Les Tunisiennes ont jeté leurs voiles aux cactus .pdf


Nom original: Les Tunisiennes ont jeté leurs voiles aux cactus.pdf

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par / ABBYY FineReader 9.0 Sprint, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/08/2015 à 11:38, depuis l'adresse IP 196.203.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 424 fois.
Taille du document: 1.4 Mo (4 pages).
Confidentialité: fichier public

Aperçu du document


Madame Bourguiba
accompagne son mari pour leur première visite
. i j ^ officielle en France. Elle f a i t aujourd'hui
?^Me bilan du combat
qu'elle n'a cessé de mener pour les femmes de son pays.
....

.

.

.

.

,,^/\^

•ru

VA'

^^^^

Les Tunisiennes ont jeté

1

Sommes-nous e n Provence ? Le c i e l
clair, les o l i v i e r s à perte de vue, lest r o u p e a u x de m o u t o n s , l a rivière où u n
fUet d'eau serpente entre les bancs de
sable, t o u t m e p a r a i t f a m i l i e r . Seule
la double pointe d u Bou Komine, q u i
g a r d e fièrement l a p l a i n e et l a baie de
T u n i s , m e rappelle q u ' a u j o u r d ' h u i je
vais p r e n d r e le thé avec M a d a m e Bourg u i b a , dans l a m a i s o n de campagne
d u M o m a g où le président se repose
quelques j o u r s a v a n t son voyage en
France.
n paraît que j ' a i de l a chance. Dans
cette p e t i t e propriété — sbc o u sept hectares d'orangers et de vignes q u i g r i m p e n t a u x premières pentes d u B o u K o r n i n e , et q u e l a Présidente a achetés p o u r
sa f i l l e a d o p t i v e H e j e r — les invités sont
r a r e s et le m o t d ' o r d r e est : silence,
tranquillité. L a m a i s o n blanche, t y p i q u e m e n t t u n i s i e n n e avec ses t o i t s a r r o n dis et sa g r a n d e terrasse, ne ressemble
e n rien a u palais d ' u n chef d'Etat. Pas
de g r a n d s h a l l s de réception, m a i s deux
p e t i t s salons b l a n c h i s à l a c h a u x où les
p r o f o n d s canapés de velours v e r t ne
p a r l e n t q u e de c o n f o r t . I c i , o n p e u t étud i e r et réfléchir à l ' h e u r e de l a sieste,
avant d'aller à pied faire visite a u x
orangers q u a n d le soleil devient m o i n s
brûlant. Le Président B o u r g u i b a y mène
l a v i e d'vm g e n t l e m a n - f a r m e r , m a i s l e
véritable chef de l ' e x p l o i t a t i o n , celui
q u i s'y connaît e n a g r i c u l t u r e , q u i étudie les agrandissements de l a ferme,
q u i se lève à six heures d u m a t i n p o u r
p r o g r a m m e r le t r a v a i l des o u v r i e r s
agricoles, q u i âait choisir les jeunes
p l a n t s et décider q u ' i l f a u t poser des
cannisses p o u r les protéger c o n t r e le
sirocco — c'est M m e B o u r g u i b a .
Q u o i 7 Dans u n pays m u s u l m a n , t a n t
de responsabilités et d'autorité entre les
meilns d ' u n e f e m m e ? C'est q u e nous
sommes en T u n i s i e . U n E t a t de c i n q '
m i l l i o n s et d e m i d ' h a b i t a n t s seulement,
m a i s q u i est sûrement a u p r e m i e r r a n g
dans le m o n d e p o u r l a rapidité f o u d r o y a n t e d e .révolution des femmes,

