Psychologie et sociologie médicale .pdf



Nom original: Psychologie et sociologie médicale.pdfTitre: Microsoft Word - Psychologie et sociologie médicale.docx

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Word / Mac OS X 10.10.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 30/05/2016 à 20:07, depuis l'adresse IP 31.10.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 617 fois.
Taille du document: 3.5 Mo (32 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 

Psychologie  et  sociologie  médicale    
2.01  Introduction  (résumé  des  cours  de  l’année  passée)  
Santé  et  maladie  mentale  
La  santé  mentale  :  Il  s’agit  d’un  état  de  bien-­‐être  dans  lequel  la  personne  peut  se  réaliser,  surmonter  les  tensions  
normales  de  la  vie,  accomplir  un  travail  productif  et  fructueux  et  contribuer  à  la  vie  de  sa  communauté.  
Modèles  de  santé  mentale  :  être  plus  que  normal,  un  niveau  de  maturité,  avoir  des  émotions  positives  ou  
spirituelles,  une  intelligence  socio-­‐émotionnelle  (capacité  à  entretenir  des  relations  émotionnelles  saines),  un  
bien-­‐être  subjectif,  une  résilience  (pouvoir  revenir  d’un  état  de  traumatisme).  
Classification  des  maladies  :  


OMS  -­‐>  CIM  (F0-­‐F9  différents  troubles)  



American  psychiatric  association  -­‐>  manuel  diagnostique  et  statistique  des  troubles  mentaux  (DSM)  

Concept  de  la  maladie  :  


Vulnérabilité-­‐stress-­‐modèle  :   facteur   de   stress   +   fragilité   psychologique   +   vulnérabilité   biologique   =  
risques  de  dépression  



Modèle  bio-­‐psycho-­‐social  



Facteurs  de  risque  vs.  protecteurs  :   liés   à   la   personne,   la   famille   et   l’environnement   social   (estime   de  
soi,  réseau  d’amis,  ambiance  familiale…)  



Modèle   de   phases   :   symptômes   positifs   et   négatifs   (=   rémission)   +   fonctionnement   social   (=  
rétablissement  sens  strict)  +  qualité  de  vie  (=  rétablissement  sens  large)  

La  personne  face  à  la  maladie  


Perception  des  symptômes  



Théories  subjectives  de  la  maladie  



Perception  des  processus  du  corps  :  viscéroception,  proprioception,  nociception  



Troubles   somatoformes   (pas   de   cause   organique)  :   troubles   de   conversion,   de   somatisation,   trouble  
douloureux,  hypochondrie,  dysmorphophobie  

La  perspective  de  la  société  :  le  concept  de  maladie  est  lié  à  de  nombreuses  valeurs  (individu,  famille,  culture,  
société,  éthique,  religion,  …).  
Définition  du  trouble  mental  :  les  troubles  mentaux  regroupent  un  vaste  ensemble  de  problèmes,  dont  les  
symptômes  diffèrent.  Mais  ils  se  caractérisent  généralement  par  une  combinaison  de  pensées,  d’émotions,  de  
comportements  et  de  rapports  avec  autrui  anormaux.  

 

1  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
Définition  du  handicap  :  terme  générique  désignant  les  déficiences,  les  limitations  d’activité  et  les  restrictions  de  
participation.  Il  renvoie  aux  aspects  négatifs  de  l’interaction  entre  un  individu  atteint  d’un  problème  de  santé  et  
les  facteurs  personnels  et  environnementaux.    
Définition  du  handicap  psychique  :  reconnaissance  d’une  limitation  de  la  participation  d’une  personne  à  la  vie  
sociale   du   fait   de   troubles   psychiques   graves   qui   perdurent   et   entraînent   une   gêne   dans   son   quotidien,   des  
souffrances  et/ou  des  troubles  comportementaux  légers,  moyens  à  sévères  selon  la  maladie.  

Neuroscience  et  psychologie  médicale  
Le  système  reptilien  –  Le  cerveau  inférieur  
Le  développement  du  cerveau  inférieur  se  déroule  avant  la  naissance.  
C’est  le  centre  de  survie,  impliqué  dans  la  régulation  des  fonctions  autonomes,  comme  la  respiration,  la  digestion,  
le  rythme  cardiaque,  le  sommeil,  la  faim,  les  comportements  instinctifs  et  les  fonctions  pour  survivre.  Réponse  
flight,  fight  ou  freeze.  

Le  système  limbique  –  Le  cerveau  moyen  
Le  développement  du  cerveau  moyen  survient  entre  0  et  4  ans.  
C’est   le   centre   émotionnel,   impliqué   dans   les   processus   de   la   mémoire,  des  émotions,  de  la  réponse  au  stress,  la  
nutrition,  les  soins,  la  séparation  anxieuse,  la  peur,  la  rage,  les  relations  sociales  et  le  contrôle  hormonal.  


Amygdale   :   Evaluation   émotionnelle  
de  l’information  



Noyau  

accumbens  

:  

Motivation  

(Addiction),   Système   de   récompense  
(joie,  plaisir  etc.)  


Hippocampe   :   Encodage   de   nouveaux  
contenus  d’information  

Le  néocortex  –  Le  cerveau  supérieur  

Le   néocortex   est   une   zone   du   cerveau   des   mammifères   qui   correspond   à   la   couche   externe   des   hémisphères  
cérébraux.  Il  fait  partie  du  cortex  cérébral  (comprenant  également  l'archicortex  et  le  paléocortex,  membres  du  
système  limbique).  C’est  le  centre  exécutif,  impliqué  dans  les  fonctions  cognitives  dites  supérieures.    
Le   développement   du   cerveau   supérieur   survient   vers   l’âge   de   5-­‐6ans,   puis   11-­‐12,   vers   15   ans   et   se   poursuit  
jusqu’à  la  vingtaine.  
C’est   le   centre  exécutif,   impliqué   dans   les   fonctions   cognitives   dites   supérieures   comme   la   logique,   l’empathie,   la  
compassion,   la   créativité,   l’autorégulation   et   la   conscience   de   soi,   la   pensée   séquentielle,   la   planification,   la  
résolution   de   problème,   l’attention,   les   perceptions   sensorielles,   les   commandes   motrices   volontaires,   le  
raisonnement  spatial  ou  encore  le  langage.  
 
 

 

2  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 





Lobe  frontal  :  Planification  et  coordination  du  comportement  
Lobe  temporal  :  Perception  de  l’information  auditive  et  mémoire  à  long  terme  
Lobe  pariétal  :  Représentations  sensorielles  
Lobe  occipital  :  Information  visuelle  

Mémoire  
La  mémoire  à  long  terme  




Mémoire  explicite  (déclarative)  -­‐>  mémoire  avec  rappel  conscient  :    
o

La  mémoire  sémantique  :  connaissances  générales  (le  chien  a  4  pattes,  l’orthographe…)  «  facts  »  

o

La  mémoire  épisodique  :  Mémoire  de  notre  passé,  souvenirs,  connaissances  personnelles  «  events  »  

Mémoire  implicite  (non-­‐déclarative)  -­‐>  mémoire  sans  rappel  conscient  :    
o

La  mémoire  procédurale  :  Comment  se  laver  les  dents,  respirer…  

o

La   mémoire   liée   à   des   conditionnements   classiques   :   avoir   spontanément   peur   d’une   araignée   car  
associée  à  la  peur.    

o

Amorçage  :  Lié  à  la  situation  qui  vient  de  se  dérouler.    

→ Les  deux  derniers  sont  très  proches,  souvent  associés.  Dus  aux  émotions  et  réflexes.    

L’apprentissage  :  


Habituation  :  perte  de  l’intensité  de  la  réaction  



Déshabituation  :  résurgence  de  la  réaction  après  une  habituation  



Sensibilisation  :  augmentation  de  l’intensité  de  la  réaction  

Emotions  
Les  émotions  sont  des  réactions  humaines  qui  transforment  un  stimulus  physique  en  une  expérience  subjective  
significative.  
Les  émotions  donnent  une  signification  à  une  situation,  un  acte  ou  un  objet.  Elles  se  relient  toujours  à  un  objet  
concret  (par.  ex,  la  peur  de  quelque  chose  de  précis).  

 

3  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
Délimitation  des  termes  liés  :  


Sentiment  :  component  subjectif  affectif  de  moyenne  durée  et  d’intensité  



Humeurs  :  plus  durables  et  moins  intenses  



Affect  :  recrudescence  particulièrement  courte  (évalue  les  choses  en  les  "colorant"  affectivement)  

 

L’angoisse  :   C’est   un  sentiment  d’être  menacé.  Cela  est  un  vécu  subjectif  et  un  comportement  observable,  dû  à  
des  symptômes  végétatifs,  il  peut  avoir  une  composante  cognitive.  
Il  faut  bien  distinguer  «  l’état  »  du  «  trait  de  personnalité  ».  
 

L’agression  :  est  définie  en  tant  que  mobile,  de  nuire  soit  à  soi-­‐même  (auto-­‐agressivité),  soit  à  autrui  (hétéro-­‐
agressivité).  


Agressivité   autotélique  :   La   personne   agresse   juste   pour   le   loisir,   uniquement   dédié   à   son   plaisir   àun  
méga  sadique  !  



Agressivité   instrumentale  :   personne   qui   utilise   l’agressivité   dans   le   but   d’obtenir   quelque   chose,   de  
s’emparer  de  ressources  ou  d’accéder  à  une  position  ou  un  statut  social  

Il  y  a  plusieurs  théories  sur  l’agressivité,  d’après:  


la  psychanalyse,  ce  serait  une  pulsion  de  Mort  (Thanatos)  



la  théorie  éthologique,  ce  serait  une  protection  de  l’espace  de  vie  



les  théories  d’apprentissage,  l’agressivité  viendrait  de  l’imitation  de  l’entourage  /environnement  



l’hypothèse   de   frustration-­‐agression,   ce   serait   une   tolérance   à   la   frustration.   Chacun   aurait   un   seuil   de  
tolérance,  qui  ce  seuil  dépassé,  nous  mènerait  à  l’agression.  

