Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



LVL101 Chapitre 3 Acides nucléiques .pdf



Nom original: LVL101 Chapitre 3 Acides nucléiques.pdf
Titre: LVL101 Chapitre 3 Acides nucléiques
Auteur: Pierre Tartiere

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Pages / Mac OS X 10.7.2 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 03/11/2011 à 21:46, depuis l'adresse IP 92.151.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1548 fois.
Taille du document: 5.1 Mo (12 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Constituants des acides nucléiques
Chapitre n°3 Les acides nucléiques

Chapitre n°3 les acides nucléiques.

Acide phosphorique ou phosphate (phosphate inorganique, Pi)
Enchaînement de monomères (nucléotides) = polymères
O

O

F. Miescher est un scientifique qui a isolé une substance riche en phosphore qu’il appelle
«nucléide».
H3PO4
HPO42HO
P
OH
OP
OH
De 1919 à 1945, les scientifiques montrent que cette nucléide est composée d’acides
OH formés par un enchaînement
Onucléiques et qui étaient
de monomères (Polymère).
forme ionisée au pH intra-cellulaire

L’acide désoxyribonucléique = Porteur universelle de l’IG (Information génétique)
L’ARN : il en existe différentes formes, aux fonctions différentes.

Constituants des acides nucléiques

L’ARN est toujours issu du décodage d’une molécule d’ADN, tout les ARN ne sont pas
traduit en protéine.
On retrouve cet ARN dans le noyau, les mitochondries, les plastes, et dans le cytoplasme.

I Constituants des acides nucléiques.

Acide phosphorique ou phosphate (phosphate inorganique,
Poly page Pi)
9

Acide phosphorique ou phosphate!

!

(Phosphate inorganique, Pi)

O

H3PO4

HO

P

O
O-

OH

P

OH

HPO42-

Constituants des
acides nucléiques
OH
O-

forme ionisée au pH intra-cellulaire

Oses : ribose ou désoxyribose
Ose : Ribose ou Desoxyribose. Le ribose est un pentose qui a 5 Carbones et qui présente
un groupement Aldéhyde, cyclé sous forme furanosique.
$"

$"

&"

%"
#"

!"

%"

&"
!"

#"

Poly page 9

Acides RiboNucléiques

Acide DésoxyriboNucléique

Constituants des acides nucléiques
Poly page 9

Oses : ribose ou désoxyribose

2
$"

$"

Chapitre n°3 Les acides nucléiques

Il existe aussi de nombreuses bases azotées, (Dont leur rôle dans la structure de l’ADN
sera étudié un peu plus loin dans ce cours)
Ces bases sont formées à partir d’un noyau pyrimidique (À savoir dessiner)

On retrouve dans ce cycle, 4 carbones et 2
azotes.
La cytosine, l’uracile, et la thymine sont des
bases pyrimidiques.
,
Mais aussi d’un autre noyau, appelé noyaux Purique (À savoir dessiner)
On retrouve dans ce cycle, 5
carbones et 4 azotes.
L’adénine et la Guanine sont des
bases puriques.

Les bases présentes selon l’Acide :
===> ADN : A,G,C,T
===> ARN : A,G,C,U
Ces bases ont une propriété très spéciale, elles peuvent absorber dans les ultraviolets
(250 nm) grâce aux doubles liaisons conjuguées.

II Arrangements des constituants
A) nucléosides
Les oses jouent le rôle de pivot central dans l’arrangement des acides nucléiques.
L’hydrolyse enzymatique (Partielle) est responsable de la liaison du sucre avec les bases
et les phosphates.

- Nucléoside = ose + base azotée
- Nucléotide = ose + base azotée + phosphate
= Nucléoside + phosphate

Phosphate

Chapitre n°3 Les acides nucléiques Nucléotide

Mais comment les nucléosides se forment-ils ?
Entre autre, comment se lie la base azotée à l’ose ?

Les nucléosides
Nucléoside = ose + base azotée

Le OH du carbone 1’ et le NH
de la base azotée vont réagir.

