Promenade dans Paris 18ème. Départ rue Damrémont .pdf



Nom original: Promenade dans Paris 18ème. Départ rue Damrémont.pdfTitre: Promenade dans le 18ème arrondissement de ParisAuteur: HP utilisateur

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Conv2pdf.com, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 28/01/2015 à 17:52, depuis l'adresse IP 82.124.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 4608 fois.
Taille du document: 1 Mo (8 pages).
Confidentialité: fichier public

Aperçu du document


Promenade dans le
ème
XVIII
arrondissement de
Paris

De la
rue Damrémont
au
boulevard de la Chapelle

La visite commence rue Damrémont où nous avons garé notre voiture. Admirons quelques beaux immeubles en pierre de
taille avec de belles portes de style Art nouveau.
Au 41.
Immeuble de l’architecte Charles Goujon et de l’entrepreneur est A Despagnat.

Au 7bis.
Immeuble des architectes Torchet et Gridaine. Permis de construire déposé le 9 avril 1901.

1 rue Armand Gauthier
Architecte Paul Marteroy. 1907

Rejoindre la rue Lepic par le passage Depaquit
Le « Maquis de Montmartre ».
Situé entre le 65 rue Lepic et le 23bis avenue Junot. C’est une allée privée qui ne se visite pas individuellement.
Continuez la rue Lepic jusqu'à la place Marcel Aymé.
A l’angle de la rue Girardon se dresse le Moulin de la Galette
Au 13 avenue Junot

Au 1 avenue Junot :
Ciné 13 Théâtre situé à côté du Moulin de la Galette.
C'est l'ancien théâtre du Tertre. Il a été réaménagé en 1983 par Claude Lelouch pour le tournage du film Édith et Marcel.
Sortie parisienne à Montmartre

Page : 2

La villa Léande.
De charmantes maisons dans le style britannique.

Une étroite allée permet de relier la rue Girardon à la place des Quatre-Frères-Casadesus. C’est la romantique allée des
Brouillards édifiée en 1764. En 1850 à l’emplacement des communs furent construites de petites maisons, dans l’une
d’elles habitat le peintre Renoir.

Rue Saint-Vincent et rue des Saules. En face du célèbre cabaret artistique Le Lapin Agile, quelques vignes de l’ancien
vignoble de Montmartre que le peintre Poulbot préserva de la convoitise d’un promoteur immobilier.

Le cimetière Saint-Vincent
6 rue Lucien Gaulard
Ouvert en 1831 il compte 920 concessions toutes à perpétuité.
Maurice UTRILLO (1883-1955) 4ème division. Peintre
André GRANET (1881-1974) 3ème division était un architecte connu pour ses immeubles de style Art-déco et pour des
bâtiments industriels comme les forges de Gennevilliers et l'usine Kellermann de Paris aujourd'hui Snecma groupe
Safran. Son épouse, Geneviève Salles, inhumée avec lui, était la petite-fille de Gustave Eiffel.

.

Sortie parisienne à Montmartre

Page : 3

Prendre la rue Saint-Vincent puis à droite la rue du Mont-Cenis
Saint-Pierre-de-Montmartre.
Située au n° 2 rue du Mont-Cenis est l'une des plus vieilles églises de Paris. Consacrée en 1147 par le pape Eugène III,
elle est le seul vestige de l’abbaye royale de Montmartre.
Eglise de style roman. Porte en bronze de Tommaso Gismondi (1980), vitraux de Max Ingrand (1954). Tableaux
attribués à Ribera, Guerchin, Parrocel. Mobilier cuivre et émaux de J-P Froidevaux (2005). Culte de Notre Dame de
Beauté et des artistes.

Rejoindre la place du parvis et descendre les escaliers du Sacré-Cœur. Place Saint-Pierre. Tout droit, rue de Steinkerque
pour rejoindre le boulevard de Rochechouart
Restaurant, Le Terminus Nord
23 rue de Dunkerque Paris 10ème
Sous les hauts plafonds, le temps s’est arrêté au début du siècle passé. Et comme s’ils se croisaient inlassablement sur
les quais de la gare voisine, l’Art Déco et l’Art Nouveau mêlent subtilement leurs influences dans un cocktail de cuivres,
d’acajou et de miroirs. Le premier resplendit dans l’immense fresque dansante, les affiches, les lustres et les appliques
qui revêtent la salle principale. Le second éblouit le visiteur qui s’aventure jusqu’au petit salon du fond du restaurant,
véritable bijou inédit de la belle époque. Et dans une joyeuse confusion des genres, les lignes droites et scandées de l’un
répondent aux motifs floraux semés par l’autre dans les mosaïques et les verrières. www.terminusnord.com

189 rue du faubourg Poissonnier.
Dans cet immeuble est né en 1867, Henri Lecoeur
l’architecte du Parisis.

Angle du boulevard de la Chapelle et du boulevard de Magenta
Le Louxor, édifié en 1921 est inscrit au titre des monuments historiques le 5 octobre 1981 (façades et toitures), il est
transformé en boîte de nuit en 1983. Fermé en 1988 et laissé à l'abandon, il rouvre finalement le 17 avril 2013,
entièrement rénové et doté désormais de trois salles. Les mosaïques multicolores de la façade (bleu cobalt, noir et or),
œuvre du décorateur Amédée Tiberti, ont été réalisées par la fabrique de céramiques Gentil & Bourdet.

