Directives automobile soleur .pdf



Nom original: Directives automobile soleur.pdf

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par Adobe Acrobat 7.08 / Adobe Acrobat 7.08 Paper Capture Plug-in, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/10/2016 à 09:41, depuis l'adresse IP 213.200.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 329 fois.
Taille du document: 1.2 Mo (45 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Bundesamt für Umweltschutz
Office fédéral de la protection de I’environnement
Ufficio federale per la protezione dell’ambiente

DIRECTIVES
sur le prétraitement et l’évacuation des eaux
résiduaires provenant des établissements de
la branche automobile

1987

Membres du groupe de travail
E. Müller (président), Office fédéral de la protection de l’environnement, Berne
A. Bussmann, Kantonales Amt für Wasserwirtschaft, Soleure
W. Eberli, Office fédéral de la protection de l’environnement, Berne
P. Leumann, Amt für Gewässerschutz und Wasserbau, Zurich

Téléchargement du fichier PDF
www.environnement-suisse.ch/publications
(il n’existe pas de version imprimée)
Référence: VU-2307-F
© OFPE 1987

D E S

T A B L E
- -

-

M A T I E R E S

-

Page
1

INTRODUCTION

1

II

BASES LEGALES

3

III

POLLUTION DES EAUX USEES ET DES EAUX DE SURFACE
PAR LES HYDROCARBURES (HC)

5

1

HC provenant de l'entretien des véhicules

5

2

HC provenant d'autres sources

5

3

~ropriétésdes HC et leur comportement dans
les eaux et lors de l'épuration des eaux usées

6

Effets de l'assainissement des eaux résiduaires dans les établissements de la branche
automobile

7

4

IV

V

VI

NETTOYAGE DES MOTEURS ET DES CHASSIS

9

1

Description des procédés de travail

9

2

Conception du prétraitement des eaux usées

NETTOYAGE DES PIECES

10
13

1

Description des procédés de travail

13

2

Traitement des eaux résiduaires et élimination
des déchets

14

DEPARAFFINAGE DES VOITURES NEUVES
1

Description des procédés de travail

2

Traitement des eaux résiduaires

VI1

TRAITEMENT DES BAS DE CAISSE ET DES CORPS CREUX

19

VI11

NETTOYAGE DES CARROSSERIES

21

ANNEXES 1-4

23

1

INTRODUCTION

En 1980, l'Office fédéral d e la protection d e l'environnement
soumettait aux services cantonaux chargés de la protection
des eaux la Communication No 17 intitulée "Eaux usées huileuses provenant de l'industrie automobile" en les priant de
prendre des mesures, au sens où l'entendait ladite communication, en vue d'assainir les eaux usées de cette branche.
Le manque d'expérience que l'on avait des installations de

traitement des eaux résiduaires des établissements provenant
de la branche automobile, les imperfections techniques initiales ainsi que les doutes émis quant à la nécessité d'un
prétraitement des hydrocarbures (ci-après désignés par
l'abréviation Hc'))
contenus dans ces eaux ont parfois considérablement désorienté les autorités d 'exécution.
Par la suite, l'Of fice fédéral de la protection de l'environnement s ' est occupé d 'un certain nombre de questions fondamentales liées à la pollution des eaux usées et des eaux par
les HC provenant des établissements de la branche automobile.
Il a également institué un groupe d e travail auquel il a donné mission de remanier la Communication No 17.
Les présentes "Directives sur le prétraitement et l'évacuation des eaux résiduaires provenant des établissements de la
branche automobile" remplacent cette Communication. Les présentes explications s'appliquent à l'évacuation des eaux contenant des HC dans les égouts publics qui parviennent par
conséquent à une station d ' épuration des eaux (article 7 et
colonne III de .l'annexe de 1 ' Ordonnance sur le déversement
des eaux usées).

1)

~éfinitiondes HC, voir chapitre III, chiffre 3

Pour la collecte et l'évacuation d e s eaux résiduaires, les
Directives concernant l'évacuation des eaux des immeubles,
Deuxième partie séparateurs, d e l'Association Suisse d e s
Professionnels de 1 ' ~ p u r a t i o ndes Eaux (ASPEE) f a i t f o i .

II

BASES LEGALES

Ordonnance générale sur la protection des eaux
Selon l'article 20 d e l'Ordonnance générale du 19 juin 1972
sur la protection des eaux, il importe d e mettre à profit
toutes les possibilités d'élimination des eaux usées afin que
celles-ci ne créent aucune charge polluante; au besoin, les
divers types d'eaux résiduaires seront soumis à un prétraitement part iculier

.

Ordonnance sur le déversement des eaux usées
En vertu du chiffre 48, "Hydrocarbures totaux", de l'annexe
de 1 'Ordonnance du 8 décembre 1975 sur le déversement des
eaux usées, la valeur limite fixée à la colonne III pour le
déversement dans une canalisation publique raccordée à une
station d'épuration des eaux correspond à une concentration
d e 20 mg/l, à moins que le canton n'ait fixé des dérogations.
Lorsque les eaux usées sont directement déversées dans un
cours d'eau, la concentration admissible de HC est d e 10 mg/l
(colonne II d e 1 'annexe d e ladite ordonnance).

III

POLLUTION DES EAUX USEES ET DES EAUX DE SURFACE PAR
LES HYDROCARBURES ( HC )

1

HC provenant d e l'entretien des véhicules

Dans l a b r a n c h e a u t o m o b i l e , on u t i l i s e d e p r é f é r e n c e des s o l v a n t s à b a s e d e HC a i n s i q u e d e s a g e n t s t e n s i o - a c t i f s

pour

nettoyer l e s pièces encrassées par d e s h u i l e s minérales.

Si

l ' o n ne f a i t p a s s u b i r d e p r é t r a i t e m e n t aux eaux r é s i d u a i r e s
p r o d u i t e s p a r ces t r a v a u x d ' e n t r e t i e n , q u e l q u e 1 ' 5 0 0 t o n n e s
d e HC, d o n t 95 pour c e n t p r o v i e n n e n t d e s s o l v a n t s u t i l i s é s ,
sont d é v e r s é e s dans les é g o u t s ( v o i r annexe 1). O r ,

s e u l e une

p a r t i e d e c e s HC e s t é l i m i n é e d a n s l e s s t a t i o n s d ' é p u r a t i o n
d e s eaux u s é e s , c a r e l l e s ne s o n t p a s p r é v u e s pour l ' é p u r a t i o n
d e s e a u x d e ce t y p e .

C ' e s t c e q u i explique pourquoi,

chaque

a n n é e , p r è s d e 500 t o n n e s d e HC p o l l u e n t l e s e a u x ( v o i r annexe 1 ) . S i les d i s p o s i t i o n s l é g a l e s a b o u t i s s e n t à l ' i n s t a u r a t i o n d e m e s u r e s a p p r o p r i é e s , c e t t e c h a r g e d i m i n u e r a i t cons i d é r a b l e m e n t , p u i ç q u ' e l l e ne serait p l u s q u e d e 4 t % / a n
environ.

