3 prems .pdf


Nom original: 3 prems.pdfTitre: Mise en page 1 (Page 1)

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par QuarkXPress(R) 7.31 / Acrobat Distiller 8.2.6 (Macintosh), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 23/03/2011 à 11:50, depuis l'adresse IP 90.16.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 980 fois.
Taille du document: 1.2 Mo (3 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Le cahier
de la
dynamique
locale

- SUPPLÉMENT GRATUIT AU N°11 D’INFO ECO DU VENDREDI 18 MARS 2011 -

L’essentiel
Commerce local
Le Moulin à café
passe à table
En avril, Jean-Emile Boffeli
proposera des cours de cuisine.
PAGE 3

Commerces, entreprises, artisanat

Gourmandises
et plaisirs à la carte

Des hommes
et des territoires
Cœur d’agglo
vu par ses acteurs
Dossier spécial sur
la place Leclerc. PAGES 4 ET 5

Gastronomie
Les étoilés
de la Vienne
Découvrez le portrait des trois
grands chefs du département.
PAGES 5 ET 6

Tourisme
Le Futuroscope
n’a pas d’âge !
A 10 ou 55 ans, le parc de loisirs
attire toujours autant de
visiteurs. PAGE 6

férée
Attraction pré

des visiteurs

Qui sont ces femmes et ces hommes qui rythment l’économie au quotidien. Nous les rencontrons sans
vraiment savoir qui ils sont. A travers ce cahier mensuel découvrez-les sous un autre angle et
comprenez pourquoi ils s’investissent dans le développement du territoire de la Vienne.

INFO-ECO 2 LE CAHIER DE LA DYNAMIQUE LOCALE
I 2 I Info-éco 2 Mars 2011
EDITO

L’ÉCO EN BREF ...

Le journal dont
vous êtes les acteurs

Que s’est-il passé ce mois-çi ?

La première édition de notre supplément
Info-éco 2 a connu un accueil positif de la
part des lecteurs. La volonté de notre rédaction de donner la parole à celles et ceux qui
font la vie locale a été très appréciée. Notre
quotidien évolue. Info-éco 2 analyse avec
vous et pour vous tous les changements qui
se déroulent devant votre porte.
Info-éco 2 vous présente aussi les acteurs de
la dynamique locale. Ce mois-ci nous sommes allés à la rencontre de commerçants qui
font bouger leur ville. Entre le temps d'un
café et le choix d'un parfum, nous vous invitons à flâner entre les rayons de la très jolie
librairie « La Belle Aventure ».
Nous faisons aussi le point sur les travaux
du centre-ville de Poitiers, en plein bouleversement. Un nouveau cœur pour la cité
qui fera sans doute demain la fierté des habitants. Le député-maire Alain Claeys apporte
ici des précisions qui feront plaisir aux professionnels.
Nos journalistes ont également poussé la
porte de quelques restaurants « étoilés » de
la Vienne. Sortie récente du Michelin oblige.
Des idées week-ends en perspective. Pour
terminer nous avons pris le pouls des visiteurs, petits et grands, du Futuroscope. Ils
étaient encore sous le choc mais heureux.
Bonne lecture à tous. ◆
LA RÉDACTION

Retrouvez dans chaque numéro un blog poitevin, invité de la rédaction.

Directeur de la Publication : Roger Anglument
Responsable de la rédaction : Lydia De Abreu
(l.deabreu@publicmedia.fr)
Rédaction : la rédaction d’InfoEco et nos correspondants en
région. Mise en page : La rédaction
Rédaction - Abonnement : 48 rue Jean Jaurès, 86000 Poitiers Tél : 05 49 42 74 30 - info@publicmedia.fr.
Publicité : Com West 2.
Tél : 05 49 47 79 68.

Agroalimentaire
❒ Avec le soutien de la Région,

des agriculteurs de la Charente
ont créé l’association « Vous
avez dit fermiers ? » destinée à
promouvoir leurs propres productions. Parmi leurs projets : la
création d’une boutique de
vente de leurs produits, des
activités buffets fermiers, la
vente de colis aux entreprises.

