Gennes En hommage à nos morts pour la France 1914 1918. .pdf



Nom original: Gennes - En hommage à nos morts pour la France 1914-1918..pdf
Titre: Gennes - En hommage à nos soldats morts pour la France 1914-1918.
Auteur: UTILISATEUR

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator Version 1.2.3 / GPL Ghostscript 9.04, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 04/11/2016 à 17:09, depuis l'adresse IP 176.146.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 487 fois.
Taille du document: 6.7 Mo (50 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Monument aux morts de Gennes

Photo : Patrick SPRIET

EN HOMMAGE A NOS SOLDATS
MORTS POUR LA FRANCE

Page | 2

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
7054

2 Août 1914

Page | 3
JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ....….. du 2 août 1914
Les morts de Gennes
AUVERT Charles Marcel --------------------------------------------------------------------BEGUIER Arsène Marcel --------------------------------------------------------------------BERARD Raoul Robert -----------------------------------------------------------------------BLOUIN Eugène Bernard --------------------------------------------------------------------BOIDRON Eugène Joseph -------------------------------------------------------------------BOURDAIS Georges -------------------------------------------------------------------------BRETAULT Lucien Marrie Pierre Louis --------------------------------------------------BRUNET Charles Jean Guillaume ----------------------------------------------------------BRUNET Emile Guillaume ------------------------------------------------------------------CHAZAL Armand -----------------------------------------------------------------------------CHOINIERE Léon Joseph Marie ------------------------------------------------------------CHOLET Pierre Joseph Eugène -------------------------------------------------------------ESNAULT Marcel Adrien --------------------------------------------------------------------FARDEAU Henri Julien Gaston -------------------------------------------------------------FONTENAIS Clément Désiré ---------------------------------------------------------------FRESNEAU André Léopold Auguste ------------------------------------------------------FRESNEAU Julien Joseph -------------------------------------------------------------------FRESNEAU Raymond Louis ----------------------------------------------------------------GENET Eugène Louis Emile ----------------------------------------------------------------GOURE Emile Louis --------------------------------------------------------------------------GRELIER Jean Henri -------------------------------------------------------------------------GROUST Henri Louis Camille --------------------------------------------------------------GUILLOTREAU Louis Auguste ------------------------------------------------------------HIPPOCRATE François René ---------------------------------------------------------------HUBAULT Clément Louis -------------------------------------------------------------------LALLEMAND Louis Mathurin -------------------------------------------------------------LANDREAU Albert Lucien ------------------------------------------------------------------LASNIER Célestin Ernest --------------------------------------------------------------------LEVEQUE Pierre Louis Marie --------------------------------------------------------------MERLET Albert Pierre Charles --------------------------------------------------------------

PAGEAU Jean Marie -----------------------------------------------------------------PAPIN Marcel Jean-Baptiste -----------------------------------------------------------------PAUMIER Victor Jules Auguste ------------------------------------------------------------RABOUIN Victor Georges ------------------------------------------------------------------RAVELEAU Auguste Louis -----------------------------------------------------------------RENARD Albert Auguste --------------------------------------------------------------------RETAILLEAU Eugène Jules ----------------------------------------------------------------ROUCH Valentin Pierre Dominique --------------------------------------------------------ROUSSEAU Elie Joseph ---------------------------------------------------------------------ROUSSEAU Louis Célestin Henri ----------------------------------------------------------SIGOGNE Louis Ernest ----------------------------------------------------------------------TREMBLET Henri Eugène ------------------------------------------------------------------TREULLIER Jules -----------------------------------------------------------------------------VRAIN Félix Jules Victor -------------------------------------------------------------------WATRINGUE Louis Djelma Laurent ------------------------------------------------------Complément d’informations pour recherche sur l’Historique des régiments
Le train de l’Armistice
Pourquoi le 11 novembre

2

4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50

Page | 4
AUVERT Charles Marcel
Résidant au recrutement à Paris, 125 boulevard Saint-Michel, canton du 5e, département de la Seine.
Profession au recrutement : Etudiant en droit.
Fils Paul Auguste Maurice et de PILASTRE Marguerite, domiciliés à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914 – Arrivé au Corps le 3 août 1914.
Sous-Lieutenant de réserve à titre temporaire le 21 juin 1915.
Sous-Lieutenant de réserve à titre définitif le 20 septembre 1915.
Lieutenant à titre temporaire le 8 avril 1916.
Lieutenant à titre définitif le 21 octobre 1916.
Blessé le 8 septembre 1914 à la Fére-Champenoise. Cité à l’ordre de l’armée le 4 février 1915. J.O. du 6 mars 1915.
Cité à l’ordre de l’armée le 20 novembre 1915. J.O. du 19 février 1917.
Médaille militaire et Croix de guerre.

À l’ambulance 13/8
sect 221 (plaie abdomen par
balle)
- avis officiel HB 12214 en date
du 7 novembre 1917.

J.M.O. 149e R.I. du 23 octobre 1917.
Pas de J.M.O.

Page | 5
BEGUIER Arsène Marcel
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Marié à Gennes le 20 janvier 1917 avec SURBAL Léa Rose Louise.
Fils de Jean Louis Marie (cultivateur) et de ROULLEAU Marie (cultivatrice), demeurant commune des
Rosiers (à la Boire Gournée), puis domiciliés à Gennes.
Incorporé à compter du 3 mai 1917. Arrivé au Corps le dit jour.
Parti aux armées le 25 septembre 1917.

Avis Ministériel T.P.
15575 g du 8 avril 1918.

Né le 19 janvier 1898

J.M.O. 214e R.I. du 18 mars 1918
À 5h15, l’ennemi déclenche un violent bombardement sur le front du sous-secteur. Un détachement ennemi tente
d’aborder notre P.P n°2, boyau Grégoire, mais il est vigoureusement repoussé. Nos tirs de barrage sont déclenchés
instantanément. À 5h45, le calme renaît sur le s/Secteur. Pendant cette opération, nos pertes sont de 2 tués et 3
blessés

Page | 6
BERARD Raoul Robert
Fils de Joseph Charles BERARD (tailleur de pierre), âgé de 36 ans, né à Saumur et de SENECHAULT Marie
Eugénie (couturière) âgée de 29 ans (née à Amaillée Vienne), ont déclaré la naissance à leur domicile rue de la
Laiterie, de Raoul Robert, issu de leur mariage à Châtellerault (Vienne) en 1875.
Marié à Gennes (Maine et Loire) le 7 octobre 1911 avec Barreau Madeleine Georgette
Lacune aux archives de l’Indre et Loire sur les livrets matricules de n° 431 à 930.

Page | 7
BLOUIN Eugène Bernard
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de charron.
Fils de François Louis (cantonnier), et de PEYNEAU Louise Rosalie (ménagère), domiciliés à Gennes (aux Caves)
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914 – Arrivé au Corps le 3 août 1914.
Aux armées le 6 août 1914.

