Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



Impact de l'alimentation sur la sante bucco dentaire .pdf



Nom original: Impact de l'alimentation sur la sante_ bucco-dentaire .pdf
Auteur: thierry JANTET

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Word 2010, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 08/04/2017 à 13:59, depuis l'adresse IP 82.250.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 454 fois.
Taille du document: 493 Ko (7 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Journal du cabinet
N° 6.

1

Impact de l'alimentation /
nutrition sur l'état de santé
bucco-dentaire.
• Rappels.
Qu'est-ce que le parodonte ou périodonte ? C'est l'ensemble des tissus de soutien de la dent.
Il comprend :
-

L’os alvéolaire du maxillaire (mâchoire supérieure) ou de la mandibule (mâchoire
inférieure) ;
le ligament alvéo-dentaire (ou desmodonte) ;
la gencive;
le cément de la racine dentaire dit « cément radiculaire » ;
des éléments nerveux (récepteurs parodontaux ou propriocepteurs desmodontaux,
récepteurs algiques, fibres nerveuses) ;
des vaisseaux sanguins (artérioles, veinules).

2

Qu'est-ce que la maladie parodontale? C'est une maladie inflammatoire chronique des différents
éléments du parodonte cités ci-dessus.
Cette inflammation chronique entraîne dans le temps la destruction progressive des tissus de
soutien des dents jusqu'à la perte de celles-ci.
Cette maladie est fréquente:
- Elle réduit la fonction masticatrice,
- Elle est inesthétique,
- Elle provoque la perte des dents,
- Elle est invalidante,
- Elle entraîne une inégalité sociale,
- Elle réduit la qualité de vie,
Elle altère l'image de soi et la confiance en soi
(Je vous invite à lire mon article sur la maladie parodontale sur le présentoir)

• Introduction.
Qu'est-ce que la nutrition?
La nutrition est l'ensemble des processus d'assimilation et de dégradation des aliments dans un
organisme vivant. Cette assimilation et cette dégradation produisent des nutriments qui
permettront à cet organisme vivant d'assurer ses fonction essentielles, sa croissance et son
développement.
Les nutriments servant au développement de ces organismes vivants se divisent en 2 catégories:
Les macronutriments : Ce sont les protéines, glucides, lipides et alcools. Ils constituent l'essentiel
des aliments. Les protéines sont le matériau de base qui compose la structure physique du corps,
tandis que les glucides et les lipides sont surtout de nature énergétique : le carburant.
Les micronutriments présents en très petites quantités dans les aliments ne fournissent pas
d'énergie, mais sont nécessaires au fonctionnement des cellules. Ils comprennent plus d'une
centaine de vitamines et de minéraux. Ces derniers se divisent en minéraux majeurs (apports
quotidiens de l'ordre du gramme : sodium, potassium, calcium, phosphore, magnésium, etc.) et en
oligo-éléments ou éléments traces (apports inférieurs à une centaine de microgrammes).

3

Rôles de la nutrition dans l'état de santé général et sur le
parodonte.
Les dernières études médicales mondiales montrent de façon évidente qu'un déséquilibre dans
l'alimentation d'une personne favorise chez celle-ci l'apparition de maladies cardio-vasculaires,
de diabète de type I ou II, d'obésité, de syndrome métabolique et de polyarthrite rhumatoïde.
Toutes ces maladies sont des pathologies inflammatoires chroniques.
Selon l’OMS, 1,7 million de décès dans le monde sont imputables à une insuffisance de
consommation en fruits et légumes de qualités. C'est à dire de fruits et légumes ne venant pas
de la grande distribution.
Dernièrement, une méta-étude médicale Européenne, a démontré une relation directe entre "la
mal bouffe" et le mauvais état bucco-dentaire de l'homme.