Bien-être et loisirs

❒ La commune de Jonzac (17) et

la société Léa Nature lancent
une nouvelle marque de
dermo-cosmétiques comprenant 25 produits biologiques à
base d'eau thermale de Jonzac.
❒ Succès total du 38e festival

de la bande dessinée à Angoulême. Quatre jours durant, il a
rassemblé 200 exposants et une
foule de lecteurs et de collectionneurs de BD.
❒ Le lancement de la 24e saison

du parc du Futuroscope a été
l’occasion pour le journaliste
scientifique Michel Chevalet
d’inaugurer « Ma maison pour
Agir », une maison à ossature

bois qui démontre que le développement durable au quotidien est compatible avec le
confort et la modernité.

Entreprises
❒ La société pictave Osmosis
Network exporte au MoyenOrient et en Asie pour le
compte de PME du Poitou-Charentes. Elle vend entre autres
des produits laitiers pour le
GLAC et des cométiques pour
Léa Nature.
❒ L’entreprise Lol design à Neuville-du-Poitou conçoit,
fabrique et vend du mobilier
intérieur ou extérieur, interactif
et évolutif, pour enfants et
adultes à l’usage résidentiel et
tertiaire.

Internet
❒ Le réseau social monreseaubusiness exclusivement dédié
aux professionnels du PoitouCharentes et lancé par votre
journal Info-Eco et la société
Wom Up rencontre un franc
succès. L’objectif est d’inviter
les professionnels, dans le cadre
de leur travail, à mieux communiquer pour faire du business
ensemble. Ce service est gratuit,
il est possible d’y accéder via
son compte facebook, viadéo,
linkedin…

tes Innovation Valley, Etincel,
l’incubateur d’entreprises du
Poitou-Charentes compte déjà
une centaine de membres sur
son site : 35 PME, PTE, start-up,
en quête d’innovation et de
croissance et 65 cadres (futur
business) qui souhaitent s’investir dans le développement, la
recherche de débouchés et de
partenaires potentiels au profit
de ces mêmes entreprises.
❒ L’entreprise It’s Art, installée à
Niort, est un site internet d’informations dédié au milieu des
arts graphiques. Il présente des
images, des vidéos, des esquisses de films ou d'animation souvent en avant-première.

Transports publics
❒ Le Grand Poitiers est labellisé
par le Grenelle de l’environnement pour son projet de création de sites et de stations de
bus à haut niveau de service
(BHNS) et pour la réalisation du
viaduc des Rocs. A la clef 2,93 M
d’¤ de subventions de l’Etat.

Nouvelles technologies
❒ Six mois après le lancement

❒ La société Irec Ticketing Tech-

du programme Poitou-Charen-

nology installée à Jaunay-Clan

est spécialisée dans la gestion
des sites à droits d’entrées
accueillant du public (loisirs, cultures, parc à thèmes… dont le
Futuroscope). Elle réalise les
réservations, le contrôle de la
billetterie, les outils d’analyse des
déplacements des visiteurs et
des flux financiers, en temps
réel. ITT occupe 85 % du marché
en France et dispose de 750 sites
à droits d’entrées dans le
monde. L’entreprise cherche à
prendre un nouveau secteur :
l’hôtellerie.
❒ Actisens à Jaunay-Clan, agence

de communication multimédia
créé la conception et le développement d’applications pour
les systèmes d’exploitation
iPhone et iPad et les fonctionnalités désirées par ses clients, sous
le système d’exploitation Apple.
❒ L’entreprise chinoise ZTE, un

des plus importants groupes de
téléphonie du monde et développeur de la 4G, va se développer sur la technopole du Futuroscope. Le projet de construction
s’étend sur une zone de 6 ha
(dont un ha bâti) pour un coût
de 80 à 100 M d’¤. A terme,
250 à 300 emplois devraient être
crées. Des contrats de coopération seront signés avec des
entreprises locales et avec l’Université de Poitiers.

INFO-ECO 2 LE CAHIER DE LA DYNAMIQUE LOCALE
I 3 I Info-éco 2 Mars 2011
COMMERCE - TORRÉFACTION - POITIERS

PARFUMERIE - POITIERS

“Le Moulin à café” nous fait voyager

Une heure exquise !

S’il y a des sensations évidentes en
ce lieu, ce sont celles du plaisir des
sens. Le Moulin à café est une litanie
de senteurs avant l’assaut visuel de
détails aussi colorés que parfumés.