Les nucléosides

-OH +NH => H20 + Liaison NC

base
azotée
pyrimidique
Nucléoside
= ose
9
1
N ou N base purique
HOH2C
5'

+ base

base
azotée
azotéepyrimidique
9
1
ou N base purique
N

HOH2C
5'

H

O

Ose + Base azotée :

O

liaison N-glycosidique

OH

!-ose

4'
3'

1'
2'

OH

!-ose

4'

H

3'

H2O

(O)H

OH

ARN

1'
2'

-On parle de liaison NGlycosidique
-On qualifie le sucre de
RIBOSE lorsque le carbone 2’ a
un oxygène et un H ( Donc un
OH )

H

-Et de DÉSOXYRIBOSE
lorsque le carbone 2’ est
uniquement lié à un H.

(O)H

ADN

Selon la base liée au ribose ou au désoxyribose on parle d’Adénine de Guanine ou
d’Uracile et enfin de Cytosine pour l’ARN et de même pour l’ADN sauf que L’Uracile est
remplacée par la Thymine.
___________________________
Un nucléotide est composé lui d’un nucléoside ET d’un phosphate.
Poly page 9
Le phosphate et le carbone 5’ du Ribose se lie pour donner une liaison ester (alcool
acide), tout en rejetant de l’h20 tout comme pour la formation de Nucléoside.

4

Les nucléotides
Nucléotide + Phosphate :

Nucléotide = ose + base azotée + phosphate
nucléoside
phosphate

-O

P

base
azotée
pyrimidique

base
azotée
pyrimidique
phosphate
1
9
N ou N base purique
O-

OOH

O
HOH2C
5'

-O

O

P
O

β-ose

4'
3'

OH

O H2C
5'

1'
2'
(O)H

H

1
N
O

H2O

3'

liaison ester
(alcool-acide)

OH

-CH2OH +OH => H2O +
Liaison O-CH2
-On parle de Liaison Ester.

β-ose

4'

-Le carbone 5’ lié à un
groupe «CH2OH» va réagir
avec l’extrémité OH d’un
phosphate :

1'
2'

H

(O)H

-On dit d’un nucléoside qu’il est Monophosphate lorsqu’il se lie à un seul phosphore
-Di phosphate lorsqu’il se lie à deux phosphate
-Triphosphate s’il se lie à 3 phosphates
La dernière liaison est la liaison qui lie les phosphates entre eux : La liaison anhydrides

2. Nucléotides
3. Nomenclature

1. Liaison phosphodiester
2. Conséquences de cette liaison

III. Structure primaire des acides nucléiques
1. Liaison
phosphodiester
Chapitre
n°3 Les
acides nucléiques
2. Conséquences de cette liaison

IV. L’acide désoxyribonucléique AD

IV. L’acide désoxyribonucléique ADN

1. Propriétés spécifiques de l’ADN
2. Modèle de Watson-Crick : la doubl
1)
3. Validité du modèle
V. Les acides ribonucléiques ARN
Il existe
en réalité
1. Différences
avecune
l’ADNdernière liaison : La liaison phosphodiester.
4. Enzymes de restriction
2. Les différents types d’ARN dans la cellule
1. Propriétés
spécifiques
de l’ADN
III Structure
primaire
des
acides nucléiques
2. Modèle de Watson-Crick : la double hélice
3. Validité du modèle
Phosphodiester
4. Enzymes de restriction

3. Les ARN dans la cellule
En effet
deux nucléotides sont liés l’un à l’autre par V.
une Les
liaisonacides
phosphodiester.
ribonucléiques ARN
VI. Autres nucléotides importants
Cet enchaînement de nucléotides est appelé la structure primaire des acides nucléiques.
1. Différences
avec l’ADN
De plus pour qu’un tel enchaînement de nucléotides puisse
exister
(Liaison entre Nucléotides monophosphates et dipho.)2.
il faut
nucléotidestypes d’ARN dans la
Lesdes
différents
I. Constituants des acides nucléiques
Trisphosphates.

Les acides n

II. Arrangements
des constituants
3. Les ARN dans
la cellule

1. Nucléosides
Structure primaire des acides nucléiques
2. Nucléotides
VI. Autres nucléotides
Liaisons
entre 2 importants
nucléotide.
3. Nomenclature

Les nucléotides sont liés les uns aux autres par une liaison phosphodiester

Structure
primaire
des acides nuclé
LaIII.
liaison
entre
deux riboses
OH
HO

P

OH
O

P

O

P

O

O

O

γ

β

α

O H2C
5'

O

β-ose

4'
3'

OH
HO

P

OH
O

P

2. Modèle de Watson-Crick : la double h
Validité du modèle
On 3.
observe
la réaction suivante :
4. Enzymes de restriction

1'
2'

