Mireille Rakotomalala, parfait Ambassadeur .pdf


Nom original: Mireille Rakotomalala, parfait Ambassadeur.pdfAuteur: TOSHIBA

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 22/03/2021 à 08:33, depuis l'adresse IP 154.126.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 6 fois.
Taille du document: 917 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


CHRONIQUE DE VANF : Mireille Rakotomalala, parfait ambassadeur

Ambassadeur, selon le Larousse : «Personne susceptible de représenter à l'étranger une certaine
image de son pays». Il est des ambassadeurs dont un pays peut être fier. Mireille Rakotomalala
est de ceux-là.
Première Malgache à recevoir le premier Prix du Conservatoire National Supérieur de Musique de
Paris (France), elle est également diplomée des conservatoires nationaux de musique de Kiev
(Ukraine) et de Saint-Petersbourg (Russie). C’est à ces titres qu’on lui confiera, par deux fois, le
Ministère de la Culture. Engagée de longue date dans le dialogue culturel entre Madagascar et le
Japon, elle sera, également à ce titre, ambassadeur de Madagascar au Japon (2018 - 2019).
Sa contribution, à ce titre, lui a valu de recevoir «l’Ordre du Soleil Levant, Étoile d’Or et d’Argent»,
décoration japonaise instituée en 1875. À Madagascar, qu’elle soit «Commandeur des arts et des
lettres» semble couler de source : sa personnalité, son talent et son entremise, coïncident avec la
«vitrine des arts et de la culture» ainsi qu’à la «valorisation de l’identité culturelle malagasy à
l’intérieur et à l’extérieur», double mission confiée à un Office National des Arts et de la Culture
par un décret de mai 2003.
Mais, la reconnaissance et la récompense des hauts faits artistiques et littéraires remontent à un
décret plus ancien, celui du 2 mai 1957, à l’époque de la IVème République française dont allait
hériter la République malgache. La récompense républicaine des mérites acquis dans le domaine
des arts comme dans celui de l’enseignement était auparavant les palmes académiques, fondées
par Napoléon.
Émancipé en 1957, l’Ordre des Arts et des Lettres fut sauvé du «safobe mantsina» de 1963, qui
allait l’amalgamer dans le fourre-tout du «Mérite». Les Arts et les Lettres le doivent à la
personnalité d’André Malraux, premier «Ministre d’État» d’affaires culturelles jusque-là réduites à
une direction des Beaux-Arts ou à un secrétariat d’État aux Arts et Lettres.
Le prestige de la décoration des Arts et des Lettres tient à la qualité de ses récipiendaires et à
l’effectif restreint de ses contingents. Ici, comme ailleurs, la décote est inversement proportionnelle
à l’inflation des distributions à tort et à travers. La cérémonie d’hier, en l’honneur de Mireille
Rakotomalala, fait partie de ces raretés qui n’en ont que plus de valeur.


Aperçu du document Mireille Rakotomalala, parfait Ambassadeur.pdf - page 1/4

Aperçu du document Mireille Rakotomalala, parfait Ambassadeur.pdf - page 2/4

Aperçu du document Mireille Rakotomalala, parfait Ambassadeur.pdf - page 3/4

Aperçu du document Mireille Rakotomalala, parfait Ambassadeur.pdf - page 4/4




Télécharger le fichier (PDF)






Documents similaires


mireille rakotomalala parfait ambassadeur
20170404 bulletin 17 mail 1
fiche secteur securite alimentaire cantine scolaire
fiche secteur developpement durable energies renouvelables 2
plaquette fotadrevo 2019 def1
fiche secteur gouvernance foncier

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.141s