Interview Danika florian .pdf


Nom original: Interview-Danika florian.pdfAuteur: Florian

Ce document au format PDF 1.7 a été généré par Microsoft Word / , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 28/09/2020 à 09:27, depuis l'adresse IP 92.184.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 155 fois.
Taille du document: 109 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Ecrivais- tu dans ton enfance ? Si oui, étais-ce déjà dans le genre dans lequel tu sévis
actuellement ? Si non, à quel âge as-tu commencé?
J’ai commencé l’écriture prématurément. Ma mère lisait énormément, et essayait par
tous les moyens de m’y plonger. A l’époque, j’étais plutôt BD, comme beaucoup de
gamin. Pour y parvenir, elle avait sorti des cartons ses vieux « clubs des cinq » en me
mettant au défi d’en lire au moins un jusqu’au bout. Ce que j’ai fait sans réfléchir.
J’avais huit ans de souvenir.
Et là ! Ce fut une double révélation. En plus d’adorer me plonger dans ces récits,
j’aimais imaginer des fins alternatives, des dialogues improbables, des péripéties
inattendus ! Et comme il fallait bien que je les note pour m’en souvenir, ce fut les
prémices de cette passion dévorante qui m’a toujours animé depuis.
Peu de temps après, de récits d’aventures, je suis laissé séduire par l’étrange,
l’angoissant, en compagnie des « Chaire de poule». Cet univers me collait à la peau.
Avant de te lancer dans l'écriture d'un livre, es-tu plutôt architecte avec un plan structuré
ou freestyle donnant la part belle à l'improvisation ?
Je suis presque incapable de produire un plan structuré. Lorsque je m’y essai en pensant
que ça me sera utile, je fais tellement de modifications, d’annotations et de symboles en
tous sens, que mes yeux saignent à la relecture. Hihi
Quoi que je fasse, c’est toujours cette part d’improvisation, de surprise qui me rattrape.
Je trouve d’ailleurs qu’il n’y a rien de plus fabuleux que d’avoir une idée bien précise
avant de commencer à écrire, et finalement de se laisser guider par les actes et les
paroles de nos personnages. Je ne suis alors plus qu’observateur.
C’est de cette façon, je pense, que j’arrive toujours à berner mes lecteurs. Je ne contrôle
pas toujours le fil de l’histoire.
Quelle est ton ambiance de travail, animée ou silencieuse, solitaire ou compagnie
acceptée, thé ou café...?
Solitaire ! Il ne faut même pas que j’entende une mouche voler ! Lorsque je me plonge
dans mes longues séances d’écriture, j’ai besoin d’entrer totalement dans mon univers,
de m’y projeter corps et âme.
Cependant, parfois, lorsque je bloque sur un passage, je m’accorde un fond musical ;
Musique d’ambiance douce et sombre.
Sinon, je suis un gros caféinomane. Un litre minimum par session. Noir, sans sucre.
Es-tu prêt à effectuer des changements dans tes habitudes d'écriture ? Changer de genre,
écrire en collaboration avec d'autres auteurs ?
Oui ! Je pense qu’il est important de sortir de sa zone de confort et de se réinventer !

Dernièrement j’étais plutôt sur du roman psychologique noir, à ce jour, j’écris un thriller
d’anticipation. Demain de la new romance ?! Non, là, je ne suis pas prêt
psychologiquement. Hihi.
Sinon, je collabore déjà avec des auteurs et auteures sur un projet secret. Mystère,
mystère. Si je parle, on va me faire avaler le bloc-notes.
Y a -t-il un sujet tabou que tu n'aborderas jamais dans tes écrits?
Tabou, je ne pense pas. Tout dépend de comment le sujet est amené, et pourquoi.
Suite à un retour de lecture qui "spoil " ton intrigue, comment réagis- tu ? Es-tu plutôt
tolérant ou intransigeant ?
Ca m’est arrivé récemment. Je suis plutôt tolérant ; L’erreur est humaine.
Une simple discussion avec l’auteur du retour, et les choses rentrent dans l’ordre.
Quel est ton état d'esprit face au piratage ? Es-tu plutôt philosophe, c'est le jeu ou plutôt
révolté, c'est intolérable ?
Autant donner des baffes au petit poucet, et violer une fois de plus l’intimité de la
chaumière de la grand-mère du chaperon rouge ! (J’ai bien précisé l’intimité de la
chaumière ! Pas celle de mère-grand…) Je ne supporte pas l’idée que l’on puisse
télécharger des livres illégalement !
C’est une profonde injure pour tous ces auteurs ayant passé des centaines d’heures
derrière leur machine pour transporter ses lecteurs.
Vous laisseriez votre voisin se servir dans votre jardin sans votre accord ? Ou pire !
Dans votre frigo !
Si oui, alors vous êtes encore plus dérangé que moi ! (Signé votre futur voisin) ;p
Voici ma question, très chère. C’est un petit jeu qu’on aime bien par chez moi. Les « Tu
préfères ».
Tu préfères, lire toute ta vie le même ouvrage de ton choix ? Ou n’avoir le droit que de
lire des œuvres indigestes et insipides ?
Dans la lancée, quel est l’ouvrage qui t’a le plus fait rêver ? Au point de souffrir de t’en
séparer.
👄 C’est une question très difficile pour moi. J’ai précisé dans une interview
précédente que relire un livre ne me procurait malheureusement plus les mêmes
sentiments que la première lecture. Par contre lire des oeuvres indigestes et insipides ne
m’emballe pas plus que ça. Je vais pencher en faveur de la première option car si je
choisis ce livre, c’est qu'il me plaît et qui sait je pourrais peut-être retrouver quelques
sensations.

👄 L’ouvrage qui m'a le plus fait rêver est un livre de Jules Verne. Élevée avec la
bibliothèque verte, j’ai découvert l’auteur avec “l'île mystérieuse”, “le tour du monde
en quatre-vingts jours “ etc… Toutefois , ces livres restés des portes vers des mondes
accessibles à la petite fille du vingtième siècle que j’étais. Un jour, j’ai ouvert “Voyage
au centre de la Terre” et là, une porte s'est ouverte sur un monde d'imagination sans
limites. Il n'y avait qu'un dessin de ce qu’était probablement ce fameux noyau terrestre
dans mon encyclopédie “tout l’univers” ( oui, il n'y avait pas internet, je suis vieille !).
Pas de certitude, personne n’était descendu pour confirmer. C’était magique !tout
devenait possible, l’esprit n’est prisonnier que des barreaux que l'on scelle soi-même.
Je ne l'ai malheureusement pas chez moi, suite à mon déménagement, il y a 2 ans, il est
en garderie chez mes parents. Dès que je pourrais, je récupérerai mon précieux.


Aperçu du document Interview-Danika florian.pdf - page 1/3

Aperçu du document Interview-Danika florian.pdf - page 2/3

Aperçu du document Interview-Danika florian.pdf - page 3/3