OH

H

Structure primaire d

(O)H

P

O

O

O

γ

β

α

O H2C
5'

2. Les différents types d’ARN dans la ce

3. Les
ARN liés
dans la les
celluleuns aux
Les nucléotides
sont
Le H du premier ribose s’attache

O

β-ose

4'

V. Les=acides
ARN
OH+O
OH + ribonucléiques
Liaison
1. Différences avec l’ADN
Phosphodiester

base
azotée
pyrimidique
1
9
N ou N base purique

OH
O

1. Liaison
phosphodiester
s’effectue
entre
le Carbone 3’ du
2.
Conséquences
cette liaison
premier ribose et ledegroupement
IV.du
L’acide
désoxyribonucléique
OH
phosphate
lié au secondADN
1.
Propriétés
spécifiques
de l’ADN
ribose.

base
azotée
pyrimidique
1
9
N ou N base purique

OH

nucléotides importants
auVI.
O Autres
du deuxième
phosphate,
cette hydrolyse sépare les deux
phosphates du premier.

1'

3'

2'

H

Structure primaire des acides nucléiques
OH

(O)H

Structure primaire des ac
Structure
primaire
des acides
Structure
primaire
de
O P
O P
O H2C

Les nucléotides sont liés les uns aux autres par une liaison phosphodiester
OH
OHEnsuite,OH
le O du premier ribose se
Les nucléotides
sont liés
les uns aux autres pa
lie au premier
phosphate.
OH
HO

P

OH
O

P

O

P

O

O

O

γ

β

α

HO

base
azotée

OH
O H2C
5'

P

O

1
N

O

O

5'
Les nucléotides
liés
les uns
aux
paraux
uneau
Lessont
sont
liésautres
les uns
On
anucléotides
une
Liaison
O Phosphodiester.
O7
OH
OH
OH
! HO P O" P O P

#
β-ose
3'

2'

HO

H

(O)H

O

liaison ester

#
base
azotée

OH
OH
HO

P

OH
O

P

O

O

γ

β

P
OH

O

O

H2C
5'

β-ose
3'
OH

!"

H

HO

(O)H

La liaison phosphodiester met en jeu, le carbone 3 et le
monophosphate

b
!-ose
base
O

4'

az

azotéepyrim
1
3' !-ose
ON

3'

!-ose
OH !-ose

"

+

2'

1' (O)H

4'O

3'

2'
3'

H 2' e
liaison
(O)H
(O)H
O
OH
OH
liaison ester
OH
OH
O H2
P
5
HO P
O P
OH OH
OH
OH
OH
O
OH
OH
O
O HO P
O P P O O PH2C
" O H2C
5'
5'
P
O #P
OH !
O
OO
O
O
O PPi
#
!
"
!

OH

1'
2'

!#

=

1
N

O

α

PPi

O H2C
5'
OH
OH
OH
O
O
O
P HO
O #P
O !P
O H2C
"P O H2CO
5'
5'
O
O
O
O
OH

1'

ba
azo

HO

#

P

!

PPi

OH

O

OH

P

O

P

O

+O

"

O

#

!

"

O

3'

OH

Structure primaire des acides nucléiques

Structure primaire des ac
Les nucléotides
sont liés les des
uns auxacides
autres pa
Structure
primaire

Les nucléotides sont liés les uns aux autres par une liaison phosphodiester

OH

OH

OH

base
azotée

Les nucléotides sont liés les uns aux autres par une

uences de la formation des liaisons phosphodiester
Chapitre
n°3 Les acides nucléiques
1. La chaîne
polynucléotidique
est orientée
2. La chaîne polynucléotidique a une séquence
3. La chaîne polynucléotidique présente 2 faces électrostatiques

Conséquences
de la formation
extrémité
5’-phosphatedes liaisons phosphodiester
1. La chaîne polynucléotidique est orientée
La chaîne a un sens : , sa première
2. La chaîne polynucléotidique a une séquence
extrémité est un 5’ phosphate, et sa
3. La chaîne polynucléotidique présente 2 faces électrostatiques

seconde extrémité est un 3’-OH.

extrémité 5’-phosphate

Face hydrophobe
liaison
phospho-diester

séquence
5’-3’

Face hydrophobe

liaison
Face hydrophile
phospho-diester

Chaque chaîne a une face hydrophile
et une face hydrophobe. La première
séquence
est caractérisée par la face où l’on a
5’-3’
les phosphores, l’autre face est
hydrophobe.
La chaîne est chargée : Elle porte des
charges négatives, cette propriété va
être utile lorsque l’on voudra détacher
les deux brins d’ADN.

