MEMOIRE DIU TRP MUSICOTHERAPIE CHAPUIS LUDOVIC .pdf



Nom original: MEMOIRE DIU TRP MUSICOTHERAPIE CHAPUIS LUDOVIC.pdfTitre: Microsoft Word - MEMOIRE DIU TRP ok1.docxAuteur: ludo chapuis

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Word / Mac OS X 10.7.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 29/01/2014 à 18:28, depuis l'adresse IP 78.231.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1416 fois.
Taille du document: 315 Ko (17 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


MUSICOTHERAPIE:
Le pouvoir de la communication non verbale
en accueil de jour .

 
Diplôme  Inter  Universitaire  de  Thérapie  Relationnelle  Psychogériatrique    2013.  CHAPUIS  Ludovic  

Table des matières

1 . AVANT PROPOS  .........................................................................................................  3  
2 . INTRODUCTION  ........................................................................................................  4  
3 . MUSICOTHERAPIE ET MALADIE D’ ALZHEIMER  .............................................  5  
3.1 Intérêt de la musicothérapie chez les patients Alzheimer :  .....................................  5  
3.2 Les techniques de musicothérapie :  ........................................................................  6  
3.3 Objectifs recherchés :  .............................................................................................  6  
3.4 Le cadre thérapeutique :  .........................................................................................  7  
3.5 Etudes sur la musicothérapie et la maladie d’ Alzheimer :  .....................................  8  
4 . L’ ACCUEIL DE JOUR ALOESS  .............................................................................  10  
4.1 Rôle et mission de l’accueil de jour :  .....................................................................  10  
4.2 Fonctionnement de l'accueil de jour ALOESS :  ...................................................  11  
4.3 Déroulement d’une journée :  ................................................................................  11  
4.4 Architecture de l’accueil de jour :  ........................................................................  12  
5. LA MUSICOTHERAPIE A ALLOES  ........................................................................  13  
5.1 Organisation :  .......................................................................................................  13  
5.2 Déroulement de la séance du mardi :  ....................................................................  13  
5.3 Analyse des séances.  ..............................................................................................  14  
6. CONCLUSION  ............................................................................................................  16  
7. BIBLIOGRAPHIE  ......................................................................................................  17  

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

2  

 
 

1. AVANT PROPOS

Depuis 1999, je suis professionnel de santé, ma formation d’infirmier m’a appris à répondre aux
besoins de santé d'un individu ou d'un groupe dans le domaine préventif, curatif, de réadaptation et
de réhabilitation. La formation apprend à devenir un infirmier polyvalent apte à dispenser des soins
infirmiers prenant en compte l'ensemble des problèmes posés par une atteinte fonctionnelle et une
détresse physique ou psychologique qui frappe une personne.1
En tout état de cause un professionnel de santé regarde les patients avec ses yeux de soignant en
intégrant différentes contraintes : matérielles - économiques - temporelles et si de lui même il ne
prend pas du recul avec une attitude réflexive permettant de « penser » le soin et de « prendre soin »
il est alors contraint d’effectuer des taches et des soins de façon taylorienne.
Cela est exacerbé lors de prise en soins des personnes âgées possédant des troubles cognitifs
(maladies Alzheimer ou pathologies associées). Globalement les soignants sont peu formés aux
phénomènes d’attaques de la pensée qui sont des stratégies inconscientes de neutralisation
psychique de l’entourage, qui contraint les intervenants à se doter de repères de fortune, tels que
mettre en place une organisation de travail principalement centrée sur les taches à accomplir. Mais
surtout, ils représentent une cause majeure d’épuisement de tous les intervenants, véritable source
ignorée des phénomènes de « Burn out »2.
Les attitudes de congruences, de disponibilité, d’empathie, sont essentielles à la mise en place de
thérapies non médicamenteuse le soignant devrait s’en emparer plus volontiers.

