hcspa20200917 covcomstrdeprveneajetmilsco .pdf



Nom original: hcspa20200917_covcomstrdeprveneajetmilsco.pdfTitre: Avis complémentaire à l’avis du 9 septembre 2020 sur les stratégies de prévention de la diffusion du virus SARS-CoV-2 en établissement d'accueil du jeune enfant (EAJE) et en milieu scolaireAuteur: Haut Conseil de la santé publique

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Acrobat PDFMaker 20 pour Word / Adobe PDF Library 20.12.75, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 31/10/2020 à 12:17, depuis l'adresse IP 86.253.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 58 fois.
Taille du document: 413 Ko (11 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Haut Conseil de la santé publique
AVIS
Complémentaire à l’avis du 9 septembre 2020 sur les stratégies de prévention de la
diffusion du virus SARS-CoV-2 en Établissement d'Accueil du Jeune Enfant (EAJE) et en
milieu scolaire
17 septembre 2020

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a été saisi le 28 août 2020 par la Direction générale
de la santé (DGS) au sujet de la progression des connaissances sur les risques de transmission du
virus SARS-CoV-2 au sein de la population pédiatrique, afin d’actualiser les recommandations
sanitaires concernant le port du masque dans les structures d’accueil d’enfants âgés de 0 à 3 ans,
émises
dans
son
l’avis
du
HCSP
du
10
juin
2020
[https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=857]. Le HCSP a répondu à cette
saisine dans son avis du 9 septembre 2020.
Le HCSP rappelle le contexte de la présente saisine
Le HCSP est de nouveau rapidement sollicité en urgence le 15 septembre 2020 par la DGS (Annexe
1) dans la suite de l’avis précédent du 9 septembre 2020 sur les éléments suivants : dans ses avis
des 10 juin, 17 juin et 7 juillet 2020, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a rappelé que
les charges virales sont généralement faibles chez les enfants, que la fréquence des formes graves
de la COVID chez ces derniers est extrêmement faible et qu’ils sont moins transmetteurs que les
adultes. La DGS précise que plusieurs publications scientifiques récentes semblent nuancer cette
position et que cette question induit en effet de nombreuses conséquences opérationnelles.
Au regard des éléments de la littérature connus à ce jour, le Haut Conseil de la santé publique a
préconisé (avis remis à la DGS non encore publié)
• Au sein des écoles élémentaires, le port systématique du masque grand public par les
professionnels ;
• Au sein des écoles maternelles et des établissements accueillant des jeunes enfants, le
port du masque grand public par les professionnels en fonction du niveau de circulation
du virus.
Or, en application de la définition de « personne contact à risque » élaborée par Santé publique
France en date du 7 mai 2020, les professionnels exerçant dans les établissements précités sont
considérés comme des personnes « contact à risque » dès le 1er cas confirmé parmi les enfants, le
port du masque pour les enfants de moins de 11 ans n’étant pas à ce stade recommandé. Au
regard de l’accélération de la circulation du virus, cette situation est de nature à engendrer la
fermeture de nombreuses crèches, classes et écoles.
Pour répondre aux inquiétudes légitimes que fait peser une fermeture importante des EAJE et
classes, les répercussions au niveau sociétal d’une telle situation pouvant être majeures, l’avis du
HCSP est sollicité concernant les questions suivantes en vue de réévaluer la possibilité et la
fréquence éventuelle de la transmission du SARS-CoV-2 entre enfants et avec les adultes, en milieu
scolaire et en milieu familial.

Haut Conseil de la santé publique
Cet avis doit être diffusé dans sa totalité, sans ajout ni modification

1/11

Avis complémentaire sur les stratégies de prévention de la diffusion du SARS-CoV-2 en EAJE et milieu scolaire– 17 septembre 2020

Au regard des évolutions des connaissances, la DGS sollicite de nouveau le HCSP pour répondre
aux précisions suivantes :

S’agissant du port du masque :
-

Un professionnel portant un masque grand public ou inclusif, répondant aux normes
AFNOR, en contact avec un enfant cas positif, doit-il être considéré comme « contact à
risque » ? Y-a-t-il lieu de reformuler les recommandations du HCSP ?

S’agissant de la stratégie de « contact-tracing » :
-

-

Les enfants de moins de 11 ans paraissant peu contagieux, les autres enfants de la
classe, même en l’absence de port de masque, doivent-ils être considérés comme
« contact à risque » ? Si oui, doivent-ils être isolés ou non ? Enfin, L’enseignant qui porte
un masque grand public type 1 en présence d’une classe au sein de laquelle un enfant
est positif doit-il être considéré comme « contact à risque » ?
Convient-il de distinguer la stratégie de « contact-tracing » en fonction de la tranche d’âge
(0–6 ans et 6–11 ans) ?

