Recherche PDF


Cet outil permet de trouver un fichier parmi les documents publics partagés par les utilisateurs de Fichier-PDF.fr.
Dernière mise à jour de la base de données: 11 mai à 01:55 - Environ 390000 fichiers indexés.

Afficher résultats par page

Réponses pour «tubaire»:



Total: 50 résultats - 0.124 secondes

Grossesse molaire tubaire à propos d’un cas rare 100%

Grossesse molaire tubaire : à propos d’un cas       ​ H. Fasla, K. Khabtou, M. Ennachit, K. Fichtali, M. El Karroumi   Service de gynécologie obstétrique « B » Maternité Lalla Meriem  CHU Ibn Rochd, Casablanca. Maroc      Résumé :    Les maladies trophoblastiques gestationnelles (MT) comprennent un large spectre de pathologies  allant des lésions précancéreuses bénignes, môle hydatiforme partielle et complète (respectivement  MP et MC), aux lésions malignes, môles invasives, choriocarcinomes et tumeurs du site  d’implantation ​ (1).​  L'incidence de la molaire hydatiforme est de 1 sur 1000­2000 grossesses. La  grossesse molaire tubaire elle est extrêmement rare.   Nous rapportant le cas d’une femme âgée de 28 ans, nullipare, ayant une infertilité primaire de 2 ans,  admise aux urgences pour des métrorragies avec des algies pelviennes. Le dosage de BhCG était  positif, une échographie endovaginale réalisée objective la présence d’une formation hypoéchogène  hétérogène latéro utérine multikystique avec un épanchement péritonéal de faible abondance et un  utérus vide. Il a été décidé de recontrôler le taux de  β­ hCG  après 48 heures et de réévaluer la  situation. Au bout de 48 heures ce taux était 85.000 Ul / ml. La patiente a présenté un tableau  clinique de GEU rompue. L’indication d’une laparotomie a été posée en urgence pour suspicion de  grossesse extra utérine rompue. L’exploration a trouvé une grossesse tubaire gauche rompue siège de  vésicules avec une trompe non conservable. Il a été décidé de réaliser une salpingectomie gauche.  L’histologie a démontré un tissu trophoblastique avec des caractéristiques compatibles avec une  grossesse molaire partielle. Les suites post opératoires étaient simples. Le contrôle de taux de BhCG  plasmatique était en régression avec une négativation au bout de 3 mois.     ​ Mots­clés :​  grossesse molaire extra­utérine, la grossesse tubaire, histopathologie, la gonadotrophine  chorionique humaine, la grossesse molaire  Summary :    Gestational trophoblastic disease (MT) include a broad spectrum of diseases ranging from benign  precancerous lesions, partial and complete hydatidiform mole (MP and MC respectively), malignant  lesions, invasive moles, choriocarcinoma and tumors of the implantation site (1). The incidence of  hydatidiform mole is 1 in 1000­2000 pregnancies. The molar tubal pregnancy is extremely rare.  We related the case of a woman aged 28 years, nulliparous, with primary infertility 2 years, admitted  to the emergency room for bleeding with pelvic pain. The assay was positive bHCG, a transvaginal  ultrasound performed objectively the presence of a heterogeneous hypoechoic formation latero  uterine multicystic peritoneal effusion with a low abundance and an empty uterus. It was decided to  retest β­ hCG levels after 48 hours and reassess the situation. After 48 hours the rate was 85,000 IU /  ml. The patient presented a clinical picture of ruptured ectopic pregnancy. The indication for  laparotomy was asked urgently for suspected ruptured ectopic pregnancy. Exploration found a tubal  pregnancy ruptured vesicles left seat with a non­retainable wrong. It was decided to make a left  salpingectomy. Histology showed a trophoblastic tissue with characteristics consistent with a partial  molar pregnancy. The postoperative suites were simple. Plasma bHCG rate of control was a  regression with negativation after 3 months.     ​ Keywords:​  molar ectopic pregnancy, tubal pregnancy, histopathology, human chorionic  gonadotropin, molar pregnancy        Introduction:    La môle hydatiforme (ou grossesse môlaire) est une anomalie rare de la ​ grossesse​ , définie par la  dégénérescence kystique des villosités ​ choriales​  associée à une prolifération ​ tumorale​  du  trophoblaste​ . Il n'y a, en général, pas d'embryon, et donc pas de grossesse vraie; on parle alors de  môle hydatiforme complète. Cependant, il arrive qu'un embryon se développe quand même, mais il  ne peut survivre; on parle alors de môle hydatiforme partielle. Dans ce cas, La survenance d'une môle  hydatiforme dans un site ectopique est très rare. Il est  important de différencier une môle  hydatiforme d'une grossesse extra­utérine, en particulier chez les femmes infertiles et surtout qui ont  une histoire de l'induction d'ovulation.​  (2)    Observation​  :     Mme F.R âgée de 28 ans, mariée, nullipare, ayant une infertilité primaire de 2 ans secondaire à un  Syndrome des ovaires poly kystiques (SOPK) qui consulte aux urgences pour des algies pelviennes  aigues associées à des métrorragies noirâtres, la patiente rapporte la notion de retard de règles de 2  mois. Le dosage de β­hCG était positif à 50 000 unités / ml. La grossesse a eu lieu après  l'utilisation  de Clomid 100 mg par jour pendant 5 jours. L’examen clinique trouve une patiente consciente, pale,  TA : 100/60 mmHg, FC : 110 battements / min, une température de 36,8 ° C, FR : 22 cycles / min,  l’abdomen était souple. Au toucher vaginal, le doigtier est souillé de sang noirâtre avec un col fermé  et un utérus rétroversé, la FIG était légèrement sensible. Pas du cri du douglas au TR. L’échographie  endovaginale réalisée a objectivé la présence d’une formation hypoéchogène hétérogène latéro  utérine multikystique mesurant 33 x 18 mm avec une fine lame d’épanchement au niveau du CDS de  Douglas. L’utérus était vide avec une épaisseur endométriale mesurée à 9 mm. ​ (Fig. 1,2)        Fig. 1,2 :​  Aspect échographique d’une masse latéro­utérine avec un utérus vide  Fig. 1.2:​  sonographic appearance of a latero­uterine mass with an empty uterus    Il a été décidé de recontroler le taux de  β­ hCG  après 48 heures et de réévaluer la situation.  Au bout de 48 heures ce taux était 85.000 Ul / ml. La patiente a présenté des algies pelviennes aigues  avec lipothymie et une hypotension à 09/05 Cmhg. Le TV objective du sang rougeâtre. Au TR :  présence du cri du douglas. Une échographie pelvienne réalisée en urgence a objectivé un  épanchement de grande abondance d’où l’indication d’une laparotomie en urgence pour suspicion de  grossesse extra utérine rompue. L’exploration a trouvé une grossesse tubaire gauche rompue siège de  vésicules avec une trompe non conservable. Il a été décidé de réaliser une salpingectomie gauche.  Les SPO étaient simples et la patiente a été déclarée sortante à J3 du post Op. L’étude histologique  était en faveur d’une mole hydatiforme partielle de localisation tubaire. Suite à ce résultat, un bilan  de mole hydatiforme a été réalisé avec contrôle de BhCG.          