ronéodef2 .pdf



Nom original: _ronéodef2.pdfTitre: Microsoft Word - _ronéodef.docAuteur: Pierre DRAI

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 22/09/2011 à 13:44, depuis l'adresse IP 90.17.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1416 fois.
Taille du document: 10.3 Mo (17 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


04  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  
 

 
 
 

 

L’anatomopathologie  
Moyens  et  objectifs  

Place  dans  la  médecine  du  
XXI  éme  siècle  
 

 
 

CHU  Caen  

 

Page 1/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  

 
TABLE  DES  MATIERES  
 
Introduction…………………………………………………..…p.3  
 
A/Historique………………………………………...............p.4  
 
B/Définition……………………………………….…………….p.5  
 

C/Démarche  anatomoclinique…………………p.7  
1/Les  outils  
a/Les  procédures      
i.  

La  cytologie………………………………………..p.8  

ii.  

La  biopsie…………………………………………..p.10  

iii.  

L’examen  extemporané……………………..p.11  

iv.  

La  pièce  opératoire…………………………...p.11  

v.  

L’autopsie………………………………………....p.12  

vi.  

L’immunohistochimie………………………..p.13  

vii.  

La  biologie  moléculaire……………………...p.14  

 

b/Les  méthodes  
i.  

La  macroscopie…………………………………..p.16  

ii.  

La  microscopie  optique  ……………………...p.16  

 
 

 

CHU  Caen  

Page  2/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  
 

Introduction  
Un  anatomopathologiste  n’est  pas  un  biologiste  mais  bel  et  bien  un  médecin  :  le  
diagnostic  repose  sur  l’histoire  clinique  d’un  patient.  Il  est  par  exemple  important  pour  
l’anatomopathomogiste  de  savoir  si  le  patient  a  fait  une  chute  auquel  cas  la  lésion  sur  le  
crâne  visible  ici  ne  serait  pas  inquiétante.  

 
La  médecine  légale,  quant  à  elle,  est  une  branche  de  l’anatomopathologie  à  la  
différence  qu’elle  ne  cherche  pas  expliquer  la  cause  de  la  maladie  mais  la  cause  du  décès.  

 

 
 
Petit  rappel  sur  deux  initiateurs  majeurs  de  l’AP  (anatomopathologie):  
Bichat  (né  en  1771)  à  écrit  un  traité  des  membranes  :  «  il  faut  voir  avant  de  réfléchir  
saisir  les  apparences  avant  de  pénétrer  les  causes,  nos  idées  sont  vagues  sur  tout  objet  
extérieur  si  elles  ne  sont  pas  pour  nous  autant  d’images  ».  Il  faut  rattacher  ce  que  l’on  voit  
aux  symptômes  et  à  la  cause  de  la  maladie.  «  La  vie  est  la  somme  totales  des  fonctions  qui  
résistent  à  la  mort  ».  
Laennec  (né  en  1781)  à  commencé  à  enseigner  l’AP  et  à  inventé  le  stéthoscope  alors  
qu’il  était  chef  de  clinique  à  Necker,  lui  permettant  de  découvrir  la  séméiologie  thoracique.  
Il  décrète  que  l’observation  AP  doit  être  reliée  à  l’histoire  clinique  du  patient.  Ainsi,  une  
même  lésion  cutané  peut-­‐être  diagnostiquée  bénigne  ou  maligne  selon  qu’elle  se  trouve  
chez  un  enfant  ou  un  adulte.  Du  contexte  découle  le  diagnostic  :  il  ne  faut  donc  jamais  
perdre  de  vue  la  lésion.  «  La  méthode  AP  est  la  seule  base  de  connaissances  positives,  on  ne  
doit  jamais  la  perdre  de  vue  sous  peine  de  poursuivre  des  chimères  ».      