S’agissant des indications de réalisation d’un test virologique :
-

Préciser ces indications chez les enfants de moins de 6 ans et de 6 à 11 ans en tenant
compte de la situation épidémique habituelle automno–hivernale, pouvant entrainer la
multiplication de tels prélèvements chez l’enfant « cas suspect » de Covid19 et chez
les enfants « personnes contact » ? Pour les enfants « cas suspect » de Covid19, faut-il
maintenir (pour tous les âges ?) l’indication du test au moindre symptôme comme pour
les adultes ?

Afin de répondre à cette saisine en lien avec la pandémie de Covid-19 en cours et au mode de
transmission du virus SARS-CoV-2, le HCSP a réactivé le groupe de travail (GT) « Grippe, coronavirus,
infections respiratoires émergentes » composé d’experts membres ou non du HCSP. Un sousgroupe dédié à cette saisine a été constitué (Annexe 2). Le GT s’est appuyé sur une analyse des
données, de la documentation disponible (publications, littérature grise et webographie) ainsi que
sur la réalisation d’auditions d’experts (Annexe 3).
Le HCSP rappelle :


Les données épidémiologiques publiées par l’agence Santé publique France actualisées
au 14 septembre 2020
https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infectionsrespiratoires/infection-a-coronavirus/documents/bulletin-national/covid-19-pointepidemiologique-du-14-septembre-2020



L’avis du HCSP du 09 septembre 2020 relatif aux mesures barrières à mettre en œuvre
dans les EAJE, en particulier concernant le port du masque (Avis du HCSP en cours de
publication).

Le HCSP tient compte des éléments suivants :


La définition de cas contact actuellement en vigueur (au 7 mai
[https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/228073/file/COVID19_definition_cas_20200313.pdf]



L’avis du HCSP du 17 septembre 2020 relatif à la préparation des épidémies de virus
hivernaux en période de circulation du SARS-CoV2 (avis en cours de publication).



Des recommandations du guide ministériel Covid-19 – Modes d’accueil du jeune enfant.
https://solidaritesRentrée
2020
mis
à
jour
le
30
août
2020
sante.gouv.fr/IMG/pdf/covid19-guide_ministeriel-accueil_0-3ans-rentree.pdf

Haut Conseil de la santé publique
Cet avis doit être diffusé dans sa totalité, sans ajout ni modification

2020),

2/11

Avis complémentaire sur les stratégies de prévention de la diffusion du SARS-CoV-2 en EAJE et milieu scolaire– 17 septembre 2020



Des recommandations de la Société française de Pédiatrie (SFP) actualisées au 9
septembre 2020
https://www.sfpediatrie.com/sites/www.sfpediatrie.com/files/medias/documents/Reco
mmandations_09092020.pdf



