4 Journee technique C Agreil Scopela3 .pdf



Nom original: 4_Journee_technique_C-Agreil_Scopela3.pdfTitre: Microsoft PowerPoint - Journee_technique_C-Agreil_Scopela3.ppt [Mode de compatibilité]Auteur: Agreil

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par PScript5.dll Version 5.2.2 / Acrobat Distiller 10.1.16 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 10/03/2016 à 16:39, depuis l'adresse IP 88.136.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 323 fois.
Taille du document: 9.5 Mo (21 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Cyril AGREIL

De la technique pour le pâturage
des espaces naturels !
1ère journée technique du pôle Gestion des milieux naturels
Mardi 1er décembre 2015 - Auditorium Charles Sadron au CNRS d’Orléans

Pourquoi vouloir enrichir les techniques de pâturage ?
La chasse aux idées reçues

Parce que les milieux naturels
valorisés par le pâturage
sont des systèmes complexes.
Le troupeau,
la végétation
et l’éleveur sont en
interaction permanente
et interfèrent chacun
dans le fonctionnement
biologique des deux
autres éléments.

Pourquoi vouloir enrichir les techniques de pâturage ?
La chasse aux idées reçues

Parce que le brachypode est une bonne fourragère,
appréciée des troupeaux !

Données Meuret et Agreil, INRA.

Pourquoi vouloir enrichir les techniques de pâturage ?
La chasse aux idées reçues

Parce que le brachypode est une bonne fourragère,
appréciée des troupeaux !

Au mois d’aout, dans
les Baronnies en
Drôme, le brachypode
contribue de façon
significative au régime
alimentaire de brebis
allaitantes en reprise
d’état corporel.

Données Meuret et Agreil, INRA.

Pourquoi vouloir enrichir les techniques de pâturage ?
La chasse aux idées reçues

Données Meuret et Agreil, INRA.

Parce que les ligneux ont une meilleure valeur nutritive
que les herbacées !

Pourquoi vouloir enrichir les techniques de pâturage ?
La chasse aux idées reçues

Parce que les ligneux ont une meilleure valeur nutritive
que les herbacées !

Données Meuret et Agreil, INRA.

En juillet, à 1400m sur
une estive Savoyarde,
les organes prélevés
par des génisses en
gestation (futures
laitières) sur les ligneux
sont moins fibreux et
aussi azotés que les
organes prélevés sur
les herbacées.

Pourquoi vouloir enrichir les techniques de pâturage ?
La chasse aux idées reçues

Parce que le gyrobroyage des milieux embroussaillés
provoque leur fermeture !

Sur un parcours .

AVANT…

…APRES

Pourquoi vouloir enrichir les techniques de pâturage ?
La chasse aux idées reçues

Parce que le gyrobroyage des milieux embroussaillés
provoque leur fermeture !
Sans ajustement adapté de la
conduite du pâturage, cette
pelouse pâturée par des
chevaux est colonisée après
broyage par des rejets de
souche et de racine d’églantiers
très bien défendus par des
épines et une lignification
rapide des tiges.
…APRES

Pourquoi vouloir enrichir les techniques de pâturage ?
La chasse aux idées reçues

Parce que l’augmentation de la pression de pâturage
favorise l’installation des ligneux !
Sur un causse en
Lozère, les zones de
pelouse pâturées
très ras et de façon
répétée sont
colonisées par des
semis de pin noir,
qui n’ont pas de
concurrence pour
l’accès à la lumière.

Comment alors programmer la conduite technique 
quand on cherche à préserver les qualités 
écologiques d’un milieu par le pâturage ? 

…quelques principes techniques
pour raisonner la conduite du pâturage

Quelques principes techniques
pour raisonner la conduite du pâturage
Les ligneux et les
herbacées n’ont pas les
mêmes profils de
croissance

Au sein des herbacées,
une grande diversité de
profils de croissance

Quelques principes techniques
pour raisonner la conduite du pâturage

L’aptitude au report sur pied
varie en fonction des espèces et
des conditions de milieux.
Elle correspond à la capacité des
herbacées à maintenir des
organes photosynthétiques et
appétents au-delà de la période
de croissance.

Quelques principes techniques
pour raisonner la conduite du pâturage
Le pâturage des ligneux en période d’élongation des tiges
limite leur développement et stabilise leur dynamique
Les feuillus pâturés échappent
généralement en hauteur et prennent
un port « arboré ».

Le pâturage des épineux en croissance
pénalise la mise en réserve,
provoque un port en « bonzaï »,
voire une forte mortalité

Quelques principes techniques
pour raisonner la conduite du pâturage
Pour anticiper l’effet du pâturage sur l’abondance d’une espèce,
il faut des connaissances sur son fonctionnement démographique

L’abondance d’une plante n’est pas
directement proportionnelle à l’intensité de
son pâturage.
Pour chaque espèce, c’est l’analyse de
sensibilité du cycle démographique qui
permet d’identifier les stades sensibles.

Quelques principes techniques
pour raisonner la conduite du pâturage
Le comportement alimentaire des
ruminants est fortement influencé
par les pratiques d’élevage.
Les compétences alimentaire d’un
troupeau peuvent évoluer en
réponse à des changements de
pratique.

