De la crise africaine à la crise malienne .pdf



Nom original: De la crise africaine à la crise malienne_.pdfTitre: Microsoft Word - De la crise africaine à la crise malienne….docxAuteur: Amine

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 09/03/2013 à 21:26, depuis l'adresse IP 41.73.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 952 fois.
Taille du document: 257 Ko (14 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


De la crise africaine à la crise malienne…
Détermination  de  certains  termes  aux  fins  de  cet  article  :  

Ignorance  :  absence  de  savoir  lire  et  écrire  ;  instinct  primitif  de  survie  reposant  sur  la  valorisation  de  soi  
et  la  minimisation  de  l’autre.                                                                                                                                                                                                                                                                  
Superstition  :  crainte  des  conséquences  surnaturelles  d’évènements  humains  ou  fortuits  ;  croyance  à  des  
présages  tirés  de  ces  évènements.                                                                                                                                                                                                                                                    
Fatalisme  :  croyance  selon  laquelle  tout  est  décidé  d’avance  par  une  force  surnaturelle  ;  ce  qu’on  a  du  
mal  à  changer,  c’est  qu’on  ne  peut  pas  le  changer,  y  persister  c’est  peine  perdue.                                                                                                                                                                                
Apartheid  :  séparation  privilégiée  et  systématique  de  quelque  chose  au  profit  d’une  minorité.                                                                                                                                
Science  :  le  savoir  rationnel  de  ce  qui  existe,  par  la  parole  et  l’écriture.                                                                                                                            
Crise  :  trouble  aigu  dans  le  fonctionnement  normal  des  institutions  d’un  Etat  ;  il  peut  englober  un  conflit  
armé.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              
Terrorisme  :  tout  usage  de  la  violence  destiné,  de  par  son  ampleur,  à  susciter  une  peur  générale  et  
immédiate  de  la  mort  au  sein  d’un  groupe  social  donné.                                                                                                                                                                                  
Pleins  pouvoirs  :  autorisation  explicite  donnée  par  un  Etat  à  une  personne,  pour  agir  seul  en  son  nom  
aux  fins  d’une  tache  déterminée.                                                                                                                                                                                                                                                                                
Guérilla  :  stratégie  de  combats  consistant  pour  un  groupe  insuffisamment  armé,  de  se  dissimuler  dans  la  
population  civile  pour  attaquer  son  ennemi,  afin  d’atténuer  sa  puissance  de  frappe.  

 
   On  ne  peut  pas  faire  de  reproches  à  un  continent.  On  le  fait  soit  aux  peuples  dans  
leur  ensemble  soit  aux  gouvernants.  A  tous,  mais  particulièrement  à  ces  derniers,  les  
réflexions  qui  suivent,  s’adressent.    
   Trois  maux  me  paraissent  fondamentaux  dans  l’autodestruction  des  africains.  
Partout  où  ils  existèrent,  ils  produisirent  les  mêmes  catastrophes  :  l’ignorance,  les  
superstitions  et  le  fatalisme.  D’une  analyse  rigoureuse,  ces  trois  maux  paraissent  
composer  un  seul,  l’ignorance.  Mais  cette  approche,  compte  tenu  des  clichés  de  
l’ignorance  et  du  savoir,  permettra  aux  plus  grands  responsables  de  se  sentir  hors  
de  portée.  Or,  l’on  peut  être  décoré  de  diplômes  scolaires  et  être  superstitieux  et  
fataliste.  C’est  un  aspect  de  l’ignorance,  quelque  peu,  discutable.  Mais,  à  y  réfléchir  
minutieusement,  l’on  trouvera  qu’il  est  son  aspect  le  plus  dangereux  et  le  plus  
destructeur  surtout  chez  un  intellectuel.  Car,  par  des  démonstrations  logiques  et  
patientes,  il  est  plus  facile  de  réussir  à  éclairer  l’ignorant  que  l’intellectuel,  qui  a  déjà  
pour  excuse,  la  prétention  de  savoir.    
   Il  fut  un  temps,  pas  si  loin  de  nous,  au  Xe,  XI,  XII,  jusqu’au  XVIIe  siècle,  dans  les  deux  
continents  les  plus  développés  du  monde,  l’Europe  et  l’Amérique,  où  les  peuples  
souffraient  dans  leurs  corps  sociaux  de  ces  trois  maux.  Les  conséquences  furent,  
l’instabilité  sociale,  la  précarité  des  conditions  de  vie,  la  tyrannie,  la  haine  de  la  
contradiction,  les  conflits  sanglants  dont  les  plus  graves  furent  en  Europe  les  
guerres  civiles  des  cent  ans  et  des  trente  ans1.  C’est  à  bout  de  souffle,  que  les  
                                                                                                               
1  -­‐  Wedgwood (C.V.), “ The Thirty Years War”, London, ré-édition Pimlico, 1992.
Sutherland (N. M), "The Origins of the Thirty Years War and the Structure of European Politics."
The English Historical Review 107, no. 424 (1992) pp.587-625 [Consulté le 03/04/2012].  

 

1  

gouvernants  européens  ont  enfin  appris,  par  expérience,  il  faut  le  souligner,  que  tant  
qu’ils  ne  combattront  pas  ces  trois  maux,  ils  ne  connaitront  jamais  une  paix  assez  
durable  pour  s’épanouir.  Ils  s’attaquèrent  alors  aux  sources  de  ces  trois  malheurs,  
entre  autres,  le  joug  des  églises  et  l’apartheid  du  savoir2.  C’est  dans  ces  conditions  
que  l’Etat  moderne  a  vu  le  jour.  Par  la  tolérance  et  la  promotion  de  la  science,  les  
gouvernants  se  sont  peu  à  peu  libérés  de  ces  contraintes,  pour  alléger  leurs  
souffrances  et  celles  de  leurs  peuples.  Persévérant  dans  cette  voie,  jamais  l’Europe  
ne  connut  de  périodes  si  sombres  de  son  histoire.  Malheureusement,  ce  qu’elle  
cessait  de  faire  chez  soi,  elle  le  faisait  chez  les  autres,  les  invasions,  les  nettoyages  
ethniques,  les  hégémonies  religieuses  etc.  Cette  contradiction  corrompit  tellement  
certains  gouvernants  qu’ils  commencèrent  à  se  servir  de  la  science  pour  également  
diffuser  une  certaine  ignorance  dans  la  masse.  Ceci  sema  les  germes  de  nouveaux  
conflits.  Par  ailleurs,  plus  leur  mémoire  s’éloignait  de  ces  périodes  sombres,  plus  
leur  désir  de  puissance  augmentait  et  finit  par  avoir  raison  de  leur  tolérance  
mutuelle.  Les  conséquences  les  plus  désastreuses  furent  la  première  et  la  seconde  
guerre  mondiales,  qui  rappelèrent  aux  protagonistes  que  le  combat  contre  les  trois  
maux  n’avait  pas  été  gagné,  mais  que  ses  sources  avaient  juste  changé  et  ses  effets  
plus  ou  moins  contrôlés.  Les  solutions  qu’ils  formulèrent,  pour  la  plupart,  furent  
approximatives3…  Néanmoins,  par  la  promotion  de  la  science  et  la  démocratie,  les  
guerres  entre  européens  devinrent  de  moins  en  moins  probables,  et  leur  continent  
plus  stable.  Les  régions  qui  montrèrent  de  grandes  fragilités  à  cet  égard  furent  aussi  
les  moins  ouvertes  à  ces  grandes  tendances.    Ceci  dit,  de  grands  conflits  sanglants  
restent  possibles  en  Europe  ;  ils  seront  le  fait  de  l’instrumentalisation  du  savoir  
et/ou  de  l’information  et  le  désir  de  puissance,  qui  sont  des  dangers  liés  à  la  nature  
humaine.  
   Le  malheur  de  l’Afrique,  depuis  les  indépendances,  c’est  que  nos  gouvernants  n’ont  
pas  su  tirer  les  leçons  de  l’histoire  européenne  pour  épargner  à  notre  continent  les  
souffrances  de  l’expérience,  qui  font  découvrir  amèrement  la  vertu  de  la  science  et  
de  la  tolérance.  Les  ex  colons  n’ont  pas  été  d’une  grande  aide,  au  contraire  ils  
retombèrent  dans  leurs  contradictions  d’antan.                                                                                                            
L’ignorance  de  nos  populations,  les  superstitions  et  le  fatalisme  de  nos  gouvernants  
ont  ainsi  miné  nos  nouveaux  Etats  à  reproduire,  dans  une  moindre  mesure  peut  
être,  le  destin  des  anciennes  guerres  européennes.  Les  conflits  de  sécession,  les  
guerres  territoriales  et  civiles  n’en  finissent  pas.  Notre  expérience  vers  la  stabilité  
continue,  mais  jusqu'à  quand?    
   Ces  trois  volets  de  la  crise  africaine  se  trouvent  cristalliser  dans  la  crise  malienne,  
particulièrement  le  fatalisme  ou  l’irresponsabilité  de  ses  dirigeants.  Pour  le  
démontrer,  il  faut  remonter  aux  sources  de  la  crise,  à  ses  conséquences,  à  
                                                                                                               
2  -­‐  Cet  apartheid  était  fait  au  profit  de  la  noblesse  en  Europe.  
3  -­‐  vous  pouvez  lire,  Kissinger  (H.),  «  LA  NOUVELLE  PUISSANCE  AMERICAINE  »,  Chapitre  VII,  France,  

Librairie  Arthème  Fayard,  2003,  p.383.  [  il  explique  -­‐  d’un  point  de  vue  américain  certes-­‐  dans  quelles  
mesures  les  institutions  internationales  ne  peuvent  pas  garantir  la  paix  internationale].      

