Poésie David .pdf


Nom original: Poésie David.pdf
Auteur: Utilisateur

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Writer / LibreOffice 6.4, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 21/01/2022 à 05:16, depuis l'adresse IP 175.158.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 4 fois.
Taille du document: 49 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


« Il y a des jours où le poids du monde me semble lourd.
Alors un sentiment d’injustice parcourt tout mon être.
Mon appel se heurte aux oreilles d’un sourd
Que même le temps devient traitre. »
« Parfois alors m’accordé-je un peu plus d’attention
Juste un sourire pour une intercession
Et un grain de bienveillance
Donne à ma vie de l’importance. »
« Le respect est le lien avec l’irrationnel
Une corde invisible guide mes pas
Pour reprendre l’équilibre quand rien ne va.
Alors Ma vie devient encore plus belle. »
SAIPÖ
Par ces quelques lignes je rends hommage à la femme de Hnaialu et aussi à toutes les femmes qui élèvent seule leurs enfants dans l’espoir de
leur donner une vie meilleure.
SAIPÖ Saipö jim
REPONSE...
Tu vois, j'ai pas le temps d'être triste
Je suis parti par les quadrants
A la rencontre de quelque Christ
En fuite de certains démons
Tu vois, j'ai pas le temps d'être triste
Je suis parti par les quadrants
J'ai bien dû secouer quelques cuistres
Et fréquenter certains ruffians
Des détroits d'indigo aux mers d'Ossiaen
J'me suis jamais senti bien loin des origines
Ce que j'croyais d'avant, je l' retrouvais devant
J'écopais à grands seaux jusqu'à ce que ça me bassine
Et j'ai repris la mer, comme on reprend un ouvrage
Des jours entiers au large, assourdi d’inouï
Mis des voiles sur la route jusqu'au prochain mouillage
Jeté l'ancre sur une plage de sable à l'abri
Puis là au cœur certain de la crique idéale
Sous les vestiges gris du temps sacré
Se sont noués les cercles de la maudite spirale
Que sale môme je continuais d'étirer
Oublieux de rien et curieux du Tout
J'ai ricoché entre les cercles et les vices
Pas moyen de s'égarer ou de brouiller les pistes
Pas moyen d'être un sage ou un très méchant fou
J'aurais voulu savoir la peur
Avoir notion de la panique
Jamais les nerfs, je suis trop cœur
Sur l'Océan entre tropiques
Mais que je sois prolo ou que je sois poète,
J'ai même été prince d'un cabanon,
Si je navigue en sloop, je rêve de goélette
Sillonnant les mêmes cieux qu'au-dessus du vallon
Et pour ce(eux) que je laisse, si c'était sacrilège
De chevaucher les notes au-d'là des horizons
J’ai lu que c'qu'on éloigne, c'est ce que l'on protège
Des trop grands goûts d'espace... de l’Eternel couillon
Alors j’ai comme des frissons d’homme
A savourer tous nos mélanges
Oublier le fiel des fantômes
Et s'enivrer du miel des anges.
Jean-Luc David


Aperçu du document Poésie David.pdf - page 1/1




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 01976985.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.