Recherche PDF


Cet outil permet de trouver un fichier parmi les documents publics partagés par les utilisateurs de Fichier-PDF.fr.
Dernière mise à jour de la base de données: 18 janvier à 02:11 - Environ 390000 fichiers indexés.

Afficher résultats par page

Réponses pour «pulsion»:



Total: 700 résultats - 0.107 secondes

UE 1.1.S1 Concepts de base en psychologie analytique 100%

Conscient ou CST = matériel auquel on a accès 2.2 Deuxième topique 2.1.1 La pulsion A.

https://www.fichier-pdf.fr/2011/10/11/ue-1-1-s1-concepts-de-base-en-psychologie-analytique/

11/10/2011 www.fichier-pdf.fr

Philo la sociabilité 8 IV, A 99%

*sexualité infantile (5-12 ans)(mais les désirs ne sont pas encore canalisés ⇒ tourne son énergie vers d’autres buts que la satisfaction sexuelle, vers la mère par ex (objet impossible car interdit)) *ressurgit violemment pendant puberté ↳ surmonte la difficulté (devient “normal”), peut vivre avec les autres OU complexe d’​Œ​dipe (ne rentre pas dans la société H, reste asservit par la culpabilité) = noyau des névroses, refoulement (mais plus on refoule sa pulsion, plus elle est intense) ⇒ sociabilité du désir, de la pulsion ​(nous sommes des êtres sociables car nous sommes capables d’accepter, de “dompter” nos pulsions sexuelles) ↳ sexualité H n’est pas seulement biologique, elle a une énorme influence sur la vie sociale -c’est à l’individu de comprendre ce qu’il veut, d’accepter ses propres pulsions ↳ la cure ne vient pas d’un modèle préexistant, mais à travers l’écoute -Freud fonde institution (école psychanalytique), articles ⇒ scientifique 2) la difficulté d’être heureux en société -mais aussi politique ⇒ comment est-ce que les ressources culturelles et sociales peuvent-elles aider l’H à devenir heureux ?

https://www.fichier-pdf.fr/2019/04/29/philo-la-sociabilite-8--iv-a-/

29/04/2019 www.fichier-pdf.fr

Questionsdexamens-1 97%

Définissez la pulsion selon Freud (composantes, dynamique, lien avec la théorie clinique de la motivation) ;

https://www.fichier-pdf.fr/2011/12/16/questionsdexamens-1/

16/12/2011 www.fichier-pdf.fr

UE 1.1.S1 Psychologie Analytique 97%

Claudel -2011/2012 3 L’APPAREIL PSYCHIQUE SELON FREUD  Pulsion (à différencier du désir et de la motivation):