 

2  

l’intervention  française  et  aux  autorités  politiques  de  circonstance.  Et  ensuite,  il  
serait  utile  de  dresser  quelques  perspectives  pour  ce  quasi-­‐Etat.  
   Pour  un  chef  d’Etat  ou  un  leader,  deux  qualités  sont  indispensables  pour  réussir  sa  
mission  :  être  stratège  et  philosophe.  Cela  explique  pourquoi  très  peu  de  leaders  
existent  encore  de  nos  jours,  la  plupart  n’étant  que  des  politiciens.                                                                        
Ceux-­‐ci  n’ont  pas  de  conviction,  c’est  pourquoi  se  noient-­‐ils  toujours  dans  les  
coalitions  de  partis,  enjôlés  par  leurs  propres  ego.  Certains  survivent  bien  à  ces  
carences,  en  parvenant  à  s’entourer  de  conseillers  ayant  ces  qualités  de  leader.    

   L’ex  président  malien  n’avait  surement  aucune  de  ces  qualités,  pourtant  général  
d’armées  ;  et  tout  porte  à  croire  que  ses  prétentions  l’avaient  rendu  sourd  à  l’endroit  
de  ses  conseillers  stratèges  et  philosophes,    s’il  en  avait.  Quel  que  soit  le  cas,  lorsque  
le  putschiste  adulé  Amadou  Toumani  Touré  assuma  l’autorité  suprême  de  l’Etat,  en  
1991,  certains  des  premiers  actes  qu’il  posa,  scellèrent  le  sort  de  notre  peuple.                                                                                              
En  effet,  c’était  en  pleine  période  d’effervescence  démocratique,  que  pour  la  
deuxième  fois  depuis  1963,  un  groupuscule  armé  touareg  -­‐  d’à  peine  deux  milles  
hommes  -­‐  attaquait  les  forces  armées  de  leur  pays,  dans  la  sixième  et  septième  
région.  Le  Mali  sortait  d’un  régime  militaire  dictatorial  qui  avait  appauvri  toute  la  
nation.  Mais,  en  vingt  trois  années  de  pouvoirs  absolus,  faut-­‐il  le  rappeler,  ce  régime  
du  général  Moussa  Traoré  n’avait  conclu  aucun  accord  de  paix  avec  les  rebelles  
touaregs.  Car  à  son  entendement,  pensait-­‐il,  toute  revendication  territoriale,  sous  
quelque  forme  que  ce  soit  était  inacceptable.  Il  aurait  pu  les  entendre  sur  d’autres  
sujets,  c’est  vrai,  tels  que  les  efforts  de  développement  économique  et  les  libertés,  
mais  ces  sujets  étaient  ceux  de  tous  les  maliens.  Les  négocier  avec  les  rebelles  
revenait  à  compromettre  avec  tout  le  peuple.  De  leur  coté,  les  ex  rebelles  auraient  
pu  se  joindre  aux  forces  démocratiques  maliennes,  surtout  après  la  chute  de  la  
dictature,  pour  réorganiser  le  peuple,  participer  aux  élections  présidentielles  et  
attendre  de  l’élu  du  peuple  un  traitement  égalitaire.  A  cela,  ils  préférèrent  une  
démarche  solitaire,  à  la  manière  forte,  à  un  moment  aussi  crucial  de  notre  histoire.  
Voilà  ce  qui  a  rendu  leur  rébellion  plus  odieuse  qu’elle  ne  l’était.  
   Le  Conseil  de  Transition  pour  le  Salut  du  Peuple  (CTSP)  d’Amadou  Toumani  Touré,  
quoiqu’on  en  dise,  n’était  pas  un  pouvoir  élu.  C’était  en  partie  un  groupe  d’officiers  
militaires,  qui  avaient  saisi  l’opportunité  idéale,  pour  renverser  le  pouvoir  et  
instaurer  un  régime  démocratique  dont  ils  pourraient  également  profiter.                                          
Face  aux  groupuscules  rebelles  qui  avaient  repris  les  armes  dans  le  Nord  du  pays,  
leur  répréhension  de  la  démocratie  s’est  manifestée.  Dans  ce  contexte,  le  bons  sens  
consistait  pour  le  CTSP,  de  s’en  tenir  aux  accords  de  Cessez-­‐le-­‐feu  signés  à  
Tamanrasset,  juste  avant  la  chute  de  l’ancien  régime,  jusqu'à  l’élection  d’un  
Président  qui  décidera  en  toute  souveraineté  et  légitimité  de  la  suite  à  donner  à  ces  
accords.  Voilà  ce  qu’aurait  fait  un  démocrate.  Les  ambitions  humaines  étant  ce  
qu’elles  sont,  le  président  Touré  s’est  au  contraire  précipité  à  signer,  quelque  mois  
avant  les  élections,  le  regrettable  Pacte  National4  (ci-­‐après  Pacte),  qui  n’était  en  fait,  
                                                                                                               
4  -­‐  voir  Décret N/ 92-121/P-CTSP portant promulgation du Pacte National, signé le 11 avril 1992 à
Bamako, entre “Le Gouvernement de la Republique du Mali et les Mouvements et Fronts unifiés de

 

