1604219893604 interview danika jm dhainautdocx .pdf


Nom original: 1604219893604_interview_danika_jm_dhainautdocx.pdfAuteur: BISSINGER MAGALI (CPAM ROUBAIX-TOURCOING)

Ce document au format PDF 1.7 a été généré par Microsoft Word / , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 16/11/2020 à 07:55, depuis l'adresse IP 92.184.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 121 fois.
Taille du document: 158 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Entretien avec une lectrice
Ecrivais-tu dans ton enfance ? Si oui, étais-ce déjà dans le genre dans lequel tu
sévis actuellement ? Si non, à quel âge as-tu commencé ?
Non, je n’écrivais pas étant enfant. Je n’ai même jamais eu cette envie jusqu’à
l’âge de 23 ans. J’avais alors écrit une histoire fantasy pour un site internet
médiéval que j’animais à l’époque, mais je n’étais pas allé jusqu’au bout. Elle
avait pourtant plu à une institutrice de primaire qui l’avait proposée à ses
élèves pour en écrire la suite. Ce n’est que 20 ans plus tard que j’ai vraiment
démarré cette grande aventure de l’écriture avec, d’abord, l’écriture de
nouvelles pour quelques concours.
Avant de te lancer dans l’écriture d’un livre, es-tu plutôt architecte avec un plan
structuré ou freestyle donnant la part belle à l’improvisation ?
Je suis brouillon et post-its. Je ne fais pas de plans, mais j’essaie de classer au
mieux mes idées. Ce sont principalement des notes sur des feuilles. Je ne dirais
pas que j’improvise, je dirais plutôt que j’explore. En général les choses se
dessinent pas à pas, mais il est vrai que de nouvelles idées imprévues peuvent
venir se greffer d’un coup à certains passages, et c’est tout aussi fascinant.
Pour moi, écrire c’est comme faire un puzzle. Lorsque j’écris, je connais le
début et la fin de mes histoires, et entre les deux, j’explore au fil de mes idées.
Quelle est ton ambiance de travail , animée ou silencieuse, solitude ou
compagnie acceptée, thé ou café ?
En général je suis dans le silence total, mais cela dépend des passages que
j’écris. Lorsque je suis en train de décrire des scènes chargées d’émotions, j’ai
besoin d’une musique d’ambiance (souvent celtique) pour parfaitement
m’immerger dans le contexte et exciter mon imagination et mes propres
émotions. Dans ces moments-là, plus rien n’existe autour de moi, je ne vois
plus rien, je n’entends plus rien, je suis dans une sorte de bulle. Je suis
transporté dans ma propre histoire comme un spectateur. Je suis plutôt café,
mais jamais après 16 heures et j’enchaine avec un chocolat chaud avec une
cuillère de miel et de caramel au beurre salé (Bretagne, quand tu nous tiens).

J’écris principalement en automne et en hiver, après mes heures de boulot.
J’aime écrire lorsque le temps est chaotique, au coin du feu, ça m’inspire
beaucoup.
Es-tu prêt à effectuer des changements dans tes habitudes d’écriture ? Changer
de genre, écrire en collaboration avec d’autres auteurs ?
J’aime les défis, alors pourquoi pas ? Mais au sujet du genre, et même si je me
suis déjà bien posé la question, je ne pense pas écrire autre chose que du
fantastique ou de la SF. C’est mon univers, et comme je le dis, si le fantastique
n’a pas forcément sa place partout, moi, j’y ai trouvé la mienne. Mais même
mon parcours est une formidable exploration, et chaque auteur évolue,
surtout grâce à ses lecteurs toujours plus exigeants avec lui. Alors qui sait ?
Peut-être que bien des choses pourraient devenir réalité à l’avenir.
Suite à un retour de lecture qui « Spoil » ton intrigue, comment réagis-tu ? es-tu
plutôt tolérant ou intransigeant ?
À mes débuts, et avec mon tout premier roman en partie auto-édité, il m’était
arrivé une fois de me mettre en colère justement avec une critique qui avait
vraiment une volonté d’écraser l’auteur et le roman en le démontant et le
spoilant en quelques lignes. Le problème n’était pas la critique négative car je
les respecte et c’est important aussi de dire avec honnêteté et construction
que l’on n’a pas aimé un roman, mais imposer un avis en tentant de gâcher le
plaisir des autres, c’est plus difficile à accepter. Mais avec l’expérience
viennent la sagesse et le recul. Il faut savoir faire la part des choses entre une
critique spoilante pour lyncher volontairement un auteur ou un roman et un
spoil un peu maladroit. Donc, je donne carte blanche à mes lecteurs, qu’ils
aient aimé ou non, et je leur fais confiance pour toujours respecter la
découverte et les goûts de chacun.
Quel est ton état d’esprit face au piratage ? Es-tu plutôt philosophe, c’est le
jeu ou plutôt révolté, c’est une honte ?
Je ne sais pas, je dirais peut-être philosophe. Soyons lucide, lorsqu’un site
pirate ferme, il en ouvre deux ailleurs le lendemain. Mais cela ne signifie pas
pour autant qu’aucun combat ne doit être mené, au contraire. Un site qui
ferme est toujours une victoire. C’est un réel manque de respect pour tout le

