La Culture de l’Artemisia Annua en zone tempérée .pdf


Nom original: La Culture de l’Artemisia Annua en zone tempérée.pdfAuteur: HP

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Word 2016 / www.ilovepdf.com, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 29/04/2020 à 11:21, depuis l'adresse IP 92.171.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 632 fois.
Taille du document: 481 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


La culture de l’Artemisia annua
en zone tempérée
Comme son nom l’indique, la plante est annuelle et produit une grande quantité de graines.
Récupérez-les. À savoir : elle se ressème très vigoureusement et est considérée comme
envahissante.
Préparation du terreau pour le semis :
Il faut le tamiser avec une passoire ou un morceau de grillage comme celui que l'on met aux
fenêtres pour se protéger des moustiques. Il faut un terreau bien fin.
Stérilisation de la terre :
La stérilisation de la terre est un passage souhaitable. Les jeunes plants sont fragiles et susceptibles
de diverses attaques.
Fabrication du réceptacle à semis :
Des bouteilles vides d'eau de 5 litres feront l'affaire. Il faut découper la partie latérale de la
bouteille, et percer avec une aiguille le côté opposé sur une vingtaine d'endroits. Remplir de
terreau jusqu’en haut et tasser moyennement avec une brique ou une planchette de façon à avoir
une surface plane.

Semis :
Les graines d’Artemisia annua sont très petites (plus de 10 000 graines par gramme) et il est
conseillé de les mélanger avec du sable fin ou de la cendre (une cuillerée de graines pour 5 à 10
cuillerées de sable ou de cendre) avant de semer. Bien mélanger pour avoir des plantules bien
réparties.
Dans le sachet fourni les graines sont déjà mélangées à beaucoup de débris végétaux, il suffit donc
d’ajouter 1 ou 2 cuillerées de sable ou de cendre pour une cuillerée de ce mélange de graines et de
débris végétaux.
On peut maintenant saupoudrer la surface du terreau avec ce mélange.
Remettez un peu de terreau, très peu, juste pour stabiliser les graines ou, mieux, tassez bien à
l’aide d’une brique et ne recouvrez pas du tout de terre.

Les graines doivent toujours recevoir la lumière car elles sont photosensibles et la germination est
meilleure si les graines restent proches de la surface. Mais il faut les protéger du soleil direct.
Lors de la croissance du semis, il faut veiller à ce que l'ensemble ne soit pas dans un endroit
surchauffé, comme près d'un mur à midi. Un lieu semi ombragé convient.
Enfin on peut arroser les graines avec un vaporisateur, mais sans inonder.
Pour conserver l’humidité, on peut recouvrir le semis avec un plastique transparent.
On peut aussi faire un arrosage par capillarité selon le schéma ci-dessous en mettant la bouteille
dans un réceptacle plus grand qui contient 3 cm d'eau, la hauteur du terreau dans la bouteille étant
d’une quinzaine de centimètres environ. L’humidité sera excellente.

Gardez humide jusqu’à germination. La plante commence à germer au bout d’une semaine environ.
Si la germination est drue, commencez à éclaircir rapidement à l’aide d’une pince à épiler. Ne
laissez que les plantules les plus fortes.
Repiquage :
Il est nécessaire ; on le réalise lorsque le semis devient trop dense, habituellement 3 à 4 semaines
après le semis, ou lorsque les plants atteignent 4 cm de haut, en repiquant chaque plant dans de
petits pots avec un trou dans le fond. Par exemple pots de yaourt, gobelets jetables ou sachets en
plastique.

Remplissez les petits pots de terreau tamisé. Arrosez raisonnablement afin de ne pas saturer en
eau.
Avec une cuillère à café retirez délicatement la plantule du semis, avec une motte de terreau ;
posez la motte dans le pot préalablement creusé.
Remettez un peu de terreau autour de la plantule ; tassez légèrement.