https://www.fichier-pdf.fr/2011/10/11/ue-1-1-s1-psychologie-analytique/

11/10/2011 www.fichier-pdf.fr

réponses Q exams 97%

Rappel : ci‐dessus l’amygdale, structure faisant partie du système limbique avec hippocampe et  hypothalamus,  deuxième  cerveau,  appelé  aussi  paleopallium,  du  cerveau  primitif.  C’est  le  lieu  des  émotions.  Il  reçoit  les  afférences  de  toutes  les  modalités  sensorielles  et  est  connecté  aux  structures assurant l’expression physiologique de la peur.    Au départ avec MacLean, mémoire et émotions sont liés et forme un seul système fonctionnel.    LeDoux  sépare  précisément  ces  deux  structures :  la  mémoire  et  les  émotions  sont  au  moins  partiellement localisable séparément. Bien que ces réseaux interagissent de façon importante,  ils sont suffisamment distincts pour être considérés comme des systèmes séparés.   Il est concevable que les systèmes amygdaliens puissent stocker de l’information qui n’a pas été  traitée  par  le  système  de  l’hippocampe.  Ces  souvenirs  émotionnels  implicites  (inconscients),  quand ils sont activés, mèneraient à une excitation de la même sorte que quand les souvenirs  explicites sont activés, mais en absence de connaissance explicite (consciente) de la raison pour  laquelle cette excitation se produit.    Il y a bien une distinction entre mémoire émotionnelle et mémoire déclarative.  La  mémoire  émotionnelle  est  inconsciente,  c’est  une  mémoire  où  les  sentiments  et  émotions  conscients  viennent  de  processus  inconscients  tels  que  les  systèmes  d’adaptation  comportementale.  L’information  émotionnelle  peut  être  inscrite  dans  la  mémoire  déclarative,  mais  alors  elle  y  est  retenue  tel  un  fait  froid  et  déclaratif.  Le  lien  entre  les  deux  se  fait  de  manières  inconscientes.    Nous  n’avons  pas  accès  de  façon  direct  à  la  M.E  mais  aux  conséquences,  telles  nos  comportements,  le  ressenti  de  notre  corps.  Ces  conséquences  se  combinent  aux  souvenirs  déclaratifs  en  cours  et  forment  un  nouveau  souvenir  déclaratif.  L’émotion  n’est  pas  que  la  mémoire  inconsciente ;  elle  exerce  une  influence  sur  la  M.D  et  sur  d’autres processus de réflexions.    Le conditionnement émotionnel de LeDoux :    La  recherche  de  LeDoux  est  une  étude  de  conditionnement  de  peur,  qui  implique  l’association  d’un  stimulus  neutre  (SC)  sous  la  forme  d’un  son  à  un  stimulus  inconditionnel (SI) aversif, une décharge électrique du plancher.   Les voies neuronales qui traitent le SC passent par le thalamus auditif et le cortex auditif  associatif.  Les  voies  neuronales  qui  traitent  le  SI  passent  par  le  thalamus  somatosensoriel  et  le  cortex  somatosensoriel. Ces voies convergent au niveau du noyau  latéral LA de l’amygdale et de plusieurs autres régions. A ce niveau, le LA reçoit également de  l’information entrante au départ de l’hippocampe (et du cortex préfrontal) sur le contexte du  conditionnement.  Cette  convergence  SC‐SI  dans  le  LA  initie  une  plasticité  synaptique,  résultant dans la formation d’une association apprise entre les deux‐stimuli. Après une  ou quelques associations le SC à son tour suscite une réponse émotionnelle conditionnée qui  se  produit  de  façon  naturelle  en  présences  de  stimuli  menaçants.  Ces  réponses  émotionnelles  sont  des  changements  au  niveau  du  comportement,  du  SNA  et  de  l’activité  hormonale.     L’activité  dans  le  LA  est  alors  transmise  au  noyau  central  de  l’amygdale  CE  tant  de  façon  directe et par  des voies d’autres aires de l’amygdale comme le noyau basal B et les masses  intercalées ITC. La CE est en connexion avec les aires de l’hypothalamus et du tronc cérébral  qui  contrôlent  l’expression  de  la  réponse  de  peur,  comme  l’immobilisation,  le  SNA  et  les  réponses hormonales. La plasticité synaptique au niveau du noyau latéral de l’amygdale est  réalisée par le mécanisme de la potentialisation à long terme.     Il  faut  souligner  que  les  amygdales  ne  fonctionnent  pas  de  façon  isolée  dans  le  conditionnement de la peur.    Le modèle du traitement affectif de stimuli de LeDoux :    Quand  un  stimulus  entre  dans  l’organisme  au  niveau  d’une  structure  du  cerveau,  notamment  le  thalamus,  ce  stimulus  sera  traité  selon  deux  trajectoires  différentes  dont  une  se  poursuit  au  niveau  du  néocortex,  l’autre  au  niveau  sous‐cortical  ou  limbique.    La  trajectoire  sous‐corticale  limbique  est  phylogénétiquement  ancienne :  il  s’agit  d’un  circuit  qui  traite  les  valences  affectives  des  stimuli.  Il  s’agit  aussi  d’un  système  ontogénétiquement  précoce :  il  est  formé  et  opératif  dès  avant  la  naissance  et  se  met  à  établir  aussitôt  une  mémoire  émotionnelle  sur  le  mode  du  conditionnement.  L’amygdale  analyse  les  stimuli  afin  d’identifier  ceux  qui  sont  émotionnellement  important,  c’est‐à‐dire  ceux  indiquant  par  exemple  la  nourriture,  prédateurs  etc.