Tué par l’éclatement d’un obus
allemand qu’il manipulait par
curiosité.
Inhumé dans le cimetière militaire de
Suippes. Tombe n° 2111 travée PD –
avis officiel du 27 janvier 1917.
Blessé mortellement le 3 janvier 1917
– Plaie de 12cm de large 6cm de
profondeur dans la région sternale et
arrachement de la main droite et du
2/3 de l’avant bras droit.

Page | 8
BOIDRON Eugène Joseph
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de maquignon.
Fils de Joseph Emile (marchand de chevaux), né à Gonnord (Maine et Loire) et de SOUILLET Philomène
Augustine (ménagère), née à Brissac (Maine et Loire), domiciliés à Gennes (Sous-le-Puits)
Incorporé à compter du 17 Décembre 1914. Arrivé au Corps le dit jour.

J.M.O. 5e R.I. du 1er juin 1916.
Pertes de la Journée
officiers

S/officiers

Tués

caporaux

soldats

T o t a l

4

11

15

Blessés

1

10

8

52

71

Disparus

31

74

107

756

968

Totaux

32

84

119

819

1054

Page | 9
BOURDAIS Georges
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de couvreur.
Fils de Jean Joseph (décédé au recrutement de Georges) et de LOISEAU Françoise Marie (cabaretière), domiciliés
à Prignes, en cette commune de Seiches.
Appelé à l’activité le 7 octobre 1913. Arrivé au Corps le 8 du dit.
Un secours de 150 francs a été accordé le 13 mai 1916 à la mère de l’intéressé.
Médaille militaire à titre posthume J.O. du 5 mai 1922. Soldat courageux et d’avant tombé glorieusement pour la
France à son poste de combat le 27 novembre 1916 à Lacroix.
Croix de guerre avec Etoile de bronze.

J.M.O. 154e R.I. du 27 novembre 1914.
Même stationnement. Rien de particulier. Pertes 2 hommes tués.

Page | 10
BRETAULT Lucien Marrie Pierre Louis
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de meunier.
Fils de Pierre et de CHAUVEAU Louise, domiciliés à Gennes.
Incorporé à compter du 9 janvier 1916. Arrivé au Corps le dit jour.
Reformé temporairement (1ère catégorie) par la commission de réforme de Châteauroux du 17 janvier 1916 pour
‘bronchite suspecte avec sommet droit induré‘.
Reconnu propre au service armé par la Commission de Réforme de Cholet du 20 avril 1916 (Loi du 17 août 1915).
Rappelé à l’activité à compter du 5 mai 1916. Arrivé au Corps le dit jour.
Cité le 11 novembre 1917, soldat très courageux et très dévoué. Le 23 octobre 1917 a contribué pour une large
part à la capture d’une mitrailleuse et de plusieurs prisonniers.
Croix de guerre avec étoile.

Disparu au combat du Mont Hermel,
le 25 avril 1918 (avis officiel du 26
juillet 1918)
Déclaré décédé le 25 avril 1918 par
jugement déclaratif du décès du
tribunal de Saumur le 1er décembre
1921.

J.M.O. 30e R.I. du 25 avril 1918.
Pertes des 24 et 25 avril 1918 :
Officiers : 3 tués, 8 blessés, 32 disparus.
Troupe : 15 tués, 47 blessés, 1626 disparus.

Page | 11
BRUNET Charles Jean Guillaume
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement d’employé de bureau.
Fils de Louis (gendarme) et de MAUNY Zélaïde Louise Marie Joséphine (sans profession), domiciliés à Gennes.
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Arrivé au Corps le 3 août 1914.

Avis Ministériel
n° 3461 du 24 mai 1916

Page | 12
BRUNET Emile Constant.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Louis (jardinier) et de CRON Marie Augustine (ménagère), domiciliés à Gennes.(à la Genevraie)
Appelé à l’activité, le 7 octobre 1912. Arrivé au Corps le 1 du dit.
Un secours de 150 francs a été accordé le 7 novembre 1916 à Mr BRUNET père à Gennes (Maine et Loire)

Déclaré décédé le
10 septembre 1914 par jugement
déclaratif du décès rendu par le
tribunal de Saumur le 9 décembre
1920. Mort pour la France.

J.M.O. 106e R.I. du 10 septembre 1914.
1heure – Attaque de nuit,
(a réserver, le grand nombre d’officiers disparus ne permettant pas de retracer la physionomie exacte de cette
attaque – le compte rendu ne pourra être utilement fait que lorsque les blessés de cette journée, en particulier le
Colonel Dillemann commandant le régiment, auront rejoint le corps après guérison.
Les chefs de Bon Giraux et Laur sont tués, le chef du Bon Bretagne blessé et évacué, le Capitaine Cabette prend le
commandement du régiment.

Page | 13
CHAZAL Armand
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Auguste (cultivateur) et de TOUCHAIS Marie, domiciliés à Milly en cette commune de Gennes.
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Arrivé au Corps le dit jour.

Avis du Ministère de la guerre du
15 novembre 1914.

J.M.O. 135e R.I. du 27 septembre 1914.
La 10e Cie menacée, débordée se repli au jour sur la position en arrière ; la 4e Cie (Sergent-Major Lucquiaud)
reste à la voie romaine quoiqu’à sa gauche des fractions allemandes y soient également installées.
Pendant la journée violent bombardement. À la nuit le commandant du régiment fait replier les deux sections de
gauche de la 4e Cie qui sont trop menacées et le Sergent-Major Lucquiaud reste à la voie romaine avec 2 sections.
Les allemands tentent une nouvelle attaque de nuit sur toute la position ; elle est repoussée.

Page | 14
CHOINIERE Léon Joseph Eugène.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de ferblantier-zingueur.
Fils de Joseph Armand (sabotier) et de MERY Marie Léontine (ménagère), domiciliés à Gennes.
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914.
Arrivé au Corps le 3 août 1914.
Caporal le 24 novembre 1914. Caporal fourrier le 29 novembre 1914. Sergent-fourrier le 24 juin 1915.

Tué à l’est du chemin d’Esnes à
Haucourt le 7 mai 1916 sur le terrain
de la commune de Esnes (côte 304)
Meuse.

J.M.O. 77e R.I. du 7 mai 1916.
A leur droite une section de la 2e Cie du 77e avec le P.C. du Capitaine Villers, commandant le 1er bataillon, puis
les 22e et 23e Cies du 290e qui n’ont pas été relevées ; leur droite est prolongée vers les pentes N.E. de 304 par des
éléments des 1ère et 2e Cies du 77e
L’infanterie allemande pousse alors jusqu’aux 1ère et 2e Cies du 77e qui se trouvaient en arrière des Cies du 290e et
qui sont submergées à leur tour.
L’attaque allemande est cependant arrêtée mais comme le 290e, les deux compagnies du 1er bataillon du 77e ont
beaucoup souffert et ont laissé aux mains de l’ennemi un grand nombre de prisonniers.