Fig. 3,4 :​  Aspect per­opératoire de la môle tubaire avec réalisation d’une salpingectomie   Fig. 3.4:​  Intra operative appearance of tubal mole with conducting a salpingectomy    Discussion :    La môle hydatiforme (ou grossesse môlaire) est une anomalie rare de la grossesse, définie par la  dégénérescence kystique des villosités choriales associée à une prolifération tumorale du  trophoblaste. ​ (3)​  Les môles résultent d'une anomalie de la fécondation avec excès de matériel  chromosomique paternel. La môle complète dérive de la fécondation d'un ovule anucléé par un ou  deux spermatozoïdes haploïdes. Son caryotype est 46XX (75% des cas) ou 46XY (25%). La mole  complète est caractérisée par une hyperplasie du trophoblaste associée à une dégénérescence  généralisée des villosités choriales et une absence de cavité amniotique et de tissu embryonnaire. La  môle partielle dérive de la fécondation d'un ovule normal par deux spermatozoïdes ou un  spermatozoïde anormal. Elle est caractérisée par une hyperplasie focalisée du trophoblaste, une  dégénérescence localisée des villosités choriales, un tissu embryonnaire identifiable. Le caryotype est  triploïde dans 99% des cas. ​ (4)​  Cette complication rare concerne 1 à 3 / 1000 grossesses. Les très  jeunes femmes, de moins de 20 ans et les femmes âgées entre 45 et 50 ans sont considérées comme  les 2 groupes à risques de grossesse môlaire. ​ (7)  Dans notre observation, le diagnostic évoqué est la GEU sur la base des signes fonctionnels  (aménorrhée secondaire, algie pelvienne aiguë et présence de métrorragies de sang noirâtre), des  facteurs de risque (infertilité sur des ovaires poly kystiques), des signes échographiques (masse  latéro­utérine gauche, utérus vide, lame  d’épanchement pelvien) et d'un taux de βHCG positif. Le  taux de βHCG anormalement élevé ou faible peut faire évoquer le diagnostic d'une grossesse môlaire  tubaire mais le diagnostic de certitude est posé après examen histologique de la pièce opératoire.  Dans la littérature, le diagnostic de choriocarcinome tubaire est une découverte histologique après  des interventions réalisées pour des tableaux cliniques variés. Il s'agit le plus souvent de GEU  rompues ​ (4,6 et 10)​ , mais d'autres diagnostics différentiels ont été évoqués : suspicion de kyste  ovarien tordu ​ (5),​  suspicion d'un fibrome pédiculé ou tumeur ovarienne ​ (11),​  tableau d'avortement  septique avec abcès tubo­ovarien en raison d'un contexte fébrile et la palpation d'une masse  annexielle ​ (12).​  Une association entre grossesse intra­utérine évolutive et CCT diagnostiquée 32 SA  dans un tableau d'hémorragie intrapéritonéale a été aussi décrite par Crips, en 1956. ​ (13)​  Bien que  l'apparition simultanée d'une grossesse intra­utérine et une grossesse molaire tubaire est rare, près de  40 cas de môle hydatiforme extra­utérine ont été rapportés dans la littérature ​ (9).    Types de môles hydatiformes :    Môle complète : ​ Elle dérive de la fécondation d’un ovule anucléé (sans noyau) par un ou deux  spermatozoïdes; dans cette forme, il n’y a jamais d’embryon, seulement du placenta qui prolifère  anormalement.    Môle partielle : ​ Elle dérive de la fécondation d’un ovule normal par deux spermatozoïdes ou un  spermatozoïde anormal; dans ce cas le placenta grossit également de façon anormale mais en plus  l’embryon se forme mal. La môle partielle est retrouvée dans 10 à 20% des avortements et est  responsable d’un arrêt du développement embryonnaire. ​ (8)    Diagnostic :    La grossesse môlaire s’identifie par des symptômes de grossesse amplifiés: saignements, nausées,  vomissements, gonflement abdominal, hausse du niveau de l’hormone de grossesse (HCG)… Le taux  de BhCG dans les grossesses molaires tubaires peut être légèrement inférieur aux taux des môles  intra utérines car l'implantation dans la trompe de Fallope pourrait empêcher une vascularisation  adéquate​ .  (14)​  Une grossesse môlaire complète est perceptible lors d’une échographie (Images en  grappe de raisin ou nid d’abeille caractéristiques, il n’y a ni cavité amniotique, ni embryon), mais une  grossesse môlaire partielle est plus difficile à diagnostiquer (le trophoblaste peut être focalement  lacunaire, souvent associé à un sac gestationnel, voire à un embryon).     Traitement :    Le traitement repose sur une salpingotomie ou une salpingectomie en fonction de l’état local de la  trompe. Le risque majeur de cette maladie est la constitution d’une tumeur maligne trophoblastique  gestationnelle de mauvais pronostic si elle n’est pas dépistée et traitée à temps. Ce risque est proche  de 10 à 15 % pour les môles complètes et de 0,5 à 3 % pour les môles partielles. Le traitement se fait  alors par chimiothérapie.​  (15)    Surveillance et pronostic :    Toutes les femmes ayant fait une grossesse môlaire doivent bénéficier d’une surveillance accrue,  hebdomadaire puis mensuelle, de leur taux de d’hormones de grossesse (HCG). Ce taux doit  redevenir négatif en général dans les 2 à 3 mois après l’évacuation du contenu. Néanmoins la  vérification du dosage se poursuivra pendant plusieurs mois selon les cas. Chez 90% des femmes ce  test passe complètement et définitivement en négatif sans aucun problème ultérieur. Après une môle  hydatiforme, une nouvelle grossesse est tout à fait possible même avec une seule trompe en cas de  salpingectomie, mais il est généralement conseillé d’attendre entre 6 mois et 1 an pour ne pas gêner  la surveillance. Cette nouvelle grossesse devra être très étroitement surveillée. Le risque de môle  hydatiforme lors d’une nouvelle grossesse est très faible: entre 0,5 à 1 %. Le délai pour débuter une  nouvelle grossesse est plus long lorsque la femme a dû subir un traitement chimiothérapique.    Références:    1. Centers for Disease Control and Prevention. Ectopic pregnancy— United States, 1990­92. MMWR Morb  Mortal Wkly Rep 1995;44: 46–8.  2. Soper JT HC. Gestational trophoblastic neoplasms. In: Scott DP Jr, Hammond CB, Spellacy WN, eds.  Danforth’s obstetrics and gynecology. Philadelphia: Lippincott, 1990:1141–55.  3. Jacobs PA, Szulman AE, Funkhouser J, Matsuura JS, Wilson CC. Human triploidy: relationship between  parental origin of the additional haploid complement and development of partial hydatidiform mole. Ann Hum  Genet 1982;46:223–31.  4. Depypere HT, Dhont M, Verschraegen­Spae MR, Coppens M. Tubal hydatidiform mole. Am J Obstet  Gynecol 1993;169:209–10.  5. Fisher RA, Paradinas FJ, Newlands ES, Boxer GM. Genetic evidence that placental site trophoblastic  tumours can originate from a hydatidiform mole or a normal conceptus. Br J Cancer 1992;65:355–8.  6. Bagshawe KD, Lawler SD, Paradinas FJ, Dent J, Brown P, Boxer GM. Gestational trophoblastic tumours  following initial diagnosis of partial hydatidiform mole. Lancet 1990;335:1074–6.  7. Hertig AT. Atlas of tumor pathology. Washington, D.C.: Mansell, 1956; section 9:33.  8. Hertig AT. Human trophoblast hydatidiform mole. In: Thomas CC, ed. Human trophoblast. Springfield,  1968.  9. Burton JL, Lidbury EA, Gillespie AM, Tidy JA, Smith O, Lawry J, et al. Over­diagnosis of hydatidiform  mole in early tubal ectopic pregnancy. Histopathology 2001;38:409–17.  10. Otto H. Concerning tubal pregnancy with special consideration of a case of tubal hydatidiform mole  [inaugural dissertation]. Grunwald, 1871.  11. Pschera H. Hydropic degeneration resembling hydatidiform mole in tubal pregnancy. Acta Obstet Gynecol  Scand 1989;68:275–6.  12. Chase JS, Check JH, Nowroozi K, Wu CH. First­trimester serum levels of the beta­subunit of human  chorionic gonadotropin in a tubal molar pregnancy. Am J Obstet Gynecol 1987;157:910.  13. Asseryanis E, Schurz B, Eppel W, Wenzl R, Vavra N, Husslein P. Detection of an atypical invasive mole in  an ectopic pregnancy by transvaginal color­flow Doppler. Am J Obstet Gynecol 1993;169:1656.  14. Chalmers JA. Hydatidiform mole in the fallopian tube. J Obstet Gynaecol Br Commonwealth  1948;55:322–34.  15. Adli AG. Hydatidiform mole in the fallopian tube. Int Surg 1976;61: 84–5.    

