Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



La Seigneurie du Christ .pdf



Nom original: La Seigneurie du Christ.pdf

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Canon / , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 20/08/2019 à 03:40, depuis l'adresse IP 90.90.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 40 fois.
Taille du document: 2.3 Mo (36 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Ls seigneurie du Chrisr
sur ItÉgliseet sur le mondel
par un groupe de théologiens
de la <<Conférence catholique pour les questions cecuménirlues>>
A) L,r SprcxsunrEnu Cnnrsr
la Seigneurie du Christ nous tenons,par la foi qui répond
1|.."
parole apostolique, des vérités qu-e I'expériônce ôhré_
à.
la
\tJ
tienne essaie de traduire, mais qui- dépassent
immensé_
-:
ment cette-expérience. <<Jésus est Iivrios >
telle a été, sans
exclusion d'autres formules ou d'auties a{firmations, ra profes.. r..Yoici un aperçu _bibliographique, évidemment i'complet, rles étucles
catholiqu_esconcernant la Seigneùrie^du christ :-Bible et sinthès;; d,inspiration biblique_: L. cenrrrix, art. rle 1922 s. repris clans Rcàueil Lticien càrlaur, z vol., Gembloux, rg54.; B.- Rrclt'x, L'Àntéchrist et I'oppositi.on au
loyaume^ m_essianiqueclans I'Ancten ef, le Nouueau Testament,'Gembloux'rgà;;
Paris, rg3z; Fr. .\It.ssrnn,,Cfur.is-fus,
ttas,41t uncl clte Kircl.te,frier,
J. Bor_
stRvFI, Le_Règnede Di,e,.u,
P-aris,rg55; D. I)nrnnwnrnna, Vollenriunlgin Cltis_
Irrs, Paclerborn,-r934; T'h. \ftcrrnr.s, Dtts Ileilswerk rter'Ilirche. Eii Beitrag z.
einer Tlrcol cl. Geschicltte,sllzburg-Leipzig, r93j; o. B..rrHonEn,Die LleiÂlt.oIung der lVelt, Freibu'g, r936; J. (Jrs'rn-, ri'eltuerkkirung i ritutrgischen
Ge.i.ste
.rler ostkirche, Fleilrurg, rg39 1comp. H. uns lor B.qri-nrs.rn,I{o.smisclre
Litttrgie. trIaximus rler..lrelienner,_Fr-eiburg, rg4r. Tr.acl. frse. Éaris, rg(7);
H..Brnnrmr.rrx, Die Erliisut'tg
porrlus, ['tirzbïrgj
lley schi),pfurtgbeîm llLostel
1O4o;-J.. Pnisr, Ilo/lnung aul Herrl.ichkeit, Colmar,- s. cl. 1r9dz1
; G. Turrri,
T l t c o l . o g idee s R é a l i l ë sl e r r e s l r c s . . . . I P
, a . i s .r 9 4 ; t  . F r t r r c x l _ l i q ri s r r : , r ; u r n r o s
et
rg47;
L_
\\-.rr,rnn,
Chrisius
und LIer Jiosnios, Siuttgart,
.GLoil'e...,_Paris,
r948. Et cf. les divcrses < Théologic de l'Histoir.e rr.
Tra:lition,
\{agiste.re,Histoire : E. Scnanr, Recapitulatio).Iuntli, Freiburg,
.
Die l/erkijndi.gunq-clesRetches Goites in tt-ei.
194r ( S. Irénée); li. S'rArunr-ni,
I ( i r c h eJ e s u C l t r i s l i .Z c u g . t . t i sds tet so i l c r tJ a l t r h u n c j c r l e nt t . o l l c n ! \ o t t l c s s i u n r n ,
d v o l . , B a s e l ,r g S r - r 9 5 8( l ' a u t c ' u re s t p r o t e s t a n t .T ' r a d u c { i o na n n o t t i ei l e t e x t e s .
Critique par {r Leclercq-, dans Reu. Ilfst. ecclés., 53 (r958), pp. 5;_6g);
L'iclée tle Ia Iloyauté du Cltist au trIo1,en'
,fg.. Ër",i., i9i9;
{. L_19r,nncq,
P r e X I , I i n c y c l . - Q u a sl l r i r n a s : l c t a t r p o s t . S e d l s ,r 7 1 r 9 : b ) , p p . i 9 3 s . ; p r n i l i ,
E r c 1 . c l .S u m m f P o n t i f t c a t u s ,: r o o c t . r g ï g . . A c t a , a p .S . , 3 r - i r 9 3 9 ) , p p . 4 r 3 , . . ,
eL cf. infra, n. 67.
Théologie sy-stématique: lld. Hccor. La lê,te spéciatede JésLts-Christ
Roi :
Rer. thorniste, 3o (rg:5), pp. :91-3:o; Ch.-V. HÉnrs, La Rot,auté t|u Christ :
Rerr_.
Sc. phil. théo|., r5 (r9:6), pp. zgi-32[ (repris dans Le iI1,sLèredu Christ.
Paris, rg:8, pp. r,48 s.); L. Cnermrl, La lloyauté du ChrisL ielorL Ia doctrine
catl'rolirlue,Paris, rg3r; \I.-J. )-rcor,.rs,Le Christ, Roi des nations : Reu. iltomiste, 4L (1938), pp. 437-48r;H. Bounssn, Lin seul Chel ou Jésus-ChristChel

132
sion de foi dcs chrétiens, des Apôtres, puis des Témoins dont
cette aflirmation même, poussée jusqu'à ses conséquences de
refus de toute idolàtrie, a fait des <<martvrs >>2.
A I'origine de cette aflirmation s" i.ourre celle du plein
Nlonothéisme, du N{onothéisme conséquent, tel qu'il est l'âme
d'Israël : << Ecoute. IsraëI. Yahvé notre Dieu est le seul
Yahvé8. >>Ce plein llonothéisme entraîne deux conséquences
principales :
1" Tout est de Dieu. Les chosesne sont uraiment, elles ne
sont bonnes et vraies que quand, conformes à la Parole créatrice de Dieu, elles réalisent sa volonté et son plan a. N{ais
aussi, tout ce que Dieu a fait est bon. <<Dieu n'a pas fait la
morto il ne se réjouit pas de la perte des vivants. Il a tout créé
pour être5. >>\'ovant I'univers tout entier en dôpendance de
Dieu et de son dcssein, la Révélation ignore I'opposition
moderne entre <<naturc >>ct <<esprit )), elle ne connaît qu'une
création. ou les chosessont solidnires de I'homme.
2" Yahr'é est Seigneur.La théologie de l'Ancien Testament
peut d'autant mieu\ se résumer dons cette formule 6 que cet
Ancien Testament rér'èle pcu la nature. de l)ieu en lui-rnême,
ou plutôt ne la révèle pas autrcment, intéressée qu'elle est,
d'un bout à l'autre, à nous dire ce que Dieu est pour I'horrrme
et ce que I'hommc der.ient selon la relation oir il est à l'égard
de Dieu. Yahr'é est Celui qui mène toutes choscs,Celui dont il
faut suivre les volontés, Celui dont le gouvernement conduit à
la vie. trt il est seul Seigneur. Lcs prophètcs ont repris ce.tte
affirmation au-delà de la concession d'une rovauté humaine
dont Dieu prit d'abord déplaisir, mais qu'il b,,init ensuite, en
r l . eI ' u n i r e r s e l T ê t e d e s . s a i n l s ,P a r i s , r g S o ;\ I . ' f n r n r , . l n I c i I r . I e rt e r n u t t I t l a s e n
G e s c l t . t i 1 taf er t d e r G o t t e s t , e r h e r t ' l i c l t t t rrtfqu r s- J l c n . s c l i e n . . D i u u sT h o m t : ; . r g i l z ,
pp. r85-:oo.
S p i r i t r i a l i l é e t r - r r l g a r i s a t i r - ':ni ) . r n \ l o r r . É o r . L c C l t r i s t - l l o i , P a r i s , r g 3 3 ;
-\. Trrrrnn, Jttsrtsnolre l?oi, Palis-Lorrvairr,rq3./1
; L. Dnrrrnr, Das Reich Gottes,
\\iiesbaden, r935.
:. \-oir O. Cr r.r,rrrrr, Les premières corifcssronstle f oi cltrétisnnes, Paris.
r943. - Tdéc dc la llovauté rlu Christ, {le sorr calactèr'c irnpérial, chez les
r n a r t - r l sr l e sl r o i s p r e n r i e l ss i r i c l c -:sr é f t ! r ' .r l a n sR e c u t : i IL . ( e r ' f a u t . t . I , p p . 3 r s . ,
5 7 ; l c - sA c t e s r l e s m a r t - _ v rsso n t r l a l c l s( ( s o u , sl o r è g r r c d e n o t r c S c i g n e u r . T é s u s C h r i s t . à q u i i a g l o i l r ' . . . r ( i b i r l . , p . 5 6 ) . l l ô m c n i o l i f , s o r r su r r c f o l r u e r n o d c r n e ,
c h e z l c . s m a r t ) r s d e s p c l s é c u t i o n sd c C a l i c s , a r r \ I e r i q u c , i r r i l l e t r o : 0 e t s . :
F . n n L . , r r r . n n s r r?. t t m o i n . sd r r C / r r l s l - I l o i : I ' i e . s p i r i f . , r n a r s r q : 8 , p p . i 4 : - 1 5 6 ;
V. \L.tnrrorror. .4pôire et martyr, Ie P. Pro (189t-1927),Toulousé. rg53.-Et,
bien siir, les Témcins de l'Église corrfcssante.sous }Iitler.
3 . t r ) e r r t . r, - r . [ ; c o m p . r v , 3 5 ; x x x r r , 3 q ; I i x . , x x , r - 3 ; I s . , x r . r v , 6 t ] I c , x r r ,
zi-32; I Cor.. vrr, i'i.
4 . C f . p a r e x e r n p l e l, ) e u t . , x r x r r , 3 9 ; . I é r . . r r , r 3 ; x v r r , 5 - 8 , e t r o i r C l . T n n s llssai sur kL pensée hébra'ir1ue,Paris, rg53; Ê,tuclescle mëtaphtsiclue
NroNT.\^*T,
bibliqtte, Paris, r955, Th. Borrrr, Das hebrdi.scheI)ertltcrt itn I'errlleich mil.
, ôttingen, 2, Àufi., r95{.
d e m q r i e c h i s c l z e nG
5 . S a g . ,r , r 3 - r { ; c I G e n . , r , 3 r ; S i r ' . , x x x r x , : r - 3 5 ( \ r g , z 6 - { r ) ; I T i r n . , r v , 1 r .
'Iiibingen,
6. Cf. L. Konnr,nn,Theol des,,1. T.,
3 -\ufl.. r953; \I. Brrsnn,
O n s K ô n i g t u m G o t l e . s ,H e i d e l b e r g ,3 , A u f l . , r 9 5 6 .

-r33
David, jusqu'à en faire le type de celle du f,Iessie.La restauration post-exilique s'est aptliquée à réaliscr cet idéal d'une
royauté de Yahvé seul (théocratic). Nlais pas Dlus que. dans la
création, l'homme n'est isolé du monde, Israiji n'est'le domaine
exclusif de cette ro.vauté de Yahvé. La souveraineié de Dieu a
pour domaine tous les peuples, dont elle s'umet l,histoire à
ses dcsseins; seulemeni, cux obéissent sans le savoir, tandis
qu'Israël est appelé ir se soumettre de cæur et ir témoigner de
c c q u c D i e u v e u t ê t r c p o u r n o u s . I l d e v i e r r ta i n s i I u i - - m ô m e ,
comme peuple de Dieu, <<un royaume de prêtres et Lrnenation
c o n s a c r é e> ( D e u t . , x r x , 5 - 6 ; I F i . , u , 5 , 9 - 1 0 ) . L a r o r . a u t é d e
Yahvé rejoint donc sa qualité de Créateur : elle conduit la
création à sa fin. Le \Ionothéisme conséquent veut que la Création s'accomplissepar le Règne. Isaïe, qui annonce à Sion <<Ton
Dieu règnel >, lie cette royauté de Dieu à son titre de Créateur
(xr, 21-26; xru, 5); de môme font plusicurs <<psaumes du
Règne > (cf. Ps. xcrrr,xcvr). Chcz les prophètcs, des promesses
de restauration cosmique sont liées à-la-réalisation âe la Justice messianique,c'est-à-direla soumissionau Rè.qnede Dieu z.
En plus de cent passagesdu Nouveau TestamèntF,de facon
expresseou implicite, les allirmations du X'Ionothéisrnebiblique
sont transférées à Jésus-Christ. Le titre dc liqrios peut bien
être un titre roval n'impliquant pas, de soi, divinjtée. Tel qu'il
est appliqué ri iésus dans Îes éciits'apostoliqueset dans la foi
de l'Eglise, il l'assimile au Père, à la droite duquei il trône
dans les Cieux. Tout ce quc nous dirons plus loin sur la Seigneurie du Christ illustrera cela. Il est intéressant de dégager
le sens théologiquc de ces allirmations de la foi. Le voici :
Dès là que Dieu s'unit h1'postutiquement
une nature hurnaine
individuclle (homo Christus Jesus, I Tim., rr, it), il n'est plus
Dieu-pour-le-\ onde, il n'exerce plus sa souverainetédepuis et
par sa seule Nature divine, mais, en rnêmc temps, depuis et par
I'humanité qu'il s'est unie en Pcrsonne, qu'il il <,assuméeà Sôi >
(Nous parlons ici de l'effet du Dessein de Dieu tel c1u'ilse réalise
dans le temps. Mais, à considérer ce Dessein en Dieu lui-même,
il est éternel comme Dieu : de toute éternité, Dieu voit le Verbe
7. Cf. À. H.sRoscu, L'atlenle clu salut tl'uprès I'.lncien Testament: Iré_
nihort, rg5!1,pp. 4-zo; G. Prnorx, Ltn aspect négligé rL' lo fustice dans I'Ancien
Testarnent, son aspect cosmiclue : Reu. iltéol. bhil., rya|, pp. zg3_:gg. Les
textes abondent. Il ' aurait. aussi le thlme, sui iequel-insiità A. \cher, cle
l'inclu-qion cle I'alliance noachique dans l'alliance ile srâce.
N . É r ' o q . r r o nsst ' u l e m e n lc t , u x o i r E x . . r r r . r 4 . i s l r . e p l i >p a r I e C h r i s I
_
(Jo., r'rrr, :6, 58, et le-s< Je suis... r; trIat., xxvrrr, :o) ou à propos
-art-. clu Christ
lJimi, dans
Qpog., lt -4). Cf. Ii. Srrr nnrn, art. Ego, et F. Buncnsnr,,
Theol., lT'b. z. rY. ?., t. II, pp. 343 s., 3g6 s., et lirl. Scnrrnrznn,Ego Eimi.
Die _religionsg.eschtl.
rlerkttnlt ttntl tlrcolog. Bedeutut^tgtler johanneisi,lrcnBiIclreden, Gôttingen, 1939. G. (ir.oncr dit (Reich Gotles u.' Kirche im N. ?.
Gùte_rsloh.,1929, pp r9911ro) : < In seinem Hancleln (: Christi) ist Gottes
Handeln in :einer kôniglichen Fiille Gegenrvart gervorilen. ,,
g. Cf. art. de L. Cnnnlux, rg22 s., repris dans llecueil, t. L

134
comme incarnanclu{t , il- nous prédestine en lui (Iiph., r, 4), il
v o i t l c m o n d e s a u v é e n l u i ) . R è p r e n a n t d e s c a t é c - à r i c s ' d se a l n t
Jcan d-e Dam_as,la théologie_scblastique parre,'âu""-p.é"i.io,.,
et bonheur, de I'Humanité- du christ-corime instrunient conjoint (organe) et animé. Instrumenf, c'est-à-dire une cause
élev é e e t , e m . p l o l ' é e . p aurn e _ e { f i c a cseu p é r i e u r eà u r r o r d r e d ' a c t i o n
p r u s e l e v e : a r n s r ,d e q u e l q u e sc r i n s d e c h e v a l f r o t t a n t u n b o v a u
de. mouton, un violonlste tire une des plus haute. rr"o"tÀ.'q"i
soient sur terre... conjoint,.c'est-à-dire uni à cette eflicaà" r"parieurer,dans I'ordre de I'existence et dc la r.ie, comme son bias
I'est t\ l'artiste, ct pas seulement commc l'arcliet l'est à ce bras.
Animé, c'est-à-dire c1u'icil'instrument n'est pas
un organe phl^pensant,
siqu-e seulement, mais un être conscicnt,
iimant et
voulant- Dire que
.la .Seignelrie de Dieu est communiquée à
Jésus-christ, cela signilie qu'elle réside dans sa conscience,son
i^telligence, so^n_cceur
et sa volonté d'homme, et que tout exercice de.cettc seigneurie c'gage_u' acte de "otrnàissa.rce,d'amour et de 'olonté de la pnrf du Saint Serviteur et Enfaht de
Dicu, .Iésus-christ.Il est rormal que le service du christ-Roi
soit souvent lié, dans la conscienceiatholique, au culte du Sacrécceur, car le fond th_éol-ogique
de ce culte^n'est pas autre chose
que ce qu'on_vient de dire. Dans la théologie sôolastique, dont
le traité De christo cst un des plus beaux èhapitres,la rovauté
du Christ est très expressémènt attribuée à sorr'Humânité,
comme une des consr"quences
de sa grâce de clref (gratia capil r s ) . c l l c - m ê m e .a p p e l ô e p a r l a c r â c e d e l , u n i o n . t r i ' , b i c n , i i . ,
les textes paulinicns sont abondamment invoclués10.
Par_cequi précède, on peut voir déjà que l' <<Economie >>a
son fondement dans la <<théologie >.La suite prd:ciseraencore
le.s liens -qui _existententre les dcux. Illlc moitrer. aussi que
s'il 1'a,-dans lc Christ de I'Incarnation, passagede la <<théoloSj" u è l' < économie >, il_v aura finalement comme une résorption de l'<< économie > dans la <<théolosie >>.
Nous exprimerions cette économie de la Rovauté du christ
en^ces_troispropositions,sur lesquellesnous pensons,avec joie,
qu'ul large accord se fera entre chrétiens dô différentes iom_
munrons :
1) La Seigneuric du Christ est totale et absolue.
2) Son exercicc p_léniereffectif e.steschatologique.Le terme
en est la réalisation du parfait l{onothéisme.
3) Son erercice <<d:conomique> (- régime terrestre de la
Rédemption), comporte une dualité de dômaines, trglise et
Mond_e,u_nelutte (résistance des Puissances et de la CÈair) et,
chez le christ lui-même, un modc sacerdotalde Serviteur souffrant.
r o . \ o i l s a i n t T n o r r . r s o ' Â q t t n r , C o m . i n I ( _ ) o r . ,c . r i , l c c t . 3 ; S u m .
fheol.,
IIT^- q. 50. .. r; Compend._Thert., I, c. z\r; Hr cor i,t ffforr,'cités- rr.
r;
J . L n c r . l n r ; q . c i t é i b i r 7 . ; l i . X f n n s c n , L e ' C o r p s n i . v s 1 1 q 1 1c.l r r C h l j s l ' , e t c .