Des recommandations et l’analyse de risque de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS)
du 14 septembre 2020 “Considerations for school-related public health measures in the
context of COVID-19”
https://www.who.int/publications/i/item/considerations-for-school-related-public-healthmeasures-in-the-context-of-covid-19
Les données des différents pays et plusieurs études suggèrent que les enfants de moins de
18 ans représentent environ 8,5 % des cas signalés, avec relativement peu de décès par
rapport aux autres groupes d'âge [1-5]. L'infection chez les enfants provoque généralement
une maladie bénigne, et les maladies graves dues à la Covid-19 ne sont que rarement
observées. Cependant, des cas de maladies graves ont été signalés [18,19]. Comme pour
les adultes, des conditions médicales préexistantes ont été suggérées comme facteur de
risque de maladie grave et d'admission en unité de soins intensifs (USI) chez les enfants
[6,7].
La mesure dans laquelle les enfants contribuent à la transmission du SARS-CoV-2 reste
incomplètement comprise. Les jeunes enfants semblent être moins sensibles à l'infection
que les adultes, leur sensibilité augmentant généralement avec l'âge [8,9]. Les enfants de
moins de 10 ans semblent être moins fréquemment infectés que les adultes et les
adolescents, alors que l'épidémiologie chez les adolescents ressemble davantage à celle des
jeunes adultes. Les données actuelles issues de la recherche des contacts et des enquêtes
par grappes suggèrent également que les enfants sont moins susceptibles que les adultes
d'être les principaux transmetteurs de l'infection [10-15]. Par exemple, une étude récente de
la République de Corée sur les contacts domestiques et non domestiques suggère que les
enfants infectés de moins de 10 ans sont moins contagieux que les adultes infectés [16].
La transmission documentée entre les enfants et le personnel dans les établissements
d'enseignement est limitée parce que de nombreux pays ont fermé les écoles et que les
enfants sont restés en grande partie à la maison pendant les périodes de transmission
intense au sein de la communauté [17-21]. La transmission de personnel à personnel était
plus fréquente que la transmission de personnel à élève, et la transmission d'élève à élève
était rare [22]. Dans l'ensemble, la plupart des données provenant de pays qui ont rouvert
des écoles ou qui ne les ont jamais fermées, suggèrent que les écoles n'ont pas été
associées à des augmentations significatives de la transmission communautaire [24]
L'adhésion à des mesures de prévention renforcées et la détection et l'isolement en temps
utile des cas et de leurs contacts ont jusqu'à présent réussi à empêcher la progression vers
des épidémies plus importantes dans la plupart des situations. L'adhésion à des mesures de
prévention renforcées et la détection et l'isolement rapides des cas et de leurs contacts ont
jusqu'à présent réussi à empêcher la progression vers des épidémies plus importantes dans
la plupart des situations. L'exception d'un pays, où une importante épidémie dans les écoles
est apparue 10 jours après la réouverture des écoles, met en évidence le potentiel de
propagation dans les lycées fortement peuplés lorsque des mesures de précaution limitées
(masques et éloignement physique) sont prises [23,24].
Le risque d'une épidémie dans les écoles et autres lieux où les jeunes se rassemblent est
déterminé en grande partie par la transmission communautaire et les amplificateurs de
risque liés aux lieux [25,26]. Une épidémie en Géorgie, aux États-Unis, a démontré que le
SARS-CoV-2 peut se propager efficacement dans les lieux de rassemblement des jeunes
pendant la nuit, ce qui entraîne des taux d'attaque élevés dans toutes les tranches d'âge
(l'âge médian était de 12 ans) [25]. La compréhension des environnements à haut risque où
le SARS-CoV-2 se propage facilement aidera les décideurs politiques à établir des priorités
en matière de prévention. L'analyse des données du Japon suggère qu'une petite proportion

Haut Conseil de la santé publique
Cet avis doit être diffusé dans sa totalité, sans ajout ni modification

3/11

Avis complémentaire sur les stratégies de prévention de la diffusion du SARS-CoV-2 en EAJE et milieu scolaire– 17 septembre 2020

de cas (20 %) a propagé le virus à de nombreux autres, créant des grappes [26]. Sur la base
de l'analyse des caractéristiques communes des grappes, les autorités japonaises ont
développé un concept appelé les "trois C" pour désigner les lieux et situations à haut risque :
1) les espaces fermés mal ventilés ; 2) les espaces bondés où se trouvent de nombreuses
personnes ; et 3) les contacts étroits, tels que les conversations intimes, les acclamations
bruyantes, les chants ou l'exercice à courte distance d'autres personnes [26]. Une campagne
de sensibilisation de masse a été lancée au Japon pour demander aux résidents et aux
visiteurs d'éviter les trois C. Dans certaines situations, les autorités locales ont fermé des
lieux avec des environnements qui leur sont liés. La grande épidémie de Covid-19 dans un
lycée, qui a commencé 10 jours après la réouverture de l'école, nous met en garde contre le
fait qu'un groupe de "trois C" peut se former dans des écoles fortement peuplées [27].
Étant donné que la plupart des pays ne lèvent que lentement les restrictions sur les activités
et les rassemblements sociaux, les effets à long terme du maintien des écoles ouvertes sur
la transmission communautaire doivent encore être évalués. Cela souligne l'importance
d'une mise en œuvre rigoureuse des mesures de prévention lorsque le SARS-CoV-2 circule
dans la communauté.


Données supplémentaires publiées récemment mettant en évidence des situations
diverses selon les pays.
- La situation aux Pays Bas :
https://www.rivm.nl/en/novel-coronavirus-covid-19/children-and-covid-19
Le nombre d’enfants infectés par le nouveau coronavirus est faible. Au cours des deux
premières semaines de juin 2020, 3 500 enfants âgés de 0 à 6 ans qui avaient des
symptômes de rhume ont été testés. Parmi eux, 0,5 % de ces enfants ont été testés
positifs. Ce pourcentage était plus élevé chez les enfants qui ont été testés au cours
de la même période s’ils avaient été en contact avec un patient Covid-19 (14,3 %).
-