Sortie parisienne à Montmartre

Page : 4

Revenir au boulevard de Rochechouart, rue R Seveste, rue Ronsard
Rue Maurice Utrillo

Prendre la rue Lamarck
63 rue Lamarck
Immeuble de l’architecte Théo Petit de 1905

153 rue Lamarck
Immeuble de l’architecte Louis Dupont de 1905. Décoration en grès de Gentil & Bourdet.

Sortie présentée par Rosine et Jean Pierre DENIS
Photographies Jean Pierre DENIS
Cormeilles-en-Parisis
Août 2014

Sortie parisienne à Montmartre

Page : 5

59. Maurice Utrillo (1883-1955)
peintre

Sortie parisienne à Montmartre

Page : 6

31. André Granet (18811974) architecte

Sortie parisienne à Montmartre

Page : 7

Un grand architecte Art déco
André GRANET (1881-1978)
Il naquit à Paris le 6 mai 1881. Son père, Antoine-Louis Granet (18521935), originaire d’Arlanc dans le Puy de Dôme, était lui-même architecte. Sa
mère, Marie Ouvrié, était la fille du peintre Justin Ouvrié et la nièce d’Eugène
Scribe.
Après des études au Lycée Condorcet, à Paris, Granet entra à l’Ecole des
Beaux-arts en 1901, dans l’atelier de Gaston Redon. Il y rencontra Roger-Henri
Expert (1882-1955), avec lequel il devait nouer plus tard une étroite
collaboration. Diplômé en 1907, il épousa en 1922 Geneviève Salles, petite-fille
de Gustave Eiffel.
Les deux tiers de la carrière de Granet correspondent à des constructions pour des
commanditaires privés. En 1919, il réalisa la villa de style anglo-normand de Roger Martin du Gard,
puis, en 1920, la villa La Trirème, près de Trouville (dont il fit une de ses maisons de vacances).
En 1928, il construisit pour des ingénieurs de la Société des Torpilles de Saint-Tropez une cité
de villas résidentielles très variées dans leur plan et leur composition. Trois cités ouvrières
importantes datent aussi de cette période : Villacoublay (1923), Lomme (1923) et Wambrechies
(1932). Constituées d’habitations individuelles juxtaposées, elles privilégient dans leur mode
constructif les matériaux locaux.
Granet est également l’auteur de nombreux immeubles de rapport bâtis à Paris :
- immeuble en 1914 au 30 avenue Marceau Paris 16ème
- immeubles au 32 à 38 rue Desaix Paris 15ème, métro Dupleix
- immeuble de prestige au 31 boulevard Suchet Paris 16 ème, métro Ranelagh, dont les façades
évoquent le Splendid Hôtel de Dax.
- le groupe d’immeubles des 6 et 8 boulevard d’Ornano Paris 18ème, métro Porte de Clignancourt,
annonce les jeux volumétriques de l’Atrium Casino et du Splendid Hôtel de Dax.
- et enfin les immeubles aux 32 et 34 rue des Jeûneurs Paris 2ème, métro Sentier
Le laboratoire national d’essais du Conservatoire des Arts et Métiers, qu’il réalisa entre 1940 et
1960, lui donna l’occasion de développer les multiples facettes de sa personnalité. Les ferronneries
d’art des portes et des escaliers de la bibliothèque, réalisées par Subes (qui est l’auteur des grilles de
la faculté des Sciences à Talence) contribuent à la qualité d’un ensemble qui compte, avec les
édifices dacquois, parmi les grandes réussites d’André Granet.
Au salon de l’automobile et de l’aviation de 1926, Granet conçut le plafond comme une
succession d’éléments rectilignes, éclairés par transparence (qui ne sont pas sans évoquer le hall du
Splendid Hôtel de Dax). L’année suivante, il mit en place de grands lustres horizontaux disposés sur
des axes, et associés à des réflecteurs suspendus. Dès 1929, on vit apparaître de grands lustres
verticaux, qui deviendront sphériques en 1930, en fort relief sur un plafond orné de motifs
géométrisés. Progressivement, la lumière devint prépondérante dans la scénographie de ces
manifestations orchestrées par Granet.
Il repose pour l’éternité au cimetière Saint-Vincent à Paris 18ème.
Pour plus d’informations consultez mes études :
http://www.fichier-pdf.fr/2014/02/26/andre-granet-gnome-et-rhone/
http://www.fichier-pdf.fr/2014/03/17/andre-granet-villa-et-immeuble/
Sortie parisienne à Montmartre

Page : 8


Promenade dans Paris 18ème. Départ rue Damrémont.pdf - page 1/8
 
Promenade dans Paris 18ème. Départ rue Damrémont.pdf - page 2/8
Promenade dans Paris 18ème. Départ rue Damrémont.pdf - page 3/8
Promenade dans Paris 18ème. Départ rue Damrémont.pdf - page 4/8
Promenade dans Paris 18ème. Départ rue Damrémont.pdf - page 5/8
Promenade dans Paris 18ème. Départ rue Damrémont.pdf - page 6/8
 




Télécharger le fichier (PDF)

Promenade dans Paris 18ème. Départ rue Damrémont.pdf (PDF, 1 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


promenade dans paris 18eme depart rue damremont
promenade dans le 15eme arrondissement de paris
promenade a argenteuil
promenade dans paris 18 depart mairie jules joffrin
promenade dans paris 18eme
promenade dans les 14eme et 6eme arrondissements de paris

Sur le même sujet..