Face hydrophile

liaison
phospho-diester

liaison
phospho-diester

extrémité 3’-OH

cf.polycf.poly
pagepage
11 11

extrémité 3’-OH

2) Structure primaire des acides nucléiques.

Structure primaire des acides nucléiques

ucture primaire des
acides
nucléiques
Représentation
simplifiée
séquence
Représentation simplifiée

extrêmité
5'-phosphate

séquence

trêmité
hosphate

base azotée

A

G

1'

zotée

extrémité
3'-OH

A
1'

ose

G
1'

P
P

ose

phosphates
3'

1'

2'

A

1'

A

3'
1'

P

5'

3'

1'

T
3'

1'

P
5'

3'

3'

extrémité
3'-OH T

1'

C

3'
4'

P

2'

C

P
5'

1'

tes

4'
5'

P

5'

3'

5’ AGCAT
3’
P

P

OH

P
5'

3'

liaison phosphodiester

P

3'

Les trois carbones à
retenir sont le 1’, 3’ et le 5’.
Au niveau du 1’ on
retrouve les bases portées
par les oses
Et au niveau du 3‘ et 5’ , la
liaison phosphodiester
(Qui lie deux nucléotides
entre eux)

OH

P

On note cet enchaînement de la façon suivante : «5‘AGCAT3’»
Poly page 11
5'

5'

5'

5'

liaison phosphodiester

5’ AGCAT 3’

9
Poly page 11

9

Structure de l’ADN

gaff

Chapitre n°3 Les acides nucléiques

Image de la diffraction d’un échantillon d’ADN

IV L’acide désocyribonucléique ADN
1) propriétés spécifiques de l’ADN

L’ADN absorbe
dans lesFranklin
UV, il peut absorber jusque 260 nm, et son absorbance est
Rosalind
proportionnelleMaurice
à sa concentration.
Wilkins
Lorsque l’on fait chauffer l’adn à 110 C° et qu’on le refroidit brutalement, on s’aperçoit que
son absorbance a augmentée. Ce nouvel ADN est appelé ADN dénaturé.
Cet effet est appelé effet hyperchrome, les liaisons hydrogènes se brisent.
Ces liaisons sont très importantes pour la géométrie de l’ADN.
Ainsi, une fois brisées, il est facile d’accéder à l’ «intérieur» de l’ADN.
On a pu établir une loi :
Loi de Charqaff ( Erwin Charqaff ) :
Le nombre d’adénine est = au nombre de T
et le nombre de Guanine = au nombre de C
enfin : A+G=T+C
Mais Rosalind Franklin et Maurice Wilkins (Prix nobel) découvrent que l’ADN est une
double hélice, ce qui est une des grandes avancées de la recherche sur l’ADN.

(1952)hélice
2) Modèle de Watson-Crick : La double

Watson et crick ont rassemblés tout les documents
Ce modèle explique que l’ADN est formé de deux longues chaînes de polynucléotides
(Plusieurs nucléotides reliés entre eux) qui sont enroulées autour d’un axe pour former
une hélice, appelée hélice droite.

Structure de l’ADN

aisons H

Poly page 11

5’

3’

Les deux chaînes d’ADN ont des
squelettes de riboses et Phosphates
(Comme dit tout à l’heure)
À l’intérieur de ces deux chaînes on
trouve des bases plutôt hydrophobes
Ces bases sont perpendiculaires à l’axe
et empilées les unes sur les autres.
On a des paires de Bases. Les deux
bases sont liées par une liaison
hydrogène.

3 liaisons H

Chapitre n°3 Les acides nucléiques

Thymine-Adénine = 2 liaisons H

Cytosine-Guanine = 3 liaisons H

l’ADN est bicaténaire (Deux brins) complémentaires, antiparallèles.
5’-------3’
3’-------5’
Type A, Type Z, Type B = voir p12
Le pas de l’hélice = 3,4nm (34 Å)
Le Rayon de l’ADN est de 10,85 Å
Par convention une séquence est toujours pris dans le sens 5’-3’
3) Validité du modèle
Tm = Température pour laquelle 50% des molécules d’ADN sont dénaturés
(A+T/G+C) = 1,5 chez l’homme
La liaison des bases Guanine-Cytosine, étant plus forte que la liaison Adénine - Thymine
nécessitera une plus grande température pour être brisée.
Par conséquent : Plus un ADN contient de GC plus sa température de dénaturation sera
élevée.