                                                                                                               
1  Informations qui correspondent aux attentes du programme en vigueur
2  Ploton  L,  ce  que  nous  enseigne  les  malades  Alzheimer,  p62.  

de 1992 à 1999. Depuis le 31 juillet 2009 une réforme des études du

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

3  

 
 

2. INTRODUCTION

La congruence permet au thérapeute de penser ce qu’il dit, d’être ce qu’il est, et non par un rôle ou
une façade. L’acceptation consiste à porter une attention au patient avec un authentique intérêt, en
le considérant comme une personne indépendante, et qui a le droit d’avoir ses propres sentiments.
Dans l’attitude empathique, le thérapeute tente de saisir ce que le patient éprouve dans son monde
intérieur, et de le percevoir de l’intérieur. Dans le climat de permissivité, le patient réalise que ses
sentiments, quels qu’ils soient, sont acceptables, et qu’il peut les exprimer librement par ce que le
thérapeute n’est porteur d’aucune attitude morale, de jugement ou de correction3. Les thérapies non
médicamenteuses, en allant sur ce qui fonctionne encore et non pas sur ce qui ne fonctionne plus,
permettent aux patients d’augmenter la confiance en soi et la prise d'initiative. Les patients sont
moins agités, moins anxieux, moins dépressifs. Il est important de proposer un cadre spécifique à
ces activités qui puisse s’adapter aux difficultés de la personne et l’accompagner tout au long de la
démarche. L’intérêt que j’ai porté à la thérapie non médicamenteuse qu’est la musicothérapie est de
plusieurs ordres. En premier lieu comme beaucoup de personne la musique me touche
personnellement et véhicule des émotions différentes au gré des morceaux écoutés. Et nous savons
que le sujet atteint de la maladie reste avant tout un être pétri d’affectif et d’émotions ; sa vie s’est
construite, s’est défaite, s’est reconstruite et ces aléas sont imprégnés d’affectif, d’émotions et de
sentiments jusqu’au bout de la vie, malgré la maladie ce sujet réagira avec l’empreinte de ses
émotions et de ses affects. Lors de la maladie d’Alzheimer ou maladie apparentée nous savons que
les émotions, les sentiments, sont présents même si au décours de cette maladie leur expression ne
se fait plus sur le mode verbal. Ainsi la perte de la fonction cathartique, c’est à dire la décharge
émotionnelle libératrice de la parole est défaillante. La musicothérapie permet ainsi le recours à des
suppléances, à d’autres moyens d’expressions permettant de faciliter le travail de

« purge

émotionnelle »4 . Mais parler de musicothérapie, c’est aussi parler de communications. La personne
dite démente, dont le langage fait défaut, partiellement ou totalement a perdu le moyen verbal de
traduire ses émotions. 5
La musicothérapie va permettre à ces personnes de s’exprimer en utilisant un autre médiateur.
                                                                                                               
3  Carl

Ransom Rogers, Le développement de la personne, p. 223.  

4  PLOTON  L,  La  personne  âgée,  son  accompagnement  médical  et  psychologique  et  la  question  de  démence,  chronique  sociale,  Lyon,  1990,  

P166.  

5  Benezon

 r  théorie  de  la  musicothérapie  éd  Non  Verbal  .  Bordeaux  ,  1992  p39.  

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

4  

 
 

3. MUSICOTHERAPIE ET MALADIE D’ ALZHEIMER

3.1 Intérêt de la musicothérapie chez les patients Alzheimer :

La personne atteinte de la maladie d’Alzheimer reste une personne à part entière. Elle paraît certes
intellectuellement très diminuée, sa mémoire, son jugement, ses capacités de réflexion, d’analyse,
son discours, sont terriblement altérés, elle n’en demeure pas moins une personne capable de
sentiments, d’émotions, d’affection, de sensibilité. Elle reste un être de relation, un être fécond pour
peu que l’on sache faire preuve d’empathie6.
La personne âgée atteinte de la maladie d’Alzheimer ne peut plus s’exprimer de manière
satisfaisante par le biais du verbal. C’est là qu’apparaît l’intérêt de la musique chez le malade
Alzheimer, si la mémoire explicite (déclarative) est très rapidement lourdement dégradée, la
personne conserve sa mémoire implicite (procédurale, mémoire des gestes automatiques). La
musique éveille des émotions, même chez la personne démente n’ayant plus accès à sa mémoire
épisodique, et ces émotions sont liées à des souvenirs que la musique évoque. Il semblerait donc
que la mémoire émotionnelle soit partie intégrante de la mémoire implicite, mémoire qui n’est pas
altérée par la démence.7
Les séances de musicothérapie permettent donc, sans l’utilisation du verbal, de faire revivre aux
patients des moments de leur vie et de les exprimer par d’autres moyens que les mots. Il y a
nécessité pour le musicothérapeute de se mettre en résonance, faire alliance, entrer en synchronie.
Il me semble important de souligner qu’elles s’inscrivent dans une prise en charge
pluridisciplinaire. En particulier en ce qui concerne les personnes âgées démentes, la
musicothérapie n’a de sens que si elle s’inclut dans un projet de vie conçu par une équipe soignante
dont les membres se complètent. La prise en soin musico thérapeutique se réalise dans le cadre
d’une prescription médicale et la musicothérapie s’inscrit dans un ensemble de projets mis en place
pour apporter de l’aide au patient. Elle ne se suffit pas à elle-même, elle s’inscrit dans une démarche
d’équipe.8
La musicothérapie est une démarche de soin utilisant la musique dans le but de permettre à des
personnes en difficulté, de quelque sorte qu’elle soit, de trouver un lieu d’expression, de
                                                                                                               
