Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



Les Tunisiennes ont jeté leurs voiles aux cactus .pdf



Nom original: Les Tunisiennes ont jeté leurs voiles aux cactus.pdf

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par / ABBYY FineReader 9.0 Sprint, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/08/2015 à 11:38, depuis l'adresse IP 196.203.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 303 fois.
Taille du document: 1.4 Mo (4 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Madame Bourguiba
accompagne son mari pour leur première visite
. i j ^ officielle en France. Elle f a i t aujourd'hui
?^Me bilan du combat
qu'elle n'a cessé de mener pour les femmes de son pays.
....

.

.

.

.

,,^/\^

•ru

VA'

^^^^

Les Tunisiennes ont jeté

1

Sommes-nous e n Provence ? Le c i e l
clair, les o l i v i e r s à perte de vue, lest r o u p e a u x de m o u t o n s , l a rivière où u n
fUet d'eau serpente entre les bancs de
sable, t o u t m e p a r a i t f a m i l i e r . Seule
la double pointe d u Bou Komine, q u i
g a r d e fièrement l a p l a i n e et l a baie de
T u n i s , m e rappelle q u ' a u j o u r d ' h u i je
vais p r e n d r e le thé avec M a d a m e Bourg u i b a , dans l a m a i s o n de campagne
d u M o m a g où le président se repose
quelques j o u r s a v a n t son voyage en
France.
n paraît que j ' a i de l a chance. Dans
cette p e t i t e propriété — sbc o u sept hectares d'orangers et de vignes q u i g r i m p e n t a u x premières pentes d u B o u K o r n i n e , et q u e l a Présidente a achetés p o u r
sa f i l l e a d o p t i v e H e j e r — les invités sont
r a r e s et le m o t d ' o r d r e est : silence,
tranquillité. L a m a i s o n blanche, t y p i q u e m e n t t u n i s i e n n e avec ses t o i t s a r r o n dis et sa g r a n d e terrasse, ne ressemble
e n rien a u palais d ' u n chef d'Etat. Pas
de g r a n d s h a l l s de réception, m a i s deux
p e t i t s salons b l a n c h i s à l a c h a u x où les
p r o f o n d s canapés de velours v e r t ne
p a r l e n t q u e de c o n f o r t . I c i , o n p e u t étud i e r et réfléchir à l ' h e u r e de l a sieste,
avant d'aller à pied faire visite a u x
orangers q u a n d le soleil devient m o i n s
brûlant. Le Président B o u r g u i b a y mène
l a v i e d'vm g e n t l e m a n - f a r m e r , m a i s l e
véritable chef de l ' e x p l o i t a t i o n , celui
q u i s'y connaît e n a g r i c u l t u r e , q u i étudie les agrandissements de l a ferme,
q u i se lève à six heures d u m a t i n p o u r
p r o g r a m m e r le t r a v a i l des o u v r i e r s
agricoles, q u i âait choisir les jeunes
p l a n t s et décider q u ' i l f a u t poser des
cannisses p o u r les protéger c o n t r e le
sirocco — c'est M m e B o u r g u i b a .
Q u o i 7 Dans u n pays m u s u l m a n , t a n t
de responsabilités et d'autorité entre les
meilns d ' u n e f e m m e ? C'est q u e nous
sommes en T u n i s i e . U n E t a t de c i n q '
m i l l i o n s et d e m i d ' h a b i t a n t s seulement,
m a i s q u i est sûrement a u p r e m i e r r a n g
dans le m o n d e p o u r l a rapidité f o u d r o y a n t e d e .révolution des femmes,