https://www.fichier-pdf.fr/2015/12/05/grossesse-molaire-tubaire-a-propos-d-un-cas-rare/

05/12/2015 www.fichier-pdf.fr

gyneco 98%

Poncelet L'endométriose ovarienne 291' Atteinte tubaire 301' Endométriose péritonéale superficielle 302 • Endométriose utérine ou adénomyose 302 • Endométriose pelvienne profonde 304 • Conclusion 321 CHAPITRE 11 Infections génitales et pathologie tubaire non inflammatoire 325 B.

https://www.fichier-pdf.fr/2011/09/29/gyneco/

29/09/2011 www.fichier-pdf.fr

Le voile du palais 92%

Faisceau tubaire 2.

https://www.fichier-pdf.fr/2010/07/14/9rgm9ib/

14/07/2010 www.fichier-pdf.fr

Embryologie; colle 1 92%

La fécondation a lieu en général a 1/3 interne de l'ampoule tubaire.

https://www.fichier-pdf.fr/2016/08/11/embryologie-colle-1/

11/08/2016 www.fichier-pdf.fr

HSG 88%

f GENERALITES Atteinte tubaire Atteinte pelvienne „ Atteinte uté utérine „ „ Principales indications „ Hypofertilité Hypofertilités „ Primaires „ Absolues / Secondaires uté utérines 2.

