Campements disparus .pdf



Nom original: Campements disparus.pdfTitre: Campements disparusAuteur: teg03

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator 3.0.2.8660, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 05/04/2020 à 13:26, depuis l'adresse IP 82.245.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 161 fois.
Taille du document: 12.5 Mo (7 pages).
Confidentialité: fichier public

Aperçu du document


Les campements disparus
1. P.S.A
2. Ultiplex
3. Vranche

Livret des campements disparus, ARN 2.0

1/7

P.S.A
P.S.A tient son nom du lieu où ce campement s’est organisé. Dans un immense
batiment de fer et de béton, situé au bout d’une longue ruelle d’herbes folles et d’asphalte
fatiguée, bardée de panneaux indiquant les mêmes lettres continuellement : P.S.A. Aussi le
campement s’est-il appelé ainsi.
Le groupe originel se constituait d’une cinquantaine de membres, vivant au sein d’un
bâtiment qui servait à fabriquer de gros engins étranges que les Anciennes Civilisations
appelaient Camion. Un truc, sur roues et chenilles, utilisant des technologies étranges pour
se déplacer de manière autonome et ainsi épargner l’effort de marcher à pieds.
Bref, durant plusieurs années, les membres de P.S.A décryptent le grand nombre de
documents techniques trouvés et parviennent, peu à peu, à reproduire une partie des
technologies d’antan. Pas tout et pas toujours de manière sécurisée, mais, petit à petit, ça
avance. Et ces découvertes ont généré une idée un peu folle mais particulièrement
audacieuse. Réaliser un Grand Œuvre et aller narguer les crafteurs d’Havre 3 avec. A la
lueur d’un feu de camp au carbu, il est décidé de construire un kamion, LE kamion, le
kamion P.S.A.
Le campement s’organise. Des caravanes commerciales sont accueillies, des ateliers
de crafts montés, des plantations semées pour survivre plus longtemps…Chaque membre
rejoint une team (c’est le mot qui revient le plus souvent dans les documents organisant le
travail autrefois) et chaque team à une lettre pour signifier ce qu’elle doit faire.
Les plus jeunes sont enrôlés dans la « A-Team », soit l’Apport Team, celle qui doit
fournir aux autres teams les moyens de construire le Camion. La A-Team est aussi la plus
nombreuse, avec ses spécialités (récup de matériaux, de liquides, de bouffe, d’armes etc…).
Les gardiens et gardiennes sont regroupé(e)s dans la « B-Team », la Baston Team,
celles et ceux qui collent des baffes par grappe de vingt dans la tronche des goules sauvages
et des raiders.
Les cafteurs sont regroupés dans la « C-Team », la construction team, celle qui utilise
les denrées rapportées pour produire des crafts utiles pour le Kamion. Etc…
Pendant plus de cinq ans, la construction du Kamion avance plutôt bien. Le moteur à
carbu est fondu dans des moules et assemblé patiemment par les plus méticuleux crafteurs
de la C-Team. Le carbu est fabriqué en quantité astronomique et épuré régulièrement. Et un
beau matin, le Camion est prêt. Il est immense, haut comme deux adultes, massifs à l’avant
et pouvant accueillir des passagers à l’arrière. En plus, il a roulé ! Quelques pas, c’est vrai,
avant que le chassis ne lâche et que de l’huile jaillisse par des trous dans certains tubes
plastiques, mais c’était déjà beaucoup ! Plusieurs problèmes apparaissent avec ce premier
test. Les roues s’affaissent, la structure s’écrase, le poste de pilotage manque de visibilité vers
l’extérieur et les gazs de la combustion empoisonnent tout le monde au moindre coup
d’accélérateur. La première création apparut à tout le monde beaucoup trop imposante pour
être utilisable.
Les team mirent donc toute leur créativité au désossement du projet initial, afin de
l’alléger, et permettre au moteur carbu de jouer son rôle d’entraînement cinétique plus
facilement.
Les choses avançaient plutôt bien. Encore quelques jours et le nouveau prototype
pourrait être testé. Mais un soir la B-Team avertit P.S.E que des mouvements nombreux ont
été aperçus plus au sud. Des caravanes témoignent d’attaques de boutefeux sauvages et
certaines évitent désormais le coin. Le plus grand nombre croyait à l’arrivée d’une trentaine
de raiders mais leurs espoirs furent rapidement douchés. Un certain Dorisio, à la tête d’une
centaine de boutefeux sauvages et de raiders, étrillent toute forme de vie le long du fleuve
Grège (Note orga : la Seine) et se dirige vers P.S.A.