i

v o u l u e et soutenue p a r H a b i b B o u r g u i b a
lui-même. Le célèbre • Code d u s t a t u t
personnel », q u i i n t e r d i t l a polygamie,
l a répudiation p a r le m a r i et le m a r i a g e
sans le consentement de l a jeune fille,
p e r m e t a u x femmes de demander ellesmêmes le divorce, les autorise à hériter
même si elles n ' o n t pas de frère (autrefols, l e u r oncle était l'héritier dans ce
cas), etc., a p a r u dès son accession a u
p o u v o i r e n 1958. Mesures sans précédent
p o u r u n g o u v e r n e m e n t m u s u l m a n , et
q u i d o n n e n t a u x Tunisiennes u n rôle
de modèles et de leaders p o u r toutes
les femmes des pays arabes comme des
pays d ' A f r i q u e noire. Qu'elles aient p u
être adoptées et mises e n p r a t i q u e , sans
p r o d u i r e de violentes querelles r e l i g i e u ses, est sûrement a u crédit d u Président
et de son sens poUtique.
— Je n ' a i jamais v o u l u a l l e r contre le
C o r a n ! (et i l fixe s u r m o i son s u r p r e n a n t r e g a r d b l e u c l a i r ) . J ' a i seulement
montré q u ' o n p o u v a i t l'interpréter a u trement...
— Le C o r a n autorise jusqu'à q u a t r e
épouses, d i t - o n .
— C'est v r a i , m a i s seulement à condit i o n q u ' o n puisse les t r a i t e r de façon
rigoureusement
égale, matériellement
et m o r a l e m e n t . Alors, comme ce n'est
possible p o u r a u c u n h o m m e , s u r cette
terre, o n d o i t conclure q u e l a polygam i e est impossible selon le Coran...

Elles voyagent, elles votent,
elles se baignent
en maillot deux-pièces
Son sourire, nuancé d'une pointe d ' h u m o u r , a d u c h a r m e . M a i s ce c h a r m e
n ' a u r a i t pas suffi à r a l l i e r les théologiens, n a préféré, à l'époque, s'assurer
l ' a p p u i de l ' u n des p l u s i n f l u e n t s , l'érud i t Fadhel Ben A c h o u r , q u i , n o n seulem e n t a c o n v a i n c u les autres, m a i s
encore a servi d'ambassadeur dans tous

les pays arabes, p o u r que cette p o l i t i que féministe n e r e n c o n t r e pas trace
d'hosauté. E n T u n i s i e même, i l f a l l a i t
changer les moeurs et ce n'était pas
une petite affaire. U n e femme est t r a d i t i o n n e l l e m e n t soumise à son père,
puis à son frère, p u i s à son m a r i q u i
lui-même obéit à son père...
E m a n c i p e r les femmes dans ces conditions t e n a i t de l'impossible. E n t r e les
deux guerres, K e m a l A t a t u r k — l ' h o m me q u i i n t e r d i t a u x femmes t u r q u e s de
,.'
p o r t e r le voile — s'y était cassé les
/
dents.
'>
•— M a i s je ne suis pas A t a t u r k , ajoute
\
le Président B o u r g u i b a . J ' a i v o u l u , m o i
\
aussi, que les femmes cessent d'être
;
enfermées, qu'elles évoluent...
,
( P o u r q u o i ? Parce que, dès le m o m e n t
\
où vers 1923 i l préparait son « bac •
a u lycée C a m o t , i l s u i v a i t avec passion
l'œuvre d ' A t a t u r k ? Parce que, comme
i l me le d i t , 11 n e p o u v a i t supporter le
souvenir de sa mère humiliée d£ms son
p r o p r e foyer ? Parce que sa première •
femme était française ?._Ou. parce cm'i\__^_
savait, e n h a b i l e h o m m e d'Etat, q u ' i l n e
p o u r r a i t c o n s t r u i r e u n e T u n i s i e prospère et m o d e r n e e n g a r d a n t d e u x m i l lions d e femmes illettrées et inactives ?)
— ...Mais sans rien briser, sans r e n i e r
nos t r a d i t i o n s . J ' a i donné a u x femmes
le m o y e n de changer, mais je n e les a i
pas forcées...
C'étîùt u n p a r i . Quinze ans p l u s t a r d ,
i l paraît gagné. Même e n c a m p t t m t la
ceimpagne, 80 % des petites fUles v o n t
à l'école (contre 95 % des garçons, i l
est v r a i ) . E n 1949, quelques centaines
de filles a u plus s u i v a i e n t l'enseignem e n t secondaire ; i l y en a 52.000 auj o u r d ' h u i . Les Tunisoises lisent, votent,
voyagent,
déjeunent a u r e s t a u r a n t ,
v o n t à l a plage e n m a i l l o t deux-pièces,
signent l e u r c o n t r a t de m a r i a g e et occ u p e n t des postes dans les a d m i n i s t r a tions. Même si elles gardent encore
dans u n t i r o i r le t r a d i t i o n n e l voile blanc
qu'elles p o r t e n t a u x enterrements, o u
le m a t i n p o u r f a i r e u n e course, q u a n d
mite page e:

