Lettre ouverte Monsieur le Maire .pdf


Nom original: Lettre ouverte - Monsieur le Maire.pdfTitre: Lettre ouverte - Monsieur le MairexAuteur: t12cgt

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par PDFCreator Version 0.8.1 / AFPL Ghostscript 8.50, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/01/2018 à 18:17, depuis l'adresse IP 86.234.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 411 fois.
Taille du document: 57 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


LETTRE OUVERTE
Monsieur le Maire, Monsieur le Président du Conseil de surveillance,
Nous, personnel paramédical des Urgences de Saint-André, souhaitons vous interpeller au sujet de notre
situation.
Depuis le 27 décembre 2017, nous sommes en grève.
Nos revendications, bien modestes, sont les mêmes que celles de nos collègues soignants à travers toute la
France : nous demandons simplement assez d’agents pour pouvoir assurer un service public de qualité.
Cela fait plus de 2 ans, maintenant, que seule notre conscience professionnelle individuelle et collective
permet d’assurer une continuité et une qualité de soins digne de ce nom.
En effet, notre effectif et nos conditions de travail ne le permettent pas :
- un effectif minimum déterminé par la direction, non suffisant au regard de la charge en soins en constante
augmentation,
- un effectif minimum assuré quotidiennement grâce à nos retours sur repos et autres acceptations
d’heures supplémentaires en cas d’absence de nos collègues,
- des journées en sous effectif devenues la norme,
- une maltraitance institutionnelle avec des appels à domicile aux heures indues (parfois 6 heures du
matin), quotidiennement et de manière culpabilisante en cas de refus de notre part,
- une incapacité à accueillir les nouveaux arrivants jamais doublés. Leurs conditions d’arrivée dans notre
service sont angoissantes et dangereuses pour eux, pour le corps médical et pour nous,
- un taux d’agents contractuels beaucoup trop important (un peu plus de 20 % actuellement, mais qui a pu
monter à plus de 26 %) qui sert de variable d’ajustement à notre hiérarchie afin que le planning puisse
« passer » : obligation de travailler de nuit sans la prime, embauche à temps partiel de manière imposée,
travail en 12 heures ou plus de 5 week-end d’affilés…
- des difficultés à encadrer les étudiants en soins infirmiers et élèves aide- soignants,
- une instabilité chronique du planning (des trames éditées le 15 du mois, n’ayant plus cours le 17) nous
empêchant d’avoir des conditions de vie normales : les mamans d’enfants en bas âge passent leur temps à
jongler avec les structures d’accueil de leurs enfants, nous ne pouvons jamais anticiper sereinement nos
vacances, nous ne pouvons pas prendre rendez-vous chez le dentiste ou le gynécologue quand les délais
d’attente sont désormais de 3 mois minimum.
Notre vie professionnelle, à ce point frustrante et harassante, nuit à notre vie personnelle, ça n’est plus
supportable.
En agents responsables nous avons alerté régulièrement et avec une insistance croissante notre hiérarchie,
sans succès.

Dans le cadre de notre grève, la direction nous a reçu à 2 reprises, le 26 décembre 2017, dernier jour de
préavis déposé le 19 et le 9 janvier 2018.
Elle reste sourde à nos demandes et nie le sous effectif, réduisant la réalité à des difficultés d’organisation.
Cette réponse met en évidence la méconnaissance immense du terrain dont notre direction fait preuve.
Pour un usager, les Urgences c’est : un temps d’attente de plus en plus long ; une prise en charge dans des
conditions à la limite de la décence : des personnes âgées, très âgées qui attendent dans le couloir, sur des
brancards, contraints à satisfaire leurs besoins élémentaires sans intimité ; des toilettes non faites par
manque de personnel ; des patients attendant un lit d’hospitalisation plus de 24 heures ; des patients
transférés dans des structures privées voisines faute de place sur le CHU…
Comment nier ces réalités, celle des patients et la notre et ne parler que de « démarche qualité »,
« sécurité des soins » ou encore « efficience des soins » ?
Le discours de notre direction dans les médias et auprès de nous est à l’exact opposé de ce qu’est la réalité
dans les services.
Nous vous demandons de bien vouloir intervenir par tous les moyens afin que notre cri d’alarme soit
entendu, à la fois en tant que Maire de Bordeaux, responsable de la population et de sa santé, et en tant
que Président du Conseil de surveillance du CHU.
Merci par avance de votre attention et de votre bienveillance.
Veuillez agréer, Monsieur le Maire et Monsieur le Président du Conseil de surveillance, l’expression de nos
salutations les plus respectueuses.
L’équipe des Urgences de Saint-André


Aperçu du document Lettre ouverte - Monsieur le Maire.pdf - page 1/2

Aperçu du document Lettre ouverte - Monsieur le Maire.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)


Lettre ouverte - Monsieur le Maire.pdf (PDF, 57 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


lettre ouverte monsieur le maire
gazette des sudistes du 07 02 2020
chs ctheh26 09 2018 1
tract rassemblement heh fo cgt sud du 15 02 17 1
chs ct heh 24 02 2014
chs ctheh16 05 2018

Sur le même sujet..