Mécanismes d'action de l'alimentation sur l'état de
santé bucco-dentaire.
Les aliments sont composés de nutriments pro-inflammatoires et d'autres anti-inflammatoires:
Exemple:
Les produits laitiers non fermentés, les huiles raffinées, les graisses animales, la charcuterie, les
sucres raffinés, les acides gras saturés sont des aliments pro-inflammatoires.
Ils contiennent des Eléments Oxygénés Activés. (EAO)
La consommation d'aliments pro-inflammatoires entraîne un stress oxydatif des cellules du corps
qui engendre une inflammation et une dégradation de l’ADN des cellules de notre corps.
A l’inverse, les produits tels que les fruits, les légumes non-industriels ( ne venant pas de la grande
distribution), les huiles végétales non raffinées, les légumes secs, les fruits secs, les légumineuse,
le sucre complexe non raffiné.... sont des aliments anti-inflammatoires.
Ces aliments contiennent des agents antioxydants (AO) qui vont :





Réduire la production des radicaux libres dans le corps,
Protéger les molécules organiques,
Stimuler les facteurs anti-inflammatoires de notre corps,
Prévenir la résistance à l’insuline.

Ces agents antioxydants contiennent les éléments suivant :












Oméga-3,
Vitamines C,
Vitamines D2, D3,
Vitamine E,
Vitamine B9,
Calcium,
Magnésium,
Cuivre,
Fer,
Zinc,
Polyphénols. (Contenu dans le thé vert, le vin, le raisin.)

4

Les éléments cités ci-dessus permettent au corps de lutter contre les infections, contre la
dégradation de l’os alvéolaire et les tissus de soutient de la dent (« Déchaussement, saignement
des gencives »), d’améliorer la cicatrisation muqueuse et osseuse.
Les vitamines D2 et D3 permettent plus particulièrement une meilleure absorption du calcium et du
phosphore.
La plupart des produits très bon marché achetés dans la grande distribution et provenant de
l’agriculture intensive ne valent plus grand-chose sur le plan nutritif : ils nourrissent, remplissent,
mais n’apportent rien à la santé et contribuent à nos carences. Comme on peut s’y attendre, ils
contiennent de plus en plus d’eau, de produits toxiques, de conservateurs, de modificateurs
hormonaux et de moins en moins de nutriments tels que les lycopènes, Oméga-3, Vitamine C,
Vitamines D2, D3, Vitamine E, Vitamine B9, Calcium, Magnésium, Cuivre, Fer, Zinc, Polyphénols

Avec l'augmentation des rendements agricoles, nos aliments sont devenus des coquilles vides de
nutriments. Combien de pêches, d'oranges, de brocolis faut-il ingurgiter pour retrouver les bienfaits
d'il y a un demi-siècle ?
Manger toujours plus, pour se nourrir de moins en moins. Tandis que, dans les pays développés,
nos apports en calories augmentent, la plupart des aliments non transformés que nous
consommons – fruits, légumes et céréales – deviennent des coquilles vides sur le plan nutritionnel.
Une dizaine d’études d’universités canadiennes, américaines et britanniques, publiées entre 1997
et aujourd’hui, font état d’une dégringolade de la concentration en nutriments dans nos aliments.
Ces travaux sont résumés dans l’étude « Still no free lunch » de Brian Halweil, chercheur au
Worldwatch Institute
Les agents antioxydants comme les vitamines A et C, les protéines, le phosphore, le calcium, le
fer et autres minéraux ou oligo-éléments ont été divisés par deux, par vingt-cinq, voire par cent, en
un demi-siècle. Pour retrouver les qualités nutritionnelles d’un fruit ou d’un légume des
années 1950, il faudrait aujourd’hui en manger une demi-cagette !
Exemple :





Vitamine C : une pomme hier = 100 pommes aujourd’hui
Vitamine A : une orange hier = 21 oranges aujourd’hui
Fer : la viande en contient aujourd’hui deux fois moins
Calcium : Le brocoli en contient aujourd’hui quatre fois moins,