par Rose Vincent

leurs voiles aux cactus

Les Tunisiennes ont jeté
suite
elles ne sont n i coiffées n i liabillées."TSi
l'on a oublié le p a i n p o u r le p e t i t déjeuner, o n enroule le voile s u r sa chemise de n u i t , et vite, o n descend dans
l a r u e . « Le voile, c'est le oache-misère,
disent-elles avec u n p e t i t rire. I l p o u r r a i t aussi passer p o u r u n e coquetterie,
car o n r e m a r q u e p r o b a b l e m e n t deux
fois p l u s t m e f e m m e voilée q u ' u n e f i l l e
m o d e r n e e n m i n i - j u p e . M a i s ce voile a
cessé d'être u n e p r i s o n , comme i l l ' a été
si longtemps, j u s q u e dans les années
50, p o u r toutes les femmes vives et
gaies que je r e n c o n t r e i c i . Comme i l
l'était p o u r M a d a m e l a Présidente, a u j o u r d ' h u i si élégante et b i e n coiffée e n
face d e m o i , a u temps où elle était l a
petite W a s s i l a B e n A m m a r .

Le plus important
aujourd'hui
c'est encore l'instruction
I l n o u s f a u t i m a g i n e r , dans les années
20, u n e g r a n d e m a i s o n carrée dans u n
j a r d i n p l e i n d'hibiscus et de b o u g a i n villées. C'est l a résidence d'été de
M'Hmed Ben A m m a r , q u i fait partie
de l a grande bourgeoisie tunisoise.
C h a m b r e s fraîches a u x dalles de couleur, m u r s d ' u n b l a n c aveuglant, porche décoré de mosaïques et de tuiles
vernissées, m o u c h a r a b i e h s peints de ce
b l e u l u m i n e u x et i n i m i t a b l e , n i ciel n i
t u r q u o i s e n i lavande, q u e l ' o n appelle
i c i b l e u Sldi-Bou-Saïd. D u f o n d de sa
f e r m e o u de son palais d e Carthage, sa
t i l l e e n rêve encore a u j o u r d ' h u i . . . C'est
à deux pas, p o u r t a n t , d u palais d u Résident français, m a i s l a petite f i l l e n ' e n
a cure. Elle pense plutôt à s'échapper
vers l a plage t o u t e proche. O n f r a n c h i t
u n e a r c h e blanche, o n saute t r o i s m a r ches de briques, p u i s d i x , et v o i c i l a
m e r . T o u j o u r s à l ' h e u r e où les hommes
ne sortent pas, b i e n sûr et t o u j o u r s enveloppée dans le voile blanc q u i cache
è d e m i s o n visage. M m e Ben A m m a r ,
p o u r t a n t t e n d r e et très proche de ses
enfants, est très s t r i c t e là-dessus : u n e
f i l l e q u i sort sans voUe ne p o u r r a j a mïiis t r o u v e r de m a r i . E t encore moins
une fUle q u i s e m b l e r a i t reconnaître u n
h o m m e ^ d a n s l a r u e , fût-il son cousin.
M . B e n A m m a r a reçu l a visite d ' u n
j e u n e p a r e n t de M o n a s t i r q u i f a i t ses
études à Tunis, H a b i b B o u r g u i b a , mais
évidemment W a s s i l a n e l ' a pas rencontré. E l l e étudie p o u r t a n t , elle aussi. EUe
a p p r e n d à l i r e , elle passe son c e r t i f i c a t
d'études. C'est u n n i v e a u d ' i n s t r u c t i o n