 

Le  deuil  :  sentiment  primaire  inné  qui  surgie  après  une  séparation  ou  la  perte  d’une  relation.  


Symptômes   du   deuil  :   abattement,   rumination,   insomnie,   nervosité,   manque   d’appétit,   repli   social,  
troubles  de  concentration,  trouble  de  la  perception  



Deuil  pathologique  :  durable  sentiment  du  vide  et  de  la  perte  du  sens  



DD   Dépression  :   la   dépression   est   un   sentiment   mixte   (à   savoir   une   émotion   secondaire)   avec   des  
composantes  de  tristesse,  de  honte,  de  dégoût,  de  colère,  d’hostilité  et  d’anxiété.  

 

La  honte  :   expérience   complexe   et   désordonnée   dominée   par   des   émotions   tristes,   une   rumination   obsessive   et  
une  image  de  soi-­‐même  condamnable.    
Aspects  négatifs  

 



Se  cacher,  manque  d’empathie,  colère,  dépression  



Perte  de  l’estime  de  soi,  perte  de  la  dignité  et  de  l’intégrité  



Pensées  accusatoires  face  à  soi-­‐même,  dénigration  



ne  pas  être  capable  de  vivre  nos  valeurs  face  aux  autres  

4  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
Aspects  positifs  


Aspects  sociaux:  Standards  externes,  sensibilité  à  la  menace  de  l’image  publique  



Aspects  moraux  

Motivation  
Il  existe  deux  voix  majeures  dans  le  cerveau  qui  concourent  à  l’activation  des  comportements.  


le   circuit   de   la   récompense,   qui   fait   partie   de   ce   que   l’on  
nomme  en  anglais  le  «  medial  forebrain  bundle  »  (MFB)    
→ Aire  tegmentale  ventrale  (ATV),  le  noyau  accumbens,  
l’amygdale,  le  cortex  préfrontal,  l’hypothalamus  



le  circuit  de  la  punition  ou  «  periventricular  system  (PVS)  »  
→ L’hypothalamus,   le   thalamus,   la   substance   grise  
centrale  

 

Le  MFB,  par  le  cycle  «  désir  –  action  –  satisfaction  »,  et  le  PVS,  par  la  
réponse  de  fuite  ou  de  lutte  réussie,  amènent  tous  les  deux  l’organisme  à  préserver  son  homéostasie  par  l’action  
et  forment  ce  que  l’on  appelle  le  système  activateur  de  l’action  (SAA).    

Important   car   la   relation   entre   patient  
et   médecin   est   asymétrique,   mais   le  
patient  ne  doit  pas  avoir  peur  et  fournir  
toute   les   informations   nécessaire   au  
médecin.  

À   ce   SAA   s’oppose   un   système   inhibiteur   de   l’action   (SIA).   Son   activation   en   condition   naturelle   survient  
devant  le  constat  de  l’inefficacité  de  notre  action.  La  fuite  ou  la  lutte  nous  apparaissant  impossible,  la  soumission  
et  l’acceptation  du  statu  quo  demeure  alors  bien  souvent  la  dernière  alternative  pour  assurer  sa  survie.  
→ Système   septo-­‐hippocampal,   l’amygdale   et   les   noyaux   de   la   base,   cortex   préfrontal,   locus   coeruleus,  
raphé  médian  

 

5  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 

Personnalité  
D’après  la  théorie  des  traits,  la  personnalité  est  un  ensemble  de  traits  relativement  constant  et  persistant  de  la  
personnalité.  


Traits  ≠  état  aigu  («  state  »)  



Stabilité  /  constance  temporelle  



Stabilité  /  constance  dans  la  situation  et  entre  des  situations  différentes  



≠  Tempérament  



≠  Attitudes  /valeurs  

 

Modèle  des  5  facteurs  
Névrosisme  

Extraversion  

Ouverture  

Agréabilité  

Conscience  

Anxiété    

Chaleur  

Ouverture  aux  

Confiance    

Compétence  

Colère  

Grégarité  (=qui  tend  à  

rêveries  

Droiture  

Ordre  

Hostilité  

suivre  les  impulsions  

A  l’esthétique  

Altruisme  (se  

Sens  du  devoir  

du  groupe)  

Aux  sentiments  

consacrer  –  aimer  

Recherche  de  

Aux  actions  

les  autres)  

réussite  

Aux  idées  

Compliance  (=se  

Autodiscipline  

Dépression  
Timidité  sociale  

Assertivité  (=  qualité  
d’exprimer  ses  

Impulsivité  

opinions  sans  entamer  

Vulnérabilité  

les  droits  d’autrui)  

Aux  valeurs  

conforme  aux  
règles)  

Activité  

Modestie  

Recherche  de  

sensibilité  

Délibération  
 

sensations  
Emotions  positives  

EVOLUTION DES TROUBLE PSYCHIQUES
Evolution  des  roubles  psychiques    
 

 
Phase
Transition Trouble psychique
prodromique ARMS

Rémission

Rechute

Rémission

Chronicité

temps

 

6  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 

2.02-­‐03  Maladie,  stress  et  méthodes  de  relaxation  
Définitions  
Stress  
Le   stress     est   une   émotion   et   qualifie   à   la   fois   une   situation   contraignante   et   le   processus   physiologique  
d’adaptation.  


en  biologie  

→ Ensemble  des  réponses  d'un  organisme  (adaptation)  soumis  à  des  pressions  ou  contraintes  de  la  part  de  
son  environnement  (risque  de  perdre  l’homéostasie).  


en  médecine  

→ D’abord   la   personne   a   une   façon   individuelle   de   percevoir   l’agent   stressant   et   des   stratégies  
d’ajustement   également   individuelles.   Ensuite,   des   réponses   physiologiques   ou   psychosomatiques   sont  
provoquées.  
Il  existe  deux  sortes  de  stress  :  


positif  (eustress)  :  bénéfique,  phase  1  et  2  



négatif  (distress)  :  nuisible,  phase  3  

 

Résilience  
La  résilience  (Boris  Cyrulnik  –  France)  est  la  capacité  à  surmonter  les  traumatismes.  Le  terme  désigne  le  retour  
à  l’état  initial  d’un  élément  déformé.  
 

Concepts  de  la  maladie  
Il  existe  des  facteurs  de  risque  et  protecteurs  qui  favorisent  ou  «  empêchent  »  la  maladie.  

 
 

7  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 

Formes  du  stress  pathologique  
Violence  domestique  
Définition:  action  de  l’homme/femme  consistant  à  :    


détruire  son  semblable  ou  ce  qui  lui  appartient;    



lui  faire  peur;    



utiliser  le  pouvoir  et  le  contrôle  envers  quelqu’un  sans  respect  de  son  intégrité  et  de  son  altérité;    



penser  que  l’autre  est  moins  humain,  plus  un  objet  

Formes  de  la  violence  domestique  :  violence  psychologique,  verbale,  physique,  sexuelle,  financière  
 

Bullying  (intimidation)  
Pour  qu’il  y  ait  intimidation,  le  psychologue  Dan  Olweus  a  établi  trois  caractères  :  


L'agresseur  ou  les  agresseurs  agissent  dans  une  volonté  délibérée  de  nuire.  



Les  actes  agressifs  sont  répétés  et  s'inscrivent  dans  la  durée.  



La  relation  entre  l'agresseur  ou  les  agresseurs  et  la  victime  est  asymétrique.  

La  pratique  du  «  bullying/  intimidation  »  est  inséparable  de  la  mise  en  place  d'une  situation  de  domination.  
 

Syndrome  de  burnout  
Le  stress  peut  conduire  à  l’épuisement  professionnel,  appelé  burnout.  
Il  se  caractérise  par  un  sentiment  de  fatigue  intense,  de  perte  de  contrôle  et  d’incapacité  à  aboutir  à  des  résultats  
concrets  au  travail.  

Pathophysiologie  
Modèle  du  stress  de  Selye  
→ Le  stress  est  une  réponse  (SGA)  non-­‐spécifique  de  l’organisme  à  toutes  demandes  d’adaptation  imposées  
au  corps.  
Nous  sommes  toujours  sous  stress,  même  la  nuit  car  nous  sommes  en  permanence  en  adaptation.  Les  bonnes  
nouvelles  génèrent  aussi  du  stress.  
Le  SGA  est  le  syndrome  général  d’adaptation.  Il  existe  3  phases  :  

 



phase  d’alarme  :  réaction  immédiate  à  l’agent  de  stress  et  mobilisation  des  ressources  



phase  de  résistance  :  développer  une  résistance,  lutte  contre  l’agent,  utilisation  des  ressources  



phase   d’épuisement  :   la   résistance   est   limitée   -­‐>   quand   ça   lâche,   apparition   de   différents   troubles  
somatiques  

8  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 

Activation  physiologique  (Arousal)  
L'activation   physiologique   («arousal»)   désigne   l'état   psychophysiologique   correspondant   à   l'activation   de   la  
formation   réticulée   activatrice   (FRA)   du   tronc   cérébral   impliquant   le   système   nerveux   autonome   et   le  
système  endocrinien.  
Cette   activation   se   manifeste,   sur   le   plan   comportemental,   par   un   état   d'alerte,   une   plus   grande   sensibilité  
perceptive,  une  plus  grande  rapidité  de  traitement  cognitif  et  des  réponses  motrices  plus  rapides.  
Critères  d’évaluation  face  au  stress  :  


Réaction  de  stress  marqué  =  menace  et  incapable  d’y  faire  face  



Réaction  de  stress  faible  =  menace  mais  capable  d’y  faire  face  



Réaction  de  stress  nulle  =  pas  de  menace  

Le   système  de  réponse  au  stress  comprend   le   système   nerveux  
sympathique,   les   divers   systèmes   de   neurotransmetteurs,   le  
système   immunitaire   et   l’axe   hypothalamo-­‐hypophyso-­‐
surrénalien  (HHS)  ou  axe  hormonal  du  stress.    