i

v o u l u e et soutenue p a r H a b i b B o u r g u i b a
lui-même. Le célèbre • Code d u s t a t u t
personnel », q u i i n t e r d i t l a polygamie,
l a répudiation p a r le m a r i et le m a r i a g e
sans le consentement de l a jeune fille,
p e r m e t a u x femmes de demander ellesmêmes le divorce, les autorise à hériter
même si elles n ' o n t pas de frère (autrefols, l e u r oncle était l'héritier dans ce
cas), etc., a p a r u dès son accession a u
p o u v o i r e n 1958. Mesures sans précédent
p o u r u n g o u v e r n e m e n t m u s u l m a n , et
q u i d o n n e n t a u x Tunisiennes u n rôle
de modèles et de leaders p o u r toutes
les femmes des pays arabes comme des
pays d ' A f r i q u e noire. Qu'elles aient p u
être adoptées et mises e n p r a t i q u e , sans
p r o d u i r e de violentes querelles r e l i g i e u ses, est sûrement a u crédit d u Président
et de son sens poUtique.
— Je n ' a i jamais v o u l u a l l e r contre le
C o r a n ! (et i l fixe s u r m o i son s u r p r e n a n t r e g a r d b l e u c l a i r ) . J ' a i seulement
montré q u ' o n p o u v a i t l'interpréter a u trement...
— Le C o r a n autorise jusqu'à q u a t r e
épouses, d i t - o n .
— C'est v r a i , m a i s seulement à condit i o n q u ' o n puisse les t r a i t e r de façon
rigoureusement
égale, matériellement
et m o r a l e m e n t . Alors, comme ce n'est
possible p o u r a u c u n h o m m e , s u r cette
terre, o n d o i t conclure q u e l a polygam i e est impossible selon le Coran...

Elles voyagent, elles votent,
elles se baignent
en maillot deux-pièces
Son sourire, nuancé d'une pointe d ' h u m o u r , a d u c h a r m e . M a i s ce c h a r m e
n ' a u r a i t pas suffi à r a l l i e r les théologiens, n a préféré, à l'époque, s'assurer
l ' a p p u i de l ' u n des p l u s i n f l u e n t s , l'érud i t Fadhel Ben A c h o u r , q u i , n o n seulem e n t a c o n v a i n c u les autres, m a i s
encore a servi d'ambassadeur dans tous

les pays arabes, p o u r que cette p o l i t i que féministe n e r e n c o n t r e pas trace
d'hosauté. E n T u n i s i e même, i l f a l l a i t
changer les moeurs et ce n'était pas
une petite affaire. U n e femme est t r a d i t i o n n e l l e m e n t soumise à son père,
puis à son frère, p u i s à son m a r i q u i
lui-même obéit à son père...
E m a n c i p e r les femmes dans ces conditions t e n a i t de l'impossible. E n t r e les
deux guerres, K e m a l A t a t u r k — l ' h o m me q u i i n t e r d i t a u x femmes t u r q u e s de
,.'
p o r t e r le voile — s'y était cassé les
/
dents.
'>
•— M a i s je ne suis pas A t a t u r k , ajoute
\
le Président B o u r g u i b a . J ' a i v o u l u , m o i
\
aussi, que les femmes cessent d'être
;
enfermées, qu'elles évoluent...
,
( P o u r q u o i ? Parce que, dès le m o m e n t
\
où vers 1923 i l préparait son « bac •
a u lycée C a m o t , i l s u i v a i t avec passion
l'œuvre d ' A t a t u r k ? Parce que, comme
i l me le d i t , 11 n e p o u v a i t supporter le
souvenir de sa mère humiliée d£ms son
p r o p r e foyer ? Parce que sa première •
femme était française ?._Ou. parce cm'i\__^_
savait, e n h a b i l e h o m m e d'Etat, q u ' i l n e
p o u r r a i t c o n s t r u i r e u n e T u n i s i e prospère et m o d e r n e e n g a r d a n t d e u x m i l lions d e femmes illettrées et inactives ?)
— ...Mais sans rien briser, sans r e n i e r
nos t r a d i t i o n s . J ' a i donné a u x femmes
le m o y e n de changer, mais je n e les a i
pas forcées...
C'étîùt u n p a r i . Quinze ans p l u s t a r d ,
i l paraît gagné. Même e n c a m p t t m t la
ceimpagne, 80 % des petites fUles v o n t
à l'école (contre 95 % des garçons, i l
est v r a i ) . E n 1949, quelques centaines
de filles a u plus s u i v a i e n t l'enseignem e n t secondaire ; i l y en a 52.000 auj o u r d ' h u i . Les Tunisoises lisent, votent,
voyagent,
déjeunent a u r e s t a u r a n t ,
v o n t à l a plage e n m a i l l o t deux-pièces,
signent l e u r c o n t r a t de m a r i a g e et occ u p e n t des postes dans les a d m i n i s t r a tions. Même si elles gardent encore
dans u n t i r o i r le t r a d i t i o n n e l voile blanc
qu'elles p o r t e n t a u x enterrements, o u
le m a t i n p o u r f a i r e u n e course, q u a n d
mite page e:

par Rose Vincent

leurs voiles aux cactus

Les Tunisiennes ont jeté
suite
elles ne sont n i coiffées n i liabillées."TSi
l'on a oublié le p a i n p o u r le p e t i t déjeuner, o n enroule le voile s u r sa chemise de n u i t , et vite, o n descend dans
l a r u e . « Le voile, c'est le oache-misère,
disent-elles avec u n p e t i t rire. I l p o u r r a i t aussi passer p o u r u n e coquetterie,
car o n r e m a r q u e p r o b a b l e m e n t deux
fois p l u s t m e f e m m e voilée q u ' u n e f i l l e
m o d e r n e e n m i n i - j u p e . M a i s ce voile a
cessé d'être u n e p r i s o n , comme i l l ' a été
si longtemps, j u s q u e dans les années
50, p o u r toutes les femmes vives et
gaies que je r e n c o n t r e i c i . Comme i l
l'était p o u r M a d a m e l a Présidente, a u j o u r d ' h u i si élégante et b i e n coiffée e n
face d e m o i , a u temps où elle était l a
petite W a s s i l a B e n A m m a r .

Le plus important
aujourd'hui
c'est encore l'instruction
I l n o u s f a u t i m a g i n e r , dans les années
20, u n e g r a n d e m a i s o n carrée dans u n
j a r d i n p l e i n d'hibiscus et de b o u g a i n villées. C'est l a résidence d'été de
M'Hmed Ben A m m a r , q u i fait partie
de l a grande bourgeoisie tunisoise.
C h a m b r e s fraîches a u x dalles de couleur, m u r s d ' u n b l a n c aveuglant, porche décoré de mosaïques et de tuiles
vernissées, m o u c h a r a b i e h s peints de ce
b l e u l u m i n e u x et i n i m i t a b l e , n i ciel n i
t u r q u o i s e n i lavande, q u e l ' o n appelle
i c i b l e u Sldi-Bou-Saïd. D u f o n d de sa
f e r m e o u de son palais d e Carthage, sa
t i l l e e n rêve encore a u j o u r d ' h u i . . . C'est
à deux pas, p o u r t a n t , d u palais d u Résident français, m a i s l a petite f i l l e n ' e n
a cure. Elle pense plutôt à s'échapper
vers l a plage t o u t e proche. O n f r a n c h i t
u n e a r c h e blanche, o n saute t r o i s m a r ches de briques, p u i s d i x , et v o i c i l a
m e r . T o u j o u r s à l ' h e u r e où les hommes
ne sortent pas, b i e n sûr et t o u j o u r s enveloppée dans le voile blanc q u i cache
è d e m i s o n visage. M m e Ben A m m a r ,
p o u r t a n t t e n d r e et très proche de ses
enfants, est très s t r i c t e là-dessus : u n e
f i l l e q u i sort sans voUe ne p o u r r a j a mïiis t r o u v e r de m a r i . E t encore moins
une fUle q u i s e m b l e r a i t reconnaître u n
h o m m e ^ d a n s l a r u e , fût-il son cousin.
M . B e n A m m a r a reçu l a visite d ' u n
j e u n e p a r e n t de M o n a s t i r q u i f a i t ses
études à Tunis, H a b i b B o u r g u i b a , mais
évidemment W a s s i l a n e l ' a pas rencontré. E l l e étudie p o u r t a n t , elle aussi. EUe
a p p r e n d à l i r e , elle passe son c e r t i f i c a t
d'études. C'est u n n i v e a u d ' i n s t r u c t i o n