Quelques principes techniques
pour raisonner la conduite du pâturage
La diversité stimule l’appétit des ruminants.
La diversité de format des organes
sectionnés est primordiale pour que les
ruminants réussissent la constitution de
rations adaptées à leurs besoins.

L’appétence des plantes n’est pas
seulement déterminée par leurs
caractéristiques biochimiques. Elle
dépend aussi et surtout de la
motivation de l’animal à ingérer
cette plante.
Elle change tout le temps

Quelques principes techniques
pour raisonner la conduite du pâturage
L’augmentation du chargement instantané
diminue l’expression des préférences alimentaires
Le chargement instantané s’exprime par
un nombre d’animaux à l’hectare.
Quand les ruminants sont serrés sur de
petites surfaces, ils sont moins libres
d’exprimer leurs préférences
alimentaires.
Ils trient moins et mangent de façon plus
homogène sur l’ensemble de la parcelle

A faible chargement instantané, le pâturage est hétérogène dans la parcelle.
Le fait de laisser les animaux plus longtemps ne modifie ni les préférences
alimentaires, ni les zones préférentiellement pâturées.

Quelques principes techniques
pour raisonner la conduite du pâturage
…utiliser le mode d’exploitation parcellaire pour 
représenter la conduite sur une parcelle

Quelques principes techniques
pour raisonner la conduite du pâturage
… reconnaitre la campagne de pâturage 
comme une succession de parcelles diversifiée 
pour couvrir l’ensemble des saisons d’une année.
• Des animaux qui sont présents sur la ferme toute l’année, 
avec des besoins alimentaires variés
• Des parcelles plus ou moins diversifiées en fonction des fermes
• Une diversité d’usage des différentes parcelles
• La nécessité de reproduire ses ressources alimentaires d’une 
année sur l’autre, sans ajouter des intrants et des charges

Des ressources techniques pour aller plus loin…

www.paturajuste.fr

Des ressources techniques pour aller plus loin…
Toutes nos coordonnées sur

www.scopela.fr



When sheep and shrubs make peace on rangeland: Linking the Dynamics of Ruminant Feeding Behavior
and Dominant Shrub Responses on Rangeland. Agreil C., Magda D., Meuret M., Hazard L., Osty P.L.
2010. In: Benjamin Veress and Jozsi Szigethy (Eds) Horizons in Earth Science Research. Volume 1. NY
Novascience Publishers, USA. 383-401.



Qualifier les surfaces pastorales pour combiner le renouvellement des ressources alimentaires et la
maîtrise des couverts végétaux. Acquis, enjeux et questions actuelles. Guérin G., Agreil C. 2007. Renc.
Rech. Ruminants, Paris, 2007, 14, 145-152.



Mise en place d’une contractualisation agri-environnementale basée sur le respect de résultats
écologiques mesurables. Le cas des surfaces herbagères du PNR du Massif des Bauges. Mestelan P.,
Agreil C., de Sainte Marie C., Meuret M., Mailland-Rosset, S. 2007. Renc. Rech. Ruminants, Paris, 2007,
14, 173-176



Étude pour l’accompagnement de mesures agro-environnementales territorialisées combinant
l’engagement unitaire Herbe_09 « Gestion pastorale » - Propositions méthodologiques à destination des
opérateurs pour l’élaboration du plan de gestion pastorale. Agreil C., Barthel S., Daneels P., Greff N.,
Guerin G., Meignen R., Mestelan P. 2009. Étude commandée par le Ministère de l'Agriculture et de la
Pêche. 77p.



Façonner la diversité des ressources pastorales, un atout pour répondre aux besoins des animaux en
orientant les dynamiques de végétation. Agreil C. 2014. In : Pluvinage J. (Dir.) Espaces pastoraux,
espaces de production agricoles. Pastum hors série. Association Française de Pastoralisme et Cardère
éditeur. pp. 45-59.



Pour gérer la broussaille, donner aux pelouses sèches une place concrète et pilotée dans la campagne de
pâturage des éleveurs. Agreil C., Guerin G., Mestelan P.. 2012. In. Premières rencontres pour la
conservation des pelouses et coteaux secs de Rhône-alpes. 20-21 septembre 2012, Montalieu-Vercieu,
France.


4_Journee_technique_C-Agreil_Scopela3.pdf - page 1/21
 
4_Journee_technique_C-Agreil_Scopela3.pdf - page 2/21
4_Journee_technique_C-Agreil_Scopela3.pdf - page 3/21
4_Journee_technique_C-Agreil_Scopela3.pdf - page 4/21
4_Journee_technique_C-Agreil_Scopela3.pdf - page 5/21
4_Journee_technique_C-Agreil_Scopela3.pdf - page 6/21
 




Télécharger le fichier (PDF)


4_Journee_technique_C-Agreil_Scopela3.pdf (PDF, 9.5 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


4 journee technique c agreil scopela3
les paradigmes de la psychomotricite
courrier 1
sylviculture truffiere par alban lauriac
paul rafanoharana ancien conseiller diplomatique
mini ebook compost et humus le compost les principes du compostage frederic guerin

Sur le même sujet..