La situation aux États-Unis :
https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/69/wr/mm6932e3.htm?s_cid=mm6932e3_
La plupart des infections au SARS-CoV-2 signalées chez les enfants âgés de moins de
18 ans sont asymptomatiques ou bénignes. On en sait moins sur les formes graves de
Covid-19 chez les enfants nécessitant une hospitalisation. L’analyse des données
pédiatriques sur l’hospitalisation de Covid-19 dans 14 états a révélé que, bien que le
taux cumulatif d’hospitalisation associée à Covid-19 chez les enfants (8,0 pour
100 000 habitants) soit faible par rapport à celui des adultes (164,5), un enfant
hospitalisé sur trois a été admis dans une unité de soins intensifs. Les auteurs
analysent les répercussions sur la pratique de la santé publique aux États-Unis. Les
enfants peuvent être à risque de Covid-19 sévère. Le renforcement des efforts de
prévention est essentiel dans les milieux de rassemblement des enfants, y compris les
garderies et les écoles.

De la mise à disposition de différentes catégories de masques pour les professionnels au
contact de la population générale et les professionnels de santé :

-

Masques grand public de catégorie 1 répondant aux spécifications de l’Afnor et
respectant les normes de filtration et de respirabilité prévues par la note
interministérielle du 29 mars 2020 sur les masques grand public. Le respect des
normes de filtration de cette note est réalisé par des tests auprès "d'organismes
compétents" (ex. Direction générale de l’armement (DGA), l’Institut Français Textile
Habillement
(IFTH),
etc.)
définis
dans
cette
même
note
[https://www.entreprises.gouv.fr/files/files/enjeux/covid19/masques_reservees_a_des_usages_non_sanitaires.pdf]. Les masques grand
public peuvent être fabriqués de façon industrielle ou artisanale mais ceux à
destination de professionnels au contact de la population doivent garantir leur niveau
de performance en termes de filtration. Les masques grand public devraient bénéficier

Haut Conseil de la santé publique
Cet avis doit être diffusé dans sa totalité, sans ajout ni modification

4/11

Avis complémentaire sur les stratégies de prévention de la diffusion du SARS-CoV-2 en EAJE et milieu scolaire– 17 septembre 2020

d’une même dénomination dans toutes les recommandations et fiches techniques
pour une meilleure standardisation de leur définition et caractéristiques et une
meilleure compréhension de la population générale.
-

Masque à usage médical (dits masques « chirurgicaux ») répondant à la norme EN
14683 :2019, à usage unique.

-

Appareil de protection respiratoire de type FFP répondant à la norme EN 149 à usage
unique.
RAPPEL sur les masques

La performance d’un masque grand public répondant aux spécifications de l’Afnor ou d’un masque
à usage médical répondant à la norme EN 14683 :2019 est testée et validée dans l’objectif de
protéger l’entourage immédiat (enfants/élèves ou autre adulte) de celui qui le porte (dans le sens
d’une filtration de dedans en dehors).

Synthèse sur le risque de transmission du SARS-CoV-2 en milieu scolaire
Les enfants jeunes sont peu à risque de forme grave et peu actifs dans la chaîne de transmission
du SARS-CoV-2. Les données de la littérature montrent, à ce stade des connaissances, que le
risque de transmission existe principalement d’adulte à adulte et d’adulte à enfant et rarement
d’enfant à enfant ou d’enfant à adulte. Les expositions et les transmissions surviennent
principalement en intra-famille ou en cas de regroupements sociaux avec forte densité de
personnes en dehors des établissements scolaires.
Le port du masque par les adultes dans les classes primaires accueillant des enfants de moins de
11 ans a pour objet principal de protéger les enfants d’une contamination par des adultes porteurs
du virus et asymptomatiques.
Le risque connu actuellement de transmission par des enfants à des adultes est faible et permet,
dans l’état actuel des connaissances, une protection résiduelle des adultes au contact d’enfants
porteurs du virus SARS-CoV-2.
Le HCSP recommande :
D’une manière générale
• D’envisager de prévoir une révision de la définition des cas contact en lien avec Santé
publique France
• D’identifier un responsable Covid-19 au sein de chaque établissement scolaire et de
communiquer la stratégie globale de prévention envers les enfants et leur famille
• De faire respecter :
- L’ensemble des mesures barrières (distance physique si possible, hygiène des mains
régulière, gestes barrières, port de masque) dans les établissements scolaires,
- Le nettoyage et la ventilation/aération des locaux,
- La gestion de la densité et le flux des personnes notamment en milieux clos en cette
période de forte circulation du virus.
• De promouvoir l’éviction des adultes et des enfants présentant des symptômes
compatibles à une infection par le SARS-CoV-2 des établissements scolaires.
• De promouvoir la réalisation d’enquêtes épidémiologiques évaluant les déterminants de la
contamination par le SARS-CoV-2 des enfants.

