui
( si nombre élevé évidemment)
C : lui expliquer le constat :
un mégot contient au minimum 2500 substances chimiques qui viennent
polluer 500 litres d’eau. Un mégot est fait de plastique. Ces polluants ne
sont pas filtrés par les stations d’épuration et se retrouvent dans la chaine
alimentaire.
Face à ce constat : un impératif : l’arrêt immédiat du jeté de mégot au sol ou
dans les caniveaux ( insistez sur le caniveau qui empêche tout ramassage)
D : lui expliquer les solutions : qui sont disponibles via un
fichier pdf qui se trouvera sur la page « Parler Moins Agir plus »
- le cendrier de poche ( acheter/revendre ou faire
acheter à ses employés )
- le cendrier sur pied
- Wecircular
+ lui montrer ( juste lui montrer et pas lui donner)
l’affichette qu’il trouvera dans le pdf qu’il peut imprimer et disposer dans
son commerce ou sur ses tables.
E : lui faire signer la demande d’engagement Si le patron
n’est pas là,et que le personnel refuse de prendre cette responsabilité, expliquez
lui que la patron peut signer en ligne sur la page facebook de l’évènement.
F : lui proposer des cendriers de poche à 2,5 euros/pièce
Avec à la clé un concours pour décarbonner son activité.

Nicolas Hulot disait en aout 2018 dernier lors de sa démission du gouvernement:
"Quand je vois qu'on continue de jeter ses mégots par terre. Est-ce que notre
société est bien prête à des grands changements, à remettre en cause nos
modes de consommation, de production? Est-on capable, politiquement, de créer
une forme d'union nationale?"

Les habitudes qui sont néfastes pour l’environnement ( et la collectivité) et qui
peuvent être supprimées sans conséquences aucunes (pas de perte d’emploi
par exemple) , doivent devenir une priorité dans la démarche de transition
écologique vers laquelle nous devons tous maintenant nous tourner de façon
obligatoire et ultra rapide.

- LA TRANSITION C’EST

MAINTENANT

Espérons que ce changement vis-à-vis de ce mini geste du mégot puisse
permettre aux gens d’éveiller leur conscience et permettre ainsi une réaction
en chaine qui aboutira à une révolution bien plus grande que celle qui consiste
à glisser son déchet dans une pochette à mégot.

Dans le cas du mégot les vrais fautifs sont les industriels et le cinema.
Les industriels auraient pu depuis longtemps inclure un mégot
biodégradable. Et à cause du cinema, le geste de lancé de mégot a
profondément été ancré dans les habitudes. Il s’agit donc d’être

tolérant envers les fumeurs qui sont essentiellement des manipulés
dans cette histoire.

CONSTAT sur l’environnement
Un mégot

- pollue 500 litres d’eau ( testez de jeter un mégot dans un aquarium et
regardez vos poissons…)

- met 12 ans à se dégrader
- contient 2500 à 5000 substances chimiques
Question : qui, en lisant ces 3 chiffres, vient de les découvrir ? Non je me pose
la question parce que maintenant tout le monde est scotché sur son
smartphone 24H/24 donc je me dis que vous avez du forcement voir passer ces
infos qui circulent depuis plusieurs années, or vous dites ne pas les connaitre ?
Sérieusement ?
Rien qu’en Belgique ce sont près de 30 millions de mégots qui sont jetés tous
les jours.
Les mégots en mer constituent un tiers des déchets. C’est plus que les
emballages en plastique, les bouteilles et les ustensiles et récipient
alimentaires réunis !

Les filtres des mégots sont en plastique. Les particules de
ces filtres se désagrègent et finissent ingurgités par la vie
aquatique pour se retrouver donc dans la chaine alimentaire
( source forum économique mondial)
Selon une étude de l’université de San Diego, les mégots de cigarettes sont responsables
de 50% de la mort des poissons en mer dans certains endroits ( info donnée par
Wecircular)

Une récente étude à montré (toute pollution au plastique confondue) que les
mollusques et crustacés de la mer du nord, et particulièrement les couteaux,
possédaient une particule plastique par gramme. Donc en mangeant 150g de
ces coquillages, vous ingurgitez 150 particules plastiques…bon appétit biensur !