https://www.fichier-pdf.fr/2011/07/08/hsg/

08/07/2011 www.fichier-pdf.fr

Embryo - S1 86%

(sous l'influence de la progestérone) progestérone  Au niveau de la muqueuse tubaire :

https://www.fichier-pdf.fr/2016/07/16/embryo-s1/

16/07/2016 www.fichier-pdf.fr

2010 - Juin 75%

A propos de la grossesse tubaire, quelle est la proposition vraie ?

https://www.fichier-pdf.fr/2012/05/30/2010-juin/

30/05/2012 www.fichier-pdf.fr

2009 - Janvier 75%

A propos de la grossesse tubaire, quelle est la proposition vraie ?

https://www.fichier-pdf.fr/2012/05/30/2009-janvier/

30/05/2012 www.fichier-pdf.fr

Poly-reproduction-sept07 73%

Motricité tubaire et migration des œufs.................................................................................................

https://www.fichier-pdf.fr/2014/10/12/poly-reproduction-sept07/

12/10/2014 www.fichier-pdf.fr

Poly-reproduction-sept07 73%

Motricité tubaire et migration des œufs.................................................................................................

https://www.fichier-pdf.fr/2014/10/29/poly-reproduction-sept07/

29/10/2014 www.fichier-pdf.fr

Têteetcou1 72%

Tête et cou    9 cours de prévu, certains recoupent le tronc commun (cours 1 et 2 déjà fait ds le tronc commun, idem pour le rachis).    Crâne 3  L’OS FRONTAL :  Il est unique, étalé sur la base du crâne et sur la calvaria. C'est un os plat avec 2 corticales (table externe  et table interne) séparés par le diploé.   En vue endocrânienne : Le sinus aérien frontal se trouve au niveau de son toit. L’os frontal s’étale sur les  2/3  ant  de  l’étage  ant.  Les  3  os  participants  à  l’étage  ant :  l’os  frontal,  une  partie  du  sphénoïde  et  ds  l’échancrure éthmoïdale de l’os frontale on voit sortir l’endocrânien de l’os éthmoïde.   L'os  frontal :  il  y  a  2  zones  légèrement  surélevées :  les  bosses  orbitaires  (toit  de  l'orbite).  Sur  la  ligne  médiane l'éthmoïde sort ac l'ap verticale : l’ap crista galli et de part et d'autre la lame criblée de trous  par  laquelle  les  filets  du  nerf  olfactif  (I)  sortent  des  FN  pour  gagner  les  relais  du  SN.  En  arrière  on  reconnaît sur le sphénoïde le jugum du sphénoïde sur la portion ventrale du sphénoïde, la gouttière du  nerf optique, le relief du tubercule de la scelle (limite post de l’étage ant de la base) et les 2 petites ailes  du sphénoïde ac les ap clinoïdes ant.    LA CALVARIA :  Vue  endocrânienne :  Elle  correspond  au  relief  du  front,  on  retrouve  la  gouttière  du  sinus  veineux  longitudinal  sup  sur  laquelle  s’appose  le  sinus  veineux  et  de  chaque  coté  des  petits  trous :  les  granulations arachnoïdiennes, petits corpuscules de méninges ds lesquelles le LCS circule et sera résorbé.  On  retrouve  les  branches  ant  de  division  de  l'AMM,  responsable  des  hématomes  extraduraux.  L’os  frontal  participe  à  l'anneau  orbitaire  ac  2  expansions  qui  vont  le  fermer :  l’ap  orbitaire  latérale  et  l’ap  orbitaire médiale. A cette jonction calvaria/face on voit l'insertion des 2 os nasaux.  En  vue  exocrânienne  frontale :  On  voit  que  l'os  participe  bien  à  la  face,  avec  le  toit  orbitaire.  Sur  cet  anneau orbitaire : l'échancrure sus‐orbitaire par laquelle le nerf frontal (V1) sort vers le front et assurer  la sensibilité du territoire du front.    LES SINUS AERIENS FRONTAUX :  On voit les sinus aériens frontaux, asymétriques, de tailles très variable. Plus ils sont gros, plus il y a de  sinusites.  On  reconnaît  le  sommet  des  sinus  aériens  au  niveau  de  la  calvaria.  Ils  communiquent  ac  les  fosses  nasales  qui  réchauffent  l'air  et  l’extérieur,  à  travers  des  méats.  La  communication  ac  les  sinus  aériens  frontaux  se  fait  par  le  méat  moyen,  qui  draine  les  sinus  aériens  frontaux  et  les  cellules  éthmoïdales ant et le sinus aérien maxillaire.    L’ETHMOÏDE :  C’est un os de la face, des FN, participant à la constitution de l'orbite. C'est surtout un os de la face plus  que de la base, décrit souvent comme une balance.   Ses constituants :   • une  lame  horizontale :  la  lame  criblée  (droite  et  une  gauche)  formant  le  toit  des  FN  et  qui  apparaît dans l’échancrure éthmoïdale de l’os frontal  →  fracture  =  risque  d'infection  de  l'endocrânien  car  communication  des  FN  ac  le  secteur  endocrânien.   • De part et d’autre de cette lame criblée, une lame verticale qui a un secteur endocrânien : l’ap  crista galli sur laquelle se fixe une expansion de la dure mère, et un secteur endo‐nasal : la lame  perpendiculaire qui participe au septum nasal (ex cloison nasale) qui participe ac le vomer à la  cloison médiale.  De  chaque  coté  les  masses  latérales  de  l'éthmoïde  (2),  creusées  par  les  cellules  aériennes  de  l’éthmoïde  (ant  et  post)  qui  communiquent  ac  le  méat  moyen  pour  les  cellules  ant  et  dans  le  méat  sup  pour  les  cellules  post.  Ces  masses  latérales  forment  la  paroi  latérale  des  FN  (ou  labyrinthe éthmoïdal). La face superficielle de ces masses latérales entre ds la composition de la  paroi int de l'orbite ac la lame orbitaire (ex os planum) qui se continu en avant ac l'os lacrymal et  en arrière ac le sphénoïde.  En  vue  sup :  On  est  ds  le  secteur  endocrânien.  On  voit  la  lame  criblée,  horizontale,  surmontée  de  l'ap  crista galli. On a la portion médiale criblée de trous (passage des filets olfactifs qui viennent des FN pr  gagner la base du lobe frontal) et l'arrivée de 2 petits canaux par les cellules ethmoïdales aériennes : les  canaux  éthmoïdaux  ventraux  et  dorsaux  à  travers  lesquels  vont  passer  les  branches  du  nerf  nasal  (V1)  (contingent qui va aller innerver la partie haute des FN) et des artères éthmoïdales ventrales et dorsales  (petites branches des artères ophtalmiques).  => Seul os qui ne participe qu'à la base du crâne    L'OS PARIETAL :   Seul  os  qui  ne  participe  qu'à  la  calvaria.  Il  a  une  énorme  étendu  au  niveau  de  la  calvaria  et  occupe  le  sommet de la voute du crâne (vertex). Il y en a deux. Cet os est étalé entre l'avant ac la suture coronal et  l'arrière ac la suture lambdoïde et en haut par la suture longitudinale médiale.  