FBI N°19 Pep Guardiola, une dégringolade dorée .pdf


Nom original: FBI N°19 Pep Guardiola, une dégringolade dorée.pdfAuteur: F.W.F.S. 11

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Acrobat PDFMaker 8.1 pour Publisher / Acrobat Distiller 8.1.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/03/2016 à 11:54, depuis l'adresse IP 154.70.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 387 fois.
Taille du document: 756 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


n°19

11032016

FBI n°19

É

voquer  le  nom  «  Dream 
Team  »  devant  un  fan 
de  football  peut  sembler  un 
peu  déplacé.  Ce  groupe  de 
mots renvoie plus au Basket‐
ball, et à la fabuleuse équipe 
des  USA  de  1992  composé 
principalement de Jordan et 
Magic  Johnson,  médaillée 
d’or  aux  Jeux  Olympiques 
de la même année qui se dé‐
roulent  à  Barcelone,  qu’au 
soccer.  

Seulement  non,  une  équipe 
de  rêve  a  bien  existé  dans 
l’histoire  du  Ballon  rond.  La 
première  véritable  grande 
équipe du Barça : celle de la 
saison  91‐92  justement,  em‐
menée  par  le  grand  Johann 
Cruyff,  père  du  Tiki‐taka.  Il 
s’agit  d’une  usurpation  de 
nom peut‐être, mais une qui 
a  sa  place.  Car  on  parle  ici 
d’une  escouade  modèle  au 
jeu de rêve, emmené par un 
capitaine  modèle  :  Josep 
Guardiola I Sala. 

Un tir, un but

Guardiola, une dégringolade dorée

Pep  Guardiola  est  né  le  18 
Janvier  1971.  En  1984,  en 
provenance  du  Gimnàstic 
Manresa,  il  intègre  la  presti‐
gieuse  Masia,  et  7  années 
plus  tard,  il  devient  profes‐
sionnel au sein de « l’équipe 
nationale  »  catalane.  Il  por‐
tera le numéro 4 et une véri‐
table histoire d’amour débu‐
tera  entre  lui,  les  socios  et 
leur club. 
Pep est l’idée même de Bar‐
celone  :  un  catalan  pur  et 
défenseur acharné de la cau‐
se indépendantiste de la Ca‐
talogne. Mais c’est pour plus 
encore qu’on l’aime. Il est le 
relai  du  football  total  sur  la 
pelouse,  de  cette  fameuse 
équipe  qui  a  dompté  l’Euro‐
pe en 1992, pour la première 
fois.  Une  année  fabuleuse 
de  4  trophées  comme  un 
symbole, dont la Liga, la Su‐
per  coupe  d’Espagne,  la  Su‐
per  coupe  d’Europe  et  la 
Coupe  intercontinentale,  où 
ce milieu défensif de qualité 
brillera  également  de  façon 
internationale  avec  l’Espa‐
gne  en  montant  sur  la  pre‐
mière  marge  du  podium  de 
ses J.O.

Chose rare… parce que si le 
Trophée  Bravo  1992  a  brillé 
de  mille  feux  sur  la  scène 
barcelonaise,  il  n’a  jamais 
vraiment  convaincu  en  de‐
hors. Aussi bien à la  Roja, où 
il  va  de  déceptions  en  dé‐
ceptions malgré une cape de 
favoris,  que  dans  ces  der‐
niers  clubs  AS  Roma,  Bres‐
cia, Al Ahli au Qatar et  Sina‐
loa  au  Mexique,  il  n’a  plus 
jamais  été  celui  qui  en  386 
matchs et 10 buts, de 1990 à 
2006,  a  porté  les  blaugrana 
sur  le  toit  du  monde.  En 
2001, il sera «  contrôlé positif 
à  un  test  anti‐dopage  et 
condamné  à  sept  mois  de  pri‐
son  et  quatre  mois  de  suspen‐
sion.  Quelques  mois  plus  tard, 
il  est  relaxé  pour  raison  médi‐
cale. Il est acquitté en appel en 
2007 » 1 : la preuve... 