135

I) La Seigneurie du Christ est totale et absolue.
Elle I'est quctntii son étendue ou son domaine.IJn des traits
les plus frappants des aflirmations du Nouveau Testament sur
la Seigneurie du Christ est que cette Seigneurie s'étend à tout :
les réalités terrestres et les réalités célestes,les visibles et les
invisibles (Col., r, 16, et 20; trph., l, 10 et 21), les morts et les
vivants (Rom., xrv, 9) - on notera la façon biblique d'exprimer.
la totalité -, <<tout >>(tu panta : cf . inf ra, p. 12). Le Chiist est
P a n t o c r a t ô r : A p o c . , r , 8 ; r v , 8 ; x r x , 6 . D e c e < <t o u t > > i,l e s t I e
Principe : Principe de la création (Apoc., rrr, 1,1),de la Révélation (Jo., vrIl, 25; Heb., r, 1--tr),de la Ilédemption (Col., l, 18), de
la résurrection (I Cor., xv,20); il est 1a T'ête: de toute l'human i t é ( I C o r . ,x r , 3 ) , d e l ' E g l i s e ( C o l . ,r , 1 8 ; r r , 1 0 e t 1 9 ; E p h . , r , 2 2 ;
w, 15; r',5), de tout Principe et de toute Puissance(Col., u, 10;
c o m p . E p h . , r , 2 0 s . ; I P i . , l i l , 2 2 ) . I l n l u i , t o u t d o i t ê t r e < <r e c a pité >, repris sous un nouveau Chef (trph., r, 10).
Le f onclemenldonné par le Nouveau Testament à cette Seigneurie du Christ correspond à son domaine à la fois double
et unique, absolument universcl. Le Nouvcau Testament en
effct, rattache la Seigneurie du Christ, tantôt àrsa qualité de trils
de Dicu, nous dirions à I'union hvpostatique, tantôt à I'Incarnation et ir son moment rédemptcur suprôme, la Pâque, clui
englobe indissolublement I'obéissance de la croix, la résurrection, l'ascensionet la sessionà la Droite. C'est cc qu'il fait lc
p l u s s o u v c n t l l : R o m . , \ 4 ; I C o r . ,x v , 2 3 - 2 8 ;c o m p . E p h . , r , 2 0 :
P h i l . , l r , 6 - 1 1( d r o ) ; c o m p . I I a t . , r x v r r r ,1 8 ; H e b . , r v , 6 s . ; A p o c . ,v ,
9-10, 12 (l'Agncau); xrx, 16. Dieu I'a lail ou établi Seignt'ul
( A c t . , I r , 3 6 ; F I e b . ,r , 2 ) . l ' I a i s l a S e i g n e u r i ed u C h r i s t e s t a u s s j
rattachée à la filiation divine du Fils de I'Homme : Heb., r, 1-4
(héritier de tout parce que Fils), comp. v,5 pour le sacerdoce;
J o . , t r , 3 - 4 ;u r , 3 5 ; r ' , 2 1 ; i m p l i c i t e m e n t e n N { c ,x u , 3 r l - 3 7 ; c o m p .
le pressentiment de Ps. u, 7 s.; Lxxxrx, 27 s. Souvent, lcs lerrtes
du Nouveau Testament unissent les deux titres de Créateur et
de Rédempteur,en passant de I'un à l'autre,;I Cor., vrrr,6;Col., r,
15-20; Heb., t, 2-3. L'enc1'clique Quas prima.s du 11 décembre 1925 instituant la fête annuelle du Christ-Roi unit le droit
de la filiation divine et celui de la conquêtepar la croix (Ioc.cit.,
pp. 598-599).La Préface de la fête parle aussi des deux, mais
surtout de la Croix.
Ces titres confèrent au Christ une Seigneurie qui peut bien
être participée, mais qui est incommunicable en sa dignité prorr. Ce thème, remis rlans le courant théologiquc par C. {tr.n^- ((ihrislus
I ' i c t o r , r 9 3 r ; c o m p . R . L n r v r s r , r n ,Ê h r i s t t h e C o n c y t e r o r L
, orrdon, rq54),a été
surtout pré-sentà l'art triornphal chrétien à partir du IV" siècle et à I'iconographie de la Croix. Cf. G. Gecn, La théoloqie de ltt uictoire impériule :
R e u . i r i s f o r . , r 7 r ( r 9 3 3 ) ,p p . : r 5 s . ; S l a u r o . sn i k o p o i o s ,L a r i c l o i r e i r r r p i r l o l c r l a n s
I ' E m p i r e c h r é t i e n : R e t , .H i s t . P h i l o s . r e l i g . , r g 3 3 , p p . 3 ; o - ( o o .

lJo

pre. Le nom de Kgrios, tel qu'il appartient à Jésus, est au-dessus
de tout nom (Phil., rr,9; Eph., r,21 s.) : seul, parmi les créatures,
le Christ est assisà la Droite de Dieu, c'est-à-dire bénéficiaire de
sa Puissanceroyale : N{at.,xxuo 44; xxvr, 64; }Ic, xrr, 36; xw,62;
x v r , 1 9 ; L c , x x , 4 2 - 4 3 ; x x r r , 6 9 ; A c t . , r r , 3 3 - 3 6 ; v , 1 3;1 v r r , 5 5 ;
Rom., vrrr, 34; Col., rrr, 1; Eph., r,20-22; FIeb., vrrr, 1; x, 12;
I Pi., Irr,22; Apoc., ttt,2l.
Déjà I'Ancien Testament unissait le Règne de Yahvé dans
I'Histoire à sa qualité de Créateur; souvent aussi les Psaumes
passentde la souverainetécosmique de Dieu à I'ordre du salut
et à la louange de son peuple (voir Ps. xrx, xxrv, xcrrr; comp.
la prière de N'Iardochée,
Est., w,77 s.i Yg., xrl, 9 s.). Dans l'Ancien Testament aussi, le Messie était annoncé comme celui qui
accomplirait le Dessein de Dieu, non seulement sur son peuple,
mais sur sa création (cf. par exemple Os., rr, 23; Is., xr; Ps. Lxxrr,
7-72; Dan., vrI, 13-14,eI supra, n.7); la délivrance ou le rachat
étaient présentés comme liés à la puissance du Créateur et
comme engageant une nouvelle création (Is., xr-rl, 1 s.; xlrv,
24-28; rr, 16; l,xv, 17). Effectivement, le Christ fait aboutir le
Dessein de Dicu concernant, non seulement son peuple, mais
toute la création : il est celui par qui le plan de Dieu sur
lohomme et sur le monde entier, se réalise, en sorte que, audelà de tout débat théologique (scotisme),il faut dire que, réellement, en créant le monde, Dieu le voyait déjà dans le Christ12.
La Rédemption, c'est-à-dire I'ceuvre de sa Pâque, est le maintien, non seulement de I'Alliance, mais du Plan de Dieu sur le
Monde, malgré le péché et dans les conditions introduites par
le péché. Elle est I'acte par lequel, grâce à I'obéissancede JésusChrist, Dieu remet dans le NIonde le dynamisme qui permettra
à sa création d'aboutir à la fin premièrement voulue, malgré le
péché et les conditions du péché. C'est pourquoi la Sagessecréatrice devient sagessede la Croix (voir infra,2). Cette Sagesse
créatrice est évidemment identique au Verbe éternel. Mais, en
attendant que saint Jean montre I'identité de I'Agneau pascal
et du \rerbe par lequel le Monde a été faitl3, saint Paul a très
largement appliqué les motifs de la Sagesseau Christla. Il I'a
fait, précisément, pour montrer que le plan de Dieu sur I'humanité et sur la création entière se réalise par et dans Ie Christ
r::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::.
Cf. I Cor., vItr, 6; Col., r, r2-2o; Eph., r, ro (thèmc dc la rr recapitat,ion >); Heb., r, r-3; thème du Plérôme : Dieu remplit le Christ de tout, et
ainsi < tout D est < rempli >. Cf. aussi B. F. Wrsrcorr, Chrislus Consummator, London. r886.
13. Dans I'Ancien Testament cléjà (Sir., rx, r s.), dans saint Jean. expliciterncnt(r, z-3, r4 s.; Apoc., xrx, r3), de môme II Pi., rrr, 4-7, ct Heb., r, 3
( r ê m a . . . ) ,c h e z s a i n t P a u I q u a n t à l a p e n s é e( I C o r . , r v , 4 e t 6 ; C o l . , r , 1 5 , r 7 ) ,
mais non quant au vocabulaire. Jé-sus-Christ.la Parole. n'est pas seulement
venue et mèssase salutaires. e.[]eest aussi la Parolc créatrice de'toutes choses.
14. Cf. W."S. Borcor:r,'cité infra. n. z:; A. Fnurrr.er, L'Église plérôme
d u C h r i s t , d ' a p r è s E p h . , r , z 3 : À o u r , . R e u . t h é o l , 7 6 ( 1 9 5 6 ) ,p p . L h g - l + j z 5
, g36ro.

l at

gli, ,.oT1e._la Sagesse,et sur la base, tout à la fois, de sa qualrte de
-b'ils(Incar'ation) et de l'obéissance de la croix rédeinptrice, contient tout (Dieu l'a rempli par tout : Eph., r, 23), di's_
pose tout, mène tout à sa fin.
Tout ceci est extrêmement important à nos yeux. L'ordre
de l-a Rédemption ou de la grâce, dtun côté, l'ordrË de ia nature
qg de la création, de l'autrc, ont un même fondement ei relèvent
d'une même souveraineté, d'un même gouvernement, ceux de
Jésus-christ, à la fois comme parole Jr, suger." créatrice et
comme verbe-fait-chair, Serviteur souffrant et"Agneau de Dieu :
l e F i l s d e I ' H o m m c . C e t t c u r r i t éd e p r i n c i p c n , Ë n q a s eo r r . r n "
u n i l é d e s t r u c t u r c : l a t h é o l o g i ec a t h ô l i q u e ^ d i s t i n g i c " r<i a t u r e , >
. >a, u p o i n [ .q u c
e l < g r à c e>
. t e f t h é o l o g i e no r t h o d o i e n o u s r e p r o _
c l r e ,. i n j u s t e m c n l .d c _l e s s é 1 l a r e r E
. l l e e n g a g c ,u c o u p s ù r , u n e
u r r i t é . d ep l a n e t d c l i n a l i t é . c e l a s i g n i f i . [ u Ë . s u r I a b a s ec h r i s tolo_giq_ue
de la Seigne,urit de Jésus-chri'st,-elle-même inséparable de la théoloç1iedu verbe 15,la restauration ou re-forriration16de la nature"estincluse dans ie plan rédemptô"" et dans
l^a-puissanceréclemptrice de Jésus-christ. ccla, irne nouvelle
fois, impliq.ue et.signifie qu'un accord est, de soi, possible, qu,un
certain ordre réciproque et une certaine propôrtion exiîtent
g.ntre lliyrc. et grâce, or.dre créationnel et ordre de Rédemp_
tion, civilisation et évangélisationl?.Notre théologie des rapporis
entre la nature e.tla grâce, nos positions conceinant I'aùiogie
de l'être et le droit nâturel, ont leur fondement dans l'identïté
profonde_et l'implication réciproque des deux titres de la Seigneurie du Christ.
Nous sommes portés à penser qu'il existe, sur tout cela,
entre la Réforme et nous, dè graves malentendus. Ir est vrai
qu'une certaine primauté donné1, dans la théologie scolastique,
à une considération sapientielle, sinon philosophique, des dhoses, I'a portée à s'intéresser à ces chosei elles-inêmes.en ellesmêmes, ainsi qu.'à leur conditionnement ontologique, plus qu'à
leur rapport existentiel au centre de toute l'Eéoiromie. Jéôus(L-ssaisur le m,t'stèr.e
r5. J. L)'rrrÉr.ou
cle t'llistoire, paris, r956, pp. rô2 s.)
et ch. JornxEr (Prlmauté tte
dans
ra perspectiie catiotiji1ià iï h prrr'-pierrà
pr_'otestante,
Paris,. r953, .p. 46) ont licf rnontré q.ru .ïér.,s ne peur,
1-tectiue
au plan tle l'éconotnie rédemptriôe, réaliser le cles-sein
de bieu su.-là moncle
que p-arcequ'il esl Fils de Dieu, Homme-Dieu, yerbe incarné.
l e s c h é m a a u g u s t i n i e n ' e t m é c r i é v a ld i s t r i b u a n t t o u t e
- . r ( 1 .c g a o t é r o q u( e
I æ u \ r c r f e l ) i c u e r r l o n r l i l i . o , r c r é a l i o nR, .c l o r m u l i o i R , i r l c m p t i o nr e c o n [ i g u _
rante), Cons-unttnatio_
(eschatolo_gie).
Comp. îh. lhcunis cité'supro, n. r.
r7.- En disant < de soi_possibre>, nouê n'aflirmons pas que côt accord soit
procuré par ia nature indépendamment rle Dieu (cela'n'adrait aucun sensl,
ni. même, inclépendamment clu christ. Nlais no's entendons q.rà .ôt a..oi l
est donné, à la, natu.re par
_leseigneur comme SagessecréatricË; que, atteint
par le peché, il n'cst cependant
pas.détruit,
quele christ, comnie Rédempteur, le restaure, lui donne sa vraie finalité9t ei la possibitito ae I'atteinclr'e,
m a i s n e l e . c r é ep a s . c o m p a r a i s . o n
vulgaire :quelque^< Spoutnik'ou u pionnier r. qui scrait, ou ne- serait pas, mis sui sa traiectoire, qui aurait, ou
n'aurait pas, l'énergie nécessairepour atteindre son"obiectiî.'

138
Clrrist. Le développement du traité De gratiu s'est fait, d'autre
part, en Occidenl,- dans une liglg surtogt- anthropologiqu.q 9t
morale (saint Augustin contre-Pélage; débats du XVI" siècle
avec la Réforme, àu XVII" entre écoles théologiques ou avec le
Jansénisme).Bien des discussionsou des travaux récents montrent que, dans l'Eglise catholique, la -question. <<nature >><, grâcô >) pose enco;e des problèm9s... La tradition orientale,
irui est foïcièrement une théologie de la Divinisation de
lihomme et de la création, distingue' certes' entre les deux
ordres, de nature et de grâce 18,mais met une relation plus
étroite entre cette naturé, même cosmique, appelée à être
trans{igurée, et la grâce. ou aussi, entre la connaissancenaturelle eI la connaisJance <<pneumatique >>,entre la N-ation ou
I'Etat, et I'Eglise. Chez noris aussi, la litlÏgie, <<grande didascalie de l'trgiise > (Pie XI), n'a cessé d'englober la- Création
dans la Rédëmption, s'appliquant à mettre la vie et le monde
des hommes soùs l'empire de ce quc' le Christ a fait p-our nous'
particulièrement "n sd Pâqueto. IIais si l'ordre du salut ou de
ia g.ùce cst, en rigueur, une nouvelle création, demandant une
nouvelle naissanie20,I'ordre créationnel a son cristence, sa
bonté et, Avec elles, une aptitude foncière ir rcvenir vers l)ieu
ii ._tt" .oôi" lri est ouverte^et donnée, de la Sagesseéterne.lle,
nar oui toutcs choses subsistent.L'insistance sur la justificaiià" irr. ia foi seule, la volonté cle substituer à I'ontologie
scolastique une vue dramatique et _existentielledu rapport relifoi et salut, la focalisati'n de' lout, enfin, sur la
oi"".* "n--"
Ëarole, ont amené le Protestantisme à oublier quelque peu,
"à", .ô-1,le-t-il, la valeur cosmique de la Rédemption et de la
Nous
en deçà même de I'cschatolo_gie21.
noi:uutO de .Iésu.s-Christ,
nous réjouissons que cette valeur soit aujourd h.ui de nouveau
22.Nous
""-..-".i" dans lei Communions issues de la Réforme
G. \\i. L,urptt, Sortre Nofes on tlte si(lniliccntce ol Ilasileio t.ou
r8. ïoir
T l t . e o L t ,P , a s i l c i a C h . r i s t o u i n t h e G r e e k F a t l r e r s : J o u r n a l o l T I t e o I . S l r - r 1 1 i e s4. 9

( r -g 4 8 ) -ies
p
, p. 5B-r3.
anaphoresrendent grâcc-sà la fois pour les ]rienfaits
rq.
an'cicnnes
de la création et ceux de la Rédc'ntptionide l'histoi.re rlu saltrt);le, l{art1'rologe
r o m a i n p a r l e , p o u r ' \ o ê 1 , d e C o n s e c r a t i oX l u n d i ; l e s L i t a n i c s d e s s a i n t s d e t n a n dent l'éloignement de manx, même co-qmiques,âtr rlolll de tous les faits
cl'une histôire du salut très christologique; il \ a. par la vertu de la Croir,
c'lesbénédictions, rles consécrations,pour les réalités terrestres, et un sacicment, celui du mariage, sacraliseune réalité naturellc cn ltri donnant son
sens par lapport au Christ et à l'Église, ctc.
:ô. Ct. It Cor., v, r7; liph., rr, ro; [ial., vr, r5; Jo., rrr, 3 s.; etc.
:r. La remalque a été faite par bien r'lc-sthéologions rron catholiques :
H. P. Orvnr, cité 1nfra, n. ::; W. A. Vissrn r' Hoolr, La llovtttlt/ tle Jésus'
Christ, Genève, rg(8, pp. r5 s.; A. KonnrRr,n.clans ?/reologie trls Glottbensr t ' a'-g n f s ,F e s t c h .l . K . H e i m . T i i b i n g e n , r 9 5 4 ' D t c f . t t . s u i v .
z:. Quelquci référenccs : Ànglicans : \Àr. S. Bor-tror-r,Creation and Cltris'
Creation arrd tlte Cltttrch : ibir/., 53
tolagl' '. ineologr', 5: (r949), pp. 41r3-1r4'B;
Irtcttrnatior-t' Somc lut-'tler
(rg5'o), pp. 4,i5-[6o; H. P. OwEl, C.reotion anr]
'Irrolr'ox,
Rcrelclfon and tlte
fbid., 54 (rq5r), pp. 4rr-4r6; L. S.
inoiinti:

139

sou,haitons que le Conseil æcuménique en poursuive
ration.

l'élabo-

2. L'erercice ellectif total de la Seigneurie du Christ est eschatolo.gique.Le terme en est la réatisation du parfait Monothéisme.
Le Christ règne dans les cieux. Ii rè.qne aussi sur la terre.
mais selon une économie dont il faui noter lcs différents
moments. L'exercice total e1lïecTifde la puissance du Christ%,
à-laq_uelletoutes choses sont, de droit, soumises,aurait pour
effet le Ro11aume.Le Royaume est caractérisé, si on le considère
en ce qu'il représente p-our les créatur"., pui deux traits princlpaux.
1) Il mettra Iin t\ la situation dans lacluelleles créatures ont
été entraînéespar la révolte de I'homme et par une certaine
domination des <<Puissances>>(cf. tnfra) à cette situation rlue
saint Paul appelle l' <<assujettissemcntr\ la vanité >>(Rom., t,rrr,
20). Cela comporte, pour elles, deux grands maux, ou plutôt
deux larges familles de maux : a) la blèssure, une dégradàtion,
non seulement de l'image ou de la ressemblancede f)ieu, mais
de I'intégriié dc leurs énergies : en elles, la maladie, l'ignorance, la souffrance,des maux de toutes sortes,ne sont que les
avant-gardesde leur suprême ennemie,la mort. - b) Ce monde
est un monde cassé.Les êtres v sont divisés e,t opposés,Alors
qu'ils voudraient I'harmonie ef la communion. La nature est
hostile à,I'homme,les hommes ne se comprenncnt pas entre eux,
ils sont divisés au sein même de leurs intimités, ils sont divisés
en eux-mêmes. Extériorité, souvent même hostilité et guerre,
avec leurs suites d'oppression des plus faibles : telle est la situation du Monde.
Le Royaume sera guérison des blessures,réintégration des
êtres dimihués, reconfiguration de la Ressemblance"pervertie,
victoire sur Ia maladie2l, sur I'ienorance, finalement. sur la
\lorlern \I'orlcl (T-he Iro]y ol the Sertant),: vol., \\rcstminster, rç.r5os.; ?he
Donti.nio-nol Clr.ris.t,\\c-slrnin.ster, rg5r; J. llrnsu, Tlte Fultnesi o1 îinte,
c h . r ' . L o t r t l o r r .r g i : : . \ . I ) . C r r r . o t rt y , T t t a C o s m i ( ,( . l t r i s l , L o n r l o i r . l o j r .
- Congrégationaliste : C. H. Donn, God and the Latr, roir:. - Luthéricns :
J. Jnnnrrre-s,
Jesus ol.s W,eltuollender,Giitersloh, rg3o; lI. i;ocr,rrr.,Le carctclère
eL Ie rôle rle I'éIément cosmolorlicltte.
tlans Ia sotérioioqie paulinienne:1leu. ITfsf.
., _tit (r9351, pp. 33ir-359;\\r. Sr.rrnr.rr,'Dis Ileit rler lïclf, clans
lhjlo.s, reli_ç1
schrilten tl. Theol. Iionu_e_nt:
Augsburg. Benekenntnisses,no 3, Berlin-Spantlau. rg5_r,pp.5-:6; G. \\-nrrnr-rc, WeIt. unrJ Reich, Stttttoarl. io5r. - Càtviniste :\\r. A. \rrssnn 'r Hoorr, cité note précédente.Et cf. encorô J.-ph. Ilarrs n v n n ,S i q n i f c a t i o n d c h c r é a t i o r t , : l ' e r b n m C a r o , t , ( r q j : ) , p p . q i - r o : 3 . D a r r s l e l a t i n d e s s c o l a s t i q u e s: e r e c u l i o p , . t t e s i a l i s,.i i n J i ' s a l i t T r r o r r r s o ' . \ e rr r . S r r n r .t h r o l. . l l l ^ . q . 5 9 , a . 4 , a d . r .
:4. C'cst lc sens cle tant de miracles de l'l:r-angiic, signes de l,approche
rlu Rovaume de Dieu.