3  

qu’un  pacte  de  condamnation  à  mort  du  jeune  Etat  malien.                                                                                              
Fait  à  Bamako,  le  11  Avril  1991,  dans  ses  dispositions,  le  président  de  transition  a  
cédé  aux  Mouvements  et  Fronts  Unifiés  de  l’Azawad  (groupuscules  rebelles),  le  repli  
des  forces  armées  du  Nord  de  notre  territoire,  l’intégration  des  ex  combattants  dans  
l’armée  nationale  et  des  forces  de  sécurité  à  des  grades  d’officiers  et  de  sous-­‐
officiers,  parfois  de  leurs  choix,  la  création  d’unités  spéciales  composées  à  majorité  
de  touaregs,  pour  assurer  la  police  et  la  sécurité  dans  ces  régions,  l’intégration  de  
leurs  chefs  politiques  dans  les  hautes  fonctions  de  l’Etat5.  Tout  cela,  sans  égard  
aucun  pour  la  compétence  ou  l’attachement  à  la  patrie,  sans  compter  les  sommes  
colossales  devant  tomber,  plus  tard,  dans  les  mains  corrompues  des  chefs  rebelles,  
sous  prétexte  d’investissements  économiques  au  Nord.                                                                                        
Considérant  le  poids  démographique  des  touaregs  et  des  arabes,  à  peine  6%  de  la  
population  malienne  du  Nord,  dont  la  majorité  ne  se  reconnaissaient  guère  dans  ces  
groupuscules  armés,  le  gain  était  énorme  et  la  contrepartie  insignifiante.  Ce  fut  en  
1996,  après  des  agitations  de  certains  ex  combattants  rebelles  –  tant  de  signes  que  
ce  Pacte  était  un  suicide  de  l’Etat  –  que  le  premier  président  élu  Alpha  Oumar  
Konaré  allumât  la  fameuse  flamme  de  la  paix,  qui  brula  quelques  3000  armes  de  tirs.  
Cette  attitude  peut  être  considérée  comme  une  sorte  de  ratification  du  Pacte  déjà  
signé  par  les  autorités  de  transition.  Bien  que  ses  mains  fussent  liées  en  partie,  par  
l’engagement  de  celles-­‐ci,  tout  le  pouvoir  légitime,  légal  et  souverain  reposait  
désormais  sur  lui,  pour  dénoncer  une  telle  alliance.  Il  ne  le  fit  point.  Il  se  rendit  ainsi  
complice  du  plus  grand  crime  jamais  commis  contre  notre  peuple.  Ces  deux  hommes  
d’Etat  mériteraient  d’être  jugés  pour  Haute  Trahison.                                                                                                                                                                                              
Six  ans  après,  ex  général,  Mr  Toure  revint  aux  affaires,  cette  fois-­‐ci  à  travers  une  
élection  quasi  programmée6.  Le  niveau  de  corruption  grimpa  davantage  ;  il  accéléra  
la  déliquescence  du  niveau  de  l’éducation  malienne  ;  il  soudoya  les  chefs  religieux  et  
les  politiciens,  découragea  l’esprit  critique  et  construisit  cette  toile  de  «  consensus  
national  »  qu’il  vendit  à  l’étranger.                                                                                                                                                                                          
En  2006,  certains  de  ces  ex  rebelles  intégrés  désertèrent  l’armée,  avec  des  matériels  
de  guerre,  pour  former  à  Kidal  (la  nouvelle  région  (8e)),  l’Alliance  Démocratique  du  
23  Mai  pour  le  Changement.  De  revendications  territorialistes  refirent  surface.  Nos  
autorités  avaient  là,  une  fois  de  plus,  une  aubaine  pour  redresser  la  barre.  Elles  ne  le  
saisirent  point.  La  bêtise  devint  la  vertu.  Les  Accords  d’Alger7  furent  signés  sur  
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         
l’Azawad”. [Il faut noter que c’était plutot le Comité de transition pour le Salut du Peuple, et non pas le
Gouvernement de la République du Mali, qui ne devait voir le jour qu’après les élections présidentielles.
D’ailleurs la signature apposée sur le Pacte, a ete faite au nom du President du Comité].  
5  -­‐  Idem  
6  -­‐  Pour  plus  d’information  sur  les  fraudes  durant  cette  élection  et  bien  d’autres,  voir  l’article  de  
Laurent  Bigot,  sous-­‐directeur  de  l’Afrique  du  Ministère  des  affaires  étrangères  françaises,  «  Mali  :  
pays  corrompu  jusqu’au  palais  présidentiel  »,  publié  sur  Maliweb  le18  janvier  2013,  disponible  à  
cette  adresse  :  http://www.maliweb.net/news/corruption-­‐lutte-­‐contre-­‐
la/2013/01/18/article,119624.html.  [consulté  le  19/01/2013]  
7  -­‐  Les  Accords  d’Alger,  signés  le  04/07/2006  à  Alger,  entre  «  Les  représentants  de  l’Etat  Malien  et  
les  représentants  de  l’Alliance  Démocratique  du  23  Mai  pour  le  changement  »,  disponibles  à  cette  
adresse  :  http://saadlounes.unblog.fr/files/2010/05/accordsdalgerjuillet2006.pdf.  [Consulté  le  
01/03/2013].  

 

4  

presque  le  même  model  que  le  pacte  de  condamnation  nationale.  Ils  répétèrent  les  
vieilles  chansons,  dansèrent  les  vieux  pas,  et  la  fête  sorcière  continua.  De  surcroit,  
des  mouvements  islamistes  terroristes  étrangers  se  mêlèrent  au  folklore.                                  
Car  ces  mouvements  prospèrent  toujours  dans  les  milieux  qui  échappent  au  
contrôle  de  l’Etat  ou  caractérisés  par  le  passéisme.  Le  Mali  leur  offrait  un  terrain  
idéal.  Fiers  et  engagés,  ils  évoluèrent  progressivement.  Pour  signaler  leur  présence  
et  se  nourrir,  ils  prirent  des  otages  étrangers,  se  livrèrent  aux  trafics  de  drogue,  
recrutèrent  et  tissèrent  des  liens  de  toute  sorte  avec  les  communautés  touaregs  et  
arabes.  Alerté,  par  les  grandes  puissances  occidentales  et  les  medias,  le  chef  de  l’Etat  
préféra  collaborer,  au  lieu  de  les  combattre.  Ce  qu’il  fit  avec  les  rebelles  touaregs,  
pensa-­‐t-­‐il  le  refaire  avec  les  islamistes  terroristes  ?  Où  pensa-­‐t-­‐il  se  servir  des  uns  
contre  d’  autres  ?  C’étaient  de  toute  façon  des  calculs  ratés  d’avance.                                                              
Il  en  va  de  la  nature  de  l’islamisme  terroriste  que  lorsqu’il  s’implante  dans  un  
endroit,  il  se  ramifie  et  veuille  prospérer.  Et  il  ne  partira  plus  que  par  la  force.  C’est  
une  idéologie  très  jalouse  et  intransigeante  quand  à  ses  objectifs.  Chaque  moment  
de  coexistence  pacifique  avec  elle,  la  renforce  et  compromet  davantage  toute  
victoire  militaire  prochaine.  A  moins  que  l’Etat  ne  mène  l’offensive  sur  un  autre  
plan,  celui  de  l’idéologie,  de  sorte  à  délégitimer  ses  lectures  de  référence.  Et  cet  
affrontement  des  idées  conduira  inévitablement  l’Etat  au  premier  dilemme  :  les  
combattre  ou  se  laisser  progressivement  dominer  et  contrôler;  car  rappelez-­‐vous,  
c’est  une  idéologie  qui  a  horreur  de  la  contradiction.  
   Un  évènement  majeur  accéléra  l’alliance  entre  ces  islamistes  et  les  ex  chefs  
rebelles  :  la  guerre  en  Libye.  
   Déjà,  après  la  première  rébellion  des  années  1960,  certains  éléments  avaient  
trouvé  refuge  en  Libye,  intégré  l’armée  d’élites  libyenne,  et  pris  la  nationalité  
libyenne.  Avec  l’aide  du  Guide  libyen,  Mouammar  Kadhafi,  qui  aurait  une  
ascendance  touareg,  ces  éléments  continuèrent  à  soutenir  financièrement  et  
matériellement  toutes  les  rebellions  touaregs  dans  leur  terre  d’origine.  Et  ce  dernier  
intervenait  de  temps  à  autre,  pour  calmer  la  situation,  et  satisfaire  du  coup  sa  
boulimie  de  grandeur.  
   Lorsque  le  conflit  éclata  le  15  février  2011  en  Libye,  après  un  mouvement  de  
protestation  civile,  s’inscrivant  dans  les  soulèvements  du  printemps  arabe,  plusieurs  
militaires  touaregs  maliens  rejoignirent  en  mercenaires  le  camp  du  Guide,  avec  la  
bénédiction  du  président  malien,  à  en  croire  certains.  Si  cela  s’avérerait  vrai,  ce  
serait  une  violation  grave  des  termes  de  l’embargo,  imposé  par  la  résolution  19708  
du  conseil  de  sécurité.  De  toute  façon,  cela  n’empêcha  guère  la  chute  du  régime  de  
Kadhafi,  qui  devint  inévitable  avec  l’entrée  en  guerre  de  la  société  internationale,  le  
17  mars  2011.  Sous  la  bannière  de  l’ONU,  la  coalition  internationale  avait  pour  
mission  de  faire  respecter  une  «  zone  d’exclusion  aérienne  »  et  prendre  «  toutes  
                                                                                                               
8  -­‐  On  peut  consulter  la  résolution  1970,  adoptée  le  26/02/2011,  par  le  conseil  de  sécurité,  à  tout  
moment  sur  le  site  des  nations  Unies  :                                                                                                                                                  
http://www.un.org/News/fr-­‐press/docs/2011/CS10187.doc.htm  [  Dernière  consultation  le  
01/03/2013]  

 

