La vie eternelle s acquiert dans un monde christianise .pdf


Nom original: La_vie_eternelle_s_acquiert_dans_un_monde_christianise.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Writer / LibreOffice 3.5, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 05/09/2014 à 14:21, depuis l'adresse IP 94.23.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 623 fois.
Taille du document: 165 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Seigneur, je suis là, devant toi, agenouillé et éreinté par la vie. Je souhaite fermer les yeux
et te rejoindre dans l'Éternité afin que tes bras de Père me bercent doucement à la
manière d'un enfant.
Dans ces moments de souffrance dans lesquels le poids du monde me tombe sur les
épaules, j'aimerai me dire qu'il est temps de partir afin de ne plus souffrir.
Je me souviens de ces jardins d'antan dans lesquels ces bambins jouaient en souriant.
Aujourd'hui, ces parcs salis par la république se meurent de leur solitude. De cette
France, il ne reste que des lambeaux. La flamme de la nation s'est éteinte avec nos
arrières grands-parents, trop tôt, tombés pour la patrie.
Où se trouve cette France rayonnante, organisée, fille aînée de l'Église ? Il me semble
entendre les rires de ces hommes qui discutaient, dans les premières années du XX e
siècle, autour d'un bon café sans se soucier des futilités, Dieu et leur pays étant leurs
http://saintmichelarchange.wordpress.com/2014/09/05/la-vie-eternelle-sacquiert-en-seteignant-dans-un-monde-christianise

5 septembre 2014

véritables préoccupations.
Quant à nous, nous sommes là, plus morts que vivants alors que nous sommes bardés de
technologie, de ces objets inertes, froids et stériles. La marchandise a endurci les cœurs.
Je pleure devant les tourments de ces gens que j'ai brièvement croisés, sans les connaître,
pendant l'un de ces jours ternes ou ensoleillés mais toujours sans chaleur.
Nous sommes mystérieusement étrangers les uns aux autres. Nous nous frôlons sans
nous regarder un seul instant, sans se soucier de nos maux mutuels. Quelle étrange
époque que ce siècle dans lequel nous sommes plus isolés dans la foule des métropoles
que dans les forêts de Lozère ou de Creuse.
L'amour est mort à côté du cimetière. Ce soir, mon cœur a trop pleuré dans le noir, mais,
je me souviens que l'Espérance est mon roc, la Foi ma lumière et Dieu ma forteresse. Je
survis dans les douleurs de ces temps déchaînés en portant l'une de ces lourdes Croix. Je
me relève lentement et vous aime, Seigneur Jésus-Christ. Je vous salue Marie, pleine de
grâce. Je vous appelle à la rescousse, Saint Michel Archange, chef de la Milice Céleste.
Père Tout-Puissant, ne m'abandonnez pas car sans vous, ô mon Dieu, je suis précipité
dans le néant.
Je me souviens du « Notre Père » que j'ai appris en écoutant la douce voix de maman. Je
me rappelle subitement d'un temps que je n'ai pas connu où les enfants louaient Dieu, au
pied de leur lit, dans ces maisons de campagne éclairées du feu de l'amour que les
anciens entretenaient avec cette noblesse et cette douceur un peu rustre. Ces hommes en
complet-vestons, portant la moustache et le binocle, aimaient autant la France que leurs
enfants.
Je me morfonds dans cette époque qui est la nôtre mais je crois fermement que, de ces
épreuves, naîtra un monde meilleur. Un jour, nous mangerons ensemble, sur ces grandes
tables, dans une ambiance paradisiaque où l'Amour est présent dans chacun de nos
gestes. Le pain quotidien sera distribué à tout un chacun grâce à la Charité Chrétienne,
cet élan du cœur spontané soutenu par la Foi en Dieu. Après la cruauté s'érige forcément
une douceur glorieuse pour ceux que l'injustice a piétiné.
Nous formerons le Corps du Christ, c'est la promesse qui nous a été faite. Dans ces
temps-là, mes yeux pourront se fermer car je laisserai ces hommes, ces femmes et ces
enfants, proches ou inconnus, vivre dans la joie. Mon âme partira avec la paix dans le
cœur. Je mourrai dans l'Éternité en vous embrassant de cet Amour flamboyant.
Je me suis fait le serment de mourir dans un monde de Paix afin que je puisse m'en aller
sans rien regretter, ni blâmer. Je souhaite entendre les enfants rire aux éclats pendant que
je baisserai, doucement et pour la dernière fois, ces lourdes paupières. Je rejoindrai le
Père dans sa douce Lumière sans me poser aucune question car je saurai que tout sera
rentré dans l'ordre. Vous vivrez dans l'allégresse afin que je puisse me retirer d'une mort
heureuse. Enfants de Dieu, je vous aime.

http://saintmichelarchange.wordpress.com/2014/09/05/la-vie-eternelle-sacquiert-en-seteignant-dans-un-monde-christianise

5 septembre 2014


La_vie_eternelle_s_acquiert_dans_un_monde_christianise.pdf - page 1/2
La_vie_eternelle_s_acquiert_dans_un_monde_christianise.pdf - page 2/2

Documents similaires


la vie eternelle s acquiert dans un monde christianise
priere chevaliers sacre coeur pour liberation france
etude 1 au commencement
etude 1 au commencement
la definition de l amour selon le nouveau testament
la pluralite des mondes habites


Sur le même sujet..