Présidentielle du Climat développer l'agroforesterie ! .pdf



Nom original: Présidentielle du Climat - développer l'agroforesterie !.pdf

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par / Skia/PDF m59, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 01/04/2017 à 19:38, depuis l'adresse IP 212.94.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 251 fois.
Taille du document: 249 Ko (5 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


 

DÉVELOPPER L’AGROFORESTERIE POUR LUTTER
CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET
STIMULER L'ÉCONOMIE LOCALE
PROPOSITION DÉTAILLÉE EN PAGE 2

Le think and do tank « CliMates » :
CliMates  est  un  laboratoire  d’idées  et  d’actions  international  dont  la  vocation  est  de  former  les 
jeunes  à  devenir  des  acteurs  du  changement  dans  la  lutte  contre les dérèglements climatiques. Il 
rassemble des étudiants et jeunes professionnels bénévoles de cultures et de parcours divers. 
Ses projets visent, d’une part, à porter la voix des jeunes sur les enjeux du changement climatique
via l'expérience de chacun. D’autre part, ils accompagnent des initiatives locales, souvent
portées au sein de territoires vulnérables aux conséquences des dérèglements climatiques.
Dans ce but, CliMates forme ses membres aux actions de sensibilisation. Elles prennent
différentes formes, comme la valorisation d’initiatives locales (start-up, actions associatives, etc.)
ou encore la réalisation d’un travail de plaidoyer.

2017, l’année du changement :
Le projet “2017, l’année du changement” a pour but de faire de l’écologie une priorité dans les
campagnes et programmes présidentiels, dans les médias et auprès du grand public.
L’équipe du projet se penche sur les idées des candidats, des associations, des entreprises et de
la société civile, afin de retenir celles jugées les plus innovantes, réalistes et positives. Ensuite, les
idées sont soumises à débat, au sein de CliMates, afin de les étoffer et de définir des propositions
concrètes et applicables.
Enfin, les propositions sont promues auprès des équipes de campagne des candidats, des médias
et du grand public.

Email: ​contact@climates.fr

​Twitter​: @CliMates_

​Website: ​www.climates.fr

 

La proposition de CliMates :  
 

DÉVELOPPER L’AGROFORESTERIE ET LA FILIÈRE DU BOIS 
POUR LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET 
STIMULER L'ÉCONOMIE LOCALE 
 
Selon  l’Institut  national  de  la  recherche  agronomique  (INRA)  l’agroforesterie  est  une 
activité  associant,  sur  les  mêmes  parcelles,  une  vocation  mixte  de  production  agricole 
annuelle  (cultures,  pâture)  et  de  production  différée  à  long  terme  par  les  arbres  (bois, 
services).  Cette  technique  permet  d’augmenter la productivité des sols tout en stockant le 
carbone.  Notre  proposition  se  donne  pour  objectif  de  passer  de  ​170  000  hectares  de 
cultures  agroforestières  à  ​400  000  hectares  d’ici  2030,  et  d’accompagner  ce 
développement par :  
 





la création d’une filière reconnue du bois agroforestier “made in France”, 
un accompagnement financier, 
un  suivi  statistique  plus  rigoureux  en  vue  d’alimenter  la  recherche 
agro-écologique, 
la formation professionnelle et l’accompagnement des agriculteurs.  

 

Expositions des motifs 


Le contexte 

Pendant  la  COP21,  le  ministère  de  l’Agriculture,  de  l'Agroalimentaire  et de la Forêt a lancé 
l’initiative  «  4  pour  1000  :  les  sols  pour  la  sécurité  alimentaire  et  le  climat  ».  Quelques 
jours  après,  ce  même  ministère  a  adopté  un  plan  de  développement  de  l’agroforesterie, 
dans  le  cadre  du  projet  agro-écologique  pour  la  France.  Déclinant  de  nombreuses 
mesures  telles  la  création  d’un  Observatoire  de  l’agroforesterie,  un  réseau  de  fermes 
agroforestières,  l’élaboration  de  propositions  sur les dispositifs d’aide et des leviers fiscaux 
et  la  formation  dans  l’enseignement  agricole,  ce  plan  est  désormais  pris  en charge par un 
comité  de  pilotage.  Néanmoins,  la  mise  en  oeuvre  de  ce  plan  reste  parcellaire  en  raison 
d’un manque de moyens et de visibilité.  
 


Stockage du carbone 

Le  secteur  agricole  constitue  la deuxième source d’émissions de gaz à effet de serre (GES) 
en  France1.  Malgré  tout,  ce  secteur  peut  aussi  constituer  un puit de carbone et participer à 
la  lutte  contre  le  changement  climatique.  La  plantation  d'alignements  d'arbres  au  sein de 
parcelles  cultivées,  dite  agroforesterie,  est  un  exemple  de  pratique  agricole  efficace  pour 
résorber  une  partie  des  émissions  de  GES.  Dans  une  récente  étude  de  synthèse2,  l’INRA 
affirme  qu’un  peuplement  agroforestier  de  faible  densité,  de  30  à  50  arbres  par  hectare, 
augmente  le  stockage  de  carbone  de  1  à  2  tonnes/ha/an.  Cette  augmentation  est 
significative, puisqu'elle permet de doubler le stockage d’un hectare agricole moyen. Selon 
  ​En  2013,  16,1%  des  émissions  de  GES françaises étaient dûe au secteur agricole (Source : 
Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer).  
1

  Quelle  contribution  de  l’agriculture  française  à  la  réduction  des  GES  ?  Synthèse  du  rapport  de 
l’étude réalisée par l’INRA pour le compte de l’ADEME, du MAAF et du MEDDE. Juillet 2013.  