740
mort (I Cor., xv, 26,54).Il sera aussi réconciliation' paix, communion, dépassement ou suppression des extériorités et des
dans lesquelles nous nous débattons.
oppositions
-2) Fruit de l'exércice effectif plénier de la Seigneurie du
Christ, le Royaume doit unir les deux réalités actuellement
séparéesde I'Eglise et du }Ionde, l'ordre créationnel et celui de
la-Rédemption. Il sera inauguré, en effet, par la Parousie glorieuse du-Seigneur, qui sera comme la réalité de sa Résurrection étendue âu Nfonde. Qu'est-ce à dire, sinon une emprise de
I'Esprit sur les réalités créationnelles elles'mêmeq? Qu'est-ce à
dire-, sinon la réalisation de la Gloire dc Dieu, l'établissement
véritablc de son Règne ? Ah l comme nous avons besoin que Ie
Seigneur revicnne four tout sauver, p_our essu)'el t-oute larme
(Apôc., xxr,4). I'Iarana flral Seigneur, viensl prie l'trglise (I Cor.,
xvi, 22; Apoc., xxII, 17, 20; Didachè, x, 5-6).
ltègne eschatologique,parousiaque, au sens ou slint Paul
entend,-par Parousià le retour final et glorieux du Seigneur,
à l'entrée triomphale d'un souverain dans une de ses
analogud
villes. Cette consommation eschatologique ne sera pas seulement manifestation de ce qui existe déjà rn mgsterio (Heb., r,
8; Col., uI,3-4; I Jo., rIl,2). trlte comporte des act-esnouveaux
de la puiésance royale du Christ : précisément, I'ex-ercicede
cette luiss ance, rTortseulement -pour la résurrection des corps'
pour
^tror,.Îu transfiguration du NIond-c,mais sous sa forme coactive,
r" soumet-tre,dans la rigueur de la justice' ceux qui auront
iésistéir I'appel de la miséricorde.
Le Règne et donc le Rovaume ne seront parfaits q-u9quand
<<Dieu serà tout en tous >>(I Cor', xv, 28). Saint Paul lie cette
annonce immensément profonde de <<Dieu tout en tous >>à une
nouvelle et dernière étàpe, celle de <<la fin, quand le Christ
remettra le Royaume à Dieu le Père, après a^voir_détru.ittoute
È r i n c i n a u t é , D ' o m i n a t i o nc t P u i s s a n c e> ( v . Z - t ) . L e R è g n e d e
Dieu ôomporte deux stades' Dans un prem]e1 stade, terrestre,
sa réalisaîion se fait fn Christo, < dans le Seigneur >>,mais le
Sàigtt"n" tel qu'il est venu à nous, c'est-à-dire.in forma serui :
it.7"fra,3). Dans le stade {inal, le Règne doit ètre celui du Seisn",,r in Iorma Dei. Le christ Iui-même recueillera les fruits
àe la "ictôire qu'il a remportée à notre bénéfice; il séchera les
iu"*"r. il détruira le deinier ennemi, la \{ort, il réduira les
Puissatces qui empêchent que Dieu soit vraiment et pleinement
Dieu pour ies crèatures. È,t, s'étir1t soumis toutes choses, il
remettra le Royaume à Dieu le Père, afin que Dieu soit tout
en tous.
Le terme de tout, c'est la réalisation parfaite du plein
Monothéisme, c'est-à-dire d'une totale et parfaite-dépe-ndance,
ioveusement reconnue, de toutes choses,à l'égard de funique
'SËu.."
de tout être, de toute vérité, de toute bonté et de toute
.\ri".L". choses,et l;homme qui les utilise, cesseront de se croire
ou de se vouloir autonomes, source et fin de leur propre exis-

L47

ellef reconnaîrront
o^l?n"epuissance;

atorsque
I{l::,^9"",i:::
t.rreu
esr r-tteu,elles âccepterontqu'il soit vraiment Dieu, pas
seulement en Lui-mêmeèt pour Lui-me-", î"i.-'ei--elres
et
pour elles. Ce sera vraimenl le Règne,-et âonc 1"-Roy.rr_".
Dieu sera tout en to-us.sans absurde"eti-por.im" p"ïtËoi.-",
-pïïf
"^1,
h"ism.e dont p arlenr pi;. i "";;
oropn"ï
1n1,,:,: 1:,.. l-rreu
1I llr
rerrgreux'o.
lêra tout en tous. ce sera vraimen^tle Sabbat
de la création et de l'Histoire,que les trèrôs";t;h;;ià
sousre
nom de Huitième Jour (le p"eriie" d'un -orràà'n-ôuiàau).oui,
q1 vra.isabbat,oir nous nous reposeronsde nos æurr."r'c'"st-àdire ou nous nous.reposeronsâ'a",rrr._e"
par nous_mêmes,
pour

fouf recevoir de Dieu, dans l,action de jrâces 26.
on est bien obligé
-de,r_econnaîtrele"caractère économique,
j-emporaire, du Règne du christ en tant que christ , à""o-_"0'àË
Dieu et Serviteur souffrant. Son sacerdoà "o)'nr-;;i ri, che-in
ju_squ'autrône de f)ieu, il a encore un caiactère
médiateur
(Heb., x, 20, etc.). Le Rol'aume, sous sa forme terrestre
et préqaratoile' csl Rovaume du chr[st: sous sa forme finale parfàite,
r l s e r a R o ' a u m e d e D i e u , c ' e s r - ù - d i r ed u p è r e , d u p r i n Ë i p ( ,s a n s
principe : parfai-t Nfonoihéismàr;.-ù" peu comme, en IsraëI,
on était revenu à la Seigneurie du seul.yàhvé par-deià la parenthèse de la ro1'auté davidique... N{ais,à ce Rè$ne ae Die,i t,t umaniré de Jésus est à jamài" u..ôàiZ"r', ;t-c;î;ùîi
auront
été volontairement soumis v seront associésuro""irl 1Àpo"., ,rr,
21, et passim; Eph., n, 6; I-Tim., u, 12)le. En .ég;;;i ;'"ec'lui,
:5' Sarls doute Ia
. s o p h i o l o - g i c d. e c e l t a i n s t h é o l o g i e n s o l t h o r l o r c s a r r r a i t elle quelque chosc à dire-ici. Ii-n'en existà, âans ra iradition.otùoiiilrr",
q.,n

.: parallèle-s
fragmentairis,noeis ;iùill.;;.r,';a].'..r..'o,,t
1t_:_.T9I-..
o u n ; t u l | e c,9"
l r n tf; r dl e

lterr:ér,.
zû. Il faut li.r ici les arlnriral.ricstextcs tles pères :onrcÈrrr,
com. in
C-anl., prol. (Barrrnlrs-, p g4); 1rr Num. horn., XXIII,
4 tp. ,i6); ".,rr.p.
arl
,Iarînurn.'
(p.^9., 9r, 33 s.1'; .S.-Àr:".rr:r'^, ..,iio.,t, O,
!!.exryn,. 9ll:,.:r.
C i u . D e i , I \ I I , 3 o , L - i ( p ; L . . , r i r , . 8 o 3 _ 8 o i )D; e G é Â . a d l i t t . , V i , ' r - r . q
(34,8o6
3o;). comp. u' .uteur tout contempn.iir. ' ,, To.i".'"oJ
q"..tion'., toutes
nos angoi'sses.tou-snos re-ssentimentf,n'o't qu'rr.c origine I.:àiï1"",
po.,.
nous,. L)ieu._n'estpas Dieu i...). Le faraclis, cc sera cle voir comrnent
l)icu
est Dieu__>
(L. livu,v, Àolr.c pÈr'c...,por.js, re5ti, p. rg).
Il
Cor.,
x.r.,
:d-r5.
nlais
iI
t: I .I
r à audsi I"Cor., xr, 3, r le Chef clu
^_ .2.j.
Çh.i.-t, c'est Dieu r; il 1.a-ilat., rrrr, (r'qlt\gne messialiiluej ài 4S ittoyu.,_.
du Père), xxr', 3'1tle Roi, lc Christ, itit :'Vôcr, fes f,O."i.iïâ moi Èare;,
. l î : , , i ^ 1 i t l o . " l e - R o r r r r r n em. r i s c ' e s l l c _ P i , r c r l r or in f i x c l . r i c h é a n c e\ :l a l . , ctc.
xxrr-,
.]t': rct.. t. - (t)tn.. rr.
) n t e - rq'R.rrxnn.
u 0 d a r r sl c \ o u t . o ; t u. l ' r . r l a m e n lD. i c y , . 1 . p 1 _
^
:
.
r
'
.
prese-ue_partoutle Père (cf. K
Thcos i.m N. ?., crans'st:iriftei
- t h é o l o g . . ' z.
19
T h r o l. .
. gr-r0;:
I'ar.is,
- T , E i n s i e d e l n .r p '5r /rr. ,,pr p
,
i
r
dp.ù fr r' ca r r c . Ê " r i t s
es o i - q r r cs. i r a
t
q
i
s
.
.
p
p
.
r
r
r
r
r
'
.
l
l
e
e s i t e l , r i n . r p à ,i " i ^r r . c t I e
I J.
saint-I'-sprit
insépararrre-s
de rui cira's Ie parfait ,nu.ott iiiir,J.
*sont
2 ô . ( , r . p s . c r c t s o n u s a g e d a n - s - l e k é r y g m e a p o s t o l i q u e ;D a n . , r , r 4 ;
r,
6 et,pas.sim.Comp. pour le thème du"Temple'
: ,\poô,, xxi,'-::. L,idée
lpoc.,
-transitbire'a
d'un-e-ro"vautédu christ purèment économique et
éié soutenue
p a r \ l a r c e l d ' \ n c 1 - r ee l c o n d a r n n é e .
. __29'La vierge xlaric représente un cas privilégié cle cettc royauté spirituelle escha.tologiquede-qchrétiens. Le fondemert ile cettc qualitd pririteg.;Oe
est sa vocation à ôtrc la Mère cle f)ieu, vocation à laquelLe suit ïn dàeré

t12
cependant, nous ne serons pas <<Seigneur avec lui >>: sa Kgriofès reste incommunicable.
3) L'erercice <<économique >>(le régime terrestre de lu Rédemption) de sa Seigneurie pur Ie Christ comporte clualité de
clomaines,Eglise et Monde, une lutte (résistance cles Puissanceset de la Chair), et, chez Ie Christ lui-même, un mode
secerdotal de Seruiteur soulTr(rnt.
a) La Seigneurie que le Père a donnée au Christ cst totale :
elle le constitue Principe et Chef aussi bien du )Ionde que de
l'Eglise. La distinction des deux n'est pas à prendre dans la
royauté du Christ, mais dans l'acceptation qui en est faite ou
n'en est pas faite. L'Eglise est la sphère du domaine du Christ
où sa Seigneurie est reconnue et obéie, c'est-à-dire oir il règne;
le Monde est celle ou cette Seigneurie est ignorée ou contrariée.
Ainsi la Seigneurie du Christ est plus large que la sphère dans
laquelle il règne, et donc que son Royaume. llême dans l'ordre
eschatologique,le Christ a Seigneurie sur les enfers (cf. Phil., tr,
10; Apoc., v, 13) alors qu'il n'v régnera pas, sauf par sa puissance exécutant les jugements de sa justice. Sur la terre, cependant, cette différence ne dépend pas uniquement des hommes.
Le Christ lui-même, obéissant au plan du Père, n'a pas voulu
exercer sa royauté en déplo1'ant une puissance qui lui efit permis de I'imposer par l'évidence et la contrainte de l'autorité30.
Dieu respecte les libertés créées, dont l'Histoire est le champ
d'exercice. Il n'use de sa pleine puissance que de façon occasionnelle, pour poser des <<signes >>et des sortes d'anticipations
du Royaume qui vient (les miracles). Sa Royauté, telle qu'il
l'exerce dans l'économie de l'Histoirc humaine, est comme voilée, rendue faible et <<kénotisée >>par sa mission de Serviteur
souffrant et de Sauveur par la Croix. Jésus s'est appelé luimême de préférence <<le Fils de I'Homme > : il mettait, dans
ce titre. tout à la fois l'idée d'un être céleste investi d'une Seigneurie totale (Dan., vIl, 13-14)31et celle du Serviteur souffrant
d'Isaïe. La Sagessecréatrice et royale est ici-bas sagessede la
suréminent cle grâce et de perfection spirituelle, qui place tr'Iarie au-dessus
de tous les hommes, au-dessus rles anges, au-dessu-sclc toutes les autres
créature-squi ne sont que des cr'éaturcs.llais cette ro)'auté cle X{arie reste :
r o p a r t i c i p é ed u C h r i s t ; : o c l e r n ê m e o r d r e q u e c e l l e d e l ' g l i s e e t d e s c h r é tiens. Elle rr'e,stpas une Seigncurie souvcraine, comme celle du Christ : lui
seul siège < à la droite tle Dieu >.
3o. Il est Roi, non de puissance, mais de vérité (Jo., xvru, 36-37). Jésus
refuse qu'on lq proclame roi (Jo., vr, 15), il évite l'ambiguïté clu titre messianirlue cle < fils de David r, il interdit au clémon de proclamer sa qualité de
Christ (tr'Iat.,x\rr, r-g; Luc, rr', {r); il refuse de juger les questions d'héritase.
etc.
3r. Cf. A. Fnrrrrnr, L'Erousia tltt Fils de I'Homme (d'après trIc, n, 102 8 . e t p a r . ) : R e c h . S c . r e l i g . , 4 : ( 1 9 5 4 ) p, p . 1 6 r - r g z .

143
Croix, parce que le plan de Dieu est d'entrer dans les conditions du péché et de ses suites peineuses, pour en remporter
victoire; il est celui d'un salut par la Croix, d'une vie sortant
d'une mort32 (or la Sagesse consiste à participer au plan de
Dieu, qui esf Sagesse).
Tous, nous reconnaissonsl'ambivalence de la notion néotesramerrt a i r - ed e r r \ I o n d e l ( c f . S a s s ed, a n s 7 h . l l b . : N . ? . , l I I , p p . 8 8 f s . . e t c ) .
Nous croyons pouvoir distinguer trois acceptions:
- la réalité crééeen elle-même,la Création (die Schôplung);
- les cr'éaturesen rébellion contre Dieu. Soit oue le Nouveau Testarnent dise rr ce Nlonde )) pour désigner le monde eiistentiel tel qu'après
la chute il se trouve, concrètement,sous le signe du mal (ho kosmosoul o s : h o a i ô n o u t o s : c f . R o m . ,x r r , 2 ; I C o r . ,r , 2 0 ; r r , 6 , r z ; u r , 1 8 s . ;
vrr, 3r; x, rr; Gal.. t, û; vr, r4) -, soit qu'il dise simplement rr le
monde )), au sensbiblique ou religieux : c'esl alors le monde des hommes.
Cf. arrssiittlra, à propos des Puissances.
- En tant que <rce monde ) se trouve sous la Rédemptiondu Christ,
donc dans son rapport au Christ et au salut eschatologique,le Nouveau
T e s i a r n e n td i t v o l o n t i e r s< t o u t t , ( . t a )p a n t a : R o m . , x r , 3 6 ; I C o r . , x r ,
r 2 ; \ \ ' , : 7 s . ; l I C o r . ,v , r 8 ; E p h . , r , r o s . , z 3 ; r r r , g ; r v , r o , r 5 ; C o l . , r ,
6 s . , z o ; P h i l . , n r , : r ; C o m p . I T i m . , r . r ,r 3 ; H e b . , r , 3 ; r r , 8 ; J o . , r . 3 ;
lpoc., rv, rr. Tout l'optimisme chr'étien, optimisme christologique, se
rattache à cette acception,qui rejoint, dans le Christ, le premier sens du
n'rot \Ionde et l'optimisrne initial de la Genèse.
b) Le Christ, notre Chef, trône dans le ciel, à la Droite de
Dieu, il règne ici-bas dans I'Eglise, mais sa rovauté est encore
d i s p u t é e s u r l a l e r r e , < <j u s q u ' à c e q u e D i e u a i t - m i s s e s e n n e m i s
sous ses piedsss >>.Le Rovaume terrestre du Christ est encore
< occupé >>par l'ennemi. L'Eglise en est comme le <<Maquis >,
qui obéit aux ordres du Souverain légitime siégeant au loin,
dans la Jérusalem d'en haut, celle qui est libre ! et obéissant à
ses ordres dans des conditions difficiles et onéreuses. Mais le
Monde au deuxième sens que nous avons précisé, ignore la
Seigneurie du Christ et lui résiste plus ou moins gravement.
t', sur ce que représentent
on discuteencore,palmi les exégètes
eracl e m e n t l e s r r P u i s s a n c e s ,d o n t p a r l e s a i n t P n u l . c h a q u e t e x t e d e I ' A p ô 3 2 . _ C fL. u c , x x n ' , : 5 s . ; P h i l . ,r r , 6 - r r ; C o l . ,r r r ,4 ; H e b . ,r r , 9 ; I p i . , r - . r ;
oomp,P1. cx, 7, etc. l)e mênrela Parolee-stparolede la Croix 1iCor., i, rSl.
, - . 3 3 . P . . g I , r , s i s o u r - e ncti t é d a n sl e i i é r 1 g m ea p o s t o l i q u :eA c t . , r i , 3 4 s . ;
ù I a t . , x x r r , 4 1 r l;I c , x r r , 3 6 ; H e b . ,r , r 3 ; v r r r , i ; x , i z - r 3 ; x r r , u ; I p i . , r u , : z ;
c o m p . - e n c oA
r oc t . ,v r r , 5 5 ;R o m . ,v r r r ,3 { ; É p h . ,r , : o ; C o l . ,r r r , r , e t C . - H .D o n o ,
Accordingto the Scriptures.The substruiture of the N. ?., London, rg5z,
pp. 34-35.
3,4.Cf. F. KBrnNst.Rc,Die Geschichte cler Auslegttng
u. Rijrner 15, 1-7,
"Scmton,
Gelsenkirchen, rg5:, pp. rz8 s. Depuis lors est paru-H.
Miichté unâ
Gewalten im N. T., Freihurg, rg58.