2

HC provenant d'autres sources

S i l a b r a n c h e a u t o m o b i l e l i b è r e des q u a n t i t é s c o n s i d é r a b l e s
d ' h y d r o c a r b u r e s , d ' a u t r e s s e c t e u r s en d é v e r s e n t également
d a n s l e s e a u x u s é e s e t d a n s l e s e a u x d e s u r f a c e . D e nombreus e s b r a n c h e s t e l l e s que l ' i n d u s t r i e c h i m i q u e , l a m é t a l l u r g i e ,
l e s e n t r e p r i s e s d e p e i n t u r e e t l e s a r t s graphiques se s e r v e n t
d e s o l v a n t s c o n t e n a n t d e s HC.

Une g r a n d e p a r t i e d e c e u x - c i

sont déversés dans les égouts par l e biais d e s p r o d u i t s d e
nettoyage.

De m ê m e , d e s t q u a n t i t é s i m p o r t a n t e s d e HC s ' & c o u -

l e n t d e s r o u t e s d a n s les c o u r s d ' e a u . A c e l a v i e n n e n t s ' a j o u -

t e r l e s HC c o n t e n u s d a n s l e s c o m b u s t i b l e s p é t r o l i e r s e t l e s
carburants

-

tonnes par an

n o t r e p a y s e n i m p o r t e e n v i r o n 11 m i l l i o n s d e

-

e t q u i s'échappent également d a n s l ' e n v i r o n -

n e m e n t , q u e c e s o i t à l a s u i t e d e l e u r m a n u t e n t i o n ou d e l e u r

combustion. Ces HC aussi peuvent polluer les eaux. Ces différentes sources d'émission des HC provoquent une pollution
effective qu'il est impossible de chiffrer.

3

~ropriétésdes RC et l e u r comportement dans les eaux et
lors de l'épuration des eaux u s é e s

La notion d'hydrocarbures (HC) regroupe l'ensemble des composés C-H aliphatiques, alicycliques et aromatiques. Les HC
entrent principalement dans la composition des huiles minérales produites lors du raffinage du pétrole et à partir desquelles on élabore différentes substances.
Alors que la toxicité des HC pour les organismes vivants
aquatiques ne devient aiguë que lorsque leur concentration
dépasse 200 pg/l environ, des concentrations nettement moins
fortes peuvent déjà avoir des conséquences négat ives sur
l'ensemble du biotope aquatique. Ainsi par exemple, on a pu
observer des troubles de la croissance chez dé jeunes poissons et des vers, soumis à des concentrations de 2 0 pg/l.
Poissons, écrevisses et v e r s assimilent très rapidement les
hydrocarbures. ~ ê m es'i 1s les restituent dans un mi lieu exempt
de HC, les animaux peuvent souffrir de lésions permanentes.
Ce sont surtout les hydrocarbures aromatiques qui ont de
l'importance au niveau du captage d'eau potable. Ils ont parfois une saveur très prononcée et il y a donc lieu de les
tenir le plus possible éloignés des eaux, A noter également
que les HC servent de vecteur aux substances traces lipophiles toxiques qui, sans eux, resteraient immobiles dans
1 'hydrosphère.
Bien que les HC puissent être détruits par. les micro-organismes, leur dégradation dans les stations d 'épuration des eaux
usées ne se fait que dans une faible mesure parce que les
conditions nécessaires à cette transformation, à savoir la
présence d e populations bactériennes, ne sont pas réunies. En

e f f e t , e n r a i s o n d e l a l e n t e u r d e l e u r c r o i s s a n c e , ces popul a t i o n s n e s o n t e n nombre s u f f i s a n t d a n s Les b o u e s q u ' a p r è s
u n e l o n g u e p é r i o d e d ' a d a p t a t i o n ; d a n s d ' a u t r e s cas, e l l e s
s o n t é v a c u é e s d u système. Dans l e s STEP, l e s HC s o n t p r i n c i p a l e m e n t é l i m i n é s par a d s o r p t i o n s u r l e s f l o c o n s d e b o u e s
a c t i v é e s ; e n f i n d e circuit, i l s s e t r o u v e n t d a n s l e s b o u e s
d'épuration.

L e s HC t r è s v o l a t i l s s ' é c h a p p e n t e n p a r t i e d a n s

l'air.
A l o r s q u e l e s HC a l i p h a t i q u e s s o n t p r a t i q u e m e n t i n s o l u b l e s
d a n s l ' e a u , c e r t a i n s HC a r o m a t i q u e s p r é s e n t e n t une s o l u b i l i t é
d e p l u s d e 100 mg/l

(p.ex,

benzène: 8 2 0 mg/l).

Dans l e s e a u x u s é e s e t d a n s l e s e a u x , l e s HC s e d é p o s e n t d e
p r é f é r e n c e s u r des p a r t i c u l e s d e m a t i è r e . P a r c o n s é q u e n t , l a
p l u s g r a n d e p a r t i e d e s HC n e s e t r o u v e n t p a s à l ' é t a t d i s s o u s
dans l ' e a u , m a i s sont f i x é s par adsorption sur d e s corps
solides.
P a r t a n t d e ces c o n s t a t a t i o n s , o n p e u t f o r m u l e r l a r e q u ê t e
suivante:

f

A f i n d e respecter l e s o b j e c t i f s v i s é s e n matière d e qual i t é d e s e a u x d e s u r f a c e , d ' a s s u r e r l a mise e n v a l e u r des
b o u e s d ' é p u r a t i o n par l ' a g r i c u l t u r e e t l e b o n f o n c t i o n n e ment des s t a t i o n s d ' é p u r a t i o n d e s e a u x u s é e s , i l y a l i e u
d e r e t e n i r l e s HC s u r l e l i e u m ê m e d e l e u r p r o d u c t i o n ,
q u e l l e que s o i t l e u r o r i g i n e .
6

4

Effets d e l'assainissement des eaux résiduaires dans
les établissements de la branche automobile

Le t r a i t e m e n t d e s e a u x r é s i d u a i r e s p r o v e n a n t d e l a b r a n c h e

a u t o m o b i l e p e r m e t a u t o t a l d e r é d u i r e d e 500 t o n n e s par a n n é e
l a q u a n t i t é d e HC d é v e r s é e d a n s l e s e a u x u s é e s . C o m p a r a t i v e -

ment à l a c h a r g e t o t a l e e n HC, c e t t e m e s u r e p e r m e t t r a i t d e
d i m i n u e r d e 50 p o u r c e n t 1 ' a p p o r t d e HC d a n s l e s eaux ( v o i r
figure suivante).

Estimation de la charge annuelle totale de HC provenant d u déversement des eaux résiduaires dans les eaux, en tonnes d e HC
par an
a ) avant le traitement des eaux résiduaires par la branche
automobi le :

Fui tes d'huile
acci dente1 1es

-

Eaux de

2000
(dont 1500 provenant
des établissements de

rui s s e l lernent
des routes

m

-

t

Stations d'épuration
2200

-400

..

..
'Y

V

r

-

Eaux de surface
1 O00
1

b) après traitement par la branche automobile:
.

