Recherche PDF


Cet outil permet de trouver un fichier parmi les documents publics partagés par les utilisateurs de Fichier-PDF.fr.
Dernière mise à jour de la base de données: 06 juillet à 08:18 - Environ 380000 fichiers indexés.

Afficher résultats par page

Réponses pour «jettent»:



Total: 300 résultats - 0.102 secondes

Parodie LE CHANTEUR 100%

Je m'présente, je m'appelle Henri Je m'présente, je m'appelle Henri J'voudrais bien réussir ma vie, être aimé Et les femmes aiment toutes mon kiki, j'aime niquer Etre beau gagner de l'argent Etre beau, gagner de l'argent Puis surtout être intelligent Et surtout les prendre violemment Mais pour tout ça il faudrait que j'bosse à plein temps Mais pour tout ça il faudrait que j'nique à plein temps J'suis chanteur, je chante pour mes copains J'suis pineur, j'nique celles de mes copains J'veux faire des tubes et que ça tourne bien, tourne bien J'dégaine mon tube pour que ça tourne bien, tourne bien J'veux écrire une chanson dans le vent Je les prends toutes en coup de vent Un air gai, chic et entraînant D'un air gai, et sans lubrifiant Pour faire danser dans les soirées de Monsieur Durand Pour faire crier dans les soirées de Monsieur Durand Et partout dans la rue Et partout dans la rue J'veux qu'on parle de moi J'veux qu'on s'tourne vers moi Que les filles soient nues Que les filles soient nues Qu'elles se jettent sur moi Qu'elles se jettent sur moi Qu'elles m'admirent, qu'elles me tuent Qu'elles m'admirent, qu'elles me sucent Qu'elles s'arrachent ma vertu Qu'elles s'mettent en p'tite tenue Pour les anciennes de l'école Pour les anciennes de l'école Devenir une idole Elles en deviendront folles J'veux que toutes les nuits J'veux que toutes les nuits Essoufflées dans leurs lits Essouflées dans leurs lits Elles trompent leurs maris Je remplace leurs maris Dans leurs rêves maudits Dans leurs rêves lubriques Puis après je f'rai des galas Puis après quand je serai là Mon public se prosternera devant moi Mon public se prosternera devant moi Des concerts de cent mille personnes Des orgies de cent mille personnes Où même le tout-Paris s'étonne Où même le tout-Paris s'pilonne Et se lève pour prolonger le combat Et se lève pour s'empaler sur mon bras Et partout dans la rue Et partout dans la rue J'veux qu'on parle de moi J'veux qu'on s'tourne vers moi Que les filles soient nues Que les filles soient nues Qu'elles se jettent sur moi Qu'elles se jettent sur moi Qu'elles m'admirent, qu'elles me tuent Qu'elles m'admirent, qu'elles me sucent Qu'elles s'arrachent ma vertu Qu'elles s'mettent en p'tite tenue Puis quand j'en aurai assez Puis quand j'en aurai assez De rester leur idole De les rendre toutes folles Je remont'rai sur scène Je remont'rai en selle Comme dans les années folles Comme dans les années folles Je f'rai pleurer mes yeux Je f'rai pleurer Popol Je ferai mes adieux Et leur dirai adieu Et puis l'année d'après Et puis l'année d'après Je recommencerai Je recommencerai Et puis l'année d'après Et puis l'année d'après Je recommencerai Je recommencerai Je me prostituerai Je les prostituerai Pour la postérité Pour gagner plus de blé Les nouvelles de l'école Les nouvelles de l'école Diront que j'suis pédé Diront qu'j'aime enculer Que mes yeux puent l'alcool Mais pas b'soin de Synthol Que j'fais bien d'arrêter Car jvais pas m'arrêter Brûleront mon auréole D'agrandir l'auréole Saliront mon passé De ces p'tites pépés Alors je serai vieux Et quand j'sentirai l'vieux Et je pourrai crever Qu'elles pourront plus m'sucer Je me cherch'rai un Dieu Je me cherch'rai un lieu Pour tout me pardonner Où j'pourrai m'reposer J'veux mourir malheureux J'toucherai plus ma queue Pour ne rien regretter Car j'pourrai plus bander J'veux mourir malheureux J'toucherai plus ma queue