144
: celui de
tre a évidemment son contexte propre' et donc son intention
dans la
posaient
qui
se
i;Jpitr. au'f Romains (ch. r3) vise.les problèmes
et
gnose
une
vise
la
Captivité
""prt"f. de l'Empire; celui des épîtres-de
soumises au
sont
Puissances
les
que
mê'me
elle,
contre
veut allirmer,
peut, semble-t-il'
Chrirt .o*-e au Chef ontàt" de toutes choses.L'accord
sont des
l)unameis
les
:
ample
assez
se faire, sur cette interprétation
supérieucollectives,
et
person-nelles
alter.-nativement,
ou
fois,
i;.;;., à la
ou de l'Histoire"'.
res et immanentes aux grandes réaiités du xlonde
l'Écriture ne
laq'elle
(dans
la
création
ces forces tendent à clétàurner
par Dieu' en la
v
o
u
l
u
b
u
t
s
o
n
c
l
e
h
o
m
m
e
s
)
l
e
s
e
t
\
a
t
u
l
e
l
a
."1,n,. pas
destinée,à vivre
p"**t'a'.e chercherI'accomplissementautonome de leur
et en vtre de
rr)
(a
Eigenmàchtigkeit
puissance
et agir par leur prop..
qui e-st
Monothéisme'
pleindu
contraire
le
bref'
:
soi-même seulement
jg"tl
rôle
de
qrri
Pret.eld
théonomique. l,es < PuissancesD sont "t
l1 nornmes'
des
rle
ta
à
et
choses
aux
un
sens
chef allani jusqu'à donner
'Tr'r'r CunvsostorrE'
dans les ..ni., ii-it.s du moncle présent (comp' sain-t
que cela repré(S
C)
loin
9e
Hom. 7 in I Cor., n.- rt- Nous neitons plus
avec la grande
cela
tout
de
paienté
la
ici
sente concrètement.Signalons
a commandé
qu'elle
a
montré
RernËeim
E.
â""t
August*,"
idée de saint
lescnlinrentmécliévalclel'Histoire"(qu' arerequaesu'asunlrr:
P'L', 4I' 436)'
a m o u r so n t f a i t d e u x c i t é s . . .> ( D e C i u - D e i , x I V , z 8 ;
Christ a déjà remporté la victoire sur les Puissances

Or, si le
du lloncle (Àpoc', xr,
ff pi^iri, ZZl, ,;if a déjï reçri la..rova'té (ibi-d') qu'il nous
.
isi ir e.t âit u"..i à" lui qu'il.iégnera
de Ia mort (I Tim'' vr'- 15)'
ïàtt-àétil,t"io
a délivrés, -ui. -tlô.-tui,
se; Apoc', rIr,.21) .et qu'il vaincra
;rÏi^;-i'ïi"""
victoire sur Satan
i'i;;"- tt, t; *tti. ral. Il v a une première
s
c
c
o
n d e( A p o c .x, r r ,1 0 ) .
a
v
o
i
r
'
u
n
e
y
'
e
n
i J ; : . ; ; i . 3 i ) . ' m a i s ' i fâ à i l
i l d o i r e n c o r el e
m
a
i
s
d
r
t
,
J
I
o
n
d
c
,
Ë;?,'Ï;;';;i']"-^s;isnË"'
tel q^uelors de
"omme
pl"in"-"tti
devenir, et il ne ;';fn;l;;;
fidèlescooses
de
L'action
puiisance'
et
son retour "" -u:"tie
la
nèrp à sn vicloire toul au cours oe I'Histoire : elle affaiblit

iait ,ecuJerresbornesde son empire
à; i;ô;;;""rïi
il;ïJ";
I,aR'ière des sainrsdans le cicl3c.
Ei"à;-;ô;;
s-il.
i.î:-;;l;;.
"-'
sur
;i Ài"ii, io"rù* ,ous aflitrironsla Royauté du christ
savgns-qu'icinous
cosmique'
te uànaà, ,o s"igiË""i" ""ni-"nt
noyauté n'est ,pas u19 domination, de puissance
-"*,,-fg";
bas cette
jT] fi;
S6), "t Jésus a bien pris soin de disîiiàt.,

ou moins apparentés'
35. La Sainte Écriture présente cl'autre-qcas plu-s
la Bêtc' le Faux Prophète'
cl'une semblableindistinction :cf' Àpoc , xrrr et xYrr'
que te Chrisl tloil vrincre'
p r i i ' r or ] . o s a i n l s h â l n l ' e s 3 6 . C f . A p o c . .v r . 9 - r o ; c Ô m p -L' u c , . x v l t t ' ; ' [ ' a
l
"
a
e
l
i
v
i i é1 1 1 i < * i o n n r i rrol e s f l d i ' l e s
e
l
c
o
m
b
n
l
q
u
e
'
l
e
m
È
m
e
'
l
Ë
m
p
'
.
r . h a t o l o g i ee. n
l identi.l'\p'c.. xx.-r-6.-est-ià
i
n
s
p
e
u
t
,
'
t
.
à
'
l
e
'
r
è
;
;
;
.
ù
;
i
i
i
"
sur la terre.
pen4ant
le
cicl'
dans
Ie
hhti't'
avec
*tt!vtll'.
{ier avec le règnc d".-Ji"i;?i;t
quc
millénarisme
le
a
iugé
s.i.tt-omce
te Temps de l,Egtise ? î;"i"lri";;;-jË
: Acta Ap. Seclis
du :o j.illôt1q4l
mirisé a tuto doceri";;';;tt;;;-?,r*ùt
z
r
z
)
.
(
'
9
4
6
)
,
36
P.

t45
tancer son autorité de tout pouvoir de type temporel (cf. NIc, x,
42 s.; Luc, xxIr,25 s.; Jo., xrrr, 12 s.). C'est la Rovauté du Serviteur souffrant, c'est-à-dire d'un roi-prophète (ôf. Jo., xvr, 37)
et victime. On aimerait reprendre ici la très jolie expression
du Songe du.Vergier (r,64), disant qu-g le Christ n'a pas été
<<seigneur seigneurisant en la temporalité >.
La Rovauté du Christ est sacerdotale et prophétique, tout
comme son sacerdoce est prophétique et royal,^et sa^qualité
de prophète, royale et sacerdotale.On ng peut pas plus séparer
les trois fonctions du Christ, entre lesquelles il existe une sorte
de <<périchorèse >>,qu'on ne peut disjoindre les quatre propriétés de I'Eglise, qui se quali{ient I'une l'autre réciproquement.
Instinctivement, nous voudrions faire coïncider parfaitement
la sainteté, la connaissanceet la puissance,bref, les trois Ordres
de Pascal (F'rag., 793). Réellement, elles sont faites pour coïncider, mais, ici-bas, elles ne coïncident pas toujours : la puissance est parfois ignorante et maligne, la sainteté est généralement privée de puissance.D'ailleurs, quand il lui faut choisir
entre les trois, l'homme charnel préfère Ia puissance, la
richesse.: Adam a sacrifié l'obéissance de la foi à son autonomie. Le Christ sacrifie le prestige royal à la soumission filiale.
Il apparaît <<dans son ordre de sainteté >>.En sa forma serut,
le Règne du Christ est plus prophétique et sacerdotal qu'impérial; sa Seigneurie, unive.rselle et cosmique de droit, s'exerce
surtout et directeme-ntdans I'ordre spirituel et religieuxBi, dans
le domaine des consciences,des libertés humaines (cf. .Io., xvr,
37) ct, sauf exception, dans le domaine politique ou physique,
seulement à travers les hommes, par le moyen de leur transformation intérieure. .Iésus transforme le N[onde, ici-bas, en
convertissant et sanctifiant les âmes.
Tel est l'un des sens, par exemple, de passagescomme
Mat., lx, 1-8; Mc, II, 1-11, quand, au paralytique qui attend de
lui sa guérison, Jésus dit : <<Tes péchés de sont remis >>;oll
encore du choix que fait la liturgie latine, comme évangile
de la messe votive pour la paix, de Jo., xx, 79-22 : la paix sur
la base du pardon des péchés et de la conversion intérieure par
le Saint-Esprit. Jésus agit surtout dans ce Monde comme Sauveur, et par les moyens du salut. L'erousitt (cf. suprcL,n. 31)
qu'il v exerce est d'abord celle par laquelle il pardonne les
péchés et guérit les pécheurs. N'est-ce pas dans le même sens
que Pie XI disait : I'Eglise n'évangélise pas en civilisant, elle
civilise en évangélisant38?
Aussi, bien que le Christ soit vraiment Seigneur du Monde,
il exerce sa Royauté, dans I'entre-deux qui sépare son avènement d'humilité, et son avènement de gloire, principalement sur
3 7 . C o m p . P r s X I , e n c y c l . Q i r o sp r i m a s : A c t a A p . S e d . , r g z 5 , p . 6 o o .
38. Ad.sensûm c'lansla lcttre du carclinal Prcnr,r,r,secrétaire d'Etat, à la
Semaine sociale de Versailles, ro juillet r930.
2

146
Ies hommes. II règne dans le cceur des hommes. F-aireque Jésus
soit Roi consiste surtout, pour nous et pour I'Eglise, à faire
régner Dieu dans l'usage humain que nous fctisons du Monde,
dans la valeur que nous lui attribuons. Aussi bien la Révélation
nous parle-t-elle principalement du rapport spirituel que nous
avons à réaliser avec Dieu, sur la base de Ia foi, et du sens qu'ir,
notre vie dans le Monde au point de vue de ce rapport.
La condition des disciples suit celle du Maître (Mat., x,21;
Luc, vr, 40). La foi, la consécration baptismale, la célébratic'n
de l'eucharistie, les mettent dans le Royaume du Christ (Coi., t.
13), elles font d'eux un sacerdoceroval (I Pi., u, 9). Nous rér3-trcrons avec le Christ glorifié, d'un règne de gloire, et mênic de
puissanceBe.
Nous jugerons même les anges (I Cor., vt, 2-3).
Même en ce règne de gloire, nous chanterons, à la Seigneulie
du Christ, la louange qui n'appartient qu'à lui. De toute façon,
nous ne serons glorifiés avec lui que si nous nous associ:)Ilsà
ses souffrances, à son humble service d'amour, si nous acceptons les conditions humiliées de la foi, dans lesquelles il v a
plus de questions ou de di{Iicultés que de solutions, et celles
de I'amour, qui donne plus de bienfaits qu'il n'en .reçoit, et
surtout qu'il n'en attend. Ici-bas, la royauté du chrétie-n sur le
]Ionde eÀt surtout spirituelle : elle 'consistesurtout à le servir
dans I'amour, en son sens de création de Dieu, faite pour f)ieu,
et à le mépriser, éventuellement même à le quitter' en son sens
de monde perYers ou ambigu.
B) Ll Snrcxrunre DLr CHRISTsL'R L'EGLISE
Sans définir ici les thèses d'une ecclésiologie, sans même
préjuger d'une s1'nthèseecclésiologique,nous envisageronssucèessivementI'Eglise comme ministère et l'Eglise comme peuple
fidèle : Ecclesia congregens,et Ecclesie con{Jregatu(in Christo) :
étant entendu que ce sont là, non pas deux E,glises,mais deux
aspects d'une même Eglise.
C'est parce que le Christ-Seigneur est le maître du Temps,
c'est donc en raison de sa puissance ro1'ale qu'il exerce efiicacement son oflice prophétique et son oIïice sacerdotal dans Ie
Temps. Le texte décisif est ici celui de la finale de Matthieu
(xxvur, 18-20) : <<Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la
terre. Alr-nz DoNC,de toutes les nations faites des disciples, les
baptisant au nom du Père et du Fils et Saint-Esprit, et leur
apprenant à observer tout ce que -je voys-ai pres$it. Et moi,
je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin du monde. >>
Expressément, Jésus fonde le triple ministère prophétique,
3 9 . C f . D a n . , v r r , r 8 , 2 2 , 2 , i ; M a t . , x x v , 3 1 r ;c o m p . L u c . , x t r , 3 z ; x x I I , z g ;
R o m . , v , r 7 ; I T h e s s . ,u , r z ; É p h . , r r , 6 ; A p o c . , I I I , 2 ; v , r o ; x x , 6 ; x x r r , 5 . E t
comp. supro, n. 29.

147
sacerdotal
desApôtres, et l'eflicacité salutaire des actes
.et.rol'al,
r0, sur la souveraineté
mrnrstere
de sa puissance royale.
99 -ce
Si les ministères de I'Eglise peuvent avoir valeu" rro"" la vie
é[e.nelle, c'est parce.qué la seigneurie du chrisf d'tmine à ra
fois Ia lerre e[ le ciel.
Les ministères institués remis aux Apôtres ne sont pas les
seuls qui édilient l'trglise. Il existe une irès gru"aé ;uriété de
dons faits en vue de i'utilité commune : les iistes qu,;; donne
saint Paul ne sont pas exhaustives.c'est 1e setgieur qui les
distribue (I cor., xrr, 4), tout comme il donne u cnoËu" sa mesure
de foi (I Cor., rrr, 5). C'est son autorité de Kgrios que ies ApO_
tres,in'oque't p.our agir eux-mêmes avec autorité en matière
ûe oocrrrne ou de gouvernement pastoralal. c'est I'autorité du
Kgri,os qui fonde celle des actes des ministères.
Dans la suite de.ce qu. nous venons de dire, il est un point
sur lequel-lou_s désireriôns que se porte I'attention des commissions d'étude du conseil. Sans d-oute ' aurait-il là un lien
nouveau entre le travail, plus ecclésiologique,de la section Foi
e_tConstitution, et_celui,-plus
christologique et missiologique,
de l'ensemble du Conseil.
. La Seigneurie totale du Christ, qui est aussi prophétique
et sacerdotale, fonde les pouvoirs apôstoliclues,ell'e fànde les
sacrernentsJç{. pl" exemple Jo., rrr, B-7, référé ;a \ 12 s.), elle
{q"{" la prédication chrétienne comme douée de force (Rom., r,
1-6;trph.,'r,7, etc.), mômc dans sa faiblesse; elle fonde la soli_
dité des. promesses dont vit I'Eglise. une de ces promesscs,
la principale à certains égards, àst celle clui est "oïte.ru" ".t
I{at., xvr, 18-1:9,q_u'il ne faut pas séparer ïe xxvrrr, 18, 20 (et
aussi Jo., l' 13). Nous vovons, dans-cet ensemble de réalifés
e_cclériales,
qu'il serait trop long de détailler ici, la constitution
de I'Pglise comme une institution divine posée dans le Nlonde :
une institution de droit diuin, dont le fbndement n'est. ni la
c h a i r ' n i I a ' o l o n t é d e I ' h o m m e . m a i s I e p è r e e x e r c a n ti a S e i gneurie par et dans la Seigneurie qu'il a donnée au Christ en
propre (<<_MonPère_qu-ie-stdans les cieux. Eh bien, moi, je te
dis... > : Mat., xvl, 17-18)a2.La Seigneurie du Christ ne s'exerce
_ 4 o ,C o m p . n l a - t . ,x \ r r , r g ; x r r r r , r 8 ( + J o . , x x , z 3 ) , e t l a p é r i . o^p e \ I c , r , r - r :
llat.,_1x, :-8; Luc, v, r7-:6), sur lâquelle cf. su.prrr,,. 3r.
j r , _ C f . I C o r . .r . r o : r . j . ; \ ï . ' 9 . r z ' c l . . z i : , * , , 1 : _ , r , .: 3 : I T l r e . s . r. v , r i ;
q! ci. {t Cor., x, 8-;xrrr, ro_;T,e_I{r,r'ios
qualifie les Apôtrei pour.ôtre rninistres
d'une \ouvelle Alliance : II Cor.. rrr. 6.
(2.. Rcproduisons ici, pour sa densité et son caraclère suggestif, ce
texte
,.
d'un juriste catholique :< In der grossen Ge-schichteder rrifiischen Kirche
steht neben clem Ethos der Gcrechtigkeit auch clastler eigencn \{acht (...). Die
'rvill-die-kônigliche_Ilraut christi
sein; sie reprtiientiert den iegierenTirche
den,-herrschenden, siegenden christus. Ihr Ànspruôh auf lluhm uncl Ehre
beruht im eminenten si'ne auf dem Gedanken der Repriisentation (...). Dass
sie christus nicht als einen Privatmann und das chriitentum nichi âls p.ivatsache und reine Innerlichkeit auflasst, sondern zu einer sichtbaren Institution gestaltet, das ist der grosse verrat, den man der rômischen Kirche zum
.
(:

148
pas seuiement de façon verticale et charismatique, ce qu'elle
fait d'ailleurs (cf. Gal., I, 1, 12, etc.) - et notre ecclésiologie
formelle (rnais non la uie d,e l'Eglise) n'en tient peut-être pas
assez compte ! -, elle s'exerce aussi selon I'horizontale du
Temps. Comme grandeur se manifestant corporellement dans
l'Hisloire, mais ne venant pas de l'Histoire, comme grandeur
fondée dans le droit divin pascal et eschatologiquedu Royaume
dont le Roi I'a posée en terre, l'Eglise représente dans le llonde
la Ro1'auté prophétique et sacerdotale de Jésus-Christ. Ceux
qui aèceptent côtte Royauté dans la foi acceptent aussi celle,
toute subordonnée,mais réelle, que Ie Seigneur a communiquée à son Epouse sous forme d'autorité spirituelle.. Le baptème nous inscrit au Rovaume de Jésus-Christ,il nous incorpore
dans I'arnée lumineuse des <<saints > (Col., t, 12-14) : il nous
constitue cn même temps membres de I'Eglise, soumis à ce
qu'elle représente de I'autorité prophétique, sac_erdotaleet
rovale du Christ. Il n'est pas étonnant que, prolongeant le
schéma néotcstamentaire,johannique surtout13 : Dieu Père
(]'Ionothéisme)->- .Iésus-Christ-* Apôtrcs et E,glise,un saint
Clément dc Romc, contemporain des Apôtres, un saint Ignace
d'Antioche, puis Tertullien, saint C1'prien, etc., aient situé I'obéissanceadx diacres, prôtres ct évêques,dans la ligne môme
ou la trajectoire de l'obéissanccilu Christ et au Père. Le llonothéisme ro1'al, devenu christologique' a linalement une reprtisentation ecclésiologiciuer.
Est-ce r\ dire rluc l'Eglise, étant Iipouse et Corps du Christ,
seririt Reine sur le llonde, comme il est lui-niême Roi ? Si le
second Adam a l'Eglise pour Nouvelle Eve (donnée patristique
commune). le liqrios nurait-ii pour associée, une liuria'l
(cf.2 Jo., Il). Il est arrivé p:lrfois, au moYen âgc, que ccrtains
théologie'nsou ciinonistcs poursuivent cette assimilation de
<<I'Eglise >>art Christ, grâce à un raisonr)eûlcntdéductif tout
ahstrâit, et aboutissent ir des thèses de Weltherr.scftnl/.f)es
étudeshistoriques rclcentesont montré que cela a été beaucoup
plus rare que ne l':rvaient cru les historiens,protestantssurtout'
àc la fin dù XIX" et du début du XX" sièclc; clles eu ont exonéré
en palticulier (irégoire YII ct Innocent III11. En vérité, I'Egiise
a bien recu unc communication de la Ro1'auté du Christ; scn
prophétismc et son sacerdocesont égalementroYaux' llais cette
Vrrrrrulf rrracht r (C. Scn-rlrr, Rijmischer Iiatholizisnttts n. Ttol.itische Font't,
X I i ï n c h c n , r q r 5 , p . 1 3 ) . P l u s t h é o l o g i q u e m e n t : J . - P . l l r c r t , r r r , , J e s u . sC h r i s f t t s ,
'.
l l r l i i t : r : r r r n t l ( ) e s e t : g e b t r rc l a n s 1 1 / o r t t t r t r l l Y a l t r h e i [ , 8 f r 9 5 3 ) , p p . 5 8 r - 5 q r .
I3. .Io.. xr-rr. r8; \x, 2r; cornp. r\', 38 (cornp. x't.rr,r8, :6, alnour; r. r(-r5,
connai,ssance; ,\poc., rrr, :r; rr, :6, :8, gloirc. l'lt loir R. Bnncnn'r, Du Christ ti
I ' l I ç t l i s e . L e d 1 ' r u t r n i s m ed e I ' I n c a r n a t i o n r l a n s l ' l 1 t ' n r t g i l e s e / o n s o i n l J e a n :
Dirtus Tltorruts (Piacenza), 56 f r953) (pp. 67-981.
Comp. Luc, rxrr, :g-3:; Rom., r. 3-6; I Cor., trr, :3; Àcta., rx, 4.
Clément, Cor.. xr.rt, r-:; Tertullien, De Praescr'.,zr, 4.
44. Xlais non Innocent I\I, et peut-être égalerncnt lloniface YIII.