Page | 15
CHOLET Pierre Joseph Eugène.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Pierre Alexandre (cultivateur) et de AUBEUX Joséphine Marie (cultivatrice), domiciliés à Gennes (à la Madeleine).
Marié à Gennes le 22 novembre 1910 avec GAURY Mélissa Eglantine.
Secours de 150 francs accordé le 6 novembre 1916 à Mme Veuve CHOLET à Gennes
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914 – Arrivé au Corps le 22 février 1915.
Passé au 169e régiment d’Infanterie le 20 mai 1915.- Dion Gal Ct la 5e Région en date du 17 mai 1915 - Arrivé au Corps et soldat de
2e classe le 20 mai 1915. Passé à la 10e Cie le 9 juin 1916.
Citations - Cité à l’ordre du régiment le 20 juillet 1916 – Bon soldat courageux et dévoué à toujours fait son
devoir, a été tué le 17 juillet 1916. au cours d’un violent tir de barrage.
Décorations – Décoré de la Médaille militaire (décoration posthume) Croix de guerre (étoile de bronze).

10e compagnie

Tué au Bois de
Vaux-Chapitre

J.M.O. 169e R.I. du 17 juillet 1916. (extrait)
À 14 heures, le colonel fait demander par pigeon voyageur, un tir sur la mitrailleuse située et signalée à la Corne
Ouest. du bois de Vaux-Chapitre, devant le Bt. À 14h20, passage d’une longue colonne par un descendant la
pente au Nord du fort de Vaux, aux points 244, 243, et 214. Par suite de retard dans les communications
téléphoniques le tir de notre artillerie ne peut s’effectuer qu’à 15 heures.
Pertes de la journée.
Tués 4 – Blessés 23 – malades indisponibles 24 Trouvé.

Page | 16
ESNAULT Marcel Adrien.
Résidant au recrutement à Saint-Rémy-la-Varenne, canton des Ponts-de-Cé, département de Main et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Eugène Louis (cultivateur) et de GENET Thérèse Henriette (cultivatrice), domicilés à Gennes (à la
Bardinière).
Appelé à l’activité le 7 octobre 1912. Arrivé au Corps le 8 du dit.

Décédé antérieurement au
26 juillet 1915 (avis ministériel
du 7 août 1915.

Né lé 27 décembre 1891

Page | 17
FARDEAU Henri Julien Gaston.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de plâtrier.
Fils de Ferdinand Gaston (plâtrier) et de PAITRY Marie Louise, domiciliés 16 rue Rallier (Rennes), puis à Gennes.
Incorporé à compter du 3 septembre 1917.

Page | 18
FONTENAIS Clément Désiré.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Louis Etienne (cultivateur) et de BOMPAS Joséphine (cultivatrice) domiciliés à Gennes (village de Sarreau).
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation du 1er août 1914. Arrivé au Corps le 3 août 1914.
Sergent le 29 septembre 1914.
Blessé à Zonnebecke le 27 octobre 1914..
Secours de 200 francs accordé le 20 septembre 1916 à M. FONTENAIS Louis à Gennes, père de l’intéressé.

Avis du Ministère de la guerre
(498 ac) du 4 septembre 1914.

J.M.O. 135e R.I. du 29 octobre 1914 (extrait)
Enfin de journée la situation du régiment reste la même que précédemment. Depuis le matin les allemands n’ont
cessé de canonner le secteur du 135e et les environs.
Nuit très calme sur le front, fusillades intermittentes à droite et à gauche.
Pertes de la journée.
1 Sous-officier tué
18 soldats blessés
disparus néant.

Page | 19
FRESNEAU André Léopold Auguste
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de André (cultivateur) et de OSSAN Virginie Adélaide (cultivatrice), domiciliés à Gennes (village de Sarreau)
Le 23 octobre 1910 résidait à Chenehutte-les-Tuffeaux
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914.- Arrivé au Corps le 4 août 1914.
Parti au front le 11 août 1914 – Évacué malade le 27 décembre 1914. Rentré le 14 février 1915. Arrivé au front le
21 mai 1915. Évacué le 16 janvier 1917. Rentré le 21 février 1917.

n° 280

Disparu le 22 juillet au Plateau de
Californie N.O. de Craonne.
Déclaré décédé le
22 juillet 1917 par jugement
déclaratif de décès rendu par le
tribunal de Saumur le 27 mai
1920.

J.M.O. 77e R.I. du 22 juillet 1917.
Violente attaque boche, précédée par un bombardement atteignant toute la violence qu’on peut imaginer. Toute la
1ère ligne est bousculée ou brûlée par les flammenweerfer. Nos patrouilles retrouvent plus tard les cadavres de ses
défenseurs. La Cie de soutien avec deux sections de la 6e Cie du 32e sous le commandement du Capitaine
Courreau du 77e se porte immédiatement en avant au secours de la 1ère ligne. Le Capitaine Courreau disparaît
(vraisemblablement tué) et presque tous les officiers sont tués ou blessés. La contre attaque est arrêtée sur la crête par
des feux violents. On arrête la ligne à la crête géographique et on défend la ligne qui passe à droite du nord du plateau.

Page | 20
FRESNEAU Julien Joseph.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Joseph Julien (cultivateur) et de GOUJON Joséphine Louise (cultivatrice), domiciliés à Gennes (village de la Forêt).
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Arrivé au Corps le 6 août 1914..Passé
aux armées le 10 septembre 1914.
Déclaré décédé le 30 mai 1918 par jugement déclaratif de décès du Tribunal de Saumur, rendu le 2 mars 1922.

Présumé tué – avis officiel 2507
T. du 4 juillet 1918

J.M.O. 5e Régiment de cuirassiers du 30 mai 1918 (Additif) (extrait)
La ténacité de ces trois unités est d’autant plus méritoire que depuis trois heures elles reçoivent de notre artillerie de
trop nombreux coups courts et au début, de 1.200 m par suite d’une erreur (le Cdt Carruel du 273e A.C a montré le
soir un ordre écrit de l’A.C.D donnant comme front de barrage une ligne : Ferme Loire – Croix Blanche – Ferme
Mareuil – omettant le saillant le Bonnemaison) en sorte que les fusées : ‘’allonges le tir’’ n’ont eu longtemps d’autre
résultat que d’amener progressivement le feu sur nos lignes.
Je demande pour la 5e fois depuis ce matin que l’artillerie cesse de tirer dans le dos de mes troupes et même de mes
réserves. La ligne centrale actuelle est d’une façon générale parallèle à la route Bonnemaison – Croix Blanche
jusqu’au point 53,65 et ensuite Nord-Sud et à 300m à l’Est de cette ligne. ‘’Ce tir de contre préparation sera obtenu et
d’un effet très efficace sur le front du Btn Brisoult.