…Après  détection,  l’amygdale  active  des  structures  du  tronc  cérébral  et  ajuste  l’activité  de  l’hypothalamus  de  façon  à  ce  que  l’organisme  puisse  engager  l’action  comportementale  qui  s’impose.  Le  traitement  des  stimuli  à  ce  niveau  est  rapide  et  rudimentaire.  LeDoux  a  démontré  que  l’amygdale  en  interaction  avec  l’hippocampe  agit  comme  une  interface  pour  la  mémorisation  d’un  niveau  d’anxiété correspondant aux stimuli entrant.    La  trajectoire  corticale  est  plus  récente :  il  traite  les  contenus  scéniques  et  narratifs  des  stimuli.  Il  s’agit  d’un  système  ontogénétiquement  tardif :  chez  l’homme,  la  maturation  néocorticale n’est achevée qu’au plus tôt 6 à 10 années après la naissance. Le traitement des  stimuli à ce niveau est lent et élaboré.    Les deux trajectoires sont caractérisées par leur propre système d’exécution. Les effecteurs  de la trajectoire sous‐corticale sont en majorité les muscles lisses involontaires des organes  internes, les effecteurs de la trajectoire néocorticale sont les muscles striés et volontaires, les  muscles dits squelettiques.    La différence épistémologique cruciale de ce modèle de LeDoux est la relative autonomie de  la valence affective d’une part et du contenu scénique de l’autre (affect ><scène), même s’il y  a un grand nombre d’influences interactives qui s’opèrent entre les deux trajectoires.    On  peut  faire  un  parallèle  entre  le  modèle  de  Ledoux  et  le  modèle  du  clivage  de  la  conscience  de  Freud.  La notion de clivage de la conscience implique la division d’une idée  ou  d’une  expérience  en  son  contenu  idéique  d’un  coté  (idée)  et  en  son  affect  ou  somme  d’excitation de l’autre. La somme d’excitation est investie dans les innervations somatiques  dans l’hystérie de conversion ou bien dans d’autres idées dans la névrose obsessionnelle. Le  principe,  cependant,  reste  le  même :  une  et  même  expérience  peut  se  concevoir  psychologiquement  comme  un  complexe  d’éléments  séparables,  notamment  un  système  traitant  du  contenu  et  un  autre  traitant  de  l’affect.  Le  rapprochement  entre  la  théorie  de  Freud et de LeDoux est la possibilité d’une relative indépendance entre le contenu affectif et  le contenu « scénique » (ou déclaratif) du même matériel de départ.    La constitution d’une mémoire émotionnelle linguistique :    Il  serait  logique  que  comme  les  autres  stimuli,  les  stimuli  linguistiques  soient  également  sujet  au  conditionnement  émotionnel  au  niveau  du  système  limbique.  Comme  le  montre  LeDoux,  il  y  a  un  système  de  mémoire  émotionnelle  au  niveau  des  amygdales  qui  est  en  connexion avec l’hippocampe. Ce système est fonctionnel dès avant la naissance, c’est‐à‐dire  bien avant la maturation des aires sémantiques dans le néocortex. Ceci porte à croire qu’à un  âge  très  précoce  commençant  avant  même  la  naissance  un  processus  de  conditionnement  met en rapport des séquences de sons perçus, avec des niveaux d’excitation ou d’anxiété et  établit  ainsi  une  mémoire  émotionnelle  linguistique.  Mais  comme  l’hippocampe  n’est  pas  mature  à  un  très  jeune  âge  l’inscription  de  la  mémoire  émotionnelle  se  fait  de  manière  inconsciente.    Les  premiers  éléments  constitutifs  d’un  système  linguistique  en  maturation  sont  les  mots  holistiques,  cad  les  mots  dans  leur  entièreté,  sans  distinction  entre  les  segments  phonémiques  et  par  extension  les  phrases  holistiques.  Ceci  implique  que  les  premiers  pas  dans la maturation d’un langage articulé sont donnés par un environnement culturel propre  à  chacun,  par  l’usage  typique  de  différents  phonèmes,  de  différentes  intonations  et  de  différents rythmes prosodiques. Mais l’influence sur la linguistique émotionnelle du sujet est  également donnée par les signifiants importants dans l’histoire de la famille et dans l’histoire  des sujets, noms de lieux, prénoms, expressions, etc.   A la différence de la sémantique, la signification émotionnelle est privée ou partagée par la  même  communauté  émotionnelle.  Ces  signifiants  circulant  aboutissent  à  la  constitution  d’une mémoire linguistique émotionnelle dans laquelle certaines séquences de phonèmes en  particulier sont nouées à des niveaux singuliers d’activation émotionnelle.    Au niveau sous‐cortical du conditionnement, le matériel linguistique n’est pas traité comme  une  sémantique.  Il  est  traité  comme  le  serait  un  objet,  cad  de  façon  objective  ou  univoque.  L’objet linguistique se réduit à sa forme phonémique, et cette forme phonémique fait l’objet  du  conditionnement  émotionnel ;  ce  conditionnement  procéderait  de  façon  relativement  indépendante de la sémantique, puisque les opérations sémantiques sont situées au niveau  des  aires  associatives  du  néocortex  superficiel  alors  que  les  circuits  affectifs  sont  localisés  plus profondément sous le néocortex.    