très r a r e p o u r les femmes de l'époque,
d o n t les neuf-dixièmes sont complètem e n t illettrées. P o u r t a n t W a s s i l a es'„
restée s u r sa f a i m . Q u a n d je l u i demande,, a u j o u r d ' h u i , ce qu'elle j u g e le p l u s
i m p o r t a n t p o u r l'éducation :
— L ' i n s t r u c t i o n , dit-elle. J ' a i v o u l u q u e
m a f i l l e N a b i l a soit i n s t r u i t e . M a l h e u reusement, elle, s'est mariée à seize ans
et d e m i , selon l a t r a d i t i o n . . . Elle a t o u t
de même réussi. N a b i l a joue m a i n t e n a n t u n rôle i m p o r t a n t dans l a société
timisoise cultivée. E t à son tour, elle
v e u t que ses deux enfants deviennent
le plus i n s t r u i t s possible...
Deuxième acte : nous sommes en 1929,
et u n paquebot q u i v i e n t d e France v a
accoster à T u n i s . I l ramène, flanquée
de sa gouvernante, M l l e B e n A m m a r
que l ' o n a dû envoyer f a i r e u n e c u r e
à V i c h y , Le départ n e s'est pas décidé
sans m a l : i l est encore inconvenant,
p o u r u n e Tunisienne, de voyager sans
' u n e escorte masculine de sa f a m i l l e .
M a i s M . B e n A m m a r a u n esprit très
m o d e r n e et son avis, n a t u r e l l e m e n t , l ' a
emporté.
E n France, l a jeune f i l l e a découvert u n
a u t r e monde : le L o u v r e et les forêts
de hêtres, l a t o u r Eiffel et les pâturages à vaches laitières. M a i s m i e u x encore, elle a vécu dévoilée, l i b r e , elle
s'est baignée en m a i l l o t sans avoir à
demander l ' a u t o r i s a t i o n de son père o u
de son jeune frère.
Elle s'en souviendra.

Malgré l a famille,
une femme qui travaille
impose le respect
M a i s elle se souviendra, p l u s v i v e m e n t
encore, d'autre chose. C o m m e o n rassemble les passagers s u r le p o n t d u b a teau, o n l a d i r i g e , avec les autres T u nisiens, vers l a file marquée Etrangers
p o u r qu'elle m o n t r e son passeport. Les
Français, eux, sont m i s à p a r t et passent comme chez eux avec u n e simple
carte d'identité. Les a d m i n i s t r a t i o n s ,
p l u s soucieuses de commodité que de
psychologie, n e prêtent guère a t t e n t i o n
à u n t e l détail. M a i s i l a f a i t sans doute
que W a s s i l a B e n A m m a r , étiquetée
« étrangère • dans son p r o p r e pays, est
p l u s t a r d entrée dans l a l u t t e clandest i n e contre les Français, et a rencontré
Habib Bourguiba.
Coïncidence : c'est aussi e n 1929 que le
jeune avocat a commencé sa v i e p o l i tique, q u i a b o u t i t e n 1834 là l a fonda-

t i o n d u Néo-Destour et en 1938 à de
violentes manifestations nationalistes.
I l y a des m o r t s à T u n i s , et beaucoup
d'arrestations. Pour les prisonniers, les
femmes f o n t des colis -, et déjà elles se
groupent p o u r essayer de faire libérer
leurs m a r i s . Le m o u v e m e n t féminin est
né, même s ' i l t i e n t encore de l a p a r l o t e
de salon. Le voile est b i e n p r a t i q u e
_ p o u r d i s s i m u l e r des armes o u o r g a n i ser des ventes de charité destinées, sous
c o u v e r t de bonnes œuvres, à f i n a n c e r
le p a r t i . A t o u t cela Wassila, d o n t le
père a été l ' u n des p r e m i e r s Destouriens, p a r t i c i p e b i e n qu'elle v i v e à l a
campagne depuis son m a r i a g e avec u n
propriétaire t e r r i e n . Q u a n d les choses
s'enveniment et q u e les femmes discut e n t dans l a r u e , à Beja, elle est a u p r e m i e r r a n g des manifestantes. Les F r a n çais l ' e m p r i s o n n e n t p o u r deux o u t r o i s
jours : de ses impressions d'alors, elle
ne veut rien m e d i r e . Q u e le passé soit
oublié, et les vieilles querelles U q u i dées I
Elle m e rappelle p o u r t a n t que c'est vers
cette époque — 1952 — qu'elle a jeté
le voile a u x orties. Elle et beaucoup de
ses amies. L a Tunisie nouvelle v i v r a i t
au X X ' siècle I I I y f a l l a i t p o u r t a n t d u
courage, commie à toutes les prisonnières. J ' a i rencontré l a première f e m m e
tunisienne q u i a demandé le divorce en
1960 ; elle en garde u n souvenir affreux. Abandonnée p a r ses amies, rejetée p a r sa f a m i l l e q u i a v a i t honte, elle
a travaillé seule p o u r élever ses enfants, et dû conquérir p e u à p e u le respect de tous et u n e nouvelle place dans
l a société. Les femmes m o i n s i n s t r u i t e s
n'y a r r i v e n t pas t o u j o u r s . E t r i e n que
pour c o n v a i n c r e les juges q u ' u n e femme p o u v a i t a v o i r r a i s o n dans u n conf l i t q u i l'oppose à u n homme, i l a f a l l u
déployer beaucoup de persuasion.
L a très puissante U n i o n N a t i o n a l e des
Femmes Tunisiennes, d o n t
Madame
B o u r g u i b a est l a présidente, a b i z a r r e m e n t dû son p r e m i e r essor à ces d i f f i cultés. Puisque les femmes n e p o u v a i e n t
décemment se réunir avec les hommes,
n i faire p a r t i e des cellules destourieiines, elles o n t créé leurs propres c e l l u - .
les féminines. Les premières réunions,
en 1958, se sont tenues dans l a m a i s o n
de Wassila. Puis o n en a f a i t p a r t o u t ,
dans les maisons bourgeoises l'aprèsm i d i , dans les champs où les femmes
t r a v a i l l e n t à l a cueillette des f l e u r s
d'orangers, a u b a i n m a ' j r e où elles v o n t
l a n u i t , p o u r f u i r les regards des h o m mes attablés le j o u r a u x terrasses des
cafés. Peu à p e u l'U.N.F.T. a pénétré

