Tome 3 Life's too short.pdf


Aperçu du fichier PDF tome-3-lifes-too-short.pdf

Page 123218




Aperçu texte


TOME 3 : LIFE’S TOO SHORT

Chapitre 1 : La solitude d’une reine.

« Célébrons ce jour, le couronnement de notre reine Raiponce de Corona ! Longue vie à la reine ! »
La phrase fut reprise en chœur par toute l’assistance dans la grande salle de réception du palais royal
de Corona. De nombreux dignitaires étrangers s’étaient déplacés en hâte et s’ils étaient heureux du
couronnement, ils paraissaient quelque peu repus de ces cérémonies. Beaucoup d’entre eux avaient
assisté aux funérailles du Roi Quentin des Iles du Sud et son fils le Prince Hans. Ils avaient aussi pleuré
avec la reine qu’ils célébraient aujourd’hui la disparition du prince de Corona. Puis célébrer
l’avènement de la première reine des Îles du Sud. Et dernièrement ils avaient assisté à la dernière
curiosité du Royaume d’Arendelle, et le couronnement de deux souveraines. D’ailleurs Arendelle était
le grand absent de cette cérémonie. Raiponce, qui ne s’était pas déplacée au couronnement de ses
cousines n’avait pas non plus daigné les inviter, la douleur était encore trop vive. Les Iles du Sud,
dirigées désormais par la Reine Emma n’avait pas non plus été invitées, mais l’un des décuplés, le prince
Neal, avec qui Raiponce avait sympathisé c’était tout de même déplacé à titre privé permettant de
sauver quelque peu les apparences. Cependant, les tractations diplomatiques, Raiponce n’en avait que
faire alors qu’elle observait la foule, sa couronne sur la tête. Le précieux objet lui faisait monter les
larmes aux yeux. Cette couronne, celle qu’avait dérobée le fameux bandit Flynn Rider. Ce bandit qu’elle
avait rencontré, apprivoisé et aimé avant de l’épouser. Plus jamais le séduisant jeune homme ne pourra
la lui dérober par taquinerie et il ne restait plus à la jeune reine que sa douloureuse absence éternelle.
-Mes hommages votre Majesté ! Fit une voix qui sortit Raiponce de sa douloureuse rêverie
-Neal ! Quel plaisir de vous voir ! Je croyais la compagnie maritime des Iles du Sud loin des côtes de
Corona.
-Elle l’est…mais n’a pas forcément besoin de 10 des meilleurs capitaines du monde en même temps
pour la guider !
-Même pas au moins la présence du meilleur capitaine du monde.
-Vous me flattez, d’ailleurs je ne brigue pas ce titre qui revient à un autre je pense. Mais en effet, vu
l’événement royal à Corona, ils peuvent tout à fait se passer de moi. Je ne pouvais être absent de la
cérémonie de couronnement de la plus sympathique passagère qui a pu honorer de sa présence mon
navire.
-Cette fois c’est vous le flatteur ! Fit Raiponce, une pointe de tristesse dans la voix.
-Si cela peut au moins vous apporter un soupçon de réconfort face à votre chagrin qui je l’imagine doit
être malgré ce jour immense.
-Si je puis dire…Nous sommes dans le même bateau vous et moi : Votre frère et…
-Ne vous donnez pas la peine de finir cette phrase qui va vous faire plus de mal qu’autre chose.
Effectivement je pleure la disparition de ces parents proches mais pour ce dernier, je sais le mal qu’il a
pu faire autours de lui. Je n’ai d’ailleurs pour lui que du regret, celui de n’avoir pas su comprendre, de
ne pas avoir pu intervenir.
-Vous l’aviez pourtant compris en me laissant un de nos grimoires…
-J’étais tout de même très loin de soupçonner pareil forfait croyez-moi. Mais permettez ; une nouvelle
reine se doit de danser à son couronnement. Je ne pourrais jamais remplacer votre époux, mais puisje avoir l’honneur d’être votre cavalier ?
-Je…Je ne suis pas vraiment d’humeur à danser.
-Permettez-moi d’insister…Cela vous distraira !...Et vous m’aviez promis de me raconter la légende
d’Yggdrasil quand nous étions sur le navire vous vous souvenez ? Autant le faire en dansant.
L’encouragea Neal.