Résumé :  La  phonologie  acquière  une  signification  émotionnelle  singulière  dans  chaque  individu, qui est enregistrée dans un système de mémoire émotionnelle. Cette mémoire indique  le  degré  d’activation  du  SNA  en  réponse  à  l’activation  du  fragment  quand  il  est  évoqué.  Au  cours de la vie, une mémoire émotionnelle linguistique propre à chacun se constitue ainsi où les  liens  entre  certaines  séquences  phonémiques  et  certains  niveaux  d’anxiété  sont  enregistrés.  L’évocation  des  ces  séquences  phonémiques  active  alors  de  façon  automatique  un  niveau  de  tension  affective  du  corps.  Un  vecteur  phonémique  ambigu  peut  ainsi  mener  à  l’évocation  automatique  de  cette  tension,  et  ce  même  si  le  contexte  sémantique  est  différent  de  celui  à  l’origine. C’est cette activation qui donnerait lieu aux dits « faux nouages ».                                                                           4.  Définissez  la  pulsion  selon  Freud  (composantes,  dynamique,  lien  avec  la  théorie  clinique  de  la  motivation) ;  définissez  le  seeking  system  de  Panksepp  (circuit,  composantes,  dynamique) ;  comparez  la  pulsion  de  Freud  avec  le  seeking  system  de  Panksepp. En particulier, discutez de la convergence de dynamique et tentez de faire des  liens avec la clinique.    Pour Freud, la pulsion est un vecteur entre la psyché et le somatique, ce vecteur est plus  exactement le représentant psychique de l’excitation, qui prenant origine dans le corps  interne, perce au niveau psychique, comme une mesure du degré de la charge de travail  imposé au psychique du fait de son articulation avec le corps. Les pulsions peuvent être  comprises comme les inquiétudes qui poussent à agir en réaction à des tensions qui  s’accumulent au niveau des systèmes du corps interne.    La pulsion se définit par une poussée, un but, un objet et une source :    ‐ la source est une excitation interne et somatique, c’est une force constante. Elle est  insistante dans le sens qu’aucune fuite ne peut s’avérer véritablement efficace contre  elle. La source de la pulsion est l’organe somatique d’où elle provient. Les sources les  plus abondantes d’une telle excitation interne sont ce qu’on appelle les pulsions de  l’organisme, les représentants de toutes forces agissantes qui proviennent de l’intérieur  du corps et sont transférées vers l’appareil psychique. Les systèmes du corps interne  d’où émergent les pulsions sont entre autres : le système respiratoire : le souffle de vie,  pulsion de phonation, le système digestif, d’excrétion et génital.  ‐ le but est toujours la satisfaction qui ne peut être obtenu qu’en éliminant l’état de  stimulation à la source. L’excitation première étant saisie par l’appareil psychique  comme un déplaisir, le but de la pulsion sera toujours nécessairement, la suppression  totale ou partielle de l’excitation première.   ‐ l’objet de la pulsion est ce à quoi ou par quoi la pulsion peut atteindre son but, le moyen  qu’elle trouve pour faire baisser la tension. Cet objet est variable, et en un sens  indifférent à la source organique première. L’objet de la pulsion est important dans la  mesure où il permet l’expression ou l’évacuation, mais comme il n’est pas à l’origine de  l’inquiétude première, sa nature précise n’est pas cruciale.  ‐ la poussée est ce qui caractérise la nature de la pulsion, ce qui la définit. Elle est le  moteur interne qui exerce la pulsion vitale, une poussée constante et irrépressible. Freud  parle d’élan moteur.    Quand une stimulation continue interne, de source somatique, s’accumule au dessus d’un  Seuil, il faut évacuer ce trop plein d’activations. La poussée et l’origine de la pulsion ne sont pas  de l’ordre de la motricité, mais la réponse que le système donne à cette poussée afin d’arriver au  but de la pulsion est bien de l’ordre de la motricité et la mobilisation motrice qu’il faut y mettre  représente cette stimulation qui est a l’origine de la pulsion.  L’origine de la pulsion est somatique, mais la pulsion elle‐même est de nature mentale. Freud  parle de la pulsion comme d’un représentant mental du stimulus somatique, qui ne peut être  confondu avec la source somatique en soi.    Dynamique de la pulsion :    Les tissus signalent un dessèchement menant à une représentance au niveau psychique: la  pulsion de la soif (un contenu), ce contenu se fait représenter ou mettre en  forme. Les représentations de la représentance (de la pulsion) sont les plans d’action permettant  le déchargement de ces investissements. Ce sont des représentations très concrètes, adaptées au  sujet singulier, à son état et à son contexte, exemple : le cri de bébé, le fait de se prendre un verre  et de boire, la demande à l’autre d’un verre. Ces représentations sont des opérationnalisations  de la représentance. Tant la pulsion que sa représentance et ses représentants incitent à l’action, 