leurs voiles aux cactus

La

misère

a presque

totalement

disparu.

p a r t o u t ; dans les foyers les p l u s p r i m i t i f s , elle délègue de véritables missionnaires, les assistantes rurales, q u i
pnseignent l'hygiène, l a puériculture, l a
confection des m e n u s et l a manière de
t e n i r u n budget. E t s u r t o u t le p l a n n i n g
f a m i l i a l q u i grâce à elles a u n écho
immense.

E n matière de contraception,
elles sont plus évoluées
que certaines Européennes
— Je crois q u e q u a t r e enfants, c'est
suffisant p o u r u n e femme, d i t l a Présidente. De>ix seulement (et elle a u n
s o u r i r e vers sa fille) je t r o u v e cela u n
p e u égoïste. M a i s sept, q u i est actuellem e n t le c h i f f r e m o y e n p o u r les familles
tunisiennes, c'est u n e véritable folie I
Et en effet, l a T u n i s i e , où l a moitié de
l a p o p u l a t i o n a m o i n s de v i n g t ans,
souffre d ' i m t a u x de croissance t r o p r a pide. A v e c des f a m i l l e s écrasées d'enfants, c o m m e n t élever le n i v e a u de vie,
c o m m e n t éduquer les femmes — et mêm e les homm,es ? Le p l a n n i n g f a m i l i a l
est u n e nécessité si v i t a l e q u e le t r a v a i l
de l ' U n i o n des Femmes a été r e p r i s en
charge p a r le Ministère de l a Santé. La
vente des p r o d u i t s anticonceptionnels
est autorisée depuis 1B61 — s u r t o u t le
stérilet, p l u s facile à u t i l i s e r q u e l a p i lule. L ' a v o r t e m e n t est n o n seulement
.admis, m a i s g r a t u i t p o u r les femmes
q u i o n t déjà q u a t r e enfants. Les théologiens m u s u l m a n s , q u i v i e n n e n t de se

Parfois

une vieille

tend

la main.

