Analyse du rapport annuel de Bank Al Maghreb au titre de l converti .pdf


Nom original: Analyse du rapport annuel de Bank Al Maghreb au titre de l-converti.pdfAuteur: badr

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Word 2016 / www.ilovepdf.com, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 14/08/2019 à 20:39, depuis l'adresse IP 196.70.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 450 fois.
Taille du document: 333 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Hanane AÂMOUM
Enseignant-chercheur ENCG Casablanca
Laboratoire de recherche en Ingénierie Scientifique des Organisations (ISO)
Badreddine GBAOUI
Doctorant ENCG- Casablanca
Laboratoire de recherche en Ingénierie Scientifique des Organisations (ISO)
Analyse du rapport annuel de Bank Al Maghreb au titre de l’année 2018
Le rapport présenté par le Wali de Bank Al Maghrib au Roi Mohamed 6 laisse
plusieurs questionnements sans réponses. En effet, la première interrogation porte
sur le taux de croissance. Durant ces dernières décennies, plusieurs politiciens
parlent du Maroc comme pays émergent, à titre de rappel les conditions d’être un
pays émergent au sens propre (les plus utilisés par les experts internationaux) sont :
Une croissance économique qui dépasse les 7% et cela sur le long terme, Une
économie très diversifiée et indépendante de l’exportation des matières premières et
finalement une stabilité politique. Toutes ces conditions ne sont pas remplies dans le
cas du Maroc : Un taux de croissance chaque année qui frôle les 3.5% voir 4% en
cas exceptionnel, Une économie principalement exportatrice des matières premières
et une instabilité politique vu que chaque gouvernement politisés apporte son plan
d’action qui n’a rien avoir avec son prédécesseur.
Le dit rapport cite ‘’ Le Wali de Bank Al-Maghrib a conclu que ces évolutions qui ont
marqué l’année 2018 laissent suggérer que la performance de notre économie reste
insuffisante pour répondre aux attentes sociales croissantes ‘’. En d’autres mots,
notre pays connait un changement radical, misant sur les grandes infrastructures,
ces dernières sont généralement financées par des parties prenantes privées. Hors
ces parties prenantes ne prennent guère en considération l’aspect social.
Normalement un pays visant le développement essaye de renforcer 3 axes majeurs :
l’éducation, la santé et la justice dans tous ses aspects. Hors l’adjectif qui définit
notre pays sur ces trois axes est : Médiocrité.
Traitons maintenant l’un de ces axes : l’éducation (même si il y’a beaucoup à dire).
Quand on voit tous ce qui se passe au niveau de l’éducation nationale (incluant
l’enseignement supérieur), on peut envisager le pire, dans la mesure où plus d’un
quart des lauréats des universités sont au chômage, soit un taux de chômage global
de 9,8% qui est de type structurel et non pas conjoncturel puisque la demande
d’emploi ne répond guère à l’offre. Dans ce rapport Mr El Jouahri souligne ‘’ qu’il est
impératif d’accélérer la mise en œuvre de la réforme du système d’éducation et de
formation qui a souffert des calculs politiques ’’. Au Maroc, l’éducation est
malheureusement gérée par des politiciens, ce qui ne doit pas être le cas.
Le rapport a été conclu par la plus grande démarche à suivre afin d’atteindre une
finalité qui est : le bien être de la population (en entière et non seulement une classe
privilégiée). Cette démarche est claire et simple : Dépasser les considérations
étroites d’ordre personnel et partisan pour se mobiliser au service des intérêts du
pays et des citoyens.


Aperçu du document Analyse du rapport annuel de Bank Al Maghreb au titre de l-converti.pdf - page 1/1




Télécharger le fichier (PDF)


Analyse du rapport annuel de Bank Al Maghreb au titre de l-converti.pdf (PDF, 333 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


fichier pdf sans nom
le marche deuxieme exercice
n886s39
6x9hofu
downloads 4f1359b3e700a
les enjeux d une autonomie monetaires

Sur le même sujet..