Fuites d'huile
a c c i dente1 1es

Eaux de
r u i sse7 1ement

des routes

(dont < 5 provenant
des établissements de

.....
......
.....
......
.....
......
.....
......
Boues d ' épuration

-.
-

IV

NETTOYAGE DES MOTEURS ET DES CHASSIS

1

Description des procéaés de travail

Le nettoyage du moteur sert à préparer un véhicule soit pour
en faire le service ou le réparer, soit pour l'expertiser. Le
nettoyage du châssis s'effectue lorsque des réparations particulières du véhicule l'exigent, lorsqu'il s'agit d'enduire
les bas de caisse d'une couche de protection ou d e renouveler
celle-ci ou encore lorsque le véhicule doit être présenté à
l'expertise. On nettoie également les châssis des véhicules
utilitaires lorsqu'ils sont très sales.
Sauf lorsqu'il s'agit de la protection des bas de caisse ou
de la révision des moteurs, il suffit généralement de nettoyer les véhicules au moyen d 'un jet d'eau chaude à haute
pression, sans adjonction de produits chimiques. L'emploi de
ces derniers permet, il est vrai, de travailler plus rationnellement, mais nécessite un rinçage qui implique un prétraitement important des eaux résiduaires.
Les procédés de nettoyage les plus fréquemment utilis&s sont
les suivants:

-

-

eau chaude à haute pression, sans produit de nettoyage
eau chaude à haute pression, avec agent tensio-actif d e
nettoyage
eau froide avec adjonction de solvants à effet séparatif
rapide
eau chaude/eau froide avec adjonction de solvants à faible
effet séparat if

Les paramètres déterminants pour le résultat du nettoyage,
autrement dit pour le dégraissage des surfaces métalliques,
sont les suivants:

-

-

genre et concentration du produit de nettoyage
temps de réaction

-

pression de l'eau d e rinçage
quantité d'eau de rinçage

-

température d e l'eau de rinqage

2

Conception d u pxétraitement des eaux usées

Le choix du procédé d e prétraitement dépend essentiellement
de la nature des eaux usées produites et du système d'évacuation implanté dans l'ensemble de l'exploitation. Tous les
procédés existant actuellement ne se prêtent qu'à l'élimination des HC, mais pas à celle des agents tensio-actifs en
présence dans les produits de nettoyage.

-

Alors que les HC présents dans les eaux résiduaires issues du
nettoyage, sans produits chimiques, des moteurs et des châssis peuvent être éliminés conformément à la loi par simple
passage dans un séparateur à coalescence placé après un sac à
boues, l'emploi d e produits chimiques de nettoyage requiert
plusieurs étapes préalables en plus du traitement principal
proprement dit. Les procédés d e prétraitement des eaux usées
simples du point d e vue technique peuvent être utilisés
lorsque seuls sont employés des produits de nettoyage pauvres
en substances aromatiques et à effet séparatif rapide (voir
annexe 3). L'annexe 2 donne une description des procédés
actuels et le schéma ci-après un aperqu des combinaisons possibles des diverses étapes. Avant d'être traitées, les eaux
résiduaires sont généralement entreposées dans un bassin-tampon. Comme on l'a constaté, après peu de temps déjà commence
un processus de dégradation biologique et le pH baisse (fermentation acide). Pour éviter l'apparition de ce phénomène,
il faut que les bassins-tampons ne soient pas de trop grandes
dimensions. On évitera si possible de recourir à l'emploi de
produits chimiques.

Nettoyage

Eau chaude /
eau f r o i d e avec
tensio-actif
ou s o l v a n t

Eau chaude /
haute pression
avec t e n s i o actif

Eau chaude /
eau f r o i d e avec
solvant à e f f e t
séparati f rapide

Eau chaude /
haute pression
sans p r o d u i t
de n e t t o y a g e

i

b
.

J

Prétraitement
1è étape

S a c

à

b o u e s

Sac

à

b o u e s
A

Prétrai tement
2è étape

Etape
principale

Séparateur d'huile ou séparateur à

coalescence

Séparateur à
coalescence

Séparateur à
c o a l escence e t
adsorption

A d s o r p t i o n au c h a r b o n
a c t i f , u l t r a f i 1t r a t i o n en modules t u b u l a i r e s conventionnels

I n s t a l l a t i o n de f r a c t i onnement p a r c h a r g e s
ou en c o n t i n u , u l t r a f i l t r a t i o n avec memb r a n e s PVDF, f l o t t a t e u r 1amel 1 a i r e
I

Les coûts d e construction et d'exploitation d u système d e
prétraitement des eaux résiduaires dépendent essentiellement
d e leur composition et d e leur volume ainsi que d u procédé

utilisé. L'annexe 4 en donne un aperçu.

V

NETTOYAGE DES PIECES

Description des procédés d e travail
Pour nettoyer des pièces de véhicules, il s'agit d'appliquer
un procédé qui permette de ramollir les graisses, la suie et
les résidus d e peinture, de telle sorte que ces substances se
détachent lors d u rinçage à l'eau. Habituellement, on se sert
d'un pinceau que l'on trempe dans un mélange d e solvants non
aqueux. Ce procédé ne faisant pas intervenir d e rinçage à
l'eau, il n'est pas générateur d'eaux résiduaires. Il est
très fréquemment utilisé; on le rencontre pour ainsi dire
dans toutes les entreprises. près usage, le solvant employé
doit être retourné au fournisseur.
Les exploitations d'une certaine importance et les ateliers
spécialisés se servent le plus souvent d e puissantes instal-

-

lations d'aspersion ou de procédés par immersion. Dans les
installations d'aspersion, on emploie des agents tensio-actifs dans
-

une solution liquide chauffée à 40-75°C qui est
maintenue en circuit jusqu'à son épuisement. Comme l e s pièces
dégraissées quittent l'installation d'aspersion encore chaudes, ce ~ r o c é d érend superflu le rinqage à l'eau du réseau
général d'alimentation. Du fait que ce ~ r o c é d éengendre une
certaine évaporation, il n'est pas possible d'y employer des
solvants.
Pour ce qui est du procédé par immersion, que l'on rencontre
souvent dans les moyennes entreprises et les ateliers spécialisés, on distingue les bains contenant des HC chlorés et
ceux qui n'en contiennent pas. On donne la préférence aux
premiers parce qu'ils sont utilisables à température ambiante
et qu'ils dissolvent entièrement les crasses tenaces. Les
bains exempts d e HC chlores doivent avoir une température
d'environ 60°C pour que leur efficacité soit satisfaisante.
Actuellement, ce procédé est complété d'un rinçage à l'eau
courante. Dans le but d e réduire le plus possible l'en-

traînement des solvants dans les eaux usées par l'eau de rinçage, il convient d'employer dans ce procédé des systèmes de
rinçage en circuit fermé ou à vidange périodique.
En plus de leur composant principal qui est le chlorure de
méthylène, les bains utilisables à froid peuvent contenir des
adjuvants tels que chromates et phénols, les bains chauds
renfermant eux d u propanol et de La méthyléthylcétone.

