Tome 3 Life's too short.pdf


Aperçu du fichier PDF tome-3-lifes-too-short.pdf

Page 1 234218




Aperçu texte


La jeune souveraine finit par accepter l’invitation du jeune homme pour une seule danse. Comme tout
aristocrate de bonne famille, il avait reçu une solide éducation en matière de danse et montrait qui
plus est une grande habilité, le pied marin probablement, pensa la jeune reine qui avait parfois
l’impression de voguer sur les flots. Neal avait raison, cette danse lui faisait oublier quelque peu son
malheur alors que le marin commença à questionner Raiponce sur cette fameuse légende, évitant avec
soin de mentionner le lien plus que probable avec Arendelle de sorte de ne pas vexer la jeune veuve,
alors que cette dernière lui expliquait ce qu’elle avait pu comprendre de cet arbre abritant les neuf
mondes. Enfin, la valse terminée, Neal en bon gentilhomme raccompagna la souveraine jusqu’à son
trône.
-Au fait Votre Majesté, permettez-moi de vous présenter les hommages et les félicitations de la part de
ma sœur la Reine Emma des Iles du Sud. Fit Neal avec un ton beaucoup plus protocolaire qui assombrit
le regard de Raiponce.
-Vous auriez pu vous abstenir Neal ! Vous n’êtes pas venu ici en tant que représentant il me semble !
-Non bien sûr, cela n’empêche pas cependant la transmission. Répondit le prince quelque peu gêné.
-Je n’ai pas souhaité convier les Iles du Sud ou Arendelle justement pour ne pas recevoir ce type
d’hommage ! Répliqua Raiponce d’une voix dure.
-Si je puis me permettre, nous sommes en public, faîtes au moins semblant…pour l’image ! Cela
pourrait vis-à-vis de vos convives nous mettre tous dans l’embarras.
-Désolée cela m’est impossible ! Neal, j’ai envie de voir en vous un ami ! S’il vous plait ne m’obligez pas
à voir aussi un potentiel représentant que je ne souhaitais pas voir.
-A votre guise Reine Raiponce. La douleur nous fait parfois faire commettre quelques erreurs, mais si
tel est votre souhait, faisons comme si je ne vous avais rien dit. Vous avez raison, je suis venu ici surtout
pour voir une amie. C’est trop d’honneur que vous me faîtes que de me considérer vous aussi comme
tel ! Et d’ailleurs, en tant qu’ami, j’aurai un petit présent pour votre couronnement. Tenez.
-Qu’est-ce que c’est ?...Une…Une noix de coco, ouverte ? Fit Raiponce interloquée.
-C’est plus que ça. Voyez les petits trous…Elle m’a servi de carte du ciel quand j’y approchais la lumière
d’une lanterne. Vous aimez les lanternes je le sais. Mais ça n’est pas sa seule fonction. Une lumière
permet aussi d’y enfermer des ombres ou esprits.
-Que me chantez-vous là ? C’est complètement ridicule !
-Je vous avais pourtant prévenu que nous autres marins sommes très superstitieux ! Qui sait, un jour
peut-être vous y croirez ! En attendant conservez-la comme un porte-bonheur. Cela m’a aidé au cours
des violentes tempêtes ! Et puis…cela pourra toujours faire une veilleuse pour le petit prince Pascal !
-Euh…eh bien, merci. Fit Raiponce quelque peu indécise sur la façon dont elle devait accepter ce
curieux présent.
-C’est un plaisir votre Altesse. Permettez que je me retire.
-Neal !...Hum, Prince Neal veuillez m’excuser. Restez-vous quelque temps à Coronna.
-Ma foi. Je suis un homme de mer. Je ne reste que peu de temps à terre, mais si son altesse souhaite
que ma présence ici se prolonge ma foi qui suis-je pour aller contre ?
-Vous accepteriez ? Cela ne vous causera-t-il aucun ennui ?
-Satisfaire la volonté d’un monarque ? Non aucun.
A ces mots le prince des Iles du Sud s’éloigna de la souveraine qui fit signe à un serviteur de l’escorter
pour lui proposer un logement au château. Elle était heureuse de pouvoir compter sur la présence
amicale du jeune marin mais ce dernier avait prononcé un mot qui lui fit remonter de biens sombres
pensées. Oui elle était bien le « monarque » de Coronna. Mais ce mot pour elle faisait surtout référence
à son père le roi Ludwig. Un sentiment de colère gagna la jeune femme au souvenir de son père. Il lui
revenait en tête sa dernière conversation ici avec lui. Son côté menaçant à la plaquer contre le mur lui
interdisant d’aller à Arendelle. Avec le recul, Raiponce se disait clairement que Ludwig savait
certainement ce qu’il allait s’y passer d’où cette interdiction. Et enfin, son action en Arendelle qui
aboutit au pire. Raiponce prit une grande inspiration pour ne pas hurler, jeta un coup d’œil rapide à