Page | 21
FRESNEAU Raymond Louis.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement d’employé de commerce.
Fils de Louis (négociant) et de LAMBAULT Marie Eugénie (marchande de nouveautés), domiciliés à Gennes.
Appelé à l’activité, le 17 décembre 1914. Arrivé au Corps le dit jour.
Blessé le 16 juin 1915 à la côte 140 (plaies de la face et fracture du maxillaire inférieur par balle). Cité à l’ordre
du régiment du 23 août 1917 (téléphoniste dévoué et courageux, n’a cessé depuis le début de la campagne de
donner de nombreuses preuves de sang-froid et d’énergie, ainsi que d’être par son attitude et sa conduite d’un bel
exemple pour ses camarades, a été tué le 9 août 1917, dans la forêt d’Apremont en réparant les lignes
téléphoniques sous un violent bombardement – Croix de guerre. Etoile de bronze.

J.M.O. 20e R.I. du 9 août 1917.
Plus grande activité de l’artillerie ennemie que pendant les journées précédentes. Nombreuses rafales
de 105 fusants sur le plateau de la Tête à Vache. La Cm 3 exécute un tir indirect pendant la nuit.
Pertes : Fresneau Raymond, soldat CHR tué. (Compagnie Hors Rang)
Henry Camille, soldat 2e Cie blessé.
Sibille Paul, soldat 2e Cie blessé.

Page | 22
GENET Eugène Louis Emile.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Eugène (cultivateur) et de GOURÉ Marie Joséphine (cultivatrice) - domiciliés à Gennes (Milly – aux Buttards).
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Arrivé au Corps le 3 août 1914.
Blessé le 3 mai 1916 à Verdun.

Avis de décès FR. 38512 du
25 mai 1917.

Page | 23
GOURE Emile Louis.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement d’épicier.
Fils de Louis (cordonnier) et de BEAUMONT Louise Virginie (épicière), domiciliés à Gennes (Milly).
Marié à Grézillé (Maine et Loire), le 16 avril 1912 avec MORON Marie Louise.
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Arrivé au Corps le 3 août 1914.
N’a pas rejoint.
Décédé à Gennes le 26 septembre 1914 (avis de la Mairie du 3 novembre 1914).

Page | 24
GRELIER Jean Henri.
Résidant au recrutement à Passavant, canton de Vihiers, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Le 4 octobre 1910 réside à Gennes.
Fils de Jean (propriétaire) et de MARET Louise (propriétaire), domiciliés à Cléré, puis à Passavant.
Un secours de 150 francs a été accordé à Madame veuve GRELIER à Gennes le 24 mars 1915.
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Arrivé au Corps le 4 août 1914.

J.M.O. 277e R.I. du 27 novembre 1914.
Le régiment stationne sur ses positions et reçoit l’ordre du Colonel Commandant la brigade mixte de pousser des
tranchées d’attaque particulièrement sur les deux côtés de la voie ferrée Toul-Thiancourt. Huit tranchées défilées sont
immédiatement amorcées et poursuivies, trois à l’Est de la voie ferrée par la section du Génie de la Brigade mixte et
cinq à l’Ouest par la 21e Compagnie.
A signaler un tué et cinq blessés.

Page | 25
GROUST Henri Louis Camille.(surnom : PICARD)
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Louis (meunier) et de HETREAU Louise (cultivatrice), domiciliés à Gennes.
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Arrivé au Corps le 3 août 1914.

J.M.O. 125e R.I. du 20 novembre 1914.
Le régiment va cantonner à Hamertingre après 28 jours de tranchées.

Page | 26
GUILLOTRAU Louis Auguste.
Résidant au recrutement au Rosiers, canton de Saumur N.O., département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Louis François (cultivateur) et de BAUDRILLER Louise (ménagère), domiciliés à Gennes (au bord de l’eau),
canton du dit, département de Maine et Loire.
Appelé à l’activité le 6 octobre 1911. Arrivé au Corps le dit jour
Réformé temporairement (1ère catégorie) par la commission spéciale de réforme de Commercy dans sa séance du 16 octobre
1911 pour ‘’ pour fracture du 2e métatarsien gauche, cal volumineux’’
Reconnu propre au service armé par la commission spéciale d’Angers le 30 août 1912 et rappelé à l’activité à compter
du 18 octobre 1912. Arrivé au Corps et soldat de 2e classe le dit jour. Aux armées le 4 août 1914.
Prisonnier le 26 septembre 1915 à Wailly (Pas de Calais) (à Munster)
Disparu le 25/26 septembre 1915 à Wailly (P. de C.). Avis officiel GK 2178 du 6 septembre 1916.
Porté à tort blessé.

J.M.O. 144e R.I. du 26 septembre 1915.(extrait)
Les unités relevées vont prendre place par Btns accolés, les têtes de btn dans le chemin creux, les queues dans Wailly et le
Petit-Château, dans l’ordre 3e, 2e, 1er à partir de le droite.
Pertes Hommes de troupe : 66 tués
215 blessés
207 disparus.

Page | 27
HIPPOCRATE François René.
Résidant au recrutement à Trêves-Cunault, canton de Gennes, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement d’épicier.
Fils de François (carrier) et de MARTIN Marie (cultivatrice), domiciliés à Trêves-Cunault.
Marié à Trêves-Cunault le 26 avril 1913 avec FOURNIER Adrienne.
Réside à Gennes le 28 mai 1913.
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Arrivé au Corps le 3 août 1914. Parti aux
armées (G.B.C. le 28 juin 1916).
Passé à la 19e section d’infirmiers le 1 octobre 1916. Passé au 66e Régiment d’Infanterie le 29 janvier 1917. Passé au
401e Régiment le 16 mai 1917.

Disparu le 4 mai 1918.
Avis officiel 4993 du 7 juin 1918.
Déclaré décédé le 5 mai 1918 à Bailleul
(Nord) d’après jugement déclaratif de
décès rendu par tribunal de Saumur le
25 septembre 1920. Mort pour la France.

J.M.O. 401e R.I. du 4 mai 1918.
Reprise du dispositif normal antérieur.
Par ordre du Commandant dès la tombée de la nuit, les détachements sont ramenés dans nos lignes et le III/401 se
reporte en soutien. Mais plusieurs morts ou blessés son restés dans lignes ennemies et le nombre des disparus est élevé
Pertes de la journée :
Au total 10 tués,
Soit 50% de l’effectif
44 blessés
directement engagé.
68 disparus

Page | 28
HUBAULT Clément Louis.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de meunier.
Fils de Clément (cultivateur) et de GUIET Louise Delphine (cultivatrice) à la Ménitré (canton des Mottas), puis à Gennes.
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Arrivé au Corps le 12 août 1914.

.

Avis ministériel du
1er février 1917.

Page | 29
LALLEMAND Louis Mathurin.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Mathurin (cultivateur) et de LALLEMAND Marie Louise (cultivatrice), domiciliés à Gennes. (à la Genevraie).
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914.
Arrivé au Corps le 7 août 1914.

Page | 30
LANDREAU Albert Lucien.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement d’agriculteur.
Fils de (feu) Joseph Clément (cultivateur) et de GENES Valentine (ménagère), domiciliés à Gennes.(à Milly)
Incorporé à compter du 12 décembre 1914. Arrivé au Corps le dit jour.
Blessé à Verdun le 23 février 1916 par balle – Plaie abdomen et main gauche.
Blessé le 16 août 1916, plaie contus à la joue droite par éclat d’obus.
Médaille militaire par Décret Présidentiel du 26 novembre 1920.
‘’ Brave soldat, tombé glorieusement pour la France, le 19 avril 1917 à Berméricourt.- Croix de guerre avec étoile de
Bronze ‘’.