travail qui se trouve derrière une œuvre piratée. Mais le problème vient-il des
sites pirates ou des gens qui téléchargent ? Qui est le moins honnête dans
cette histoire ? Si on aime vraiment les auteurs, si on veut pouvoir continuer
de lire, d’écrire, je crois qu’il faut commencer par se donner bonne conscience.
Y a-t-il un sujet tabou que tu n’aborderas jamais dans tes écrits ?
Non, mais je ne m’enliserai pas en essayant de traiter ou d’évoquer des sujets
sensibles, surtout si je ne les maîtrise pas. Il y a en revanche des éléments que
je n’aime pas dans les romans, tels que le sexe et la vulgarité, et de fait, il y a
peu de chance de les retrouver dans les miens.
Cet été, j'ai pu suivre tes aventures, tes explorations dans des lieux
abandonnés. As-tu assisté à des phénomènes étranges dans ce genre
d'endroits?
Pour répondre à ta question, ce genre d'endroit est davantage propice à
exciter l'imagination et les clichés qu'à nous rendre témoin de choses
véritablement étranges. Mais il est vrai que lors de l'exploration d'un manoir
abandonné isolé dans la campagne de la Somme il y a trois ans, j'ai au
l'occasion de vivre une expérience assez stressante, surtout que les conditions
climatiques chaotiques dehors se prêtaient parfaitement au contexte. Mais
comme Alan, je m'efforce de garder un maximum de recul et d'esprit
d'analyse avant de penser à une origine surnaturelle d'un phénomène. Dans
ce genre d'endroit, il faut justement garder la tête sur les épaules pour ne pas
se laisser influencer par notre imagination. J'ai malgré cela eu à plusieurs
reprises l'impression de ne pas être seul, d'être observé, dans des maisons
abandonnées, À défaut de me faire peur, ces impressions ont eu le mérite de
beaucoup m'inspirer. Vivre ces explorations en réel me permet de vivre de
frissonnantes aventures pour en écrire d'autres.
À mon tour, Danika, de te poser une question. La vois-tu venir ? Non ? Dis-moi
tout, Danika : crois-tu aux fantômes ? As-tu déjà vécu une expérience qui t’a
vraiment fait peur ?
Aux fantômes ? je ne suis pas parvenue à me faire une opinion à ce sujet. J’ai
bien conscience de me sentir plus ou moins bien dans certains endroits mais

j’essaie de rester calme et de ne pas laisser mon imagination prendre le dessus.
Et surtout est-ce bien des fantômes ou est-ce autre chose ?
Effectivement, j’ai vécu une expérience troublante. J’ai participé à une séance
de spiritisme lors de mon 12 ème anniversaire, j’ai assisté à des choses dont je
me rappelle très bien, j’ai encore les images en tête. Je n’ai pas eu peur durant
la séance, je me suis même sentie très bien. C’était fascinant pour moi mais
dans le doute, j’ai même demandé à ce qui se manifestait de recommencer pour
être sûre que ce n’était pas du hasard et ça a fonctionné.
Le souci est que le séance avait eu lieu dans ma chambre et je suis restée seule
après la fête. C’est à ce moment que les questions et les craintes sont apparues.
Là, j’ai eu peur…Tout s’est bien passé pour moi.
Quelques années plus tard, une personne m’a dit que mes amies et moi avions
eu beaucoup de chance car nous n’avions pris aucunes précautions pour
participer à ce genre de chose. Nous n’avons parlé qu'une seule fois ensemble
de cette expérience, la semaine suivante, elle étaient impressionnées et très mal
à l'aise. Le sujet n'a plus été abordé entre nous par la suite.


Aperçu du document 1604219893604_interview_danika_jm_dhainautdocx.pdf - page 1/4

Aperçu du document 1604219893604_interview_danika_jm_dhainautdocx.pdf - page 2/4

Aperçu du document 1604219893604_interview_danika_jm_dhainautdocx.pdf - page 3/4

Aperçu du document 1604219893604_interview_danika_jm_dhainautdocx.pdf - page 4/4




🚀  Page générée en 0.009s