Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils Recherche Aide Contact



Voyage au cœur des inspirations de Dries Van Noten .pdf



Nom original: Voyage au cœur des inspirations de Dries Van Noten.pdf
Titre: Microsoft Word - Voyage au cœur des inspirations de Dries Van Noten 2.docx
Auteur: Jordan Edom

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.7.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 14/11/2014 à 19:16, depuis l'adresse IP 193.49.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 698 fois.
Taille du document: 91 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Voyage au cœur des inspirations de Dries Van Noten…
 
 

De  la  femme  dite  «  lampadaire  »  –  toujours  belle  et  gracieuse,  qui  attire  l’œil  le  jour  
et  brille  le  soir  –  sculptée  par  des  créateurs  des  années  50  comme  Cristobal  Balenciaga  
ou   Christian   Dior,   à   la   «  working  girl  »   des   années   80   créée   par   Mugler,   Armani   et   autres  
Montana,  Dries  Van  Noten  retrace  l’histoire  de  la  perception  de  la  femme  par  la  couture.  
 
Avec   cette   exposition   que   DVN   a   lui-­‐même   contribué   à   mettre   en   forme,   c’est   un   voyage  
à  travers  toutes  ses  inspirations  artistiques  qui  nous  est  donné  d’apprécier.  Art  de  vivre,  
art  de  coudre,  tissus,  peintures,  sculptures  seront  nos  compagnons  de  route.  
 
Devant   la   porte,   s’élève   un   grand   mur   couvert   d’un   papier   peint   avec   des   fleurs.   Nous  
rentrons  dans  le  monde  de  Dries  Van  Noten…  
 

v  
 

Tout  d’abord,  deux  portraits  m’interpellent,  tant  ils  me  sont  familiers  :  
 
Le   fameux   portrait   de   Klaus   Nomi   utilisé   pour   la   pochette   de   son   album   éponyme   de  
1981  et  le  non  moins  iconique  portrait  de  Grace  Jones  par  Jean-­‐Paul  Goude  portant  un  
tailleur  à  la  coupe  très  masculine  et  une  cigarette  à  la  bouche,  daté  de  la  même  année.  
 
Ces   photographies   rappellent   l’ambiguïté   des   genres   de   ces   années   80.   La   femme   doit  
être  plus  masculine,  l’homme  plus  féminin.  Cette  androgynie  qui  conduit  les  couturiers  à  
donner   une   stature   plus   masculine   aux   vêtements   de   la   femme   -­‐   le   mouvement   du  
«  power  dressing  »  -­‐  édictera  une  nouvelle  vision  de  la  femme,  longtemps  assimilée  à  une  
petite   créature   douce   et   faible.   Une   femme   forte,   conquérante,   au   dos   droit   et   aux  
épaules  larges,  à  la  fois  chef  d’équipe  et  maîtresse  de  son  propre  destin  apparaît  alors.  
Cela  inspirera  les  premières  collections  de  DVN  dont  quelques  pièces  sont  exposées.  
 
Vient  ensuite  le  motif  du  papillon,  ou  la  beauté  capturée.  
 
DVN  crée  ses  tissus.  Ainsi,  il  aime  jouer  avec  les  imprimés.  Nous,  nous  aimons  tenter  de  
les  déchiffrer.  Quel  motif  plus  simple  et  insignifiant  que  le  papillon  ?  
 
Pourtant,   c’est   à   travers   l’œuvre   monumentale   de   Damien   Hirst,   Rapture,   un  
kaléidoscope   de   papillons   sur   canevas,   que   l’on   comprend   le   sens   de   ce   motif.   Les  
papillons  représentent  la  beauté,  oui,  mais  une  beauté  capturée,  une  beauté  qui  n’est  pas  
libre.   Un   peu   plus   loin,   on   peut   apercevoir   sur   un   écran   un   défilé   homme   de   DVN   où   des  
mannequins   paradent,   ressemblant   à   des   papillons,   derrière   une   vitre   de   verre.   Les  
spectateurs,  eux,  les  observent  captifs  aller  et  venir.  
 

Si  l’on  considère  la  couture  comme  une  forme  d’art  et  les  vêtements  comme  les  œuvres  
de   beauté   qui   en   découlent,   ces   vêtements   nous   habillent-­‐ils,   où   sommes   nous  
prisonniers  de  la  mode  et  ne  sommes  nous  là  que  pour  les  exposer  ?  
 
Qu’est-­‐ce  que  la  beauté,  si  elle  est  enfermée  ?  Des  papillons,  derrière  une  vitre  de  verre.  
 