Il  a  une  large  superficie  et  descend  plus  bas  que  les  lignes  courbes  temporales  sup  et  inf.  ces  lignes  courbes temporales participent à une dépression : la fosse temporale. La fosse temporale est constituée  de l’écaille du temporal, la partie déclive du pariétal sous les lignes courbes, la portion adjacente de l’os  frontal et la portion verticale de la grande aile du sphénoïde. Ds cette fosse temporale s'insert le muscle  temporal  (muscle  plat),  recouvert  de  son  aponévrose.  L'os  pariétal  peut  être  dédoublé  pr  combler  un  défect.    L'OS OCCIPITAL :  Il n'y en a qu'un, il participe à la calvaria et à la base du crâne. Il correspond au relief de la protubérance  occipitale qui marque la limite entre calvaria et base du crâne.   Limite calvaria/base du crâne :  • sur la ligne médiane : entre nasion et protubérance occipitale,   • latéralement :  toit  orbitaire,  bord  sup  de  l’os  zygomatique,  bord  sup  de  l'ap  zygomatique  du  temporal,  astérion  (convergence  suture  lambdoïde/suture  temporale),  ligne  qui  aboutit  à  la  protubérance.  Cet os occipital est fait de 3 parties :   • l'écaille occipitale : partie dorsale,   • les masses latérales occipitales : latéralement autour du foramen magnum, portant les surfaces  articulaires : condyles occipitaux,   • le corps occipital ou apophyse basilaire : partie ventrale.  Sur la vue exocrânienne on voit les condyles occipitaux qui vont reposer sur les faces sup de l'atlas.  Vue endocrânienne :   Elle  va  être  divisée  en  2  au  niveau  de  la  protubérance  occipitale  interne,  qui  est  en  regard  de  la  protubérance  occipitale  externe.  Cette  protubérance  marque  la  limite  entre  la  calvaria  et  la  base  du  crâne.  Tout  ce  qui  est  au  dessus  correspond  à  la  loge  cérébrale  et  de  part  et  d'autre  de  la  gouttière  osseuse  qui  se  divise  en  2 et  correspond  avec  les  lobes  occipitaux.  Cette  portion  est  divisée  en  2  en  regard de la gouttière de la suture longitudinale par la gouttière osseuse du sinus veineux longitudinal  supérieur, il est de plus en plus gros au fur et à mesure qu’il récolte les veines. Légèrement au dessus de  la protubérance occipitale interne il y a un collecteur veineux. Ce sinus veineux longitudinal sup se divise  • en  2  courants  veineux relativement  asymétriques  dans  leur  taille  :  les  sinus  veineux  latéral  droit  et  gauche, le sang veineux gagne les 2 futures effecteurs veineux.  Cette vue endocrânienne est divisée en 2 lobes droit et gauche pour les 2 lobes occipitaux du cerveau  sous  les  gouttières  osseuses  on  a  2  logettes  du  cervelet :  les  fosses  cérébelleuses  du  cervelet  droit  et  gauche. Sous cette gouttière du sinus veineux latéral on est ds le secteur postérieur de la base du crâne.  En  avant  on  va  remonter  ds  le  versant  ventral  ac  la  gouttière  basilaire  de  l’ap  basilaire,  qui  va  faire  le  versant ventral de l’os occipital.  Le secteur exocrânien :  Il  regarde  en  arrière  ac  la  protubérance  occipitale  externe,  avec  de  part  et  d’autre  des  lignes  courbes  nuchales  sup  et  inf,  de  part  et  d'autre  d'une  crête  médiale  qui  descend  vers  le  foramen  magnum.  Sur  cette portion déclive de l'os pariétal s'insèrent les muscles de la nuque.   Il y a 4 plans musculaires : le plus superficiel sur la ligne médiane, représenté par le trapèze qui s’insert  sur la ligne courbe nuchale sup, sur le coté on a un fragment du sterno‐cléido‐mastoïdien qui déborde  sur l’os occipital.    LE FORAMEN MAGNUM :  Sur la vue du foramen magnum on a en arrière l'écaille occipitale, latéralement les deux masses latérales  ac  un  petit  conduit :  le  canal  condylien  ventral  (en  avant  du  condyle  occipital)  par  lequel  sort  le  nerf  hypoglosse (XII). L'ap basilaire remonte sur le versant ant et est déprimé en gouttière sur laquelle l'artère  basilaire émet son empreinte.      Crâne 4  LES CAVITES DE L'OREILLE :  L’os temporal est creusé des cavités de l'oreille avec des structures sensorielles :  • pour l'audition : la cochlée (ex limaçon), ac le nerf cochléaire, partie du VIII  • pour  l’équilibre :  le  vestibule,  coiffé  d’antennes  dans  les  3  plans  de  l’espace :  les  canaux  semi‐ circulaires, remplis de liquide.  • le  nerf  facial  traverse  la  pyramide  pétreuse  et  chemine  ds  un  conduit  propre :  l'aqueduc  de  Fallope.    L’OS TEMPORAL :  On replace les 3 constituants de l'os temporal :  • l'écaille  • la pyramide pétreuse (ou rocher) ac sa pointe en avant et sa base est renforcé par un contingent  de l'écaille, l'ensemble formant la mastoïde  • l'os tympanal : en forme de demi‐cornet.  En  vue  exocrânienne  on  a  le  conduit  superficiel  du  conduit  auditif  externe.    On  peut  voir  l’ap  zygomatique qui vient de l’écaille et qui se connecte ac l’os zygomatique. Le pent horizontal marque la  limite base/calvaria.    LES 3 OREILLES :  Ces cavités sont cloisonnées en 3 parties :   • oreille externe (ou superficielle), ac une structure cartilagineuse qui collecte les sont : le pavillon,  qui entoure l’orifice du CAE,   • oreille  moyenne,  ac  au  centre  la  caisse  du  tympan  qui  contient  les  osselets,  en  arrière  ds  la  mastoïde :  des  cellules  aériennes  mastoïdiennes  qui  communiquent  ac  les  FN  via  le  conduit  • tubaire (ex trompe d'eustache),   oreille  interne,  où  se  situe  les  2  récepteurs  périph  sensoriels :  la  cochlée  et  le  vestibule,  d'où  partent les nerfs cochléaire et vestibulaire qui en se collant constitueront le nerf auditif (VIII), qui  sort par le CAI.    COUPE DE L’OREILLE : *****  Coupe transversale qui passe par le CAE et le CAI (qui sont ds le même plan). On voit l'oreille externe ac  le pavillon qui collecte les sons et le CAE ac au fond une membrane : la membrane du tympan qui vibre  par les sons collectées et transmet des vibrations à l'oreille moyenne. La membrane du tympan est à la  fois le fond de l’oreille externe et la partie latérale membraneuse de l’oreille moyenne, au niveau de son  segment moyen. Au milieu de l’oreille moyenne, on est ds la caisse du tympan ac un toit (étage moyen  de la base du crane). Il y a les osselets : le marteau ds le manche est fixé sur la mb du tympan et qui tape  sur l'enclume qui transmet les sons à l'étrillé dont la base adhère à une autre mb au niveau de la fenêtre  ovale.  Les  sons  vont  être  transmis  par  la  chaîne  des  osselets  à  l’oreille  interne  via  des  structures  liquidiennes :  l'endolymphe,  qui  transmet  les  vibrations  aux  récepteurs  sensoriels  et  donner  des  renseignements sur l’équilibre et sur l’audition à la cochlée et au vestibule (aussi remplis d’endolymphe).  Les infos sont transmises aux nerfs cochléaire et vestibulaire, qui sont accolés et forment le nerf auditif.  Vue latérale ac les 3 os de l'os temporal en place :  On coupe l’oreille, on a enlevé la mb du tympan et la chaine des osselets, on voit la paroi profonde de  l’oreille moyenne avec un orifice d’entrée : la fenêtre ovale, et un orifice de sortie : la fenêtre ronde