4) Enzyme de restriction
Endonucléases procaryotes spécifiques du système «Restriction-modification»
Ce sont des endonucléases. Il existe plusieurs nucléases différentes, elles sont capables
de faire l'hydrolyse des liaisons phosphodiesters.
Or, ces liaisons lient les nucléotides entre eux. Leur hydrolyse coupe donc l’ADN en
morceaux.
Ces enzymes sont produites dans les bactéries.
La bactérie est bien sûr immunisée face à ses propres enzymes grâce à une modification
de leur bases.
Ces endonucléases ne coupent pas l’ADN n’importe où mais le coupe à une certaine
séquence. Ces enzymes diffèrent selon les bactéries, (Ex : Escherichia coli, bacillus
amyloliquefaciens)
Les enzymes coupent des séquences spécifiques, les séquences palindromiques. Ces
dernières vont donc digérer l’ADN et vont le séparer en plusieurs fragments.

Chapitre n°3 Les acides nucléiques

V) Les acides ribonucléiques ou ARN
1) Différence avec l’ADN
Le sucre est un ribose et non un Désoxyribose comme dans l’ADN, la base thymine est
remplacée par la base Uracile
.
L’ARN est SIMPLE brin, et TOUJOURS issu d’un brin ADN avec lequel il sera
complémentaire et Antiparallèle

2) les différents types d’ARN
Il existe plusieurs types d’arn :

Les différents types d’ARNs dans la cellule
5% des ARNs totaux
Taille hétérogène

ARNs ribosomaux, 80% des ARN totaux

ARNs de transfert, 15% des ARN totaux

Petits ARNs
Maturation des ARN
Inhibition post-transcriptionnelle

Les Arn codant sont appelés ARNs messagers, et sont les seuls traduits en protéines.
Les Arn non codant regroupent la majorité des ARNs de la cellules :
Et on va y trouver les Arn Ribosomaux, des Arn de transfert, et des petits Arn.
Les Arn messagers représentent seulement 5% de la totalité de tout ces Arn.
Ils sont aussi appelés ARN hétérogènes puisque leur taille est proportionnelle à la protéine
qu’ils code, on va de 100 à 20000 nucléotides.

ARNs totaux
Les Arn ribosomaux rentrent dans la synthèse des ribosomes.
étérogène
Chapitre n°3 Les acides nucléiques

Arn ribosomaux = synthétisé dans le nucléole
Autres Arn = Synthétisés dans nucléoplasme
La taille des arn ribosomaux dépendent d’un coefficient symbolisé par l’unité S Svedberg.
Pour les eucaryotes :
Le ribosome entier = 80S Avec deux sous unités 60S et 40S
Les Arn ribosomaux ( 5S---5,8S---28S)entrent dans la constitution de la grande sous unité
du ribosome(60S), et les 18S entrent dans la petit sous unité du ribosome (40S)
Pour les procaryotes :
le ribosome entier = 70S avec deux sous unités de 50S et 30S
5 S 23 S pour la grande S.U (50S) et 16S pour la petite S.U (30S)

ARNs ribosomaux, 80% des ARN totaux

ARNs de transfert, 15% des ARN totaux

s

s ARN
scriptionnelle

Chapitre n°3 Les acides nucléiques

Le troisième type est l’Arn de transfert, il représente 15% des Arn totaux, et est constitué
de 70 à 120 nucléotide.
La région 3’ est la région qui va se fixer à l’acide aminé.
La boucle anticodon (En bas) va reconnaître le triplet au niveau de la séquence de l’ARN
messager.
On observe dans l’image de droite un rapprochement de la boucle PSY et DHU qui
s’appelle «structure en L»

ARNs de transfert, 15% des ARN totaux

N
onnelle

_____________________________
Les petits Arn jouent un rôle dans la maturation des Arn.
Ils se divisent en deux groupes :
-Sn = Small Nuclear
-Sno = Small Nucleolar
Ces petits arn sont appelés «ARN interférents», ils vont se fixer sur les ARN messager
afin de les détruire ou de les maturer. Ils permettent ainsi de réguler la phase
Post-transcriptionelle.
Il faut aussi préciser, que l’expression des gènes vient Uniquement des ARN messagers.