I

ci, règnent en souverain les grains de café,
les feuilles de thé et les
fèves de cacao sous le
regard attentif du maître
des lieux Jean-Emile Boffelli. Torréfacteur par passion et grand consommateur de boissons chaudes,
même s’il confesse également être amateur des
produits de la vigne !
Bienvenue dans l’antre
du Moulin à Café, non loin
de la place Notre-Dame, au
191, de la Grand’rue ; au
carrefour des voyages gustatifs savamment distillés
par les arômes délicats des
thés et cafés des continents lointains et mal
connus.

Toucher, sentir, goûter
Installé depuis 30 ans à
Poitiers, Jean-Emile Bofelli
avoue avoir eu plusieurs
vies avant d’opter pour
celle « d’explorateur de
goût ». Sup de Co’, représentant en sous-vêtements puis en matériel de
bureaux, il fut aussi agent

d’assurances avant de
gérer une boutique de vins
puis de gadgets et souvenirs. Grand voyageur, à la
recherche d’un métier épanouissant, il finit par allier
un féroce appétit épicurien
à une démarche intellectuelle consistant à « faire
concurrence aux plus gros ».
Le pari était risqué mais
l’homme était de taille. La
preuve : « En 20 ans je suis
devenu le plus important torréfacteur de la région -70 tonnes de cafés/an vendues en
commerce de gros- avant de
revendre » pour savourer
une vie moins stressante
mais tout aussi suave que
l’arôme d’un arabica. De
torréfacteur au cœur de la
ville, il s’est érigé en pédagogue auprès d’une clientèle curieuse des saveurs
d’ailleurs, non formatée
par les normes industrielles de la consommation de
masse.
Au Moulin à Café, on
prend le temps de respirer
les effluves du café torréfié qui ne prendra sa puis-

Jean-Emile Bofelli.

sance olfactive que dans
les 24 h suivantes. On discute de l’achat d’un thé
parfumé au jasmin ou des
149 autres variétés de thés
blancs, noirs ou verts, en
fonction de ses essences
délicates, de ses qualités
gustatives incomparables
ou bien l’on déguste simplement le café du mois
dans la salle jouxtant la
boutique, cosy, et suffisamment ambivalente
pour marier l’ambiance
d’un salon de thé à celle
d’un comptoir en zinc.

Philosophie du plaisir
A écouter Monsieur Jean
(comme disent ses clients),

nous comprenons que
l’homme n’est pas rassasié. Grâce au local attenant, il ouvrira en avril
prochain une nouvelle
échoppe qui satisfera, cette
fois, son appétence culinaire. « Bien sûr, on pourra y
acheter du matériel de cuisine
mais j’y proposerai des ateliers culinaires en compagnie
de chefs, de mon savoir-faire
et de ceux des client(e)s désireux de partager des recettes
dans un lieu adéqua, équipé,
avec des produits frais ». Fort
de cette nouvelle activité,
M. Jean se diversifie mais
il suit surtout sa ligne :
celle du plaisir des sens ! ◆
LAETITIA SARDET-GIBERT

COMMERCE - LIBRAIRIE - POITIERS

“La Belle Aventure” du livre

Elise Auger.

E

lle a le parfum de l’authentique cette petite
boutique située 12 rue des vieilles boucheries
non loin de la Médiathèque de Poitiers. Une
ambiance dont les senteurs s’évaporent parfois dans
la rue lorsque les portes du magasin sont ouvertes.
Et pour cause, à l’intérieur de « L’heure exquise » : du
parfum. « Seulement des marques de niches : L’artisan
parfumeur, Annick Goutal et les parfums de Rosine », souligne fièrement sa propriétaire Elise Auger. Vous ne
trouverez ces parfums nulle part ailleurs puisqu’elle
en a l’exclusivité à Poitiers voire même en Poitou-Charentes.
Comme un goût parisien à Poitiers, Elise Auger propose l’exception dans une ambiance hors du temps.
« C’est mon identité et celle de mon magasin. Ici le temps ne
compte pas. Pour chaque client, j’écoute et je conseille. Je
prends le temps que les vendeuses des grandes chaînes de
parfumeries n’ont pas et que certains clients recherchent. »
C’est ça « l’heure exquise » !