« Une étude qui confirme des chiffres alarmants publiés par la WWF en juin
dernier. Selon l’ONG, un consommateur européen moyen de produits de la mer
pourrait ingérer jusqu’à 11 000 morceaux de plastique par an » (voir article en fin de
dossier)

J’ai contacté l’Inasep (Organisme d’épuration agréé qui regroupe les 38
communes de la Province de Namur affilées pour l’assainissement des eaux
usées) et j’ai pu discuter avec Mr Bourlon qui me dit que lorsque les mégots
arrivent en entier, ils sont facilement rejetés du circuit et que le problème se
situe au niveau de ceux qui sont déjà en état de dégradation avancée ou sous
forme de macroplatiques m’a-t-il dit . Ces particules là passent dans le réseau
qui vient alors paradoxalement amplifier le phénomène en les transformant
en microplastiques, c'est-à-dire en particules trop petites pour être stoppées
ensuite par tous les filtres en place. Il n’y a pas que les mégots à l’origine de
cette pollution, mais aussi les vêtements en matière synthétique qui rejettent
énormément de particules lors du lavage ( ce sera sans doute l’objet d’un
autre projet d’ici quelques temps … il sera bien aussi celui là je le sens:-)
Mr Bourlon rajoute que les très nombreuses substances toxiques telles que
nicotine, mercure et autres ( voir les principales plus loin dans « Autopsie
d’un meutrier » ) ne sont biensur absolument pas filtrées par les stations
d’épuration !

SOLUTIONS (en ordre d’efficacité et de coût) :
1 - Insistez auprès de votre personnel/clientèle pour que celle-ci s’achète un
cendrier de poche ( à partir de 2,50 euros). Cette solution est la plus économe.
Le fumeur ne doit pas ainsi imposer des coûts sévères d’installation partout là
où il passe…ici c’est lui-même qui gère son arrêt d’irrespect. Un partenariat
sera réalisé avec les deux commerces namurois que sont Entre-pots et
L’Empreinte belge pour la vente directe de cendrier de poche aux
commerçants.

Pour rappel ce petit calcul, le paquet est à plus ou moins 8 euros.
Dans le cas d’un paquet semaine , total/an = 416 euros
Dans le cas d’un paquet par jour , total /an = 2920 euros
On demande juste donc qu’il dépense 2,5 euros en plus …on est des fachos
ecolos ? Voici un graphique qui illustre le rapport entre 2,50 et 416 euros.

M(EGO)T

VS

SENS COMMUN

Si vos fumeurs optent quand même pour la danse de « l’Ego mon
beau mégot » et que vous êtes motivés …

2 - Installez des cendriers sur pied devant vos boutiques/bâtiments
Attention, si un mégot pollue 500 litres d’eau… cela signifie
quoi ?
Cela signifie qu’un mégot ne doit absolument pas entrer en contact
avec de l’eau…logique non ? sinon vous avez ensuite des éléments
polluants qui se retrouvent dans celle-ci et qui sont pas filtrés par les
stations d’épuration !!
Donc si vous placez un vase à sable qui est soumis à la pluie, ce n’est
pas l’idéal ( de plus le sable sera aussi pollué)
La meilleure option : un cendrier en métal sur pied avec protection
de pluie (de 20 euros à 300 euros sur ebay ou chez wecircular)

3- Communiquez le plus possible avec les fumeurs afin que ce geste
disparaisse. Informez, sensibilisez avec des affichettes dans votre
bar/restaurant ( une affichette est disponible plus loin dans ce
dossier)
La ville de Namur a installé depuis quelques années des bacs à
mégots insérés dans les trottoirs (certes ils ne sont pas protégés de
l’eau mais c’est déjà mieux que rien) …insistez auprès de votre
clientèle afin qu’elle ne confonde plus les bouches d’égout avec ces
bacs à mégots…jeter un mégot dans une bouche c’est en gros le jeter
dans votre « propre » bouche...puisque les particules polluantes ne
sont pas filtrées…

Ici exemple de caniveau utilisé comme poubelle …

CI-DESSUS, un bac à mégot. À ne pas confondre avec ci-DESSOUS
(attention fumer peut nuire gravement à la vue )

Ceci n’est pas non plus préconisé ( devant chez H et M )

L’eau passe sur les mégots et vient contaminer la terre.

