Hong Kong Phare démocratique de la Chine ou mirage d’autonomie.pdf


Aperçu du fichier PDF hong-kong-phare-democratique-de-la-chine-ou-mirage-dautonomie.pdf - page 4/22

Page 1 2 3 45622



Aperçu texte


Introduction
Alors que le 1er Juillet de cette année 2017 marquera les vingt ans de la rétrocession de
la colonie d’Hong Kong à la Chine par la Grande Bretagne, date hautement symbolique, les
avancées démocratiques promises par la Déclaration sino-britannique de 1984 et incarnée dans
la Loi Fondamentale semblent être de plus en plus un lointain mirage.
Conçue par le dirigeant chinois Deng Xiaoping, la déclaration conjointe sinobritannique de 1984 met l'accent sur le maintien « de la structure d'une économie capitaliste et
d'un cadre politique libéral, pour une durée d'au moins cinquante ans »1 et incarne l’idée « un
pays, deux systèmes ». Concrètement, cela signifie que devenue « région administrative
spéciale », Hong Kong pourrait profiter d'un degré élevé d'autonomie, à l’exception des
compétences régaliennes de politiques étrangères et de défense, pour les 50 ans après le transfert
de souveraineté opéré en 1997. Conception souple, ce système ayant servi de cadre à la
rétrocession de la colonie hongkongaise par les britanniques a permis la coexistence de deux
philosophies radicalement opposées en rejetant à plus tard une éventuelle convergence politique
tout en offrant des garanties de démocratisation à Hong Kong incarnées au travers de la Loi
fondamentale. L’objectif de cette déclaration était avant tout de rassurer le peuple d’Hong Kong
sur son avenir démocratique et libéral malgré sa rétrocession à un gouvernement autoritaire,
d’autant plus à fortiori des violentes répressions démocratiques de 1989 23, en garantissant une
intervention minimale si ce n’est inexistante du gouvernement central dans les affaires de la
région. Il était notamment prévu que le chef de l’exécutif ainsi que le Conseil législatif de Hong
Kong soient élus au suffrage universel. En somme l’idée générale était que les Hongkongais
gouverneraient Hong Kong.
Ces principes furent donc appliqués dans la Loi Fondamentale qui tient lieu de « miniconstitution » pour Hong Kong. Rédigée conformément à la Déclaration conjointe, la Loi
fondamentale « constitue […] un gage de sécurité pour le maintien d’un degré d’autonomie

1

SIBY Nahan, « L’été de la révolte se prolonge à Hongkong », Le Monde diplomatique, no 727, 29 octobre 2014,
p. 23.
2
CHEUNG Gary, « June 4, 1989 events in China still have a profound effect on Hong Kong’s political scene »,
sur South China Morning Post, http://www.scmp.com/news/hong-kong/article/1519713/june-4-1989-eventschina-still-have-profound-effect-hong-kongs, mis en ligne le 26 mai 2014, consulté le 27 avril 2017.
3
CHENG Joseph Y. S., « Les événements de Tiananmen et le mouvement pour la démocratie à Hong Kong »,
Perspectives chinoises, vol. 107, no 2, 2009, p. 105.

1