godiee .pdf


À propos / Télécharger Aperçu


Aperçu du document


Downloaded from: justpaste.it/1lxkl

Participation Concours d'écriture : Une rentrée
extraordinaire
Une rentrée extraordinaire

Je me souviendrai toujours de cette incroyable aventure.
Ce jour-là devait être un jour ordinaire, un jour de rentrée scolaire comme j'en avais déjà vécu
des dizaines depuis que j'étais en âge d'aller à l'école.
Je connaissais par cœur le rituel habituel qui m'attendait à mon entrée dans la cour du lycée :

Chercher ma nouvelle classe
Regarder avec qui j'étais
Me rendre en classe
Écouter mon nouveau prof principal
Découvrir l'emploi du temps
Récupérer les livres scolaires
La routine comme chaque rentrée.
Et pourtant, cela ne se passa pas comme prévu.
Tout d'abord ce matin-là je me réveillais en retard. Mon réveil n'avait pas sonné. J'aurais peutêtre dû vérifier les piles avant d'aller me coucher. Du coup, j'ai été obligée de me dépêcher
pour prendre ma douche, m'habiller et ensuite rejoindre mes parents pour le petit-déjeuner.
Ensuite je ratais mon bus et arrivais au lycée alors que tout le monde était déjà entré en
classe. Décidément j'avais la poisse. Et j'allais me faire remarquer, ce qui n'était pas bon du
tout surtout dès le premier jour dans un nouvel établissement scolaire.
Ce fut à ce moment-là que les évènements commencèrent à devenir étranges.
Après m'être dirigée vers le panneau d'affichage qui se trouvait au milieu de la cour pour y lire
où je devais me rendre, je traversais la cour une nouvelle fois quand je ne sais pas comment
cela était arrivé mais je perdis l'équilibre et tombai sur le sol. Ma tête toucha le bitume et tout
devint noir autour de moi.

Lorsque je me réveillais, je fus surprise de constater que je me trouvais dans un lieu
totalement différent. Je n'étais plus dans la cour du lycée mais au milieu d'un champ de fleurs
roses et rouges où trônait en son centre une immense tour faite d'améthyste et il y avait près
de celle-ci un petit lac. Il faisait nuit et les étoiles se reflètaient sur les faces de l'immense
pierre violette. Je portais ma main à mon front pour savoir si je n'avais pas de bosse ou de
blessure grave. Après tout je m'étais cogné la tête sur le bitume en tombant. Mais mon front
ne présentait aucune trace du choc précédent.

Je crus d'abord que j'étais en train de rêver mais en me pinçant le bras pour vérifier que cela
était bien réel, je fus bien obligée de confirmer que c'était la réalité. Je me demandais
comment j'avais bien pû me retrouver dans un tel endroit alors qu'auparavant je me trouvais
dans la cour d'un lycée tout ce qu'il y avait de plus banal.
N'ayant que cela à faire , je m'approchai de la tour et j'y découvris une porte qui était bien
dissimulée. Je l'ouvris et pénétrai dans l'édifice transparent.
À l'intérieur de cette tour se trouvaient des escaliers en colimaçon que je gravis lentement et
tout en haut une pierre précieuse en forme de larme trônait sur un coussin de soie rouge
devant une statue représentant une très belle femme avec de longs cheveux où se trouvaient
des fleurs et du lierre et portant une robe de style grec ancien et des sandales. Elle

ressemblait beaucoup aux statues de déesses antiques que l'on peut voir en visitant les
musées mais je n'avais jamais vu cette déesse auparavant.

Curieuse, je m'avançais vers cette pierre pour la toucher. Quand j'eus posé un doigt dessus
une voix douce et féminine parla dans ma tête.
- Te voilà enfin, je suis la gardienne de cette tour, nous t'attendions Mélodie Harmony,
Princesse d'Elfaria. Tu es la seule à pouvoir utiliser les pouvoirs de la larme de notre déesse
Naïara pour sauver notre monde. Prends-la et porte la à ton cou. Le moment venu tu
reviendras et tu nous libéreras. En attendant rentre chez toi et apprends à maîtriser les
pouvoirs de la larme magique. Pour t'aider tu pourras faire confiance à ton compagnon qui te
sera bientôt envoyé, tu le reconnaîtras facilement.
Regardant autour de moi je ne vis personne. D'où pouvait bien venir cette voix dans ce cas ?