Un autre exemple à Namur, devant un café

4 - Pour les plus motivés : depuis peu certaines entreprises belges
(www.wecircular.be ) ou françaises ( Terracycle ou http://me-go.fr )
recueille les mégots pour les recycler et en faire un matériau
recyclable indéfiniment. Vous pouvez leur faire une demande de
devis en fonction du nombre de kilos de mégots récoltés. Ils vous
envoient ensuite la facture ( exemple 59 euros/2kg) et un colis
contenant votre étiquette d’expédition, des affichettes de
sensibilisation ,des cendriers de poche , et tout cela en échange donc
de votre récolte que vous pouvez donc enfin leur envoyer.

L’activiste bruxellois « Leo Not happy » a le courage d’organiser régulièrement
des journées de ramassage et de sensibilisation dans cette ville dépotoir qu’est
devenue Bruxelles. Félicitation pour cette patience et ce courage citoyen. Ici je
pars du principe que Namur étant une petite ville, si chaque commerce, école,
acteurs de la vie dans le centre contribue à communiquer et à offrir les bonnes
solutions, grâce à cette solidarité et à cette union on peut arriver à bout de ce
phénomène plus facilement que dans une plus grande ville sans devoir
recommencer plusieurs fois de journées d’action de ce type.
Des sanctions ont lieu contre le rejet du mégot, mais soyons lucide, cela ne
marche pas du fait de la présence trop faible d’agents et en plus ils n’ont même
pas la possibilité d’imposer à la personne qu’elle donne sa carte d’identité ( du

vrai travail de pro ! ). De toute façon une fois de plus la vraie solution durable
passera par la solidarité et l’éducation.
Petite anecdote, peut être avez-vous vu il y a quelques mois, le parc du Puy du fou en France
a éduqué ses corbeaux à ramasser les mégots des visiteurs ( et vous ? Abandonnerez vous
aussi l’idée d’éduquer l’homme pour trouver une solution auprès d’une forme de vie plus
intelligente ? )

Nous savons chers fumeurs, que votre but n’est pas de nuire à l’environnement
et que votre geste est juste une question d’habitude par rapport à une
tradition ( celle du jeté/écrasé de mégot) peut être créée à la base par le
cinéma américain pour doper les ventes d’un produit spécifique à l’Amérique
justement (et à l’Asie aussi).
Le cendrier de poche est LA solution. Il ne faut jamais oublier que les gens
s’habituent à répéter un geste et donc si on les habituent à jeter via une
poubelle ou un bac à mégot, le jour où ils seront sur autoroute, en pleine
campagne ou sur la plage, c'est-à-dire sur des lieux qui ne possèdent pas ces
solutions, le mégot finira au sol. Peut on envisager que l’on place des
distributeurs de cendriers de poche ? ( comme pour les préservatifs)
Je reste dubitatif sur les solutions de « Wallonie plus propre » ( cela me fait un peu penser à
ce dessin d’une réunion de Total où ils décident de supprimer la touillette à café pour
combattre la pollution). La Wallonie doit faire pression sur les industriels du tabac pour qu’ils
fabriquent des filtres biodégradables ou qu’ils fabriquent des paquets non jetables, qui
pourraient servir directement de cendriers (l’émission « Cash investigation » sur le tabac a
montré à quel point l’Europe était duplice de ce commerce).

Je vous propose de créer une nouvelle tradition qui est celle de la sortie
exubérante du cendrier de poche. Le but est de se faire voir en sortant son
cendrier de poche en faisant un geste ou une pirouette non discrète afin que
l’entourage qui vous entoure soit conscient du geste remarquable que vous
allez faire et vous récompense ainsi par un applaudissement ou un baiser
chaleureux ! Challenge ! Amusez vous , soyez créatif ! Vous savez comment
faire !
Loïc Detry
Dans une démarche personnelle de thérapie par l’action (face au mur vers lequel nous allons), je
cumule une dizaine de projets bénévoles pour la transition sociale et écologique à Namur

Solution pour la gare de Namur

Pour éviter d’avoir des voies poubelles …est-ce que le budget nettoyage des voies sur les 10
ans à venir ne serait pas moins élevé qu’une politique de communication avec des bandes
(panneaux ou peinture directe ) de messages insérées sur le bas de la voie ( zone
directement visible quand on attend son train en quai) ou sur le quai lui-même ?
Le marketing sociétal, la sncb connait déjà …

Déclaration d’engagement à faire signer lors de la journée de
ramassage.