2

Traitement des eaux résiduaires et élimination des
déchets

Les solvants usagés provenant du nettoyage au pinceau non
suivi d'un rinçage ne doivent pas être évacués comme déchets;
après recyclage par le fournisseur, ils sont réutilisables.
En revanche, la solution usagée des installations d'aspersion, également sans eau de rinçage, est un semi-concentrat
de HC et doit être remise pour élimination à une maison spécialisée ou introduite de faqon discontinue dans l'installation de prétraitement interne, réservée aux eaux résiduaires
émulsionnées. En général, les bains usagés peuvent ê t r e ségénérés par les fournisseurs. Si ce n'est pas réalisable, leur
élimination doit être e£fectuée par une maison spécialisée;
dans ce cas, le prétraiternent à l'intérieur de l'entreprise

n'est pas possible. Lorsqu'il s'agit d'un bain froid contenant du chlorure de méthylène qui sera suivi d'un rinçage 5
l'eau, ce rinçage doit être effectué en système fermé (sans
écoulement). On a constaté que cette substance ne s'extrait
pas suffisamment bien de l'eau de rinçage par les techniques
habituelles. Les systèmes ouverts à rinqage en continu sont
donc rigoureusement à proscrire. En lieu et place, on appliquera le procédé de rinçage dans un bain stationnaire, suivi
d'un séchage par circulation d'air, l'air évacué étant alors
canalisé sur un filtre à charbon actif. L'eau de rinçage de
ce bain est utilisée pour compenser les pertes par évaporation de la couche superficielle du bain de lavage, son renou-

vellement étant assuré par l'eau du réseau général d'alimentation. On peut imaginer les configurations suivantes:

couche aqueusede p r o t e c t i o n

I

Bain de rinçage
stationnaire

Soufflerie

Filtre à
charbon
actif

stationnaire

Bai n

+
--------b

= chemin suivi par l'eau
= chemin suivi par les pièces

à traiter

Si l'on exige une plus grande propreté des pièces à traiter,
on peut faire suivre l'immersion dans le bain de rinçage stationnaire, non pas du séchage à air chaud, mais d'un nettoyage
complémentaire au pinceau au moyen d'un mélange de solvants
non aqueux réutilisé plusieurs fois, analogue au procédé de
nettoyage au pinceau décrit plus haut.

Une seconde possibilité consiste, après le bain, à procéder
en lieu et place d u rinçage à l'eau à un nettoyage complémentaire des pièces, en ajoutant au bain une solution d e 1,1,1trichloréthane, puis à procéder au rinçage final à l'eau.

inconvénient de cette solution est que les pertes par &vaporation sont considérables.

refroidissement

près avoir été immergées dans un bain chaud avec rinçage
dans un bain stationnaire, les pièces peuvent être rincées en
continu. Cette seconde eau de rinçage peut être prétraitée
dans l'entreprise, par passage dans une installation d e fract ionnement.

VI

DEPARAFFINAGE DES VOITURES N E W E S

1

Description des procédés de travail

La peinture des voitures neuves est recouverte d'une couche
d e protection. Les substances utilisées habituellement sont
de nature organique ( à base d e collophonium) et mélangées à
des r6sines très difficilement biodégradables (elles contiennent du zinc, etc. ) Ces agents protecteurs ne se détachent
pas à l'eau, ils nécessitent donc le recours à des solvants
organiques.

.

Par leur structure chimique, les nouveaux agents de protection se distinguent considérablement des substances 6voquées.
Les produits dits copolymères sont dans une large mesure biodégradables et peuvent être lavés par des solutions alcalines
aqueuses.

Les agents de protection masquent le brillant de la peinture;
ils doivent être enlevés avant que la voiture neuve soit
vendue et remplacés pas un enduit brillant (polish). Selon
leur composition chimique, on se sert des solvants suivants:
a) pétrole ou solvants organiques aromatiques apparentés,
pour les agents de protection insolubles dans l'eau.
b) solutions aqueuses alcalines additionnées d'adjuvants
organiques (agents tensio-actifs), pour les agents de
protection solubles dans 1 'eau.
Les eaux de rinçage provenant de l'enlèvement des agents de
protection insolubles dans l'eau (a) contiennent de grandes
quantités de HC; pour cette raison elles doivent être soumises à un prétraitement spécifique.

Les eaux de rinçage alcalines, provenant de l'enlèvement des
agents d e protection solubles dans l'eau (b), peuvent émul-

sionner les WC dans les eaux résiduaires et perturber le
fonctionnement des séparateurs d'huiles minérales travaillant
par gravitation.

2

Traitement des eaux résiduaires

Traitement des eaux résiduaires contenant du pétrole et des
solvants (a)
Lorsque le déparaffinage se fait de manière centralisée, des
procédés spéciaux permettent d e traiter les eaux résiduaires,
par exemple le nettoyage mécanique du solvant par centrifugation, suivi de sa réutilisation. On cherchera dans chaque cas
le procédé qui convient le mieux d u point d e vue technique et
économique.
Lorsque le déparaffinage est décentralisé, il est possible de
traiter les eaux résiduaires au moyen d'une installation chimique de fractionnement ou de flottation (flottateur lamellaire).
Traitement des eaux résiduaires alcalines (b)
En raison d e la propriété qu'elles ont d'émulsionner les
graisses et les huiles, les eaux résiduaires alcalines ne
peuvent pas être déversées dans un séparateur à coalescence;
elles doivent être conduites avec les eaux résiduaires provenant du nettoyage des carrosseries, dans un sac à boues et
un séparateur d'huiles minérales à vanne automatique. Il est
également possible, mais pas nécessaire, de les traiter dans
une installation chimique de fractionnement ou d'ultrafiltration.

VI1

19

-

TRAITEMENT DES BAS DE CAISSE ET DES CORPS CREUX

Avant d ' é t e n d r e L ' e n d u i t d e p r o t e c t i o n des b a s d e c a i s s e , i l
est i n d i s p e n s a b l e d e n e t t o y e r soigneusement l e châssis. Pour
ce f a i r e , o n s e s e r t g é n é r a l e m e n t d e s o l v a n t s c o n t e n a n t d e s
HC.

L e t r a i t e m e n t d e s e a u x r é s i d u a i r e s a i n s i produites s ' e f -

f e c t u e à l ' a i d e des procédés d é c r i t s p l u s h a u t .
Les r é s i d u s i s s u s d u t r a i t e m e n t d e s b a s d e c a i s s e e t d e s
c o r p s c r e u x n e d o i v e n t p a s ê t r e d é v e r s é s dans l e s e a u x r é s i duaires de l'établissement.

Dans l a m e s u r e d u p o s s i b l e , c e s

t r a v a u x d o i v e n t se f a i r e d a n s un l o c a l où i l n ' y a p a s
d 'écoulement.

Pour é v i t e r d e d e v o i r g r a t t e r p é r i o d i q u e m e n t l e

sol d u local à l a s p a t u l e , on p e u t l e r e c o u v r i r d e f e u i l l e s
d e p l a s t i q u e o u d ' u n e m a t i è r e a b s o r b a n t e ( s c i u r e ou a u t r e ) .
S i l ' o p é r a t i o n se f a i t dans l e l o c a l s e r v a n t a u n e t t o y a g e d e s
moteurs e t d e s c h â s s i s , il y a également l i e u d e r e c o u v r i r l e
s o l d ' u n e f e u i l l e de p l a s t i q u e ou d ' u n e matière absorbante.
Ces résidus seront ensuite

incinérés.

