Les origines de la législation sociale 2.pdf


Aperçu du fichier PDF les-origines-de-la-legislation-sociale-2.pdf - page 4/84

Page 1 2 3 45684



Aperçu texte


Vincit Concordia Fratrum
Sommaire :
La Révolution -------------------------------------------------------------------------- p5
Le combat face à la république antisociale – Les précurseurs royalistes
– Contre l’exploitation des enfants, en révolte contre la misère sociale --------- p11
Louis René Villermé ------------------------------------------------------------------- p12
Alban de Villeneuve Bargemont -----------------------------------------------------p14
Armand de Melun ---------------------------------------------------------------------p17
Pierre-Antoine Berryer ---------------------------------------------------------------- p21
Antoine Blanc de Saint Bonnet -------------------------------------------------------p22
Léon Harmel --------------------------------------------------------------------------- p22
Albert de Mun ------------------------------------------------------------------------- p23
Louis Armand Charles de Baudry d’Asson ------------------------------------------ p28
Hyacinthe de Gailhard-Bancel ------------------------------------------------------ p31
La Corporation ou la Patrie du Travailleur -------------------------------------------p46
Lettre sur les ouvriers ------------------------------------------------------------------p51
La politique économique des Rois de France -------------------------------------- p54
La Monarchie a favorisé l’émancipation des communes ------------------------- p60
La durée de la journée de travail au Moyen Age ----------------------------------p63
La Révolution française et le travail --------------------------------------------------p70
Le redressement économique et financier de la France sous Henri IV -----------p74
Document du XVIIème siècle relatif à la famille française ------------------------p81

« les manifestations qui se sont produites prouvent
qu’il y a de grandes misères, et si vous vous êtes
cru obligé de mobiliser 25 à 30 000 hommes pour
vous protéger, alors qu’on venait seulement vous
demander du travail et du pain, laissez-moi vous
dire que les précautions de la peur pas plus que les
promesses de l’impuissance ne satisfont ceux qui
ont faim et qui souffrent. C’est une question
d’humanité c‘est ma conscience de député royaliste
qui, seule, m’appelle à la tribune et m’oblige à
vous dire ce que vous devez faire...»
Louis Armand Charles de BAUDRY D’ASSON
Elu conseiller général de Challans en 1871

Mise en page : P.P Blancher – 2015 (version2019)

4

royalismesocial.com