Avis officiel B 398 du 26 mai 1917.

J.M.O. 35e R.I. du 19 avril 1917.(extrait)
17h . Les boches tentent une contre-attaque qui fait refluer les 2e et 3e bataillons dans le boyau de Berméricourt, mais
qui ne peut progresser. Le Colonel organise la résistance sur la ligne du boyau de Berméricourt et réussit à enrayer
toutes tentatives ennemies et aussi tout mouvement de repli de notre ligne.
Le Colonel envoie aux deux bataillons (2e et 3e) l’ordre suivant ‘’ on va s’organiser sur place dans le boyau de Berméricourt
qui sera organisé défensivement ; approfondir le fossé, l’élargir et organiser des banquettes de tir.
Pertes de la journée : Tués 24, blessés 110, disparus 124.

Page | 31
LASNIER Célestin Ernest.
Résidant au recrutement à Saint-Georges-des-7 voies, canton de Gennes, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Célestin (cultivateur) et de SALMON Louise (cultivatrice), domiciliés à Gennes (à la Goubaudière).
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Arrivé au Corps le 23 mai 1917.
Parti aux armées le 28 novembre 1917.

Disparu le 11 avril 1918 à Rouvres. Avis du
ministère le 25 juin 1918 n° 8461.
Décès constaté le 25 septembre 1918 sur le
champ de bataille du bois Sénécat –
Rouvres (Somme) – Avis du 5 novembre
1918 n° 20520 9C.
Déclaré décédé le 5 avril 1918 au Bois
Sénécat (Somme) par jugement déclaratif
de décès rendu par le tribunal civil de
Saumur le 22 décembre 1921.

J.M.O. 335e R.I. du 5 avril 1918.(extrait)
A 150 mètres du Bois de Senecat, une mitrailleuse en lisière et vers la gauche ouvre un feu particulièrement meurtrier
sur la section de gauche ; la section la plus à droite est entraînée à l’assaut par le lieutenant……
Pertes de la journée :
Hommes de troupe
Tués 24,
Blessés 149,
Disparus 11.
Le Lt-Colonel Commandant le régiment fait paraître l’ordre du jour ci-après ‘’Le 5 avril, le 4eBtn a écrit à son tour une page
glorieuse pour l’historique du régiment. Le combat au bois de Sénécat engagé et conduit avec un admirable mordant par nos
camarades du 4e Btn sera désormais gravé dans toutes nos mémoires Salut aux morts, merci aux vivants, dont nous sommes
fiers. Honneur à tous’’.

Page | 32
LEVÊQUE Pierre Louis Marie.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Pierre (cultivateur) et de ESNAULT Joséphine (cultivatrice), domiciliés à Gennes.
Marié à Rou-Marson le 4 octobre 1910, avec LEROY Régine Eugénie Renée.
Un secours de 150 francs a été accordé à Madame LEVESQUE, le 18 mai 1916.
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 19+14. Arrivé au Corps le 4 août1914.

Disparu le 16 juin 1915 à Souchez
(avis C.V . 7061 du 27 août 1915.
Déclaré décédé le 16 juin 1915, par
jugement déclaratif de décès rendu par
le tribunal de Saumur le 10 mars 1921.

J.M.O. 77é R.I. du 16 juin 1915. (extrait).
La 1ère vague, commandée par le Commandant De Merlis et comprenant la 2e, 3e et 4e Cies occupe le parallèle de départ.
A 12h15, la 1ère vague, le Commandant de Merlis en tête, sort de la parallèle de départ et se lance à l’assaut. Les Cies
de droite et de gauche sont arrêtées par des défenses accessoires en fil de fer barbelés situées devant les tranchées
allemandes. La Cie du centre (capitaine Cogny) trouve un passage à travers les fils de fer, traverse la première tranchée
allemande. Mais toutes sont fauchées parles mitrailleuses allemandes. Les survivants sont obligés de se replier.
Le nombre total des victimes tuées, blessées ou disparues atteint environ 780 – les survivants regagnent les tranchées à
la tombée de la nuit.

Page | 33
MERLET Albert Pierre Charles.
Résidant au recrutement à Ecouflant, canton d’Angers, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de domestique.
Résidant à Gennes depuis le 25 octobre 1913.
Fils ?
Rappelé à l’activité par Décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Arrivé au Corps le 4 août 1914.
Caporal le 6 novembre 1914.

Classe de mobilisation 1907 – Angers.

J.M.O. 135e R.I. du 12 novembre 1914. (extrait).
La mission de chacun est de se renforcer cette nuit sur les positions qu’il occupe et de se maintenir énergiquement
dans la journée en attendant la reprise prochaine de l’offensive.
À partir de 5 h, une attaque allemande s’est produite sur la droite du secteur occupé par le régiment. Le régiment
cédant à des forces ennemies très importantes a perdu quelques tranchées de 1ère ligne. Le secteur du régiment a été
fortement canonné, et à la fin de l’engagement vers 9h les allemands occupaient la route de Pasendalle-Bnuleau à l’est
du carrefour de Brodeseindes et quelques tranchées au sud.
Une compagnie, la 1ère à gauche du secteur a tenu ses positions jusqu’à la nuit et n’a du se replier que sur ordre pour se
trouver à hauteur du régiment.
Pertes de la journée :
1 sous-officier, 11 soldats tués,
44 sous-officiers, 795 soldats disparus,
15 sous-officiers, 76 soldats blessés.

Page | 34
PAGEAU Jean Marie.
Résidant au recrutement à Denezé, commune de Doué-la-Fontaine, département de Maine et Loire..
Profession au recrutement : non renseignée.
Réside à Milly (canton de Gennes) depuis le 2 octobre 1910.
Fils de Claude (laboureur) et de ROUSSEAU Marie (cultivatrice), domiciliés à Ligné (à Préfouré) Loire-Inférieure,
puis à Denezé.
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914.
Arrivé au Corps le 12 août 1914.

Disparu à Agny le 25 septembre
1915. Avis ministériel du 22
décembre 1915 n° 4229 EI n°240.
Déclaré décédé le 25.9.1915 par
jugement déclaratif du tribunal de
Saumur rendu le 28.8.1920.