https://www.fichier-pdf.fr/2013/12/09/parodie-le-chanteur/

09/12/2013 www.fichier-pdf.fr


Philip - Appareil reproducteur masculin 87%

glandes prostatiques principales (canaux longs qui se jettent dans la partie distale de l'urètre)  Cancer o Portion interne :

https://www.fichier-pdf.fr/2013/04/29/philip-appareil-reproducteur-masculin/

29/04/2013 www.fichier-pdf.fr

zaju-fletox 77%

2) Les veines thyroïdiennes moyennes se jettent directement dans la veine jugulaire interne sans qu’elles soient satellites d’un élément artériel  donc tous les pédicules veineux de la glande thyroïde ne sont pas satellites des pédicules artériels.

https://www.fichier-pdf.fr/2017/04/26/zaju-fletox/

26/04/2017 www.fichier-pdf.fr

TALEB ABDERRESMANE 76%

  Taleb Abderrahmane et les Harraga    Pourquoi nos jeunes fuient le pays et quel sens donner à leur geste ?  Ce texte a été écrit en 2008 au moment où comme aujourd’hui la crise de la migration  clandestine sévissait dans notre pays. Il a encore toute son actualité.    Taleb Abderrahmane ! Pourquoi ce nom m’est‐il revenu subitement en tête, une sorte  d’éclair, quand j’ai lu ce qui s’est passé à Tiaret ? Des centaines de jeunes ont pris à partie  les forces de l’ordre, protestant, hurlant toute leur hargne après la disparition de 13 des  leurs dans les eaux tumultueuses de la Méditerranée. Les disparus avaient entre 24 et 30  ans l’âge d’Abderrahmane quand la guillotine lui trancha le cou en ce matin du 24 avril  1958. Il y a tout juste cinquante ans. Qu’y a‐t‐il de commun entre cet universitaire, mort  pour la patrie et ces jeunes qui se jettent à la mer pour fuir leur pays ? En choisissant de  mourir en sacrifié Abderrahmane a préféré une idée de patrie à celle d’une certitude de  vie,  les  jeunes  eux,  ont  choisi  une  idée  de  vie,  O  combien  est‐elle  hypothétique  à  une  certitude de patrie dont ils n’en veulent plus ?    Il  me  souvient,  qu’Ernest  Renan,  définissant  ce  qu’est  une  nation,  écrivait :  « Une  nation  est  une  âme,  un  principe  spirituel.  Deux  choses  qui  à  vrai  dire  n’en  font  qu’une  constituent  cette  âme,  ce  principe  spirituel.  L’une  est  dans  le  passé,  l’autre  dans  le  présent.  L’une  est  la  possession  en  commun  d’un  riche  legs  de  souvenirs ;  l’autre  est  consentement  actuel,  le  désir  de  vivre  ensemble,  la  volonté  de  continuer  à  faire  valoir  l’héritage qu’on a reçu indivis. »  Que s’est‐il passé pour que nos enfants n’aient plus cette terre en amour, si clémente  terre,  si  belle  en  ses  étranges  paysages,  marqué  partout  de  stigmates  et  héroïsmes  mêlés, cette Algérie qui a marqué l’histoire de la décolonisation ?   Il  s’est  passé  que  l’Algérie  vit  une  profonde  crise  née  de  la  contradiction  entre  les  valeurs  héritées  de  son  héroïque  passé  et  celles  portées  par  le  système  dominant  la  société.  