Psycho-­‐neuro-­‐immunologie  
La   psycho-­‐neuro-­‐immunologie   étudie   l'impact   des  
événements  psychiques  sur  le  système  immunitaire,  à  savoir  
les   interrelations   entre   système   nerveux   central,   système  
neuroendocrinien  et  le  système  immunitaire  et  des  facteurs  psychologiques  et  environnementaux.  
La   psycho-­‐neuro-­‐immunologie   est   une   approche   interdisciplinaire,   incorporant   des   données   de   la   psychologie,  
des   neurosciences,   de   l'immunologie,   de   la   physiologie,   de   la   pharmacologie,   de   la   biologie   moléculaire,   de   la  
psychiatrie,  de  la  médecine  comportementale,  des  maladies  infectieuses,  de  l'endocrinologie  et  de  la  rhumatologie.  

 

9  

Laura  Mettraux  

 

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

STRESS ET CERVEAU SOCIAL

Stress  et  cerveau  social  

Sandi, C. & Haller, J. (2015). Stress and the social brain: behavioural effects and neurobiological mechanisms. Nat Rev
Neurosci 16,d
290-304.
Perception  
u  stress  
​UNIVERSITÉ DE FRIBOURG / UNIVERSITÄT FREIBURG | FACULTÉ DES SCIENCES / MATH.-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT | M. Merlo |

Medizinische Psychologie und Soziologie – II.2 | 24.
März 2015
Menace  
Sentiment  

Contrôle  faible  

Vous  sentez  que  vous  n’avez  aucun  ou  très  peu  de  contrôle  sur  la  situation.  

Imprévisibilité  

Qqch  de  complètement  inattendu  se  produit,  vous  ne  pouvez  pas  savoir  à  
l’avance  ce  qui  va  se  produire.  

Nouveauté  

Qqch  de  nouveau  que  vous  n’avez  jamais  expérimenté  se  produit.  

Ego  menacé  

Vos  compétences  et  votre  égo  sont  mis  à  l’épreuve.  On  doute  de  vos  capacités.  

 

Maladies  somatiques  et  stress  
Le  stress  attaque  ce  qui  est  plus  faible  chez  chaque  individu.  
Les  différentes  maladies  somatiques  possibles  :  


Cardiovasculaires  



Rhumatisme  



Immunologiques  



Trouble  du  sommeil  



Neurologiques  



Du  système  reproductif  



Gastro-­‐intestinales  



Du  système  urogénital  



Musculo-­‐squelettiques  



Dermatologiques



Pulmonaires  

 

 

10  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 

Modèle  intégratif  
Modèle  du  trajet  du  stress  à  la  maladie  
Aspects  psychosociaux  

Aspects  psychophysiologiques    

 

11  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
Drug
Drug
abuse
abuse

EEarly
arly aand
nd llate
ate
ssocial
ocial aadversity
dversity

Pre- and
perinatal
events

HPA

HPA
hyperactivity

Subtle motor,
cognitive,
social deficits

Social anxiety
depression

Dopamine
dysregulation
of salience

Psychotic-like
experiences

Pruning / Myelination

P
S
P
Y
S
C
Y
H
C
O
H
S
O
I
S
S
I

Methylation / Redox system
CNV’s
0

Developmental
genes
5

Neurotransmitter
genes
10

15

20 years

​UNIVERSITÉ DE FRIBOURG / UNIVERSITÄT FREIBURG | FACULTÉ DES SCIENCES / MATH.-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT | M. Merlo |
Medizinische Psychologie und Soziologie – II.2 | 24. März 2015

 

Merlo adapted from Murray et al.

Méthodes  thérapeutiques  de  relaxation    
Il  est  important  d’apprendre  aussi  au  patient  à  se  relaxer  lui-­‐même  pour  lui  laisser  son  autonomie.  

Relaxation  musculaire  progressive  (Edmund  Jacobson)  
La   relaxation   progressive   s’effectue   par   groupe   de   muscles   successivement   avec   d’abord   un   renforcement  
des  contractions  et  ensuite  un  relâchement.  Par  la  suite  la  relaxation  se  généralise  dans  tout  le  corps.  
Jacobson  définie  la  relaxation  comme  l’absence  de  toute  contraction  musculaire.  Son  but  est  de  mettre  le  cortex  au  
repos.  Le  patient  apprend  à  repérer  les  tensions  musculaires,  puis  il  cesse  son  effort  et  porte  son  attention  sur  les  
nouvelles  sensations  de  relaxation.  Au  fil  des  répétitions,  il  approfondit  les  états  de  détente.  
 

Training  autogène  (Johannes  Heinrich  Schultz)  
Le   training   autogène   est   une   méthode   d’entrainement,   où   a   lieu   une   conversion   des   fonctions   végétatives,  
qui  ne  sont  pas  ou  seulement  difficilement  influençables  par  la  volonté.  
On  différencie  les  exercices/contrôles  suivants  :  
1. Ex  de  pesanteur  

4. Ex  de  respiration  

2. Ex  de  chaleur  

5. Ex  du  corps    

3. Ex  du  cœur  

6. Ex  de  la  tête  

 

Hypno-­‐thérapie  
L’hypno-­‐thérapie  est  utilisée  dans  de  nombreux  domaines  différents,  notamment  pour  réduire  les  douleurs  
et  le  stress  et  pour  améliorer  la  santé  :  


Obstétrique,  Stomatologie/cavité  buccale  et  chirurgie  dentaire,  Anesthésie,  Pneumologie,  Dermatologie,  
Sexologie,  Neurologie,  Psychiatrie,  Psychothérapie,  Médecine  du  sport,  Nutrition,  Oncologie  

 

12  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
Biofeedback  


ECG  mesure  l’activité  cardiaque  :  ralentir  la  FC  



EMG  mesure  la  tension  des  muscles  :  permet  de  montrer  de  manière  objective  que  la  personne  est  
détendue  



EEG   comme   Neurofeedback,   aussi   appelé   neurothérapie   ou   biofeedback   (utilisé   par   ex.   pour  
surveiller  les  réactions  d’un  patient  qui  joue  à  un  jeu  vidéo)  



MEG  (magnétoencéphalographie)  mesure  les  signaux  magnétiques  résultant  de  l’activité  cérébrale  



Activité  électrodermale    

Le   Neurofeedback   aide   à   soigner   naturellement   de   nombreux   troubles   et   pathologies   tels   que   les  
acouphènes,   migraines,   insomnies,   anxiété,   angoisses,   phobies,   douleurs   chroniques,   fatigue   chronique,  
fibromyalgie,  addiction…  
 

Méditation  «  Mindfullness  »  (en  pleine  conscience  (MPC))  
Bien   que   cette   pratique   soit   issue   du   Bouddhisme,   elle   a   trouvé   2   types   d’application   en   thérapie  
cognitive  :  


Prévention   des   rechutes   dépressives  :   se   base   sur   le   fait   que   la   vulnérabilité   dépend   avant   tout   de  

BASES DE LA THÉRAPIE
COMPORTEMENTALE DIALECTIQUE (TCD)

l’humeur  plutôt  que  du  contenu  des  pensées  

 

Psychothérapie  comportementale  dialectique  :  
 

DIALECTIQUE

CHANGEMENT

ACCEPTATION

Résolution de
problèmes

Validation

TCC

ZEN

inspiré de M. Linehan (2000)

​UNIVERSITÉ DE FRIBOURG / UNIVERSITÄT FREIBURG | FACULTÉ DES SCIENCES / MATH.-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT | M. Merlo |
Medizinische Psychologie und Soziologie – II.3 | 7. März 2015

 

13  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 

2.04  Communication  
Épistémologie  :  


Objectivité  :  perspective  de  la  3ème  personne  



Subjectivité  :  1ère  personne  
o

Psychiatre   se   concentre   sur   la   perception   de   la   maladie   qu’a   son   patient  ;   difficulté   pour   le  
patient   d’exprimer,   de   mettre   des   mots   sur   ce   qu’il   ressent   et   également   difficulté   pour   le  
médecin  de  comprendre  ce  que  veut  dire  le  patient.  



Intersubjectivité  :  2ème  personne  
o

Capacité  de  prende  en  considération  la  perception  de  qqn  d’autre  

Médecine  centrée  sur  la  personne  :  
Elle   tire   ses   origines   dans   les   civilisations   orientales   et   occidentales.   Elle   définit   la   santé   non   seulement  
comme   la   fonction   des   organes,   mais   elle   cerne   également   le   patient   dans  sa   globalité.   La   relation   du   patient  
avec  lui-­‐même,  avec  les  autres  et  avec  le  monde  de  la  vie  est  également  prise  en  compte  dans  le  diagnostic,  le  
traitement  et  la  prévention.    
La  complexité  réduit  la  
perception.  

La  maladie  est  une  réduction  de  
la  contingence  de  la  réaction.  

complexité
complexité

contingence

contingence

cognition

perception

perception

action

emotion

Motivation

action

genèse

L’ecole  de  Palo  Alto  

adapté selon Wilke, 1991

Wilke, 1991

​UNIVERSITÉ DE FRIBOURG / UNIVERSITÄT FREIBURG | FACULTÉ DES SCIENCES / MATH.-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT | M. Merlo |
​Medizinische Psychologie und Soziologie II.4 | 7. April 2016

C’est   un   groupe   d’hommes   qui   a   travaillé   ensemble   autour   de   théories   de   la   communication   et   de   la   relation  

​UNIVERSITÉ DE FRIBOURG / UNIVERSITÄT FREIBURG | FACULTÉ DES SCIENCES / MATH.-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT | M. Merlo |
​Medizinische Psychologie und Soziologie II.4 | 7. April 2016

entre  les  individus.  L’initiateur  et  père  de  cette  école  est  Grégory  Bateson.  
Influences  :  «  Cybernétique  »,  «  Théorie  des  systèmes  »,  «  Théorie  des  types  logiques  »  
 

Information  
Le  terme  d’information  est  par  excellence  l’exemple  des  concepts  imprécis  et  passe-­‐partout.  Il  est  pourtant  
particulièrement  utile,  quand  on  souhaite  qu’un  échange  reste  le  plus  ambigu,  le  plus  ouvert  possible.  
Bateson   propose   l’énoncé   fondateur  :   l’information   est   une   différence   qui   crée,   qui   produit   une   autre  
différence.  Ou  encore,  une  différence  qui  fait  la  différence.  
Ex  :  Un  patient  dit  qu’il  a  toujours  mal.  Il  n’y  a  don  pas  de  différence  et  il  faut  alors  en  créer  une  (est-­‐ce  qu’il  a  
toujours  mal  le  matin,  quand  il  pleut,  à  chaque  fois  qu’il  y  a  telle  personne,  à  chaque  fois  qu’il  va  dans  un  certain  
lieu).  