Et tant que gérant/patron de commerce namurois, je m’engage à ce que mes
employés actuels/futurs et moi-même cessions définitivement tout rejet au sol
ou en caniveau à daté de ce jour ( le mégot ne doit plus être en contact avec
l’eau !)
Je m’engage également à faire le maximum pour orienter ma clientèle vers cet
acte de civisme à l’aide des solutions que sont les cendriers de poche, le
cendrier sur pied ou l’affichette de sensibilisation disponible dans le fichier pdf
de la page de l’événement.

Nom du commerce

Signature

Affichette à imprimer pour commerce et horeca namurois

Autres réalisations européennes de sensibilisation
Pour les namurois , imprimez et affichez celle de Namur qui sera plus efficace.
Nous sommes toujours plus impactés par des démarches proches sur le local.

Bien que certains mégots entiers soient ingurgités par certaines vies animales,
ces photos sont des montages biensur. Leur nombre a été ici volontairement
amplifié pour augmenter la force de sensibilisation sur le taux de mortalité
provoqué par cette pollution.

Les mégots de cigarettes sont le pire
ennemi de l'océan
"Fumer tue", avertissent les paquets de cigarettes. Oui, le tabac est
mauvais pour la santé mais aussi pour celle de la planète. En particulier
de l’océan. Les mégots seraient même devenus son pire ennemi. On
comprend mieux pourquoi de plus en plus de communes en France ont
décidé d’interdire de fumer sur leurs plages.

Devinette écolo du jour : qui est le principal ennemi des océans ? A/ les
sacs en plastique, B/ les pailles C/ les cigarettes. Si les trois réponses
sont évidemment correctes, la C dépasse les autres. En effet, d’après une
enquête relayée par NBC News, plus de 60 millions de mégots ont été
ramassés sur les plages du monde entier ces trente dernières années ; ce qui
en fait l’élément polluant le plus ramassé sur les littoraux du globe.
Le problème est que ces déchets sont loin d'être naturels et rapides à se
dégrader, bien au contraire. La plupart des 5,5 billions de cigarettes produites

chaque année à travers le monde contiennent un filtre fabriqué à base de
plastique, plus précisément d'acétate de cellulose. Une fois le mégot jeté, les
filtres peuvent ainsi prendre des décennies à se décomposer.
Tandis que le plastique se dégrade en particules plus petites, ces dernières
sontconsommées par la faune marine. D'après les chercheurs cités
par NBC News, des traces de ces substances chimiques ont été trouvées
dans pas moins de 70% des oiseaux marins et près de 30% des tortues
marines.
Des pollueurs qui échappent à toute législation
Alors qu’au mois de mai dernier était annoncé un projet de directive
européenne
interdisant une
dizaine
de
produits
à
usage
quotidien responsables à 70% des déchets échoués dans les océans et sur
les plages, aucune loi mondiale n’est actuellement en vigueur contre
les mégots de cigarettes. Une absence de cadre juridique d’autant plus
surprenante au vu de leur statut de premiers polluants de nos étendues
bleues.
Qu’ils aient été jetés directement à l’eau ou dans la nature pas un fumeur
peu consciencieux ou qu’ils aient été déversés par un cours d’eau ou une
canalisation, ils finissent généralement leur course dans l’océan ou la mer. Et
lorsqu’on sait qu’un seul mégot peut polluer jusqu’à 500 litres d’eau, il y a
de quoi frémir.
À LIRE AUSSI
Les fumeurs appelés à adopter un comportement écologique (actualisé)
La guerre contre les filtres
Face à ce désastre écologique déjà en marche, des scientifiques, des
universitaires, des activistes écologiques et des politiques ont décidé de
fonder le Cigarette Butt Pollution Project. Ce groupe a pour but de
faire interdire de façon globale les filtres à cigarettes. Parce que ce sont
bien eux le problème. Contenant plus de 4.000 substances chimiques, ils
sont loin d’être de bons candidats au recyclage même si certains esprits
ingénieux sont parvenus à en faire bon usage.
"Il est clair que les filtres ne présentent aucun bénéfice pour la santé. Ils
servent juste d'outil marketing et permettent aux gens de fumer plus
facilement", a expliqué à NBC News, Thomas Novotny, professeur à
l'Université d'Etat de San Diego. "C'estun contaminant majeur, avec tous
ces déchets plastiques. Ca me semble évident aujourd'hui qu'on ne peut pas
continuer à autoriser cela".
Mais le combat est loin d’être gagné tant le lobby du tabac est puissant aux
Etats-Unis...