2


Email: ​contact@climates.fr

​Twitter​: @CliMates_

​Website: www.climates.fr

 
un  autre  rapport  de  l’INRA  et  de  partenaires  spécialisés  dans  l’agroforesterie  de  20093, si 
l’on  prévoit  la  plantation  de  1.9  million  d’hectares  d’agroforesterie  d’ici  2050  (15%  de  la 
superficie  agricole  utilisée),  on  pourrait  alors  envisager  de  stocker  13.9  Mt  eq  CO2/an. 
Cette absorption du CO2 par les sols représenterait environ 5 % des objectifs de réduction 
d’émissions soit 25 % des émissions de GES imputables aux secteurs agricole et forestier.  
 


Fertilité des sols  

D’autre  part,  un  taux  de  carbone  plus  important  dans  le  sol  permet  d'en  augmenter  la 
fertilité  globale,  avec  environ  30%  de biomasse supplémentaire produite sur une parcelle 
agroforestière.  
 


Co-bénéfices écosystémiques 

La  pratique  de  l’agroforesterie  est  source  d’une  grande  variété  d’externalités  positives  : 
amélioration  de  la  continuité  de  la  trame  verte,  ralentissement  de  l’érosion, 
rétablissement  partiel  de  biodiversité,  création  de  niches  écologiques,  diversification  des 
écosystèmes, fixation d’azote, absorption des nitrates excédentaires, etc.  
 


Double intérêt économique  

Selon  l’INRA  de  Montpellier  dont  le  programme  SAFE  est  spécialisé dans l’agroforesterie, 
la  rentabilité  économique  d’une  parcelle  agroforestière  est  similaire  ou  supérieure  à  une 
parcelle classique : “la rentabilité économique de la parcelle d’agroforesterie est supérieure 
à  celle  d’une  parcelle  d’agriculture  avec  des  essences  telles  que  le  noyer,  et  du  même 
ordre  que  celle  de  l’agriculture  avec  la  plupart  des  autres  essences  d’arbres”.  Le  second 
intérêt  économique  vient  de  cette  production  locale  de  bois,  source  d’emplois  et  de 
dynamisme dans des territoires souffrant d’un manque d’activité économique. 
 

Mise en oeuvre 
 


Objectif général 

Aujourd’hui,  l’agroforesterie  couvre  environ 170 000 hectares, c’est à dire moins de 1% de 
la  part  du  territoire  français  occupé  par  une  activité  agricole.  Elle  est  aussi  mal  répartie  à 
l’échelle  du  territoire.  Pourtant,  certains  de  nos  voisins  européens  ont  déjà  largement 
développé  ces  pratiques4.  L’agroforesterie  doit  donc  être  développée  à  une  échelle  plus 
large  et de façon plus équilibrée, dans une perspective à la fois écologique et économique. 
Selon  l’ADEME,  un  objectif  de  400  000  hectares  de  parcelles  agroforestières  est 
réalisable d’ici 2030.  
 
 

 

  Hamon,  X.,  Dupraz,  C.,  Liagre,  F.  (2009).  L'agroforesterie,  outil  de  séquestration  du  carbone  en 
agriculture.  Rapport  d'expertise  pour  le  Ministère  de  l'Agriculture,  de  l'Alimentation  et  de la Pêche, 
http://prodinra.inra.fr/record/44570 
4
 ​Le Portugal, l’Espagne, la Grèce et Chypre sont parmi les plus avancés dans ce domaine, avec plus 
de 30% de la surface agricole totale sujette à l’agroforesterie (Source : www.euractiv.fr). 
3


Email: ​contact@climates.fr

​Twitter​: @CliMates_

​Website: www.climates.fr

 
 


Le cadre de la PAC 

Il  est  possible  pour  les  agriculteurs  voulant  planter  des  arbres  sur  leurs parcelles d'obtenir 
des  aides  de  la  PAC,  mais  cela  dépend  de  la  Région  et  les  critères  ne  prennent  pas  en 
compte  toutes  les  formes  d'agroforesterie.  Il  faudrait  donc  faciliter  la  l’accès  à  ces 
subventions  en  favorisant  une  harmonisation  nationale  des  critères  d’obtention.  Il  faut 
également  augmenter  le  coefficient  des  zones  boisées  ou  des  arbres  isolés  dans  le cadre 
des paiements verts (aides découplées de la PAC). 
 