5  

mesures  nécessaires  »,  n’impliquant  pas  l’envoi  des  troupes  au  sol,  pour  protéger  les  
populations  civiles.                                                                                                                                                                                                                                                              
Tout  observateur  sérieux  pouvait  prédire  cette  fin  imminente  de  Kadhafi  et  
dangereuse  pour  toute  la  sous-­‐région.  A  ce  niveau,  vus  nos  liens  complexes  de  
sécurité  avec  ce  pays,  toutes  les  précautions  auraient  dues  être  prises,  par  nos  
autorités,  pour  prévenir  le  retour  des  éléments  durs  des  précédentes  rebellions  
touaregs  sur  notre  sol.  On  savait  que  beaucoup  s’étaient  naturalisés  libyens,  ne  
supportant    pas,  entre  autres,  de  vivre  dans  un  mali  dirigé  par  des  noirs.  Il  était  donc  
facile  de  deviner  ce  qu’ils  feraient  à  leur  retour,  dans  une  zone  dont  ils  ont  contribué  
efficacement  à  libérer  du  joug  militaire  malien.  Donc,  l’Etat  devait  prévenir  ce  qu’il  
savait  être  une  menace  fatale  pour  son  existence.                                                                                                    
L’exemple  fut  donné,  en  cela,  par  l’Etat  du  Niger  qui  souffrait  également  de  
décennies  de  rebellions  touaregs.  Il  exigea  le  désarmement  total,  sans  condition,  a  
tous  les  refugiés  militaires  ou  mercenaires  libyens  entrant  sur  son  territoire.                            
Ceci  était  d’autant  plus  facile  pour  le  Mali,  qu’il  n’avait  pas  de  frontière  directe  avec  
la  Libye.  En  plus,  Le  Niger  était  prêt  à  coopérer.  Dans  ce  cadre,  son  gouvernement  
demanda  au  président  malien,  ce  qu’il  fallait  faire  des  mercenaires  touaregs  armés  
qui  détenaient  des  passeports  maliens,  et  qui  voulaient  rentrer  au  Mali.  Notre  
président  donna  son  feu  vert  à  un  passage  sans  restriction.  Il  s’en  justifiera  quelques  
mois  après,  dans  une  interview  qu’il  accordât  à  Alain  Fokka9,  en  soutenant  que  ces  
maliens  touaregs  avaient  besoin  de  leurs  armes  (armes  de  guerre  sophistiquées  ?)  
pour  se  protéger.  On  voit  bien  là  où  se  trouvait  l’allégeance  du  président.  Valait-­‐il  la  
peine  de  mettre  en  danger  la  sécurité  de  tout  un  peuple  pour  protéger  quelques  
uns  ?  La  réponse  s’imposait  pour  celui  qui  avait  fait  serment  de  défendre  fidèlement  
la  nation.  C’est  une  raison  de  plus,  qui  motiverait  un  mandat  d’arrêt  international  
lancé  contre  cet  homme,  pour  le  juger  pour  Haute  Trahison  ou  manquement  grave  à  
ses  responsabilités  de  Chef  d’Etat,  afin  qu’il  serve  de  leçon  pour  tous  ses  
successeurs,  du  respect  et  du  dévouement  qu’ils  doivent  à  leur  peuple.                                                                                                                    
Après  s’être  installés  au  Nord,  ces  mercenaires  furent  reçus  à  Koulouba,  avec  les  
honneurs  et  un  cérémonial  diffusé  à  la  télévision  nationale.  Ils  reçurent  des  
enveloppes  d’argent  et  des  vivres,  destinés  à  acheter  leur  sympathie.  Une  vieille  
méthode  qui  n’a  jamais  produit  les  effets  escomptés,  mais  que  l’on  continuait  quand  
même  d’appliquer.  C’était  devenu  une  sorte  d’addiction.                                                                                                                  
Ces  ex  mercenaires  et  doubles  nationaux  commencèrent  leurs  tractations  avec  les  
cellules  dormantes  touaregs  et  les  groupes  islamistes,  et  réussirent  à  relancer  le  
Mouvement  National  pour  la  Libération  de  l’Azawad  (MNLA).                                                                                        
Il  faut  rappeler  que  du  point  de  vue  stratégique,  c’était  le  moment  idéal  de  réussir  
toute  tentative  de  rébellion  au  Mali.  D’une  part,  nous  étions  en  pleine  période  
électorale,  quelques  mois  avant  la  fin  du  mandat  présidentiel.  D’autre  part,  
l’atmosphère  était  très  tendue  quand  aux  velléités  éventuelles  du  président  sortant  
de  briguer  un  nouveau  mandat.  C’est  peut  être  le  moment  de  mettre  en  exergue  la  
responsabilité  des  différents  chefs  de  partis  politiques,  dans  la  déconfiture  de  la  
                                                                                                               
9  -­‐  Ecouter  l’interview  du  président  malien  dans  le  «  Débat  africain  »,  avec  Alain  Fokka,  disponible  à  
cette  adresse  :  http://larevue2analck.over-blog.com/article-interview-att-l-insecurite-au-nordmali_par-rfi-100321716.html [Dernière consultation le 03/03/2013]  

 

6  

situation  au  Nord.                                                                                                                                                                                                                                                              
Comme  l’avait  bien  signalé,  l’ambassadeur  français  Christian  Roux,  lors  d’un  point  
de  presse  d’un  parti  politique  sur  la  situation  au  Nord  du  Mali,  début  décembre  
2011,  «  la  classe  politique  n’a  pas  joué  son  rôle  »10.  En  effet,  aucun  débat  digne  de  ce  
nom  n’a  jamais  eu  lieu  à  l’Assemble  nationale,  sur  les  conséquences  désastreuses  du  
Pacte  de  1991,  ni  moins  sur  les  Accords  d’Alger  de  2006.  Une  seule  voie  dissidente  
daigna  exprimer  son  opposition  sur  ces  derniers,  mais  aussitôt  se  tut.  Aucun  parti  
politique  ne  sortit  de  ce  marasme  beat,  pour  interpeller  le  chef  de  l’Etat  sur  sa  
complaisance  avec  les  groupes  islamistes  au  Nord,  lorsqu’il  réussit  à  faire  libérer  
contre  rançon,  une  dizaine  d’otages  européens  de  leurs  mains  en  2009.  Mais  
beaucoup  d’entre  les  politiciens  vociférèrent  contre  le  diable,  lorsque  certains  
medias  spéculèrent  sur  la  volonté  du  chef  de  l’Etat  de  briguer  un  troisième  mandat.  
On  voit  bien  là  où  se  trouvait  leur  intérêt.  Cela  dénote,  sciemment  ou  
inconsciemment,  d’une  indifférence  pour  l’intérêt  suprême  et  commun  du  peuple  
malien,  et  d’une  voracité  sans  égale  pour  ses  propres  comptes.  Chacun  rêvait-­‐il  de  
son  tour  à  Koulouba,  pour  différer  ces  problèmes  de  rébellion  armée,  conformément  
à  l’addiction  politique  nationale,  qui  tôt  ou  tard  devaient  exploser  un  jour  ?    
     A  l’image  de  leur  société,  ces  politiciens  sont  fatalistes  ;  ils  ne  croient  pas  qu’on  
puisse  résoudre  définitivement  la  crise  au  Nord,  ni  lutter  efficacement  contre  la  
corruption,  ni  éradiquer  la  pauvreté.  En  agissant  de  la  sorte,  ils  contribuent  à  
renforcer  l’emprise  des  marabouts  et  des  féticheurs  sur  les  gens  ordinaires.                
Ainsi,  partout,  voyons-­‐nous  la  main  de  Dieu  ou  des  fétiches,  dans  l’accession  et  la  
défaite  des  concurrents  aux  pouvoirs,  dans  nos  bêtises  et  nos  défaillances  humaines,  
tout  comme  dans  nos  exploits.  Finalement,  tout  est  devenu  superstitieux.                          
Aussi,  devenons-­‐nous  des  jouets  manipulables  à  souhait,  dans  la  main  des  
politiciens.  L’ignorance  étant  la  toile  de  fond  de  tout  cela,  nous  ne  voyons  de  gain  
que  dans  l’immédiat.  «  Now  !11  ».  On  vend  son  vote  à  peine  5  euros,  souvent  pour  des  
soirées  de  gaieté,  sans  souci  aucun  pour  les  passés  et  les  projets  de  société  des  
candidats.  De  toute  façon,  ils  ne  tiennent  jamais  leurs  promesses,  se  dit-­‐on  ?  
   Il  faut  une  nouvelle  classe  politique  au  Mali.  Bien  que  je  croie  en  la  conscience  
humaine,  qui  ne  meurt  qu’avec  son  corps,  il  serait  plus  prudent  de  donner  la  
responsabilité  de  direction  des  affaires  nationales,  à  ceux  qui  ne  sont  pas  tachés  par  
cette  culture  de  délabrement,  de  préférence  aux  jeunes  habiles  d’entre  eux.                            
La  jeunesse  a  de  l’audace  et  de  la  naïveté  nécessaires  pour  briser  les  chaines  du  
fatalisme,  lorsqu’elle  est  pétrie  d’une  grande  culture  de  l’histoire  et  d’une  bonne  
dose  de  philosophie.  Mais  comment  faire  entendre  ce  cri,  sachant  que  la  majorité  ne  
me  liront  même  pas  ?  Parce  que,  simplement,  nous  pouvons  compter  sur  la  minorité  
                                                                                                               
10  -­‐  Voir  l’article  en  intégralité  sur  la  page  tweeter  du  journal  «  Le  républicain  »,  du  13  Décembre  
2011,  sous  le  titre  :  «  La  colère  en  intégralité  d’un  ambassadeur  atypique  :  Christian  Roux  »,    [consulté  le  
13  Décembre  2011]  ;    ou    mettez  ce  titre  dans  le  moteur  de  recherche  google.    
 