Senteurs et convictions affirmées

Christine Drugmant conjugue son
aventure du livre depuis 16 ans dans
la librairie jeunesse et depuis un an,
juste en face dans la librairie adulte.
Un métier de passion, mais fragile.
D’origine Liégoise, Christine Drugmant est arrivée à
Poitiers il y a 30 ans. Libraire, c’est son troisième métier,
après avoir été danseuse puis professeure de lettre. « On
n’est pas libraire par hasard. C’est un métier de passion, d’engagement voire de militantisme » , affirme la libraire du
12/15 rue des grandes écoles.
« La Belle Aventure » c’est d’abord la librairie jeunesse, il y
a 16 ans. Mais de plus en plus, les livres illustrés notamment
permettent une lecture par tous, des livres dits « jeunesse ».
C’est d’ailleurs une volonté à « La Belle Aventure » : ne
pas enfermer le livre dans une seule tranche d’âge.
Il y a un an, après de fortes sollicitations des professionnels et de ses clients, « La Belle Aventure » (adulte)
ouvre ses portes (juste en face de la librairie jeunesse).

Authentique et intimiste, la parfumerie
« L’heure exquise » nous invite à un
moment de senteur et de douceur hors
du temps.

Christine Drugmant.

sélection de nos titres puis dans la manière de faire vivre le
titre dans la librairie et enfin à travers le conseil individualisé
de nos lecteurs ».
Aujourd’hui les inquiétudes de Christine Drugmant
se situent dans la production littéraire confrontée à des
logiques financières, au détriment de la qualité. Mais sa
confiance dans le lecteur ne semble pas faiblir. « Même
un enfants sait reconnaître un bon livre…celui qui reste toujours dans la bibliothèque familiale », sourit la libraire. ◆
MARINE NAULEAU

Le métier de libraire

Les choix littéraires de Christine Drugmant :

Plus qu’un « marchand de livre », Christine Drugmant
se situe comme un « médiateur marchand du livre ». Un
maillon de la chaîne du livre, de l’auteur à l’éditeur pour
aller vers le lecteur. Elle porte ainsi la plus grande attention aux choix des titres vendus dans ses librairies et les
revendique tous. C’est, selon elle, ce qui différencie la
librairie indépendante de la librairie « de chaîne ». « Nous
avons une pratique « traditionnelle » de la librairie, dans la

« Les insurrections singulières » de Jeanne Benameur, chez
Actes Sud. L’histoire d’un jeune homme pris dans les affres
d’un plan social et qui va prendre sa destinée en main.
« La femme qui tremble » de Siri Hustvedt, chez Actes Sud.
Pris de violent tremblement à l’évocation de son père décédé
récemment, l’auteur fait un travail de rapprochement entre les
désordres du corps et les désordres psychiques.

A 37 ans, Elise Auger est dans sa 7e année d’activité.
Plus tôt, elle a entrepris des études de pharmacie à Poitiers. Ça n’est pas un choix de sa part mais plutôt de sa
maman, elle-même pharmacienne. Elle ne poursuivra
pas et s’orientera vers un BTS esthétique/cosmétique
puis un diplôme à l’ISIPCA (l’Institut supérieur international du parfum de la cosmétique et de l'aromatique
alimentaire de Versailles). Après quelques années chez
Guerlain en tant que formatrice, elle revient à Poitiers
et découvre que certaines marques de parfum ne sont
pas implantées sur le territoire. Elle décide d’ouvrir sa
parfumerie.
A côté du parfum, il y a les accessoires (crèmes et
soins), mais aussi les bougies et les bijoux. « Je veux proposer le produit unique et d’exception. » Ce qui ne l’empêche pas d’affirmer des convictions fortes. « Pour les
bijoux, je me tourne uniquement vers des produits fabriqués
en France. Je suis sensible, à mon niveau, aux conséquences
des délocalisations sur notre économie. Je ne veux pas y participer ! »
Aujourd’hui d’autres marques de niches viennent
frapper à sa porte mais Elise Auger n’a ni la place ni les
moyens de les faire entrer. La crise est passée par là
ainsi que les travaux du centre-ville de Poitiers. « Les
projets sont en attente pour le moment mais je sais que ça
va redémarrer », souligne-t’elle optimiste.
Pour l’heure, la satisfaction personnelle d’Elise Auger
est toujours la même : « Qu’une cliente trouve son parfum,
chez moi. » ◆
MARINE NAULEAU


Aperçu du document 3 prems.pdf - page 1/3

Aperçu du document 3 prems.pdf - page 2/3

Aperçu du document 3 prems.pdf - page 3/3




Télécharger le fichier (PDF)


3 prems.pdf (PDF, 1.2 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


3 prems
ie2 mai 3 prems
iemars
ie2 novembre
appel a contribution la belle aventure
ieoctobre

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.009s