 

CHU  Caen  

Page  3/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  
 
 
 

A/Historique  
Les  égyptiens  pratiquaient  déjà  l’autopsie  (Papyrus  d’Eber).  
Les  grecs,  selon  le  dogme  de  l’Ecole  d’Hippocrate  (460-­‐377),  basent  le  diagnostic  de  la  
maladie  sur  la  théorie  des  humeurs.  
Les  perses  pratiquent  les  dissections  anatomiques  sur  les  cadavres  des  champs  de  bataille,  
notamment    sous  l’impulsion  d’Avicenne  (980-­‐1037).  
Claude  Bernard  est  le  véritable  responsable  de  l’avènement  de  l’anatomopathologie  
moderne  (1813-­‐1878).  
Hermann  Boerhave  (1668-­‐1738)  autopsie  des  médecins  décédés  pour  découvrir  la  cause  de  
la  maladie.  
Giovanni-­‐Batista  Morgagni  (1682-­‐1771)  de  l’école  de  Padoue  met  en  évidence  la  relation  de  
cause  à  effet  entre  les  lésions  constatées  chez  le  cadavre  et  la  séméiologie  clinique.    
Xavier  Bichat  (1771-­‐1802)  chirurgien  de  l’Hôtel  Dieu  reconnaît  pour  la  première  fois  la  
notion  de  tissu  et  développe  les  méthodes  anatomocliniques.  
Virchow  (1821-­‐1902)  :  développe  la  théorie  cellulaire  initiée  par  Schwann  en  1839,  créant  
ainsi  l’histologie  (l’étude  des  tissus  biologiques).  
Watson  et  Crick  :  découvrent  la  structure  de  l’ADN  en  1953.  
Taylor  (1880)  :  principe  de  l’analyse  immunohistochimique.  

 

CHU  Caen  

Page  4/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  

 

B/Définition  
 

L’anatomopathologie  c’est  l’étude  (logos)  de  la  souffrance  (pathos)  des  tissus.    
La  démarche  anatomopathologique  s’appuie  sur  une  séméiologie  diagnostique  (c’est  
l’histoire  clinique)  et  repose  sur  un  raisonnement  analogique  (comparaison  de  tissus  et  de  
cellules  normales  et  pathologiques).  
L’étude  de  la  lésion  se  définit  comme  une  altération  morphologique  (forme-­‐
structure-­‐architecture)  secondaire  à  un  processus  (c’est  l’étiologie  =  l’étude  des  causes).  
Une  fois  l’étiologie  déterminée,  le  clinicien  peut  entrer  en  action.  
 
Avec  la  naissance  de  la  génétique  et  de  la  biologie  moléculaire,  l’AP    devient  aussi  
une  discipline  à  visée  diagnostique  et  thérapeutique.  
 
On  peut  donc  l’envisager  comme  la  description  de  lésions  élémentaires  qui  sont  
cause  de  maladies  représentant  des  processus  inflammatoires,  dégénératifs,  néoplasiques  
ou  circulatoires.  Ils  peuvent  être  héréditaires,  congénitaux  ou  causés  par  un  agent  
perturbateur  qui  va  induire  une  réaction  de  l’hôte.    
 
Cet  ensemble  agent  nuisible  +  réaction  hôte  conduit  à  la  maladie/pathologie  dont  on  
expliquera  les  causes  par  une  étiologie  et  un  mécanisme.  Une  fois  les  manifestations  
(cérébrales,  cutanées,  etc.)  établies  grâce  à  l’étude  de  certains  marqueurs  biologiques,  une  
synthèse  va  permettre  à  l’anatomopathologiste  de  :    
 déterminer  le  diagnostic  lésionnel    
                                                                                     le  diagnostic  étiologique  
 évaluer  le  pronostic  de  la  lésion  (locale,  régionale,  systémique)    
 
 envisager  l’évolution  de  celle-­‐ci,  posant  ainsi  les  bases  du  traitement  (médical,  
chirurgical,  radio  ou  chimiothérapie).  

 

CHU  Caen  

Page  5/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  
                     

     
 
 
 
 
 Agent  nuisible                            +                            réaction  hote  
                 =  

 

                                                                                                                     maladie  
 
 
 
inflammatoire                                                            dégénérative                                                  néoplasique  
                                                                                                             
                           
                 
                           pathologie  
causes  :  étiologie    
   
       mécanisme  
manifestations  
évolution  
 

 

 
 

 

CHU  Caen  

Page  6/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  

 

C/Démarche  anatomoclinique  
Démarche  diagnostique,  c’est  ce  qui  fait  de  l’AP  une  discipline  médicale.  Comme  la  
démarche  clinique,  elle  repose  sur  :  
 Les  renseignements  cliniques  auprès  du  patient  
 L’étude  des  altérations  macroscopiques    
 L’étude  des  altérations  histologiques  
 

1/Les  outils  
 
a/Les  procédures        
i.  