Cette  réflexion  sur  la  beauté  enfermée  nous  emmène  à  son  pendant,  la  laideur.  
 
DVN   invente   non   seulement   des   motifs,   mais   également   des   couleurs.   Les   nuances   étant  
très   difficilement   perceptibles   pour   l’œil   du   non-­‐averti,   elle   existent   cependant.   Je   suis  
donc  ravi  d’apprendre  qu’il  existe  une  nuance  de  rose,  le  rose  «  crevette  pourrie  ».  
 
L’inspiration  de  DVN  vient  de  partout  et  de  tout  ce  qui  existe,  c’est  le  cas,  par  exemple,  
d’une  crevette  pourrie  et  c’est,  il  faut  l’avouer,  très  peu  alléchant…  Mais,  c’est  une  jolie  
couleur.  Triste,  au  nom  atypique,  mais  jolie.  
 
L’une   de   ses   collections   a   justement   pour   thème   la   laideur.   Pourtant,   je   ne   peux  
m’empêcher  de  regarder  ces  pièces  d’une  grande  beauté  avec  une  grande  admiration.  
 
Cela  nous  fait  alors  nous  rendre  compte  que  nos  conceptions  de  la  beauté  et  de  la  laideur  
relèvent   du   subjectif.   La   beauté   peut   être   si   futile   parfois,   la   laideur   peut   être   si   belle,  
quand  on  sait  l’observer.  
 
Le  doré  à  titre  d’exemple,  représenté  dans  cette  exposition  par  trois  pièces  dont  une  de  
Thierry   Mugler   et   l’autre   de   Coco   Chanel,   prouve   qu’une   chose   qui   représente   le  
magnifique,  le  faste,  peut  être  belle  ou  laide,  selon  qu’elle   est  utilisée  avec  simplicité,  ou  
à  l’excès.  
 
La  collection  printemps-­‐été  2009  de  DVN  dans  laquelle  le  doré  est  beaucoup  repris  est  à  
ce  titre  l'archétype  d’une  simplicité  qui  rend  les  choses  belles.  
 
Mais  revenons  à  notre  image  de  la  femme.  
 
À  l’approche  de  la  seconde  guerre  mondiale,  le  monde  de  la  mode  est  chamboulé.  Pour  
diverses  raisons,  certains  comme  Coco  Chanel  arrêtent  –  temporairement  pour  elle  –  la  
mode  ;  d’autres,  à  l’image  d’Elsa  Schiaparelli,  estiment  que  les  femmes  doivent  continuer  
à   se   faire   belles,   à   s’habiller   et   à   être   élégantes,   même   si   elles   sont   dans   un   bunker.   C’est  
ainsi   que   l’on   découvre   le   manteau   de   jour   automne-­‐hiver   1939-­‐1940   d’Elsa  
Schiaparelli.   DVN   choisit   cette   pièce   pour   illustrer   l’une   de   ses   collections   aux   tons   verts  
kaki,  sur  le  thème  du  militaire.  
 
Parmi   les   nombreuses   sources   d’inspiration   de   DVN,   ce   dernier   a   pu   compter   sur   ses  
«  voyages   imaginaires  ».   Oui,   car   DVN   ne   voyage   pas.   Il   ne   souhaite   pas   que   son  
imagination  soit  altérée  par  la  vision  de  la  réalité,  mais  il  se  sert  de  ce  qu’il  sait  et  de  sa  
créativité.  
 

Ainsi,  plusieurs  thèmes  nous  sont  présentés  :  
 
L’Afrique  méditerranéenne,  dont  je  retiendrais  la  pièce  suivante  :  Une  magnifique  robe  
du  soir  «  Marrakech  »  en  dentelle,  métal  et  perles  de  Paul  Poiret,  faite  en  1925.  
 
L’Afrique  sub-­‐saharienne,  que  l’on  retrouve  dans  les  motifs,  les  couleurs  et  les  formes  de  
la  collection  printemps-­‐été  2010  de  DVN,  ma  préférée.  
 
Le  thème  de  l’Asie  méridionale,  qui  a  fait  mes  yeux  se  poser  sur  la  sublime  robe  «  Sari  »  
de  Christian  Dior,  conçue  dans  les  environs  de  l’année  1953  pour  la  Princesse  Lilian  de  
Belgique.  Thème  qui  aura  inspiré  DVN  dans  une  de  ses  collections.  
 