S i l e s Locaux s o n t n e t t o y é s a u moyen d e s o l v a n t s o r g a n i q u e s ,
c e s derniers

spéciaux.

seront c o l l e c t é s e t éliminés c o m m e déchets

VI11

NETTOYAGE DES CARROSSERIES

L'eau utilisée pour le rinçage des carrosseries de voitures
d e tourisme contient moins de 10 mg H C / ~ . On peut donc la

déverser, sans prétraitement, dans les égouts. Pour des raisons de aécurit6, il convient de prévoir un séparateur d 'huiles minérales par gravitation. En revanche, si l'on nettoie
des véhicules utilitaires a châssis ouvert ou à bâche, un
prétraitement est nécessaire, en particulier si l'on se sert
de produits chimiques ou si, pour les châssis ouverts, on
utilise de l'eau 5 haute pression. Si le nettoyage se fait
haute pression (jusqu'à 10 bars) et sans
uniquement à l'eau
solvants, on peut renoncer au prétraitement. Un séparateur
d'huiles minérales par gravitation est cependant indispensable (pertes d'huile des systèmes hydrauliques).
Les installations automatiques de lavage des carrosseries
(installations à portique ou à brosse, tunnels de lavage)
dans lesquelles l'eau est partiellement réutilisée en consomment environ 200 litres par voiture. 11 est donc conseillé
d 'équiper les grandes installations d 'un circuit partiel. Les
nouvelles installations disposent souvent d'un système supplémentaire intégré d e nettoyage et de traitement des bas de
caisse. L'eau employée à cet usage est l'eau qui a servi à
rincer la carrosserie; elle est donc utilisée deux fois. La
pression d e l'eau ne dépasse pas 10 bars, raison pour laquelle la quantité d e HC déversée dans les eaux usées est faible.

A N N E X E S

1 - 4

A N N E X E

I

Estimation des rejets d e HC dans la branche automobile

Les chiffres relati£s aux charges d e HC déversées en une

année dans les eaux usées et les eaux d e surface sont le
résultat d'estimations basées sur des mesures et des investigations effectuées dans des cas isolés. Comme l'ont montré
des enquêts entreprises par l'Office fédéral d e la protection
d e l'environnement, ce qu'il manque pour le calcul d e ces
charges, ce sont surtout des valeurs fiables des quantités
totales d'eaux usées produites et la consommation effective
de solvants contenant des HC dans la branche automobile.
Le résultat des estimations de la charge totale de HC est
essentiellement influencé par le nombre d e nettoyages (moteurs
et châssis par véhicule et par année), admis dans les hypothèses formulées.

Pour évaluer la charge d e HC, on dispose des données de base
suivantes:

Effectif des véhicules (1984)
Total 3'119'000 véhicules à moteur, dont:
2'702'125 véhicules juçqu'à 3,s t (voitures de tourisme)
157'125 véhicules de plus de 3,5 t (véhicules industriels et agricoles compris)

Charge d e HC par nettoyage sans solvant1)
10 g HC par nettoyage de moteur (voiture d e tourisme)
10 g HC par nettoyage de châssis (voiture de tourisme)
Charge d e HC par nettoyage avec solvant1)

-

200 g HC par nettoyage d e moteur (voiture de tourisme)
450 g HC par nettoyage d e châssis (voiture d e tourisme)

Les charges de HC indiquées sont produites lorsque les eaux
résiduaires passent uniquement à travers un séparateur d'huiles minérales conventionnel, fonctionnant par gravitation. Un
tel système, qui peut être utilisé dans des entreprises n'employant pas d e produits chimiques (mais seulement de l'eau
chaude à haute pression), est capable de retenir environ 50 %
d e la charge totale d e HC. Ce chiffre tombe à 25 % lorsque
sont employés des solvants ou des agents tensio-actifs.

Les chiffres relatifs à la quantité d'eau utilisée pour un
nettoyage varient trés fortement. En moyenne, on admet les
valeurs suivantes.

Consommation d'eau pour un nettoyage avec
et sans solvants ou agents tensio-actifs
50 1 par nettoyage de moteur (voiture d e tourisme}
100 1 par nettoyage d e châssis (voiture d e tourisme)
I

l) ~éférence:

Peter Link, rapports non publiés sur les
charges d e HC produites actuellement par le
nettoyage des moteurs et des châssis (décembre 1 9 5 4 ) , rédigés sur mandat d e l'Office d e
la protection des eaux et des ouvrages hydrauliques d u canton de Zurich (en allemand)

Si l ' o n p a r t d e l ' h y p o t h è s e q u e l e m o t e u r d ' u n v é h i c u l e a u t o mobile l é g e r ( v o i t u r e d e t o u r i s m e j u s q u ' à 3 , s t ) e s t l a v é une

f o i s par a n n é e e t que l e c h â s s i s d e ce m ê m e v é h i c u l e l ' e s t
u n e f o i s t o u s l e s d e u x a n s , s a n s a d j o n c t i o n d e p r o d u i t s chim i q u e s c o n t e n a n t d e s HC,

l a c h a r g e d e HC q u i e n r é s u l t e

a t t e i n t les v a l e u r s s u i v a n t e s :

S i l ' o n admet q u e l a c h a r g e d e HC r é s u l t a n t d u n e t t o y a g e d e s
q u e l q u e 160'000 v é h i c u l e s d e p l u s d e 3 , 5 t (camions, e t c . )

est t r o i s f o i s p l u s é l e v é e , donc d e 30 g p a r moteur e t a u t a n t
p a r c h â s s i s , q u e l e m o t e u r e t l e c h â s s i s d e ces v é h i c u l e s
s o n t l a v é s deux f o i s l ' a n ,

o n o b t i e n t u n e c h a r g e d e HC d e :

Au t o t a l , l a c h a r g e d e HC r é s u l t a n t d u n e t t o y a g e des m o t e u r s
e t d e s c h â s s i s , sans emploi d e s u b s t a n c e s c h i m i q u e s c o n t e n a n t

d e s HC. Deut ê t r e estimée à

En r e v a n c h e , s i t o u t e s l e s e n t r e p r i s e s u t i l i s e n t d e s s o l v a n t s
c o n t e n a n t d e s HC,

il e n r é s u l t e r a une charge d e :

comme l e m o n t r e n t l e s calculs c i - a p r è s :

Calcul de la charge annuelle de HC résultant de l'emploi
qénéralisé de solvants
véhicules jusqu'à 3,5 t (voitures de tourisme)
Nettoyage des moteurs: (1 x par année)
1 x 2'700'000 x 200 g =

540 t/an

Nettoyage des châssis: (1 x tous les 2 ans)
0,5 x 2'700'000 x 450 g =

607 t/an

véhicules de plus de 3,5 t (camions, etc. )
Nettoyage des moteurs: ( 2 x par année)
2 x 160'000 x 600 g =

192 t/an

Nettoyage des châssis: (2 x par année)
2 x 160'000 x 1'350 g =

432 t/an

Total
valeur arrondie

1'771 t/an
1'800 t/an

----------

>

En admettant que trois quarts environ de toutes les entreprises lavent les moteurs et les châssis avec des solvants
contenant des HC et que les autres entreprises utilisent des
agents tensio-actifs ou uniquement de l'eau chaude à haute
pression, il en résulte une charge de 1'350 t/an. Si l'on y
ajoute 150 t de solvants contenant des HC pour le nettoyage
des ateliers, la charge totale atteint

Actuellement, ces hydrocarbures sans traitement spécifique
des eaux résiduaires aboutissent dans les égouts.

Le part de cette charge qui parvient finalement dans les eaux
dépend de la manière dont se fait le traitement des eaux
usées à l'échelon communal et de l'élimination des HC dans

les stations mécaniques et biologiques d'épuration des eaux.