. Les  ondes  rentrent  par  la  fenêtre  ovale  et  le  liquide  va  distendre  la  mb  de  la  fenêtre  ronde,  (espèce  de  soupape) pour dissiper la pression. On a pénétré dans la caisse du tympan avec en haut la fenêtre ovale,  en dessous la fenêtre ronde et le conduit osseux du nerf facial (VII) : l’aqueduc de Fallope. Cette oreille  moyenne s’étend d’avant en arrière. En arrière on est ds la mastoïde, ds laquelle sont situées les cellules  aériennes mastoïdiennes qui communiques ac la caisse du tympan et ac les FN par le conduit tubaire pr  équilibrer les pressions entre ce qui est à l'intérieur et ce qui est à l'extérieur pour éviter les ruptures du  tympan. On voit également un conduit osseux propre : le conduit osseux carotidien dans lequel chemine  l’artère  carotide  interne  dans  son  segment  intrapétreux  et  qui  va  sortir  par  la  pointe  du  rocher  par  le  foramen lacéréum, avant de gagner son secteur latéro‐sphénoïdal.  Qd on enlève le tympanal : On voit un peu plus l'oreille moyenne ac la caisse du tympan, l'entrée par la  fenêtre  ovale,  la  sortie  par  la  fenêtre  ronde,  l'aqueduc  de  Fallope  disposé  ds  l'épaisseur  de  la  paroi  interne de l’oreille moyenne. La caisse du tympan communique ac les FN par le conduit tubaire qui en  avant d’osseux devient membraneux pr gagner le naso‐pharynx, il passe en superficie du conduit osseux  de la carotide interne.    COUPE DE L’OS TEMPORAL AU NIVEAU DE L'OREILLE MOYENNE : ****  On a les 3 secteurs de l'oreille moyenne : la caisse du tympan ac les 2 orifices, l'aqueduc de Fallope ac un  trajet  horizontal  et  vertical,  il  passe  sous  l'une  des  3  antennes  du  vestibule :  le  canal  semi‐circulaire  horizontal.  Cette  portion  du  trajet  de  l’aqueduc  de  Fallope  s’appelle  la  portion  tympanique,  ensuite  le  nerf  facial  descend  à  nouveau  verticalement  (trajet  mastoïdien)  et  il  sort  en  exocrânien  au  contact  de  l’ap styloïde par le trou stylo‐mastoïdien.   En avant : la gouttière tubaire qui est rapidement membraneuse en extrapétreux et ensuite la partie post  qui comprend un orifice d'entrée dans ses cavernes cellulaires aériennes : orifice d’entrée dans l’antre.  La  portion  post  de  l’oreille  moyenne  est  composée  de  l’entrée  de  l’antre,  de  l’antre  et  des  cellules  mastoïdiennes qui ont pour fonction d’amortir les ondes sonores. Ce sont des cellules de communication  de  l’air,  il  y  a  dc  des  possibilités  d’infections.  On  voit  au  niveau  du  sommet  de  la  pyramide  pétreuse  l’orifice de sortie de la carotide interne par le foramen lacéréum.    LE CONDUIT AUDITIF INTERNE ET SON CONTENU :  On  se  met  au  niveau  intracrânien  et  on  regarde  l'oreille  interne  ac  cochlée  et  vestibule :  on  est  sur  l'orifice  de  l'oreille  interne  (=méat  acoustique  interne),  à  cet  orifice  fait  suite  un  conduit  ds  lequel  les  nerfs viennent et aboutissent à la cochlée et au vestibule ac 3 antennes :   • verticale : canal semi‐circulaire supérieur,  • horizontale : canal semi‐circulaire externe,  • postérieur : canal semi‐circulaire postérieur.  La cochlée et le vestibule sont remplis de liquide ac une muqueuse et des cils qui sont ébranlés par les  ondes  sonores  qui  sont  transmis  sous  forme  de  sons  ou  de  message  orienté.  Dans  cet  orifice :  des  paquets vasculo‐nerveux auditifs, composés d'1 nerf mixte : nerf facial (VII) et de 2 nerfs sensoriels : le  nerf cochléaire et le nerf vestibulaire qui forment le nerf auditif (VIII), et d'une artère : l’artère auditive  interne. Le paquet vasculo‐nerveux est divisé en cadrans :   • contingent ventral sup : composé du nerf facial  • contingent ventral inf : composé du nerf cochléaire  • contingent dorsal (sup et inf) : composé du nerf vestibulaire.  Le  trajet  du  nerf  facial :  il  a  un  trajet  horizontal  entre  cochlée  et  vestibule :  segment  labyrinthique,  ensuite  il  a  un  trajet  transversal  à  angle  droit passant  sous  le  canal  semi‐circulaire  horizontal  dans  la  caisse du tympan : secteur tympanique et un nouvel angle droit avec un segment descendant : secteur  mastoïdien.    LA PYRAMIDE PETREUSE :  Sur une vue globale de la pyramide pétreuse sur son ensemble :  Elle a un sommet avec le passage de la carotide interne (grand courant artériel intracrânien). Le grand  courant veineux intracrânien passe à droite et à gauche par la gouttière osseuse du sinus latéral et fait  son  encoche  sur  la  base  de  la  mastoïde.  Topographie  du  CAI :  la  face  inférieure  du  rocher  donc  appartenance à l’étage post de la base du crâne. On voit en fuite le trajet du nerf facial.      Le rachis cervical : rappels  Le  rachis  cervical :  rachis  hyper  mobile  dc  usure.  Il  y  a  7  vertèbres  cervicales  avec  8  paires  de  nerfs  cervicaux. Originalité : l'artère vertébrale. Le rachis cervical est à sa partie sup un rachis transitionnel, C1  et C2 sont atypiques et C3 à C7 sont classiques. C7 a une ap épineuse saillante (= ap saillante).  La  grosse  ap  épineuse  de  C2  est  palpable  avec  beaucoup  d’insertions  musculaires  et  ensuite  la  1ere  vraiment palpable est C7.  Originalité du rachis cervical : l'artère vertébrale qui nait de l'artère sous‐clavière et pénètre à partir de  C6 dans les vertèbres, puis a un trajet horizontal avant de pénétrer en intracrânien.  Originalité qu'on peut voir de tps en tps : une côte cervicale au niveau de C6 ou C7. C’est des ébauches  de côtes avec un risque de compression des nerfs du plexus brachial.     

