RIvMag117 OCT NOV 2018.pdf


Aperçu du fichier PDF rivmag117-oct-nov-2018.pdf

Page 1 2 3 4 5 6 7 8




Aperçu texte


0-RIvesaltesMag-117_0-RIvesaltesMag-64 27/09/2018 07:55 Page2

N°117 - OCTOBRE/NOVEmBRE 2018 - 2

Forum des
associations

En Bref

A l’occasion du Forum des
Associations qui a vu la participation de
45 associations Fernand Escriva, organisateur et
animateur de
cet événement depuis
plus de 10
ans, s’est
félicité de la
participation
record du
nombre d’associations présentes, ainsi que
du nombre de visiteurs toujours en hausse.
En exprimant un souhait toutefois : « Que
plus d’associations, notamment sportives,
soient présentes également dans les années à
venir ». Fernand vient de nous quitter…
C’est attristés que nous adressons toute notre
sympathie et nos condoléances à sa famille.

C’est aussi à cette occasion, que Pierre Lopez
et Gaby Cruanas, à la tête de l’association la
Vie des Solades ont remis un chèque d’un
montant de 500 € (bénéfice de son vide-gre-

nier), à Andrée Simon représentant l’association « Équilibre 66 – Femmes et Cancer »,
pour offrir un soutien aux actions de la biennommée « Maison entre parenthèses ».

Propriétaire d‘une
concession : vos obligations
Le propriétaire d’une concession funéraire a
l’obligation d’assurer son entretien, sans quoi
la commune est en droit de reprendre la parcelle de cimetière allouée en invoquant l’abandon de concession. Rappel de quelques obligations pour éviter d’en arriver à cette douloureuse extrémité.
Les obligations légales
L’acte de concession funéraire signé entre une
commune et un particulier engage celui-ci à
honorer certaines obligations, s’ajoutant à l’acquittement du prix de la concession et des frais
administratifs et fiscaux. L’obligation d’entretien
(moyennant un petit budget annuel ou en
confiant leur nettoyage à une société spécialisée dans ce type de prestation) assure la
décence des lieux et la sécurité des visiteurs.
Si la parcelle funéraire atteint un état de délabrement inacceptable, voire dangereux, la mairie peut sommer son titulaire ou héritiers de la
nettoyer. Sans réponse, ou sans entretien suffisant, la mairie peut, sous certaines conditions,
engager une procédure de reprise pour état
d’abandon.
Un entretien aux petits soins
L’entretien d’une sépulture inclut le nettoyage
de la pierre tombale et ses abords. La commune met à disposition des usagers des points
de ravitaillement en eau. Il est conseillé de
s’équiper de sacs poubelles, ciseaux de jardin,
détergents doux type savon noir, chiffons,
éponges, brosse douce et d’un seau. Si l’entretien d’une pierre tombale est un devoir de
mémoire, il est aussi une obligation civique au
regard de la loi.
Reprise sous conditions
Lorsqu’une concession n’est pas entretenue, la
mairie peut constater cet abandon par procèsverbal et entamer une procédure de reprise.
Les conditions suivantes doivent toutefois être
réunies : la concession doit dater de plus de
trente ans et la dernière inhumation doit
remonter à au moins dix ans. Si c’est le cas, la
famille ou la personne en charge de l’entretien
de la sépulture sera avisée du constat d’abandon par courrier recommandé et mise en
demeure de procéder à l’entretien de la
sépulture. Si, au bout de trois ans, la
concession se trouve toujours en état
d’abandon, la mairie pourra alors procéder à la
reprise de la parcelle.

Gros plan - Associations - Saga cité - Reportage - Entreprises

Plus de 2 000 enfants ont effectué leur rentrée

Si la rentrée précédente s’était effectuée sous la pluie, l’édition 2018 s’est déroulée sous un franc et généreux
soleil. Effet bénéfique ou pas de l’astre ? Toujours est-il que pour l’heure, cette rentrée n’a rencontré aucun
problème majeur. Rapide tour d’horizon des différents établissements scolaires implantés sur la commune…

École primaire J.S.Pons
Collège Joffre
Nouveauté cette année,
pour la rentrée des
sixièmes, l’équipe pédaAu Collège Joffre, la rentrée s’est gogique leur avait réservé
passée normalement, sous la une « pause musicale » en
conduite de la nouvelle principale,
Mme Batle (premier plan). guise d’accueil et de surprise. Nouveauté encore,
une nouvelle principale
au Collège Joffre en la personne de Mme Batle. Au chapitre des effectifs, pas
de surprise. Selon la direction, les chiffres sont identiques à ceux de l’année
dernière, avec 680 élèves.

Effectif en hausse également du côté du primaire avec 265 enfants inscrits
(contre 258 en 2017) dans l’établissement dirigé par M. Manuel Quéru. Autre
nouveauté, l’arrivée de 5 nouveaux enseignants dans les dix classes de l’école.