J.M.O. 135e R.I. du 25 septembre 1915. (extrait)
L’attaque du 25 septembre fut exécutée dans des conditions très difficiles, les Cies devant progresser par des brèches,
dont la largeur variait de 3 à 80 m. et qui étaient battues non seulement de front, mais latéralement par les allemands
occupant la 1ère ligne, non bouleversée par les tirs de notre artillerie
Elles furent décimées par des feux concentriques d’infanterie et de mitrailleuses, le lancement simultané d’un grand
nombre de grenades, dont l’action prolongée amena le resserrement de nos unités et menaça d’encerclement les
quelques fractions incapables de se replier. Celles qui luttèrent pied à pied dans les boyaux furent refoulées de
traverses en traverses, jusqu’à ce que les derniers combattants fussent dans l’obligation de rentrer dans la parallèle de
départ, en abandonnant le terrain si péniblement conquis.
La nuit, relativement calme est employée à la relève des blessés et tués ; l’opération est rendue difficile par la fusillade
ennemie.
Pertes : 38 officiers tués, blessés, disparus.
1162 hommes tués, blessés, disparus (approximativement).

Page | 35
PAPIN Marcel Jean-Baptiste.
Résidant au recrutement à Saint-Laurent-des-Autels, canton de Champtoceaux département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de charron-forgeron.
Fils de Jean-Baptiste (cantonnier) et de CIGER Désirée Célestine (ménagère), domiciliés à Gennes.(à Virpelé)
Incorporé à compter du 9 janvier 1916. Arrivé au Corps le dit jour.
Blessé le 23 novembre 1916 à Bouchavesnes ‘’plaie région abdomen par schrapnell’’.
Médaille militaire ‘’Bon et brave soldat. Mort pour la France des suites de ses blessures reçues à l’ennemi
‘’ Croix de guerre avec étoile de Bronze. J.O. du 18 mars 1922 page 421. ‘’

N° Matricule 89

Hôpital d’évacuation.
Avis ministériel 8540 du
7 décembre 1916.

J.M.O. 54e R.I. du 23 novembre 1916. (extrait)
Le 3e Btn est relevé par 1 Btn du 106 et se rend au Bois Madame en portion de réserve de Brigade.
Jusqu’au 29 novembre le régiment reste dans le secteur de Bouchavesnes (les TC étant au Moulin de Fargny, les TR
à Laneuviele de Bray). Le régiment a beaucoup souffert de la boue persistante et dans les derniers jours l’état militaire
est devenu mauvais (nombreuses évacuations pour gelures des pieds).
Les Btns ont été occupés à l’organisation du secteur en secteur d’attaques (creusement de tranchées, de parallèles, de
boyaux) Malheureusement la pluie a rendu vain le travail alors qu’il était déjà très avancé.

Page | 36
PAUMIER Victor Jules Auguste.
Résidant au recrutement à Chemellier, canton de Gennes, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Pierre (charron) et de ABIGAILLE Anastasie (journalière), domiciliés à Louerre, canton de Gennes.
Marié le vingt janvier 1906 à la mairie de Louerre avec mademoiselle ORTION Marguerite Blanche.
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Arrivé au Corps le 20 mars 1915.
Citation : Cité à l’ordre du 327e - Très bon soldat ayant toujours eu une belle attitude au feu, est parti à l’assaut
les 4 et 5 septembre 1916 avec le plus grand entrain.

Inhumé près des tranchées du plateau et de
Magolot.
Avis officiel du 25 mai 1917
E.P. n° 4697.

Au canton de la Vendellières

J.M.O. 327e R.I. du 17 avril 1917. (extrait)
L’ordre préparatoire du Général Cdt l’J.D. du 17 avril prescrit que l’attaque générale reprendra dans l’après-midi du 17
à l’heure H. Objectif de D.J. : plateau de Vauclerc et terrain au delà jusqu'à l’Ailette. Les 127e et 43e aideront par un
débordement latéral l’action du 327e sur B. 1.
Le passage des lignes par le 4e Btn se fera dès que les 5e et 6e atteindront les Creutes sur lesquelles ils resteront pour opérer le
nettoyage pendant que le Btn Desmons exécutera son opération entre les Creutes et l’Ailette.
Le nid de résistance principal débouche d’un tunnel venant des Creutes (renseignements fournis par l’J.D. d’après un
croquis allemand).
L’attaque, menée avec la plus grande énergie, ne donne aucun résultat
Vers 18h une contre-attaque allemande débouchant du chemin des Dames est arrêtée par les feux de nos mitrailleuses.
Pertes de la Journée : Hommes de troupe : tués 6, blessés 33.

Page | 37
RABOUIN Victor Georges.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Auguste Joseph (cultivateur) et de LUCAS (LICOIS ?) Amélie Julie (cultivatrice), domiciliés à Gennes (à Bouchet).
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Arrivé au Corps le 4 août 1914.
Blessé le 15 septembre 1914 à Prones (Marne).

J.M.O. du 9eCie du Génie du 15 septembre 1914. (extrait).
Quitté le cantonnement à Sept-Faulx à 4h30. la compagnie stationne à l’intersection des routes de Reims à Bar-le-Duc
et Sept-Faulx à Prosnes ou elle reste avec 2 Btn du 291e d’Infanterie à la disposition du Général de Division. À 17h
environ un obus éclate à proximité de la Cie – il détruit la voiture du S/M n° 1 et tue le conducteur - au moyen d’une
voiture de réquisition - enlèvement et transport des outils restés intacts – à 18h la Cie est mis à la disposition d’un Btn
d’infanterie de la 52e D.R. pour exécuter des tranchées au Nord de Sept-Faulx. Rentre au cantonnement de Sept-Faulx à 20h

Page | 38
RAVELEAU Auguste Louis.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de maréchal-ferrant.
Fils de René Séraphin et de ROUSSEAU Hortense Marie, domiciliés à Gennes.
Rengagé pour 3 ans le 19 juin 1914 à compter du 2 juillet 1914. Parti aux armées le 2 août 1914..

Avis Ministériel du
7 décembre 1916.

J.M.O. 49e Régiment d’artillerie du 8 septembre 1914. (extrait).
Au moment où le groupe va se porter à Soizy et de là à la crête du poirier, ordre est donné à 16h de le ramener entre
Montgivroux et Mondement et d’établir en batterie pour tirer sur le talus afin de contribuer à préparer l’attaque de la
42e D.I. sur ce village. Mise en batterie à 16h30. le feu est ouvert à 16h45 et cesse à 18h. Le groupe est ramené à 19h à
sa position d’attente primitive où il passe la nuit..
Le deuxième groupe est resté en batterie toute la matinée, en dessous de Mondement a 18h ayant beaucoup souffert
par le feu ennemi d’artillerie lourde, il amène ses avants-trains et remonté sur le plateau de Mondement, prend une
formation d’attente au Sud des bois et au Nord de Broyes et bivouaque pour la nuit.

Page | 39
RENARD Albert Auguste.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire..
Profession au recrutement de marchand de bestiaux.
Fils de Auguste (cultivateur) de GUÉRINEAU Eugénie (cultivatrice), domiciliés à Louresse-Rochemenier (à Launay), puis à Gennes.
Réformé temporaire (2e catégorie) par la commission de réforme de Tours le 8 août 1914 pour ‘’ imminence de tuberculose’’.
Reconnu bon service Armé par le Conseil de révision . Arrêté du 9 avril 1915
Rappelé à l’activité à compter du 9 août 1914. Arrivé au Corps le dit jour.
Au 135e Régiment d’infanterie. Caporal le 17 septembre 1916.