https://www.fichier-pdf.fr/2011/12/18/reponses-q-exams/

18/12/2011 www.fichier-pdf.fr

abrege psychanalyse freud 93%

A) Caractéristiques des pulsions Une pulsion c’est une force inconsciente, entre le psychisme et le somatique, qui oriente le sujet vers un certain objet pour lui donner de la satisfaction.

https://www.fichier-pdf.fr/2012/11/04/abrege-psychanalyse-freud/

04/11/2012 www.fichier-pdf.fr

Comment la voix vient aux enfants 91%

Jean-Michel Vivès∗ Voix, pulsion invocante et point sourd L’objet voix ne fait pas partie de la liste des objets pulsionnels établie par Freud, qui repéra essentiellement les objets oral (le sein), anal (les fèces), et phallique (le phallus).

https://www.fichier-pdf.fr/2013/08/15/comment-la-voix-vient-aux-enfants/

15/08/2013 www.fichier-pdf.fr

Pénélope 90%

Respectabilité d’un côté, de l’autre pulsion irrépressible d’assouvir des désirs à portée de main ?

https://www.fichier-pdf.fr/2017/03/16/penelope/

16/03/2017 www.fichier-pdf.fr

Plaisir,déplaisir 89%

Parfois une pulsion n’est pas compatible avec les autres, qui elles, sont capables de se joindre à l’unité englobante du moi.

https://www.fichier-pdf.fr/2011/11/16/plaisir-deplaisir/

16/11/2011 www.fichier-pdf.fr

UE 7 - Developpement psychoaffectif 87%

Affect et pulsion Affect : ... Pulsion :

https://www.fichier-pdf.fr/2012/08/19/ue-7-developpement-psychoaffectif/

19/08/2012 www.fichier-pdf.fr

Pour introduire la question du point sourd 85%

l’Autre et la pulsion invocante organisé par Unité Transversale de Recherches Psychogénèse et Psychopathologie EA 4403 de l’Université Parix XIII et l’Association Lacanienne Internationale à l’Hôpital Pitié Salepétrière les 26 et 27 novembre 2011.