N’est‐ce  pas  terrible  de  constater  qu’au  moment  où  l’État  algérien  possède  le  plus fabuleux trésor (110 milliards de dollars) des milliers de jeunes se jettent à la mer,  brûlent  des  édifices  publics,  défient  l’autorité  de  l’État  montrant  par  là  combien  leur  désarroi est incommensurable ? Le geste par lequel ils lancent la flamme dans le cœur de  l’institution est un manifeste de haine, de dépit, de vaine revanche. Le mal‐être est un  déficit  d’espérance !  Comme  quoi  l’aisance  financière  ne  suffit  pas  à  faire  le  bonheur  d’une  nation,  fût‐il  l’or  du  dey  d’Alger ?  « Je  meurs  pour  mon  peuple »,  a  dit  Abderrahmane.  Pour  quel  idéal  meurent  les  enfants  de  Tiaret,  et  ceux  d’Annaba  et  d’ailleurs ?  Je connais le malheur de la jeunesse de mon pays pour l’avoir rencontré dans les yeux  de Kamel, mon ami, mon voisin. Il a 28 ans, une licence en sciences économiques pas de  travail et une bien singulière manière de voir les choses : « Si l’État m’a payé des études  c’est bien pour être utile à mon pays. Alors je veux qu’on me donne un travail en rapport  avec  ma  formation .»  Cinq  ans  à  courir  les  bureaux  finalement  il  a  baissé  les  bras.  « Ce  pays  n’est  pas  le  mien  »,  finit‐il  par  se  dire.  Sur  la  liste  noire  des  voyageurs  de  l’impossible,  il  a  inscrit  son  nom  en  espérant  une  hypothétique  barque  pour  emporter  son désarroi, loin, le plus loin possible.  Un  jour  que  nous  bavardions,  je  lui  demandais  de  but  en  blanc :  « Connais‐tu  Taleb  Abderrahmane ? » « Qui ? » « Taleb Abderrahmane ! » Il fit une grise mine et me lança son  regard  azuré  de  jeune  homme  blasé :  « Il  a  la  solution  à  mon  problème  ton  Taleb ? »        Non,  dis‐je  abasourdi  par  sa  réponse  « Pourtant  ce  nom‐là,  me  dit  quelque  chose… »  reprit‐il en se grattant la tête. Je ne fis rien pour l’aider. Mais voilà que subitement son  visage  s’illumine,  « Mais  oui…  je  le  connais  ton  mec,  c’est  un  restaurant  universitaire  à  Alger. C’est un chahid ! Ton Taleb est un chahid ! » Je me taisais, sombre. Il insista « C’est  bien çà hein ? Dis, c’est bien çà ? Un restaurant boulevard Amirouche, là où on a mis la  grosse bombe… »  Revenu de sa surprise il m’interrogea à son tour « Pourquoi me poses ‐ tu cette question ? »   Oui pourquoi lui avais‐je posé cette question, presque absurde et tellement hors de  propos, sinon il eut fallu que je m’en explique longuement. Lui dire que Taleb avait son  âge  quand  la  guillotine  lui  trancha  la  gorge.  Lui  dire  comment  Taleb  a  répliqué  à  ses  juges : « Pour ma patrie, pour mon idéal et pour mon peuple, périr n’est qu’un sublime  sacrifice  pour  lequel  je  suis  déjà  résigné.  Et,  en  résistant,  en  soldat  digne  de  l’être,  à  l’exemple de mes frères déjà martyrisés, je saurai mourir. Et si vous avez à prononcer le  verdict  monstrueux  qu’on  réclame  contre  nous,  soyez  persuadés  que  la  guillotine  est  pour nous ce que la Croix représente dans vos églises », lui raconter comment Taleb est  monté  sur  l’échafaud,  le  pied  ferme,  l’orgueil  tranquille,  la  certitude  ardente  comment  était ardent sa foi en l’idéal. Mais tout cela suffira‐ t‐il à dissuader Kamel de partir ? Peut‐ être  ne  ferai‐je  qu’accentuer  son  désarroi ?  