Haut Conseil de la santé publique
Cet avis doit être diffusé dans sa totalité, sans ajout ni modification

5/11

Avis complémentaire sur les stratégies de prévention de la diffusion du SARS-CoV-2 en EAJE et milieu scolaire– 17 septembre 2020

Concernant le port de masque
• De rendre systématique le port préférentiel d’un masque grand public de catégorie 1
répondant aux spécifications de l’Afnor à destination de professionnels au contact de la
population (comme ceux fournis à l’Éducation nationale). Ils sont lavables et réutilisables
et garantissent un niveau de performance de filtration équivalent aux masques à usage
médical.
• Les masques grand public ne répondant pas aux spécifications de la catégorie 1 de l’Afnor
ne sont pas recommandés pour les professionnels au contact des enfants/élèves.
• De rendre systématique pour les enfants > 11 ans le port d’un masque grand public
répondant de préférence aux spécifications de la catégorie 1 de l’Afnor.
• De ne pas considérer un adulte encadrant comme contact (en cas de contact-tracing) s’il
porte un masque grand public de catégorie 1 répondant aux spécifications de l’Afnor ou un
masque à usage médical répondant à la norme EN 14683 :2019 au contact d’un enfant
de moins de 11 ans détecté positif Covid-19 ne portant pas de masque.
Concernant le contact-tracing en EAJE et école primaire
• De réaliser un contact-tracing
- Si le cas index Covid-19 positif est un adulte encadrant (symptomatique ou non)
 En interaction rapprochée/fréquente avec l’enfant
 Et ne portait pas de masque grand public de catégorie 1 répondant aux
spécifications de l’Afnor ou de masque à usage médical répondant à la
norme EN 14683 :2019
- Ou si 3 enfants de fratries différentes sont positifs Covid-19 dans la même classe
(définition cluster)


De ne pas réaliser un contact-tracing chez les enfants entre 0 et 11 ans si l’adulte Covid19 positif portait un masque grand public de catégorie 1 répondant aux spécifications de
l’Afnor ou un masque à usage médical répondant à la norme EN 14683 :2019.

Concernant le contact-tracing au collège et au lycée
• De réaliser un contact-tracing
- Si le cas index Covid-19 positif est un adulte encadrant ne portait pas de masque,
- Ou s’il s’agit d’un enfant proche (proximité physique et/ou répétée) symptomatique
et sans masque
- Ou si 3 enfants sont Covid-19 positifs (définition d’un cluster)
Concernant le retour d’éviction des enfants/élèves
• D’autoriser le retour
- D’un enfant Covid-19 positif après une éviction de 7 jours ET l’arrêt des signes si
l’enfant était symptomatique. Le port de masque pour les enfants < 11 ans n’est
pas recommandé au retour dans l’école.
- D’un enfant après une période d’éviction correspondant à la disparition des signes
cliniques banaux évoquant une infection habituelle automno-hivernale, sans la
réalisation d’un test virologique diagnostique.
• De ne pas prescrire de test par RT-PCR de SARS-CoV-2 au retour de l’enfant.
Ces recommandations, élaborées sur la base des connaissances disponibles notamment sur les
conséquences sur le développement des jeunes enfants à la date de rédaction de cet avis, peuvent
évoluer en fonction de l’actualisation des connaissances et des données épidémiologiques.
Avis rédigé par un groupe d’experts, membres ou non du Haut Conseil de la santé publique.
Validé le 17 septembre 2020 par le bureau du Collège du Haut Conseil de la santé publique,
9 membres présents sur 9, aucun conflit d’intérêts signalé, 9 votes pour, 0 vote contre, 0
abstention.
Haut Conseil de la santé publique
Cet avis doit être diffusé dans sa totalité, sans ajout ni modification

6/11

Avis complémentaire sur les stratégies de prévention de la diffusion du SARS-CoV-2 en EAJE et milieu scolaire– 17 septembre 2020