Si l'on admet que la moyenne helvétique des raccordements &
ces installations est d e 85 % et que 80 % des HC sont éliminés dans les stations d'épuration des eaux usées, la pollution des eaux due à la branche automobile est la suivante:
Pollution totale des eaux par les HC provenant d'exploitations non équipées d'un système de prétraitement, en tonnes
par année
Eaux de

I

Branche
automobi 1e

-1'300

-

Air

1

surface

t

S t a t i o n s d'épuration
des eaux us ,555 ( STE P )

Boues d'épuration (HC sous forme liée}l

Avec les installations techniques actuelles d'élimination des
HC contenus dans les eaux résiduaires provenant des établissements de la branche automobile, il est possible d e diminuer
cette charge de 98 %.

Cela signifie, en chiffres absolus, que

la quantité de HC déversés dans les eaux sera de 4 t par an
au lieu de 500 t.

Pollution totale des eaux par les HC provenant d'exploitations après assainissement d e s eaux résiduaires, en tonnes
par année

Eaux de

surface

Boues d'épuration (HC sous forme liée)

A N N E X E

2

~ r o c é d é sd e traitement des eaux résiduaires (étapes principales)

1.

séparateur à coalescence pour les eaux résiduaires
exemptes de substances chimiques

L'huile contenue dans les eaux résiduaires provenant d u
lavage avec de l'eau à haute pression non additionnée d e
substances chimiques se présente sous forme d e gouttelettes
régulièrement dispersées, La vitesse ascensionnelle de ces
gouttelettes est faible en raison de leur petite taille; elle
n'est guère que de quelques centimètres par minute. Si l'on
fait passer les eaux résiduaires à travers un milieu poreux,
ces gouttelettes d'huile vont se déposer à la surface du
matériau utilisé. Elles s'y agglutinent pour former finalement un film recouvrant toute la surface. Ce film s'épaissit
avec le temps, jusqu'à ce qu'il se forme d e grosses gouttes
d'huile qui se détachent et montent rapidement à la surface
d e l'eau. Ce procédé simple, appelé séparation par coales-

cence est toutefois très sensible à l'adjonction d e produits
chimiques, ~ ê m ed e faibles quantités de produits d e nettoyage, tels ceux à usage ménager, peuvent perturber gravement le fonctionnement d e l'installation et empêcher la séparation des HC. Ce processus demande donc une discipline d e
travail stricte.
L'avantage d'un séparateur à coalescence réside dans sa rentabilité. Dans des cas favorables, on peut même transformer
un séparateur d'huiles minérales. L'entretien supplémentaire
qu'il nécessite est minime comparativement aux vidanges
périodiques actuellement obligatoires.

EAUX USEES

EAUX
CLARI F I E E S

...................................
..................
.................
...................................
..................
...................
.................................
...............
...............
................
................
...............

J

Séparateur à coalescence ( p r i n c i p e )

2.

séparateur à coalescence et adsorption

Le s é p a r a t e u r à c o a l e s c e n c e e t a d s o r p t i o n c o n s t i t u e u n e s o l u t i o n i n t e r m é d i a i r e e n t r e le procédé précédent e t les s u i vants.

Il s ' a g i t d ' u n perfectionnement du séparateur simple à

c o a l e s c e n c e . La n o u v e l l e g é n é r a t i o n d e s o l v a n t s à e f f e t s é p a r a t i f r a p i d e ( v o i r annexe 3 ) , q u i ne forment p l u s d ' é m u l s i o n s
s t a b l e s , n e p r o v o q u e p a s , dans ce c a s , l a d i s s o c i a t i o n d e s
HC,

s i b i e n q u e l a q u a l i t é d e s e a u x u s é e s à é v a c u e r répond

t o u j o u r s aux exigences.

1

HUILE

............
....
i.......... ..
............

7

............
.............
.............
.............
....
..............
..........
.....
M
L
1
E
U
DE .i+..........
:::i:i:i
......
i.....
,:.i.i.i
.....
,:.....
........
... C ~ A L E ~ C .............
ENCE,;~~~$:I
.............
............:.
.:.:,:.:.>:.:.:.:.:.:.:.
..............
.............
.......................
............
::2............
.a...............
........................
.............
.............
............
............
.............
.............
............
............
.............
.............
............
............
.............
.............
............
............
:
:
:
:
.:.
........................
..............

-

EAUX

CLARIFIEES

i..:.

...........
......................
............
i
.
i

EAUX USEES
CHARGEES
EN H U I L E

1

.............

.........................
.............
.............
.............
.............

L)

\

Séparateur à coalescence e t adsorption ( p r i n c i p e )

3.

Fractionnement chimique des émulsions

Le fractionnement chimique des émulsions peut çlef£ectuer
soit par charges, soit en continu. Dans le premier cas, on
diminue ou supprime totalement la stabilité d e l'émulsion en
ajoutant les substances chimiques appropriées (agents d e
fractionnement ) à d e s quantités déterminées d 'eaux résiduaires. L'adjonction complémentaire d e floculants fait que les
gouttelettes d 'huiles minérales, ne présentant plus aucune
charge électrostatique, se fixent sur les flocons qui en
résultent et peuvent alors être filtrées. A la différence d e
ce processus, dans le fractionnement chimique en continu des
émulsions, les agents d e fractionnement et les floculants

sont continuellement ajoutés aux eaux résiduaires, leur
quantité étant alors fonction d u débit d e ces dernières.

-.

d

+
Boues

O--------------

fEaux

+Eaux cl ari fi ées
usées chargées en huile

Installation de fractionnement chimique des émulsions
pour une exploitation par charges
(principe)

Dosage des
réactifs
Râteau
"

Boues
Sédimentation
réactionnelle

.r

Eaux cl ari fi ées

Eaux usées chargées en huile

Installation de fractionnement chimique des émulsions en continu (principe)

Le grand inconvénient du fractionnement chimique des érnulsions réside dans sa grande sensibilité aux variations de
concentration. En effet, la quantité d 'agents d e fractionnement doit être adaptée & la concentration des HC dans les
eaux résiduaires. Si cette concentration augmente, la dose
doit aussi être augmentée. Cependant, comme on ne la connaît
généralement pas, on a tendance à renforcer la dose, ce qui
n'est pas économique. réc ci sons que les agents de fractionnement et les floculants doivent être choisis en fonction d u
produit de nettoyage contenu dans les eaux résiduaires. Une
fois l'installation de fractionnement réglée, ni la méthode
de travail, ni les solvants ne peuvent être changés sans consultation préalable du fournisseur. Ce procédé présente cependant un certain nombre d 'avantages: étant donné qu 'elle
peut être utilisée dans tous les cas, cette installation,
même la moins coÛteuse, a un débit qui suffit aux besoins
d'une entreprise de moyenne importance.

4.

Ultrafiltration

Au lieu du fractionnement chimique, il est possible de séparer les HC des eaux résiduaires pax ultrafiltration. Dans ce
procédé, les eaux résiduaires sont filtrées à haute pression
en passant à travers une membrane. Les pores du filtre à membrane sont si petits que L'huile s'accumule à l'entrée du
filtre. Ce phénomène provoque la diminution progressive du
débit d'eau jusqu'au moment où le rendement du filtre ne
répond plus aux exigences. Le filtre doit alors être nettoyé.
Le concentrat huileux est retiré de l'installation. près
rinçage, celle-ci est 6 nouveau en état de marche.
Les membranes sont montées dans des modules qui constituent
des unités prêtes à l'emploi. Par module, on entend l'unité
fonctionnelle constituée d'une ou de plusieurs membranes et
placée dans une chambre pressurisée. Suivant le type de membrane et la configuration de l'unité, on distingue essentiellement les modules tubulaires et les modules "disques".