6  Ploton  L,  La  maladie  d’  Alzheimer,  à  l’écoute  d’un  langage,  chronique  sociale,  Lyon  ,1999.  
7  Song  G,therrien  B,  Whall  A  ,implicit  Memory  and  Familiarity  Among  Elders  with  dementia,  Journal  of  nursing  scholarship  2002  ,p  263-­‐267.  
8  Beyer  M,  La  musicothérapie  un  outil  pour  communiquer  avec  les  personnes  agées  démentes  ,Soins  gérontologiques  2008,  p  13,  14-­‐25.  

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

5  

 
 

communication, de développement de son imagination, de renforcement de son estime de soi. Elle
s’appuie sur les sonorités, sur la musique, sur les sons, pour permettre à un patient de communiquer,
au travers d’un certain nombre de médiateurs ; tels que des instruments, la voix, des sons ou des
musiques enregistrés et même son propre corps. La musique et les sons sont une source de plaisir,
grâce à la stimulation de plusieurs sens. Ainsi, la musicothérapie a pour but d’amener le patient au
bien-être et à la détente psychique.9

3.2 Les techniques de musicothérapie :
Deux types de techniques sont présentes la musicothérapie réceptive et la musicothérapie active :
Ø La musicothérapie réceptive est basée sur l’audition d’extraits de musiques enregistrées, ils
sont inducteurs de modifications de comportement et d’humeur ainsi que de l’émergence de
souvenirs.
Ø La musicothérapie active est basée sur la production musicale réalisée par le patient luimême. Les instruments de musique, la voix et le corps participent à cette création sonore
tant rythmique que mélodique. L’improvisation musicale qui est l’élément majeur de la
musicothérapie active, permet une libération, un défoulement de l’affectivité, de même
qu’une levée de l’inhibition. Les défenses tombent à travers le jeu, laissant la place à la
communication musicale.
La musicothérapie réceptive et la musicothérapie active sont conjointement présentes dans une
séance.

3.3 Objectifs recherchés :
Le son qui est à la base de la musique, est un phénomène vibratoire qui a une influence physique
sur l’individu, comme sur tout être et sur toute chose.10
La musique agit par stimuli multifactoriels grâce à sa composition. L’harmonie de la musique a une
action sur ce qui relève du sensoriel : le timbre sur le cognitif, la mélodie sur l’affectif et le rythme
sur le comportemental.11
L’objectif thérapeutique de la musicothérapie réceptive est de privilégier la renarcissisation, en
                                                                                                               
9  Beyer  M,  op  cit  p  14.  
10  Dcourneau  G,  Musicothérapie,  clinique,  technique,  formation,  Privat,  Toulouse,  1989,  p52.  
11  Ogay  S,    Communiquer  grâce  à  la  musicothérapie,  éd  l’harmattan  1996.  

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

6  

 
 