Plantation :
Quand il n’y a plus à craindre de gelées, et que les plants ont atteint une hauteur de 15 cm, ou que
5 à 6 feuilles ont poussé, habituellement après 3 nouvelles semaines, on peut les planter en pleine
terre dans un endroit ensoleillé.
Après avoir préparé la terre, on repique tout le contenu du pot, en espaçant suffisamment les
plants.
S’il ne pleut pas, il faut arroser matin et soir les premières semaines et désherber au début ; ensuite
aucun traitement particulier n’est nécessaire. La plante est très rustique et ne craint pas grandchose des insectes et des maladies.
Par la suite espacez les arrosages et n’arrosez que lorsque la plante commence à piquer du nez ; la
faire «souffrir» un minimum favorise la production de constituants.
Plus la terre est pauvre, plus votre armoise sera riche en artémisinine et autres substances
aromatiques.
Sous des climats tempérés la plante peut atteindre une hauteur de 1,5 à 2 mètres et il faut repiquer
en ménageant des intervalles de 80 cm entre les plants, pour avoir un espacement suffisant.
Comme elle peut monter à 2 mètres de haut, elle peut se faire déraciner par le vent. S’il y a un
risque chez vous, n’oubliez pas de l’attacher à un tuteur.
Récolte :
Environ 4 à 5 mois après la plantation
La quantité d’artémisinine est plus élevée dans les vieilles feuilles, y compris les défraîchies.
Les feuilles contiennent surtout l’artémisinine, mais elles ne sont pas seules à contenir les principes
actifs ; les tiges contiennent notamment les flavonoïdes et il est préférable de garder les petites
tiges sur lesquelles s’attachent les feuilles.
Le procédé de récolte le plus simple consiste à couper les plants à leur base, puis les étaler sur un
tissu pour le séchage. On peut aussi les suspendre par la base dans un endroit ventilé.
Si on a peu de plants, plutôt que faire sécher les plants entiers, la meilleure méthode consiste à
laisser la tige sur pied et arracher chaque tigelle une par une, puis les faire sécher. Les feuilles
gardent leur aspect normal et surtout elles ont une forte teneur en artémisinine.
Pour la meilleure période de ramassage, il y a plusieurs écoles :
1) D’après Christophe Bernard d’Athea Provence (La meilleure source à mon avis), ramassez toutes
les parties aériennes après l’ouverture des fleurs. Tout comme les feuilles, elles contiennent de
l’artémisinine.
2) D’après d’autres sources, cueillez les feuilles juste avant la floraison de la plante (à la formation
des boutons).
Une autre source explique ces différences. Classiquement la récolte des feuilles doit se faire dès le
bourgeonnement des fleurs, avant la pleine floraison, car la concentration en artémisine est
maximum au moment du bourgeonnement et décroit rapidement après la floraison.
Dans une étude faite à Longeville, où le bourgeonnement s’est produit durant les derniers jours du
mois d’Août, la teneur des feuilles en artémisinine était de 0,13% le 16 Août, de 0,31% le 26 Août,
de 0,31% le 2 Septembre, et de 0,25% le 9 Septembre.
En fait des travaux récents ont montré que la teneur en artémisinine n’est pas un élément
essentiel, et on peut donc faire la récolte jusqu’en fin de floraison.

Il peut être difficile de déterminer précisément la phase de transition entre les feuilles et la
floraison, car les feuilles ont tendance à disparaître au moment du bourgeonnement ; de plus les
fleurs sont de très petite taille, avec une coloration jaunâtre, et il est souvent délicat de les
différencier de petites feuilles.
Séchage :
Le séchage est un temps important, car les feuilles une fois séchées peuvent se conserver plusieurs
années. De plus la concentration en artémisinine est plus importante dans les feuilles sèches que
dans les feuilles vertes, notamment en cas de récolte précoce.
D’après Christophe Bernard d’Athea Provence et La Maison de l’Artemisia, séchez-la trois jours (pas
plus) en plein soleil. Même lorsqu’elle est coupée, les précurseurs de l’artémisinine continuent à
être transformés en artémisinine grâce au soleil. Déplacez-la ensuite à l’ombre pour finir le séchage
si nécessaire.
Si ces trois jours de séchage au soleil sont impossibles, il a été constaté que le mode de séchage, à
l’ombre ou au soleil, ne modifie pas sensiblement la teneur en artémisinine.
Enfin après séchage il faut stocker les feuilles dans des sacs en tissu opaque ou en papier solide
dans un endroit frais et à l’ombre, et il faut impérativement éviter une ré-humidification de la
récolte, qui influe fortement sur la dégradation de l’artémisinine.
Les feuilles séchées ont une bonne stabilité et leur teneur en artémisinine reste satisfaisante à trois
ans, à condition qu’elles soient conservées au sec et à l’ombre.
Récolte des semences :
Une fois les plantations arrivées à maturité, il faut conserver 1 ou 2 pieds pour obtenir des
semences à replanter. Dans ce cas, repérez les plus beaux pieds, identifiez-les avec un tissu de
couleur pour les conserver jusqu’à la floraison.
Sur ces pieds, prélevez les feuilles régulièrement mais ne déplumez pas les plants complètement.
Laissez sécher les semences sur pied avant de les récolter.
Coupez les plants à leur base. Mettez une bâche en dessous pour éviter de perdre des graines.
Battez et tamisez pour récupérer les graines dans une bassine ou attendez qu'elles tombent.
On peut aussi, quand les graines sont en formation enfermer les terminaisons florales (sans les
serrer) dans un petit sac en plastique percé de trous, afin d’éviter la dissémination des graines et de
limiter les impuretés mais attention à l’humidité dans le sac.
Conservez les graines à l'abri du soleil et de l’humidité.
Vidéos :
Elles concernent la culture en zone tropicale mais, quel que soit le climat, il y a beaucoup de choses
communes, et elles permettent de voir les gestes.
https://www.youtube.com/watch?v=sRFD7xNmHIc
https://www.youtube.com/watch?v=Cn_IfvCmmLc


Aperçu du document La Culture de l’Artemisia Annua en zone tempérée.pdf - page 1/4

Aperçu du document La Culture de l’Artemisia Annua en zone tempérée.pdf - page 2/4

Aperçu du document La Culture de l’Artemisia Annua en zone tempérée.pdf - page 3/4

Aperçu du document La Culture de l’Artemisia Annua en zone tempérée.pdf - page 4/4




Télécharger le fichier (PDF)


La Culture de l’Artemisia Annua en zone tempérée.pdf (PDF, 481 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


la culture de lartemisia annua en zone temperee
cervantes jorge culture en interieur
dons vegetaux octobre2020 2
la coriandre
tropicales
tournesol