https://www.fichier-pdf.fr/2013/08/19/pour-introduire-la-question-du-point-sourd/

19/08/2013 www.fichier-pdf.fr

TI 85%

6 Cette recherche débute par le constat d’une prégnance de la pulsion scopique à l’adolescence et particulièrement chez les adolescentes.

https://www.fichier-pdf.fr/2017/02/17/ti/

17/02/2017 www.fichier-pdf.fr

KAOS 85%

Une Pulsion (Alcool, Drogue, Sexe, Bagarre, Jeu, Vantardise, Piété...).

https://www.fichier-pdf.fr/2021/01/16/kaos/

16/01/2021 www.fichier-pdf.fr

Les principales theories du developpement de l enfant2 85%

(0-1 an) La pulsion sexuelle s’étaye sur l’alimentation, puis elle s’en détache rapidement car l’enfant recherche la succion pour elle-même.

https://www.fichier-pdf.fr/2017/03/12/les-principales-theories-du-developpement-de-l-enfant2/

12/03/2017 www.fichier-pdf.fr

Imaginarium v2 84%

Laissez-moi, j'ai vraiment besoin de souffler La Bete dans tous ses etats Vampire blessé Affamé(e) Besoin de chasse Vampire vaincu Apeuré(e) Besoin de fuite Pulsion ignorée Frustré(e) Besoin de défoulement Ancre perdue Traumatisé(e) Nervosité anormale Le Mens VS la Bete Ancres Pulsions • Lieux, objets, activités, personnes...