 

11  -­‐  Mot  anglais  qui  signifie  maintenant.  

 

7  

qui  le  fera,  de  se  faire  écho  de  ce  message,  par  le  biais  des  modes  de  communications  
appropriés  auprès  des  autres.  C’est  une  responsabilité  d’informer,  que  chaque  
citoyen  porte  envers  l’autre,  dans  le  redressement  de  la  société.  Faisons  chacun  sa  
part  de  labeur.  Certains  nous  qualifieront  de  rêveurs.  Certes.  Mais  quel  progrès  de  
l’humanité  fut  l’accomplissement  de  ceux  qui  ne  voient  que  dans  la  lumière  du  jour  ?  
Il  n’ya  rien  de  mal,  pour  les  jeunes,  de  se  voir  coller  de  tels  sobriquets.  Il  faut  en  faire  
des  titres  d’honneurs,  car  c’est  ce  qu’ils  sont  en  vérité.  Le  bien  ou  le  mal  d’une  chose  
dépend  de  la  personne  qui  en  est  l’objet.  Le  jour  où  l’on  prendra  conscience  de  cela,  
l’on  verra  la  magnitude  du  pouvoir  que  le  Créateur  a  mis  en  nous.                    
   Dans  la  suite  des  événements,  après  la  création  du  MNLA,  une  nouvelle  rébellion  
éclata  le  17  janvier  2012  à  Kidal.  C’était  vraiment  trop  demander  du  président  de  la  
République  de  gagner  ce  conflit,  qu’il  n’a  pas  su  prévenir  malgré  les  flagrants  signes  
avant-­‐coureurs.  Immédiatement,  après  le  début  des  hostilités,  beaucoup  de  
militaires  touaregs  maliens  désertèrent  leurs  postes  avec  armes  et  renseignements  
pour  rejoindre  les  rebelles.  En  quelques  jours  leur  avancée  fut  fracassante.  Ils  
mirent  en  déroute  la  petite  présence  militaire  malienne  dans  la  région,  
massacrèrent  des  centaines  de  prisonniers  à  Aguelhok12,  et  battirent  en  brèche  les  
renforts.  Kidal  fut  occupé  et  Gao  menacé.                                                                                                                                                                                                          
Tout  au  long  de  ces  épisodes,  Amadou  Toumani  Touré  ne  parlait  que  de  replis  
stratégiques.  Il  choisit  de  mentir  à  la  nation  plutôt  que  de  décréter  l’état  d’urgence  et  
appeler  aux  armes  tous  les  bras  valides  du  pays.  L’heure  était  grave,  mais  on  le  
sentait  à  peine  sur  l’unique  télévision  nationale,  où  les  programmes  de  diffusion  
suivaient  leur  cours  normal.  Ne  faudrait-­‐il  pas  juger  cet  homme  qui  a  si  mal  traité  ce  
pays  ?                                                                                                                                                                                                                                                                                      

Quelques  jeunes  militaires,  déconcertés  à  l’état  de  leur  armement  et  à  l’immobilisme  
du  gouvernement,  décidèrent  spontanément,  le  22  mars  2012,  de  renverser  le  
pouvoir.  C’était  de  l’opportunisme  pur  et  dur,  avec  toutes  ses  caractéristiques.                                                                                              
L’audace  et  la  naïveté,  ancrées  dans  l’histoire  et  la  philosophie,  dont  je  parlais  à                    
l’instant,  n’ont  rien  à  voir  avec  l’ignorance  ou  la  bêtise.  S’il  est  vrai  que  l’on  ne  peut  
pas  improviser  la  gestion  d’une  simple  entreprise,  comment  peut-­‐on  prétendre  à  
celle  d’un  Etat  sans  un  minimum  de  prévision  ?  Ce  fut  un  piètre  coup  d’Etat,  dont  les  
bourreaux  du  public  ne  manquèrent  point  de  se  servir  pour  leur  faire  porter  le  
chapeau  de  l’affaissement  de  l’Etat,  bien  qu’il  soit  trop  grand  pour  leurs  têtes.  
Détruire,  évidemment,  c’est  ce  que  ces  politiciens  savent  le  mieux  faire.  Ils  
s’acharnèrent  tous  contre  les  putschistes  –  à  l’exception  de  quelques  uns  -­‐  et  
appelèrent  à  une  intervention  internationale  pour  les  déloger.  Ils  sont  responsables  
de  la  prise  systématique  des  deux  autres  villes  du  Nord,  autant  que  les  putschistes.  
S’ils  ont  pu  bien  s’accommoder  d’un  régime  vampire,  pendant  plus  d’une  décennie,  
ils  pouvaient  bien  faire  preuve  de  solidarité,  à  un  moment  aussi  crucial  de  notre  
histoire,  et  aider  ces  jeunes  à  faire  ensemble  front  contre  l’ennemi  commun.  C’est  un  
                                                                                                               
12  -­‐  Voir  l’article  de  Center  blog  sur  «  Massacres  d’Aguelhok  »,  qui  cite  des  déclarations  de  

personnalités  internationales  sur  ce  sujet,  à    cette  adresse  :  http://tchoyassoinfos.centerblog.net/60-­‐
massacres-­‐d-­‐aguel-­‐hoc-­‐  [consulté  le  03/03/2013]  

 

8  

manque  de  stratégie  politique  intolérable  qui  disqualifierait  tous  ces  prétendants  à  
la  destinée  de  notre  pays.  Au  surplus,  ils  rajoutèrent  aux  problèmes,  désorientèrent  
les  putschistes,  les  affaiblirent  davantage  et  manipulèrent  l’opinion  publique  
nationale.  Le  Mali  était  semblable  à  cette  maison  menacée  de  démolition  par  un  
étranger,  pendant  que  les  enfants  gaspillaient  allègrement  leur  énergie,  à  se  
disputer  les  biens  familiaux,  croyant  la  maison,  perdue  d’avance.  Quel  spectacle  !                                                                                    
La  société  internationale  n’a  fait  que  son  devoir  en  appelant  au  calme  et  au  retour  à  
l’ordre  constitutionnel.  Car  c’était  le  seul  cadre  clair,  qu’ils  pouvaient  voir  dans  ce  
méli-­‐mélo  à  la  malienne.  Aucune  situation  de  coup  d’Etat,  auparavant,  n’a  connu  un  
tel  dénouement  en  Afrique…                                                                                                                                                                                                                          
Sous  l’œil  de  l’ex  président  de  l’Assemblée  nationale  du  Mali,  en  visite  pendant  cette  
période  en  Cote  d’Ivoire  -­‐  capitale  en  tour  de  la  CEDEAO  -­‐  la  conférence  des  chefs  
d’Etats  de  cette  organisation  imposèrent  un  embargo  sur  le  pays13.  Ils  posèrent  
comme  condition  de  sa  levée,  le  retour  à  l’ordre  constitutionnel,  qui  ferait  de  l’ex  
président  de  l’Assemblée,  Dioncounda  Traoré,  le  président  par  intérim.                                                                                                        
Le  06  Avril  à  Bamako,  le  médiateur  de  la  CEDEAO  signa  un  Accord  Cadre  avec  le  
Comite  National  de  Redressement  de  la  Démocratie  et  de  la  Restauration  de  l’Etat  
(CNRDRE,  des  putschistes),  après  consultation  de  la  classe  politique  et  de  la  société  
civile,  qui  marqua  le  retour  à  l’ordre  constitutionnel  et  la  nomination  d’un  Premier  
ministre  avec  les  Pleins  pouvoirs,  pour  diriger  le  gouvernement  de  transition  au  
delà  de  l’intérim  de  40  jours  prescris  par  la  constitution.                                                                                                                                        
Ce  premier  ministre  fut  nommé  en  la  personne  de  Cheikh  Modibo  Diarra,  qui  
semblait  faire  l’unanimité  de  la  classe  politique,  et  les  putschistes  retournèrent  
physiquement  dans  les  casernes.                                                                                                                                                                                                
On  attendait,  maintenant,  de  tous  ces  protagonistes,  qu’ils  focalisent  leurs  efforts  sur  
la  libération  des  régions  occupées  et  la  préparation  des  élections  présidentielles  
prochaines.  Hélas  !  Leur  priorité  était  ailleurs.  Une  nouvelle  bataille  de  pouvoirs  et  
d’influence  devait  prendre  le  dessus.                                                                                                                                                                                                                  
Selon  les  termes  de  l’article  6  de  l’Accord  Cadre14,  c’est  le  premier  ministre,  chef  de  
gouvernement,  qui  détient  le  pouvoir  de  décision  dans  la  gestion  du  conflit  au  Nord  
et  la  préparation  des  élections  pendant  la  transition  politique,  qui  devait  
techniquement  commencer  à  l’expiration  des  40  jours,  pour  être  en  harmonie  avec  
la  constitution  malienne.  Ce  qui  revenait  à  dire  qu’avant  cette  date,  le  premier  
ministre  ne  pouvait  qu’agir  en  premier  ministre  ordinaire,  aux  ordres  du  président  
par  intérim,  au  nom  des  pouvoirs  qui  lui  sont  investis  par  la  constitution.  Même  
dans  l’hypothèse  d’un  conflit  de  lois,  les  dispositions  constitutionnelles  
s’imposeraient  de  par  sa  supériorité  juridique,  à  moins  qu’elle  n’ait  été  modifiée.    
Cependant,  passé  le  délai  constitutionnel,  les  dispositions  de  l’Accord  Cadre  
                                                                                                               