L’Europe,   avec   l’Espagne   de   Balenciaga,   l’Asie   orientale   avec   ses   tissus   de   Chine,  
l’Amérique  du  sud,  avec  le  «  Dia  de  los  muertos  »  mexicain,  etc.  
 
Toutes   ses   expérimentations   lui   ont   valu   ce   qualificatif   de   couturier   «  exotique  ».   Mais   il  
est   une   juste   et   belle   chose   de   constater   que   DVN   a   su,   à   travers   ses   nombreux  
«  voyages  imaginaires  »,  représenter  la  femme  dans  toute  sa  diversité.  
 
Vers  la  fin  de  ce  périple  à  travers  les  inspirations  de  DVN,  nous  réalisons  complétement  
que   c’est   un   artiste   entier,   poétique,   qui   trouve   sa   source   d’inspiration   chez   d’autres  
artistes.  
 
Ainsi  peut-­‐on  voir  qu’il  tire  des  travaux  photographiques  de  James  Reeves,  nightscapes,  
des  motifs  qu’il  utilisera  dans  sa  collection  printemps-­‐été  2012,  que  l’œuvre  Odalisque,  
de   Philippe   Bradshaw   sera   proche   de   sa   collection   automne-­‐hiver   2008-­‐2009,   que   de  
l’étude   photographique   de   Jackie   Nickerson,   dont   provient   notamment   le   portrait  
«  Gladys  »   et   du   tableau   de   1925,   «  madame   Jasmine  »   de   Kees   Van   Dongen,   naîtra   sa  
collection  automne-­‐hiver  2003-­‐2004.  
 
DVN  choisit  de  nous  montrer  la  passion  pour  des  choses  simples,  comme  les  mains  de  
Cocteau,   en   présentant   les   moulages   de   ces   dernières   ou   comme   les   pieds   de   l’homme  
que   l’ont   dit   avoir   eu   les   «  plus   beaux   pieds   de   Paris  »,   le   baron   Alexis   de   Rédé,   en  
exposant   derrière   la   vitre   d’un   distributeur   automatique   fictif   les   chaussures  
excessivement   longues   et   fines   de   ce   dernier.   L’exposition   se   termine,   comme   elle  
commence,  par  des  fleurs.  
 
Nous  voici  à  la  dernière  étape  de  notre  voyage  au  cœur  des  inspirations  de  DVN.  Nous  
sommes   dans   le   jardin   imaginaire   de   DVN,   les   façades   sont   habillées   de   grandes  
reproductions   photographiques   de   compositions   florales   de   l’artiste   japonais   Makoto  
Azuma.  
 
À  cette  dernière  étape,  la  femme  est  comparée  à  une  fleur,  la  «  femme-­‐fleur  ».  Mais  pas  
celle   qui   n’a   pas   le   droit   d’exister   et   doit   rester   belle   sans   dire   un   mot,   non,   celle   qui  
exprime   sa   créativité.   Le   florilège   de   couleurs   présentées   à   nous   dans   ces   derniers  

motifs   nous   le   prouve.   Finalement   toutes   différentes,   belles   et   colorées,   les   femmes   sont  
les  plus  belles  des  fleurs.  
 
 
À   travers   ses   diverses   inspirations,   DVN   a   su   jouer   de   ses   instruments   et   se   jouer  
de  nous,  mettre  en  lumière  la  complexité  et  les  contradictions  de  nos  conceptions  de  la  
beauté  ;   il   a   su   représenter   la   femme   telle   qu’elle   est,   telle   qu’elle   a   été,   dans   toute   sa  
diversité   et   dans   un   petit   mouvement   de   simplicité,   comme   le   geste   d’un   peintre,   a   pu   la  
libérer.  C’est  l’image  que  l’on  retient  de  son  50ème  défilé-­‐anniversaire,  printemps  2005,  
qui  est  venu  la  célébrer.  
 
 
 

 
 

 
 
Jordan  Edom  
 


Voyage au cœur des inspirations de Dries Van Noten.pdf - page 1/4
Voyage au cœur des inspirations de Dries Van Noten.pdf - page 2/4
Voyage au cœur des inspirations de Dries Van Noten.pdf - page 3/4
Voyage au cœur des inspirations de Dries Van Noten.pdf - page 4/4

Documents similaires


Fichier PDF voyage au c ur des inspirations de dries van noten
Fichier PDF dp rf ete16
Fichier PDF nouveau catalogue 1 er mars 2016
Fichier PDF atelier germain  collection jardin pamplemousse 2019
Fichier PDF catalogue younique printemps 2014 fr 2
Fichier PDF catalogue 2015 2016 c


Sur le même sujet..