Alors  nous  en  sommes  restés  là,  sur  un  malentendu.  Depuis  je  n’ai  plus  revu  Kamel  jusqu’au  jour  où  j’appris  que  la  mer  l’avait  emporté  du  côté  d’El‐Kala,  lui  et  ses  quatre  compagnons.  En  lisant  ce  qui  se  passe  à  Tiaret, je pense à lui je me pose la question comment en sommes‐nous arrivés là ?    Le  gâchis  national  se  résume  ainsi :  L’État  algérien  apparaît  aux  yeux  des  citoyens  comme un État prédateur. Il pille la richesse nationale, le pétrole, pour la redistribuer en  partie au profit de l’étranger et en partie au profit de groupes non fondés à en profiter  plus que d’autres. L’État vertueux, héritage d’un passé fait de sacrifice et de martyr, est  devenu  un  État  immoral  rongé  par  la  corruption,  le  clientélisme,  le  passe‐droit.  Aux  valeurs de travail, de justice, de moral se sont substituées celles de la débrouillardise, de  la flagornerie, du chacun pour soi… Tout cela s’accompagne par la destruction des acquis  sociaux  les  plus  signifiants  sur  le  plan  symbolique.  La  santé  et  l’école,  représentant  les  biens  les  plus  précieux  pour  les  Algériens,  ne  sont  plus  accessibles  aux  couches  populaires. (Voyez dans quel état sont les hôpitaux. Le malade y est obligé d’amener avec  lui son couvert, sa nourriture, son garde malade, ses médicaments. Ils sont devenus des  mouroirs)  alors  que  parallèlement  on  voit  fleurir  un  secteur  privé,  scandaleusement  ostentatoire  et  forcément  discriminatoire.  À  cela  vient  s’ajouter  la  mort  lente  de  la  vie  culturelle, la crise du sport national, la difficulté pour les jeunes de voyager qui confine la  majorité d’entre eux au naufrage de l’oisiveté. L’Algérien s’aperçoit que : la prospérité de  l’État  n’enrichit  pas  la  société,  on  peut  même  dire  qu’elle  l’appauvrit  sur  le  triple  plan  politique, moral et intellectuel. En un mot la nation n’a plus une âme.    Pourtant ce n’est pas faute d’investissements, les projets sont nombreux, structurants  et  ambitieux :  on  construit  des  mégalopoles  universitaires,  des  logements,  des  autoroutes, des stades, des centres culturels etc. Le marché du travail se développe, les  étales sont pleins, le commerce prospère… Alors pourquoi deux à trois émeutes éclatent  chaque  jour ?  Pourquoi  Bariane,  Tiaret,  Gdyel ?  Pourquoi  les  jeunes  s’en  prennent  aux  édifices publics, brûlent des palais de justice, des APC ? Pourquoi nos enfants se jettent à  la mer ?  Tout simplement parce qu’il y a un profond divorce entre l’État et la population.      1—  Les  gens  ont  le  sentiment  que  les  investissements  consentis  par  l’État  ne  les  concernent  pas,  que  ce  n’est  pas  pour  eux.  