https://www.fichier-pdf.fr/2017/09/29/imaginarium-v2/

29/09/2017 www.fichier-pdf.fr

Fouchet Opt3 83%

      7/11/2011  Pratique clinique en institutions    Intervention de Pascal Nottet de l’institution PARHELIE pour enfants autistes et psychotiques    Au départ, Pascal Nottet est diplomé de philo et lettres. Il a ensuite commencé à travailler à  l’institution PARHELIE en tant qu’éducateur avant d’en devenir directeur pendant 20 ans.  Cette institution a été fondée en 1962 par des praticiens de terrain qui se sont rendu compte  qu’il  y  avait  beaucoup  d’enfants  qui  n’étaient  pas  du  tout  scolarisables.  Différentes  institutions ont dont vu le jour dans ce contexte : « Les Feux Follets », « La petite maison »,  «  les Goélands »,….   Les enfants y sont divisés en 3 groupes :  ‐ ‐ ‐ Les tout‐petits : < 6 ans  Les moyens : entre 6 et 12 ans  Les ados : de 12 à 18 ans.  Dans  l’équipe  ado,  il  y  a  +/‐  12  ados  pour  25  travailleurs.  Comment  ce  groupe  va‐t’il  s’organiser ?  Les textes fondateurs de Freud et Lacan ont une très grande importance, il faut être capable  de critiquer ces théories et de ne pas les oublier.  Avec  Freud,  on  parle  d’une  révolution  Copernicienne.  En  général,  on  pense  que  la  conscience  est  le  centre  de  la  pensée  et  qu’il  y  a  des  éléments  qui  tournent  autour.  Or,  certaines  personnes  nous  envoient  à  la  figure  que ce  n’est  pas  du  tout  comme  ça.  Pour  Freud, il n’est pas juste de mettre la conscience au centre. Pour lui, c’est l’inconscient qui est  au centre et le conscient tourne en orbite autour. Il y a des faits pour prouver cela mais ce  sont  des  faits  dont  on  peut  toujours  dire  qu’ils  ne  comptent  pas  (lapsus,  rêves,  actes  manqués,…).  Contre‐exemple  de  la  théorie  de  Freud :  aux  USA,  peu  avant  les  années  30,  l’industrie  du  tabac  est  en  mauvaise  posture  car  il  n’y  a  pas  assez  de  fumeurs.  Un  homme  va  se  rendre  compte que la moitié de l’humanité ne fume pas : les femmes. Cet homme est le neveu de  Freud et, en utilisant la psychanalyse pour mettre au point l’équation cigarette/phallus, il va  inventer le marketing. Aujourd’hui, tout le marketing est basé là‐dessus.    Dans l’institution PARHELIE, on ne va pas placer la conscience au centre de tout. Bien sûr, on  l’utilise  mais  on  ne  la  met  pas  au  centre  de  tout.  Il  s’agit  de  construire  politiquement  un        7/11/2011  espace  de  co‐responsabilité  depuis  la  place  que  l’on  fait  à  l’inconscient.  Il  s’agit  d’engager  consciemment sa responsabilité pour que l’inconscient reste ouvert.    Vignette clinique  Dans  l’institution,  une  ado  autiste  qui  ne  parle  quasiment  pas  fait  une  crise  violente  (cris,  morsures,…)  tous  les  matins  à  la  même  heure  et  au  même  endroit  de  la  maison.  Ça  se  produit toujours milieu de matinée dans le hall d’entrée.   Hypothèse  avancée :  difficulté  de  voir  entrer  autant  de  personnes  devant  elle  (personnel,  stagiaires,...) qui lui disent tous bonjour  elle se sent envahie par ces saluts.  Solution proposée : faire une place à cette jeune fille sans lui dire bonjour, sans s’adresser à  elle  de  manière  directe  mais  sans  l’ignorer  non  plus.  Par  exemple,  2  collègues  se  croisent  devant elle et se mettent à parler d’elle en disant « J’espère qu’elle a bien dormi, qu’elle va  bien,… ».  Résultat : après quelques semaines, les crises ont cessé et c’est elle‐même qui a commencé  à dire bonjour aux gens qu’elle croisait, même si elle les croisait plusieurs fois par jour. À ce  moment là, c’est elle qui s’est mise à rencontrer le personnel comme eux la rencontraient.  Grâce à cela, elle a pu faire comprendre à ses parents des choses qu’elle aimait et d’autres  non,…    elle  a  pu  montrer  qu’elle  pensait.  Il  y  a  quelque  chose  d’une  communauté  d’existence qui s’est mis en place grâce à cela.    Ces questions font le travail quotidien des travailleurs de l’institution. Le but est de sortir ces  jeunes de psychiatrie ; ils doivent donc être responsables de leur singularité.  La psychanalyse permet de ne pas dénier la pulsion mais de la prendre en charge de manière  responsable.  La  pulsion  serait  une  expression  de  ce  que  la  société  n’a  pas  su  entendre.  Il  n’existe pas d’être humain qui ne pense pas. Tout être humain peut devenir responsable de  la  pensée  dont  il  est  le  lieu.  Les  accompagnateurs  ne  sont  pas  responsables  à  la  place  de  l’autre mais aident l’autre à devenir responsable.  Lien social réellement humain.  Les  jeunes  autistes,  psychotiques  et  nous‐mêmes  sommes  sur  un  continuum.  La  question  politique est de reconnaitre ce continuum.  La défense des enfants autistes est de ne pas se mettre dans le lien social. Or, il y a toujours  du lien social. Fondamentalement, le lien social s’invente, il n’existe pas de lui‐même en tant  que tel. Il y a des liens sociaux programmés mais ils sont mortifères. Il ne faut pas décider à  l’avance de ce qui va pouvoir émerger. La teneur même du lien social est que sa vitalité tient  à une teneur de l’après‐coup. Quand le lien social se pense comme pré‐déterminé, c’est qu’il  est déjà mort.        7/11/2011  Selon Freud, si on considère la psyché comme un appareil, il est impossible de demander à  l’appareil  d’enregistrer  et  à  la  fois  d’être  conscient  de  ce  qu’il  se  passe.  Pouvoir  en  même  temps stocker en mémoire et percevoir a une limite. Il est impossible qu’un même système  psychique ait conscience de tout ce qu’il se passe et qu’il mémorise tout ça en même temps    Hypothèse de l’INCONSCIENT. L’inconscient est une mémoire dont la conscience n’a plus  conscience. Cette mémoire reste active bien qu’elle soit inconsciente.  Le  symptôme  est  le  lieu  de  cristallisation  problématique  de  toute  cette  mémoire  qui  ne  passe pas dans le lien social. Le symptôme suppose donc le travail d’une mémoire dont on  n’est  pas  conscient.  C’est  le  symptôme  et  son  invention  qui  vont  nous  forcer  à  devenir  conscient de cette mémoire. Il va nous obliger à devenir responsable du passé et du présent.  Le symptome vient dire que la mémoire « bugge ».  Il n’y a pas de pulsion sans mémoire. La pulsion, c’est l’énigme de la vie aux prises avec la  question de la mémoire.  La  pulsion  est  un  concept  frontière  entre  le  psychique  et  le  somatique.  Elle  nous  donne  la  mesure de l’exigence du travail que le psychisme doit faire parce qu’il est lié au corporel.       