L'emploi d'une installation d'ultrafiltration requiert l'observation des points suivants:

-

Si l'on emploie dans l'entreprise des produits de nettoyage
à base de solvants organiques, les membranes des modules
doivent être faites d'un matériau qui leur résiste. Actuellement, il n'existe que des membranes en fluorure de
polyvinyle (PVDF). Les membranes en polyoléfines ne résistent que dans une certaine mesure, c'est-à-dire lorsque la
concentration des HC ne dépasse pas 0,5 % (5'000 mg HC/I)
à l'entrée du module. Quant aux membranes en polysulfones,
elles ne supportent pas 1 'action des solvants.

-

-

-

Les hydrocarbures aromatiques ne sont pas éliminés; en
d'autres termes, seuls des solvants pauvres en composés
aromatiques (concentration de ces derniers
20 8) peuvent
être utilisés. Les solvants chlorés détruisent les membranes des modules en polyoléfines ou en polysulfones et
ne doivent donc pas être présents dans les eaux résiduaires amenées à ces modules.
Une condition nécessaire au fonctionnement optimal de
l'installation est de faire précéder l'ultrafiltration
proprement dite d'une séparation efficace de l'huile libre
et des matières solides.
L'emploi de modules en PVDF permet dans une moindre mesure
de traiter également les eaux résiduaires provenant du
déparaffinage des voitures neuves. Cependant, comme ces
enduits bouchent les pores, il est nécessaire de procéder
à un fréquent lavage à contre-courant. La présence d'une
forte proportion de ces eaux résiduaires diminue donc
considérablement le rendement de 1 ' installation.

-

Les instructions d'exploitation établies par le fournisseur de 1 ' installation doivent être rigoureusement observées. En particulier, le lavage à contre-courant doit se

f a i r e a u x i n t e r v a l l e s p r e s c r i t s . On a u r a i n t é r ê t à u t i l i -

ser d e s i n s t a l l a t i o n s é q u i p é e s d ' u n s y s t è m e d e r i n ç a g e
commandé d i r e c t e m e n t p a r l e d é b i t d u f i l t r a t .

-

L e s membranes d e s m o d u l e s se b o u c h e n t é g a l e m e n t s o u s l ' e f f e t d e s bactgries des eaux r é s i d u a i r e s .

P o u r cette r a i s o n ,

o n n e t r a i t e r a pas d ' e a u x r é s i d u a i r e s d a n s l e s q u e l l e s une
f e r m e n t a t i o n a commencé.

Les bassins-tampons

doivent donc

être d e p e t i t e taille.
Les a v a n t a g e s d e l ' u l t r a f i l t r a t i o n r é s i d e n t d a n s son i n s e n s i -

b i l i t é aux v a r i a t i o n s de c o n c e n t r a t i o n d e s eaux r é s i d u a i r e s
et d a n s son fonctionnement entièrement automatique,

sans

ad j o n c t i o n d e p r o d u i t s c h i m i q u e s . L e s m é t h o d e s d e t r a v a i l
s p é c i f i q u e s à l ' e n t r e p r i s e , l e f a i t d e changer les produits,
etc.,

n ' o n t d o n c p r a t i q u e m e n t a u c u n e i n f l u e n c e s u r le pré-

t r a i t e m e n t d e s eaux r é s i d u a i r e s .

aux usées chargées en huile

fEaux

Installation d'ultrafil tration (principe)

clarifiées

5.

A u t r e s procédés

5.1 Adsorption au charbon actif
La troisième catégorie de procédés de prétraitement des eaux
résiduaires huileuses est l 'adsorption au charbon acti£.
L'action des charbons actifs consiste à adsorber les hydrocarbures dissous, présents seulement en faible quantité dans
les eaux résiduaires provenant du nettoyage des moteurs et

des châssis. Les gouttelettes d'huile entraînent en revanche
une rapide chute d e la capacité d 'adsorption et nécessitent
le renouvellement du charbon, opération relativement coûteuse. Ces installations se prêtent donc en premier lieu au
traitement des eaux résiduaires dont la teneur en huile est
minime. En raison de leur champ d'application limité, elles
ne sont pas très répandues.

+
I

I
I

I
I

i
I
i
I

v

I

I

Eau propre pour l e rinçage à contre-courant
Eaux usées chargées en huile

Eaux c l a r i f i é e s

Adsorption au charbon a c t i f (principe)
5 . 2 F l o t t a t e u r lamellaire

Ce procédé combine les avantages du fractionnement chimique
en continu et ceux de l'effet de flottation de bulles d'air
injecté. La séparation des boues peut donc s'effectuer de
manière relativement simple.

r

Dosage des agen
de f r a c t i o n n e m e
e t de f l o c u l a t i

Décanteur à f l o t t a t i on

Fl ottateur 1amel 1a i r e (principe)

A N N E X E

3

procédé d ' e s s a i destiné aux solvants à e f f e t séparatif

rapide

Si le prétraitement des eaux résiduaires se fait au moyen
d 'une installation d 'adsorption par coalescence, seuls des
solvants à effet séparatif rapide peuvent être utilisés, afin
de ne pas dépasser la valeur limite de 20 mg de HC par litre.
En ~épublique fédérale d'Allemagne, on a mis au point une
méthode, décrite ci-après, qui permet de tester l'effet séparatif des solvants. Les.solvants qui, selon cette méthode,
ont un pouvoir séparateur rapide sont mis sur le marché comme
produits de nettoyage utilisables à froid et à action non
polluante sur les eaux usées.
~ é t h o d ed 'essai
Pour l'essai, on prépare une eau dont la composition est la
suivante:

4 1

d'eau tirée du réseau général d'alimentation (eau
moyennement dure)

20 ml de solvant
5 g

de crasse standard de
- 20 pour cent masse
- 20 pour cent masse
- 10 pour cent masse
NLGI 2)
- 10 pour cent masse
- 0,5 pour cent masse
- 30 pour cent masse
0,2 pm)
9,5 pour cent masse
dispersion fine

-

composition suivante:
d'huile de moteur 20 W 50
d'huile de boîte à vitesse SAE 90
de graisse (DIN 51 818 classe
de sable de mer ( < 63 p m )
de bentonite (en poudre fine)
de noir de fer (granulométrie
de suie de peinture, en

Les e a u x r é s i d u a i r e s à t e s t e r p e u v e n t ê t r e p r é p a r é e s d a n s un
a p p a r e i l l a g e d o n t l e schéma e s t l e s u i v a n t :

On v e r s e t o u t d ' a b o r d 4 1 d ' e a u d e r é s e a u d a n s l e r é c i p i e n t
m é l a n g e u r . On y a j o u t e par p o r t i o n s s u c c e s s i v e s , t o u t e n l e
b r a s s a n t , un mélange d e 5 g d e c r a s s e s t a n d a r d e t d e 20 m l d e
s o l v a n t p r é a l a b l e m e n t h o m o g é n é i s é d a n s un a p p a r e i l d e d i s p e r s i o n par ultrason.
Une f o i s c e t t e o p é r a t i o n a c h e v é e , o n b r a s s e l e mélange pend a n t 1 5 m i n u t es e t on l e l a i s s e r e p o s e r e n s u i t e pendant
5 m i n u t e s a v a n t d ' a n a l y s e r l a p h a s e a q u e u s e . La c o n c e n t r a t i o n
d e s HC n e d o i t p a s e x c é d e r 2 0 m g / l .
La d é t e r m i n a t i o n d e l a t e n e u r d e s e a u x r é s i d u a i r e s en HC se
f a i t s e l o n l a méthode 48 d e s D i r e c t i v e s d u 2 8 s e p t e m b r e 1983
c o n c e r n a n t l ' a n a l y s e d e s eaux u s é e s e t des eaux d e s u r f a c e .

