topo aéro .pdf


Nom original: topo aéro.pdfAuteur: GAMERRE Marc FG/DCTG

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Word 2013, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 18/10/2021 à 14:20, depuis l'adresse IP 176.145.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 27 fois.
Taille du document: 669 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


ASSOCIATION MAQUETTISTE DE LA DESTROUSSE

Les mystères de la peinture avec un aérographe
Je me présente : HOLMES, Sherlock
HOLMES.
Je suis là pour résoudre vos difficultés.

Mais d’abord pourquoi un aérographe ?
Peinture de qualité facile à obtenir, des effets quasi impossibles avec un pinceau, rapidité, précision, etc.
Ok, vous êtes convaincu Docteur WATSON, mais quel aérographe acheter ?
La gamme de prix est très vaste, entre 20 euros et 300-400 euros. Il y a de nombreuses marques, des techniques
différentes. Je vous laisse vous renseigner à ce sujet.
Reste le nœud du problème, l’utilisation. Je vais vous donner trois thématiques :
Peinture, Dilution, Pression,
Première thématique : La peinture
Mr HOLMES, est-ce qu’une marque est meilleure que les autres pour l’aérographe ?
NON, chaque marque a des avantages et des inconvénients. Pour simplifier (car on débute), je ne vais vous parler
que des peintures acryliques et seulement celles faciles à se procurer.
Tamiya, Mister Hobby, Revell, Vallejo, MIG proposent une gamme très étendue dans les couleurs. C’est un point
essentiel n’est-ce pas ? Ainsi, il vous sera facile de réaliser votre maquette avec une seule marque. Les
constructeurs de maquettes vous donnent dans la notice les références à utiliser. Tamiya par exemple, produit
des maquettes et de la peinture, vous trouverez donc exclusivement des références Tamiya sur la notice. Voyons
le bon côté, il vous suffit d’acheter les références proposées, simple non !
OK, mais Vallejo ce n’est pas mieux que Tamiya ? Non, je répète, chacune à ses avantages et inconvénients. En
fait, c’est vous qui choisirez celle qui vous convient le mieux. Bref, dans un premier temps, j’achète les références
de la notice, et si plusieurs marques proposées, les pots les plus faciles à trouver.
J’achète les références préconisées, et c’est tout ? Non, mon cher Docteur WATSON, il va falloir diluer. Hum habile
transition …
Deuxième thématique : la dilution
L’aérographe projette des très fines gouttelettes de peinture et pour qu’il puisse faire ceci il faut impérativement
diluer la peinture.
J’ai compris, je dois diluer, mais avec quoi et comment ?
Avec quoi : le diluant de la marque. N’essayez pas d’économiser quatre sous en bricolant un diluant maison. Oui
ça va marcher, jusqu’au jour où une couleur va mal réagir et vous allez gâcher des heures de travail.

Comment : la question ici est le pourcentage de peinture et de diluant. Difficile de donner un pourcentage
immuable, car la température de la pièce, le degré d’humidité, la couleur de la peinture, la taille de la buse (nous
verrons cela plus tard), etc, influencent. Toutefois, on ne prend aucun risque en faisant du 50-50.
Je conseille d’utiliser des pipettes, cela vous permettra d’être précis (vous pouvez compter les gouttes) et évitent
les gaspillages.
Règle d’OR : il faut impérativement bien mélanger la peinture dans son pot avant de l’utiliser.
Règle de PLATINE : il faut impérativement bien mélanger peinture et diluant avant pulvérisation. Au début, faites
votre mélange dans un récipient à part puis versez le dans le godet de l’aérographe.
Plus le pourcentage de diluant sera élevé plus la peinture sera fluide, facile à pulvériser, mais son pouvoir
d’accroche et de couverture sera affaiblie. Certains effets (pré-ombrage, serpentins de camouflage, par exemple)
vont requérir 90% de diluant.
Mais Mr HOLMES, vous me mettez la pression là ! Mais non, la pression nous allons en parler.
Troisième thématique : La pression
La pression est exprimée en bar ou PSI. Elle peut être réglée au niveau du compresseur, et aussi sur l’aérographe.
Bien, mais quelle valeur dois-je utiliser ? La plus commune sera 1 bar. Donc, on règle sur le manomètre de son
compresseur à un bar. Ici aussi, cette valeur peut varier selon de nombreux paramètres.
Donnons quelques règles :
-

Pression faible, je pulvérise peu de peinture
Pression forte, je pulvérise plus de peinture
Plus la pression est faible plus je dois diluer ma peinture
Plus la pression est faible, plus je vais pulvériser près de la maquette

-

On essaye de simplifier encore un peu :
Peindre des petites pièces ou un petit détail : je dilue au moins à 50% et je pulvérise au maximum à 1 bar
Peindre une grande surface uniforme : je dilue au maximum à 40% et je pulvérise au minimum à 1,5 bar
Merci Mr HOLMES, et cette gâchette sur l’aérographe elle sert à quoi ?
Sur les aérographes double action la gâchette permet de doser la quantité de peinture et la pression.
Mais, la pression je l’ai déjà réglée … Oui c’est exact, la gâchette va vous permettre d’affiner, comme quand je
ponce, j’appuie plus ou moins fort.
La quantité de peinture projetée va donner une couverture (l’opacité) plus ou moins importante.
________________________________________________________________________________________
A la lecture de ce document, vous avez quelques bases, mais rien ne remplace les heures d’utilisation, les
essais (ratés ou réussis), l’acquisition d’une habileté, les conseils glanés sur le net, les expos, les copains et la
participation à un club.
Gardez ce document, je vous l’offre avec plaisir, et je suis là aussi pour vous donner des conseils et en prendre
car j’aime partager ma passion. Osez Dr WATSON, venez me parler, nous résoudrons ensemble les mystères
de l’aérographe.

Marc de l’Association Maquettiste de la Destrousse
clubamd13@gmail.com


Aperçu du document topo aéro.pdf - page 1/2

Aperçu du document topo aéro.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)


topo aéro.pdf (PDF, 669 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte


Sur le même sujet..