Dans  l’ambiance  de  défiance  générale  qui  gouverne  l’opinion  publique :  ces  investissements  apparaissent  comme  un  filon  de  surfacturation et de fuites de capitaux à l’étranger. Cela est invérifiable, mais la rumeur  s’en fait la part belle. À voir comment certains dossiers d’investissement sont réglés en  haut  lieu,  on  est  légitimement  portés  à  avoir  des  doutes  sur  la  sincérité  des  actes  commerciaux engagés par l’État.  2  –Quand  les  plus  importants  projets  sont  donnés  aux  étrangers,  depuis  l’étude  jusqu’à la réalisation et parfois même au‐delà, l’Algérien ne comprend pas et perçoit cela  comme  une  défiance  à  son  égard,  une  insulte  à  sa  compétence.  Alors  qu’il  eut  fallu,  mettre  en  concurrence  les  potentialités  nationales,  mobiliser  les  niches  de  créativité,  intéresser les cadres algériens vivant à l’étranger, faire appel aux dirigeants expérimentés  mis prématurément à la retraite, en un mot, créer une utile synergie entre les moyens  nationaux  et  l’apport  extérieur.  Or  c’est  tout  le  contraire  qui  se  passe.  Ne  pouvant  contrecarrer une politique qui le dessert l’Algérien entreprend de l’ignorer, voire de lui  opposer des résistances sournoises, parfois violentes et toujours improductives.   3—  Cette  politique  s’accompagne  d’une  dilapidation  scandaleuse  de  l’argent  public.  Improvisation,  précipitation  induisant  des  surfacturations,  des  malfaçons.  Un  travail  bâclé source de gaspillage qui n’est pas perdu pour tout le monde. Des enrichissements  illicites ont fait naitre une classe de parasites et avec elle un mode de vie ostentatoire,  dispendieux, inculte et sans foi ni loi.    Tout cela s’accompagne de scandales incroyables qui ont définitivement discrédité les  institutions  de  l’État.  Les  dilapidateurs  des  deniers  de  l’État  ne  sont  pas  inquiétés.  Au  même moment on ferme des usines, on brade le fruit du travail des Algériens. Symbole  de l’effort national des industries pionnières sont laissées à la voracité d’un marché sans  garde‐fou.  Les  fondements  sur  lesquels  s’est  édifié  historiquement  l’État  algérien :  les  valeurs  d’unité nationale, de solidarité, de fraternité née du combat ; toutes valeurs portées par  la révolution de novembre et qui ont façonné la mémoire collective sont contredites par  les comportements d’une élite gangrénée par l’appât du gain et la corruption.  Face à cela, les couches populaires sont désarmées, parce les instruments de contre‐ pouvoir ont été laminés. La révolte devient le seul moyen d’expression collective.    Le mot « harrague » signifie tout à la fois, fuir et brûler la loi… Pour réussir le harrague  doit  perdre  son  identité  et  se  fondre  dans  l’anonymat  d’un  devenir  hypothétique,  s’éloignant le plus possible d’un rivage inclément. Qu’elle réussisse ou échoue, la harga  est  sous  toutes  les  formes  un  acte  de  protestation  suicidaire.  Comme  on  est  loin  du  message de Taleb Abderrahmane.      Hosni Kitouni  24 Avril 2008        

