Rèsumé Capuchon et la plume .pdf


Nom original: Rèsumé- Capuchon et la plume.pdfAuteur: Thomas

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Word 2010, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/02/2013 à 15:18, depuis l'adresse IP 85.170.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 789 fois.
Taille du document: 224 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Le capuchon et la plume : moine scribe en chartreuse

« Car nous apprenons l’art de transcrire, autant que cela est possible, à presque tous
ceux que nous recevons dans nos monastères »

Guigues Ier le chartreux, Coutumes de chartreuses

Depuis le commencement de l’ordre cartusien, l’écriture a joué un rôle capital. Les premiers
chartreux devaient s’adonner à la transcription ou au recopiage de manuscrits. L'écrit devient
également un moyen d’étudier, comme en témoigne le jeune novice de Grande Chartreuse,
prenant des notes durant son temps d’étude dans le film Le Grand Silence. Les Coutumes de
Guigues prévoient d’ailleurs que les moines aient un petit nécessaire d’écriture dans leur
cellule : plumes, pinceaux, craie, deux carnets, deux pierres-ponces, deux rasoirs pour polir
les parchemins, un grattoir, un poinçon, un crayon, une règle et des tables. Guigues précise un
peu plus loin :
« Le sacristain distribuera chaque dimanche, après None, de l’encre, du parchemin,
des plumes, des livres, soit pour lire, soit pour copier »
La chartreuse du Mont Sainte-Marie n’échappe pas à cette tradition calligraphique. Bien au
contraire, elle est la seule chartreuse de femmes possédant un nombre si important de
manuscrits encore conservés aujourd’hui. Gosnay, petit village d’Artois, situé entre Béthune
et Bruay a accueilli pendant plusieurs siècles deux chartreuses. La première fut fondée dès
1320 par Thierry d’Hérisson afin d’accueillir des moines. Elle prit le vocable de Val SaintEsprit. La seconde fut fondée en 1329 par la comtesse Mahaut d’Artois sous le nom de Mont
Sainte-Marie. Elle a accueilli jusqu’à la Révolution Française les filles de saint Bruno. Cette
seconde fondation a vu se succéder moines et moniales pendant plus de quatre siècles. Parmi
ces hôtes, le Mont Sainte-Marie a accueilli des moines copistes. Quel fut leur travail ? Pour
qui copiaient-ils des manuscrits ? En se plongeant dans les méandres de l’histoire et des
vieilles pages qu’ils nous ont laissées, nous partirons à leur rencontre afin de mieux connaitre
ceux qui maniaient la plume pour la gloire de Dieu. L’un d’entre eux, dom Jean Marissal,
laissa un héritage aussi riche qu’impressionnant. A travers le travail de dom Jean Marissal,
chartreux profès de Neuville-sous-Montreuil, c’est le monde méconnu des moines copistes en
milieux cartusien que nous tenterons d’appréhender.

Bulletin de la société des Antiquaires de Picardie, 174e année, tome 69, n°695-696

Thomas JEROME, université d’Artois, laboratoire C.R.E.H.S


Aperçu du document Rèsumé- Capuchon et la plume.pdf - page 1/1




Télécharger le fichier (PDF)


Rèsumé- Capuchon et la plume.pdf (PDF, 224 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


resume capuchon et la plume
plaquette
resume le mont sainte marie et le val saint esprit de gosnay
resume le voile et le capuchon histoire d une cohabitation monastique
resume visitatores ordinarii provinciae picardiae
essentiels bruno rotival

Sur le même sujet..