restaurant l’image de soi, et la socialisation , en développant l’esprit de partage et de tolérance.
La musicothérapie active s’appuie en grande partie sur l’analyse d’improvisations musicales
regroupant le thérapeute et le patient. Cette médiation par la musique, dont la pratique est beaucoup
plus instinctive que celle de la parole, permet de faciliter la communication entre un patient en
grande difficulté psychique et le musicothérapeute qui est là pour être capable de recevoir
l’improvisation du patient comme une tentative de dialogue et pour pouvoir y répondre de manière
appropriée.
On n'arrête pas la maladie, en revanche, on note que les personnes qui participent à ces activités
récupèrent des souvenirs, des habiletés et se sentent mieux. Quand on est sans arrêt en situation
d'échec parce qu'on ne se rappelle plus ou qu'on ne sait plus comment faire, on a tendance au repli,
à l'agressivité.
La musicothérapie favorise la communication de type analogique (représentée par le non verbal),
qui se retrouve dans l’expression gestuelle du comportement, le langage des attitudes et des
situations, les aspects mélodiques, rythmiques, et les différentes intonations de la voix.
Dès lors que la musique possède les moyens de faciliter l’établissement de la communication, elle
est utilisée comme telle dans la musicothérapie. Lorsque la communication est établie, le travail
d’approfondissement consiste à se centrer sur ce qu’elle éveille, ce qu’elle suscite, à analyser et
interpréter ce que le sujet va exprimer à travers les techniques actives de production, de création
ainsi que durant les moments d’écoute.
La communication non verbale s’écarte du langage verbal dans la mesure où elle permet
l’expression plus authentique.

3.4 Le cadre thérapeutique :
On ne peut pas parler de thérapie sans parler de cadre thérapeutique.
Le cadre est un ensemble de critères précis, d’éléments au cours d’une séance de thérapie qui ne
varieront pas d’une rencontre à l’autre. La règle des 3 unités : de temps, de lieu et de rythme. Il
s’agit d’abord de la fréquence des séances, de leur durée et du lieu où elles se déroulent. Il peut
aussi s’agir de la position des personnes dans la pièce. Le cadre englobe aussi l’assurance pour le
patient du secret professionnel, que tout ce qui sera dit en séance n’en sortira pas. Le cadre consiste

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

7  

 
 

aussi à poser des règles, celles généralement posées en musicothérapie étant le respect du matériel
et des personnes présentes .12
Le cadre a plusieurs fonctions : celle d’un contenant, dans lequel le patient se sent en sécurité, celle
de limites qui correspondent aux limites du monde extérieur et qui donnent un repère stable au
patient, limites qu’il sait ne pas pouvoir franchir pour garantir de conserver sa relation avec le
thérapeute. Le cadre sécurise par sa stabilité, le fait qu’il est juste envers le patient et qu’il
représente un point fixe au milieu d’une vie qui peut paraître, notamment pour une personne atteinte
de la maladie d’Alzheimer, désorganisée et sans plus aucun repère.
Le cadre représente aussi un espace privé, intime où la personne pourra s’exprimer hors de la vue
du monde extérieur, dans un espace physique et psychologique réduit et confiné.
La rencontre thérapeutique a lieu dans un espace privilégié et choyé afin de permettre d’entrer en
relation par l’intermédiaire du complexe sonore, et partager l’émotion provoquée par un élément
médiateur qu’est la musique. L’échéance de musicothérapie ayant lieu à jours fixes, selon un
horaire précis, dans un lieu déterminé, répond à la perception spatio-temporelles de « l’ici et
maintenant », qui aide le sujet désorienté à se situer dans un endroit défini. Ce cadre a une
connotation de sécurité de réassurance, de limite et de fermeté, le cadre doit être visible, présent de
longues périodes.
Le rituel qui se joue dans la séance devient rituel thérapeutique il est sécurisant par sa répétition,
présentant des jalons dans le temps et l’espace.13

3.5 Etudes sur la musicothérapie et la maladie d’ Alzheimer :
Pour traiter de la musicothérapie avec les effets que peut avoir un telle thérapie non
médicamenteuse, il m’était indispensable « d’effleurer » les études menées car les formations
universitaires précédentes m’ont appris à aborder les sujets avec une lecture critique et même si on
croit fort à un sujet il est indispensable de pouvoir démontrer la véracité de ses propos.
Les chercheurs ont émis des hypothèses sur les effets de la musicothérapie sur les patients atteints
d'Alzheimer qui restent à être confirmées, car les études sur le sujet sont encore trop récentes : au
contraire des autres activités cérébrales, comme le langage par exemple, qui sont ancrées dans une
                                                                                                               
12  MARTIN M, Le cadre thérapeutique à l’épreuve de la réalité (du cadre analytique au pacte) , Penser la santé mentale 2001-2;17:103-120 .  
13  MARTIN M, op cit.
 

