Newsletter2200 .pdf


Nom original: Newsletter2200.pdf

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Scribus 1.4.6 / Scribus PDF Library 1.4.6, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 26/11/2019 à 05:00, depuis l'adresse IP 178.198.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 157 fois.
Taille du document: 1.2 Mo (2 pages).
Confidentialité: fichier public
Auteur vérifié


Aperçu du document


Aménagement, urbanisme, logement, développement :

Les deux Genève

- HTTPS://WWW.FACEBOOK.COM/CAUSESTOUJOURS

HTTP://PASCAL.HOLENWEG.BLOGSPOT.COM

VIVELACOMMUNE@INFOMANIAK.CH

Feuille à peu près quotidienne et assez généralement socialiste

Causes Tousjours

Genève, 6 Frimaire
(mardi 26 novembre 2019)
10ème année, N° 2200
Paraît généralement du lundi au
vendredi

Deux Genève
se sont confrontées dimanche dans
les urnes :
celle pour qui
le « développement
»,
mesuré
quantitativement, est la
priorité
des
priorités, et celle pour qui il n'est soutenable qu'à des
conditions qualitatives. On a par exemple refusé de
déclasser un espace vert (12,8 hectares de terres
agricoles) du Grand-Saconnex pour permettre à un
promoteur privé d'y construire des bureaux. Le projet
n'a finalement été refusé qu'à six voix près. Six voix
qui pèsent lourd. Et qui constatent l'utilité de faire
usage de son droit de vote...
LA CROISSANCE N'EST PAS LE DÉVELOPPEMENT
e s G e n e v o i s n e s e r a i e n t - i l s fa v o rables au développement de
Genève que s'il se fait en France ?
Le refus du projet de déclassement du
q uar t i er d es C r êt s , au P et i t - Sac o n n ex ,
s em b l e
le
s ug g ér er .
P o ur t an t ,
« c o n s t r ui r e l a v i l l e en v i l l e» r es t e l e
seul moyen de ne pas étendre
l'urbanisation à tout le canton : on
d é fe n d b i e n m i e u x l e s a r b r e s e t l a
b i o d i v er s i t é en c o n s t r ui s an t l à o ù o n a
déjà construit, qu'en bétonnant et
imperméabilisant les espaces encore
laissés « verts »... Environnement a l e m e n t , l a d e n s i fi c a t i o n e s t à l a fo i s
légitime et logique. Mais elle fait peur à
ceux qui la perçoivent comme un
fa c t e u r d e d é g r a d a t i o n d e l e u r
en v i r o n n em en t et d e l eur q ual i t é d e
vie. L'argument du logement ne suffit
plus à convaincre : si la demande de
l o g em en t s , et d e l o g em en t s à d es
loyers abordables, persiste, elle s'affine :
d es l o g em en t s , o ui , m ai s d es l o g em en t s d e q ual i t é d an s un en v i r o n nement de qualité. C'est bien d'un
choix de société dont il s'agit, et qu'à
leur modeste niveau d'importance, les
votes genevois de dimanche (y compris

celui pour un « pilotage démocratique
de l'aéroport ») témoignent : La
croissance n'est pas le développement
-elle mesure l'enrichissement, il
m es ur e l a q ual i t é d e v i e. L a d éc r o i s sance, résume Paul Ariès, est un «appel
au retour des partageux » : elle doit
« fo r c é m e n t ê t r e é q u i t a b l e e t s é l e c t i v e ,
afin de donner plus à ceux qui ont eu le
moins». En cela, elle s'inscrit
parfaitement, et fidèlement, dans un
programme socialiste, dès lors qu'elle
doit s'accompagner d'un surcroît de
d ém o c r at i e et d e j us t i c e s o c i al e. L a
q ues t i o n d e l a j us t i c e s o c i al e es t en
effet centrale : on peut demander aux
riches de l'être moins, de consommer
m o i n s , d e t r av ai l l er m o i n s et d e
voyager autrement -on ne peut rien
demander de semblable aux plus
pauvres. Or ceux-ci sont bien plus
n o m b r eux q ue c eux - l à, et s i l es un s
h ab i t en t d es m an o i r s o u d es l o g em en t s
d e l u x e , o u d e s z o n e s v i l l a s b o u ffe u s e s
d'espace, ce n'est pas en exigeant des
m a l - l o g é s e t d e s s a n s - d o m i c i l e fi x e
d'accepter de le rester qu'on rendra un
projet de décroissance légitime : c'est
en l es l o g ean t c o r r ec t em en t .

