Nos raisons contre la république version 2.pdf


Aperçu du fichier PDF nos-raisons-contre-la-republique-version-2.pdf - page 6/68

Page 1...4 5 67868



Aperçu texte


Nos raisons contre la république

L’hypocrisie de la laïcité républicaine :
Les républiques en France ont
toujours été anticléricales par essence.
Depuis la Convention jusqu'à la
Cinquième, chacune à leur manière, elles
ont lutté de façon acharnée contre la
religion catholique.
Celle qui a ouvertement fait de
l’anticléricalisme son cheval de bataille
fut la Troisième république. Faisons
d’ailleurs un petit bilan rapide et non
exhaustif des lois antireligieuses qui
furent votées durant cette période :

6



1879 : Exclusion du clergé des
commissions administratives des hôpitaux
et des bureaux de bienfaisance;



1880 : Suppression des aumôniers
militaires. Interdiction aux magistrats
d’assister en corps aux processions de la
Fête-Dieu. Suppression de l’enseignement
religieux dans les examens



1881 : Suppression de l’enseignement
religieux dans les écoles maternelles.
Sécularisation des cimetières ;



1882 : Crucifix enlevé des écoles.
Suppression des aumôniers de lycées.
Enseignement religieux interdit dans les
écoles primaires.



1883 : Interdiction aux troupes de paraître
en corps aux cérémonies religieuses ;



1884 : Suppression des prières à la rentrée
du Parlement. Suppression des aumôniers
dans les hôpitaux et de l’exemption des
clercs du service militaire ;



1886 : Exclusion des congréganistes de
l’enseignement public. Organisation de
l’école laïque



De 1901 à 1904 – Dissolution et spoliation
des Ordres religieux. Suppression du
crucifix dans les tribunaux. Suppression

aux Congréganistes
d’enseigner.

de

tout

droit



Emile
Combe
alors ministre
de
l'Instruction publique et des Cultes, met en
pratique ses convictions laïques et fait
fermer en quelques jours plus de 2.500
écoles religieuses. Le 7 juillet 1904, il fait
voter une nouvelle loi qui interdit
d'enseignement
les
prêtres
des
congrégations.



Le 9 décembre 1905, le député socialiste
Aristide Briand fait voter la loi concernant
la séparation des Églises et de l'État. La loi
s'applique aux quatre confessions alors
représentées en France : le catholicisme,
les protestants luthériens, les protestants
calvinistes et les israélites. Elle clôture 25
ans de tensions entre la République et
l'Église catholique, l'une et l'autre se
disputant le magistère moral sur la société.
La loi de séparation de l'église et de l'état
(1905) avait prévu de remettre les
bâtiments des églises à des "associations
cultuelles", que les fidèles devaient
constituer. Avant ce transfert de
responsabilité, la loi organisa un inventaire
des biens de chaque église.



1907 – Suppression des aumôniers de la
marine ainsi que de la formule : « Dieu