très r a r e p o u r les femmes de l'époque,
d o n t les neuf-dixièmes sont complètem e n t illettrées. P o u r t a n t W a s s i l a es'„
restée s u r sa f a i m . Q u a n d je l u i demande,, a u j o u r d ' h u i , ce qu'elle j u g e le p l u s
i m p o r t a n t p o u r l'éducation :
— L ' i n s t r u c t i o n , dit-elle. J ' a i v o u l u q u e
m a f i l l e N a b i l a soit i n s t r u i t e . M a l h e u reusement, elle, s'est mariée à seize ans
et d e m i , selon l a t r a d i t i o n . . . Elle a t o u t
de même réussi. N a b i l a joue m a i n t e n a n t u n rôle i m p o r t a n t dans l a société
timisoise cultivée. E t à son tour, elle
v e u t que ses deux enfants deviennent
le plus i n s t r u i t s possible...
Deuxième acte : nous sommes en 1929,
et u n paquebot q u i v i e n t d e France v a
accoster à T u n i s . I l ramène, flanquée
de sa gouvernante, M l l e B e n A m m a r
que l ' o n a dû envoyer f a i r e u n e c u r e
à V i c h y , Le départ n e s'est pas décidé
sans m a l : i l est encore inconvenant,
p o u r u n e Tunisienne, de voyager sans
' u n e escorte masculine de sa f a m i l l e .
M a i s M . B e n A m m a r a u n esprit très
m o d e r n e et son avis, n a t u r e l l e m e n t , l ' a
emporté.
E n France, l a jeune f i l l e a découvert u n
a u t r e monde : le L o u v r e et les forêts
de hêtres, l a t o u r Eiffel et les pâturages à vaches laitières. M a i s m i e u x encore, elle a vécu dévoilée, l i b r e , elle
s'est baignée en m a i l l o t sans avoir à
demander l ' a u t o r i s a t i o n de son père o u
de son jeune frère.
Elle s'en souviendra.

Malgré l a famille,
une femme qui travaille
impose le respect
M a i s elle se souviendra, p l u s v i v e m e n t
encore, d'autre chose. C o m m e o n rassemble les passagers s u r le p o n t d u b a teau, o n l a d i r i g e , avec les autres T u nisiens, vers l a file marquée Etrangers
p o u r qu'elle m o n t r e son passeport. Les
Français, eux, sont m i s à p a r t et passent comme chez eux avec u n e simple
carte d'identité. Les a d m i n i s t r a t i o n s ,
p l u s soucieuses de commodité que de
psychologie, n e prêtent guère a t t e n t i o n
à u n t e l détail. M a i s i l a f a i t sans doute
que W a s s i l a B e n A m m a r , étiquetée
« étrangère • dans son p r o p r e pays, est
p l u s t a r d entrée dans l a l u t t e clandest i n e contre les Français, et a rencontré
Habib Bourguiba.
Coïncidence : c'est aussi e n 1929 que le
jeune avocat a commencé sa v i e p o l i tique, q u i a b o u t i t e n 1834 là l a fonda-

t i o n d u Néo-Destour et en 1938 à de
violentes manifestations nationalistes.
I l y a des m o r t s à T u n i s , et beaucoup
d'arrestations. Pour les prisonniers, les
femmes f o n t des colis -, et déjà elles se
groupent p o u r essayer de faire libérer
leurs m a r i s . Le m o u v e m e n t féminin est
né, même s ' i l t i e n t encore de l a p a r l o t e
de salon. Le voile est b i e n p r a t i q u e
_ p o u r d i s s i m u l e r des armes o u o r g a n i ser des ventes de charité destinées, sous
c o u v e r t de bonnes œuvres, à f i n a n c e r
le p a r t i . A t o u t cela Wassila, d o n t le
père a été l ' u n des p r e m i e r s Destouriens, p a r t i c i p e b i e n qu'elle v i v e à l a
campagne depuis son m a r i a g e avec u n
propriétaire t e r r i e n . Q u a n d les choses
s'enveniment et q u e les femmes discut e n t dans l a r u e , à Beja, elle est a u p r e m i e r r a n g des manifestantes. Les F r a n çais l ' e m p r i s o n n e n t p o u r deux o u t r o i s
jours : de ses impressions d'alors, elle
ne veut rien m e d i r e . Q u e le passé soit
oublié, et les vieilles querelles U q u i dées I
Elle m e rappelle p o u r t a n t que c'est vers
cette époque — 1952 — qu'elle a jeté
le voile a u x orties. Elle et beaucoup de
ses amies. L a Tunisie nouvelle v i v r a i t
au X X ' siècle I I I y f a l l a i t p o u r t a n t d u
courage, commie à toutes les prisonnières. J ' a i rencontré l a première f e m m e
tunisienne q u i a demandé le divorce en
1960 ; elle en garde u n souvenir affreux. Abandonnée p a r ses amies, rejetée p a r sa f a m i l l e q u i a v a i t honte, elle
a travaillé seule p o u r élever ses enfants, et dû conquérir p e u à p e u le respect de tous et u n e nouvelle place dans
l a société. Les femmes m o i n s i n s t r u i t e s
n'y a r r i v e n t pas t o u j o u r s . E t r i e n que
pour c o n v a i n c r e les juges q u ' u n e femme p o u v a i t a v o i r r a i s o n dans u n conf l i t q u i l'oppose à u n homme, i l a f a l l u
déployer beaucoup de persuasion.
L a très puissante U n i o n N a t i o n a l e des
Femmes Tunisiennes, d o n t
Madame
B o u r g u i b a est l a présidente, a b i z a r r e m e n t dû son p r e m i e r essor à ces d i f f i cultés. Puisque les femmes n e p o u v a i e n t
décemment se réunir avec les hommes,
n i faire p a r t i e des cellules destourieiines, elles o n t créé leurs propres c e l l u - .
les féminines. Les premières réunions,
en 1958, se sont tenues dans l a m a i s o n
de Wassila. Puis o n en a f a i t p a r t o u t ,
dans les maisons bourgeoises l'aprèsm i d i , dans les champs où les femmes
t r a v a i l l e n t à l a cueillette des f l e u r s
d'orangers, a u b a i n m a ' j r e où elles v o n t
l a n u i t , p o u r f u i r les regards des h o m mes attablés le j o u r a u x terrasses des
cafés. Peu à p e u l'U.N.F.T. a pénétré