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

8  

 
 

zone spécifique, la musique n'a pas de centre défini dans le cerveau. Les souvenirs qui lui sont
associés sont donc encodés dans différentes zones : le système limbique (centre des émotions), le
centre du langage (lorsque la musique a des paroles), le lobe frontal (pour l’analyse de la musique),
le système auditif, et d'autres encore. Certaines de ces zones sont beaucoup plus profondes que
celles du langage et sont donc moins touchées par les dégâts cérébraux causés par maladie. Grâce à
la musique, les neuroscientifiques pensent que le patient arrive à retrouver un souvenir par le fait
que celui-ci est ancré à la fois dans une zone abîmée et dans une zone saine.
De nombreuses études ont montré que la musique avait une action biophysiologique14, même sur
des sujets à des stades avancés de démence, ce qui laisse à penser qu’au-delà de leur incapacité à
communiquer, et peut-être également à comprendre le monde qui les entoure, la musique stimule
encore certains processus chez ces sujets, trouve un écho en eux, écho que ne trouve plus des
paroles rationnelles ni même des objets ou des visages.15
Il semble donc évident que, chez les personnes âgées démentes, la musicothérapie ait un réel effet
physiologique : elle est à la fois apaisante, source d’émotions et donc à l’origine de sensations, de
plaisir ou de déplaisir.
En définitive il est bien difficile de pouvoir prétendre savoir si c’est plus un rythme, une mélodie,
un timbre de voix ou d’instruments qui va éveiller une émotion chez un patient, il l’est peut-être
encore davantage de savoir si c’est l’un de ces trois aspects d’une musique qui va calmer, détendre
une personne. Il est probable que ce soit dans beaucoup de cas une combinaison des trois, ainsi que
l’association à des souvenirs, à des pensées. Tout ceci n’est pas réellement étudiable
scientifiquement et surtout, chaque individu a une sensibilité tellement différente qu’il est
impossible de faire des généralités.

 
                                                                                                               
14

Norberga A, Melinb E, Asplunda K ,Reactions to music, touch and object presentation in the final stage of dementia: an exploratory study
International Journal of Nursing Studies 2003;40:473-479
15
Suzuki M, Kanamori M, Nagasawa S, Tokiko I, Takayuki S Music therapy-induced changes in behavioral evaluations, and saliva chromogranin A
and immunoglobulin A concentrations in elderly patients with senile dementia Geriatr Gerontol Int 2007;7:61-71

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

9  

 
 

4 . L’ ACCUEIL DE JOUR ALOESS
L’Association Loire Ondaine d'Evaluation Sanitaire et Sociale (ALOESS) existe depuis 2002/2003,
c’est un accueil en journées des personnes souffrantes de la maladie d'Alzheimer et maladies
apparentées domiciliées dans l'Ondaine.
L’association dispose d’un local d'une superficie d'environ 200 mètres carrés pouvant accueillir
jusqu'à une vingtaine de personnes. A ce jour la capacité d’accueil est de 14 places ouvert 5 jours
par semaine.
Le personnel de l’association ALOESS est composée d’agent d’entretien, d’aide animatrice, d’aides
soignantes, d’aides médico-psychologiques, d’une infirmière, d’un cadre de santé et d’une
psychologue.

4.1 Rôle et mission de l’accueil de jour :
Il permet de valoriser et de mobiliser les capacités des personnes accueillies en leur permettant de
trouver une place dans le groupe et l’espace proposé qui est un lieu de vie.
L’équipe diversifiée assure l’accueil thérapeutique de jour qui est un service complémentaire du
maintien à domicile par des activités spécifiques mais aussi assure un travail de coordination et de
soutien aux aidants comme le recommande les circulaires du 16 avril 2002 et du 30 mars 2005,
mais aussi le plan national Alzheimer 2008-2012.
Ainsi les objectifs de l’accueil de jours sont de :
o Préserver, maintenir, voire restaurer l’autonomie des personnes atteintes de
troubles cognitifs.
o Stimuler leurs fonctions cognitives au travers des activités de la vie
quotidienne adaptées, en évitant la mise en échec afin de restaurer la
confiance en soi.
o rompre l’isolement et restaurer le lien social en favorisant les échanges entre
les personnes, par le biais des activités.
o repérer les modifications comportementales ainsi que les troubles
physiologiques susceptibles d’être liées à une pathologie influente et y
apporter les réponses appropriées.
o Signaler à l’équipe soignante en ville pour permettre à l’aidant principal de
« souffler » un peu sur une période de quelques jours et de trouver un soutien
pour être orienté vers les professionnels, les associations ce qui peut éviter la
maltraitance liée à l’épuisement.
o Eviter les risques de dérives vers un hébergement permanent en urgence,
articulation avec les consultations mémoire du Centre Hospitalier
Universitaire de St Etienne et du Centre Hospitalier Général de Firminy.
o Permettre une relation étroite avec les familles et depuis Juillet 2013
orientation vers la plate forme de répits.