 

14  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
Communication  
Axiomes  :  
1. L’impossibilité  de  ne  pas  communiquer.  
→ Le   patient   communique   toujours   même   sans   parler,   de   par   ses   silences,   sa   gestuelle,   ses  
expressions  faciales.  
2. Les  aspects  de  la  communication  :  contenu  et  relation  
3. Les  2  modes  de  la  communication  :  digital  (échanges  d’infos  verbales)  et  analogique  (non-­‐verbal)  
4. Ponctuation  de  la  séquence  des  faits  
→ La  communication  est  un  échange  entre  partenaires  et  ce  que  fait  l’un  à  une  incidence  sur  les  
autres  et  vice  versa.  
5. Tout  échange  de  communication  est  symétrique  ou  complémentaire  (asymétrique)  
 

Changement  
Watzlawick,  Waekland  et  Fisch  distinguent  2  types  de  changement  :  


Le  changement  de  premier  ordre  :  il  existe  une  modification  quantitative  des  paramètres  du  système,  
à   l’intérieur   des   valeurs   limites,   sans   perturbation   dans   l’organisation   du   système.   Il   maintient  
l’homéostasie  du  système.  
o



Ex  :  thermostat  

Le   changement   de   deuxième   ordre  :   il   existe   une   modification   qualitative   qui   transforme   l’état   du  
système  de  manière  discontinue.  Il  se  produit  alors  un  changement  dans  le  changement.  
o

Ex  :   si   un   dommage   apparaît   dans   le   système,   par   exemple   la   peur,   le   médecin   va   alors   prescrire   un  
médicament.  Le  patient  ira  mieux  lorsqu’il  prendra  le  médicament  mais  rien  n’ira  mieux  avec  le  temps.  
On  peut  alors  dire  que  le  patient  rentre  dans  un  schéma  de  cercle  vicieux.  

 

Théorie  des  types  logiques  
C’est  une  partie  des  Principa  Mathematica  élaborés  par   Whitehead  et  Russel.  Son  postulat  fondamental  est  :  
«  une  classe  ne  peut  être  élément  d’elle-­‐même  ».  
 

Réseau  social  de  soutien  

RÉSEAU SOCIAL DE SOUTIEN

Importance   de   ce   réseau   social   lors   de  
l’anamnèse  externe  (Famille,  proche).  
 
 

Famille nucléaire
Réseau
secondaire

Famille étendue

(soignants,
intervenants
sociaux, etc.)

 
 

Compagnons
de travail,
d’études

Compagnons
de loisirs

 

 

Voisin(e)s

Ami(e)s

​UNIVERSITÉ DE FRIBOURG / UNIVERSITÄT FREIBURG | FACULTÉ DES SCIENCES / MATH.-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT | M. Merlo |
Medizinische Psychologie und Soziologie II.4 | 7. April 2016

selon R. Pauzé

15  

LA COMMUNICATION
Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
Définitions  de  la  communication  
Medium

Il  existe  différents  types  de  communication  :  


Communication  directe  vs  indirecte  



Communication  avec  un  but  précis  vs  sans  but  



Formes  de  communication  :  


Emetteur

Message

Récepteur

Verbale  :  langage  oral  ou  écrit  sert  de  support,  il  se  compose  de  phénomènes  linguistiques  (choix  
des  mots,  structure  grammaticale)  
o

​UNIVERSITÉ DE FRIBOURG / UNIVERSITÄT FREIBURG | FACULTÉ DES SCIENCES / MATH.-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT | M. Merlo |
​Medizinische Psychologie und Soziologie II.4 | 7. April 2016

Les   patients   peuvent   montrer   une   incohérence   dans   leurs   propos   ce   qui   rend   la   compréhension  
difficile  pour  le  médecin.  



Para-­‐verbale  :   composé   par   un   ensemble   de   phénomènes   paralinguistiques   comme   le   temps   de  
parole,  la  tonalité  ou  la  coloration  du  dialecte.  Dans  la  langue  écrite,  ce  sont  les  caractéristiques  de  
l’écriture  manuscrite.  



Non-­‐verbale  :  il  s’agit  de  gestes  du  corps,  d’expression  faciale,  de  posture  et  contact  du  corps.  Le  
contact  avec  les  yeux  et  le  contrôle  de  la  distance  sont  aussi  importants.  



Métacommunication  :   communication   sur   la   communication,   interprétation   de   la   communication  
en  prenant  en  compte  les  stimuli  non-­‐verbaux  qui  peuvent  renforcer  ou  contredire  l’information  
verbale.  
o

Ex  :  Certains  patients  n’acceptent  pas  le  niveau  de  relation  avec  le  médecin.  Ce  dernier  peut  alors  
décider  de  discuter  de  cette  relation  avec  son  patient  et  de  mettre  l’objet  de  la  discussion  de  côté,  
mais  ce  n’est  pas  toujours  simple.    



Paradoxale  :   les   déclarations   d’une   personne   au   niveau   du   continent   et   les   messages   au   niveau   de  
la  relation  ne  correspondent  pas  (double  lien).  
o

Ex  1  :  Le  médecin  demande  au  patient  si  ça  va  bien  et  le  patient  répond  “oui,  ça  va  bien“  alors  que  ça  
ne  va  pas.  

o

Ex   2  :   La   médecin   demande   à   son   patient   ce   qu’il   fait   là   et   s’il   est   médecin,   et   il   affirme   que   oui.   Elle  
lui   explique   que   c’est   elle   la   médecin   et   qu’il   est   son   patient   mais   il   croit   que   c’est   une   blague.   Il  
commence  à  s’agiter  et  raconte  qu’il  doit  aller  en  ville  donner  un  cours  sur  la  masturbation.  



Symétrique  :  en  cas  d’égalité  des  interlocuteurs  



Asymétrique  :  avec  inégalité  de  la  position  de  pouvoir  entre  les  interlocuteurs  

 

Le  double  lien  


Messages  répétitifs  contradictoires  et  simultanés  



L’un  au  niveau  verbal  (digital)  et  l'un  au  niveau  non  verbal  (analogique)  



Dans   une   situation   dont   on   ne   peut   pas   échapper   et   où   il   est   important   de   déterminer   lequel   est  
prévalent.  



Où  on  ne  peut  pas  poser  de  questions  à  ce  sujet  (métacommunication  malvenue).  

 
 

 

16  

L’INTERACTION

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
L’interaction  
Si   les   règles   sont   diffuses   ou   non  

Objectifs

performance
fonctionnement

respectées,  le  focus  de  l’interaction  est  
sur   la   définition   des   règles,   par  
conséquent  les  objectifs  ne  sont  plus  au  
centre  

consensus
Je

Moi

Médecin  

relation
règles

et  

le  

système  

devient  

dysfonctionnel   -­‐>   diminution   de   la  
performance  

l’Autre
Patient  

-­‐>  

manque  

de  

satisfaction.    
 

La  contingence  dans  l’interaction  
​UNIVERSITÉ DE FRIBOURG / UNIVERSITÄT FREIBURG | FACULTÉ DES SCIENCES / MATH.-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT | M. Merlo |
​Medizinische Psychologie und Soziologie II.4 | 7. April 2016



Contingence  :   mesure   dans   laquelle   les   interlocuteurs   suivent   leurs   propres   plan   comportemental   ou  
qu’ils  les  ajustent  sur  leurs  homologues.  



Contingence  réciproque  :  en  cas  d’égalité  entre  interlocuteurs  



Contingence  asymétrique  :  avec  inégalité  de  la  position  de  pouvoir  entre  les  interlocuteurs  
o

Stratégies   évasives   d’entretien  :   changement   du   destinataire   (ex  :mmédecin   redirige   son  
patient   vers   le   radiologue),   du   sujet,   commentaire   sur   la   relation   (métacommunication),  
message  d’incertitude  fonctionnelle  



Pseudo-­‐contingence  :   les   2   partemaires   suivent   leur   plan   de   comportement,   sans   tenir   compte   de  
l’autre  (réponse  à  côté,  Small-­‐Talk).  
o

Ex  :  Monologue  d’Otis  :  d’un  côté  Otis  dit  être  heureux,  respirer  la  joie  de  vivre  et  de  l’autre  Astérix  et  
Obélix  le  regarde  perplexes  et  ne  partagent  pas  sa  joie.  



Contingence  réactive  :  Les  partenaires  de  communication  se  centrent  si  fortement  sur  les  besoins  de  
l’autre  qu’ils  se  coupent  temporairement  de  leurs  propres  plans  de  comportement.  

 

Émotions  exprimées  
1. Sur  implication  
2. Remarques  critiques  
3. Hostilité  
4. Chaleur  
5. Remarques  positives  
 

 

 

17  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 

2.05-­‐2.06  Entretien  médical  
Fonctions  de  la  communication  entre  médecin  et  patient  


Construction  de  la  relation  (positive,  confiante)  



Repères  pour  le  médecin  
o



Il  est  important  de  comprendre  dans  quel  contexte  le  patient  vient  voir  le  médecin.  

Obtention  d’information  (explication,  consentement  éclairé)  
o

La  communication  est  une  interaction  entre  2  personnes  et  pas  seulement  un  échange  de  symptômes.  



Coopération  



Directive  (centrée  sur  le  médecin)  vs  non-­‐directive  (centrée  sur  le  patient)  
o

Ex  :   anorexie,   alcool  :   le   médecin   doit   dire   les   choses   telles   qu’elles   sont   pour   faire   changer   la   perception   du  
patient.  