Livret des campements disparus, ARN 2.0

2/7

Des
mois durant,
les boutefeux
furent tenus
en respect.
Chaque
attaque
de
Dorisio était
repoussée
grâce
à
l’ingéniosité
des habitants
de P.S.A, au
courage de la
B-Team et à
la
maitrise
des
conductrices
et
conducteurs
du kamionPSA.
Mais Dorisio n’attaquait pas au hasard ou inutilement. Chaque assaut testait les
défenses, les temps de réaction, les capacités de mouvement des défenseurs. Cela afin de
décider d’une action d’ampleur
d’ampleur au bon moment, avec les bonnes informations.
Le siège posait aussi le problème des approvisionnements extérieurs : eau potable,
nourriture, denrées d’exploration etc… Par trois fois, la B-team
B team épaulée du kamion-PSA
kamion
tenta de briser l’encerclement, mais, à chaque fois, Dorisio parvint à déjouer leur action et à
les repousser. Une tentative diplomatique donna lieu à la crucifixion publique de deux
envoyés de P.S.A aux pieds de Dorisio.
Après une dernière tentative, les
les team durent reconnaître que le combat ne pouvait
être gagné. D’un accord unanime, les plus anciens, décidèrent de laisser filer les plus jeunes
avec le kamion-PSA et de retenir le plus longtemps possible les assaillants. La A-team serait
donc livrée à elle-même
même afin de sauvegarder les savoirs accumulés durant plusieurs années.
Un soir à la clarté lunaire acceptable, après de longs adieux, le kamion-PSA
PSA s’est élancé à sa
plus grande vitesse.. Mission fut donnée à la A-Team de trouver d’autres documents
techniques
hniques et de fabriquer de nouveaux véhicules à carbu pour faire vivre à jamais une
technologie d’antan et le souvenir de P.S.A !
Les boutefeux furent surpris de cet assaut nocturne et en force. Le kamion-PSA
kamion
put
s’enfuir provoquant la colère de Dorisio et la chute de P.S.A. Ses habitants ayant été
méthodiquement exécutés par des boutefeux enragés et camés au dernier degré de leur
conscience.

AINSI S’EST ACHEVÉE L’EXISTENCE DU CAMPEMENT P.S.A.

Note orga : illustration du kamion--PSA non contractuelle

Livret des campements disparus, ARN 2.0

3/7

ULTIPLEX
Très chère Louisa,
On est bien arrivé, avec les Géodixs, à Ma’Ene. Du coup, t’inquiètes pas, je vais faire
le plein d’eau épurée et vais ramener ça rapidement.
Y à un truc de ouf qui s’est passé. A l’aller, on est passé par un campement appelé
Ultiplex. Et bien, figure-toi,
toi, qu’on a appris aujourd’hui que des boutefeux y sont passés et
qu’ils ont joué aux osselets avec les locaux.
locaux Cet enfoiré de Dorisio, probablement…
probablement Du coup,
on est un peu les derniers à y avoir
avoir séjourné. On est presque les derniers témoins, aussi faut
que je te
raconte un peu comment c’était ! Tu pourras filer ça au petit
Survivaliste et leur faire cracher un peu
peu de pognon pour
l’info !!
C’était un bien drôle d’endroit que ce lieu. Il y
avait un immense bâtiment en forme d’étoile, sur trois
étages et composé de plein de salles en enfilade dans de
longs couloirs sombres. Les locaux ont appelé leur lieu
Ultiplex en rapport avec des restes des anciennes
civilisations trouvées ça et là et parlant de cinémas en
mode ultiplex.. Je ne sais pas ce que c’est qu’un cinéma
(et encore moins un ultiplex),, mais d’après eux c’était
un endroit où l’on faisait apparaître des images
animées pour forcer les personnes à penser des trucs
qu’ils n’envisageaient pas avant
vant (ouais, moi aussi, j’ai
j’
pas bien pigé l’intérêt du projet). Ca devait être
êt bien
naze comme truc, mais bon, visiblement, avant, ils
mettaient les gens dans des sortes de cage en béton, avec
des fauteuils,, pour leur montrer des trucs pendant très
longte
longtemps.
[…]
Ca devait rendre complètement dingue, comme un
chasseur de sang sans flingue. Zia, elle dit que c’était
pour punir ceux qui avaient fait de la merde,
merde genre des
trucs graves comme piquer de l’eau ou une clé 12 à un
agorite d’Havre 3. […] En même temps, on saura
jamais vu qu’ils sont canés.
Ca fait quand même suer parce que Ultiplex,, c’était surtout pratique. Deux jours de marche
de Nouvelle Nord Landie (N.N.L), plein de caravanes de passage donc du matos à échanger,
quelques groupes d’archéo-techs
techs en mode résident permanent… Mais y avait un truc encore
plus drôle.
Livret des campements disparus, ARN 2.0