Former les actifs du monde rural d’aujourd’hui et de demain 

Ces  pratiques  doivent  être  popularisées,  tant  auprès  des  acteurs expérimentés du monde 
rural  qu’auprès  des  étudiants  en  formation  initiale.  Ainsi  le  développement  tant  qualitatif 
que  quantitatif  des  formations  initiales  et  continue doit s’accélérer. En effet, à ce jour, une 
seule  et  unique  formation  spécialisée existe dans l’Aube (à Crogny). Dans cette logique de 
formation,  il  est  tout  aussi  nécessaire  de  former  des  conseillers  et  experts  agroforestiers 
afin d’accompagner et orienter les agriculteurs. 
 


Label et obligation d’achats locaux : viabilité économique de la filière  

Il  faut  ensuite  encourager  l’agroforesterie  en  donnant  une  valeur  aux  produits  issus  de  ce 
mode  de  production  en  créant  un  label  spécialisé de produits “agroforestiers”- c’est à dire 
pour  les  produits  agricoles  et  pour  le  bois.  Certaines  filières  utilisent  déjà  l’arbre  dans  leur 
cahier  des  charges (le jambon ibérique Pata Negra, le Porc noir de Bigorre, le Porc Basque). 
Un  label  reconnu  donnerait  aux  agriculteurs  agroforestiers  un  gage  de  qualité  à  leurs 
produits.  Ensuite,  et  toujours  dans  la  logique  de  circuits  courts,  il  faudrait développer des 
obligations  d’achats  locaux  afin  d’assurer  un  réel  débouché  aux  productions 
agroforestières.  La  confiance  des  agriculteurs  en  la  rentabilité  économique  de  cette 
pratiques,  permise  par  ce  label  et  les  obligations  d’achats  locaux,  constituera  une 
dynamique favorable aux changements escomptés.  
 
 
 
 

 


Email: ​contact@climates.fr

​Twitter​: @CliMates_

​Website: www.climates.fr

 
SOURCES-CLEFS 










Association Française d’Agroforesterie (2014) ​http://www.agroforesterie.fr/index.php  
Den  Herder,  M.  et  al.  (2016).  Current  extent  and  trends  of  agroforestry  in  the  EU27.  Deliverable 
Report 
1.2 
for 
EU 
FP7 
Research 
Project: 
AGFORWARD 
613520. 
https://www.agforward.eu/index.php/fr/current-extent-and-trends-of-agroforestry-in-the-eu27.ht
ml  
Dupraz,  C.,  Capillon,  A.  (2005).  L’agroforesterie:  une  voie  de  diversification  écologique  de 
l’agriculture européenne. ​Cahier d’étude DEMETER​. 
Hamon,  X.,  Dupraz,  C.,  Liagre,  F.  (2009).  ​L'agroforesterie,  outil  de  séquestration  du  carbone  en 
agriculture​.  Rapport  d'expertise  pour  le  Ministère  de  l'Agriculture,  de  l'Alimentation  et  de  la  Pêche, 
http://prodinra.inra.fr/record/44570 
FAO  (2015).  Promouvoir  l’agroforesterie  dans  les  politiques  publiques–  Guide  pour  les  décideurs. 
Par  G.  Buttoud,  M.  Gauthier  et  F.  Place,  en  collaboration  avec  O.  Ajayi,  B.  Detlefsen,  et  E. 
Torquebiau. ​www.fao.org/documents/card/en/c/4372c604-5e7f-43f8-9fb1-9d3ad8a49272 
Ministère  de  l’Agriculture,  de  l’Alimentation  et  de  la  Pêche  (2015),  Plan  de  développement  de 
l’agroforesterie  (Pour  le  développement  et  la  gestion  durable  de tous les systèmes agroforestiers). 
http://agriculture.gouv.fr/sites/minagri/files/1602-ae-synthese-agroforesteriebd.pdf  
ARBRES, HAIES ET BANDES VÉGÉTALISÉES DANS LA PAC 2015-2020. 2015. 
https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-24649-fiche-agreau-agroforesterie-pac20152020.pdf 
Pour  constater  l’évolution  de  la  production  de bois en France (site du ministère de l’agriculture etc, 
consulté le 24 février 2017) : ​http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/bois2016T1bssef.pdf 

 
 
A travers notre projet ​La Présidentielle du Climat​, nous
participons à L'Appel des solidarités aux côtés de plus de
80 associations et de millions de citoyens.
Pourquoi parler de solidarité ? Parce que nous sommes
solidaires avec la Nature et les Générations futures. Luttons
pour protéger le climat, les sols, les océans, la biodiversité
et les animaux. Luttons pour des énergies renouvelables et
une économie où rien ne se perd, où tout se transforme.  


Email: ​contact@climates.fr

​Twitter​: @CliMates_

​Website: www.climates.fr




Télécharger le fichier (PDF)

Présidentielle du Climat - développer l'agroforesterie !.pdf (PDF, 249 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


agroforesterie et pac
verger maraicher et arboriculture mai 2017
agroforesterie outil de sequestration du carbone en agriculture
conference parlementaire bruxelles agroforesterie note information
programme formation v m drome 16 17 18 mai 2017
formation verger maraicher et arboriculture octobre 2017

Sur le même sujet..