13  -­‐  Pour  plus  d’information  sur  la  nature  de  cet  embargo,  consulter  l’article  bien  élaboré  de  Jeune  

Afrique,  sous  le  titre  «  Mali  :  la  Cedeao  place  la  junte  sous  «  embargo  »  »,  disponible  à  cette  adresse  :  
http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120402185018/  [Dernière  consultation  le  
03/03/2013].  
14  -­‐  Accord  Cadre  de  Mise  en  Oeuvre  de  l’Engagement  Solennel  du  01  avril  2012,  entre  le  Médiateur  
de  la  CEDEAO  et  le  Comité  National  de  Redressement  de  la  démocratie  et  la  restauration  de  l’Etat,  
signé  à  Bamako  le  11  avril  2012.  

 

9  

retrouvaient  toute  leur  pertinence  juridique.  Alors  maintenir  l’ex  président  par  
intérim,  ne  pouvait  que  lui  assigner  une  mission  honorifique,  n’étant  pas  prévu  par  
le  traite  international  bilatéral  de  l’Accord  Cadre,  comme  un  organe  de  la  transition  
politique.  L’autorité  suprême  serait  en  ce  moment  entre  les  mains  du  premier  
ministre  avec  «  les  Pleins  pouvoirs  »  et  «  chef  du  Gouvernement  ».                                                                                    
C’est  un  point  de  vue  utilitariste  du  droit  que  les  instrumentalistes  ne  peuvent  
qu’abhorrer.                                                                                                                                                                                                                                                                          
Quelque  chose  de  si  clair  fut  pourtant  confus  par  les  ambitions.  Le  premier  ministre  
ne  coopérait  pas  assez  avec  le  président  pas  intérim,  et  ce  dernier  pas  assez  patient  
pour  l’intérêt  ultime  de  la  nation.  Les  ex  putschistes  faisaient  l’arbitre  de  temps  à  
autre.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    
On  tergiversait  sur  les  solutions  à  adopter  pour  faire  face  à  la  crise.  Faut-­‐il  libérer  le  
Nord  avant  la  préparation  des  élections,  ou  bien  après  ?  Faut-­‐il  négocier  avec  les  
rebelles  et/ou  les  islamistes  ?  Ou  faut-­‐il  leur  faire  la  guerre,  si  oui  avec  quelles  
troupes  ?  Les  troupes  nationales  fournies  en  logistiques  militaires  ou  appuyées  par  
des  troupes  étrangères  ?  Les  avis  étaient  autant  divisés  en  haut  qu’en  bas,  dans  ce  
qui  restait  du  pays  (1/3).                                                                                                                                                                                                                                                          
La  CEDEAO  donna  le  coup  de  grâce,  le  26  avril15,  s’inspirant  mal  d’un  précédant  du  
Conseil  de  sécurité16,  par  une  décision  unilatérale  et  illégale  du  point  de  vue  de  son  
traite  constitutif17  et  du  droit  international,  de  proroger  le  délai  intérimaire  de  la  
constitution  malienne  à  12  mois.  Une  constitution  à  peine  réanimée  d’une  crise  
cardiaque,  se  vit  assommer    à  nouveau,  jetant  de  l’huile  sur  le  feu  de  la  dissension  
entre  maliens.  C’était  le  contre-­‐pied  de  toutes  leurs  expressions  de  bonne  volonté  et  
de  soutien  pour  notre  pays.  Encore  une  fois,  les  dirigeants  africains  montraient  leurs  
limites.                                                                                                                                                                                                                                                                                                        
En  conséquence,  le  président  par  intérim  fut  tabassé  dans  son  palais.                                                              
Le  premier  ministre,  étourdi  se  tira  dans  les  pieds,  en  mettant  sous  examen  
judiciaire  ou  détention  provisoire,  certains  de  ses  soutiens  publiques.  Ce  faisant,  il  
semblait  être  plus  pressé  à  se  blanchir  devant  la  société  internationale,  qui  
condamnait  à  l’unanimité  cette  agression  physique,  qu’à  rendre  justice.              
                                                                                                               
15  -­‐  Le  Communique  final  du  Sommet  extraordinaire  des  Chefs  d’Etat  et  de  Gouvernement  de  la  
CEDEAO,  fait  à  Abidjan  le  26  avril  2012,  disponible  en  format  pdf  sur  :  
http://www.ecowas.int/publications/fr/communique_final/session_extra/comfinal26042012.pdf              
[Dernière  consultation  le  02/01/2013].  Voir  aussi  comment  le  Président  de  la  Commission  s’en  
servira  dans  sa  déclaration  qui  suivra  la  démission  forcée  du  Premier  ministre  Cheikh  Modibo  Diarra,  
disponible  en  format  pdf  sur  :  http://www.ecowas.int/publications/fr/statement/mali11122012.pdf  
[Dernière  consultation  le  03/03/2013]  
16  -­‐  C’est  la  résolution  1633  du  conseil  de  securite,  qui  prolongeait  le  mandat  du  president    Laurent  
Gbagbo  jusqu’au  31  octobre  2005,  en  raison  de  la  persistance  de  la  crise  que  traversait  la  cote  
d’Ivoire,  tout  en  lui  adjoignant  un  premier  ministre,  doté  de  tous  les  pouvoirs  nécessaires  pour  
organiser  un  nouveau  scrutin.  
17-­‐   Au   contraire,   le   protocole   A/SP1/12/01,   sur   la   démocratie   et   la   bonne   gouvernance,  
additionnel   au   protocole   relatif   au   mécanisme   de   prévention,   de   gestion,   de   règlement   des  
conflits,  ou  de  maintien  de  la  paix  et  de  la  sécurité     stipule     en  son  article  1:«  Tout  changement  
anticonstitutionnel   est   interdit   de   même   tout   mode   non   démocratique   d’accès   ou   de   maintien   au  
pouvoir  ».  [Soulignés  par  moi]

 