Codes  du  langage  :    
o

Jargon  médical  

o

Langage  de  tous  les  jours,  

o

Codes   du   langage   élaboré  :   caractérisés   par   des   structures   grammaticale   complexes   (surtout  
classes  moyennes  et  élevées)  

o

Codes   du   langage   restreint  :   caractérisés   par   des   phrases   courtes   et   simples   (surtout   classes  
basses)  

 

Communication  et  relation  


Relation  de  confiance  :  transparente,  avec  estime,  empathie,  congruente/appropriée  



Collusion   (patterns   névrotiques,   implications)  :   entente   secrète   entre   personnes   pour   nuire   à   qqn  
(besoins  et  conflits  inconscientss)  
o

Ex  :  le  partenaire  d’une  personne  alcoolique  va  aller  acheter  de  l’alcool  pour  qu’il  en  ait  toujours.  

Fixation   iatrogénique  :   le   patient   a   développé   des   attitudes,   maladies   ou   symptômes   causés   par   le  



médecin,  respectivement  son  comportement.    
Communication  et  setting  :  entretien  individuel,  en  groupe,  de  famille,  de  couple,  de  réseau  
 

Communication  et  coopération  
Patients  :    


Coopération  active  vs.  passive  



Coopération  autonome  vs.  hétéronome  



Compliance  :  volonté  du  patient  de  suivre  les  conseils  du  médecin  



Intelligence   non-­‐compliance  :   patient   ne   suit   pas   les   instructions   du   médecin,   mais   suit   des   raisons  
médicale  significatives.  

Médecins  :  

 



Coopération  orientée  envers  la  technique  vs.  orientée  envers  le  patient  



Réactance  :  acte  de  bravade,  où  la  personne  se  comporte  exactement  à  l’opposé  de  se  qui  est  souhaitable  

18  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
Communication  et  premier  contact  :  erreurs  d’appréciation  
Patients  :  


Connaissance  préalable  



Convictions  sur  la  maladie  



Attentes  non  verbalisées  

Médecins  :    


«  Primacy-­‐Effect  »  :  importance  excessive  ou  meilleur  souvenir  de  l’objet  présenté  en  premier.  



«  Recency-­‐Effect  »  :  importance  excessive  ou  mielleur  souvenir  du  dernier  objet  présenté.  



Stéréotypies  :   fixation   invariable   de   mots   ou   de   gestes   sans   but   utile   ni   intention   significative,  
«  ritualisation   vide  ».   Les   croyances   jouent   un   rôle   important   pour   les   membres   de   certains   groupes  
sociaux,  car  elles  possèdent  des  caractéristiques  typiques  pour  ces  personnes.  



Effet   Halo  :   biais   cognitif   qui   affecte   la   perception,   généralisation   erronée   à   partir   d’une   seule  
caractéristique  de  la  personne  /  à  partir  d’une  première  impression.  
Ex  :  les  personnes  avec  Parkinson  n’ont  pas  de  mimique  sur  le  visage,  on  peut  donc  penser  à  tord  

o

qu’ils  sont  dépressifs  et  s’arrêter  à  cettte  première  impression  que  donne  la  personne.  


Erreur  par  contraste  :  une  personne  est  jugée  par  opposition  à  un  groupe/personne  de  référence.  



Erreur   par   douceur/par   sévérité  :   caractéristiques   évaluées   systématiquement   trop   faibles   ou   trop  
fortes.  



Projection  :  souhaits  ou  caractéristiques  propres  qui  ne  sont  pas  acceptées  et  sont  attribuées  à  d’autres  
personnes  (mécanisme  de  défense)  
o



Le  médecin  peut  projeter  ces  propres  problèmes  sur  son  patient.  

Effet   de   la   tendance   centrale  :   l’évaluateur   évite   les   jugements   extrêmes   et   choisit   plutôt   des  
appréciations  moyennes  

 

Rôle  du  médecin  d’après  Parson  


Compétence  professionnelle  



Neutralité  affective  :  retenue  émotionnelle  



Universalisme  :   traitement   de   toutes   les   personnes   (ouverture   à   la   pluriculturalité,   ne   pas   faire   de  
discrimination)  



Spécificité  fonctionnelle  :  la  compétence  technique  est  appliquée  dasn  des  contextes  spécifiques  



Altruisme  /  orientation  vers  la  collectivité  :  agir  dans  l’intérêt  des  patients  

 

Rôle  intra-­‐conflit  :  conflit  pour  un  même  rôle  chez  une  personne  
o

Ex  :  profession  de  médecin  :  pratique  optimale  et  simultanément  traitement  avantageux  pour  
les  patients.  

Rôle  inter-­‐conflit  :  conflit  entre  plusieurs  rôles  chez  une  même  personne  
o

 

Ex  :  trouver  équilibre  entre  la  profession  médicale  et  la  famille  

19  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
Rôle  du  malade  d’après  Parson  


Plus  d’obligations  de  jouer  un  rôle  



Effort  pour  rétablir  la  santé  



Obligation  de  coopérer  avec  les  médecins  

 

Caractéristiques  de  l’entretien  médical  


Explication  de  la  pathogenèse  



Mode  d’action  des  médicaments  



Fecteurs  de  risque  



Consultation  sur  la  santé  



Explication  du  procédé  diagnostic  



Prévention  primaire  



Coopération/compliance  



Formation  du  patient  



Ogbligation  d’information  



Information  



Explication  du  traitemnt  



Responsabilité  



Consentement  éclairé  



Qualité  de  vie  subjective  



Plan  de  traitement  écrit  



Prévention  tertiaire  

 

Dimensions  de  la  qualité  de  vie  


Etat  physique    



Sensations  somatiques  :  symptômes,  douleurs  



Etat  psychologique  :  émotivité,  anxiété,  dépression  



Statut  social  

 

Réduction des
symptômes

Utilité pratique
(effectiveness)

Prévention  

Qualité de
vie

Prévention  primaire  :    


Mesures   visant   à   prévenir   l’apparition   de   maladies   -­‐>  

Tenir des rôles
sociaux et
professionnels

INSERM, 2004
​UNIVERSITÉ DE FRIBOURG / UNIVERSITÄT FREIBURG | FACULTÉ DES SCIENCES / MATH.-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT | M. Merlo |
Medizinische Psychologie und Soziologie – II.5 | 7. April 2016

diminue  l’incidence  


Groupe  cible  :  personnes  en  bonne  santé  

Prévention  secondaire  :  


Mesures  pour  la  détection  précoce  des  maladies  -­‐>  diminue  la  prévalence  



Groupe  cible  :  personnes  dans  une  phase  précoce  de  la  maladie,  resp.  éviter  une  récidive  

Prévention  tertiaire  :  


Mesures   de   prévention   ou   de   réduciton   des   dommages   consécutifs   -­‐>   diminue   le   handicap   et  
augmente  la  qualité  de  vie  



Groupe  cible  :  personnes  gravement  malades  

 
 
 
 
 

 

20  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sPSYCHIATRIQUE
ociologie  médicale  MH.  4109  
L’ENTRETIEN

Prof.  Merlo  

 
L’entretien  psychiatrique  

PROCESSUS
D’ENGAGEMENT

EVALUATION
ET DIAGNOSTIC

RECEUIL
DES DONNEES

COMPREHENSION
DE LA PERSONNE
ORIENTATION
ET PLAN DE TRAITEMENT
Règles  Shea,
de  base  
:   (2010). La conduite de l'entretien psychiatrique : l'art de la compréhension. Elsevier: Paris.
S. C.


​UNIVERSITÉ DE FRIBOURG / UNIVERSITÄT FREIBURG | FACULTÉ DES SCIENCES / MATH.-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT | M. Merlo |
Medizinische Psychologie und Soziologie – II.5 | 7. April 2016

Commencer  par  des  questions  ouvertes  et  après  utiliser  des  questions  fermées/cibles  



Partir  du  présent,  après  le  passé  et  à  la  fin  l’avenir  



Focaliser  d’abord  sur  des  thèmes  distants  de  l’Ego  



Descriptions,  pas  de  jugements,  pas  d’explications  précipitées  



Clarifier  la  période  de  l’évaluation  et  la  source  de  l’information  

 

Cycle  de  l’empathie    
 

 

Cycle de l’empathie

Barrett-Lennard, G. T. (1981). The empathy cycle: Refinement of a nuclear concept. J. Counseling Psychology 28, 91-100.
​UNIVERSITÉ DE FRIBOURG / UNIVERSITÄT FREIBURG | FACULTÉ DES SCIENCES / MATH.-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT | M. Merlo |
Medizinische Psychologie und Soziologie – II.5 | 7. April 2016

21  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 

2.07-­‐2.11  Modèles  psychothérapeutiques  
Thérapie  psychanalytique/psychodynamique    
Figures  importantes  :  


Jean-­‐Martin  Charcot  (1825-­‐1893)  :  neurologue,  hypothérapeute  



Sigmund  Freud  (1856-­‐1939)  :  élève  de  Charcot,  fondateur  de  la  psychanalyse  

 

Définition  de  la  psychanalyse  
La  psychanalyse  est  le  nom  :  
1. D’un  procédé  pour  l’investigation  de  processus  mentaux  à  peu  près  inaccessibles  autrement,  
2. D’une  méthode  fondée  sur  cette  investigation  pour  le  traitement  des  troubles  névrotiques,  
3. D’une   série   de   conceptions   psychologiques   obtenues   par   ce   moyen   et   qui   s’accroissent   ensemble   pour  
former  progressivement  une  nouvelle  discipline  scientifique.  
 

Concepts  de  base  


Les  3  niveaux  de  conscience  :  conscience,  préconscience,  inconscience  



Les  instances  de  la  personnalité  :  
o

Le  ça  :  correspond  aux  pulsions  de  vie  (Libido)  et  de  mort  (Thanatos)  

o

Le  moi  :  utilise  les  mécanismes  de  défense  

o

Le  surmoi  :  se  développe  avec  la  résolution  du  complexe  d’Œdipe  



La  libre  association  



Bénéfices  primaires  et  secondaires  de  la  maladie  



L’interprétation  :  
o

Transfert  et  contre-­‐transfert  

o

Résistance  

o

Rêves  

o

Lapsus  

 

Evolution  psychosexuelle  selon  Freud  


Stade  oral  (1ère  année)  



Stade  anal  (2-­‐3ème  année)  



Stade  phallique  (4-­‐5ème  )  



Période  de  latence  



Stade  génitale  (adolescence)  

 
 
 
 

 

22  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
Mécanismes  de  défense  
Niveau  de  la  structure  faible  ou  bas  :  


Identification   projective  :   mécanisme   qui   se   traduit   par   des   fantasmes,   où   le   sujet   introduit   sa   propre  
personnes   en   totalité   ou   en   partie   à   l’intérieur   d’un   objet/personne   pour   lui   nuire,   le   posséder   et   le  
contrôler.  