La  cytologie  (structures  des  cellules)  

ii.  

La  biopsie  (exérèse  chirurgicale)  

iii.  

L’examen  extemporané  

iv.  

La  pièce  opératoire  

v.  

L’autopsie  (Loi  n°94-­‐654  du  29  juillet  1994)  

vi.  

L’immunohistochimie  

vii.  

La  biologie  moléculaire  
 
 

b/Les  méthodes  

 

i.  

La  macroscopie  

ii.  

La  microscopie  optique    

CHU  Caen  

Page  7/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  

a/Les  procédures        

 
i.

La  cytologie  

Elle  étudie  les  cellules.  C’est  une  démarche  très  courante  car  peu  agressive  vis-­‐à-­‐vis  du  
patient,  peu  cher  donc  rentables,  mais  présentant  des  limites.  
 Par  frottis*  (cervicaux,  vaginaux)  à  la  recherche  de  lésions  précancéreuses  (dues  
au  papillomavirus  par  exemple)  
 Par  raclage*,  brossage*,  écouvillonnage*,  aspirations.  Ces  méthodes  
permettent  de  recueillir  les  cellules  qui  desquament  (sachant  que  les  cellules  
néoplasiques  commencent  à  desquamer  un  an  avant  de  pouvoir  détecter  un  
cancer,  d’où  l’intérêt  stratégique  du  dépistage.)  
 Cytologie  d’aspiration  et  lavage  alvéolaire  (injection  de  liquide  dans  un  segment  
pathologique  puis  recueil  et  analyse  des  cellules  récupérées).  
 Par  recueil  d’un  épanchement  (pleural,  ascite)  
 Par  cytoponction  d’un  organe  plein  (thyroïde,  sein,  ganglion)  
 Par  apposition  sur  une  lame  d’un  morceau  de  lésion  (c’est  la  «  marque  »  laissée  
sur  la  lame  que  l’on  observe,    càd  quelque  cellules  seulement)  
*le  principes  de  ces  méthodes  est  quasiment  le  même  (recueillir  des  cellules  par  interaction  
mécanique).  

 
 

CHU  Caen  

Page  8/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  

 

Les  techniques  d’observations  s’étant  considérablement  améliorées,  on  utilise  parfois  
le  scanner  qui  permet  d’étudier  des  lésions  de  moins  de  0.5mm  de  diamètre.  L’association  
«  radpath  »  est  aussi  de  plus  en  plus  courantes  (ponctions  radioguidées  nécessitant  une  
précision  extrême,  type  pancréatique  ou  pleurale  par  exemple).  
 
NB  :  inutile  de  prélever  si  c’est  pour  gâcher  la  marchandise  :  dès  qu’il  est  retiré  de  
l’organisme,  la  situation  d’ischémie  (arrêt  de  l’irrigation  sanguine)  conduit  au  phénomène  
d’autolyse  du  tissu  (cytolyse  quand  on  parle  des  cellules).  Il  est  donc  impératif  de  le  faire  
parvenir  rapidement  au  labo.  Si  le  délai  risque  d’être  trop  long  (une  conservation  en  milieu  
froid  est  viable  24h  environ),  il  est  nécessaire  de    le  fixer.  Une  fois  fixées,  les  cellules  sont  
colorées  au  papanicolaou  (coloration  différentielle  acide/base).    
 
 
En  pratique  :  pour  former  une  lame  microscopique,  on  appose  le  prélèvement  sur  
une  lame  et  on  l’étale  avec  le  bord  d’une  seconde  sans  trop  l’écraser.  Dans  le  cas  d’un  
liquide,  on  utilise  une  cytocentrifugeuse.  On  recueil  alors  le  culot  de  centrifugation  que  l’on  
peut  étaler  ou  fixer  dans  de  la  paraffine.  Des  coupes  ultrafines  sont  réalisées  pour  
permettre  l’observation  microscopique.  
 