Aujourd'hui, chacun à son niveau peut y contribuer en arrêtant de fumer ou
tout du moins en ne jetant plus son mégot n’importe où !
Le 4 septembre 2018 à 14:39 • Emmanuel Perrin

FUMER DÉTÉRIORE L’ENVIRONNEMENT
Le tabagisme endommage l’environnement. De sa culture jusqu’à sa
consommation, le tabac laisse une empreinte néfaste sur la planète. Il a un
impact majeur sur la déforestation et la pollution.
Destruction des forêts

Pour cultiver et sécher le tabac, un nombre impressionnant d’arbres sont
coupés. Les produits chimiques utilisés dans la culture du tabac dégradent les
sols, ce qui oblige les producteurs à défricher continuellement de nouveaux
espaces. La disparition des forêts détruit de nombreux écosystèmes, en plus
d’empêcher les gens de cultiver de la nourriture sur les terres abîmées à cause
du tabac.




Chaque année, 200 000 hectares de forêts sont coupés à cause de la culture du tabac.
Un arbre est perdu pour chaque 300 cigarettes/1,5 cartouche produite.
Le séchage des feuilles de tabac libère des gaz polluants qui contribuent au réchauffement climatique.

Pollution

Tout le cycle de la vie du tabac pollue l’environnement. Quand il est cultivé, de
grandes quantités de fertilisants et de pesticides sont utilisées. Lorsqu’il est
allumé afin d’être consommé, il dégage des substances toxiques dans l’air. Enfin,
lorsqu’il est jeté, ses composants se diluent dans l’eau et les sols. Le tabagisme
met les ressources naturelles de la planète en péril et tue des millions d’animaux
au passage chaque année.
Qualité de l'air
La fumée secondaire, soit la fumée qui se dégage d’un produit du tabac allumé
ou qui est expirée par un fumeur, fait partie de la liste des polluants les plus
dangereux.



La fumée dégagée par la cigarette est l’un des ingrédients de base du smog.
Le risque de développer un cancer est 57 fois plus élevé suite à l’exposition à la fumée secondaire que le risque que pose l'exposition à
tous les polluants contenus dans l'atmosphère.



Trois cigarettes brûlées une à une durant 30 minutes polluent 10 fois plus qu'un moteur de voiture moderne diesel qui fonctionne au
ralenti pendant la même période de temps.



Pour libérer une pièce de toute trace de fumée et de ses composants toxiques, il faudrait un courant d'air de la force d'un ouragan.

Eau et sols atteints par les fertilisants
Le tabagisme pollue les éléments qui aident les animaux et les humains à
subvenir à leurs besoins. Il détruit les milieux de vie et a des conséquences
importantes sur les chaînes alimentaires.
La pollution de l’eau et des sols en chiffres :

12
Il s’agit du nombre d’années que mettent les filtres des cigarettes à se
décomposer.

4,5 milliards
Chaque année, 4,5 milliards de mégots de cigarette sont dispersés sur la planète.

40 %
Les mégots de cigarettes représentent 30 à 40 % de l’ensemble des déchets
recueillis lors des campagnes internationales annuelles de nettoyage des villes et
des plages.

2,3 millions
L’industrie du tabac a généré environ 2,3 millions de tonnes de déchets
industriels en 1995.

680 000
La consommation mondiale de cigarette génère 680 000 de tonnes de déchets
rejetés dans la nature chaque année.