.

J.M.O. 135e R.I. du 12 octobre 1916. (extrait).
Le 32e C.A. doit réaliser l’opération prévue sur Sailly-Saillisel qui n’avait pas réussi, dans la nuit du 11/12. À l’heure
H, 14h5, le 1er Btn avance de 150 à 250 m en liaison avec le 170e à sa droite, mais sa progression est gênée par des
mitrailleuses allemandes de front et de flanc : le 75 tire trop court. La liaison avec le Btn de gauche est rompue, le 150e
R.I. reflux dans la tranchée de départ.
Le 3e Btn progresse par sa droite en profitant du ravin : 70 hommes de 2 Cies de 1ère ligne (9e et 11e Cies) entraînés en avant
vers l’objectif, gagnent jusqu’à 500m, mais en appuyant trop à droite, sans liaison à droite et à gauche. Pris sous les feux des
mitrailleuses sur les 2 flancs et dans le dos, atteints par notre propre artillerie malgré les fusées lancées, ces éléments avancés
se repli et à la nuit dans la tranchée de départ.
Au cours de l’opération, les nids de mitrailleuse ennemies vers 9800 nous ont considérablement gênées.
Pertes : 26 hommes tués, 45 hommes blessés, 24 disparus..

Page | 40
RETAILLEAU Eugène Jules.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Pierre (fermier) et de FARDEAU Louise (cultivatrice), domiciliés à Cernusson (à la Cotinière), puis à Gennes.
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914.
Arrivé au Corps le 3 août 1914. Aux armées le 6 août 1914.

77e R.I.

Avis officieux du
2 juillet 1917.

Cernusson

J..O. 77e R.I. du 30 août 1914. (extrait)
Le régiment soutien à Faux un combat acharné. L’artillerie française soutient énergiquement l’infanterie et fait subir
des pertes sérieuses aux Allemands. Dans la soirée, le régiment reprend sa marche de retraite. Les patrouille ennemies
suivent de près.

Page | 41
ROUCH Valentin Pierre Dominique.
Fils de Jean Isidore et de SCHARF Marie Marguerite

12e compagnie

n° 1226 – Liste du canton
NANCY-EST

J.M.O. 24e Colonial d’Infanterie du 23 août 1914. (extrait).
Vers 11h40 le Lt Colonel Vannester ………. qui commande la défense de Jamoigne signale qu’il a aperçu à 11h25 une
colonne de 2 à 3 Btns se dirigeant de Rossignol vers Bulles. Le Colonel Béthonnart signale au Général de Division que
la défense de Bulles devient précaire, qu’aucune artillerie ne nous soutenant, à 12h30, les troupes de Bulles reçoivent
l’ordre en cas de retrait de se retirer par les 2 chemins sur la rive droite de la Semoy en passant la Semoy à Moyin et à
La Neuville.

Page | 42
ROUSSEAU Elie Joseph.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement d’agriculteur.
Fils de Stanislas (cultivateur) et de MARCHAND Célestine (Célestine), domiciliés au Thoureil (au Bois-Gilbert), puis à Gennes.
Incorporé à compter du 6 septembre 1916. Arrivé au Corps le dit jour.

7e batterie

Décès constaté le 17 octobre 1918 sur
le champ de bataille de St Quentin
(Aisne.)
Déclaré décédé le 16 octobre 1918 à St
Quentin (Aisne), d’après jugement
déclaratif de décès rendu par le tribunal
de Saumur le 19 janvier 1922.

J.M.O. 306e R.I. du 16 octobre 1918 (extrait).
Toute la journée, la batterie exécute des tirs sur Longchamp, Grougis (au nord-est de St Quentin)

Page | 43
ROUSSEAU Louis Célestin Henri.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Louis Joseph (cultivateur) et de MALLOYER Anne Célestine (cultivatrice), domiciliés à Gennes.(à Bouchet).
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914.
Arrivé au Corps le 3 août 1914. Soldat de 1ère classe. Aux armées le 6 août 1914.

n° 18
le 24 novembre 1914
à l’hôpital mixte.
Avis ministériel
A.L. 418 du 21 décembre 1914.

Page | 44
SIGOGNE Louis Ernest.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement d’agriculteur.
Fils de Louis René Alphonse (cultivateur) et de SAUSSEREAU Françoise Marie (cultivatrice), domiciliés à Gennes (à Sarré).
Incorporé à compter du 6 septembre 1914. Arrivé au Corps le dit jour.
Passé au 12e R.I. .le 29 septembre 1914.

J.M.O. 12e R.I. du 28 décembre 1916 (extrait).
Même ordre de bataille.
Violentes action de l’artillerie ennemi – 4 avions ennemis survolent nos lignes dès 9h – ils règlent le tir de l’artillerie
lourde qui commence par tirée vers 10h sur les Tt du ………. et lignes arrières – À 11h30 Violent bombardement de la
route de Bras à Lauvenant – environs de la carrière des mitrailleurs – dépôt de matériel et ravin d’Henrias par obus
asphyxiants et explosifs de 150.
Tirs d’obus de 88 par intermittence toute la journée sur 1ère ligne. À partir de 13h30 le bombardement reprend toutes
les heures pendant 10 à 15 minutes par obus asphyxiants et explosifs. Bombardement intermittent des lignes arrières et
batteries. À 14h30 notre artillerie exécute un tir de contre-batteries. Le soir le 3e Btn les 6e et 7e Cies et un peloton de
la 3e C.M. sont relevés par le 6e R.I.
Les fractions relevées du 2e Btn vont à la Caserne Jardin-Fontaine. Le 3e Btn reste en réserve ; Relevées sans
incidents.
Tués 12 - Sigogne 6e
Blessés 6 Evacués 38 –

Page | 45
TREMBLET Henri Eugène.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Eugène (cultivateur) et de GAREAU Marie Joséphine (cultivatrice), domiciliés à Nuaillé (à Tressard), canton
de Cholet, puis à Gennes.
Appelé à l’activité le 10 octobre 1912. Arrivé au Corps le dit jour.
Un secours de 150 francs a été versé à M. TREMBLET père à Gennes le 23 janvier 1919.

239e Régiment d’artillerie de
campagne.

Page | 46
TREUILLIER Jules.
Résidant au recrutement à Trèves-Cunault, canton de Gennes, département de Maine et Loire..
Profession au recrutement de cultivateur.
Fils de Etienne (cultivateur) et de BEAUMONT Perrine (cultivatrice), domiciliés à Gennes. (au village des Roches).
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er août 1914. Arrivé au Corps le 3 août 1914.
Un secours de 150 francs a été accordé à Monsieur TREULLIER père le 9 octobre 1915.

Avis de décès Ministériel
n° 965 du 4 décembre 1914.