Les  hématies  et  les  leucocytes,  communs  à  tous  les  tissus,  servent  d’étalons  en  
microscopie.  Ils  permettent  d’évaluer  la  taille  des  éléments  les  uns  par  rapport  aux  autres  
et  donc  d’observer  un  élément  d’une  grandeur  éventuellement  anormale.  
Un  prélèvement  qui  ne  contient  pas  assez  de  cellules  est  dit  non  diagnostic  ou  non  
significatif  :  il  est  nécessaire  d’en  refaire  un  pour  déterminer  s’il  y  a  réellement  une  
anomalie.  

 
 

CHU  Caen  

Page  9/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  

 

Les  prélèvements  tissulaires  
ii.

La  biopsie  

C’est  le  prélèvement  d’un  fragment  de  tissu  sur  un  être  vivant  qui  va  permettre  de  
différencier  des  maladies  inflammatoires,  de  porter  un  diagnostic  de  tumeur  (et  de  
pathologies  dégénératives)  ou  de  montrer  l’existence  de  troubles  circulatoires.  
 
La  valeur  de  la  biopsie  repose  sur:  






Taille  
Le  nombre  
Le  choix  de  la  lésion  biopsiée  
La  bonne  préservation  du  tissu  
Le  repérage  topographique  (par  celui  qui  va  prélever)  

 

 
Biopsie  de  muqueuse  colique  
NB  :  un  prélèvement  dans  une  zone  hémorragique  ou  nécrosée  est  à  exclure  puisque  
ininterprétable  (prélèvement  non  significatif).  
 
 

CHU  Caen  

Page  10/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  

 
Pour  permettre  un  bon  diagnostic  AP,  il  est  nécessaire  de  bien  situer  la  zone  prélevée  
et  séparer  les  différents  échantillons  afin  de  ne  pas  créer  de  confusion,  surtout  en  cas  de  
métaplasie  (transformation  d'un  tissu  cellulaire  différencié  en  un  autre  tissu  cellulaire  
différencié).  
 
iii.

Examen  extemporané  

Le  chirurgien  découvre  lors  de  l’intervention  une  lésion  suspecte.  Pour  savoir  s’il  doit  
l’enlever  ou  non  il  pratique  un  examen  immédiat.    
Pour  cela  on  utilise  :  
Des  coupes  à  congélation  réalisées  sur  du  matériel  frais  (non  fixé)  dans  un  cryostat  à  –20°(il  
s’agit  en  fait  d’un  microtome  permettant  de  garder  une  température  de  -­‐20°)(un  
microtome  est  une  machine  d’analyse  cellulaire).  
 
Les  coupes  sont  colorées  et  examinées  au  microscope  en  moins  de  20mn  contre  24h  pour  
un  examen  en  temps  normal.    
 
 
iv. La  pièce  opératoire    
L’étude  de  la  pièce  opératoire  consiste  à  établir  le  bilan  des  lésions  (nombre,  siège,  
aspect,  extension,  effets  thérapeutiques).  
Prise  en  charge  macroscopique  des  pièces  chirurgicales  
Renseignements  cliniques  indispensables  :  
 Données  de  l’imagerie  (T,  lésions  d’obstruction,  ganglions  sous-­‐pleuraux)  
 Chimiothérapie  néoadajuvante  (prétraitement  administré  afin  de  réduire  la  
taille  d'une  tumeur  cancéreuse  avant  une  intervention  chirurgicale)  
 Exposition  professionnelle  à  des  aéro-­‐contaminants  (prélèvements  ciblés)  
 Collecte  de  la  pièce    
Rapidement  depuis  bloc  (1/2  heure)    
Si  différée  pièce  sur  bloc  de  glace  ou  conservée  au  frigidaire  
 Fixation  
Injection  endobronchique  (dans  l’exemple)  de  formaldéhyde  à  4%  sous  
pression  contrôlée  
Échantillonnage  24  à  48  H  plus  tard  
Résultats  en  72  h  

 

CHU  Caen  

Page  11/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  

   
Morceau  de  poumon.  On  peut  voir  une  petite  tumeur  dans  la  bronche  
 
v.