Mais

la jeunesse

réunir à Rabat, sont p o u r t a n t très d i visés s u r l a question de l ' a v o r t e m e n t ;
mais Us d o n n e n t l e u r accord complet
à l a contraception. S i b i e n que les femmes se m o n t r e n t assez réceptives, t o u t
en accusant souvent l e u r m a r i de s'y
opposer : c'est que, t r a d i t i o n n e l l e m e n t ,
une grande famiUe est signe de v i r i lité. Autrefois, q u a n d u n e f e m m e ne
p o u v a i t plus avoir d'enfants, le m a r i
en épousait u n e a u t r e p o u r c o n t i n u e r
à produire... I l n e le peut plus. Mais
les idées ne changent pas si vite, a u
moins chez les m a r i s .
M o i n s handicapées, les femmes commencent à s'instruire, à s u i v r e les
cours d'alphabétisation donnés p a r l a
T.V. ; à envoyer l e u r s filles à l'école ;
à a p p r e n d r e u n métier (souvent dans
les écoles de l'U.N.F.T.) et même à t r a v a i l l e r dans les bureaux, où u n employé
s u r c i n q est u n e femme. M o d e r n i s m e
r€ire : elles o n t même d r o i t a u salaire
égal depuis l'année dernière. E t aucune
des fâcheuses conséquences prédites
p a r les traditionalistes p o u r l a f a m i l l e
et l a société ne s'est p r o d u i t e depuis
qu'elles o n t cessé d'être enfermées. A u cune ? Si, t o u t de même. Le n o m b r e des
enfants n a t u r e l s a augmenté, o n p o u v a i t s'y attendre. Dans u n e société m u sulmane stricte, l ' e n f a n t n a t u r e l est u n
p a r i a , totalement rejeté, q u e personne
ne p o u r r a i t songer à adopter : i l n e dev r a i t pas exister. A i i s s i l ' i n s t i t u t i o n de
l ' a d o p t i o n à l a manière française, avec
légitimation de l'enfant, a-t-elle p a r u
une véritable révolution. H f a l l a i t t o u t
i n v e n t e r . Désormais « l ' I n s t i t u t i o n des

sait

que iavenir

du pays

dépend

d'elle.

Enfants de B o u r g u i b a • p r e n d en charge
à six ans les enfants abandonnés et l e u r
assure u n e place n o r m a l e dans l a société. E t l a Présidente a elle-même f o n dé u n e pouponnière
vdtra-modeme,
« l'Œuvre d u N o u r r i s s o n », p o u r les
nouveau-nés sans f a m i l l e . M i e u x , elle
a, U y a treize ans, a v a n t même son
remariage, adopté l a petite Hejer, q u i
f a i t sa joie et celle d u Président : o n
chuchote q u ' a u M o m a g c'est l u i q u i
l'aide à f a i r e ses devoirs de mathématiques I
Je suis, e n vérité, toute prête à le croire.
Parce q u e ce p e t i t scdon où je croque
des dragées en b a v a r d a n t à bâtons
rompus, cette terrasse avec sa b o r d u r e
de géraniums, ce p e r r o n sans faste où
l ' o n r e n c o n t r e le Président r e t o u r d u
j a r d i n , t o u t évoque u n e vie simple q u i
p o u r r a i t être aussi celle d'une f a m i l l e
française. Est-ce l'image q u ' a u cours de
l e u r voyage à Paris les B o u r g u i b a d o n n e r o n t a u x Français 7 Ce q u i est cert a i n , c'est q u e nous les sentirons p r o ches de nous, n o n seulement p a r l e u r
français Impeccable, m a i s p a r b i e n des
manières d'être. Eux, et ceux q u i v i e n d r o n t avec. eux. Neila, l a s p i r i t u e l l e j e u ne sœur de l a Présidente, q u i l'accompagne c o m m e j o u r n a l i s t e de r a d i o ,
p o u r r a i t aussi b i e n être née avenue
V i c t o r - H u g o et t r a v a i l l e r q u a i Kennedy.
M m e B o u r g u i b a elle-rnême a demandé
à sa couturière, Rosy Aissan, des t a i l leurs très parisiens. M a i s elle a ajouté,
dans ses bagages, deux robes t u n i s i e n nes de cérémonie. M o d e r n i s m e et t r a d i tion ; ce p o u r r a i t être u n e devise.



Les Tunisiennes ont jeté leurs voiles aux cactus.pdf - page 1/4
Les Tunisiennes ont jeté leurs voiles aux cactus.pdf - page 2/4
Les Tunisiennes ont jeté leurs voiles aux cactus.pdf - page 3/4
Les Tunisiennes ont jeté leurs voiles aux cactus.pdf - page 4/4

Documents similaires


Fichier PDF alqotb cp260912
Fichier PDF guide final 11
Fichier PDF sensibilisation le port du voile et la realite qu il cache
Fichier PDF art voile 1
Fichier PDF 2017 07 20 tribune
Fichier PDF voile


Sur le même sujet..