HISTORIQUE du 77e R.I. (http://argonaute.u-paris10.fr/ark:/naan/82aef96c24)
C’est le 24 octobre que le 77e est engagé dans la bataille de l’Yser. Il arrive pour soutenir les Anglais à Zonnebeke. Le
29, l’infanterie française attaque ; le 3e bataillon réussit à progresser d’un kilomètre. Bien que les allemands ne
possèdent guère que de l’artillerie de campagne, l’absence de tout abri, sur un sol plat, rend la progression impossible
sous le feu des fantassins embusquée et terrés. Mais le bataillon de Merlis, conduit par le général de division
LEFEVRE en personne avance sous un violent bombardement, enlève six pièces d’artillerie et parvient jusqu’au pied
des crêtes de Passehendaele. Le général EON et son officier d’ordonnance, le capitaine DE LA TAILLE, sont blessés.
Le Colonel LESTOQUOI prend le commandement de la brigade et le commandant BEAUMARD, revenu, celui du 77e.
La nuit venue, et les jours suivants se passent à fortifier la position et repousser des petites attaques

Page | 47
VRAIN Jules Victor.
Résidant au recrutement à Gennes, canton du dit, département de Maine et Loire.
Résidant depuis 23 juin 1908, 289 rue St Jacques, Paris 5e arrondissement.
Profession au recrutement de Journalier.
Fils de Félix (charron) et de CLAVEREAU Marie (ménagère), domiciliés à Gennes (à Bouchet).
Rappelé à l’activité par le Décret de mobilisation générale du 1er Août 1914. Arrivé au Corps le 6 août 1914.

Avis ministériel 3924 BB du
16 mars 1916.devant Mont St Eloi.

J.M.O. 57e Bataillon de chasseurs à pied, du 31 janvier 1915. (extrait)
Pertes : 2 chasseurs tués Vrain et Retournard Alfred 10e Cie.

Page | 48
WATRINGUE Louis Djelma Laurent.
Né le 3 mars 1882, à La Calle (ou Port-de-la-Calle), (nom actuel El Kala), Algérie.
Transcription le 01.04.1916, à Paris11e.

Journal officiel de la République
française
Lois et décrets –1915/09/25
(année 47, n° 260)
Rang au 20 septembre 1915
CAVALERIE
Promotions
Réserve
Par décret en date du 21 septembre
1915, sur proposition du ministre de la
guerre, ont été promus à titre définitif
dans le cadre des officiers de réserve de
l’armée de la cavalerie et par décision
ministérielle du même jour, ont été
maintenues dans leur affectation
actuelle à savoir.
M. WATRINGUE (Louis) souslieutenant de réserve à titre temporaire
au 8e régiment de chasseurs, détaché au
96e régiment d’Infanterie.

J.M.O. 96e Bataillon d’Infanterie du 29 septembre 1915. (extrait)
À 16 heures 20, ordre est envoyé au Commandant du II/96 d’utiliser une partie des mitrailleuses mises à sa disposition
pour neutraliser celles qui prennent de flanc notre ligne et de prévoir leur action en vue d’arrêter net toute tentative de
contre-attaque.
À 16 heures 45, ordre est envoyé de se terrer sur place, une nouvelle préparation d’artillerie lourde et de campagne
devant se faire sur la côte 201.
À partir de ce moment, aucun mouvement ne se produit jusqu’à la nuit qui arrête toute action. L’action engagée ce jour
là devait échouer par suite de l’inaction coupable de l’artillerie, de l’existence d’un réseau puissant de fil de fer devant
la tranchée et de mitrailleuses merveilleusement placées qui n’avaient pas été inquiétées dans leurs abris.
Le mouvement sur la partie de la tranchée de la Vistule comprise entre 963 et 967 était en outre entièrement difficile,
le terrain étant en glacis et la distance à parcourir étant grande entre le point de départ et le but à atteindre. Un appui
immédiat et rapproché d’artillerie de campagne eut pu aider considérablement l’attaque.
Pertes : M.M. S/lieutenants Ployer, Watringue, Svaenepôel. Tués

Page | 49

COMPLEMENT D’INFORMATIONS POUR RECHERCHE SUR L’HISTORIQUE DES RÉGIMENTS.
.
Régiment
Artillerie de
campagne

Infanterie Bataillon
de Chasseurs à pied
Chasseurs cuirassiers
Colonial d’infanterie
Génie



Nom et Prénoms

4
49

BLOUIN Eugène Bernard
HUBAULT Clément Louis
RAVELEAU Auguste Louis
TREMBLET Henri Eugène
ROUSSEAU Elie Joseph
VRAIN Félix Jules Victor
LALLEMAND Louis Mathurin
FRESNEAU Julien Joseph
ROUCH Valentin Pierre Dominique
RABOUIN Victor Georges
BOISDRON Eugène Joseph
SIGOGNE Louis Ernest
FRESNEAU Raymond Louis
BRETAULT Lucien Marie Pierre Louis
LANDREAU Albert Lucien
PAPIN Marcel Jean-Baptiste
CHOINIERE Léon Joseph Marie
FRESNEAU André Léopold Auguste
GENET Eugène Louis Emile
LEVEQUE Pierre Louis Emile
RETAILLEAU Eugène Louis Marie
TREULLIER Jules
WATRINGUE Louis Djelma Laurent
BRUNET Emile Constant
BRUNET Charles Jean Guillaume
GUILLOTREAU Louis Auguste
ROUSSEAU Louis Célestin Henri
GROUST Henri Louis Camille (PICARD)
ESNAULT Marcel Adrien
CHAZAL Armand
FONTENAIS Clément Désiré
MERLET Albert Pierre Charles
PAGEAU Jean Marie
RENARD Albert Auguste Eugène
AUVERT Charles Marcel
BOURDAIS Georges
CHOLET Pierre Joseph Eugène
BEGUIER Arsène Marcel
GRELIER Jean Henri
PAUMIER Victor Jules Auguste
LASNIER Célestin Ernest
FARDEAU Henri Julien Gaston
HIPPOCRATE François René
BERARD Raoul Robert

239
306
57
5
24
6
5
12
20
30
35
54

77

96
106
Infanterie

114
125
132

135

Mixte de Zouaves

149
154
169
214
277
327
335
367
401
7

Historique des régiments
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6327923r

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6417579q
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6399352z
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6339344r
http://argonaute.u-paris10.fr/ark:/maan/1377d4f510
http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/ab2dcefb83
http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/4a4e6a93e9
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6261392x
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6243311j
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6465097p

http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/82aef96c24

http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/4dbc1fab73
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6237019s
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6357042t
http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/4d75e4f747
http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/5162408281

http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/564885d4d4

http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/66d1992d30
http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/b5a008d75b
http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/3019dce478
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6324012x
http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/6afbbb8481
http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/90b2bfb613
http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/c72fb2cd5d
http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/a105c45b37
http://argonnaute.u-paris10.fr/ark:/naan/cd9945bf1f



Documents similaires


famille henri lecont1
notice sur contrevoz
slz 14 18 mpf encadres pugieu
48q2az9
chenay 79 liste Electorale de 1914
newsletter 1er trimestre 2017


Sur le même sujet..