Déni  :   non-­‐considération   d’une   partie   de   la   réalité   extérieure   (mais   il   n’y   a   pas   de   désir   intérieur  
conflictuel  bloqué).  



Clivage  :   incapacité   de   percevoir   en   même   temps   les   caractéristiques   positives   et   négatives   d’un  
objet/personne,  séparation  de  la  réalité  psychique  en  2  parties.  



Projection  :  attribuer  à  autrui  ses  propres  motifs  ou  pulsions  inacceptables.  



(Défense  agressive  telle  que  l’auto-­‐agression)  

Niveau  de  la  structure  modéré  ou  moyen  :  


Dévaluation   ou   idéalisation  :   attribue   aux   objets/personnes   des   qualités   exagérément   négatives   ou  
positives.  



Formation   réactionnelle  :   substitue   à   des   pensées   ou   à   des   sentiments   inacceptables,   d’autres  
comportements,   pensées   ou   sentiments   qui   leur   sont   diamétralement   opposés   (ce   mécanisme   est  
habituellement  associé  au  refoulement).  
o

ex  :   compassion   au   lieu   de   pulsions   aggressives,   sentiment   de   haine   au   lieu   de   l’amour   qui  
semble  dangereux.  



Régression  :   réagir   à   une   situation   menaçante   d’une   manière   qui   correspond   à   un   stade   antérieur   de  
développement.  



Déplacement  :   transfère   un   sentiment   ou   une   réaction   d’un   objet   à   un   autre   objet   substitutif  
(habituellement  moins  menaçant).    
o



Le  déplacement  est  à  l’origine  de  phobies.  

(Dé)Négation  :   procédé   par   lequel   le   sujet,   tout   en   formulant   un   de   ses   désirs,   pensées,   sentiments  
jusqu’ici  refoulé,  continue  à  s’en  défendre  en  niant  qu’il  lui  appartienne.  



Undoing  :  utilisation  d’actions  et  de  rituels  en  fait  inefficaces  (ex  :  je  touche  du  bois).  



Introjection   et   identification  :   atténue   la   peur   des   menaces   de   l’extérieur   en   intégrant   des   influences  
externes  (comportements,  croyances,  valeurs)  d’une  autre  personne  dans  la  structure  du  Moi,  afin  de  ne  
plus  éprouver  ces  menaces  extérieures.  



Conversion  :   transposition   de   conflits   psychiques   sur   des   symptômes   somatiques   (ex  :   paralysie)   qui   ont  
une  relation  symbolique  avec  le  conflit.  Equivaut  à  l’ancien  terme  de  l’hystérie.  

Niveau  de  la  structure  bon,  élevé  ou  mature  :  


Intellectualisation  :   processus   par   lequel   le   sujet   cherche   à   donner   une   formulation   discursive   à   ses  
conflits  et  à  ses  émotions  de  façon  à  les  maîtriser.  Suppression  de  l’expérience  immidiate  liée  au  conflit  
par  la  formation  de  l’abstraction  et  l’analyse  théorique.  

 

23  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 


Refoulement  :  opération  par  laquelle  le  sujet  cherche  à  repousser  ou  à  maintenir  dans  l’inconscient  des  
représentations   (pensées,   images,   souvenirs)   liées   à   une   pulsion,   dans   le   but   de   protéger   l’ego   d’une  
influence  menaçante.  



Rationalisation  :  procédé  par  lequel  le  sujet  cherche  à  donner  une  explication  cohérente  du  point  de  vue  
logique,  ou  acceptable  du  point  de  vue  moral,  à  une  attitude/action/idée/sentiment,  tandis  que  la  part  
émotionnelle  est  ignorée  ou  sous-­‐estimée.  



Sublimation  :   les   désirs   insatisfaits   sont   remplacés   par   des   actions   socialement   plus   élevées   et   donc  
satisfaits  (art,  scince,  musique,  sport,  travail  excessif).  

 

Transfert  et  contre-­‐transfert  
Le  transfert  en  psychanalyse,  est  essentiellement  le  déplacement  d’une  conduite  émotionnelle  par  rapport  à  
un   objet   infantile,   spécialement   les   parents,   à   un   autre   objet   ou   à   une   autre   personne,   spécialement   le  
psychanalyste  au  cours  du  traitement.  
Dans  la  cure  psychanalytique,  le   contre-­‐transfert   désigne   le   sentiment   inconscient   qu’éprouve   l’analyste  en  
réaction   aux   sentiments   inconscients   ressentis   par   l’analysé   dans   le   travail   d’analyse.   Ces   sentiments   de  
contre-­‐transfert  facilitent  chez  l’analyste  la  compréhension  de  la  nature  du  conflit  intrapsychique  vécu  par  
l’analysé  dans  son  travail  d’analyse  et  son  interprétation  dynamique  en  vue  de  l’amélioration  de  son  état.  
 

Statut  de  Moise  de  Michel-­‐Ange  
Après  son  voyage  à  Rome  en  1913,  Sigmund  Freud  en  fit  l'analyse.  
«   Il   a   introduit   dans   la   figure   de   Moise   quelque   chose   de   neuf,   de   surhumain,   et   la   puissante   masse   et   la  
musculature   exubérante   de   force   du   personnage   ne   sont   qu’un   moyen   d’expression   tout   matériel   servant  
l’exploit  psychique  le  plus  formidable  dont  un  homme  soit  capable  :  vaincre  sa  propre  passion  au  nom  d’une  
mission  à  laquelle  il  s’est  voué.  »  
 

Théorie  de  relation  d’objet  
La   théorie   de   la   relation   d’objet   s’est   développée   de   la   théorie   psychanalytique.   Le   terme   objet   fait  
référence   à   un   partenaire   réactif,   donc   une   personnes   qui   répond   aux   actes   du   sujet.   Les   tenants   de   cette  
théorie   mettent   l’accent   sur   l’importance   des   événements  relationnels   au   sein   de   la   thérapie   par   rapport   à  
la  simple  interprétation  des  contenus  inconscients.  
 

Psychothérapie  psychodynamique  
Les  procédés  relevant  de  la  psychologie  des  profondeurs  (psychothérapie  psychodynamique)  se  sont  
développés   à   partir   de   la   psychanalyse.   Dans   ces   thérapies,   l’analyste   et   l’analysé   sont   assis   en   face   et   se  
rencontrent   1-­‐2   fois   par   semaine.   Il   s’agit   d’un   réel   dialogue   entre   l’analyste   et   l’analysé.   Le   traitemnt   est  
relativement  bref  (20-­‐30  séances).  
 
 
 

 

24  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 

Thérapie  systèmique  
La   systémique   privilégie   ce   qui   se   passe   entre   les   gens   et   dans   leur   contexte   et   elle   se   préoccupe   de  
l’importance   que   ces   phénomènes   prennent   dans   la   problématique   apportée   par   les   patients,   familles   ou  
couples   consultants.   Elle   intègre   dans   l’activité   thérapeutique   les   rôles   que   jouent   les   liens,   l’interaction   et  
les  vécus  actuels.  Cette  thérapie  peut  être  individuelle  (Palo  Alto  avec  Watzlawick)  ou  familiales.  
Figures  importantes  :  


P.  Watzlawick  :  membre  fondateur  de  l’Ecole  de  Palo  Alto,  travaux  sur  la  thérapie  familiale,  théorie  
de  la  communication    



G.  Bateson  :  à  l’origine  de  l’Ecole  de  Palo  Alto  



L.   Wynne  :   grand   intérêt   pour   la   schizophrénie,   il   a   notamment   fait   une   étude   sur   l’influence   de   la  
communication  dans  des  familles  avec  enfants  adoptés  et  de  leur  risque  de  schizophrénie.  



J.  Haley  :  pionnier  américain  de  la  thérapie  familiale,  membre  fondateur  de  l’Ecole  de  Palo  Alto.  



M.  Sevini  Palazzoli  :  fondatrice  du  mouvement  de  thérapie  familiale  systémique.  



Th.   Lidz  :   connu   pour   ses   recherches   sur   les   causes   environnementales   des   maladies   mentales,  
recherches  sur  la  schizophrénie  



H.  Stierlin  

 

 

Les approches psychoéducatives familiales
Orientations

pédagogique

psychologique

comportamenetale

éducationnelle
• Groupes
psychoéducatifs de
parents
(par ex. Profamille)
Groupes bifocaux
(par ex. Prelapse)

Groupes multifamiliaux
(McFarlane)

 
Les  

groupes  

bifocaux  

s’adresse   à   l’ensemble   des  
++

++

+

familles.   Les   parents   et   les  
patients  

+++

+

+

thérapeutique
Thérapies monofamiliales
comportementales
(Leff, Falloon, Hogarty,
Tarrier)

 

bénéficient  

du  

même   programme   mais   dans  
des  groupes  séparés.  
 

++

++

+++

 
 

++

+++

+++

 

​UNIVERSITÉ DE FRIBOURG / UNIVERSITÄT FREIBURG | FACULTÉ DES SCIENCES / MATH.-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT | M. Merlo |
Medizinische Psychologie und Soziologie – II.06 | 16. März 2015

Thérapies  narratives  

Deleu et Chambon, 1999

Les  thérapies  narratives  prônent  le  recours  aux  métaphores  et  ciblent  l’histoire  de  vie.  