https://www.fichier-pdf.fr/2018/03/07/taleb-abderresmane/

07/03/2018 www.fichier-pdf.fr

1812 aide 1.1 71%

Ensuite, s’il reste encore des unités des deux camps, les joueurs de l’autre camp jettent simultanément leurs dés et en appliquent les effets.

https://www.fichier-pdf.fr/2012/05/05/1812-aide-1-1/

05/05/2012 www.fichier-pdf.fr

Au Pays des Rêves 70%

demande Polisson - Vous venez de pénétrer dans le Pays des rêves, le pays où tout est possible… Le Pays des Rêves est un monde fabuleux Ceux qui vivent ici, le disent merveilleux C’est un endroit magique, Où tout peut arriver, Un endroit fantastique Pour rire et s’amuser Avant d’entrer, Polisson et Policette jettent un œil derrière eux :

https://www.fichier-pdf.fr/2010/11/29/au-pays-des-reves/

29/11/2010 www.fichier-pdf.fr

journée palier 1 70%

Ils cueillent les roses et les jettent par terre.

https://www.fichier-pdf.fr/2011/11/03/journee-palier-1/

03/11/2011 www.fichier-pdf.fr

journée palier 1. M 1 et 2 70%

Ils cueillent les roses et les jettent par terre.

https://www.fichier-pdf.fr/2011/11/04/journee-palier-1-m-1-et-2/

04/11/2011 www.fichier-pdf.fr

Diffamation CHSCT 70%

Contrairement à ceux qui jettent de l’huile sur le feu, vos élus ont travaillé afin de trouver la meilleure solution pour chacun et éviter qu’un tel incident se reproduise.

https://www.fichier-pdf.fr/2013/12/19/diffamation-chsct/

19/12/2013 www.fichier-pdf.fr

04 - te le present -1- maikresse72 70%

PRÉSENT de l’INDICATIF Avoir Etre J’ai Tu as Il a Nous avons Vous avez Ils ont Je suis Tu es Il est Nous sommes Vous êtes Ils sont Tomber Je tombe Tu tombes Il tombe Nous tombons Vous tombez Ils tombent Avancer J’avance Tu avances Il avance Nous avançons Vous avancez Ils avancent Régner Je règne Tu règnes Il règne Nous régnons Vous régnez Ils règnent /!\ Appeler J’appelle Tu appelles Il appelle Nous appelons Vous appelez Ils appellent Payer Je paie Tu paies Il paie Nous payons Vous payez Ils paient Acheter J’achète Tu achètes Il achète Nous achetons Vous achetez Ils achètent Aller Je vais Tu vas Il va Nous allons Vous allez Ils vont Nager Je nage Tu nages Il nage Nous nageons Vous nagez Ils nagent Nettoyer Je nettoie Tu nettoies Il nettoie Nous nettoyons Vous nettoyez Ils nettoient /!\ Jeter Je jette Tu jettes Il jette Nous jetons Vous jetez Ils jettent Marcher Je marche Tu marches Il marche Nous marchons Vous marchez Ils marchent Ramener Je ramène Tu ramènes Il ramène Nous ramenons Vous ramenez Ils ramènent Chanceler Je chancèle Tu chancèles Il chancèle Nous chancelons Vous chancelez Ils chancèlent Choisir Je choisis Tu choisis Il choisit Nous choisissons Vous choisissez Ils choisissent

https://www.fichier-pdf.fr/2014/04/03/04-te-le-present-1-maikresse72/

03/04/2014 www.fichier-pdf.fr

Papa est un ogre bleu 70%

Et d'autres qui vous jettent à l'eau pour vous apprendre à nager...

https://www.fichier-pdf.fr/2014/05/06/papa-est-un-ogre-bleu/

06/05/2014 www.fichier-pdf.fr

Désert 70%

Des silhouettes en noir, clones indistincts, jettent des cadavres dans l'excavation récemment creusée.

https://www.fichier-pdf.fr/2014/11/28/desert/

28/11/2014 www.fichier-pdf.fr

DNB pastiche 2015 70%

Pourquoi l'homme et la femme jettent-ils des papiers dans un récipient ?

https://www.fichier-pdf.fr/2015/06/27/dnb-pastiche-2015/

27/06/2015 www.fichier-pdf.fr

Midol essai Anglais Boni 70%

19/8/2015 Detaille Article André Boniface, icône de ce jeu, emblème vivant du « rugby à la française », a tenu à saluer le premier essai anglais, celui de Watson, qu’il juge comme le symbole même d’un rugby qui ne veut pas mourir. « Cet essai, prévient­il, dans sa conception même, est la preuve vivante qu’il est toujours possible d’attaquer en première main. La justesse du jeu de passe, la combinaison orchestrée en milieu de terrain et le cadrage­débordement de Watson dans un mouchoir de poche, sont hautement symboliques, dans la mesure où ils jettent à bas tous nos a priori ridicules qui voudraient qu’on ne puisse plus rien faire de cet ordre­là au prétexte que les défenses sont resserrées. D’aucuns stigmatiseront une faute de défense, au lieu de mettre en lumière la force de ce mouvement, son ampleur… Et j’enrage qu’au contraire des Blacks ou des Anglais, la France ne se risque plus à des mouvements de cette envergure. C’est pourtant ça, aussi, notre identité… » J. V.