leurs voiles aux cactus

La

misère

a presque

totalement

disparu.

p a r t o u t ; dans les foyers les p l u s p r i m i t i f s , elle délègue de véritables missionnaires, les assistantes rurales, q u i
pnseignent l'hygiène, l a puériculture, l a
confection des m e n u s et l a manière de
t e n i r u n budget. E t s u r t o u t le p l a n n i n g
f a m i l i a l q u i grâce à elles a u n écho
immense.

E n matière de contraception,
elles sont plus évoluées
que certaines Européennes
— Je crois q u e q u a t r e enfants, c'est
suffisant p o u r u n e femme, d i t l a Présidente. De>ix seulement (et elle a u n
s o u r i r e vers sa fille) je t r o u v e cela u n
p e u égoïste. M a i s sept, q u i est actuellem e n t le c h i f f r e m o y e n p o u r les familles
tunisiennes, c'est u n e véritable folie I
Et en effet, l a T u n i s i e , où l a moitié de
l a p o p u l a t i o n a m o i n s de v i n g t ans,
souffre d ' i m t a u x de croissance t r o p r a pide. A v e c des f a m i l l e s écrasées d'enfants, c o m m e n t élever le n i v e a u de vie,
c o m m e n t éduquer les femmes — et mêm e les homm,es ? Le p l a n n i n g f a m i l i a l
est u n e nécessité si v i t a l e q u e le t r a v a i l
de l ' U n i o n des Femmes a été r e p r i s en
charge p a r le Ministère de l a Santé. La
vente des p r o d u i t s anticonceptionnels
est autorisée depuis 1B61 — s u r t o u t le
stérilet, p l u s facile à u t i l i s e r q u e l a p i lule. L ' a v o r t e m e n t est n o n seulement
.admis, m a i s g r a t u i t p o u r les femmes
q u i o n t déjà q u a t r e enfants. Les théologiens m u s u l m a n s , q u i v i e n n e n t de se

Parfois

une vieille

tend

la main.