1{9
participation laisse sa transcenda'ce
à-la. royauté, au prop.é_
tisme et au s'cerdoce ru"r'*i".
àL, cn"i.t, et elle est stricte-

par,l,institurionpositt"" a" SËig;;;; s-jfn re"o_
:|jl_T,",111é",
girposée
te père. Sa loi, que t,es[.i1tïa"n"r terra
l_?.Ti:
e v r c r c m m e r rt o u.par
i,urs

à . o u b u c r ,s a n sc o m p t e r i " p u i â , J * s s i r u a _
lions h istoriq.uesi
est.ccl,e;,,;;
qî"- r,rr- ule I,Er.argile: <<
^llrnis_
trtre. non ministry:i,:La'or.aur" "i,.,ri.."ï;;;il?;'i,
t,eglise
e s l ' d a n s l ' E c c r e s i a, ' o n g r o g u t uc l u r a S t t c i e r t r s
r i t r e r i t t r t et ,s s e ' -

spiriruelIc 1ci. si pru), â À

t;e,'.
"iii

"'r'nsr'r,tunr ou
rll,:ïf
r r s tIi::j
ru t r o n ap o sor ri c o - h i é r a r è h i q ueel ,r e" o n . i . lr,,t"
àa
' " , i r " , i , , "" , t o _
rité reltgieu-se,
meqgrée_par
r". iiiruuio, du
et dc la mission
spirituellede I'Eglise.IIais ette eJieell; sarut
â;;;r;;;.".
Dans une sricijté pleine a,iààé, r"i";.i"i
;;;_"
esr ra
nôtrc. il faut raooerer,qïe-réru.-crr"irt".i
"""'";;;;ft,
qu,ir
a
l é g i f é r éq, u ' i l a p o s é d, â n s t " I i ; r d ; , u n p e u p l e
e t u n '"",r:;ili:
ror.aume

i,à"^,"ir"-'*"î'i"tÈ.i*î;
j'"iistericc,
_1::1,
f "t:'l:jfrf,
ruel' mars
-1u.droue aussi, est divin. Dans une

société inâivi_
dualiste juÀqu'à i'a.narchié,ào--"^'".t
la nôtre, il faut, sans
négliaer te tÈème si profond àË iu.-rn".ré
"h;ùiie";",]upp"t""
I'idée chrétienne de'i'obéissn";". i;;l;i;;;
;:;i';;,"n
cas
de ce que no.s avons à faire i;; ;.
p;;; i;r'"iî""I*t".
.,r,.
par les autres, en vue de 'otre aÈstinee
commune seron le plan
de Dieu; elle réalise,u^rr"po"r-iÀïà."i1+,"
de
ports inter-membrcs dans un "orpi différenciéIa i-.ériié^à". .up"t ".Jà"Jt (Dieu
n'est pas un Dieu de désordr"... ï-Cài., xrv,
83). Elle réalise, en
même temps que l,ernboîtemeni al, -"-t
res dans- "Ë "o"p.,
une reconnaissancede ra Seigneurie du chrisi,
ituii"Ji"
t,o"_
dre. Aussi, s'adress,ant
feinm"r, ug,.
aux
esclaves,
1y,..i
-enfants,
mais aussi aux fidèles.à l'égard a"r Ënlts d"
"o*-,r.raliÀ,
Paut leur recommande d'oiiôir u au". t" s;ig""il;,'tàii'"o-*" sairrt
il dernande-aux épgu.x, aux maîtres, aux supérieurs,
de com_
mander <<dans le Seigneur{5>>.Chaque clrrétien
rcncontre le
christ en sesfrères et,en ses.supérie;i (même àim.lk,;
pi., rr,
18) ou scs subordonnés, et il es' t"pp"1e à réaùsËr-;;^;i; rl
l'--"
vie <<dans le Seigneur )>,en cctie situation
et ccs rencontres
mêmes- A' surp lug es.t-ilclair q" " i'o[ a;.;;;;" ;,".1"p
"-'r'i* .".,t"
vertu de la vie chrétienne,non plus que Ia solutioi
àe- toutes
les questions.
La Ro1-auté du
n,est pas seulement rlnn.s l,-L,glise,
c o m m u n i q u é cn a r l i e_Christ
i l c m e n ti r . r ' E s i i s ee, i l e c-Ë
st "urri "r. i'r.:gtir*.
Le Nou'eau Testamenl. exprim"' ""'"n"1
;ôp;;i
Ëxistant
entre le christ et l'E-glise,^selon
a""" rig"à.,-ôii^;""repn."
d ' a i l l e u r s p a s . L e s E T ' a n g i l e s, u n n p t , q u . s n o u s
monlrent le
c h r i s L c o m m e a r - a n to r - " . i " . a i s à i p t Ë s u r r o u t r r n r a p p o r I
d,lut o r i t é o u d e p u i s s a n c es. a i n i - l e a ï i o " . r " m o n t r c
[o'dunt, enrrc

150
lui et les siens, un rapport d'identité mvstique (cf. ch. xv). Ces
deux rapports sont unis dans la notion d'Epouse, ou dans celle
de Corps, qu'affectionne saint Paul. L'Apirtre montre, d'un côté,
l'trglise comme Corps du Christ, ayant une identité m-vstique,
c'est-à-dire spirituelle et secrète,avec le Christ, d'un autre côté,
le Christ comme Tête ou Chef de ce Corps, Seigneur de I'Eglise 46.
<<Chaque jour le Seigneur adjoignait à la communauté ceux
qui seraient sauvés > (Act., lr, 43). Le Kgrios dirige lui-même
tôute la vie et la croissance de son Eglise. Il n'est pas un fait
de foi ou de charité, dans le Monde, qui ne suppose et n'engage
un acte de connaissance et de volonté de la part du Seigneur
Jésus. C'est lui qui convertit, soit en coopérant souverainement
à I'action apostolique (cf. Mc, xvl, 20, et le cas, par exemple, de
L1'die, Act., xvl, 14), soit en précédant I'apostol.?t :..cas, par
eiemple, de la conversion de'.Paul, ou de Corneille (Act., 9 et
10), ou il est notable que, si le Seigneur agit avec une initiative
souveraine, il dispose tout en vue d'une incorporation à I'Eglise
instituée.
Le Seigneur mène aussi souverainement, dans ses grandes
lignes et se-smoments décisifs tout au moins, la vie historiq^u-e
dè son Eglise. Instituant la fête annuelle du Christ-Roi en 1925,
année dù seizième centenaire du Concile de Nicée, Pie XI
vovait, en celui-ci, urle victoire du Christ-Roi sur l'hérésie.a7.
C'èst dans le même sens que Pie XII déclarait sa conviction que
sa condamnation du communisme athée serait ratifiée lors du
Jugement (Nfessagede Noël 1951). Ce,nc sont que-4eux exemplès. On pourraiiévoquer mille faits de la vie de I'Eglise, dals
Îesouels il serait Dermis de voir une de ces I'isites, pour le
jugèment ou la miséricorde, dans. lcsquelles, en -deçà.de sa
ita"rousie glorieuse, le Seigneur revient sans cesse dans I'Eglise
et dans le-llondeas.N'est-cepas ce que nous attendonset implo46. Il ost lrès important cle noter ir ce sujcl tlue la nolion dc liéplralè, en
s()1 itpplicatiorr att Christ, n'e-st pas irttlOduite liar,sai]l]lt I)altl, rotrlme une
élalrolaiiol {e la compat'aison du corps, cornrno si lc C}rrist était, r:/cns Ie cot'ps
toto.l. ce qrr'cst la tête dans notre olganisnrc. Ill'lc relirre théntatiqrrcrnent cl'r.tn
autr.e conieste et d'urre atttre préoccupation :dc la volorrlé d'afiilrnor que lc
C h r i s t e s t n t t - t l e . ç s t . t sd e t ' l i g l i s e , o u - d e s s u s d e s P u i s s a n c e s .
47. F,ncrcl. Qtras primas : Acta Ap. Sedis, r7 (rg:5),- pp. -595' 6oi
48. Bicn rles passagcs dc l'Évangile, antérieuls, scn'rble-t-il, aur textes paulinicns slr la Paiousie-. le retorrr rlrr Christ en soI) Ili'gnc t'ornrnonce aussitôt
après qu'il a qrritté ce rnonde et a é1éintronisé à la Droitc de l)ieu. Il;.' a une
vérité ile la séssion et 6c la soumission rles ennemis (P-.. cr. r). cle la venue
sur les nuées ([)an., vrr, 13; ]lc, xrv, 62, etc'), qui cst coextensire au Tem,ps
d e l ' É s l i s e . \ - o i r ' \ . F n t , r r , r - n r 'f,l a n s R e t ' . b i b Z . , i r 6 ( r g 4 g ) , p p . 7 : - 7 3 ; F e c h . S c .
reli.g., 4z (ro54t, p. 186, et Le scn.s du mot Pat'onsie dans I'IlIanttile r/c safnl
l l a f î h i e t r . ' C ô n t p , a i a i s o n e n t r e t r I a t , . ,x x r r , , e l J a c . , v , 7 - 1 7 , f l a - n s - T / t e _ B a c I ; q r o u . n c I
ol the N. T. aitl its Escl'ratolog.t... in h.o-n.-ol C. It. Dodd, Can.rbri4ge, r95(i'
pp. :6r-Bo. Con'rp. Fr. Sprnrron.r, Gesù -e Ia fine di Gerttsolcmrtte, Rovigo, 19.56'
ills tortes c.,-toe trIat.. x. :3; rvr, z8; xxtr', 3o, 31r; xxlr, 6{, parlent tl'1n
retonr r'lu Christ Dour C\el'cer rtn lugenrenl dans scttl pcullle, diffclrent du

151
rons tous, dans la grande espéranceæcuménique : une parousie,
non de jugement, mais de miséricorde, qui sèrait éminemment
un acte royal du Christ, s'il est vrai que la Paix, I'Unité d'un
peuple, sont le but dernier du pouvoir et du gouvernement de
sor] ror.
L'apostolat est un pur minisfèreae. On peut appliquer à
toute.l'trglise, à tout ce qui se fait en elle par les ministères, ce
que saint- Thomas d'Aquin écrit, à propos du rejet, par les
Çrecs, de la primauté du pape et du Filioque : ces deux èrreurs,
dit-il, traduisent une même méconnaisÀance. <<En effet, le
Christ, Fils de Dieu, se consacreson Eglise par son Saint-Esprit,
il lui en imprime la marque comme celle d'un sceau spirituel;
et semblablementle rôle du Vicaire du Christ, celui dé la primauté et de la chargc qu'il exerce, est, en fidèle ministrc, de
garrler toute l'Eglfse soumise au Chrtsl50.>>Le Saint-Esprit et
le minjstère ont, en effet, été, chacun en son ordre, disposéspar
le Christ pour faire son æuvre, I'un au-dedans, I'autre audehors, de façon accordée et dans une espèce de concélébration 51.L'envoi du Saint-Esprit est, comme celui des Apôtres, un
acte roqal52. Cet envoi remplit I'entre-deux de Pàques et de la
Parousie, qui est le temps de I'Eglise et le temps de la Nlission.
L'Esprit du Christ et l'trglise du Christ, qui procèdent tous les
deux, comme <<envoyés > de l'Incarnation et de la Pâque du
Seigneur, æuvrent, dans cet entre-deux, en vue du Rèqne du
Christ, dont ils appellent la venue glorieuse (Apoc., xxll,-i7;.
On peut bien reconnaître que I'esprit charnel, qui est esprit
de puissance et volonté de domination, a æuvré aussi dàns
I'Eglise, chez les hommes d'Eglise. A la faveur de I'instinct qui
nous pousse à vouloir faire coincider sainteté et puissance, ils
ont parfois fait tourner le pur service de la Seigneurie du
Christ en cléricalisme et en <<ecclésiocratie >>.L'Eslise doit
sans cesse,par l'Esprit du Christ qui anime, en elle, de perpétuels renouveaux <<spirituels >, lutter contre le charnel d'cllcmême, pour demeurer soumise à son Seigneur.
C) L'ExancICEDE re, SprcxEryRrn
DLr Cnnrsr sLiR LE lloxnr
Nous savons que, si la Seigneurie du Christ est totale, elle
admet, dans l'économie présente, la dualité d'une Eglise et
retour eschatologique.,\rno-s,Ézéchiel (à propos du Reste), Daniel, connaissent
déjà dc telles venues.
49. Cf. II Cor., rrr, 6; xr, :3; Éph., rrr, 7; Col., r, :u3.
io. (',ontra errores Graecorum : Opera, éd. cle Parmc, t. X\r, p. :56. Retece texte, la suggestion ecclésiologiquepositive, plus que la pointe polélii;.Ll
5r. \'oir Y. N{-J. Coucan, Le Saint-Dsprit et Ie Corps apos[olic1ue,réalisatetr.rs cle I'tpu.ure dtt Christ, dans nsqufsses du }fr,slùr'e cle I'Êglise, z éd.,
Paris, r953,pp. r29-r79.
5:. Voir J. Bosc, L'o|fice royal dLt SeignsuT "Iésus-Chrisf,Genève, rg57,
pp. 85 s.

152
d'un l{onde. Les deux lui sont soumis, mais dans des conditions
différentcsL
. ' E s p r i t , . d o n t I ' e m p r i s e ' p a r f a i t ef e r a - a d v e n i r l e
est le prrncip-epropre d'cxistenceet de vie de l'trglise,
Xo]'ty,-q,
rl.ne
I'est pa;- du l'Ionde. cela suIfit pour que I'Eglise soitl dèÉ
"""
ici-bas, la cellule germi-nati'e du Ro].aume; cela
."mi'pn.,
tant .que I'Elpril n'est donné. qu'en airhes, pour que le llonde
soit tout entier Te-mple du Dieu vivant et Égtise. ia Seigneurie
du christ sur le Monde s'exerce donc, ici-bai, selon deui registres irréductibles, normalement faits pour s'âccorder, mais,"de
fait' souvent en conflit : dans les structures mêmes du }Ionde
naturel, et par les structures ecclésiales.Il nous faut envisagàr
séparément et successivementces deux registres.
7) La, sei-çlneuriedu christ sur re JIonde s'ererçant d.ans les
structures créationnelles du Moncle.
ce que.nous savons du transfert des aflirmations -dànt
monothéis.
les gu Christ, d'une part, et, d'autre part, la façon
saint
Paul et saint Jean pârlent du christ iomme de"la Salesse ou
de la Parole par laquelle Dieu a créé, fait r"È.irt"" J?%..rr""rr"
-iù-aement
toutes choses, tout cela nous permet d'affirm"" t"
christologique de toutes
-àiiË.,ïur.
îË toutes
.les énergiesde la C.À"ti"",
les puissances et autorités du Sièîre us.A traverr
t".
limites, bien srhr, de la
de leur pn""ti" ét' J" leu"s
^légitimité
pre_scriptions,q'e1t,au Seigneul gue ,ror.^ obéissons. i'ngfr"
catholique a prêché et prati{ué le lo1'alism" "rr.,r"".-1". ùtoïite.
constituées,et le respect des choses.
a) ce N''Ionde,non seulement ne sait pas que le christ est
':
lqn.ceqlre de gravité et le guide de sa dest'inée il refuse .IésusChrist (Jo., l, 5. 11; rrr, 11; i ZOI et crqcifie l" S"ig"ô""ïà gtoi"L
(I cor., rr, 8). Le cri des Juifs est le sien, il est iË "où"
"" tu"t
que nous sommes charnels et lui appartenons : Tolle
eum!
ote-lc de là ! A la lettre, Ie- péché ote^nieu a" uo"àË, tandis
que l'action selon le vrai Nfonothéisme, c'est-à-dire s'elon le
p.lotL4s Dieu, selon la grâce, v fait advenir Dieu en ." Sàrg"""rie. L'Evangile selon saint Jeàn no's montre le pro"és àe Jésus
comme devant continuer dans l'Histoire, le rôle du Saint-Esprit
étant de manifester la justicc d-eJésus,de montrer qu" t"-lto"a"
a eu tort de le condamner, et de conforter les témoins àu christ
dans ce gigantesquedébat (Jo., xvr, 8-115r).
53' Les textes d' Àbuveau Te-stamentsur le-p..voi.

politiquc ne sont pas

: Itnrn..rru, r-;: l.rim . ,,,',, iir.. i,',.,: r pi.,
:)tli':uiiî."1,..:.hli:],Jgsilres
r r . T i s . l o a r/ / i r rr o n K . t ' r i o n . o r ' é f i ' r e : a n sd o u t e

i r l ' e r r s e i g n e r n o on rt à [ . e _ r e m _
tll.,tl], christ); Jo., xvrrr, 33-37.ta traclitio. (en occirlerit; ;;i;";-à
la s.ite
de GÉr,rs^n)
(J.''nn, ô32 et 7or1, la lit.rgie
lcles sacrcs, en particulier), l,art,
I n r r l e n o c c i r l e r r qt u ' e n o r i o n r . f i r r t r l e m e ' not n
, p a r r i e .l a r h ô o l o g i em é d i É v a . l e ,
o n l * o u r e - n l _ e r J r l i c i lléo f o n t l e r n e n lc h r i s l o l o g i q ï e a u p o u r à i r ' ï . * r r à r . ' | .
. r 1 . c f . T u É o P n r r s s ,L a j t t s t i [ r c n l i o nt r o n sr n ' 1 , e n s é i
ii,l,à^Âiqii, {àn: Irom-

153
Ce N'Iondea son Prince, que le Nouveau Testament désigne
sous différents noms55.Il abeau être déjà vaincu par le Christ5o,
et l'être sans cesse,par le même Christ, dans la lidélité des
chrétiens ut, <, il poursuit son æuvre en ceux qui résistent >>
(Eph., rI, 2). Nous savons qu'avec leurs suppôts humains, la
Bête, le Faux Prophète, I'Antéchrist..., le Prince de ce IIonde
et les Puissancesdétournent la Création de suivre la loi de
Dieu, d'obéir au <<N'Ionothéismeconséquent > dont la formnle,
qui suflit à tout dire, est : Que Dieu soit Dieu ! Ils poussent les
créatures de Dieu à se vouloir autonomes. llais comme, dans
l'homme, quand les diverses énergies psvchiques ou physiques,
au lieu de se subordonner et de s'harmoniser, prenncnt leur
indépendance,il se produit une maladie, phvsique ou psvchique, de même la créature autonome est réellement pervertie
et malade, quelles que soient ses apparentes réussites.Les possedés de l'Evangile sont aussi des malades, des hommes dégradés 58.