https://www.fichier-pdf.fr/2015/08/19/midol-essai-anglais-boni/

19/08/2015 www.fichier-pdf.fr

Signalement - Copie (2) 70%

Nulle réaction, non plus, au sujet de ces mêmes migrants qui jettent la nourriture sur les associations qui tentent de les soutenir.

https://www.fichier-pdf.fr/2015/10/08/signalement-copie-2/

08/10/2015 www.fichier-pdf.fr

les coquilles 70%

Si sa fait l’affaire faut organisé la collecte → mettre des bacs en plastique dans tout les restaurants pour qu’ils jettent les coquilles vide et récupéré toute les semaines .

https://www.fichier-pdf.fr/2016/12/24/les-coquilles/

24/12/2016 www.fichier-pdf.fr

Revue de Presse Sept-Oct 2016 70%

     22/10/2016, Mécénat d’entreprise, la vogue du partage, Le Nouvel Economiste 03/10/2016, Le mécénat de compétences a le vent en poupe, Le Monde 29/09/2016, Les collectivités se jettent sur le mécénat pour diversifier leurs moyens, Les Echos 18/09/2016, Adaptation au changement et stratégie RSE - Les Echos, Les Echos 12/09/2016, La RSE, au-delà des beaux discours, L'Express Presse spécialisée:

https://www.fichier-pdf.fr/2017/01/10/revue-de-presse-sept-oct-2016/

10/01/2017 www.fichier-pdf.fr

Fiches-NEW BATH-summer 2017 70%

des packs plein de pep’s aux couleurs qui en jettent, et des décors qui envoient illico les sens en vacances...

https://www.fichier-pdf.fr/2017/05/15/fiches-new-bath-summer-2017/

15/05/2017 www.fichier-pdf.fr

Space confederate 70%

Si les gouvernents imposent des cotats de noiro et de musulmans dans le projets et méttent plein de batons dans les roues alors c'est ok , vous les laissez monter dans le vaisseau des cosmo-troupes , c'est pas grave , ils seront mis aux arrets aprés le départ et mis dans des capsules de sauvetage et poussé dans la diretcion de la terre , pas besoin de moteur pour revenir sur terre faut juste poussé dans le bonne axe et la gravitation terestrer fait le reste (un bouclkier thermique , un parachute et c'est ok...(si ils sont trop nombreux sa va couter trop de resourses en navette pour les renvoyez donc on fait une petite prière , on ouvre la soute et on les jettent dans le cosmos donc faut leur faire comprendre si ils insistent___ les autres aussi vont chercher a faire se genre de projet donc il y a de la place partout ) .

https://www.fichier-pdf.fr/2017/06/12/space-confederate/

12/06/2017 www.fichier-pdf.fr

Space confederate 70%

Si les gouvernements imposent des cotats de noiro et de musulmans dans le projets et méttent plein de batons dans les roues alors c'est ok , vous les laissez monter dans le vaisseau des cosmo-troupes , c'est pas grave , ils seront mis aux arrets aprés le départ et mis dans des capsules de sauvetage et poussé dans la diretcion de la terre , pas besoin de moteur pour revenir sur terre faut juste poussé dans le bonne axe et la gravitation terestrer fait le reste (un bouclkier thermique , un parachute et c'est ok...(si ils sont trop nombreux sa va couter trop de resourses en navette pour les renvoyez donc on fait une petite prière , on ouvre la soute et on les jettent dans le cosmos donc faut leur faire comprendre si ils insistent___ les autres aussi vont chercher a faire se genre de projet donc il y a de la place partout ) .