https://www.fichier-pdf.fr/2014/12/28/teteetcou1/

28/12/2014 www.fichier-pdf.fr

Colle 3 CORRECTION 71%

AD B- L’arcade ovarique dans le mésovarium L’arcade tubaire dans le mésosalpinx C- artérioles de 1er ordre, qui donnent des artérioles spiralées de 2ème ordre puis des artères de 3ème ordre.

https://www.fichier-pdf.fr/2011/03/30/colle-3-correction/

30/03/2011 www.fichier-pdf.fr

Colle 3 CORRECTION 71%

AD B- L’arcade ovarique dans le mésovarium L’arcade tubaire dans le mésosalpinx C- artérioles de 1er ordre, qui donnent des artérioles spiralées de 2ème ordre puis des artères de 3ème ordre.

https://www.fichier-pdf.fr/2011/03/30/colle-3-correction-1/

30/03/2011 www.fichier-pdf.fr

ecurie supplementaire anat histo 70%

Les cellules ciliées et sécrétantes de la muqueuse tubaire sont hormono-dépendantes.

https://www.fichier-pdf.fr/2011/05/15/ecurie-supplementaire-anat-histo/

15/05/2011 www.fichier-pdf.fr

CAT devant une anomalie radiologiquedef2011 en 2 68%

• Matité ± franche • Diminution du murmure vésiculaire • Exagération des V V • Souffle tubaire • Râles crépitants ou sous crépitants 3 Service de Pneumologie CHU Hassan II 4 1/Opacité alvéolaire non rétractile  Contexte infectieux Pneumonie aigüe communautaire Service de Pneumologie CHU Hassan II aigü:

https://www.fichier-pdf.fr/2011/09/22/cat-devant-une-anomalie-radiologiquedef2011-en-2/