 



La  déconstruction  du  récit  source  de  problème  



La  conversation  thérapeutique  



L’équipe  réfléchissante  

25  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
 

Génogramme  
Le  génogramme  est  une  variante  d'arbre  généalogique  utilisé  en  psychogénéalogie.  
Il  représente,  en  plus  de  l'arbre  généalogique  classique,  les  liens  psychologiques  ayant  affecté  les  ancêtres  de  
la   personne   étudiée,   voire   les   faits   marquants   et   les   liens   affectifs.   Il   est   l'outil   principal   de   certaines  
techniques  psychothérapiques  
 

Constructivisme  
Le  constructivisme  est  une  épistémologie  des  systèmes  observants-­‐observés  qui  affirme  l’importance  de  la  
relation  dans  l’acte  de  connaître,  et  qui  cherche  à  être  une  alternative  au  réalisme  et  à  l’idéalisme.  
Le   constructivisme   postule   une   interaction   entre   le   monde   et   les   organismes   qui   élaborent   des   modèles   de  
l’environnement.   La   réalité   n’est   ni   un   pur   état   indépendant   de   l’observateur,   ni   un   pur   produit   des  
représentations  cognitives.  
 

Principales  techniques  de  la  thérapie  systémique  selon  Carr  (2000)    
1. Le  comportement  (pattern  comportemental  qui  maintient  le  problème)  


Créer  un  contexte  thérapeutique  comme  exception  aux  pattern  maintenant  le  problème  



Changer   les   pattern   maintenant   le   problème   au   moyen   de   séances   thérapeutiques  
recourant  à  la  mise  en  situation  



Recourir  à  des  tâches  à  effectuer  entre  les  séances  



L’entraînement  aux  habilités  



Le  changement  des  conséquences  des  comportements  

2. Le  système  de  croyances  et  narrations  


S’adresser  à  l’ambivalence  



Souligner  les  forces  



Redéfinir  les  problèmes  



Proposer  des  perspectives  multiples  
o



Ex  :  aide  à  l’adoption  :  couple  qui  a  des  problèmes  avec  une  adoption  pourrait  en  discuter  à  la  
place  de  rester  passif  et  de  subir.  

Externaliser  les  problèmes  et  construire  à  partir  des  exceptions  
o

Ex  :   patient   dépressif  :   il   n’est   pas   dépressif   mais   il   a   une   dépression,   et   cette   dépression,   il  
peut  la  décrire  et  l’extérioriser.  

3. Les  facteurs  historiques,  contextuels  et  constitutionnels  


Travailler  les  enjeux  de  la  famille  d’origine  
o

Ex  :  problème  d’identité  à  l’adolescence  



S’occuper  des  enjeux  contextuels  



Travailler  les  facteurs  constitutionnels  

 

 

26  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
Efficacité  de  la  thérapie  familiale  


Les  troubles  de  l’humeur  



Les  problèmes  de  délinquance  juvénile  



Les  troubles  anxieux  



Les  conduites  toxicomaniaques  



Les   troubles   psychosomatiques   chez  



Les  troubles  alimentaire  

l’enfant  et  l’adulte  



Schizophrénie  



Les  troubles  psycho-­‐sexuels  

et  

autres  

troubles  

psychotiques  

 

Evaluation  du  fonctionnement  de  la  famille    
Les  familles  saines  
1. comme  satisfaisant  dans  la  perspective  des  membres  de  la  famille  et  de  l’observateur  ;  
2. les  routines  familiales  répondnet  aux  besoins  des  membres  de  la  famille  et  
3. changent  avec  souplesse  selon  les  circonstances  et  les  transitions  développementales  ;  
4. les  relations  familiales  se  passent  généralement  avec  un  faible  niveau  d’anxiété  
5. avec   une   compréhension   relativement   claire   des   rôles   au   sein   de   la   famille   et   par   rapport   au  
monde  extérieur  ;  
6. les  conflits  occasionnels  sont  résolus  par  la  communication  et  la  négociation  ;  
7. la  gamme  des  sentiments  exprimés  est  assez  large,  
8. avec  une  atmosphère  générale  de  chaleur,  d’optimisme,  et  de  partage  de  valeurs.  
Les  familles  gravement  perturbées  et  chaotiques  
1. sont  ouvertement  conflictuelles,  à  la  fois  entre  les  parents  et  entre  les  générations.  
2. Le  niveau  d’anxiété  est  élevé  et  la  confiance  de  base  est  faible  ;  
3. les   décisions   concernant   les   relations   avec   la   famille   et   avec   des   personnes   extérieures   n’ont   pas   été  
résolues,  parfois  pendant  des  années  ;  
4. les  routines  familiales  sont   désorganisées,  avec  une  communication   perturbatrice,  dure  à  suivre  et  
fragmentée  ;  
5. l’empathie,  la  chaleur  et  la  bienveillance  sont  rarement  ou  jamais  exprimées  
6. le  désespoir  et  le  cynisme  sont  omniprésents  ;  
7. la  menace  d’une  explosion  de  violence  physique  est  constamment  présente  dans  certaines  familles,  
dont  les  membres  se  sentent  menacés  physiquement  ou  psychologiquement.  
 

Thérapies  humanistes  
Idée   principale   :   L’être   humain   est   vu   comme   un   être   fondamentalement   bon   se   dirigeant   vers   son   plein  
épanouissement.    
Buts   :   permettre   à   tout   individu   de   se   mettre   en   contact   avec   ses   émotions   et   ses   perceptions   afin   de   se  
réaliser  pleinement  -­‐>  atteindre  l’actualisation  de  soi.  
 

 

27  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
Figures  importantes  :  


Abraham  Maslow  :  considéré  comme  le  père  de  l’approche  humaniste,  pyramide  des  besoins  



Carl  Rogers  :  sa  méthode  est  l’approche  centrée  sur  la  personne  



Viktor  E.  Frankl  :    créateur  d'une  nouvelle  thérapie,  qu'il  baptise  logothérapie,  qui  prend  en  compte  
le  besoin  de  «  sens  »  et  la  dimension  spirituelle  de  la  personne.  

 

Maslow  et  sa  pyramide  des  besoins  (1970)  
Idée  principale  :    
L’individu   a   la   capacité   de   se   dépasser   (actualisation   de   soi)   et   le   désir   de   satisfaire   différents   besoins  
organisés  selon  une  hiérarchie.  La  satisfaction  des  besoins  inférieurs  permet  d’être  motivé  par  des  besoins  
supérieurs  qui  eux  permettent  de  chercher  à  s’actualiser  et  à  de  se  développer  personnellement.    
Pour  s’actualiser,  la  personne  doit  créer  et  maintenir  un  équilibre  entre  ses  besoins  personnels,  sa  capacité  
d’adaptation  et  les  agents  stressants  
Thérapies
humanistes : Abraham Maslow
Besoins de compréhension cognitive (recherche de connaissances);
Besoins esthétiques (arts = lire, voyager, peindre) →recherche
continuelle
=> besoins de se dépasser, de changer
Transcendance
Réalisation de soi

Sentiment d'être utile et d'avoir de la valeur, acceptation de soi,
développement de l'indépendance
(se faire complimenter et encourager, bonnes notes, augmentation de salaire)

Besoin esthétique
Besoins cognitifs
Besoins individuels
Besoins sociaux
Besoin de sécurité
Besoins physiologiques

Pyramide
besoins
Besoinsdes
sociaux:
affectivité, estime de la part des autres,
appartenance
(1970) (avoir des amis, une bonne relation familiale)
Besoins physiques et psychologiques de sécurité, de propriété,
de maîtrise de l'environnement (avoir un logement, avoir un travail)
Besoins fondamentaux au maintien de la vie (dormir, manger,...)
Si manque = impact sur les autres besoins

 

​UNIVERSITÉ DE FRIBOURG / UNIVERSITÄT FREIBURG | FACULTÉ DES SCIENCES / MATH.-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT | M. Merlo |
Medizinische Psychologie und Soziologie – II.6.3 | 26. April 2016

 

Rogers  


Un  type  non-­‐directif  de  la  thérapie  



La  thérapie  centrée  sur  la  personne  :    
«  Les  patients  ont  la  responsabilité  de  découvrir  lesquelles  de  leurs  façons  d’agir  et  de  penser  
sont  inadaptées,  tandis  que  le  rôle  du  thérapeute  est  de  créer  une  atmosphère  accueillante  au  
sein  de  laquelle  le  client  peut  explorer  librement  des  idées  et  des  sentiments  importants.  »    



Le   thérapeute   rogérien   établit   une   relation   thérapeutique   basée   sur   3   qualités   importantes   de   la  
communication  :    
o

 

Empathie  :  habilité  à  comprendre  et  à  partager  l’expérience  intérieure  d’une  autre  personne.  

28  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
o

Chaleur   (considération   positive   inconditionnelle,   non-­‐jugement)   :   attitude   de   sincère  
bienveillance   envers   les   personnes.   Les   clients   sont   considérés   avec   respect   et   n’ont   pas   à  
prouver  leur  valeur  pour  gagner  l’estime  du  thérapeute.  

o

Authenticité  ou  congruence  :  conscience  de  ses  vraies  pensées  et  de  ses  vrais  sentiments,  ainsi  
que  la  capacité  d’en  faire  part  honnêtement  aux  autres.  Satisfait  ou  non  des  progrès  de  son  
client,   le   thérapeute   n’hésite   pas   à   lui   en   faire   part   (critiquer).   Il   peut   renvoyer   à   des  
expériences   personnelles   pour   montrer   qu’il   peut   s’en   sortir   et   qu’il   n’est   pas   seul   dans   ce  
cas.  

Thérapie  cognitivo-­‐comportementale  (TCC)  
«  Tout  comportement  est  une  réaction  à  un  stimulus.  »  
«  Les  comportements  humains  ou  les  personnalités  sont  déterminés  par  l’apprentissage.  »  
Figures  importantes  :  


Ivan   Pavlov  :   précurseur   du   conditionnement   répondant/classique,   prix   Nobel   en   1904   pour   sa  
recherche   sur   la   salivation,   découverte   accidentelle   comme   la   salivation   sans   nourriture   et  
l’apprentissage  par  association  avec  un  stimulus.  



Burrhus  Skinner  :  influencé  par  Pavlov,  fondateur  du  conditionnement  opérant.  