C'est surtout dans le monde humain que les Puissances
marquent des points. En se servant du vieil appât de I'autonomie absolue (Gen., rrr, 5), le Prince de ce }Ionde et ses suppôts
poussent I'homme à remplacer les attitudes théonomiques par
Ia poursuite d'obiectifs tentateurs. Ce sont les idoles de toujours : la ,convoitisede la chair, la convoitise des veux et l'orgueil de la richesse (I Jo., rr, 16). La sainte 'r'ictoiie du Christ
en sa triple tentation, qu'il serait facile de mettre en rapports
avec la triple concupiscence, est aussi un fondement de sa
Royauté. Le démon aurait voulu entraîner Jésus vers l'idée
d'une messianité de puissance et de prodige, mais Jésus demeure dans l'obéissanceau Père.
Autre démon de toujours : la recherche d'autojustification,
dans laquelle on a pu montrer un des grands ressorts de I'Histoirese.Il v a enfin les démons religieux : non seulement ceux
de I'idolâfre, mais ceux des fausse*sreprésentations de Dieu,
contre lesquelles les prophètes d'Israël ont mené un combat si
dur : Dieu dégradé en sécurité sentimentale ou sociale, en
Cérès de bonnes moissons ou en Mercure de vents favorables...
Mais il y a les idoles plus particulièrement modernes ou
contemporaines. Parfois, des choses bonnes en soi, mais aurquelles l'homme attribue une valeur qui, elle, n'est pas selon
r t ' t a g ee t R e c o n n a i s sù. K . R a r t h , P a r i s - t r e u c h â t e rl ,9 f 7 , p p . r o o - r r 8 ; X I . F . B n n .
RoLARD, Le Paraclet, rlélenseur dtt Christ deucnlt kt consc.iencedu u'ot'ctnt
( J o . , x v r , 8 - r r ) : l l e r r . S c . p h t l o , t h é o 1 . ,3 3 ( r g 4 g ) , p p . 3 6 r - 3 8 9( b i b l i o g r . r .
5 i . J o . , x r r - ,3 r ; x r v , 3 o ; x v r , r r ; I J o . , v , r g . - D i e u r 1 ec c m o n d c : I I C o r . ,
r r , , ( ; c o m p . É p h . , r r , 3 ; \ . r , r ! i l ' e s p r i t r l u m a l d o n t l e s é j o u r e - s te n t r e l e
ciel et la terre).
_ 5 6 . J o . ,x r r , 3 r ; x v r , r r e t 3 3 ;É p h . , r , : r ; C o l . ,r r , r 5 ; I p i . , r r r ,: z ; H e b . ,r r ,
Ilr.

:Z Qf C9]., t, r3; rr. 2tl;I Jo., rr, r3-rd; n', 4; n, 5, et l'Apocalypse.
5 8 . \ _ o i r X { a t . ,r x , z , e l 1 . r .:,( ; v r r r , r ô ; L u c , x r r r , 1 6 ; r \ c t . , x , 3 8 ; I J ô . , r r r , 8 ,
59. H. Brrr-rllRFrELD,
Christiartity ancl History, London, rg4g.

r54
Dieu : une valeur de messianisme,et donc de salut dernier (la
Bête, qui semble bien être la Puissance politique. se Youlant
totalitaiire et messianique, se fait adorer comme Dieu : APg".'
13).Voici une liste, évidemment incomplète,des idoles ggi, joinres à celles de toujours, attendent I'homme d'aujourd'hui (on
v verra volontiers le lieu privilégié d'action des Puissances,s'il
êst vrai que le démon s'attache à dominer toutes les structures
en force,
dans lesquelles I'homme trouve une démult_iplicatio_n,
le
la
Cause,
Nation'
Classe,
Race,
:
et
orientations)
chàix
de ses
Parti, le Progrès, I'Humanité, parfois la Science, la Technique
et le confort"qu'elles procureni. L'Argent, qui, -aYec l'esprit de
possession,est, dit saiit Paul, une idolâtrie (Col., tu, 5;.Iiph',-v,
ô). Eventuellement, le Corps, la Santé. Puis, en matière reliqieuse mème, le juridismé, le légalisme, qui favorisent une
iortc de remplacement de la {ïn pàr le moyen; la superstition,
la religion ritualiste (cf. Gal., N, 8-10), enfïn certaines gnoses
ou faussesmvstiques...
b) \raincues, domptées, les Puissances rentreront dans le
triomphe du Christ. Lâ Création, e-ntant qu'affranchie des conditioni ambiguës ou pécheressesde ce I'Ionde, en tant cl,q'elle
est simple-à.tt to pànta, doit être- ramenée, sous le- Christ
comme^Chef, à I'accomplissementdu plan de Dieu. D'autre
nart. même à travers I'histoire de ce XIonde, les pouvoirs de
ia cité terrestre font l'æuvre de Dieu en réprimant le mal (c'est
une fonction du Christ : I Thess.,Iv,6, ekdiltos, môme mot qu'en
I Pi., u, 14) et même en favorisant le bien (cf' n. 53). L'honneur
""rdr au roi apparaît en I Pi., rr, 17, apparenté à,la crainte de
Dieu. Dans leô'ordres naturels légitimes et authentiques, le
fidèle voit Dieu et trouve Sa volonté.
Les hommes qui, sans connaître Dieu dans le Christ, cherchent la justice, ironorent aussi sa Seigneurie'--1il sans Ie
savoir et ians lui rendre gloire; ils risquent, par le fait, d'attribuer à des idoles la gloirè qui n'est due qu'à Dieu (cf. Rom', I,
18-23).C,est donc dans I'am6iguïtô,dans u. danger de favoriser
le règne des idoles et du péclié, que-les hommes étrangers à la
àon.râi..o.rce de Dieu et de Jésus-Christ font I'ceuvre de leur
volonté ro)'ale, dans les structures de la Création' Il Y I n-ogrtant quelque chose de positif au regard du, Ro1'aume de Dieu
dans ioutè ceuvre de justice authentique. Guérir les malades,
conlaître et faire connaître la vérité naturelle des choses,faire
régner une justice humaineo supprimer les différentes formes
de-l'esclavage et libérer I'homme, mettre à la disposition des
autres plusïe biens de la Création : autant d'activités qui,
dans la^mesure où elles sont authentiques, font réellement l'æuvre de Dieu, tout en comportant les risques d'ambigulté et
d'ouverture au règne du péché, qu'on a dits. l)ans son mouvement profond, I'Histoire liumaine est, en somme' une recherche
de cei deux bienfaits, de guérison ou d'intégrité, et d'uni{ication ou de réconciliation universelle, que Ie Ro1'aume compor-

155
tera po,ur la créature, mais en les produisant d,en-haut, alors
que I'Hisloi-re cherche à les obtenif d'en-bas, à partir des ressources de la créature elle-môme. Pour autant {ue l,effort des
hommes met en æuvre des énergies authentiquès de la Création, et qu'il remplit le programme initiale^ment donné de
<<multip-lier, remplir la terre et se la soumettrc >>(Gen., r, 28),
il travaille _po-ur_lc.Christ qui, Sagesse éternelle, englobe lei
intentions de la Création dahs l'æuvre de sa Rédemplion.
Aussi trouvons-nousdans la tradition chrétiennel et même
chez saint Augustin, le thème des bienfaits naturels ei celui des
p1éparatio_nsnaturelles de l'Evangile 60.La doctrine catholique
aflirme la bonté radicale de la nature, sa proportion ou sa sympho_-"_possible.avecles dons sratuits dô bien et de justiôe61.
Le \rerbe, le même qui s'est fait homme, est mort, rèssuscité,
monté aux cieux afin de tout remplir (Eph., rv, 10), éclairait
tout homme venant en ce N{onde (Jo., r, 9). Nous savons du
reste combien ces élémentsde nature sont de fait pénétrésd'imp-uissance,d'ambiguTtés,de distortions, qui vienne.nt du péché.
Il n'y a pas, concrètement,de monde naturel, mais un monde
péc_hegret racheté. Ceci est une thèse classique en théologie
catholique. NIais, il faut le reconnaître, le danger existe facilement de faire tourner la légitime distinction de nature et
grâce,en considérationséparéeet de parler de la nature comme
si elle n'était pas celle d'une humanité pécheresse,en indigence du secours gracieux de Dieu.
Le thème des préparations évangéliquespeut être envisagéde
faÇon plus étroite que celui du droit naturel et de la bonté radicale des structures créationnelles : à savoir simplement dans le
cadre du gouvernement divin du Monde en rrue de la réalisation
du Dessein positif de grâce in Christo et in Ecclesia. C'est un fait
déjà évident dans l'Ancien Testament, qu'il existe des préparations historiques et, par là, aussi,un certain conditionnèmènt
historique des faits de I'Histoire du salut, auxquelles on peut
reconnaître un caractère providentiel. Si cela est vrai au niveau
biblique, cela est encore plus vrai dans la vie historique de
l'Eglise, plus dépendante de I'Histoire humaine. Il v a là comme
une préparation ou des anticipations (bien partiellesl) de l'acte
souverain par lequel le Christ, Maître du Temps, veut <<recapiter >>toutes choses,et donc amener I'Histoire même du NIonde
à servir son Règne. I'Iais il ne faut pas se cacher que souvent,
au cours de I'Histoire. les faits humains conditionnent la vie
6o. Notion adnrise par Prr xII, encycl. Iirangeli.i prueconesrlu r juin rgir.
nn. 58.6:.
6r. Il n'y a pas là unc attril-'rtion r'le bonlé à la créature indéne.rlamment du plan r'leDieu - ce serait idolâtrie, négation clu plcin rronothérsnrc-,
mais au contraire rrne laçon cle rapporter à Dieu, arr Dierr d'\braham, d'Isaac
c t d e . I a c o b ,a u D i e r r d e . I é s u s - c h r i s t ,t o u t c e q u ' i l v a d e b o n d a n s l a c r t r a t i o n .
s enken alsDeutung
Ç o m p . r \ . , A r r n , D i e F i î . I l er l e r - 7 , c i f e nd, a n s ? i i e o l o r l i s c h c D
d e r Z e i t . S a l z b u r g , 1 9 4 6 .p p . 6 5 s .

156
d u D e u p l ed e D j e u d ' u n e m a n i è r e n é f a s t e ,e t q u i t o m b e r a s o u s
i"-.1'"nËil.t,i.Ct"rr Ic cas, en particulier, des divers s1'ncrétismes,
i'trglise : ôf. I Cor', rIr, .1-0-{' Pour n'évoq-uer
;;"h?;ëi-;t'dans
cultudc, I'ligli:"
;;';; "*"-pr". la faion dont I'union
iI-":
^des
pa{t
de
a,
nationalcs
siructures'politiques
des
on
91.d'autre'
"ï.
(en
la rupture entre i'Orient et I'Occident chrétiens
lu"*ire
germapolitique
et
culturel
monde
un
ô""id"rrt, l,uniàn avec
nique).
2) Lcr Seigneurie rlu christ s'ererçant sur Ie lloncle pur l'Eglise.
L'assomption ou l'intégration, bref l-a réc-ap,itulationde ce
q.,'iiri r de lien dans la--Création et dans I'Histoire' sera le
i";i aï ôn.i.t e\ercant eschalologiquemen-t
-la-plenilude de sa
\
\
'
elt >)' Dès.ici-bas'
(
<
d
e
r
H
e
i
m
h
o
i
u
r
i
g
u
n
i
v
e
r
s
e
i
l
e
Seisncurie
" " n Ë n a u " t . s o n R o v a t l m es e p r é p a r e ,c t q u e l q u e c h o s e d e c e t t e
i n i e o . u f i o " s ' o p è r e p a r I ' a c t i b n d e l ' E g l i s e ,s o n C o r p s . t e r r e s t r e
preet sôn Epouse. De ôctte tâche de I'Eglise. nous 'oud.rrons
grandes
très
quelques
b)
paslorale-;
.àri", , àl fu fhéologieet la
t istorique'
l i s n e s d u d é v e l o p p e m e nh
du Chrisl'
fià p". recu la.'Ro1-autéco-.s-mique
ïegri*
transforme
ne
Elle
que-lque.degré'
"r"o"" qr'Jtt" v pâriicipe à
sur.I'homme'
pas les structuiei ph1-siquetriu llon.4eet' trlle-,agit
o. Elle lui apprend
I'homme
de
cæur
t"
transiÀiÀ"i
et
forme
elle
6:. [;ne seule erceptiorr : les rlons qu'ellc crtchari,stic, fait _dont on a
puis.cn
e \ u I i m ô l . a > n c e nl r-é, lt a, i1 , i r r . i q u1. r a Il e s m o t s l r . n n s / o I t t t , r l icoo. r r l , r ' , s i o .
rlnrrl l éqrriralcrrt
r
r
r
u
l
l
r
'
,
r
r
r
s
s
r
t
l
r
s
/
n
n
l
i
4
l
l
o
.
l
c
.
i
à
,
\
I
l
"
'
J
'
1
,
^
r
r
i
t
b..i,f'Ë,,r,
lc 'in sont
uii.t" ^.irri c'n Orient. Ce fait e u' scrts très p.oi?rn6. Le piiin et
et sa joie-)'
àà-.'Jriin.irti naturels (r'epréscntatifsclc la criiatio. cn sa leauté
tnonrlc
, r i a i . i . a i u i l r r i s P a r l ' h à m i n e . l r r r e t t x , c ' c s I c o t l t t l r cr l c s 1 t t ' t î r t i c e s . r l r t
( i . r ' s e t a n S a r t gd u . C h r i s t , a r l n o n e t - à . t r a v a i l 4 e ' l , h o m m c q . i , c h a n g é sa r t
r'inrent
à à r i i f u r é c a p i l ' l a t i o n r l e l o p o r i f r ri l r r n s_ l e C l i r i s t . I - ' o . c h a . i s t i e c s t
s r r a p h l r ' e . s i . . l ' a c t i ot .l e
( e t c e l a . - s et r o u r e e x p l i r n é 4 | n s i . u t c s l e s l t t t c i t l t t t t e À
i . À . s e l l i , p , ' , r r r1 ' u s l c s r l o r t s < l e l ) i t ' ' , c e r r x r l e .l a c r ' é a t i o r e t c e u x
*-.*'"i
prlmi
, f " ' i , ,H Ë , l " t " p r i u ",.i , ' i n , , g l n l ' , ' ,',' 1l l o r r lr l r r ' r r l i lr e ' P t r ' r r r i { ' r ' rsl'l.a. (i t r s '
1 1 1 ; 1p il 'u l ô l
r , . r i * .e . t i r r r e nql r r l i a 1 f x i 5 * 1 1 1 , * l i r r r l i ;r rr l' ico: l1r . | r ar i: t t ec r r ' " P l i o t , l '
' g r / "p a r ' l a c l i o n r l o l a
l o c a . m a i c u l i " . n q u r i ' É g l i s e l a i l . . i r . . q r r e l q 1 1 l' n
une (( sûlirolit.rgic : sacrenlcnts,-*àiran,ei,ta.,x,bénérliition--..qui c.sq.iss.tlt
dan-sEnhai;;;;;n;i. i)'àlgestatti,ng,, :cf. v. \\-.rnrecu, I{irclrc unrrt /iosmos.
llaria Laach'
lttttikircltc
tl.
IVelheltediichlni.ç
rrin. Ges. ,lrbeiten t.'ioi
iilir,:
v. H. Emoncls, Diisscldorf, ro5ti,.pp' .r1o-ro5'
hrsg
--- 'r13.
Surnrni Pontibeauc,iup'in.sistéPrn \II : enc--r'cl.
a
taû"etie
16ée sur
(.lcta Ap.
octolrre rg39; allt.'cutiUnôun:istoriale rltt :o févlier rr)1ti
fLcatuits,:to
r
l
e
. :r'iences
r
r
r
.
l
i
o
t
r
a
l
i
r
r
l
e
l
i
r
r
r
\
"
,
l
i
"
u
,
,
r
s
j
.
l
:
"
'
g
'
i
'
t
l s r , i s , 3 N 1 r o { r i , .p . , - 1 i :catrli.al Prctrr'r'r: lettre
friit"i.iqï.i tlùi,1.,'t,i iigl;;. p. ii;i r. etc-,l)éjà, trrmrne
- Pie \Ii a aussi dévcloppé
ii i" S.'ïui"i' soc:iâlc',t.\!.rJitt.'tl r,, jrrillet"r936.
rle l'hornrne,
l,icléecorrélalive q.e lcs i.stitutio.s sircialess.nt le prolongemc.t
hurnaine' puis
personne
lal'olmer
ct'at-'ol't,
àoit-on,
Âinsi
l'inverse'
non
aux exl.rt". a.. institutions vrairlcnt humaines. lit a.u,csiclui_.répoÙdent
- l'hômme est toial :
1écisi'e
i6éc
t''olsitme
car
ii" l,Èvangite,
ô;;",
cst aussi celui qui cloit, en tout' se co'rportcr en
;;i;Ë;i.lit."'.it,)t-n
chrétien.

t5i
à donner une valeur <<dans le christ )>au rapport que sa situation dans le }Ionde et dans l'Histoire lui dôn'e à'l'éqard des
choses,conformément à ce qui a été dit suprn (A, 3 c)."tro pu"tic.ulier elle .lui apprend à mettre sous un signc trouro"n.r,.àlrrtaire, les suites d'ulou_reusesd-u péché : le t-ravail pénible, les
duretés de I'existencc, les cataclr-ùres, la maladie, lËs souffiances, la mort. Elle manifeste et èxerce la valeur guérissante de
la gràce : elle est le bon Samaritain et l'Auberge îu bon Samaritai'. Elle revendique et exerce la liberté de"créer au milieu
de ce I'Io.de, selon son^génie propre, qui est celui de I'Evangile,
des sortes d'ilots de grâce, qui sont comme des paraboles 'iiantes du Ro1-aumede l)ieu : ceuvres hospitalièrds, com-r.nautés
rcligieuses (dont la première communâuté de Jérusalem a été
historicluement le t)'pc), voire des ébauches de réalisations au
plan social et politiclue (<<Sur la terre comme au cicl... >), mais
qui semble.ntproches de I'ambieuïté, et vouées à l'échec plus
qu'âu succès...
. Généralement,.l'Eglisen'entreprend pas elle_mëmeI'orga_
nisation terrestre d'un certain Règne de Dieu dans les structures
t e m p o r c l l e sm
. a i s e l l e a g . i ta u p r è s d c s l r o m r n c s p
. ar son prophétisme, pour les amener à exercer I'obéissance âe la foii même
en leurs actiriités tempgrelles. Quand nous disons u I'Eglise ,,
nous entendons loule l'Eglise, tout le Nouvel Israël qrrË Di"rl
s'unit, comme son peuple (Laos Tlrcou) au milieu ei en face
9jun N{onde^q_ui n'est pas son peuple (ou laos : I pi., rr, 10).
Mais cette tâche,-qui est l_aresponiabilité de l'trglise pu. r.upport a_u]{o.de, incombe d'une façon plus rigou.éuse,^et aussi
avec d.espossibilités plus qualifiéei, à ie quijaans I'Egiise, est
Ecclesict congreqen^s: le N{agistère sacerdotal, rJui apparfient
au pape et aux évèc1ues.
. L'lglise s'adressed'abord au ]Ionde pour le convertir. on
aimerait proposer.ici une théologie de Ër }Iission, mai. ""la
demanderait un développementpàrticulier. par son effort missionnaire, elle s'cfforcè d'amen*er toutes les créatures ,pi.ituelles non fixées dan.s la révolte, à l'obéissance de la foi, et
ainsi de re'dre le plus
_possible le Rovaume adéquàt :r- ta
Ro1'auté_deso^n'Seigneur.Elle adresseerrsuiteÈrses fidilcs, pour
nourrir leur foi, une prédication tout ri fait générale qûi a"
point_ de vue qui nous intéresse ici, compor:te surtoui d".,..
grandes afïirmations : celle du Dessein de oieu sous la Seigneurie du christ (cf. Eph., rrr, 8-12), celle du caractère relatif
des choses terrestres, qui passent6a,et du devoir correspondant
d'en user comme n'en usant pas, les_reux fixés sur le R'àyo.r*"
à venir65. !'Eglise apprend aur fidèles à voir le \Iondt avec
des_1'eux _chrétiens,<<dans le Seigneur >>: non de façon char_
nelle, mais comme un l,Ionde du-père, dans la perspàctive du
6 â . I C o r . , r " r r ,3 r ; R o m . , r - r r r ,r 8 ; I I C o r . , r r . . r 6 - r g
6 5 . C f . I C o r . ,r , : g - 3 r ; I I C o r . ,r \ ' , i - r r ; c o m p . r r , { - r o , e t J o . , x v r r , g - r g .