« Si le socialisme est une pommade lénifiante sous laquelle demeurent les plaies, qu'éclate le socialisme » (Jean Sénac)

CAUSEs TOUsJOURS
N° 2200, 24 As
Jour de St Berbiguier,
martyr
(mardi 26 novembre 2019)
Depuis 20 ans, la Ville de Genève
proclame, par la voix de son Conseil
administratif,
vouloir
atteindre
l'objectif « zéro sans abris » dans les
rues. Et n'y arrive pas. Parce qu'elle
est pratiquement seule dans le canton
à ouvrir des lieux d'accueil des
personnes sans toit, dont le nombre
augmente sans cesse. Aux deux abris
d'hiver en sous-sol s'ajoutent les «sleepin» ouverts dès l'été dans des temples
mis à disposition par l'Eglise protestante et dans la Maison de quartier
des Acacias. Et un sleep-in pour
femmes s'ouvrira à la Roseraie. Près de
300 personnes pourront ainsi être
accueillies en Ville de Genève. On ne
sait pas si l'objectif « zéro sans abris »
pourra être atteint. Ni si celui de
partager la charge de l'accueil des plus
précarisés entre toutes les communes
(plutôt que de reposer sur une seule) ne
tient pas du rêve éveillé.
On apprend dans « Le Matin
Dimanche » que la Conseillère
nationale zurichoise Min Lin Marti
envisage de se présenter à la
présidence du Parti socialiste suisse
et que son compagnon, le Conseiller
national
Balthasar
Glättli,
zurichois aussi, à celle des Verts. Et
que ça en fait tiquer quelques uns et
unes. Ben quoi ? la gauche, c'est bien
une grande famille, non ?

La Cour des Comptes a encore
frappé : elle pointe le système un
tantinet bordélique (« une réglementation complexe et incohérente») des indemnités accordées par la
Ville de Genève à ses employés.
Genre indemnités pour l'adaptation à l'heure d'été, ou des
indemnités pour travail de nuit
commençant selon les services à 18,
19, 20 ou 22 heures... Comme la
Cour des Comptes, on a un faible
pour l'indemnité pour perte d'indemnité pour cause de maladie, de
congés ou de vacances. Du coup, on
attend que tombe au Conseil
municipal une proposition d'instaurer des jetons de présence pour
absence de présence. La Cour a émis
huit recommandations, dont sept
ont été acceptées par le Conseil
administratif (la huitième étant en
contradiction avec les règles de la
caisse de prévoyance) , qui a élaboré
un nouveau règlement (à négocier
avec les représentants du personnel
et des syndicats) pour remplacer
ceux qui datent des années septante
-ils ont donc été produits par des
conseils administratifs à majorité de
droite, avec toujours un élu de
droite responsable du personnel de la
Ville... on dit ça, hein, on dit rien...
La verte libérale Isabelle Chevalley a
annoncé qu'elle ne voterait pas pour
la verte Regula Rytz lors de
l'élection du Conseil fédéral, parce
que Regula Rytz est « trop à gauche».
Elle a en effet été classée tout à
gauche du Conseil national par
l'institut zurichois Soromo, à égalité
avec ses camarades de parti Irène
Kälin et Michael Töngi et la
socialiste Silvia Schenker Ben alors,
quand la droite genevoise hurlait,
pour faire peur aux électeurs et
électrices genevois, que le duo Lisa
Mazzone et Carlo Sommarug, c'était
ce qu'il y avait de plus à gauche au
parlement fédéral, et qu'il fallait
surtout pas les élire (elle et il ont
quand même été élus...) elle disait des
conneries ? Ben non, pas la droite
genevoise, quand même... Pas plus
qu'Isabelle Chevalley, en tout cas.

AGENDA
TOUT LE PROGRAMME DE
L'USINE ET A L'USINE

www.usine.ch www.ptrnet.ch
www.lekab.ch

L'AGENDA CULTUREL
ARABE A GENEVE
http://www.icamge.ch/
JUSQU'AU 1er DECEMBRE
Festival Filmar en America
Latina

www.filmar.ch

DU 5 AU 10 DECEMBRE,
GENEVE

Palestine : Filmer, c'est exister

Rencontres cinématographiques
www.palestine-fce.ch

DU 6 AU 15 MARS, GENEVE
Festival du film et Forum
sur les droits humains

www.fifdh.org


Aperçu du document Newsletter2200.pdf - page 1/2

Aperçu du document Newsletter2200.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)


Newsletter2200.pdf (PDF, 1.2 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP




Documents similaires


newsletter2200
newsletter2345
newsletter2326
newsletter2445
newsletter1900
newsletter2435

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.281s