https://www.fichier-pdf.fr/2017/06/13/space-confederate/

13/06/2017 www.fichier-pdf.fr

Space confederate 70%

Si les gouvernements imposent des cotats de noiro et de musulmans dans le projets et méttent plein de batons dans les roues alors c'est ok , vous les laissez monter dans le vaisseau des cosmo-troupes , c'est pas grave , ils seront mis aux arrets aprés le départ et mis dans des capsules de sauvetage et poussé dans la diretcion de la terre , pas besoin de moteur pour revenir sur terre faut juste poussé dans le bonne axe et la gravitation terestrer fait le reste (un bouclkier thermique , un parachute et c'est ok...(si ils sont trop nombreux sa va couter trop de resourses en navette pour les renvoyez donc on fait une petite prière , on ouvre la soute et on les jettent dans le cosmos donc faut leur faire comprendre si ils insistent___ les autres aussi vont chercher a faire se genre de projet donc il y a de la place partout ) .

https://www.fichier-pdf.fr/2017/06/14/space-confederate/

14/06/2017 www.fichier-pdf.fr

Space confederate 70%

Si les gouvernements imposent des cotas de noiro et de musulmans dans le projets et mettent plein de battons dans les roues alors c'est ok , vous les laissez monter dans le vaisseau des cosmotroupes , c'est pas grave , ils seront mis aux arrêts après le départ et mis dans des capsules de sauvetage et poussé dans la direction de la terre , pas besoin de moteur pour revenir sur terre faut juste poussé dans le bonne axe et la gravitation terrestre fait le reste (un bouclier thermique , un parachute et c'est ok...(si ils sont trop nombreux sa va coûter trop de ressources en navette pour les renvoyez donc on fait une petite prière , on ouvre la soute et on les jettent dans le cosmos donc faut leur faire comprendre si ils insistent___ les autres aussi vont chercher a faire se genre de projet donc il y a de la place partout ) .

https://www.fichier-pdf.fr/2017/06/16/space-confederate/

16/06/2017 www.fichier-pdf.fr

confederate space 70%

Si les gouvernements imposent des cotas de noiro et de musulmans dans le projets et mettent plein de battons dans les roues alors c'est ok , vous les laissez monter dans le vaisseau des cosmotroupes , c'est pas grave , ils seront mis aux arrêts après le départ et mis dans des capsules de sauvetage et poussé dans la direction de la terre , pas besoin de moteur pour revenir sur terre faut juste poussé dans le bonne axe et la gravitation terrestre fait le reste (un bouclier thermique , un parachute et c'est ok...(si ils sont trop nombreux sa va coûter trop de ressources en navette pour les renvoyez donc on fait une petite prière , on ouvre la soute et on les jettent dans le cosmos donc faut leur faire comprendre si ils insistent___ les autres aussi vont chercher a faire se genre de projet donc il y a de la place partout ) voilà un peut leurs navette de retour http://www.fichierpdf.fr/2017/06/17/capsule-de-secour/ c'est les capsules de secour , pas besoin de dépensé des navettes , faut juste mettre des rations iofilisé etc...

https://www.fichier-pdf.fr/2017/06/17/confederate-space/

17/06/2017 www.fichier-pdf.fr

confederate space 70%

Si les gouvernements imposent des cotas de noiro et de musulmans dans le projets et mettent plein de battons dans les roues alors c'est ok , vous les laissez monter dans le vaisseau des cosmotroupes , c'est pas grave , ils seront mis aux arrêts après le départ et mis dans des capsules de sauvetage et poussé dans la direction de la terre , pas besoin de moteur pour revenir sur terre faut juste poussé dans le bonne axe et la gravitation terrestre fait le reste (un bouclier thermique , un parachute et c'est ok...(si ils sont trop nombreux sa va coûter trop de ressources en navette pour les renvoyez donc on fait une petite prière , on ouvre la soute et on les jettent dans le cosmos donc faut leur faire comprendre si ils insistent___ les autres aussi vont chercher a faire se genre de projet donc il y a de la place partout ) .

https://www.fichier-pdf.fr/2017/06/18/confederate-space/

18/06/2017 www.fichier-pdf.fr