A N N E X E

4

Remarques à propos des coûts d e construction et d'exploitat ion des installations d e prétraitement des eaux résiduaires

Les coûts dépendent essentiellement du taux d 'utilisation de

l'installation, des produits dissolvants employés et de la
quantité d'eau à traiter.
Le tableau qui suit donne quelques points de repère sur les
coûts pour l'achat et l'exploitation d'une installation, cela
pour des installations de tailles et de modes de fonctionnement différents.
Pour le calcul des coûts de capital et d'exploitation, on a
admis les hypothèses suivantes:

-

Les coûts sont calculés sur la base des prix moyens à la
livraison appliqués en 1986.

- L'installation est amortie sur une durée d e dix ans. Le
taux d 'amortissement se monte donc à 10 pour cent 1 'an.

- Le taux d'intérêt d u capital investi est de 6

-

-

%.

Les coûts de premier établissement sont constitués des
postes suivants: machines (y compris leur déplacement),
raccordements d 'électricité et d 'eau, construction d 'un
socle en béton, conseil et demande du permis de construire.
Pour tous les procédés et les tailles d'installation, on a
admis dans le calcul des coûts d'exploitation que les eaux
résiduaires contenaient en moyenne 300 mg de HC par litre.

-

On n'a pas inclus dans les coûts l'utilisation d'éventuels
locaux, la correction des canalisations internes ainsi que
les dépenses nécessitées par les collecteurs d e boues et

d'huiles.
Lorsque les eaux à traiter sont très chargées, les coûts
spécifiques d'exploitation des installations d e relativement
grande taille (dimensionnées & cet effet) seront donc plus
faibles que ce qui est indiqué dans le tableau.

Système de
séparateur

Substances
éliminées

Séparateur à
coalescence

seuls HC dispersés, mais
pas de HC émulsionnés
ou en solution

Taille de
Encombrement
l'instalation

1

1/s

5

1/s

Débit journalier
thborique de
1'installation

Coûts de premier établissement
Fr.

6000.--

Installation en soussol, peut être placée
à l'air libre

11000.--

pas d'agents
tensio-actifs
Séparateur à
coalescence
et adsorption

solvants à effet sépacatif rapide (selon annexe 3 1 , pas d'agents
tensio-actifs

Ultrafiltration
(avec membrane
normale), rinçage automatique
compris

seuls HC dispersés et
émulsionnés

Fractionnement
chimique des
ému1sions
(par charges)

Fractionnement
chimique des
émulsions
(en continu)

Ultrafiltration
avec membranes
PVDF, rinçage
automatique
compris

3

l/s

Installation en soussol, peut être placée
à l'air libre

25

l/h

env. 10 m2

80

l/h

env. 16 m2

160

l/h

env. 20 m2

seuls HC dispersés et
émulsionnés, HC en
solution limités

100

l/h

env. 10 m2

500

l/h

env. 12 m2

partiellement agents
tensio-actifs

1000

l/h

env. 15 m3

100

l/h

env. 10 m2

500 -

l/h

env. 12 m2

1000

l/h

env. 15 m2

25

l/h

env.10m2

80

l/h

env. 16 m2

160

Ilh

env. 20 m2

HC aromatiques limités
(prop. des aromatiques
20 %), pas d'agents
tensio-actifs

1,5 l/s

12000.-16000.--

3 moteurs
2 châssis
11 moteurs
5 châssis
21 moteurs
11 châssis

20500 --

7 moteurs
3 châssis
3 3 moteurs
17 châssis
67 moteurs
3 3 châssis

13500,--

24500.--

30000.--

lb500.-18500 --

3 moteurs
2 châssis
33 moteurs
17 châssis
67 moteurs
3 3 châssis

16000.--

moteurs
châssis
moteurs
châssis
moteurs
châssis

21000.--

3
2
11
5
21
11

18500.-21000.--

26500.-34000.--

C o ü t s de

Coûts d'exploitation

Système de
séparateur

Produits
chimiques
Fr. /m3

Matériel de
remplacement
Fr. /m3

Séparateur à
coalescence

Séparateur k
coalescence
et adsorption

Ultrafiltration (avec
membrane normale1 ,rinçage
automatique
compris

Coûts de
personnel
Fr. /m3

Electricité
Fr. /m3

Frais d'entretien
Fr./a ou
Fr /m3

.

capital

Elimination
des concentrats liquides et
des boues
Fr./a ou
Fr. /m3

Total des
coûts d'exploitation
Fr./a ou
~r /m3

2.-Fractionnement chimique 2.30
des émulsions
(en continu) 2.70
Ultraf iltration avec
membranes
de PVDF, rinçage automatique compris

.-

Coûts totaux
Fr./a ou
Coûts par voiture pour une
utilisation totale de l'installation
Fr. /auto

.

-. 20

500.--/a

1000.--/a

1600.--/a

-.30

500.--/a

3000.--/a

3650.--/a

1760.--

5410.--

-.20

1000.--/a

1000.--/a

2100.--/a

1920.--

4020 .--

-.30

1000.--/a

2000.--/a

3150.--/a

2560.--

5710.--

960 .--

2560.--

-. 50

-.60

1.90

2.20/m3

1.--/m3

6.20/m3

3280.--

2.25

-. 70

-.60

1.70

1.70/m3

- .90/m3

5.60/m3

3920.--

1.80

1.15

-.60

1.50

1.50/m3

-. 70/m3

5.45/m3

4800.--

1.40

-

- -

Fractionne1.05
ment chimique
des émulsions 1.20
(par charges)
1.60

Fr. /a

-.70

2.40

-.IO

-. 90/m3

1.70/m3

6.85/m3

2160.--

1.90

-.80

2.10

-.10

-.70/m3

1.40/m3

6.30/m3

2640.--

1.20

-.90

1.70

-.60/m3

1.20/m3

6.15/m3

2960.--

1.05

-.60

1.--

-.15
-.30

-.90/m3

1.70/m3

6.50/m3

2560 .--

2.00

-. 70

-. 70

-.25

-. 70/m3

1 .40/m3

6.05 /m3

2960. --

1.15

1.--

-. 40

-.15

-.60/m3

1.30/m3

6 .05/m3

3360.--

1.05

-.50

-.60

1.90

2.20/m3

1.--/m3

b.20/m3

3360.--

3.60

-. 70

-.60

1.70

1.70/m3

-. 90/m3

5. 60/m3

4240.--

1.90

1.15

-. 60

1.50

1.50/m3

1.70/m3

5.45/m3

5440.--

1.50
J



Documents similaires


destockage allonautic
tableau destockage allonautic
pro lav 1000 fds
g290f
accueil
entretien zzr


Sur le même sujet..