En lisant la question, je me suis dit : encore un coup des vapoteurs ! Et puis j’ai
découvert que la fumée d’une vraie cigarette peut en effet polluer comme n’y
parviendrait pas la cigarette électronique. Dans les commentaires, les...
Par flo_trvf
Publié le 12 décembre 2013 à 14h29
En lisant la question, je me suis dit : encore un coup des vapoteurs ! Et puis j’ai découvert
que la fumée d’une vraie cigarette peut en effet polluer comme n’y parviendrait pas la
cigarette électronique.
Dans les commentaires, les fumeurs (ou leurs amis) ont râlé qu’on leur tombait encore
dessus. Le débat a aussi beaucoup tourné autour des feux de cheminée, qui devraient être

interdits en Ile-de-France par arrêté préfectoral à partir de 2015, car ils sont responsables
de pollution aux particules fines.

Quinze millions de fumeurs en France
J’aurais pu me dire, comme le suggère mrleon que « la cigarette est à la pollution ce que
le Walkman est à la hi-fi » et donc un objet en voie de disparition, or ce n’est pas vrai. Si
l’on considère qu’il y a plus d’1 milliard de fumeurs dans le monde, 15 millions en France
fumant chacun 12 à 15 cigarettes (selon les chiffres de l’Inpes, pas très récents), alors on
imagine que cela peut compter dans l’atmosphère. J’ai contactéAirparif, l’association qui
surveille la qualité de l’air en Ile-de-France, région la plus peuplée et donc la plus
concernée par cette pollution.
Voici la réponse :
« La fumée de cigarette est bien prise en compte dans notre inventaire des émissions, qui
répertorie toutes les sources de la région, pour les polluants suivants : oxydes d’azote,
monoxyde de carbone, composés organiques volatils, particules PM10, dioxines, hydrocarbures
aromatiques polycycliques, et certains métaux lourds (cadmium, arsenic, chrome, cuivre,
plomb). Notre inventaire montre que l’impact le plus significatif concerne les particules PM10 :
la fumée de cigarette en émet 200 tonnes par an en Ile-de-France, sur 19 000 tonnes toutes
sources confondues. Soit moins de 1%. Pour les autres polluants, les proportions ne sont pas
significatives. Les trois secteurs qui contribuent le plus aux émissions de PM10 sont le secteur
résidentiel et tertiaire (29%), le trafic routier (25%) et les chantiers et carrières (20%). »

Rappelons que 90% des cancers du poumon sont dus au tabac et que celui-ci causerait 73 000 morts
prématurées en France par an.

Un rapport qui vient d’être rédigé par des scientifiques de l’Imperial College de
Londres montre pour la première fois comment les 6 000 milliards de cigarettes
produites chaque année influencent le changement climatique, la pollution de
l’eau et l’acidification des sols.
Ce rapport s’est intéressé aux pressions qu’exerce la cigarette sur les ressources
naturelles et les écosystèmes.
La culture du tabac utilise beaucoup d’énergie, elle nécessite une utilisation
substantielle des terres et de l’eau, des pesticides, du carburant et un recours massif
à la déforestation. Au cours de sa vie : une personne qui fume un paquet par jour
pendant 50 ans épuise à elle seule : 1,4 millions de litres d’eau.
La cigarette est responsable de 0,2% des émissions totales de gaz à effet de
serre dans le monde. Presque autant que les émissions du Pérou ou d’Israël. Et que
dire de la pollution liée aux mégots, véritable fléau mondial, responsable au
passage de plusieurs dizaines d’incendies majeurs sur le globe.

Le rapport indique aussi que 90% de la production totale de tabac est concentrée
dans les pays en développement alors que la majorité de la consommation a lieu
dans les pays riches. Le travail des enfants restant un problème majeur dans la
production du tabac.
Le rapport conclut que les fumeurs des pays développés brûlent littéralement
et métaphoriquement les ressources des pays les plus pauvres. Alors à défaut
d’épargner votre voisin de table en terrasse, pensez plutôt à cette cigarette à
l’échelle des 6.000 milliards qui sont grillées chaque année sur la planète.