Autopsie  

Examen  pratiqué  sur  un  corps  dans  un  but  scientifique  
 soit  pour  rechercher  la  cause  de  décès    
 soit  dans  le  cadre  d’un  conseil  génétique  (fœtopathologie).  
 
Demande  faite  par  le  médecin  traitant  ou  la  famille  
 Faire  une  demande  écrite  
 S’assurer  de  la  présomption  de  consentement  en  consultant  le  registre  national  
des  refus  (code  de  santé  publique  article  L.  671-­‐7)  
 Informer  la  famille  des  prélèvements  (code  de  santé  publique  article  L.  671-­‐9)  
 Faire  contresigner  le  formulaire  par  le  directeur  général  de  l’hôpital  
 
A  différencier  des  autopsies  médicolégales  demandées  par  les  autorités  judiciaires  ou  
administratives  et  réalisées  par  des  médecins  légistes.  Cependant,  il  existe  une  dérogation  
demandée  au  procureur  qui  s’applique  dans  des  cas  de  suspicion  de  méningite  à  
méningocoques  ou  de  maladies  infectieuses  mettant  en  jeu  la  santé  publique.  
 
 

CHU  Caen  

Page  12/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  

 
vi.

L’immunohistochimie  

 
L’histochimie  est  en  fait  une  réaction  chimique  réalisée  sur  un  tissu  qui  permet  par  
exemple  de  retrouver  des  pigments,  des  éléments  métalliques  etc.  …  
L’immunohistochimie  quant  à  elle  est  un  outil  qui  permet  de  révéler  la  présence  de  
protéines  au  sein  du  tissu  normal  ou  tumoral  à  l’aide  d’une  réaction  Ag/Ac  que  l’on  révèle  
par  un  fluorochrome.  On  utilisera  un  microscope  à  fluorescence.  Il  s’agit  alors  
d’immunofluorescence.  
On  peut  aussi  utiliser  une  enzyme  comme  la  peroxydase  et  l’on  observera  alors  une  
coloration  rouge  marron  là  où  la  réaction  a  eu  lieu  
Le  succès  de  l’immunohistochimie  dépend  de  la  capacité  de  cette  technique  à  mettre  en  
évidence  ces  protéines  (nucléaire,  membranaire,  cytoplasmique).    
Aujourd’hui,  entre  60  et  80  Anticorps  sont  utilisés    en  routine  au  CHU  de  Caen  contre  1  en  
1980.  
 
 
fluorochrome  
 
anticorps  
antigène  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
IMPORTANCE  DE  LA  RIGUEUR  TECHNIQUE  
 

CHU  Caen  

Page  13/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  

 
Intérêt  de  l’analyse  immunohistochimique  :    
 Démarche  clinique  :  
Identification  d’une  tumeur  épithéliale  
Identification  d’une  tumeur  mésenchymateuse  
Identification  d’une  tumeur  vasculaire  
Identification  d’une  tumeur  du  système  lymphoïde  
 Démarche  d’identification  d’une  sécrétion  hormonale  
Mammaire  (Ca  15.3,  RE,  RO)  
Thyroïdienne  (TG,  TCT)  
Prostate  (PSA)  
 
 Démarche  de  prise  en  charge  thérapeutique  en  fonction  des  récepteurs  détectés  
 
vii. La  biologie  moléculaire  
 
On  étudie  directement  l’ADN  ou  l’ARN  par  le  biais  d’une  sonde,  qui  nous  permet  de  
comprendre  l’expression  d’une  protéine.  On  fait  de  la  biopathologie.  On  passe  du  génome  
(ADN)  au  protéome  (protéine).  
Parmi  les  techniques  utilisées  on  compte  la  CGH  array  qui  permet  de  détecter  les  
translocations.  

 

 
 
 

CHU  Caen  

Page  14/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  

 
Ex  :  détection  d’un  rhabdomyosarcome  en  détectant  les  translocations  qui  conduisaient  à  la  
production  de  protéines  particulières  comme  la  myogénine.  Ceci  permet  d’utiliser  un  
traitement  spécifique.  
     

 

 

 
 
Les  derniers  outils  utilisés  sont  les  centres  de  ressources  biologiques  où  l’on  cryopréserve  
des  cellules  ou  des  tumeurs  particulières.  Ce  sont  en  fait  de  gigantesques  bibliothèques.  
Celle  de  Caen  date  de  2005.  