https://www.fichier-pdf.fr/2012/03/07/fouchet-opt3/

07/03/2012 www.fichier-pdf.fr

Théories sexuelles freud 83%

suçotement « (succion voluptueuse) dt la finalité alimentaire est exclue » + Pulsion d'agrippement (p103).

https://www.fichier-pdf.fr/2011/11/16/theories-sexuelles-freud/

16/11/2011 www.fichier-pdf.fr

La peur de l'étranger 83%

C’est donc une question marquée par un ne rien vouloir savoir sur l’humain, particulièrement sur la pulsion de mort ou sur l’agressivité.

https://www.fichier-pdf.fr/2017/10/01/la-peur-de-l-etranger/

01/10/2017 www.fichier-pdf.fr

elisabeth-c-rei-txt-winnicot 83%

• D’une part, avec Freud, la pulsion sexuelle est considérée comme primaire, elle tire son origine de l’excitation des zones érogènes.

https://www.fichier-pdf.fr/2014/03/21/elisabeth-c-rei-txt-winnicot/

21/03/2014 www.fichier-pdf.fr

Art-thérapie donner existence auteur anonyme 83%

Le refoulement est une manière de traiter la pulsion grâce au déplacement et à la satisfaction ;

https://www.fichier-pdf.fr/2014/04/08/art-therapie-donner-existence-auteur-anonyme/

08/04/2014 www.fichier-pdf.fr

Psychologie du développement 83%

Sexualité infanile Vie afecive de l'enfant diférente de l'adulte ADULTE ENFANT Sexualité génitale Sexualité prégénitale But pulsionnel Coït, procréaion Rechch de plaisir, sensaions agréables Source pulsionnel Région génitale Parie du corps spéciique selon stade Objet pulsionnel Pulsion orientée vers l'extérieur Pulsion invesie dans le Moi C.

https://www.fichier-pdf.fr/2017/11/07/psychologie-du-developpement/

07/11/2017 www.fichier-pdf.fr

Extraits Eloge de la fuite Henri Laborit 82%

Pour agir, il faut être motivé et nous savons que cette motivation, le plus souvent inconsciente, résulte soit d'une pulsion endogène, soit d'un automatisme acquis et ne cherche que la satisfaction, le maintien de l'équilibre biologique, de la structure organique.

https://www.fichier-pdf.fr/2019/02/25/extraits-eloge-de-la-fuite-henri-laborit/

25/02/2019 www.fichier-pdf.fr

TD  82%

Si l’on a pas de tension, on existe pas (pulsion noire).

https://www.fichier-pdf.fr/2014/01/05/td/

05/01/2014 www.fichier-pdf.fr

Académie Grenoble 1 81%

La pulsion correspondant à ce stade va petit à petit trouver sa source non seulement dans la bouche mais aussi dans le tube digestif et d'une façon générale, les voies respiratoires et les organes sensoriels (stimulations liées aux voix, aux caresses, aux parfums, à la vue des êtres qui l'entourent...).

https://www.fichier-pdf.fr/2014/02/05/academie-grenoble-1/

05/02/2014 www.fichier-pdf.fr