École
maternelle
André Malraux
Dirigé par M. Gendre, la
maternelle dispose à peu
La cour de l’école primaire A.Malraux de chose près du même
nouvellement refaite
effectif que l’an passé, à
savoir 125 élèves qui sont
répartis dans cinq classes. Là encore, la cour de récréation a été entièrement
refaite pour garantir la meilleure sécurité possible aux petits babaus.

École primaire
Jean Zay
Placés sous la direction
de M. Éric Rentero, l’effectif tourne là encore
A l’école Zay, les « TIB » ont fait , eux comme l’année précédenaussi, une rentrée très remarquée…
te, avec 252 enfants dans
une dizaine de classes. Et,
comme pour la rentrée précédente, la commune poursuit son plan d’aménagement informatique avec l’arrivée de deux nouveaux Tableaux Blancs Interactifs
(voir encadré).

En compagnie d’André Bascou, maire de la commune, Mme
Françoise Ortéga (adjointe aux affaires scolaires et périscolaires) et M. Bernard Cuadras (conseiller municipal)
sont allés à la rencontre des enfants et des enseignants.

École
maternelle
Marcel Pagnol

Lycée Agricole
Claude Simon
Pour terminer ce tour
d’horizon, il convient de
ne pas oublier le Lycée
agricole qui, sous la
conduite de son Proviseur,
Mme Martine Blanc, accueille chaque année environ 250 lycéens, dont une cinquantaine d’entre eux vont pouvoir inaugurer cette année leur tout nouvel
internat, flambant neuf ! N’oublions pas également le CFPPA et le CFA mitoyens
qui voient passer, chaque année dans leurs murs, environ 600 stagiaires.
Et pour en terminer avec ce premier jour de la rentrée, sachez que les deux cantines scolaires municipales ont accueillis et servis leurs repas à 380 enfants.

Mme Audrey Hustache, la
directrice, a constaté de
son côté un accroissement des inscriptions avec 153 enfants (135 l’année précédente). Ils sont
répartis dans les six classes de l’établissement. Durant l’été, la cour intérieure
principale, qui commençait à donner des signes de fatigue, a été entièrement
refaite pour le plus grand bonheur des tout-petits. Là aussi, trois nouveaux TBI
y ont fait leurs apparitions.

❯ L’incontournable numérique

A la question « Qui
aime écrire avec le stylet
sur le tableau ? », c’est
la très grande majorité
des petites mains qui se
lèvent. La méthode
interactive emporte une
belle attention de la part
des élèves en ce début
d’année scolaire.

Mis en place dès l’année dernière et complétés sur 5 ans, ce sont désormais 4 Tableaux
Numériques Interactifs (TBI) qui sont opérationnels à l’école Jean Zay et 3 à l’école
Pons. « Les avantages de l’ENT* sont nombreux, explique le directeur de l’école Jean
Zay. L’outil interactif oblige à acquérir une
méthodologie et toute recherche a une
réponse immédiate ». Les enseignants sont
formés (puis formateurs) pour se familiariser
à cette nouvelle méthode. « Côté sécurité, le
logiciel ne peut être parasité et est sans danger ». Le plus ?
Les parents peuvent accéder à la plateforme pour (entre
autre) consulter le journal d’école et les documents de travail. Quid du livre ? « Celui-ci reste présent, notamment
pour l’histoire, la géographie, dictionnaire, etc ».
Une vingtaine de tablettes numériques, sont à disposition
selon les besoins d’utilisation de l’enseignant, tandis que les
écoles maternelles sont équipées de vidéo projecteurs.
« L’investissement pour le matériel informatique est de
14.000 € par an », précise Françoise Ortéga, adjointe déléguée aux affaires scolaires et périscolaires.
* ENT : Espace Numérique de Travail

❯ Adieu les NAP, bonjour les « ALP »

Françoise Ortega,
adjointe au maire
en charge des
affaires scolaires
et Claude Guibert,
l’un des deux
directeurs, en
charge de l’organisation des ALP,
peuvent être
satisfaits du
résultat de cette
réorganisation
rigoureuse et
complexe.

Entendez par là : Accueil
de Loisirs Périscolaires. Ils
sont au nombre de 4 et
sont nés de la volonté des
parents et des enfants
scolarisés de conserver
ces espaces découvertes
d’activités, malgré le
retour aux 4 jours. Avec
une réorganisation complète et très complexe
entièrement repensée par les élus et l’expérimentée équipe d’encadrement des ex NAP, le
nouveau concept s’organise en 2 accueils parallèles au sein des établissements scolaires :
centre de loisirs et garderie-relais. Financées à
la fois par la CAF, la municipalité et les parents,
les18 activités de 45 mn chacune, regroupent 20
animateurs diplômés (un pour 10 maternelles et
un pour 14 écoliers du primaire), 8 intervenants
extérieurs spécialisés, pour quelques 480 élèves
concernés… Nous reviendrons plus en détail sur
leur fonctionnement dans une prochaine édition.