La Cloche et Simon .pdf


Nom original: La Cloche et Simon.pdfAuteur: Didier Jordens

Ce document au format PDF 1.7 a été généré par Microsoft® Word pour Microsoft 365, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 08/07/2020 à 23:19, depuis l'adresse IP 109.129.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 30 fois.
Taille du document: 70 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public
🎗 Auteur vérifié Ce document a été actualisé le 09/07/2020, son contenu peut ainsi différer des résultats présentés par les moteurs de recherche.


Aperçu du document


La cloche et Simon
Écrit par
Fenice PANOZZO
Dépose à la Maison des Auteurs :
À la date du 2 août 2019

https://www.fenicepanozzo.com
0

C’était un jeudi matin, Jean-François, la trentaine, dormait avec Simon.
Il se réveilla, se leva et dit :
— Bonjour, Simon. As-tu bien dormi ?
— Comme un bébé. Ce serait mieux si tu ne ronflais pas.
— Excuse-moi.
Jean-François marcha vers la porte. Sur le point de sortir de la pièce, Simon l’interpella :
— Où vas-tu ?
— Me laver.
— Ne m’oublie pas.
Il prit son ami avec lui.
Pendant sa douche, il nettoya Simon avec un gant de toilette humide.
Ils prenaient tous les deux le petit-déjeuner.
— Que va-t-on faire, aujourd’hui ? demanda Simon.
— Si on allait faire un tour ? suggéra Jean-François.
— Pourquoi pas. Le plus grand air nous fera la plus grand bien.
Accompagné de Simon, il se lava les dents.
Ils partirent se faire une petite balade.

Alors qu’ils se promenaient, la migraine frappa Jean-François. Il avait l’impression que sa
tête fût prise dans un étau. Son intention était d’aller se faire examiner par un médecin.
— Ça ne va pas ! s’exclama Simon, devinant l’arrière-pensée de son ami.
— Simon, qu’as-tu ?
— Tu ne vas pas te rendre chez le médecin, tout de même ?!
— Mais ça fait plusieurs jours que ça dure, et c’est de mal en pis !
— Et combien ta visite coûtera-t-elle à la Sécurité sociale ?!
— J’ai mal.
— Le citoyen ne te le pardonnera jamais, tu gaspilleras son argent, sa cotisation.
— Tu as raison, Simon, merci.
Ils continuaient leur marche.

Jean-François et Simon arrivèrent à la gare.
Croisant un mendiant qui demande l’aumône, Jean-François prit son portefeuille.
1

— Tu es fou ! Vilipenda Simon. Cet argent, c’est celui de la collectivité, celui des impôts,
celui des citoyens… Et tu aimerais le dépenser ? Tu devrais avoir honte !
Sous les conseils de son meilleur ami, Jean-François remit son portefeuille en poche et le
remercia pour cette leçon de morale.
Le reste de la journée, Simon faisait constamment des reproches à Jean-François. Ce dernier
s’écrasait et le félicitait de la justesse de son jugement.

Le soir, revêtu de son pyjama, Jean-François se coucha dans son lit. Simon se trouvait à ses
côtés. Le jeune homme éteignit la lampe.
— Bonn nuit, Simon.
— Bonne nuit, pauvre cloche, répondit le portefeuille.

Fin

2


La Cloche et Simon.pdf - page 1/3


La Cloche et Simon.pdf - page 2/3


La Cloche et Simon.pdf - page 3/3


Télécharger le fichier (PDF)


La Cloche et Simon.pdf (PDF, 70 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


la cloche et simon
la zakat
la zakat
argot   largent
argot l argent
in illo tempore antoine et manue

Sur le même sujet..