Mais

la jeunesse

réunir à Rabat, sont p o u r t a n t très d i visés s u r l a question de l ' a v o r t e m e n t ;
mais Us d o n n e n t l e u r accord complet
à l a contraception. S i b i e n que les femmes se m o n t r e n t assez réceptives, t o u t
en accusant souvent l e u r m a r i de s'y
opposer : c'est que, t r a d i t i o n n e l l e m e n t ,
une grande famiUe est signe de v i r i lité. Autrefois, q u a n d u n e f e m m e ne
p o u v a i t plus avoir d'enfants, le m a r i
en épousait u n e a u t r e p o u r c o n t i n u e r
à produire... I l n e le peut plus. Mais
les idées ne changent pas si vite, a u
moins chez les m a r i s .
M o i n s handicapées, les femmes commencent à s'instruire, à s u i v r e les
cours d'alphabétisation donnés p a r l a
T.V. ; à envoyer l e u r s filles à l'école ;
à a p p r e n d r e u n métier (souvent dans
les écoles de l'U.N.F.T.) et même à t r a v a i l l e r dans les bureaux, où u n employé
s u r c i n q est u n e femme. M o d e r n i s m e
r€ire : elles o n t même d r o i t a u salaire
égal depuis l'année dernière. E t aucune
des fâcheuses conséquences prédites
p a r les traditionalistes p o u r l a f a m i l l e
et l a société ne s'est p r o d u i t e depuis
qu'elles o n t cessé d'être enfermées. A u cune ? Si, t o u t de même. Le n o m b r e des
enfants n a t u r e l s a augmenté, o n p o u v a i t s'y attendre. Dans u n e société m u sulmane stricte, l ' e n f a n t n a t u r e l est u n
p a r i a , totalement rejeté, q u e personne
ne p o u r r a i t songer à adopter : i l n e dev r a i t pas exister. A i i s s i l ' i n s t i t u t i o n de
l ' a d o p t i o n à l a manière française, avec
légitimation de l'enfant, a-t-elle p a r u
une véritable révolution. H f a l l a i t t o u t
i n v e n t e r . Désormais « l ' I n s t i t u t i o n des

sait

que iavenir

du pays

dépend

d'elle.

Enfants de B o u r g u i b a • p r e n d en charge
à six ans les enfants abandonnés et l e u r
assure u n e place n o r m a l e dans l a société. E t l a Présidente a elle-même f o n dé u n e pouponnière
vdtra-modeme,
« l'Œuvre d u N o u r r i s s o n », p o u r les
nouveau-nés sans f a m i l l e . M i e u x , elle
a, U y a treize ans, a v a n t même son
remariage, adopté l a petite Hejer, q u i
f a i t sa joie et celle d u Président : o n
chuchote q u ' a u M o m a g c'est l u i q u i
l'aide à f a i r e ses devoirs de mathématiques I
Je suis, e n vérité, toute prête à le croire.
Parce q u e ce p e t i t scdon où je croque
des dragées en b a v a r d a n t à bâtons
rompus, cette terrasse avec sa b o r d u r e
de géraniums, ce p e r r o n sans faste où
l ' o n r e n c o n t r e le Président r e t o u r d u
j a r d i n , t o u t évoque u n e vie simple q u i
p o u r r a i t être aussi celle d'une f a m i l l e
française. Est-ce l'image q u ' a u cours de
l e u r voyage à Paris les B o u r g u i b a d o n n e r o n t a u x Français 7 Ce q u i est cert a i n , c'est q u e nous les sentirons p r o ches de nous, n o n seulement p a r l e u r
français Impeccable, m a i s p a r b i e n des
manières d'être. Eux, et ceux q u i v i e n d r o n t avec. eux. Neila, l a s p i r i t u e l l e j e u ne sœur de l a Présidente, q u i l'accompagne c o m m e j o u r n a l i s t e de r a d i o ,
p o u r r a i t aussi b i e n être née avenue
V i c t o r - H u g o et t r a v a i l l e r q u a i Kennedy.
M m e B o u r g u i b a elle-rnême a demandé
à sa couturière, Rosy Aissan, des t a i l leurs très parisiens. M a i s elle a ajouté,
dans ses bagages, deux robes t u n i s i e n nes de cérémonie. M o d e r n i s m e et t r a d i tion ; ce p o u r r a i t être u n e devise.



Les Tunisiennes ont jeté leurs voiles aux cactus.pdf - page 1/4


Les Tunisiennes ont jeté leurs voiles aux cactus.pdf - page 2/4


Les Tunisiennes ont jeté leurs voiles aux cactus.pdf - page 3/4

Les Tunisiennes ont jeté leurs voiles aux cactus.pdf - page 4/4


Télécharger le fichier (PDF)

Les Tunisiennes ont jeté leurs voiles aux cactus.pdf (PDF, 1.4 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


la regente de carthage
la femme tunisienne revue francaise octobre 1960
code du statut personnel emancipation ou liberation
communique mmm france paje 04 10 17
cinema saint denis 25 janvier au 20 fevrier 2018
les tunisiennes ont jete leurs voiles aux cactus

Sur le même sujet..