1597044088684 ITW Danika IMS .pdf


Nom original: 1597044088684_ITW-Danika IMS.pdf
Auteur: Isabelle Begue

Ce document au format PDF 1.7 a été généré par Microsoft Word / , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/08/2020 à 11:00, depuis l'adresse IP 92.184.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 120 fois.
Taille du document: 129 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


ITW Danika

Ecrivais- tu dans ton enfance ? Si oui, étais-ce déjà dans le genre dans lequel tu sévis actuellement ?
Si non, à quel âge as-tu commencé ?
Alors en effet, j’ai commencé à écrire très petite, puisque dès l’âge de 7 ou 8 ans j’écrivais déjà
des poésies. Je ne suis venue au roman qu’un peu plus tard, même si ce n’est pas si
tardivement que ça, puisqu’à 11 ans je bouclais mon 1 er roman !
Ce roman était déjà dans le genre que je poursuis encore aujourd’hui, entre romance, aventure
et feelgood.
Avant de te lancer dans l'écriture d'un livre, es-tu plutôt architecte avec un plan structuré ou
freestyle donnant la part belle à l 'improvisation ?
En fait je dirais que je suis la plupart du temps dans une approche d’architecte, puis certains
projets me prennent à contrepied, s’imposent à moi et me voilà partie en mode jardinier suivant
le raccourcit communément fait par G.R.R. Martin. Je n’ai pas une seule manière de travailler,
mais bien plusieurs, tout dépend du projet. Par exemple ma saga de fantasy ne pourrait
s’arranger d’une improvisation ! Bâtir un monde demande beaucoup de structures, de
recherches, de réflexions et l’étendre sur une saga exige une rigueur antinomique avec toute
improvisation. À contrario, j’ai actuellement une romance en cours d’écriture qui m’a sauté
dessus, sans que je sache qui sont ces personnages ni où nous allons !
Donc pour répondre à ta question c’est plutôt architecte, mais parfois non !
Quelle est ton ambiance de travail, animée ou silencieuse, solitaire ou compagnie acceptée, thé ou
café...?
Je ne travaille de manière optimale que seule, au calme de mon bureau, sans humain dans
les parages. En revanche j’ai mon Gregor sous mes pieds (mon bulldog) ainsi qu’un chat ou
deux, étalés sur mon bureau. J’écris en musique la plupart du temps, cela me permet de me
glisser plus facilement dans le flot de l’écriture et de me déconnecter du réel. Donc musique,
du metal la plupart du temps… Et puis je m’abreuve de café, de thé, en fait tout ce qui est
chaud et susceptible d’être oublié et refroidir sur le bord de mon bureau !
Es-tu prête à effectuer des changements dans tes habitudes d'écriture ? Changer de genre, écrire en
collaboration avec d'autres auteurs ?
Je déteste la routine, donc j’écris dans des genres très variés (Fantasy, dystopie, romance,
historique, SF…etc) même si mes romans ont tous plus ou moins un même fil conducteur
(émotions, positivité) Mais oui j’aime me confronter à des défis, comme écrire à plusieurs : j’ai
d’ailleurs écrit 2 romans à 4 mains en collaboration avec ma mère qui est historienne et j’ai
participé à l’écriture de 3 recueils de nouvelles avec d’autres auteurs.
Y a -t-il un sujet tabou que tu n’aborderas jamais dans tes écrits ? Je prône la liberté et avant tout la
liberté d’expression ! Donc non, pas de tabou, surtout pas ! Je ne m’interdis aucun sujet, que
cela plaise ou pas, qu’il soit clivant ou pas, quelque part peu importe : je n’écris pas pour faire
consensus.
Suite à un retour de lecture qui "spoil " ton intrigue, comment réagis-tu ? Es-tu plutôt tolérante ou
intransigeante ?

Je grommèle dans mon coin, je me fais 3 facepalm en éructant après la bêtise humaine, mais
je n’ai pas le temps de m’éterniser sur de telles choses.

Quel est ton état d'esprit face au piratage ? Es-tu plutôt philosophe, c’est le jeu ou plutôt révoltée,
c’est intolérable ?
Disons que je suis une révoltée blasée ! En effet le piratage n’a rien d’un jeu, c’est du vol, on
peut argumenter tant qu’on veut : s’approprier un bien qui n’est pas à soi c’est du vol. Donc
qu’on vol mon travail cela a plutôt le don de me contrarier (qui ne le serait pas !?) cependant
même s’il existe des lois en France afin de lutter contre ce fléau, elles ne sont que
poussivement mises en place et les auteurs restent tout à fait démunis face à ce phénomène.
Donc que faire ? S’énerver stérilement ou aller de l’avant ? Pour ma part je vais de l’avant, je
n’ai ni temps ni énergie à perdre dans une lutte vaine qui s’apparente à celle de Don Quichotte
: me battre contre des moulins à vent, j’ai passé l’âge…

Question retour
À mon tour de te poser une question !
Tu es une lectrice aventureuse et enthousiaste, tu es prête à sauter loin de ta zone de confort : y a-t-il
cependant un genre littéraire que tu ne pourrais pas lire ? Si oui, pourquoi ?

Effectivement, j'ai un sujet qui me pose problème, je ne lirai pas un livre qui évoquerait celuici à moins d'y être contrainte, c'est celui de la maladie des enfants. Je ne pense pas être
émotionnellement assez armée pour faire face à ce qui s'apparenterait pour moi à une
épreuve. Ces livres sont souvent des situations vécues et je préfère rester dans le
romanesque.


Aperçu du document 1597044088684_ITW-Danika IMS.pdf - page 1/2

Aperçu du document 1597044088684_ITW-Danika IMS.pdf - page 2/2





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 01951015.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.