 

CHU  Caen  

Page  15/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  

 
 

 

b/Les  méthodes  en  anatomie  pathologie  

 
i. La  macroscopie  
 Temps  incontournable  et  majeur  de  l’examen  anatomopathologique  (50%  du  
diagnostic)  
 Nécessite  une  connaissance  parfaite  de  l’anatomie  
 Permet  de  sélectionner  les  prélèvements  tissulaires    
 Peut  s’accompagner  de  prélèvements  bactériologiques    
 Permet  de  réaliser  des  coupes  en  miroir  avec  les  prélèvements  cryopréservés  pour  
la  tumorothèque  
 
ii.  

La  microscopie  

Examen  de  base  avant  toute  technique  complémentaire  
 Nécessite  une  procédure  technique  avant  l’obtention  de  la  lame  :  
 Fixation  qui  permet  la  conservation  morphologique  
 L’inclusion  en  bloc  de  paraffine  
 La  coloration  
 Examen  au  microscope    
 
La  fixation  :  Fixateur  le  plus  utilisé  est  le  formol  à  5%  (attention  le  formol  est  cancérigène  
de  plus  il  tue  la  cellule)  
Les  autres  fixateurs  sont  :  Bouin  (il  n’est  plus  utilisé)  
AFA  
alcoolique  
Les  substituts  de  formol  type  :  excell,  RCL2,  etc…    
Pour  la  microscopie  électronique  on  utilise  des  fixateurs  spécifiques  comme  le  
glutharaldéhyde  qui  est  lui  aussi  toxique.  
Avant  fixation  les  pièces  sont  souvent  lavées  et  rincées.  
 
Constitution  du  bloc  en  paraffine  :  Déshydratation  progressive  par  alcool  à  90°  et  alcool  
absolu  
Toluène  
Paraffine  
Constitution  de  la  coupe  au  microtome  

 

CHU  Caen  

Page  16/17  

13/09/2011  –  L2  
Biopathologie  2  –  Pr  Françoise  GALATEAU-­‐SALLE  
Groupe  n°04  –  Marine  &  Antoine  

 

Coloration  :  Déparaffinage  
Hydratation  progressive  par  alcool  à  90°,  alcool  absolu  et  eau  
Coloration  
 
La  microscopie  électronique  permet  l’étude  des  tissus  à  l’échelle  du  micron  ou  de  
l’angström  de  la  cellule  ou  de  ses  organites.  Elle  est  de  moins  en  moins  utilisée  aujourd’hui,  
au  profit  de  l’immunohistochimie.  
Il  y  a  plusieurs  techniques  de  microscopie  à  balayage  (permet  une  vue  en  relief)  et  
microscopie  à  transmission  (vue  en  coupe).

Glomérules  vus  en  microscopie  électronique  à  balayage  
 

 

 

Conclusion  
L’anatomopathologie  a  pour  objectif    
 d’identifier  les  maladies,    
 d’établir  le  pronostic  des  lésions,    
 de  reconnaître  les  causes  à  l’origine  de  la  maladie  et    
 d’identifier  les  mécanismes  (immunitaires,  infectieux,  cancéreux  )  
 de  permettre  une  prise  en  charge  thérapeutique  adapté  des  patients  
 
C’est  le  maillon  incontournable  de  la  prise  en  charge  des  patients  à  l’interface  entre  la  
clinique/  la  biologie/  la  recherche    
 

 

CHU  Caen  

Page  17/17  


_ronéodef2.pdf - page 1/17
 
_ronéodef2.pdf - page 2/17
_ronéodef2.pdf - page 3/17
_ronéodef2.pdf - page 4/17
_ronéodef2.pdf - page 5/17
_ronéodef2.pdf - page 6/17
 




Télécharger le fichier (PDF)


_ronéodef2.pdf (PDF, 10.3 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


roneodef2
roneo biopath 04 2
p2 biopath rolepathologistediagcancer 230311
l2 biopathologie 14 g63 24 pages galateau 14 11 2016
l2 appareil respiratoire n 29 n 29 07 05 12 5
l2 biopathologie tissulaire 14 g63

Sur le même sujet..