Hier, quand nos grands-parents croquaient dans une pomme, ils avalaient 400 mg de vitamine C,
indispensable à la fabrication et à la réparation de la peau et des os. Aujourd’hui, les
supermarchés nous proposent des bacs de Golden standardisées, qui ne nous apportent que
4 mg de vitamine C chacune. Soit cent fois moins.
Précieuse pour notre vue et nos défenses immunitaires, la vitamine A est en chute libre dans 17
des 25 fruits et légumes scrutés par des chercheurs canadiens dans une étude synthétisée pour
CTV News.
Dans son étude [1] publiée dans la revue Nutrition et Heath, le chercheur américain David Thomas
constate qu’à poids égal un même morceau de viande apporte deux fois moins de fer qu’un demisiècle auparavant

5

Le brocoli contenait 12,9 mg de calcium par gramme en 1950, il n’en renfermait plus que 4,4 en
2003. Or le calcium est essentiel dans la construction osseuse et la coagulation du sang
Sur les 25 légumes étudiés dernièrement par une équipe de recherche Canadienne, 80% ont vu
leur teneur en calcium et en fer décliner
La pomme de terre a perdu en 50 ans 100 % de sa vitamine A, qui est importante pour une bonne
vision ; 57 % de sa vitamine C et de son fer, un élément clef de notre système sanguin ; et 28 %
de son calcium, essentiel à nos os et nos dents. »
Les différents gouvernements Nord-Américains et Européens ont été interrogés par les
chercheurs et les journalistes…. Aucune réponse, mutisme complet.
Quant à l’industrie agroalimentaire mondiale, elle se frotte les mains car elle va vendre 4 à 5 fois
plus de légumes, céréales et fruits pour que le citoyen lambda puisse avoir son quota de
nutriment essentiel à sa bonne santé.

En conclusion.
Chers patients / Patientes vous n’avez plus que 2 choix possibles :
Changer votre façon de vous approvisionner en nourriture en privilégiant les circuits courts locaux,
des producteurs bio ou ayant une étique, en privilégiant la qualité des produits achetés,
Ou en complémentant votre alimentation par l’achat de compléments alimentaires vous apportant
les micronutriments essentiels à votre santé bucco-dentaire.
Je vous donne donc ici 2 produits destinés à renforcer votre parodonte :
Le Parobiotique (Prendre 2 gélules matin et soir pendant 6 mois)
Le Parocomplex (Prendre 2 gélules matin, midi et soir pendant 6 mois)
Voici les liens Internet sur lesquels vous pourrez acheter ces compléments/
http://www.activpharma.com/fr/produits-bien-etre-parapharmacie/332-parocomplex-bien-etrebuccal-180-gelules-3700729601263.html

http://www.activpharma.com/fr/produits-bien-etre-parapharmacie/334-parobiotic-bien-etre-buccal120-comprimes-3700729601287.html
En espérant que cet article vous fasse prendre conscience de l’importance de la qualité de vos
aliments dans votre santé en général et plus particulièrement dans votre santé bucco-dentaire.

Dr Thierry JANTET

6

Voici pour vous aider un tableau des principales sources d’aliments antioxydants/
antiinflammatoires :

Les aliments à éviter favorisant les réactions inflammatoires sont les suivants :
Le pain blanc, toutes les farines raffinées, tous les sucres blancs raffinés, les céréales
industrielles,
Les beurres hydrogénés et huiles raffinées,
Les fromages à pâtes fermentées,
Les pâtisseries, les biscuits industriels, confiseries, sodas, alcools.
Les huiles hydrogénées, les graisses animales, le beurre de cacao.
Les viandes transformées.
_____________________________________________________________________________

7


Documents similaires


Fichier PDF catalogue poduits ariix 2 jpg
Fichier PDF aliments
Fichier PDF 10 aliments qu039on croit sains a tort 2015 03 02
Fichier PDF vitc calcium mg fiche
Fichier PDF dietetique
Fichier PDF position aad


Sur le même sujet..