Sel et fruits de mer : attention à la pollution au plastique !
Par Akhillé Aercke
28 Août 2018
TWC France

Selon une étude menée par Que Choisir, 67 % des produits issus de la mer sont contaminés. (CCO)

Mollusques, crustacés, et même le sel : de nombreux produits issus de la mer et testés
par le magazine Que Choisir présentent des traces de pollution au micro plastiques, très
présente dans les océans.
C’est une nouvelle étude, menée par Que Choisir, qui vient confirmer l’ampleur de la
pollution marine aux plastiques. Le magazine publie ce mardi une enquête sur la
contamination des animaux et produits de la mer au micro plastique. Au total, 102
échantillons ont été testés dans plusieurs pays européens. Les journalistes se sont concentrés
sur trois produits phares : le sel, les crustacés et les mollusques.
Les résultats ne sont pas franchement bons : sur la totalité des produits testés, près de 67 %
d’entre eux sont contaminés, et contiennent des particules de micro plastique. Une pollution

quasiment invisible, la plupart des particules sont de taille microscopique, même si un certain
nombre d’entre elles sont supérieures à 1 ou 2 millimètres.
Une étude qui confirme des chiffres alarmants publiés par la WWF en juin dernier. Selon
l’ONG, un consommateur européen moyen de produits de la mer pourrait ingérer jusqu’à 11
000 morceaux de plastique par an. L’étude publiée par Que Choisir affirme également que
l’origine des mollusques, crustacés, ou sel n’a pas réellement d’importance : les produits issus
de l’élevage sont tout autant exposés que ceux d’origine sauvage.
Malgré la multiplication des études sur le sujet, les conséquences de cette pollution sur la
santé humaine ne sont pas encore bien connues par la science. Pour autant, le magazine donne
un conseil pour tenter de limiter les risques d’ingestion : préférez les fruits de mer déjà
décortiqués, ils contiendraient moins de traces de micro plastique.

Le cinéma pousse les jeunes
à fumer
PAR EMILIE CAILLEAU

Plus d'un tiers des adolescents seraient devenus
fumeurs après avoir vu un film où le héros
consommait du tabac.
Le cinéma, un sponsor involontaire de l'industrie du tabac ? On est en droit de s'interroger après la
publication d'un rapport de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) montrant l'influence
importante du septième art sur le tabac chez les jeunes.

L'OMS se base sur quelques chiffres : le document Smoke-free movies : from evidence to
action révèle que 37% des nouveaux fumeurs adolescents ont fumé par mimétisme, autrement dit
en s'inspirant des personnages de films qui fumaient. En 2014, plus de six millions de jeunes
américains se seraient mis à fumer après avoir vu des films montrant souvent des acteurs la
cigarette au bec. Toujours en 2014, 44% de l'ensemble des films d'Hollywood comprenaient des
scènes de « fumée ». En 2014, la consommation de tabac apparaissait dans 36% des films destinés

à la jeunesse. "Entre 2002 et 2014, de telles images figuraient dans presque les deux tiers (59%)
des plus gros succès du cinéma", estime l'OMS.

U N E SO L UT IO N S I M P L E P O U R É V IT E R L E S CA RE N CE S E N
V I T A M I NE D E N H IV E R
Entre octobre et mars, faites le plein de vitamine D, la « vitamine du soleil »
Sponsorisé par Fultium - D3
Cette omniprésence du tabac sur grand écran inquiète l'OMS. "Alors que la publicité pour le tabac
est de plus en plus strictement réglementée, le cinéma est l'un des derniers canaux par lesquels des
millions d'adolescents sont exposés sans restriction à des images de consommation de tabac",
déclare le Dr Douglas Bettcher, Directeur du Département OMS Prévention des maladies non
transmissibles dans un communiqué de l'OMS.

U N E D I F F U SIO N O B L IG A T O I RE DE M E S SAG E S A N T IT AB AC
L'institution en appelle aux gouvernements afin qu'ils mettent en place une classification des films
comportant des scènes de consommation de tabac. L'OMS prône également pour la diffusion
obligatoire d'avertissements antitabac avant les films contenant des images de cigarettes au
cinéma, mais aussi à la télévision et sur Internet, etc.


Aperçu du document Fin Megot Namur 2020 .pdf - page 1/30
 
Fin Megot Namur 2020 .pdf - page 2/30
Fin Megot Namur 2020 .pdf - page 3/30
Fin Megot Namur 2020 .pdf - page 4/30
Fin Megot Namur 2020 .pdf - page 5/30
Fin Megot Namur 2020 .pdf - page 6/30
 




Télécharger le fichier (PDF)


Fin Megot Namur 2020 .pdf (PDF, 1.6 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


news letter 005
resume de la methode
operation
fin jet megot namur 2020
news letter 006
fin megot namur 2020

Sur le même sujet..