Références
1. Guan, W. et al. Clinical Characteristics of Coronavirus Disease 2019 in China. N. Engl. J.
Med. 382, 1708–1720 (2020).
2. World Health Organization. (2020). Considerations for quarantine of contacts of COVID-19
cases: interim guidance, 19 accessed 04 September 2020)
3. Wortham, J. M. et al. Morbidity and Mortality Weekly Report Characteristics of Persons Who
Died with COVID-19-United States. vol. 69 (2019).
4. Bialek, S. et al. Coronavirus Disease 2019 in Children — United States, February 12–April
2, 2020. MMWR Morb. Mortal. Wkly. Rep. 69, 422–426 (2020).
5. Ladhani, S. N. et al. COVID-19 in children: analysis of the first pandemic peak in England.
Arch. Dis. Child. archdischild- 2020-320042 (2020) doi:10.1136/archdischild-2020320042.
6. European Centre for Disease Prevention and Control (2020). COVID-19 in children and the
role of school settings in COVID-19 transmission. European Centre for Disease Prevention
and Control https://www.ecdc.europa.eu/en/publications- data/children-and-schoolsettings-covid-19-transmission accessed 04 September 2020)
7. Boast, A. An evidence summary of Paediatric COVID-19 literature. Dont Forget Bubbles
(2020) doi:10.31440/dftb.24063.
8. Dong, Y. et al. Epidemiology of COVID-19 among children in China. Pediatrics vol. 145
20200702 (2020).
9. Rajapakse, N. & Dixit, D. Human and novel coronavirus infections in children: a review.
Paediatrics
and
International
Child
Health
(2020)
doi:10.1080/20469047.2020.1781356.
10. Götzinger, F. et al. COVID-19 in children and adolescents in Europe: a multinational,
multicentre cohort study. Lancet Child Adolesc. Health 4, 653–661 (2020).
11. Goldstein, E. & Lipsitch, M. On the effect of age on the transmission of SARS-CoV-2 in
households, schools and the community. medRxiv 2020.07.19.20157362 (2020)
doi:10.1101/2020.07.19.20157362.
12. Viner, R. M. et al. Susceptibility to and transmission of COVID-19 amongst children and
adolescents compared with adults: a systematic review and meta-analysis. medRxiv
2020.05.20.20108126 (2020) doi:10.1101/2020.05.20.20108126.
13. Joint IPA-UNICEF COVID-19 Information Brief. Epidemiology, Spectrum, and Impact of
COVID-19 on Children, Adolescents , and Pregnant Women. (https://ipa-world.org/societyresources/code/images/HjNYEyfuM250.pdf. accessed 04 September 2020)
14. Fretheim, A. The role of children in the transmission of SARS-CoV-2 (COVID-19)-a rapid
review memo. -915. Ludvigsson, J. F. Children are unlikely to be the main drivers of the COVID-19 pandemic –
A systematic review. Acta Paediatrica, International Journal of Paediatrics vol. 109 1525–
1530 (2020).
16. Park, Y. J. et al. Contact Tracing during Coronavirus Disease Outbreak, South Korea, 2020.
Emerg. Infect. Dis. 26, (2020).
17. Macartney, K. et al. Transmission of SARS-CoV-2 in Australian educational settings: a
prospective cohort study. Lancet Child Adolesc. Health (2020) doi:10.1016/s23524642(20)30251-0.
18. Fontanet, A. et al. SARS-CoV-2 infection in primary schools in northern France: A
retrospective cohort study in an area of high transmission. medRxiv
2020.06.25.20140178 (2020) doi:10.1101/2020.06.25.20140178.
19. Fontanet, A. et al. Cluster of COVID-19 in Northern France: A Retrospective Closed Cohort
Study.
SSRN
Electron.
J.
2020.04.18.20071134
(2020)
doi:10.1101/2020.04.18.20071134.
20. Stein-Zamir, C. et al. A large COVID-19 outbreak in a high school 10 days after schools’
reopening, Israel, May 2020. Eurosurveillance 25, 2001352 (2020).

Haut Conseil de la santé publique
Cet avis doit être diffusé dans sa totalité, sans ajout ni modification

7/11

Avis complémentaire sur les stratégies de prévention de la diffusion du SARS-CoV-2 en EAJE et milieu scolaire– 17 septembre 2020