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

 

1
0  

4.2 Fonctionnement de l’accueil de jour ALOESS :
Dans la majorité des cas c’est par la consultation mémoire que le service d’accueil de jour est
proposé.
Après entretien avec la personne et sa famille, l’infirmière présente le fonctionnement de l’accueil
(contrat de séjour, règlement intérieur).
Un projet individuel d’aide et de soins est élaboré en tenant compte des capacités, des goûts , de
l’environnement social de chacun et du stade de la maladie.
Tout au long de la prise en soins une évaluation est faite afin d’adapter le projet individuel et
mesurer le bénéfice de la prise en soins. Ainsi le projet d’activité est réfléchi en équipes et
correspond au plus près au projet de soin afin de répondre aux besoins de stimulation cognitive
(réminiscence) et au maintien de l’autonomie dans les actes de la vie quotidienne.

4.3 Déroulement d’une journée :
Les personnes accueillies sont conduites soit par la famille soit par un service spécifique
d’accompagnement par le service de l’office de garde (auxiliaire de vie), soit par des sociétés de
transport (taxi ou véhicule sanitaire léger)
De 10 à 10H 30 accueil avec collation et lecture du journal,
11H début des activités. Activités de réminiscences, activités de praxies en rapport avec les projets
personnalisés : cuisine, art thérapie par des intervenants professionnels extérieurs à l’accueil de
jour : dessins, peinture, travail de la terre. Musicothérapie.
12 H repas, temps d’échanges privilégiés où les personnes qui le peuvent participent aux différentes
tâches.
13H45 : temps de repos
14H30 : sorties ou atelier, une sortie ou une promenade sont proposées systématiquement en
fonction de la météo afin de stimuler la motricité. Sorties spectacle, visite de musée, rencontre
intergénérationnelle.
16h goûter, moment de détente avec chants, lecture de contes, de poèmes.
16H30/ 17H : départs progressifs des personnes accueillies.

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

 

1
1  

4.4 Architecture de l’accueil de jour :

L’accueil de jour est sur une surface de 180 m2, il bénéficie d’un espace privatif avec accès sur
jardin de 400 m2 .Cet espace ergonomique est adapté aux personnes en situation de handicap.
L’éclairage , et les revêtements de sol , les choix des couleurs et des équipements sont étudiés afin
de prévenir les risques de chutes et de créer une ambiance chaleureuse calme et rassurante .
- Hall d’accueil de 16 m2 avec vestiaire
- Secrétariat et espace de réunion 23m2
- Cuisine thérapeutique équipée et sécurisée de 20m2
- Salle d’activité motrice et créative de 17 m2
- Une grande salle de séjour d’activité de la vie courante de 49m2
- Un coin repos de 32 m2
- Des sanitaires adaptés (2 salles de bains et WC).

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

 

1
2  

5. LA MUSICOTHERAPIE A ALLOES

5.1 Organisation :
Les séances de musicothérapie à l’accueil de jour sont assurées par un professionnel extérieur à la
structure, il s’agit de Christian Fernandez, musicien de la santé.
La fréquence d’intervention de Mr Fernandez est de deux fois par semaine, le mardi matin et le
mercredi matin de 11H à 12H mais les personnes participent à une séance par semaine sauf rares
exceptions car généralement les accueils se font un jour par semaine, voir deux, au maximum
trois fois par semaine repartis en mardi/ jeudi ou lundi/mercredi/ vendredi.
Le musicothérapeute adapte son approche en fonction du groupe du mardi ou du mercredi. La durée
d’un cycle est fixée à un trimestre.
Elle se déroule dans la grande salle car la totalité des personnes accueillies participent à l’activité.
Les personnes sont installées autour des tables mises en ovales afin de poser des instruments sur les
tables pour que chacun puisse s’en emparer facilement, mais aussi par le fait que certaines
personnes accueillies sont assises sur la chaise mais la tête posée sur la table.