22/09/2011 www.fichier-pdf.fr

CRANE 4 68%

Les 3 oreilles • Oreille externe (pavillon,cae) • Oreille moyenne (caisse du tympan-les osselets ,cellules mastoïdiennes,gouttière tubaire ) • Oreille interne (cai,cochlée,vestibule)

https://www.fichier-pdf.fr/2014/12/27/crane-4/

27/12/2014 www.fichier-pdf.fr

urgences gyneco FOSK 2016 68%

90% • Aménorrhée : 70% 80 % tubaire ampullaire

https://www.fichier-pdf.fr/2016/10/04/urgences-gyneco-fosk-2016/

04/10/2016 www.fichier-pdf.fr

19597d6c-7ffc-41ba-90cd-adf7d907eca5 68%

stérilisation tubaire, atcd GEU, FIV… • Localisation :

https://www.fichier-pdf.fr/2018/02/17/19597d6c-7ffc-41ba-90cd-adf7d907eca5/

17/02/2018 www.fichier-pdf.fr

Cours N°3 Médecine Périnatale 67%

Ttt hormonal pour les troubles de l’ovulation, ttt chirurgical en cas d’obstacle tubaire mais aussi de fécondations artificielles :

https://www.fichier-pdf.fr/2015/01/18/cours-n-3-medecine-perinatale/

18/01/2015 www.fichier-pdf.fr

Cab - Affichage tarifs 66%

BILAN ORTHOPHONIQUE Bilan de la déglutition et des fonctions oro-myo-fonctionnelles Bilan de la phonation Bilan de langage oral et/ou d’aptitudes à l’acquisition du langage écrit Bilan du langage écrit Bilan de la dyscalculie et des troubles du raisonnement logico-mathématiques Bilan des troubles d’origine neurologique Bilan du bégaiement Bilan du langage dans le cadre des handicaps moteurs, sensoriels ou mentaux (inclus surdité, IMC, autisme, maladie génétique) Bilan de renouvellement AMO 16 AMO 16 AMO 24 AMO 24 AMO 24 AMO 30 AMO 30 AMO 30 40€ 40€ 60€ 60€ 60€ 75€ 75€ 75€ Décote de 30 % par rapport au bilan initial REEDUCATION INDIVIDUELLE, PAR SEANCE DE 30 MINUTES, SAUF MENTION CONTRAIRE Articulation sans trouble neurologique Articulation due à une déficience organique ou perceptive Déglutition Rééducation tubaire Rééducation dans le cadre des anomalies des fonctions oro-faciales avec trouble de l’articulation et de la parole Ecriture Rééducation des troubles de la voix Rééducation des troubles du langage écrit :

https://www.fichier-pdf.fr/2012/10/18/cab-affichage-tarifs/

18/10/2012 www.fichier-pdf.fr

Cab - Affichage tarifs 66%

BILAN ORTHOPHONIQUE Bilan de la déglutition et des fonctions oro-myo-fonctionnelles Bilan de la phonation Bilan de langage oral et/ou d’aptitudes à l’acquisition du langage écrit Bilan du langage écrit Bilan de la dyscalculie et des troubles du raisonnement logico-mathématiques Bilan des troubles d’origine neurologique Bilan du bégaiement Bilan du langage dans le cadre des handicaps moteurs, sensoriels ou mentaux (inclus surdité, IMC, autisme, maladie génétique) Bilan de renouvellement AMO 16 AMO 24 AMO 24 AMO 24 AMO 24 AMO 30 AMO 30 AMO 30 40€ 60€ 60€ 60€ 60€ 75€ 75€ 75€ Décote de 30 % par rapport au bilan initial REEDUCATION INDIVIDUELLE, PAR SEANCE DE 30 MINUTES, SAUF MENTION CONTRAIRE Articulation sans trouble neurologique Articulation due à une déficience organique ou perceptive Déglutition Rééducation tubaire Rééducation dans le cadre des anomalies des fonctions oro-faciales avec trouble de l’articulation et de la parole Ecriture Rééducation des troubles de la voix Rééducation des troubles du langage écrit :

https://www.fichier-pdf.fr/2012/10/19/cab-affichage-tarifs/

19/10/2012 www.fichier-pdf.fr

CAT devant une opacité alvéolaire 3 par page 65%

• Matité ± franche • Diminution du murmure vésiculaire • Exagération des V V • Souffle tubaire • Râles crépitants ou sous crépitants 1/Opacité alvéolaire non rétractile Service de Pneumologie CHU Hassan II Evoquer surtout une PAC  Rechercher un contexte clinique évocateur:

https://www.fichier-pdf.fr/2012/09/16/cat-devant-une-opacite-alveolaire-3-par-page/

16/09/2012 www.fichier-pdf.fr

CAT devant une opaciyé alvéolaire 65%

• Matité ± franche • Diminution du murmure vésiculaire • Exagération des V V • Souffle tubaire • Râles crépitants ou sous crépitants 1/Opacité alvéolaire non rétractile Service de Pneumologie CHU Hassan II Evoquer surtout une PAC  Rechercher un contexte clinique évocateur:

https://www.fichier-pdf.fr/2013/10/30/cat-devant-une-opaciye-alveolaire/

30/10/2013 www.fichier-pdf.fr

18-appareil-génital-femelle 65%

- Un bord libre. - Une extrémité tubaire.

https://www.fichier-pdf.fr/2017/02/23/18-appareil-genital-femelle/

23/02/2017 www.fichier-pdf.fr