4/7

Y à un groupe de mecs à Ultiplex, ils s’appelaient les Revengeurs. Paraît que dans
leur bâtiment fortifié, il y avait un trésor. Un truc complètement ouf : des sortes de pages
blanches avecc des dessins dessus,
dessus racontant la vie des Anciens Temps. Et d’après ces dessins
(j’en ai vu un), c’était complètement fou ce que nos ancêtres faisaient : ils pouvaient voler,
ilss avaient des armures en métal ou des trucs super moulants avec des muscles de génotrouffions de ouf.. Y avait même un gars avec un bouclier qu’il lançait et le machin revenait
super bien dans ses mains. Y en a un autre, il avait des filins dans les mains et il volait
d’immeubles en immeubles. C’était trop impressionnant !! Je savais pas que nos ancêtres
savaient faire tout ça…
Un mec d’Ultiplex m’a raconté que c’était un gang d’élite, appelé les Vengeurs, et
qu’ils avaient pour but de défendre toute la planète. J’me suis marré. Visiblement les mecs
ont pas mal merdé. Bon,
n, pis j’ai discuté avec un archéo-tech
archéo tech qui m’a dit que c’était que des
conneries pour gosse, pour distraire les esprits et faire accepter son sort productif. Sont
chiants les aréchéo-techs
techs à casser l’ambiance tout l’temps !!
Brefs, du coup à Ultiplex, ils
ils ont créé leur gang, appelé les Revengeurs et paraît
qu’ils auraient survécu à la destruction de leur campement d’origine. Paraît même qu’ils
recruteraient pour aller se maraver Dorisio et ses débiles. En plus d’avoir pour héro des mecs
qui ont raté leurss propres buts, les gars ils cherchent du monde pour crever avec eux ! Y à pas
que les goules sauvages qui ont du mal à bien penser,
penser visiblement !!!
Après, paraît qu’y à des rumeurs. Que Dorisio il aurait été engagé pour cramer
Ultiplex. On murmure que la Guilde aurait fait le coup pour construire un relais fortifié à la
place. Si on voit un truc des Outbitumes se monter, on saura que c’était vrai !! J’ai quand
même bien envie de creuser un peu ce truc là, si tu pouvais blatter avec ton contact de Canal
PLS ce serait super bien, histoire de voir si les journaleux ont du flair ou pas sur le sujet.
Bon, sinon, on repart dans trois jours. Du coup, si tout
tout va bien, je reviendrai avant
l’arrivée des saisons froides. Et avec de quoi passer ce moment difficile en toute tranquillité.
Fais gaffe à toi.
Juliot

Nota orga : illustrations des Revengeurs
evengeurs, des Vengeurs, de toute référence aux civilisations d’antan,
d’antan non
contractuelle.