5.2 Déroulement de la séance du mardi :
Lors de sa séance le musicothérapeute utilise la musicothérapie réceptive et la musicothérapie
active.
En début d’activité il joue d’un instrument généralement de la guitare en se déplacent autour des
tables, commence par une mélodie puis se met à chanter, se sont des chansons que les moins de
soixante ans ne peuvent pas connaître ! Et petit à petit tous le monde commence à participer chacun
à un moment reconnaît et fredonne une chanson, pour les personnes couchées sur la table
l’accompagnement se fait par un battement de mesure avec un doigt ou la main, pour d’autre par
des hochements de la tête.
Puis au bout de 15/ 20 minutes il propose de continuer l’élaboration de la chanson qu’ils sont
entrain de créer ensemble. Il dispose plusieurs instruments sur les tables (maracasses, cymbales
tambourins. …)

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

 

1
3  

Mr Fernandez toujours guitare en main reprend la chanson composée par tout le monde en
rappelant juste l’idée de départ : Une promenade un dimanche à la madone du Chambon
Feugeurolles : La madone de Poix. Les personnes ne pouvant chanter prennent les instruments
d‘eux même ou sur proposition du musicothérapeute pour accompagner la chanson.
La reprise de la chanson fabriquée par tous ainsi que de continuer à l’élaborer dure une vingtaine
de minutes.
Pour la fin de séance le musicothérapeute passe une musique que généralement tout le monde
découvre mais qui a surtout le pouvoir de faire danser, et là il propose a chacun d’essayer de faire
des pas de danse et ceux qui ne peuvent, il va vers eux, prend leur mains en les bougeant en rythme.

5.3 Analyse des séances.
Pour ma part faire l’analyse des séances de musicothérapie me semble un peu prétentieux, en tant
qu’intervenant extérieur, ayant une formation soignant et non de psychologue, j’ai cependant lors de
ce stage enrichissant pu observer et constater les effets que pouvaient avoir la musique, mais aussi
le musicothérapeute sur les personnes accueillies en journée.
Lors du premier temps de la séance, la musicothérapie réceptive, je tiens à décrire mon
comportement, comme je l’ai indiqué les chansons chantées par le musicothérapeute étaient des
chansons que les moins de 60 ans ne peuvent pas connaître, j’étais donc bien embêté car je ne
pouvais pas participer, un sentiment un peu dérangeant que j’ai contourné par le fait de battre le
rythme. Cela a été mon moyen d’expression et de participation diffèrent des personnes qui
chantaient certes mais je faisais parti du groupe.
Il est intéressant aussi de voir que des personnes qui sans cesse demandent et questionnent sur le
fait de savoir où ils sont, que font les autres ou demandent l’heure qu’il est, se souviennent
intégralement et avec enthousiasme de certaines paroles de chansons. Mais aussi pour certaines
personnes qui ne communiquent plus de façon verbale de battre le rythme sur une chanson qui
semble les toucher …. Moyens d’expressions, le même que le mien d’ailleurs !
Ainsi le fait de s’exprimer de la façon souhaitée permet sans aucun doute d’exister au sein du
groupe et ainsi d’une certaine façon de participer au processus de renarcissisation.

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

 

1
4  

La deuxième partie est tout aussi intéressante, j’ai ainsi appris que la madone du Chambon était la
madone de Poix et qu’elle était le lieu des sorties dominicales des chambonnaires et offrait un
panorama intéressant, outre le fait que j’ai été instruit, le fait de créer une chanson en groupe a
permis de mobiliser des souvenirs et fait ressurgir des émotions grâce au principe d’évocation. Mais
aussi il me semble certain que le rappel de souvenirs identiques par le médium qu’est la musique
permettait d’établir une communication.
Le dernier temps permet de terminer la séance dans un climat de confiance et de relation.
Quand nous désirons entrer en relation avec une personne confuse qui ne communique plus en
apparence, la première approche pour attirer son attention et d’entrer en résonance avec elle, par le
corps. La sensation et la perception de proximité, le toucher est aussi présent dans la relation
thérapeutique, c’est le canal sensoriel le plus proche de l’audition. Le but est de créer un
environnement rassurant afin que le participant puisse s'exprimer sans gêne. Ils visent le
développement d'une relation de confiance avec le patient et valorisent ce dernier en ne le mettant
jamais en situation d'échec. Ces danses avec un contact par les mains est favorisé par la mise en
confiance tout au long de la séance probablement que si cela s’effectuait en début de séance, la
participation serait plus dure à obtenir, il en est de même pour les personnes ne pouvant pas se
déplacer , elles participent à leur façon avec un contact privilégié avec le musicothérapeute, et leurs
attitudes ainsi que leurs expressions gestuelles témoignaient d’un bien être, de gaité de la personne
et d’une adhésion aux échanges avec le musicothérapeute.