2

FBI n°19

D

ans  la  suite  logique 
des  choses,  avoir  été 
un  bon  capitaine  conduit 
forcément à la prise en main 
d’une  équipe  dans  son  en‐
semble.  Plus  que  le  patron 
du vestiaire, c’est dans cette 
optique,  que  Guardiola  est 
devenu un patron à la cathé‐
drale catalane.  
Il commence à l’équipe B, et 
ce sera un succès « total »… 
le  gazon  de  l’équipe  B  des 
alzugrana  sera  le  premier 
laboratoire de son esprit for‐
maté  par  Cruyff…  Et  puis 
sans rien gagner de notoire, 
sans rien prouver et comme 
fils  du  pays,  il  sera  propulsé 
de  la  D4  à  la  D1,    à  l’équipe 
du FC Barcelone. 

Un tir, un but

Guardiola, une dégringolade dorée

Et  c’est  La    consécration… 
le  sextuplé  en  2009,  et  le 
Barça remonte sur le toit du 
monde.  De  2008  à  2012,  il 
devient  l’entraîneur  le  plus 
titré  du  Barça  avec  notam‐
ment  deux  LDC  controver‐
sées  à  son  actif  :  «J’ai gagné 
deux  Ligues  des  Champions 
sur  le  terrain  avec  Porto  et 
l’Inter.  Porto,  qui  vient  d’un 
championnat  plus  faible, 
moins riche  et l’Inter qui n’a‐
vait pas gagné depuis 50 ans. 
Nous avons gagné en luttant. 
Je souhaite à Josep Guardiola 
sincèrement  de  gagner  ainsi 
un  jour.  Moi  à  sa  place  j’au‐
rais honte de la manière dont 
il a gagné sa Ligue des Cham‐
pions,  avec  l'aide  de  l'arbi‐
tre. »2  : son contraire ? 

En  2013,  Pep,  après  une  sai‐
son  2012  décevante  et  un 
repos  bien  mérité,  signe  au 
Bayern.  Jusqu’ici  c’est  pas 
vraiment  la  réussite  qu’on 
attendait.  Le  Bayern  joue 
bien  ou  plutôt  joue  comme 
le  Barça,  pour  rien.  Il  gagne 
mais il n’arrive pas à mainte‐
nir  la  meilleure  équipe  du 
vieux  continent  sur  la  plus 
haute  marche  du  podium. 
Les  bavarois  n’avaient  pas 
besoin  d’un  style,  c’est  une 
très  grande  équipe  dans  un 
grand  championnat.  C’est  le 
Barça  qui  devrait  apprendre 
du Bayern et pas l’inverse… 
Voilà  pourquoi  Ancelotti 
vient : Josep n’a pas su faire 
oublier Juup Heynckes… 
Direction  City,  les  qataris  et 
leurs  billets  en  or.  Pellegrini 
est poussé dehors et le sau‐
veur  arrive…  et  déjà  un 
échec.  Depuis  l’annonce  de 
son  arrivée,  l’équipe  joue 
moins  bien  et  son  meilleur 
joueur,  Yaya  Touré,  est  de 
partance… Affaire à suivre. 

3

Références 
1 Pep Guardiola — Wikipédia. 
2 «Si j'étais Guardiola, j'aurais honte» ‐ Ligue des champions ‐ Football. Le Figaro.fr 


Aperçu du document FBI N°19 Pep Guardiola, une dégringolade dorée.pdf - page 1/4

Aperçu du document FBI N°19 Pep Guardiola, une dégringolade dorée.pdf - page 2/4

Aperçu du document FBI N°19 Pep Guardiola, une dégringolade dorée.pdf - page 3/4

Aperçu du document FBI N°19 Pep Guardiola, une dégringolade dorée.pdf - page 4/4




Télécharger le fichier (PDF)





Documents similaires


fbi n 19 pep guardiola une degringolade doree
fbi n 48 pep guardiola and the city
fbi n 70 mesut zil l homme caviar
fbi n 55 je suis samuel eto o
fbi n 28 thomas m ller ein kaiser
van gaal genie ou megalo

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.01s