158
avec
de tous les dons de Dieu
plein Nlonothéisme, et à user

r?i'gt elle a
er
.peut
î|ii?",,"n rhôologale .morate
au
iépondie désirqu'ont
t:'^i
fait,deschrétiens''Ëii"'jii:;;fiil
d'o"u*è' "l':il:Ïit-# " t3ilJf;

t.,t"|"fl:

lesfldèIesd'au;ou'f hoi

iT:;

i:

-'Lt:
**" Ëïïi{3jîù
ri*:r;*x":
T
"l
"i'nri.l
r;
très
dans'une
autrerï''"Lq"i'
ff,ÏlJii, TiT*"'r9iil-"'i"*oïnus

'i.\T:,rffT:i,"",;ii+.';,i.ijË"ïi',
i+,1îîÏ"$'i
echniTi
n#:qri,i"*Ë j:Ï:4,rr
ii'Taiïïi i f..îlËlit
r r u e ,n i d e r a b o m b e a t o m i q u g , . " i . d ; î * Â s

dc la division des

*f !,--:ll''l'l'ii;:tiii:'
îl;î":ï;Jl,'n.Ei,:ifl
Iesens
::

J'i: ;Ïr:ÏUî ilïiiÏi| i i:"*iË:er : l;"'::
iËi,,'.:r

"ï'*';tiÏiu":
ç:T;'dli',*r
irili*ïljl
jrff

îTJ|".""';Y;iÏt,Ëtilt;'ru"
i,îïiiî
appli'"""JlI;iilËrt
les papes
qr", depuisun 3i1t9'

:: ::"t

iè':f-q?l:'Ë'l'iï Jîài;;.i"i.' iuâiË'
quésà cxerccr .Ë; ;sI"t"{ËT{
I'inditré'sur
cen
t
p".""*"
ifii'"'Ti
*t"'

Ëkt

:,"i

îÏi

i]"'r*'ill;:
îii,î,'iîH;i#::i,i,ïili[liiliîii:l#rffi

î,'*"',:Ë:'ài--i'i;':i:W:ltl;i{iî1
p

iiïi:{Ïffff
"':
*T
*q,ffi
:*:Ë*ïËrif;
**
i#
pect
es
r
"
I
n'
u
d
"
i'
"
"
"
o
i
î"
Ji,-i
t
:Î-ïin
lir

! 6i:

T'##

i:;
Ër'Tiiiiiîtilt*"î""rm'Ài,"
3,:tîl-5i.?;3f
'"i;a'nt
sociale' a
i-inu"ttt"" toufe 'la vie aux lois'
luit'
a"'
ir
une aclion
orienter t" p'"ttËÀioËi"t" çf U::l:Ï.lîi""tlii"tio"'-ou

î:HJî,IïS.,'fr"#"rHËlî;$n:;sÈ
ffil:
â':
iîTfiË.
ffi îJr.*i:t"g:r"ilr*r:'l tl â-"î%f

oï,'[.iJ'ffiiJ]1,'hÎii#]i"Jï.",",fol'""'lf;tt"'t
66.Enclcr'

-u.n;'fi,'l*.:;i;i:;il:*f.
ïJ3".'.
0o,,.
Lr.lii"t',,:"Ëï;il':';;'..
t
n
i
ssa
; iàu
linxoTiâ"li'Ï''
.T'Ïi'
I mi ;il Iti;,.Il',î,'

159
les lignes maîtresses d'un véritable humanisme chrétien dans
I'uTivers .de ce^qu'il appelait la Seconde Révolution, àelle de
la Technique. Qu-and n6us parlons ici d'humanisme'chrétien,
nous entendons, dans le sens-du pape,
-qu-,il que le rayonnement de
l'esprit chrétien est universel, et
eit a cheicher, non par
des mesures extérieures d'autorité, mais dans une formatlon
en profondeur de l'homme lui-même. pie XII a traité, dans cette
intenti_on,-duproblème de la bombe atomique, du Co'mmunisme
et de la coexistence, de la, Paix, de ses ôonditions juridiques
et morales, de l'Europe et de l'Afrique en mal de trôuver ieur
voie et leur unité, des Techniques médicaresnouvelles et de leur
us_qgehumain, de la Liberté de la conscience (non, précisait_il,
< liberté de conscience>>).etc...c7.
N o u s p a r l o n s s u r t o u t d e l ' a c l i o n d e s p a p e s ,q u i a é t é s i
remarquable. Il faudrait, mais ce serait infini, mootrer tout le
corps de l'Eglise æuvrant de façon analogue. cet immense effort
prophétique, dont.l'Histoire, ef finaleme"nt le Jugement, révéle_
ront la portée, intègre les cinq moments suivantî :
- entendre et recueillir les aspirations secrètes et inco'scientcs de la création vcrs la révélation des fils de Dieu, ses
gémisse_mentsen travail d'enfantement (Rom., vrrr, tçi_ZZ),
c'e-sf-a-6i..__l'appelque, sans le savoir, peut-être même en le
refusant, elle adresse.à.Celuiqui, seul, peut la sauver, et qui a
confié à_l'trglise le ministère dè la réconciliation;
- dénoncer le caractère démoniaque des erreurs et des
refus de celfonde, sa volonté d'autonomie (Eigenmtichtigkeit);
- par un enseignement basé sur les Saintes Ecriturel et la
Tradition de I'Eglis_e,qui englobe!t le droit naturel, indiquer la
vraie nature des choses, les conditions de leur santé, e^tainsi
les rendre à leur authenticité:
- indiquer prophétiquement les possibilités chrétiennes du
NIo'de dansJequel nous vivons, en montrant |orientation possible, vers le Christ et vers Dieu, des mouvements qui le trâvaillent. Faire connaître le sens des choses et des grandes données
de I'Histoire : non dans le monde clos et pureirent humain ou
les <<Puissances>>voudraient enfermer l'hbmme, mais en référence au Plan de D-ieu._Préparer ainsi I'intégration au plan de
Dieu et la recapitation de toutes chosessous leur chef. rô christ
(_"pil__qlappendice, des exemples empruntés à I'action du pape
Pie XII);
- .l proposer au Monde le service de l'Eglise; inciter les
chrétiens à assumer ce service de sauvetage àt d'accomplisselrésentations synthétiques de_,ce! enseignement prophé.. 6;.- Nombre_uses
tique de Pie xII, soit assezélémeniaires lpar ex. ù{. Fnercr*Eîx pie xII et le
,
r [ o n . d c . . a c l u, e- 1l 9 . . i . . r o 5 3 , , s o i t f r a g m e n t a i r e s s, o i l a s s e zd é v e l o p p é e (sv o n c l e r
D i n h e i t d e r w e l l . D a s p r o g r u n t m p i u s ' x l l , l . e i n r i n t e r n a t i ô i t a t eÈ r i e d e n s o r d n u n g . . . z u s a m m e n g e s t e l l tv . K . S c n v r n r n re s . F r e i b u r g , t q 5 r ) . V o i r I a
"niuue
Herder-Korrespondenz,la Documentati.on catholictrue,la n,îuu.
théo1ogique, etc.

160
par des orgament; armer les fidèIes pour cela,.par Ia doctrine'
et
sacramentelle
spirituelle
vie
par une
;ilti;;-;ppràpriées,
adaptéè au r'Ionde et au Temps
il;;;;;;iiË"t'ao""É.'ainsi,
spirituelle-dont
ou'ils veulent u..nÀ", chrétiennedent, I'armure
68.
parle saint Paul
pas seuleC e t t e p a r o i e p r o p h é t i q u e ,I ' E ' g l i s en e I ' a d r e s s e
ressources
les
toutes
à ,"r'fidèles. Sui eux, eile aglt .selon
-"ri
qui
ajoute
juridictionnell-e,
autoriîé
sacerdoce "f aà rot'
;;;;"
dans
d'obligation
valeur
uie
doctrine
Ë
J;
absolus
;l;;;i",,rlui,
s'adresse
prophétisme,
i"^"ua""-â" ta .ociéte e.àlériul"; son
-,i entier : aux chrétiens qui ne sont pas
u., ntotta"
;;;Ë;"i
tous les hommes qui croient en Dieu' et
C";munion,
àï.;
pour la jusmêmes aux autres, "ut "tt tous brùle unô étincelle
pie
s'est,souvent
particulier,
en
xII,
^et
ii""^-;t iou" ta "é;iù.
mème à tous les homadressé à tous f". ài.àipf"s du Cûrist,
pas l'àme du-]Iorrde'
est-ellc
mes de bonne tor,inil.'i;Bglise-n
< t l a c o n s c i c n c ed c
o
u
P
i
'
r
e
s
'
l
e
s
a
i
t
i
Ë
comme ttimaient "
À"lntttd'hui69 ? C'est une des
i'Etat >>,comme "o"t îi"lo"ï
p o u r l e s q u c l l e sl c s d o c u m e h t sp o n l i f i c a u x f q n ! . . 1 o u v e n l
;;.;;.
taire cclles
annel u des .u,,riàArJtionr-d" droit nïturel. sarts
â'"i ae"n"rent du fait positif chrétien70'
t*^
appel prgô"u* lu ,rr"rr.l"" oû l"' hommes obéissent à cet
qu.elhumain'
monde
le
dans
il-.d";;he'
'rà""ùirti""
pnetiqoe
teglô
"d;";h;r" a"-d"
Christ.
Ie
dans
eschatologiq.ue
Ë
disons-nou., non àa's le mo'd.e ph1'î"-uin,
bi;."Ë;oîà"
p a r l a [ o i - o u .I ' o b é i s s a n c e
; ; ; ; . - c a r ù a c t l o n " J * i ; e g t i s es ' o p è r e
: . 1 é g i s l a t i ocnh r é r l e i h o m m " . . D " n r î - " d ; i l ; ù ; , d t t " ." d t r é e l l c
ènn es d'enseichréti
on
s
ns
tituti
i
;,'
" tto" ;ir.éli;;;
t;;;;;^;l;iii.
de l'enfant
fcmme'
la
de
"Ë"aition
gne-ment,a'no.pituriià,'tià',
historiréalités
de
autant
:
ét cte la famille "".àài*"'"It"éti"tt
partiel}es,
très.pàles-.ébauches,
oues. tr{ais "" r"'.àiri'î;"-Â"
En fàce d'un bilan positir' on
îi ;;'f;i."ài.;.iiur,rÀ''
i**il*
"ogutif du christianisme, celui
oourrait dresser ;#i;;iro"
du"manque d'audace des chréà;;;';"i;râs,
iilîJ"r;tbl;;;;;,
q"" .tà MondË quitte les conrlitions
;;;;
i;;'::'il;il;;'à
p r é t ô c h n i < 1 uneo u r c e l l e s
s i m p l e s e t n e r u . e l l ; ' à ; ; ; ; c i v ; t i s a t l o n-l'emprisc chrétienne
sur
que
semble
ii
d'un àse t"cr.,n.,..àliq"À.
c
erp
r
o
b
l
é
m
a
l
i
q
u
e
s
.
,
I
T
n
c
r lus
i " i ' r e " i i t a r ' . o f i à i . . à e r - i e n n e np
s
'
a
t
'
èrc
N
I
o
n
d
e
d
u
c
o
n
n
a
'
i
s
s
f
l
n
c
c
l
a
e
t
i
t a i n c s r . n l h è s e" n t r l l n f o-i"

iffii àifI;ii;. È;;;"t,

îorme prophétiq'î,';ii

témoisnagechrétien' soit sous sa

;;";-tu-rËt"i'"

du signe vivant donné

e l s u t t o u t ^ I ] . ^ 1 : . ^ t l lr r s : d t '
68. I Cor., I1I. i; x, 3-5;Rom', xtlli 12 s';
quc.nous Étnq.to.t., rellrennent r-rneplénicôntexte
clans'le
situés
qui,
textes
impressionnantes'
'iuii"i,.r
i"a" aô -sônset une actualité
luthér'icns r1e Norvège, dans leur Rap6o. Belle ",,p.n..roî"àË'\
La Rot'anté de .lésus-Christ.Genèvc'
ffà"-,
pài'vrr-"""'t
port âe rq4: : cité
toourJ
clomaine biblique, clans les
oT nourrair trou'er .un para'ère, rlans le
< 'sitz im L€ben )) urr
pour
précisément
ao"t plusieuri ont
e.ritl"iaiià.ftio.r*'
Gentils'
les
parmi
aiiput.é
i.iier

161
par des individus ou des communautésde vrais disciples,garde
toutc sa chance, dans la faiblesse des hommes et là forCe du
Seigncur. La sainteté, en particulier, est un signe qui ne trompe
pas, et sur lequel les hommes ne se trornpent pas, qui annonce
la proximité du Royaume et invite à y entrer.
Il ne faut d'ailleurs pas limiter I'action de l'Eglise à celle
de son prophétisrne. Son sacerdoceopère aussi dani le sens du
Règne eschatologleue : de même que l'trglise n'annonce pas
sculemcnt le pardon des péchés,mais le communique, car ôlle
n'a pas recu en vain le ministère de la réconciliation et de
l'Esprit (II Cor., v, 18; lrr,6-9). trlle prépare ou procure le Règne
du Christ par la célébration des sacrements du salut.
Elle lutte contre le démon par le jerhne,la prière71.Une des
finalités et, réellement, l'un des fruits de I'avance missionnaire
de l'Eglise, est de faire reculer les bornes du domaine oir, si
souvent, Satan règne et tient les hommes assujettis à son hideux
pouvoir. Cela ne se trouve pas seulement dans I'Evangile72.
Dans les premiers siècleschrétiensi3.dans nos pays qui ont été
longuemcnt exorciséspar I'action du N{onachismeet des évêques missionnaires,aujourd'hui encore, de façon souvent scnsible et parfois même spectaculaire,la mission chrétienne chasse
les démons et exorciseles peuples,par la puissancede la Crois,
pour faire place au Saint-Esprit, comme s'exprime le Rituel
romain du baptême.
La liturgie tout entière de I'Eglise n'est pas seulement, en
clle-môme, une louange terrestre de la Seigneurie du Christ, en
union avec les anges et les saintsTa;elle. a une puissante valeur
d'attestationde cette Seigneurie.Toutes sesprières se font <<par
Jésus-Christ notre Seiç1neur,qui vit et règne... >. trlle atteste l:'r
Royauté du Seigneur aux veur de tous les hommes; le dinal
che.,les cloches les appellent à célébrer <<le jour du Seigneur r>,
et toute la visibilité de l'Eglise, de son sacerdoce, de ses religicux et religieuses, de ses cérémonies, des croix qu'elle dresse
partout, cst un témoignage public rendu devant le Monde. r\
l'existence d'un autre Seigneur gue ceux qu'il sert, dans l'ignorance du Yrai. L'Eglise est ainsi, de part en part, un slone dn
Ro1'aumc et du Roi céleste.
7 r . C f . l ' 1 a t . ,x v r r , 2 o ; l I c , r x , 2 8 , i l l u s t r é s h i s t o r i q u e r t r e n tp a r I a l i e d e s
Pères tlu tlésert ou 11'rtnCuré rl'.\r's. litlcllairenrent Dar'les rornans clo G. RnrrNA\os orr de fl<jccror,r(La tcrre et Ie ciel).
7 : . C f . \ I a t . , x , r ; x r r , : 8 ; X T c ,r r r , r 3 - r 5 ; \ r r , i s . ; x v t , r 7 ; L u c , r x , r ; r ,
r 7 s . ; x r , 2 ( ] ;x r r , ô 2 .
i 3 . C f . . I . F o s ' r n n ,A l t e r t h e A p o s t l e s ,L o n d o n , r q i i .
?li. C'cst un thèrnc très important, auquel l'Apocal-vpseforrrlit une base
biblique très riche. Comment ne pas évoquer le chant du Cherubicon à la
liturgie orientalc ? Vcir Ii. Prrnnsox, Das Buch ton den llngeln (repris dans
TheologischeTraktate, r95r; trad. franc. par Cl. Cu.urpor-r-rox,
Paris, r95{) et
comp., r'lu côté protestant (presbytérien), T. F. Tonn.lrcn, Liturgie et Apocakpse: ferburn Caro, tt (rg5i), pp. z8-[o (original palu dans le Churclt
SeririceSociely Annual cle l'Églisc d'Écosse).
3

162
qu'annoncer.et'témciSa liturgie' ses sacrements'font.plus

ji"àfiiïi:i;f,;:..'.:".'"ïli:#:llpà
''."Jî.',Ëiîiii.",
:è;;i;"* r'grso"
É.i.i
i I TSTiiiîË;;ï'";-ô
:';,"#;ll'il

5ïî';:
j"''.îx''""-#ff
,ËiJl'i'"1"Ëp
iiil'","riiliJlii$t,-.:""ïË{
liturgiecommerr(:c
entre l'histoi.. t",'ËiitË J iài"r'atologic)'-La

yiîi.::.9T""
trï j: rm:*'':#fïi:: tËi'ir$;i
liii#T
gràcespour la Création et
de l'eucharistieest """î"iit"-der g " . 1 1 s À
d u i l o n d e à c e l l e 's e u l r
l a R é d c m p t i o n : , ii "l J o ï p t t " r 3 .