Aaron   Beck  :   père   de   la   thérapie   cognitive,   triade   de   Beck   (décrivant   les   facteurs   alimentant   la  
dépression  majeure,  soit  des  idées  négatives  sur  soi-­‐même,  le  monde  et  le  futur).  



Joseph   Wolpe  :   connu   pour   ses   théories   et   expériences   au   sujet   de   ce   qui   s'appelle   maintenant   la  
désensibilisation  systématique  dans  les  phobies.  



Albert  Ellis  :  développe  la  thérapie  rationnelle-­‐émotive.  

 

Définition  
Le  terme  Thérapie  cognitivo-­‐comportementale  regroupe  des  procédures  de  traitement  qui  sont  fondées  sur  
les  résultats  de  la  psychologie  expérimentale,  en  particulier  de  la  recherche  sur  l’apprentissage.  
Cette   thérapie   considère   les   facteurs   prédisposant,   les   conditions   de   déclenchement   et   de   maintien   des  
problèmes,  et  elle  est  orientée  sur  les  objectifs  et  les  comportements  ;  elle  est  une  aide  à  s’aider  soi-­‐même.  
 

 Apprentissage  :  conditionnement  opérant  
Précurseur   :   Thorndike,   il   met   un   chat   dans   une   cage   vitrée   où   il   y   a   un   levier   pour   l’ouvrir   et   de   l’autre   côté  
de   la   nourriture.   L’obtention   de   la   nourriture   (agent   de   renforcement)   va   accélérer   l’apparition   du  
comportement  recherché  (sortir  de  la  cage  en  actionnant  le  levier)  =>  loi  de  l’effet.  
Fondateur  :  Skinner  (1904-­‐1990)  
Stimulus==>Réponse  ⇔  Conséquence  

 

29  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
Contingence  :  relation  de  dépendance  entre  le  comportement  et  ses  conséquences,  la  réponse  R  est  suivi  par  
un  agent  de  renforcement  C  qui  opère  sur  R  en  l’augmentant  ou  le  diminuant.  
Renforcement  :  a  pour  but  d’augmenter  l’apparition  d’un  comportement.  Le  renforcement  est  toujours  bien  
perçu  par  le  sujet.  Il  existe  deux  types  de  renforcement  :  


Positif  (ajoute  une  conséquence  positive)  VERSUS  Négatif    (supprime  une  conséquence  négative)  



Primaire  (naturels,  non  appris  et  biologiques)  VERSUS  Secondaire  (non  naturels  et  appris)  

Punition  :  a  pour  but  de  diminuer  l’apparition  d’un  comportement.  La  punition  est  toujours  mal  perçue  par  le  
sujet.  Il  existe  deux  types  de  punition  :  


Positive  (ajoute  une  conséquence  négative)  VERSUS  Négative  (supprime  une  conséquence  positive)  

Façonnement  :   procédure   au   cours   de   laquelle   on   renforce   des   approximations   successives   du  
comportement  souhaité  ;  s’emploie  lorsque  la  probabilité  que  le  comportement  survienne  spontanément  est  
faible.  Ex  :  des  pigeons  jouant  au  ping-­‐pong.  


Continu  VERSUS  intermittent  

 

Apprentisage  :  Modèle  SORKC  
Le   Modèle   SORKC   est   un   élargissement   du   concept   de   conditionnement   opérant   selon   Skinner,   auquel  
Kanfer  et  Saslow  ont  ajouté  les  éléments  cognitifs  O  (organisme)  et  K  (contingence).  
Grille   de   Kanfer   et   Saslow  :   un   ensembjles   de   questions   permet   le   recueil   d’informations,   base   de   la  
constitution  du  dossier.  Cette  enquête  est  structurée  autour  de  5  thèmes  :  S-­‐O-­‐R-­‐K-­‐C.  


Contenu  du  comportement  :  fréquence  –  intensité  –  durée  –  contexte.  S’exprime-­‐t-­‐il  par  un  excès  ou  
un  déficit,  à  quel  moment  particulier  peut-­‐il  être  estimé  comme  ayant  été  normal.  



Origine  du  comportement  :  où  –  quand  –  comment  –événement  à  priori  en  rapport  –  avec  qui.  



Conséquences  :  repérer  le  renforcement  positif  ou  négatif,  bénéfice  secondaires  et  évitements.  

 

Thérapie  cognitivo-­‐comportementale  (TCC)  
Hypothèse  de  base  :    
Tout   comportement   se   base   sur   des   processus   d’apprentissage,   par   conséquent   un  
comportement  pathologique  est  également  le  résultat  d’un  apprentissage.  
Le   comportement   pathologique   est   considéré   comme   comportement   appris   de   façon   erronée,   le  
traitement   inclut   «  d’apprendre   ce   qu’on   a   mal   appris  »   ou   un   «  nouvel   apprentissage   de   choses   non  
apprises  »   à   l’aide   d’exercices   mentaux.   Le   traitement   consiste   en   une   planification   stricte,   une   activité   du  
thérapeute  similaire  à  un  enseignant,  ainsi  qu’une  coopération  active-­‐pratique  du  patient.  
Le  symptôme  est  la  cible  du  traitement.  

 

30  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
La  planification  concrète  en  thérapie  est  basée  sur  l’analyse  du  problème  ou  du  comportement.  Elle  vise  à  
la   saisie   de   la   dépendance   du   comportement   de   certaines   conditions   de   stimulation,   donc   la   chaine   de  
fonction  :  déclenchement  –  comportement  –  conséquences.  
 

Techniques  de  TCC  
Techniques  de  contrôle  (exposition  au  stimulus)  


Désensibilisaiton  systématique  (in  sensu  =  dans  l’imagination,  in  vivo  =  dans  la  réalité)  
o

Ex  :  phobie,  alcoolisme  



Exposition  excessive  («  Flooding  »,  exposition  et  évitement  de  la  réaction)  



Extinction  



Interventions  paradoxales  
Techniques  de  contrôle  des  conséquences  (méthodes  opérantes)  



Renforcement  



Extinction  



«  Méthodes  punitives  »  :  thérapie  aversive  
o

Ex  :   alcoolisme  :   médicament   que   le   patient   prend   et   s’il   boit   de   l’alcool   cela   produit   des  
effets  secondaires  importants  



«  Time-­‐out  »  
Techniques  d’apprentissage  au  modèle  
Techniques  de  contrôle  de  soi-­‐même  (estime  de  soi)  



Auto-­‐observation/-­‐contrôle  



Arrêt  de  la  pensée  (méthode  méditative  pour  arrêter  les  pensées  négatives)  

 
Désensibilisation  systématique  :  


Synonyme  :  direction  



La   désensibilisation   systèmatique   implique   qu’un   stimulus   conditionné   couplé   avec   un   stimulus  
conditionné  incompatible  avec  l’état  d’anxiété  ;  à  savoir  la  relaxation,  réduit  l’anxiété.  

Technique  d’exposition  :  


Synonymes  :  thérapie  de  surcharge  sensorielle,  relance  le  traitement  de  confrontation,  Flooding  



La   thérapie   de   surcharge   sensorielle   place   d’abord   la   situation   redoutés   par   le   patient   dans  
l’imagination  (in  sensu)  puis  dans  le  réel  (in  vivo).  Il  doit  rester  dans  cette  situation  jusqu’à  ce  que  la  
peur  disparaisse.  

 
 

 

31  

Laura  Mettraux  

Psychologie  et  sociologie  médicale  MH.  4109  

Prof.  Merlo  

 
Construction  de  compétences  sociales  :  


Synonymes  :  entrainement  aux  compétences  sociales,  auto-­‐affiramtion/  »Assertiveness-­‐Training  »  



La  «  formation  de  contact  »  se  fait  souvent  par  le  biais  de  jeux  de  rôle  en  groupe.  Elle  aidera  le  patient  
à  affirmer  ses  propres  revendications  et  à  les  appliquer.  



Résolution  de  probles  



Entraînement  à  la  communication  

 

Indications  de  la  TCC  


Phobies  



Troubles  alimentaires  



Troubles  de  l’anxiété  et  de  panique  



Troubles  dépressifs  



Troubles  obsessifs-­‐compulsionnels  

 

Comparaison des méthodes psychothérapeutiques
Psychanalyse
classique

TCC

Thérapie
humaniste

Thérapie
systémique

Focus temporel

orienté vers le passé

orienté vers le
présent

principalement orienté
vers le présent

orienté vers le présent
et futur

Activité du
thérapeute

«abstinent/neutre
-indiffèrent»
(minime)

psychoéducative
(grande)
coopération

«non-directive»
(moyen)

Thérapeute comme
modérateur
(moyen)

Indications
principales

«Névroses»
Troubles de la
personnalité

Phobies
Dépression
Troubles obsession.

Névroses
Troubles
psychosomatiques

Névroses

Objectifs

Elaboration de
conflits
intrapsychiques
Reconnaissance de
motifs inconscients
Restructuration de la
personnalité

Réduction ou
suppression des
symptômes
Contrôle de soi
Entrainement de
compétences

Construction,
découvert ou
stabilisation de la
propre personnalité

Réduction ou
suppression des
symptômes par le
changement de
patterns
dysfonctionnels de la
pensée et des
structures
relationnelles

Durée moyenne

années

mois

mois

mois

Möller et al. 2014
​UNIVERSITÉ DE FRIBOURG / UNIVERSITÄT FREIBURG | FACULTÉ DES SCIENCES / MATH.-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT | M. Merlo |
Medizinische Psychologie und Soziologie – II.6.3 | 26. April 2016

 

32  


Aperçu du document Psychologie et sociologie médicale.pdf - page 1/32
 
Psychologie et sociologie médicale.pdf - page 3/32
Psychologie et sociologie médicale.pdf - page 4/32
Psychologie et sociologie médicale.pdf - page 5/32
Psychologie et sociologie médicale.pdf - page 6/32
 




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


psychologie et sociologie medicale
13 12 1610h15 12h15 partie 1
act et onco plan de latelierpsymedcis 2018
concepts sh
doc news n 30 31 mai 2016
eeg et sommeil

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.137s