quage
escent

Chapitre n°3 Les acides nucléiques

3) La Localisation dans l’ARN
Aujourd’hui, on peut marquer les Arn , et donc les détecter.
On observe une fluorescence dans le cytoplasme de faible intensité, et à l’intérieur des
noyaux la même fluorescence mais bien plus intense.
Ainsi la plupart des ARN sont contenus dans le nucléole.
Il existe un test, le «Test de Brachet», la pyronine marque l’ARN et le vert de méthyle
l’ADN

Test de Brachet
vert de méthyle - pyronine
ADN
ARN

l’ATP (Adénosine triphosphate) est une source d’énergie indispensable (Vitale) pour tout
être vivant, elle provient de la réaction de glycolyse. Cette dernière se déroule dans le
cytoplasme de la cellule en général.
La glycolyse est la transformation de glucose en ATP.

ATP, source d’energie

Les acides nucléiques
adénine

nstituants des acides -nucléiques
rangements des constituants
γ

Nucléosides
Nucléotides
Nomenclature

α

β

phosphates

base

5’
1’
3’

l’ATP est une source
d’énergie et non l’énergie
elle même.

2’

C’est l’hydrolyse de ses
liaisons qui fourni l’énergie
indispensable à tout être
vivant.

ose
adénosine
adénosine monophosphate AMP

adénosine diphosphate ADP

ructure primaire des acides nucléiques
adénosine triphosphate ATP

iaison phosphodiester
 L’énergie est “stockée“ dans les liaisons anhydride d’acide P~P (± 30 kJ/mole).
 Ces liaisons sont facilement rompues par hydrolyse (environnement électrostatique négatif)
Conséquences
de cette liaison
 Pour couvrir ses besoins énergétiques, un être humain synthétise et utilise 30 à 40 kg d’ATP par
jour.

acide désoxyribonucléique ADN

ropriétés spécifiques de l’ADN
Modèle de Watson-Crick : la double hélice
alidité du modèle
l’ AMP cyclique, source d’informations
nzymes de restriction

Ainsi chacune des liaisons,
lors de l'hydrolyse libère
une forte quantité
d’énergie.

Chapitre n°3 Les acides nucléiques

L’AMP cyclique
est utilisé
comme messager dans la celulle.
ATP,
source
d’energie
Mais qu’est-ce que l’AMP cyclique ?

C’est l’adénosine (Et donc un nucléoside
/ Nucléotide monoph.)
adénine monophosphate
base
Sauf que le phosphate se 5’
lie au 5’ et aussi au 3’ et donc est cyclique et non pas
- au 5. On
- a donc une molécule cyclique.
uniquement
1’

γ
α
β synthétisé
L’AMP
est
par l’adénylate
3’
2’ cyclase (Enzyme)

Pourquoi
est il appelé second messager ?
phosphates
ose

Premièrement il n’entre pas dans
traduction des protéines. Mais agit souvent en tant
adénosine
qu’intermédiaire dans l’action d’hormones ou des neurotransmetteurs (Messages
adénosine
monophosphate
AMP d’où le nom de second messager.
chimiques échangés
entre
deux neurones)
adénosine diphosphate ADP

Comment est elle crée ?

adénosine triphosphate ATP

Cette AMPc est appelée en réponse de la fixation sur un récepteur membranaire de la
cellule.
“stockée“ dans
les liaisons anhydride d’acide P~P (± 30 kJ/mole).

sont facilement rompues par hydrolyse (environnement électrostatique négatif)
L’AMP est en fait une ATP hydrolysée. En effet on passe d’une Adénosine triphosphate à
ses besoins énergétiques, un être humain synthétise et utilise 30 à 40 kg d’ATP par

une Adénosine monophosphate. L’hydrolyse est effectuée par l’enzyme Adénylate Cyclase

AMP cyclique, source d’informations

ou
tteur)
AMPc (AMP 5’-3’ cyclique)

PKA

Second messager


Documents similaires


Fichier PDF structures et proprietes des acides nucleiques
Fichier PDF ue4 genetique formelle cours 2
Fichier PDF ue4 genetique formelle cours 2 1
Fichier PDF cours bioch metab ii chap v 3e a lf isbm 2015 2016
Fichier PDF adn
Fichier PDF expose cr bm l1 2014 2015


Sur le même sujet..