21. Torres, J. P. et al. SARS-CoV-2 antibody prevalence in blood in a large school community
subject to a Covid-19 outbreak: a cross-sectional study. Clin. Infect. Dis. Off. Publ. Infect.
Dis. Soc. Am. (2020) doi:10.1093/cid/ciaa955.
22. Heavey, L., Casey, G., Kelly, C., Kelly, D. & McDarby, G. No evidence of secondary
transmission of COVID-19 from children attending school in Ireland, 2020. Eurosurveillance
25, 2000903 (2020).
23. Ismail, S. A., Saliba, V., Lopez Bernal, J. A., Ramsay, M. E. & Ladhani, S. N. SARS-CoV-2
infection and transmission in educational settings: cross-sectional analysis of clusters and
outbreaks in England. http://medrxiv.org/lookup/doi/10.1101/2020.08.21.20178574
(2020) doi:10.1101/2020.08.21.20178574.
24. Levinson, M., Cevik, M. & Lipsitch, M. Reopening Primary Schools during the Pandemic. N.
Engl. J. Med. (2020) doi:10.1056/nejmms2024920.
25. Szablewski, C. M. SARS-CoV-2 Transmission and Infection Among Attendees of an Overnight
Camp — Georgia, June 2020. MMWR Morb. Mortal. Wkly. Rep. 69, (2020).
26. Blaisdell, L. L. Preventing and Mitigating SARS-CoV-2 Transmission — Four Overnight
Camps, Maine, June–August 2020. MMWR Morb. Mortal. Wkly. Rep. 69, (2020).
27. Oshitani, H. & Experts Members of The National COVID-19 Cluster Taskforce at Ministry of
Health, Labour and Welfare, Japan. Cluster-based approach to Coronavirus Disease 2019
(COVID-19) response in Japan-February-April 2020. Jpn. J. Infect. Dis. (2020)
doi:10.7883/yoken.JJID.2020.363.
28. Stein-Zamir, C. et al. A large COVID-19 outbreak in a high school 10 days after schools’
reopening, Israel, May 2020. Eurosurveillance 25, 2001352 (2020).

Haut Conseil de la santé publique
Cet avis doit être diffusé dans sa totalité, sans ajout ni modification

8/11

Avis complémentaire sur les stratégies de prévention de la diffusion du SARS-CoV-2 en EAJE et milieu scolaire– 17 septembre 2020

Annexe 1 – Saisine du Directeur général de la santé du 15 septembre 2020
De : SALOMON, Jérôme (DGS) <Jerome.SALOMON@sante.gouv.fr>
Envoyé : mardi 15 septembre 2020 08:38
À : CHAUVIN, Franck (DGS/MSR/SGHCSP) <franck.chauvin@sante.gouv.fr>; HCSP-SECR-GENERAL <HCSP-SECRGENERAL@sante.gouv.fr>
Objet : Saisine HCSP urgente
Monsieur le Président, Cher Franck,
Dans ses avis des 10 juin, 17 juin et 7 juillet 2020, le Haut Conseil de la santé publique CSP a rappelé que les charges
virales sont généralement faibles chez les enfants, que la fréquence des formes graves de la COVID chez ces derniers
est extrêmement faible et qu’ils sont moins transmetteurs que les adultes. La DGS précise que plusieurs publications
scientifiques récentes semblent nuancer cette position et que cette question induit en effet de nombreuses
conséquences opérationnelles. Au regard des éléments de la littérature connus à ce jour, le Haut Conseil de la santé
publique a préconisé (avis remis à la DGS non encore publié)

Au sein des écoles élémentaires, le port systématique du masque grand public par les professionnels ;

Au sein des écoles maternelles et des établissements accueillant des jeunes enfants, le port du masque grand
public par les professionnels en fonction du niveau de circulation du virus.
Or, en application de la définition de « personne contact à risque » élaborée par Santé publique France en date du 7 mai
2020, les professionnels exerçant dans les établissements précités sont considérés comme des personnes « contact à
risque » dès le 1er cas confirmé parmi les enfants, le port du masque pour les enfants de moins de 11 ans n’étant pas à
ce stade recommandé. Au regard de l’accélération de la circulation du virus, cette situation est de nature à engendrer la
fermeture de nombreuses crèches, classes et écoles. Pour répondre aux inquiétudes légitimes que fait peser une
fermeture importante des EAJE et classes, les répercussions au niveau sociétal d’une telle situation pouvant être
majeures, l’avis du HCSP est sollicité concernant les questions suivantes en vue de réévaluer la possibilité et la fréquence
éventuelle de la transmission du SARS-CoV-2 entre enfants et avec les adultes, en milieu scolaire et en milieu familial.
Au regard des évolutions des connaissances, la DGS sollicite de nouveau le HCSP pour répondre aux précisions
suivantes :
S’agissant du port du masque :
- Un professionnel portant un masque grand public ou inclusif, répondant aux normes AFNOR, en contact avec un
enfant cas positif, doit-il être considéré comme « contact à risque » ? Y-a-t-il lieu de reformuler les recommandations
du HCSP ?
S’agissant de la stratégie de « contact-tracing » :
Les enfants de moins de 11 ans paraissant peu contagieux, les autres enfants de la classe, même en l’absence de
port de masque, doivent-ils être considérés comme « contact à risque » ? Si oui, doivent-ils être isolés ou non ?
Enfin, L’enseignant qui porte un masque grand public type 1 en présence d’une classe au sein de laquelle un enfant
est positif doit-il être considéré comme « contact à risque » ?
Convient-il de distinguer la stratégie de « contact-tracing » en fonction de la tranche d’âge (0–6 ans et 6–11 ans) ?
S’agissant des indications de réalisation d’un test virologique :
Préciser ces indications chez les enfants de moins de 6 ans et de 6 à 11 ans en tenant compte de la situation
épidémique habituelle automno–hivernale, pouvant entrainer la multiplication de tels prélèvements chez
l’enfant « cas suspect » de Covid19 et chez les enfants « personnes contact » ? Pour les enfants « cas suspect » de
Covid19, faut-il maintenir (pour tous les âges ?) l’indication du test au moindre symptôme comme pour les adultes ?
Une réponse, au plus tard pour le 16 septembre 2020, m’obligerait beaucoup
D’avance un grand merci !
Professeur Jérôme SALOMON
Directeur général de la Santé
PARIS 07 SP, FRANCE
www.solidarites-sante.gouv.fr

