Mémoire Flora Eveno.pdf


Aperçu du fichier PDF memoire-flora-eveno.pdf - page 4/51

Page 1 2 3 45651



Aperçu texte


Introduction
De plus en plus tronquée au profit de l’information immédiate, la vérification des sources
est la clé de voûte du travail de journaliste. Dans un contexte médiatique difficile et à
l’heure d’Internet, dans cette « dictature de l’urgence » (Finchelstein, 2011), de plus en
plus de médias privilégient pourtant une information immédiate qui n’est pas toujours
vérifiée ou obscurément sourcée. Des morts annoncées avant l’heure, un nombre de
victimes de catastrophe inexact, des propos sortis de leur contexte, sont autant d’exemples
de petits dérapages qui ajoutent au manque de confiance du public.
En mai 2008, Europe 1 a annoncé à tord la mort de Pascal Sevran. La radio n’avait pas
remis en doute la fiabilité de ses sources. France 2 et Direct 8 avaient repris la fausse
annonce telle quelle. Un exemple de réaction en chaîne qui illustre cette course à
l’information dans laquelle les médias se trouvent, une course qui se fait des fois au
détriment de l’essentiel.
C’est à la suite d’une réflexion sur les sources d’information en ligne que cet article a pris
forme, et sur la manière dont le média Internet a changé la relation de confiance vis-à-vis
des sources.
Il n’est en effet pas toujours aisé de déceler le vrai du faux sur Internet, et certains sites
web « alternatifs » s’en amusent. Pour moquer une presse parfois inexacte, des médias de
fausses informations émergent du côté francophone depuis 2012. L’arrivée du Gorafi sera
le début d’un phénomène, inspirant à son tour des dérivés plus ou moins réussis. Nous
verrons que le site de fausses actualités prend modèle sur la tradition satirique française
mais s’inspire aussi d’un journal de fausses informations américain.
Ce nouveau type de média en ligne réussit à se réapproprier les codes journalistiques pour
relayer des informations absurdes, drôles et fausses. Des informations qui sont insensées
pour certains mais plausibles pour d’autres. En 2014, la femme politique française
Christine Boutin, fondatrice du Parti chrétien-démocrate, s’était fait piéger en reprenant à

4