10  

Parallèlement,  il  prenait  peu  à  peu  ses  distances  avec  la  gent  militaire.                                                          
Il  ne  lui  restait  plus,  pour  pouvoir  survivre  dans  ce  lit  de  loups,  que  de  faire  bloc  
avec  l’ex  président  par  intérim.  Mais  au  retour  de  ce  dernier  de  ses  soins  médicaux  à  
l’étranger,  le  premier  ministre  s’entêta  à  vouloir  exercer  pleinement  ses  fonctions  de  
chef  de  gouvernement  sans  partage.  Plusieurs  partis  politiques,  soutenus  par  le  
président  par  intérim  de  fait,  appelèrent  à  l’octroi  de  nouveaux  postes  de  ministres.  
Le  premier  ministre  dut  faire  cette  concession  malgré  lui.  Pendant  que  ces  affaires  
se  déroulaient,  en  Mai,  la  rébellion  prit  une  nouvelle  tournure.                                                                                                                                                            
Les  islamistes  venaient  de  commettre  une  erreur  stratégique,  en  évinçant  du  
contrôle  du  mouvement,  le  MNLA,  qui  avait  déclaré  un  peu  plutôt  l’indépendance  de  
l’Azawad  démocratique  et  laïc.  Les  islamistes  terroristes  voulaient  un  Etat  islamique  
dans  le  Nord,  et  à  défaut  ils  étaient  prêts  à  renoncer  à  la  sécession,  pour  porter  la  
charia  à  tout  le  pays.  Trois  groupuscules  formaient  ce  bloc  :  Al-­‐Qaïda  au  Maghreb  
Islamique  (AQMI),  Mouvement  pour  l’Unicité  et  le  Jihad  en  Afrique  Occidentale  
(MUJAO)  et  Ancar  Dine  (un  groupe  d’islamistes  nationaux).  Le  MNLA  a  failli  
acquiescer,  pourvu  que  le  contrôle  des  affaires  leur  revienne.                                                                                          
Mais  le  gouvernement  français  n’avait  pas  dit  son  dernier  mot.  Tant  que  le  MNLA  
contrôlait  les  groupuscules  terroristes,  la  France  aurait  vraisemblablement  continué  
à  les  soutenir.  C  ‘est  pourquoi,  jusque  là,  le  discours  officiel  prônait  la  négociation  
avec  les  rebelles.  Il  n’y  avait  aucun  empressement  à  aider  le  Mali  à  recouvrer  
l’intégrité  de  son  territoire.  Mais,  désormais,  la  donne  avait  changé.  Le  
gouvernement  français  supporta  vivement  le  projet  de  déploiement  militaire  de  la  
CDEAO,  et  proposa  de  saisir  le  Conseil  de  sécurité  pour  la  mise  ne  œuvre  du  
Chapitre  VII.  La  résolution  208518,  du  20  décembre  2012,  fut  adoptée  pour  infléchir  
davantage  l’unité  fragile  des  rebelles,  en  demandant  aux  groupes  nationaux  rebelles  
de  se  dissocier  des  groupes  terroristes  internationaux  tels  que  AQMI  et  MUJAO;  
autoriser  la  formation  des  forces  africaines  pour  rétablir  l’intégrité  territoriale  du  
Mali  (la  MISMA).  Le  divorce  était  consommé  entre  les  alliés.                                                                                                
Le  MNLA  –  soutenu  par  la  France  -­‐  se  retourna  ainsi  contre  leurs  alliés  de  départ.                        
Une  leçon,  certainement  fort  utile  pour  les  groupuscules  terroristes  qui  se  battent  
aux  cotés  de  l’opposition  armée  syrienne,  soutenue  et  financée  par  le  gouvernement  
français.  Ces  deux  exemples  démontrent  dans  quelle  mesure  le  terrorisme  peut  
changer  de  face  selon  les  calculs  des  grandes  puissances.                                                                                    
     Les  événements  se  précipitèrent  à  nouveau  le  11  janvier  2013.  Alors  que  le  
groupuscule  islamiste  d’Ancar  Dine  négociait  avec  le  gouvernement  de  transition  
malienne  à  Ouagadougou,  un  clash  eut  lieu  entre  leurs  positions  armées  dans  la  ville  
de  Konan.  Le  dialogue  fut  interrompu.  Le  président  par  intérim  lança  un  appel  au  
président  français  à  une  intervention  militaire  immédiate  pour  repousser  des  
assauts  de  forces  terroristes  vers  la  capitale.  Deux  heures  après,  François  Hollande  
acceptait  la  demande  des  autorités  maliennes  et  déclenchait  l’opération  Serval.                        
On  se  souviendra  que  quelques  jours  plutôt,  dans  une  circonstance  similaire,  le  
président  français  avait  rejeté  la  demande  du  président  centrafricain                                  
                                                                                                               
18  -­‐  La  résolution  2085  est  disponible  sur  le  site  des  Nations  Unies,  à  cette  adresse  :  
http://www.un.org/News/fr-­‐press/docs/2012/CS10870.doc.htm  

 

11  

François  Bozizé,  d’autoriser  les  troupes  françaises  sur  place  de  les  aider  à  faire  
barrage  aux  assaillants  rebelles,  qui  marchaient  sur  la  capitale.  «  Si  nous  sommes  
présents  [dît-­‐il],  ce  n’est  pas  pour  protéger  un  régime,  c’est  pour  protéger  nos  
ressortissants  et  nos  intérêts  et  en  aucune  façon  pour  intervenir  dans  les  affaires  
intérieures  d’un  pays,  en  l’occurrence  la  Centrafrique.  Ce  temps  là  est  terminé.  »19,  
Renchérît-­‐il.  
     Voilà  bien  des  questions  qui  nous  intriguent  à  juste  titre  dans  l’intervention  
française  dans  notre  pays.  A-­‐t-­‐elle  eu  lieu  que  pour  ses  intérêts  ?  Qui  avait  intérêt  à  
ce  que  le  dialogue  s’interrompît  à  Ouagadougou  ?                                                                                                                          
C’était  évident,  que  le  MNLA  était  de  plus  en  plus  marginalisé  dans  ces  négociations,  
Ancar  Dine  cédant    progressivement  aux  positions  maliennes.  Ce  sont  des  questions  
graves  que  nous  devrions  poursuivre  afin  de  situer  les  responsabilités.                                                                                                        
D’autres  questions  méritent  autant  notre  attention.  Pourquoi  la  position  française  
évolua-­‐t-­‐elle  si  rapidement,  de  la  réticence  au  plein  engagement,  près  de  2000  
soldats  français  sont  actuellement  sur  le  sol  ?  De  la  préparation  du  terrain  pour  le  
déploiement  de  la  MISMA  à  la  poursuite  des  offensives  françaises  sine  de,  était-­‐elle  
prévue  d’avance  ?  Pourquoi  la  MISMA  s’est  faite  si  attendre,  au  point  que  les  pays  
voisins  se  soient  rendus  en  rangs  dispersés  ?  Pourquoi  la  Conférence  des  chefs  
d’Etat  n’a  pas  réagi,  cette  fois-­‐ci,  avec  la  même  promptitude  que  lors  de  l’imposition  
de  l’embargo  sur  le  Mali  et  ses  armes  ?              
     Par  soucis  de  clarté,  je  tiens  à  souligner  que  de  mon  point  de  vue  l’intervention  
française  a  été  un  mal  nécessaire,  quelque  soit  ses  causes.  Pour  un  moment,  aussi  
court  soit-­‐il,  l’intérêt  national  du  Mali  et  ceux  des  meneurs  de  la  France  ont  coïncidé.    
Nous  voulions  retrouver  notre  intégrité  territoriale  à  tout  prix  ;  la  France  semblait  
vouloir  en  découdre  avec  ces  groupuscules  terroristes,  qui  avaient  refusé  d’observer  
la  discipline  derrière  le  MNLA,  et  justifier  davantage  ses  présences  militaires  en  
Afrique  occidentale  et  probablement  négocier  une  présence  militaire  au  Nord  du  
Mali.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  
La  France  utilise  les  autorités  maliennes  à  ces  fins  et  à  d’autres;  quelles  qu’elles  
soient,  il  appartient  aux  autorités  maliennes  de  faire  preuve  de  lucidité,  et  de  
profiter  de  la  France  pour  atteindre  leurs  propres  objectifs.  Tout  est  question  
d’habileté.    Jusqu'à  présent,  malheureusement,  rien  ne  montre  qu’elles  sont  entrain  
de  s’orienter  dans  cette  voie.  Car,  ils  ne  cherchent  qu’à  persuader  les  maliens  du  
bien  des  intentions  de  la  France.  La  France  n’est  pas  le  Mali,  elle  ne  défendra  jamais  
ceux  des  intérêts  du  Mali  qui  auront  été  aux  antipodes  des  leurs.  C’est  aux  maliens  
de  les  défendre.  La  France  finit  toujours  par  respecter  un  allié  qui  fait  preuve  de  
courage.                                                                                                                                                                                                                                                                                                
Par  ailleurs,  pour  tenter  de  résister  à  la  force  de  feu  des  troupes  maliennes  et  
françaises,  appuyées  par  d’autres  venues  de  la  sous-­‐région  (ci-­‐après  les  troupes  
alliées),  les  terroristes  choisirent  la  guérilla.  Ce  qui  compliqua  les  opérations  de  
                                                                                                               
19  -­‐  Regarder  la  vidéo  de  l’interview  du  président  français,  sous  le  titre  «  Vidéo  Centrafrique  :  la  
France  exclut  toute  intervention  malgré  les  appels  à  l’aide  »,  publié  le  27-­‐12-­‐2012,  disponible  sur  
http://www.leparisien.fr/international/centrafrique-­‐la-­‐france-­‐protege-­‐ses-­‐ressortissants-­‐pas-­‐le-­‐
regime-­‐27-­‐12-­‐2012-­‐2437427.php  [Dernière  consultation  le  29/12/2012]  

 