ii.i.iù-''.''-;:î"';"'":iîïilliiË.,'iil".i;'Eli:,
à Diet
âu -\lond.e

du retour
Ëi;;;'r.; enelIe,i;ij ;t*ff t..llm' JLï
"I'ii.îïl: J''"i;
,n"r"-"ît

I.'!lHiï'"1î"rlÏ'#irutf
:h'ïJri':ï
::tiff
i'TiÏff
ù+3f
scuro'. "" s" "nË';.
îiI iT,ii"i\iïi
ffi ,ïSï,{îîïi',Til,T
d" *u"'-

(Abraham,Ie thème$"*T-"jl:.,I'i1i l,iJ'n: ïË;à'

*in'iJiçïJf#i'*#"î*""i".1{;:+:{
t
t i ta u s û c r e l
i ; ; d c . * t f . 9 ' " ' ? J " l o c i s u ea b o u(Tit..
a
u
p
u
i
s
l'trqlise.
Irr.l-7)
Dieu
Énitanttr"ropi"i"
mcnt de l,Eglise.;iô;ïJ;
I'E'glisc
oui'
1-8)'
rr'
q"-tqr"1dïitt"
et rlesa volonté"tiiti"îtîil"
Elle est le
à" .uful-àe'Uieu?s.
l"î"îà"t"
adéq#iî
signe
est ce

communication,

Jtisus-Chli'st' Tracl' S' Bror-rs:lieur'
\icolas Crn'rstr'rs' Ltt I'ie en

r5. Comp

t-'iô'r1l
rieucre.t"
l|1,!i.,*ratérie.es'
,llJli^ï"îi,:r*:îT:ll:'i"ïî.ïlilçll;
iisniôn,
,,,,1
r,,,n,,,,,i , ,1,.i;,,îi;îî.;i:
,_i,,.,,u_
l"irili;j,i,,;.";,rJ:,il1,

^,îi;
"TÏ#-llp'
i,Jt
:ï;^i,i:;1t:i
.Î}iiil,
"i
l
ïriil
:
",i"*;;
fi:
;
"
;,.;
;'i;
i
il
ji;:

;l';:l:..i ;;il;il'l'i:l
i' i;i ï,1;i;,'';;;li
l,#i'*:'1,;lliiiÏ'*,;î;;î.,.';1,i;1;ï
,ti;ii1',)
l,lil;,',i11
,t;fii#i,ïdfî,i;t:ii, "'iliaiii' ù'e
;';I"Ï ii
:::'l";l*m
*î:,2;,r
iî;t'ff i# ii*:itil'nzi
l i e n : i h î d - ' I t p ' 1 t t i l ? , ' c r ' n : i r l ' i r ( ' rl ' É g l i : e c o m m e g r Î n ( l - q 0 c l o m o n l ' " I r s r t l . ' r n -

ent.'*" à';''nt;^ilf.:]ïc:i\Îi:"1àtiT""]
assez
"t'l'Ji'i;;';"
,,."?t,,.t::1",'t
,,",,,1,i$i,,Jl.,.n""..
ii'.''sn.,i,u,
,*ï,iil,r,iiii;i:.
,,.i.il.,,
",',ool,',,'|i'no"Àii'
,n;:;J1,"1..;
;"
r"
'
îdt''
U;ii-jlii;j

sen1nei,;iij!;,:|,;ùi,
i,na.ced
,"u"'-[."i];n1ili'I;
i:i.,J:'îl'1
qrr'ir,r
;".scns
i,,]11ï
tlïli,ifl*illEiîfij:

i;';;.iill]ÏJilh';
:ïl".iii;.?lsr:
lni :,5iï [ *i rli,Iïr';ls;"1
oir il I'eut'

I

163
service,le sacrement, de la Nouvelre et éternelle
Allia'ce, la promesse donnée au *Ionde qu'il
a un saluf p;;l;'dans
1re
christ, prôtrc ro1'aret roi saccrdotat.ce que rË
cÀ"i;^
sau'e
doit un jour réunir da's son novn"Â" est mvstérieusement et
et assumépar ce sacrementde ialut. rer esflà'.à"ïàà!-ntiqr"visé
de la formutc < H,rs dc I'Eglise,p". a* ;;i;i "";;;îï-ceile
de
I'enc'clique JlrTsricr'
c.orporiî: u ordo.nner,,., cJ.p, ,i1.stiqu". ,
"R;ià"me
ce .que le chiist doit un .your réuni. à;;;

est
visé par le sacrement et.p1ï ra roalrté .d;li";ii;
à;Ë"
corps
sur la terre : l,eucharistièi, et I'Eqlise.
o u i , l ' - E q l i s ec t r e s s a c r e m c n l ss" o n t c o m m e r .
ain et rcs
d o i g t s ' 0p a r l c s q u e t s , a u ; " r ; ; ; ; I , H i . t , , i r " . - Ë i ' ; r ï qm
ï:['ce qu,il
r e ' i e n r r c , J é s u s - c h r i s tr e c u e i i l e . d a n s I i i r - i r ' i t ' i l ï " "
serui, la réponse des homm". "i d., Monde-au-;"1"t . u l . o r m r t
;;qil;';;
sa Fâque. Le Jour manifestera tour, ct ii;;;.;;;-in,
!i" t,o"t"
ro1-al du_ Seigneur, ce qui o.,"u éte annoncé,
ébauché, dairs
l'æuvre de son Corps terirestre.
b) L'Eglise a fait, depuis la pentecrjte,bjenr
des expériences
histori.ques,dont l_esé.critsapostàtiques ne nous
offrent .ucune
prér'isi.n, sauf cellc-ci,_
dccislve.qufxprime a* r"i.,i .c"onainr"
l '.\p ocar r pse
de sair rJca' ' t" s' "ignËr .iË- ar ' iilii;i,I.on.." r _
dante et céleste,est coextensive à'loute l,histàire
ie l,Egrise,
faile
. s u r l o u ld ' é p r e u v e se t d c l u t i à s .
L-n glrse a, au cours de sa vie historique, mis
en
des Taçons-d'aflirmer et de réarisËr tettô s";s""""i" æuvre bien
à,, ct "irt
sur le ]Ionde. Il n'existe_qu'uneseute < thès; ;:
";îi"';;l*
Iinale
de saint llatthicu : < Alréz donc, aà tuutcs les nations
faites crcs
disciples. >>Pour tâcher de
lgponare ii cet ordre, I,Eglise a
utilisé de son mieux les possibilitésque ru; onràii i,Hi.toi"",
passant de I'une à l'autr_e-se-ron
qu'u'è porte lui était-ouverte
ou fermée. En sorte clue le.sforme's *". i".q""iË;lî;'a
ersa"é
de soumettre les hornmes à la Seigneurie du crr";ri."ï
Ëîè;
sauf celle' absolumen^t.prrmanenieet pure, de
ta p.eài"ation
apostolique et de la foi, des réalité. d,'j fr.i.p"tfrïr"'u."C"
q,ri,
en elles, érait fidélité à la mission de fairé'là
cï"isi rroi, est
imprescriptible et qur; Je reste, moyàn possible J;;
t"l ou tel
conditionnemenr liistorique,.
esi relâtif ;i-*;t
-présenter
;Ë;;;o__"
toute réalité historique,
des i-p"."té..-i;Ëgii."
rr"
; q ( - ' . ' 1 ' ' l a n r i i ' r ' ec u c h a r i s ' ' q r r ed c l a D i r l n c h è
ç t 1 . i , d . a p r è s. r . - p . \ r n n r ,
La Dilrachè- lnstrricriorr.sa"r a1rài,'i'r,-rràirr,,î1,*,
serali antérilr,." i to plupart
r l e s é c l i t s d u \ o u r , e a r rT c s t a l r c n t ) , , , C o À 1 " Ë - . e
pailr r.(,rnl,ua
. u t r e f o i sr l i s s é _
rnirré.su.r les monragre-s,
a é.té.recueitiip;;;
'ertr'érnitcjs
-t.rtn ",.; tii,.. 1,iio'ili;;r.
rassern_
ble ainsi ton Iiglise tes
tlc Ia
,rnr-,.torr ro1,au're. orri, à .I.oi
est la gkrirc et
prrissancepar .Ié:us-Christ ilarrs Ies sit,cter'l.la
i..lj iio-.,.,nrrr.,
(rcs quatre rents,
I'Égri-seqre tu as sanctifiée, <ransre ,o1.",r,ii"'
qïre tu rui
a s p r é p a r é . c a r à 1 ' . i e s t i a _ p u i s s a n c ee t i a - g r o i r c
d a n s r e s s i è c l è s .v i e n n e

."

monitcI (-..)lraranotiiâr ,qmÈ,i.,,'ià .i'iâi.'_ c.tt"
:i,i:î1"_",^:ll:,f,a::g
e'o(arronescnâtolr,gique
cle I'cuchari-stic
(comp. I Cor., ,rr, ,rl- éai, il I.a.t
bien^lc rec.onnaîtref
hien peu présente""jà"r,i,rr"i ;;
i,";pl; ntoË',
p-.
8o. Comparaison
du
Snirnnr.nor",.ip. .it., pp. 4ô, i'.,-iC.---'

164
s'1' atta.chepas; elle garde la transcendancede sa mission à
trar.ers les usages historiques de tcl ou tel mo]'en ou elle ne
se compromet jamais jusqu'au bout, car, tout en é-tant dans
I'Histoiie, elle est au-dessus de l'Histoire. Sa vie historique
s'écoule dans une sorte de tension entre les cxigences de la
Pureté, qui suggèrent un détachement du N{onde, et la recherche de Plénitude,par la sanctificationde la vie profane.
L'Eglise a d'abord vécu une existcncecachéeet persécutée.
Elle ne èherchait pas alors, elle ne pouvait guère chercher, une
traduction de la Rovauté du Christ dans la vie sociale et publique, dans les struètures politiques. Elle vivait, tendue dans
l;attente de la manifestation eschatologiquede la Seigneurie
du Christ et de Dieu. C'éteit la meilleure situation potlr sa
pureté intérieure (dont les épîtres aux Corinthiens nous Inonircnt qu'elle n'a jamais ôté sans faille), non pour un plein exercice de sa tàche dans le ]Ionde.
Yint la conversion de Constaniin. L'Eglise eut alors, en
Orient (théologiepolitique d'Eusèbe),moins en Occident (saint
Augustin), l'idée que le l'Ionothéisme pouvait avoir u.ne sorte
de-iraduction politique daus lc cadre dc. l'Empire chrétien. En
des princes et des peuples balbares
Occident, la c-onver,sion
permit la réalisation d'Egli'sesnationales dans lesquclles le roi
était "c,-*e un ministre de I'Eglise pour souûlcttre les hommes, par les lois et lc pouvoir coactif (le qladla.smaterialis tenforçant la menace du-sluditrs spiritullis dcs sanctions-spirituclles), à l'obéissancede la foi ct itux règles de la Yier.chréticnne.
le vocable d'Ecclesiadôsignait
Daris la chrétic.ntôcarolinqie.nne,
la société chrétienne,ou I'ordre sacral du sacerdoceet I'ordre
social ou politiclue coexistaicnt dans une sorte de-s1-mbiose.
Ouand, poùr ér'iter la domination des pouvoirs laics, la rtiforrne
c-réqor.iùne(milieu du XI" siècle) dcinônçacette espèced'i'disiit-titiun de la notion d'Ecclesia,la papautô poursuivit ptrtiemment le programme d'une soumission des autorités séculiitrcs
à la loi ùceiclotalc. Les historicns les plus récents ont montré
que cette ambition n'était pas une amlition temporelle de
iI'rltlrnrrt"/raff, mais une ambition sacerdotalcet spirituelie dc
réaliser au darimum la sujétion de toute Ia I'ic au règne du
christ. lIais, en formulant cette ambition cn termes .iurirliques,
et cn utilisant, pour la réaliser, touteslcs ressourcesgue le droit
p'ltlic clu temfs lui présentait (par eremple la 'assalité clcs
.nr.,,.,-". ir l'égard du Siègc de Pierre), la papauté de cette
époque n'a pas-évité des revendicirtionsclui lous paraissent,à
noui, ambigïes. On n'a pas toujours ér'ité alors le dangcr de
hiérocratie ou d'ecclésiocratie.
De même les Croisades,dont les trois premières au moins
furent me,néessous le signe du service.temporel du Roi du ciel,
nous paraissent aujourd'hui une façon ambig.uë.d'cxercer la
resporisabilité qu'a I'Eglise de pgursuivre une réalisation terrestre de la Seigneurie de Dieu. Il faut reconnaître aussi que le

1ti5
qlopos de faire servir toute l'æuvre temporelle de l,homme (la
Civilisation), et_passeulementles réalitésipolitiques, mais celles
de la science, des arts ct de la culture, au règire de Dieu, n'a
guère_favorisé le développcment des réalités froprement temporelles,et terrestres. <<'I'anquam sopitct Ciuitute inundi >>,écrit
O.thon. dc l.-reisingà propos de l'état de la société à partir de
I'Empire chrétien de Théodosele Grand81...
Il convient de noter ici qu'on ignorerait un aspect importani de la prédication médiirvale de la Ro1'auté dir Chris-t, si
on limitait son intérôt et sa documentation aux traités théologico-politiriueset à la Publrzistili des glands conflits entrc les
deux pouvoirs. Il r' it eu, dans la tlréologic,dernsles scrmons,
dans les divcrs Jliroirs dc vie chrétiennô destinés aux fidèles
vivant dans le N{onde,dans I'art chrdrtien,dans la construction
et la décoration des drglises,
unc abondantc et concrète proposition d-umessagc de la Rovauté du Christ : un message-laigement clrristologique,lon ecclésiocratique.
Vir,r,tle temps des erands éclatcments,dts ruptures, et le
dd.butd'un processusdc luïcisation de la politiclue,de la culture,
bref, de la vic, cJuicst aujourd'hui un fait quasi universel. Ce
proccssusa rcprcisenté,llour I'Eglise, une grande souffrance :
pas uniquemcnt pnrce c1u'ellcperdait pouvoir, prestigc et facilités, mais parce que. sa tàche de faire- réqncf le Christ était
contrariée.El pcrmcttant, incontestalllement,un plus actif déploiement de I'rr:uvre humirirre,lcs grandes ruptures modcrnes
ont affaibli, et continucnt d'uffaiblir, I'crprcssion publicluc de la
Seigneuric dc Dieu. L'E,'lise répondit à la sécularisationde la
vie, et aussi aux doulourcux cléchiremcntsdu XYI" sii'clc',en se
concentrant sur ellc-rnôrnc,et en préllarant ainsi la grande
expansion missionnairc des tcmps modernes.
EIle n'a pas renorlcé ir remplir. str mission d'ilrrnuncer et
de réaliser lc Règne de I)icu; simpicmcnt, ellc I'a re.crherclrée
d:rns lcs conditions nouvellcs cruc l'Histoirc lui faisait. I)'un
cirté,elle a dénoncélcs crrcurs ef l'idolàtrie ciu ][oncle modcrne.
D'un autre côté,elle a chcrchc!unc voic, pour faire relgner.IelsusChrist, non plus par lc mor'en de I'autorité et du pouvoir - sauf
k\ oir cette voie s'ar'érait encorc possible -, mais par celui de
I'influertcedes chrétiens dans la vie socialc.L'intluence, c'cst-àdire I'action sans <<pouvoir >. L'Eglise s'est appliquée à éveiller, à former pastoralcment, la conscicncc des fidèles dans le
sens de leur responsabilité dc chrétiens. dans le ]Ionde. Les
chrétiens,en cffet, sotrt membres, à la fois et indissolublcmcnt,
de la Cité d'en-haut et de la Cité terrestre.Nul pouvoir humain
n'a le droit de les empôcher de chercher à ôtre chrétiens dans
toute leur vie, I' compris leur vic de relations et de responsabilités sociales.L'Action catholique,coopération des laïcs à I'apostolat des prêtres, a pour tâche premièrc une activité de témoi8 r . ( l / r r o n i c o n ,1 i b . V , 1 t r o l . : é d . H o f m e i s t c r ,p . z : 8 .

166
gnage et d'évangélisation, mais pour tâche seconde, en dépenâuoË" de la pËmière et comme son ra-)'onnem-e-ntnormal,
d'influencer lei hommes, donc la société, donc le Monde, dans
le sens du Règne de Dieu, bref de réaliser, sous une nouvelle
forme, une soite de <<Préparation évangélique >>.
Faisant cela, les chrétiens remplissent' non seulement un
service d'Eglise,.mais un service du Nlonde, le meillegr. qu'ils
nuissent lui' donner. Leur service de l'trglise (du Christ) s'acàomnlit. très précisément, dans le service même du \'Ionde que
Ieur'situation^dans celui-ci leur a imparti, et qu'ils s'appliquent,
tout simplement, à accomplir en chrétiens.
<. Si vous êtes mes fémoins, je suis Dieu >>,prononçait
Rabbi Siméon ben Yohai (v. 150), éIargissant simplement une
parole de Dieu en IsaÏe, xllrr, 13. La réalisation du programme
àu ntonothéisme conséquent passe par Ie Christ, puis par I'Eglise, qui est le peuPle de Dieu.
ADDE\DLXI
de l'Histoire,
desmouvements
Eremplescl'indicationdespossibilité-s
a u r ) ù i n t d e l u e c h r ' é t i e np; r i s s u r t o u t d a n s l ' a c t i o n d e P i c \ l l :
- L'idée de I'unité natulelle de I'humanité, qui s'est approfondie
et r'éaliséesurnatut'ellementdans le Christ (point que les Pèresont aimé
souligner). Doctrine développéepar la condanination du racisme et du
fanatisme nationaliste, puis dans l'approbation donnée à la campagne
l Soit recherpour (( un seul rnonde l, à condition que Ia tt Coexi-stence
chéedans la vérité.
- La doctrine de la suprtimatiedu droit sur la fol'ce et de la nécessité de résoudrc les conflits entre peuplespal'une procédure d'arbitrage.
D o c t l i n e a s s u m a n td ' e n - h a u t I ' i d é e o c c i d e n t a l ed u d r o i t n a t u r e l .
- Limita{ion de la souverainetéde l'État pal le principe de ia responsabilité sociale échelonnée(subsidiarité). Dans tous les thèmes qui
du dogme christologiprécèdent,la cloctrine pontificale, prise du c'cæul.
q.r., r.r't.o.rtre bien des idées éthico-julidiques dont les_Anglo-Sarons
se sont faits les protagonistes,soit dans l'activité du conseil ctcuménique,
soit à l'O.N.ti.
- L'appréciation du progrès technique, qui peut, soit conduile
d a r a n t a g el ' h o u t - u à D i e u , c a r i l m a n i f e s t el a d é p e n d a n c ed e l a ' I e c h n i que à ltgard des qualités morales de I'hornnre, et rnontre les limites de
là connaissancenatulelle; soit l'en détourner à janrais, s'il deÏient luimêrne rnessianisnreet religion.
- Avertisseûrents
donnés au,r peuples européensde lenoncer à leur
et
illusoire souveraineté de fondel une unité politique I'iable pour l'Europe. Il v a Ià un rnessagechrétien de libération, qui est aussi un mess a g ed e s a l u t .
(ces indications sont empmntées aux thèsesou lenal'ques proposées
par la Herder-Ii orre sporLd,enz).


Documents similaires


attention le pere noel imite le seigneur jesus christ
transparent credo
doctrine
les armes spirituelles
dEclaration dominus iesus
puissante priere a saint michel archange


Sur le même sujet..