Haut Conseil de la santé publique
Cet avis doit être diffusé dans sa totalité, sans ajout ni modification

9/11

Avis complémentaire sur les stratégies de prévention de la diffusion du SARS-CoV-2 en EAJE et milieu scolaire– 17 septembre 2020

Annexe 2 - Composition du groupe de travail ayant élaboré ces recommandations
Membres qualifiés de la Commission spécialisée « maladies infectieuses et maladies
émergentes » :
• Daniel CAMUS
• Christian CHIDIAC, Président de la CS MIME, Président du comité permanent Covid-19
• Jean-François GEHANNO
• Philippe MINODIER
• Nicole VERNAZZA
Membres qualifiés de la Commission spécialisée « système de santé et sécurité des patients » :
• Yannick AUJARD
• Didier LEPELLETIER, vice-président de la CS 3SP, Co-président du groupe permanent
Covid-19, pilote du groupe de travail pour la réponse à cette saisine
Membres qualifiés de la Commission spécialisée « risques liés à l’environnement »
• Daniel BLEY
• Jean-Marc BRIGNON
• Philippe HARTEMANN
• Yves LEVI
• Francelyne MARANO, vice-présidente de la CS-RE
• Jean-Louis ROUBATY
• Fabien SQUINAZI, copilote du groupe de travail
Membre qualifié de la Commission spécialisée « Maladies chroniques »
• Agathe BILLETTE de VILLEMEUR
Représentante de Santé publique France :
• Anne BERGER-CARBONNE
Représentants de l’ANSES
• Nicolas ETERRADOSSI
• Gilles SALVAT
Experts extérieurs au HCSP
• Brigitte MOLTRECHT, DGESCO, Ministère de l’Éducation nationale, de la jeunesse et
des sports
• Éric GAFFET, UMR 7198, CNRS - Université de Lorraine
Secrétariat général du HCSP
• Ann PARIENTE-KHAYAT
• Soizic URBAN-BOUDJELAB

Haut Conseil de la santé publique
Cet avis doit être diffusé dans sa totalité, sans ajout ni modification

10/11

Avis complémentaire sur les stratégies de prévention de la diffusion du SARS-CoV-2 en EAJE et milieu scolaire– 17 septembre 2020

Annexe 3 – Experts auditionnés représentant la Société française de Pédiatrie le 16 septembre
2020



Christèle GRAS-LE GUEN, Secrétaire Générale
Élise LAUNAY, Présidente du Groupe de Pédiatrie Générale sociale et environnementale

Le 17 septembre 2020
Haut Conseil de la santé publique
14 avenue Duquesne
75350 Paris 07 SP

www.hcsp.fr

Haut Conseil de la santé publique
Cet avis doit être diffusé dans sa totalité, sans ajout ni modification

11/11


Aperçu du document hcspa20200917_covcomstrdeprveneajetmilsco.pdf - page 1/11
 
hcspa20200917_covcomstrdeprveneajetmilsco.pdf - page 2/11
hcspa20200917_covcomstrdeprveneajetmilsco.pdf - page 3/11
hcspa20200917_covcomstrdeprveneajetmilsco.pdf - page 4/11
hcspa20200917_covcomstrdeprveneajetmilsco.pdf - page 5/11
hcspa20200917_covcomstrdeprveneajetmilsco.pdf - page 6/11
 




Télécharger le fichier (PDF)


hcspa20200917_covcomstrdeprveneajetmilsco.pdf (PDF, 413 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


hcspa20200917covcomstrdeprveneajetmilsco
hcspa20200909covmoddupordemaspoulaccdesjeuenf
hcspa20200707covrenscounietacccoldemin
445983 446310   m heidmann et autres 1
chirurgie et covid
protocole sanitaire novembre 2020

Sur le même sujet..