Livret des campements disparus, ARN 2.0

5/7

VRANCHE
Vranche était un campement à part. Un lieu qui n’a pas servi à abriter une population
mais qui fut créé de toute pièce par un groupe de goules.
Personne ne sait trop d’où elles venaient. De Souroa-Zone
Souroa Zone (autrefois Nantes-enNantes
Rennes) ou des alentours de Saint Brévère (autrefois les Mont Saint Michel), peut-être
peut
même
du Pays des Goules… Vranche
ranche fut fondée par une cinquantaine de goules qui établirent un
campement fortifié, sur les hauteurs d’une colline granitique, perclue d’abris semi-souterrains
semi
civils. Ces abris étaient parfaitement adaptés à une réorganisation de leur utilité première, les
goules y fondèrent donc leurs propres abris, protégés par des
des barricades et communiquant
entre eux par des souterrains peu profonds.
Vranche était facilement défendable, ancré à une hauteur dominant les paysages
alentours et proche du campement de Saint Brévère, un autre sanctuaire pour les mutgens
sociaux. Les deux
eux campements ont,
ont rapidement, œuvré ensemble à pacifier leurs alentours
proches et à garder une amicale relation de bon voisinage. Quand le campement de Ma’Ene
fut fondé, c’est grâce au soutien de Vranche et de Saint Brévère qu’il put s’établir aussi
rapidement,
idement, sans péricliter la première année de son existence.
Avec Ma’Ene et Saint Brévère, Vranche formait la triangulaire du sud, un vaste
territoire relativement sûr et parcouru de nombreuses caravanes et groupes de fouisseurs très
actifs. Vranche se prit
it alors à rêver de jouer un rôle important sur toute la région.
Contrecarrer la puissance guerrière montante de K-Port
Port et les désirs monopolistiques de la
Guilde des caravaniers. Et elle pouvait compter sur le soutien des archéo-techs
archéo
de la C.N.T.
Bref, rien
ien ne semblait pouvoir l’arrêter !!
Vranche finança alors une vaste expédition contre K
K-Port,
Port, rassemblant des mercenaires, des
gangers, des archéo-techs
archéo
de la C.N.T
et même des raiders engagés pour
l’occasion. La cohorte de libération
(ainsi était-elle nommée) arriva aux
portes de K-Port
Port enfonça les défenses
avancées, libéra les esclaves de la ville
basse et entreprit le siège de la
forteresse (ville haute de K-Port).
K
Mais
l’absence
d’une
structure
de
commandement centralisée et efficace
n’a pas permis un
n usage efficient des
appareillages dédié à la poliorcétique.
Au bout de quatre jours de combat
difficile, la cohorte connut ses
premières défections, ses premiers abus
contre la population de la Ville Basse et
un début d’épidémie. Finalement, le
retour dess escadrons de chasseurs de
sang fit peur à un grand nombre de
combattantes et combattants et la
cohorte tomba au sol, comme frappée
en plein cœur. K-Port
Port brûla durant
l’entièreté du siège et les goules de
Vranche ont conçu que ce message
était suffisant (personne
personne ne savait à
l’époque que Vranche et Saint Brévère finançaient la cohorte).

Livret des campements disparus, ARN 2.0

6/7

Mais c’était mal connaître le Cercle de Fer. Car peu de temps après cet acte incroyable (K-Port
constitue le campement le mieux fortifié et défendu), K-Port s’allie avec la Guilde des
caravaniers, les mercenaires de BAE et quelques troupes ramassées ici et là, et fonce vers
Vranche, traçant un sillon sanglant jusqu’au campement pour y mettre le siège. Et finalement
le détruire.
Fait marquant. K-Port et ses sbires n’ont pas cherché à faire de prisonniers. ils ont massacré
toute la population, qu’elle se rende ou non. K-Port a ainsi énoncé clairement à la face du
monde que s’opposer à elle n’était pas sans un réel danger : celui de périr certes mais surtout
de voir tout son campement subir le même sort !

La destruction de Vranche est un événement dramatique et marquant à plus d’un titre :





il signe l’avènement du Serment de Vengeance que chaque membre des caravanes
blindées des archéo-techs de la C.N.T doit énoncer et honorer toute sa vie durant.
L'événement tragique est commémoré tous les 5 ans par l’ensemble des caravanes
blindées du C.N.T.
il signe aussi la naissance des Autonomes : ces gangs de caravaniers qui ont quitté la
Guilde.
il est à l’origine d’un rapprochement entre Nouvelle Nord Landie et Saint Brévère.

La destruction de Vranche résonne encore aujourd’hui dans tous les esprits !

Note orga : condoléances aux familles, tout ça , tout ça …

Livret des campements disparus, ARN 2.0

7/7


Campements disparus.pdf - page 1/7
 
Campements disparus.pdf - page 2/7
Campements disparus.pdf - page 3/7
Campements disparus.pdf - page 4/7
Campements disparus.pdf - page 5/7
Campements disparus.pdf - page 6/7
 




Télécharger le fichier (PDF)

Campements disparus.pdf (PDF, 12.5 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


campements disparus
guilde et gangs de caravaniers
campements connus
livret de regles arn 20
archeo techs
leprogres recadre

Sur le même sujet..