 
 
 

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

1
5  

6. CONCLUSION

L’objectif principal du musicothérapeute pour les patients atteints d'Alzheimer est de mobiliser des
émotions, des sentiments et la mémoire du patient dans le but d’améliorer sa qualité de vie. La
musique explore le domaine du non-verbal, le verbal étant souvent déficient ou lacunaire. Elle
stimule ainsi d’autres circuits neurologiques que ceux utilisés dans la vie quotidienne et établit de
nouveaux canaux de communication. Il s'agit donc d'une véritable rééducation qui sert également de
lien entre le patient et son entourage.
Le musicothérapeute a pour objectif de faire sortir le patient de son isolement grâce à des musiques
qu’il aime ou a des chances d'aimer. Il cherche à atteindre ce qui est encore sain chez le patient, ce
qui n’a pas été touché par la maladie, afin que ce dernier reste acteur de sa vie. La musicothérapie
est ainsi un véritable étayage.
En définitive l’approche que peut avoir les thérapies non médicamenteuses sur la prise en soin de la
personne âgée Alzheimer ou ayant une pathologie associée est une véritable approche holistique en
prenant l’humain en compte dans une relation de confiance dont il est urgent que les soignants
s’approprient de façon plus générale.

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

 

1
6  

7. BIBLIOGRAPHIE

Ploton L, ce que nous enseignent les malades Alzheimer.
Carl Ransom Rogers, Le développement de la personne.
Ploton L, La personne âgée, son accompagnement médical et psychologique et la question de
démence, chronique social, Lyon,1990.
Benezon r théorie de la musicothérapie éd Non Verbal. Bordeaux .
Ploton L, La maladie d’ Alzheimer, à l’écoute d’un langage, chronique social, Lyon ,1999.
Song G,therrien B, Whall A ,implicit Memory and Familiarity Among Elders with dementia,
Journal of nursing scholarship 2002 .
Beyer M, La musicothérapie un outil pour communiquer avec les personnes âgées démentes, Soins
gérontologiques 2008.
Dcourneau G, Musicothérapie, clinique, technique, formation, Privat, Toulouse, 1989, p52.
Ogay S, Communiquer grâce à la musicothérapie, éd l’harmattan 1996.
Norberga A, Melinb E, Asplunda K ,Reactions to music, touch and object presentation in the final
stage of dementia: an exploratory study International Journal of Nursing Studies 2003.
Suzuki M, Kanamori M, Nagasawa S, Tokiko I, Takayuki S Music therapy-induced changes in
behavioral evaluations, and saliva chromogranin A and immunoglobulin A concentrations in elderly
patients with senile dementia Geriatr Gerontol Int 2007.

MUSICOTHERAPIE: Diplôme inter Universitaire de Thérapie Relationnelle Psychogériatrique 2013. CHAPUIS Ludovic  

 

1
7  


Aperçu du document MEMOIRE DIU TRP MUSICOTHERAPIE  CHAPUIS LUDOVIC.pdf - page 1/17
 
MEMOIRE DIU TRP MUSICOTHERAPIE  CHAPUIS LUDOVIC.pdf - page 3/17
MEMOIRE DIU TRP MUSICOTHERAPIE  CHAPUIS LUDOVIC.pdf - page 4/17
MEMOIRE DIU TRP MUSICOTHERAPIE  CHAPUIS LUDOVIC.pdf - page 5/17
MEMOIRE DIU TRP MUSICOTHERAPIE  CHAPUIS LUDOVIC.pdf - page 6/17
 




Télécharger le fichier (PDF)





Documents similaires


memoire diu trp musicotherapie chapuis ludovic
soutien has   mediation animale 1
alzheimer aidants oasis33 jeangrand jutau anne christine
la continuite professionnelle sur l interface sanitaire
alzheimer
bonnes vibrations

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.231s