sfhom 1768 7144 1981 mel 5 2 990.pdf


Aperçu du fichier PDF sfhom1768-71441981mel52990.pdf

Page 1 2 34518




Aperçu texte


CHEIKH
OU LA

MA EL AÏNIN

DERNIÈRE RÉSISTANCE

SAHARIENNE

(1831-1910)
par
ALIOUNE TRAORÉ

INTRODUCTION
Le Sahara Occidental fut un point stratégique pour l’occupation du Maroc et
l’achèvement de la pacification de la Mauritanie par le colonisateur européen.
Il fut aussi le dernier bastion et le refuge des dernières résistances «nomades»
les plus redoutables contre les colonnes d’occupation française.
S’il y a un homme qui incarne cette farouche opposition saharienne à l’inva¬
sion étrangère, c’est bien Cheikh Ma El Aïnin, l’un des derniers résistants armés.
En effet, c’est au moment où la passionnante aventure samorienne prenait fin
que le mouvement Ma El Aïninien se révélait comme une véritable puissance
politico-religieuse au Sahara Occidental là même où neuf siècles plus tôt com¬
mença l’épopée almoravide.
Aucun résistant africain n’eut à faire face à au moins trois puissances euro¬
péennes comme ce fut le cas de Cheikh Ma El Aïnin qui tentait de s’opposer à la
présence coloniale non seulement au Sahara Occidental mais aussi au Maroc et
au pays des noirs bordant les rives du fleuve Sénégal.
A l’inverse de ses pairs, Samory le régénérateur de la société mandingue,
Behanzin le roi d’Abomey, Cheikh Hamahoullah le résistant sans arme, Cheikh
Mamourut
Il
El Aïnin
libre.ne connut pas comme eux la fin pathétique que réserve l’exil.
Cette grande figure de la résistance africaine à l’intrusion coloniale mérite
d’être mieux connue. C’est pourquoi nous allons lui consacrer cet article.