12  

guerre.  Le  MNLA  sut  profiter  de  ce  revirement  de  tactique  militaire  de  ses  ex  alliés,  
pour  réoccuper  Kidal.                                                                                                                                                                                                                                
Jusque  là,  les  troupes  alliées  avançaient  côte  à  côte  en  recouvrant  progressivement  
toutes  les  grandes  villes.  Mais  à  la  porte  de  Kidal,  l’alliance  connut  une  rude  épreuve.  
Le  MNLA  demanda  aux  troupes  françaises  d’y  pénétrer  sans  les  troupes  maliennes,  
dans  le  cas  contraire  ils  n’hesiteraient  pas  a  se  battre  contre  eux.  Il  voulait  ainsi  
diviser  –  à  son  tour  -­‐  les  troupes  alliées.  Ou  cela  faisait-­‐il  partie  d’un  plan  plus  
global?  Difficile  à  dire.                                                                                                                                                                                                                                                                                
De  toute  façon,  le  gouvernement  français  accepta  leur  condition,  et  le  Mali  observa  
leur  sommation.                                                                                                                                                                                                                                                                          
A  ce  niveau,  les  autorités  maliennes  pouvaient  se  servir  de  l’opinion  publique  
française  et  internationale,  dont  le  soutien  à  l’intervention  française  reposait  sur  le  
soutien  des  autorités  maliennes.  François  Hollande  aurait  fait  un  harakiri  politique,  
s’il  osait  affronter  un  tel  désavouement  populaire  national  et  international.  Si  les  
autorités  maliennes  avaient    sérieusement  menacé  de  considérer  une  telle  approche  
française  envers  le  MNLA,  comme  de  la  trahison  et  une  tentative  d’occupation,  les  
français  n’auraient  pas  eu  d’autre  choix  que  d’avancer  avec  eux.  Parce  que,  les  
terroristes  n’étaient  pas  encore  complètement  vaincus,  et  ils  pouvaient  toujours  
revenir  et  ravir  tout  avenir  stratégique  au  MNLA,  et  probablement  déstabiliser  les  
intérêts  de  la  France  dans  toute  la  région.                                                                                                                                                                                                                                            
La  crise  malienne  n’a  pas  finis  de  nous  rappeler  les  insuffisances  et  les  négligences  
de  l’homme  africain,  pourtant  le  plus  enclin  aux  glorioles  et  à  la  flatterie.  Les  griots  
doivent  peut  être  se  muer  en  artistes  et  en  ouvriers,  ils  serviront  mieux  ainsi  leurs  
peuples.  Car  il  n’ya  plus  rien  à  flatter  dans  un  pays,  si  courbé  à  genoux.  Au  moins  en  
travaillant,  pourront-­‐ils  espérer  le  relever  et  le  tirer  vers  l’avant.    
   Quelles  perspectives  pour  notre  pays  ?                                                                                                                                                                                                
Si  les  autorités  maliennes  continuent  à  insulter  l’intelligence  humaine,  en  n’exerçant  
aucune  forme  de  pression  –  comme  indiquée  ci-­‐dessus  –  sur  la  France,  nous  
marcherons  tout  droit  vers  un  système  d’Etat  fédéral  ou,  à  la  rigueur,  vers  une  
autonomie  de  droit  ou  de  fait  pour  le  MNLA  à  Kidal.                                                                                                                          
Plus  le  temps  passe,  mieux  le  MNLA  convaincra  la  France  qu’il  est  un  partenaire  
crédible,  capable  d’assurer  la  sécurité  à  Kidal.  Avec  tous  les  matériels  de  guerre  
qu’ils  auront  eu  en  renfort,  en  plus  de  l’appui  diplomatique  du  gouvernement  
français,  il  sera  très  difficile  voire  impossible  pour  les  autorités  maliennes,  de  les  
déloger,  même  avec  l’appui  de  la  MISMA.                                                                                                                                                                            
C’est  maintenant  qu’il  faut  agir,  pour  ne  pas  compromettre  à  jamais  l’unification  de  
la  République.  Car  toute  concession  d’autonomie  suscitera  les  mêmes  velléités  dans  
d’autres  régions  du  pays,  voire  dans  d’autres  pays  de  la  sous-­‐région.  Par  exemple,  
Sikasso  aura  toutes  les  raisons  de  justifier  un  besoin  d’autonomie,  dans  la  gestion  de  
ses  ressources  naturelles,  qui  sont  disproportionnellement  reparties  entre  les  
autres  régions  du  pays.    Prendre  cette  voie  –  de  l’autonomie  de  Kidal  –  équivaudrait  
à  préparer  les  funérailles  de  la  République.                                                                                                                                                                  
En  outre,  négocier  avec  le  MNLA  ou  qui  que  ce  soit  avant  le  contrôle  de  Kidal,  mettra  
inévitablement  les  autorités  maliennes  sur  cette  pente.  Nous  sommes  déjà  en  
guerre,  faisons  là  efficacement  pour  ne  plus  avoir  à  la  refaire.                                                                                        
 

13  

Dans  le  cas  où  nos  autorités  contrôlent  Kidal,  elles  doivent  négocier  avec  les  rebelles  
selon  les  principes  suivants  :  
-­‐
-­‐
-­‐

Pas  d’autonomie  
Pas  de  réinsertion  d’ex  rebelles  dans  l’armée  nationale  
Pas  de  démilitarisation  du  Nord.  Au  contraire,  une  forte  présence  militaire  
est  des  plus  nécessaires,  pour  assurer  la  sécurité  et  contrôler  les  points  d’eau  
et  les  quelques  montagnes  qui  servent  de  points  de  ravitaillement  et  de  
refuges  pour  les  terroristes.  Et  une  démonstration  de  notre  engagement  à  
combattre  le  terrorisme  dans  la  région,  nous  apportera  toutes  les  aides  
internationales  et  régionales  nécessaires  dans  la  lutte  contre  ce  fléau.  

En  dehors  de  ces  trois  principes,  elles  peuvent    chercher  toutes  les  autres  
formules  nécessaires  à  rétablir  une  paix  définitive.          

     Par  ailleurs,  les  autorités  maliennes  doivent  tout  faire  pour  éviter  l’envoi  des  
casques  bleus  de  l’ONU,  ou  transformer  la  MISMA  en  une  opération  de  maintien  
de  la  paix.  Cela  ne  fera  que  réduire  davantage  leurs  marges  de  manœuvre  ou  
celles  du  futur  pouvoir  élu.  Elles  doivent  plutôt  insister  sur  le  déploiement  de  la  
MISMA  sans  délai.  Quelque  puissent  être  ses  insuffisances,  la  MISMA  dans  son  
commandement  envisagé  ne  s’opposera  pas  à  notre  politique  de  sécurité  
définitive.  Il  en  va  de  même  pour  l’avenir  de  leurs  propres  pays.  Car  si  les  
rebelles  réussissent  à  nous  imposer  leur  agenda,  les  éléments  durs  et  racistes  
des  autres  communautés  touaregs  de  la  sous  région  tenteront  la  même  chose.                                                                                  
Le  racisme  des  rebelles  touaregs  et  arabes  est  un  secret  de  polichinelle.  Tout  le  
monde  le  sait  mais,  les  autorités  maliennes  ne  s’en  servent  point  contre  eux.  
Dans  la  bataille  de  l’information,  ne  soyons  pas  plus  négligents  20!                                                                                                
     Les  autorités  maliennes  doivent  défendre  les  intérêts  nationaux  par  tous  les  
moyens  appropriés.  Personne  d’autre  ne  réussira  à  le  faire  à  leur  place.  
 

Mahamadou  Konaté                                                                      
Analyste/  E.P.R.I.                                                                      
UCAD.  Dakar.  Sénégal  
 

                                                                                                               
20  -­‐  Il  ne  suffit  pas  de  voir  quelques  éléments  noirs  ou  bellas  ou  songhaï  (deux  des  ethnies  noires  

majoritaires  du  Nord),  dans  leurs  groupes,  pour  conclure  à  leur  adhésion  à  «  l’égalité  des  races  ».  
Tant  que  les  postes  de  responsabilité  sont  contrôlés  par  eux,  ces  éléments  servent  bien  leur  stratégie  
de  marketing  politique  

 

14  


Aperçu du document De la crise africaine  à la crise malienne_.pdf - page 1/14
 
De la crise africaine  à la crise malienne_.pdf - page 3/14
De la crise africaine  à la crise malienne_.pdf - page 4/14
De la crise africaine  à la crise malienne_.pdf - page 5/14
De la crise africaine  à la crise malienne_.pdf - page 6/14
 




Télécharger le fichier (PDF)






Documents similaires


de la crise africaine a la crise malienne
d un accord d alger a un autre il faut toute une foi
diasporas news juillet aout 2012
afriquereellenumero35
1802 20130205 of8 gerard messana mali
touaregs lirredentisme targui en question au mali et sa dimension securitaire regionale t493

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.169s