Je ne trouvais pas de réponse à cette voix éthérée. D'ailleurs je me posais beaucoup de
questions, comme quel était l'endroit où je me trouvais ? La gardienne avait parlé d'Elfaria.
Qu'est-ce que c'était exactement ? Et comment connaissait-elle mon nom et mon prénom et
pourquoi avait dit que j'étais une princesse ?
À ma connaissance mes parents ne n'avaient jamais rien dit sur cet endroit ni sur mon
appartenance à une famille royale. D'ailleurs étaient-ils réellement mes parents ? J'aurai sans
doute les réponses à toutes ces interrogations un jour ou l'autre. Soudain je n'eus qu'une
envie. Celle de rentrer chez moi et oublier tout de cet étrange endroit.
Je mis le collier autour de mon cou comme me l'avait ordonné la voix et celui-ci s'illumina
d'une lumière bleue presque aveuglante. Je fermai les yeux pour me protéger de cette lumière
et lorsque je les rouvris, je me trouvais dans ma chambre, allongée en pyjama sur mon lit . Je
regardais mon réveil et fut surprise. Nous étions le même jour mais une heure avant que mon
réveil ne sonne.
Je pensai donc avoir rêvé ce qui m'était arrivé dans cette tour mais lorsque je posai ma main
sur mon cou, je sentis la pierre qui s'y trouvait désormais.
" Ce n'était donc pas un rêve." Pensai-je en me levant pour me préparer à mon premier jour
de cette nouvelle année scolaire. J'enfilais mes vêtements après m'être douchée en prenant
soin de dissimuler le collier sous mon tee-shirt. Et je descendis pour prendre mon petitdéjeuner en compagnie de mes parents. Ensuite je sortis de chez moi après avoir pris mon
sac à dos que j'avais pris soin de préparer la veille au soir et montait dans le bus qui me
conduisait au lycée.
Plus tard dans la journée, je fis la rencontre de mon compagnon qui n'était autre qu'un
magnifique chat blanc aux yeux verts que moi seule pouvait comprendre.
J'étais en train de rentrer chez moi après ma première journée de lycée qui s'était déroulée
normalement n'étant pas arrivée en retard cette fois-ci lorsque cet étrange animal apparut
soudainement devant moi et me fixa de ses grands yeux émeraude.

Tout d'abord je crus à un chat normal mais quand il se mit à me parler pour la première fois je
faillis tomber à la renverse.
- Ah c'est vrai ici les chats ne parlent pas. Dit-il en lisant ma surprise sur mon visage. Mais je
ne suis pas réellement un chat, je suis un Féliynx et je m'appelle Ramsès. Ramsès Félix
Féliynx troisième du nom. Ma race est très ancienne, personne ne sait depuis quand nous
autres Féliynx nous existons ni quand et comment nous sommes apparus. Certains disent
que notre premier ancêtre était un chat commun ayant bu une potion et il fut doté
d'intelligence et de parole. C'est pour cela que nous sommes très souvent assignés à des
tâches d'enseignement. C'est moi qu'on a envoyé pour t'apprendre tout ce que tu dois savoir
sur notre monde et la maîtrise de ta magie maintenant que tes pouvoirs sont activés.
Bon maintenant conduis moi chez toi, j'ai mal aux coussinets et j'espère que tu as du poisson,
du saumon de préférence, je meurs de faim.
Toujours incrédule, je marchais jusque chez moi suivie par Ramsès tout en cherchant
comment faire accepter à mes parents l'installation de ce chat chez nous. Et j'espérais qu'ils
allaient bien vouloir que je le garde. Car je n'avais pas d'autre solution. Je ne me voyais pas le
laisser seul dehors dans ce monde qui lui était peut-être inconnu et je n'avais personne à qui
je pouvais le confier. Mes parents n'avaient jamais voulu que j'aie un animal de compagnie
jusqu'à présent, bien que je leur avais plusieurs fois prouvé que je savais prendre mes
responsabilités pour bien en prendre soin.
C'est pourquoi j'appréhendais leur réaction en me voyant avec mon nouveau compagnon.
Je poussais la porte d'entrée de chez moi. Mes parents n'étaient pas encore rentrés du travail.
Je me dirigeais alors jusqu'à la cuisine, ouvris le frigo et pris une boite de thon que je vidais

dans une assiette pour la donner à Ramsès.
Pendant qu'il mangeait, je réfléchis à nouveau à ce que je pourrais dire à mes parents quand
ceux-ci franchiraient le seuil de la porte d'entrée.
J'attendis plusieurs heures et enfin mes parents entrèrent dans le salon.
Je leur expliquais que j'avais trouvé le chat en rentrant du lycée et ils acceptèrent que je le
garde sans difficulté, ce qui était étrange de leur part. Peut-être qu'ils étaient au courant de
quelque chose. Puis à la nuit tombée, j'allais me coucher accompagnée du félin, pour être en
forme le lendemain pour une nouvelle journée de lycéenne pas tout à fait normale.
Mais ça c'est une autre histoire.


Aperçu du document godiee.pdf - page 1/6

Aperçu du document godiee.pdf - page 2/6

Aperçu du document godiee.pdf - page 3/6

Aperçu du document godiee.pdf - page 4/6

Aperçu du document godiee.pdf - page 5/6

Aperçu du document godiee.pdf - page 6/6



Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 01986131.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.