Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



Encyclopedie Berbere Volume 8 .pdf



Nom original: Encyclopedie-Berbere-Volume-8.pdf
Auteur: https://sites.google.com/site/tamazight/

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/10/2014 à 17:26, depuis l'adresse IP 105.106.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 4713 fois.
Taille du document: 37.9 Mo (200 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


ENCYCLOPÉDIE
Vili
Aurès — Azrou
Addendum et réédition

Asura — Ahaggar — Ajjer

Ouvrage publié avec le concours
et sur la recommandation du
Conseil international de la Philosophie
et des Sciences humaines
(UNESCO)

EDISUD

D I R E C T E U R D E LA P U B L I C A T I O N
GABRIEL CAMPS
professeur à l ' U n i v e r s i t é de P r o v e n c e
L . A . P . M . O . , Aix-en-Provence

CONSEILLERS

SCIENTIFIQUES

G . C A M P S ( P r o t o h i s t o i r e et H i s t o i r e )
H . C A M P S - F A B R E R ( P r é h i s t o i r e et T e c h n o l o g i e )
S. C H A K E R ( L i n g u i s t i q u e )
M . - C . C H A M L A (Anthropobiologie)
J. D E S A N G E S ( H i s t o i r e a n c i e n n e )
M . G A S T (Anthropologie)

COMITÉ DE RÉDACTION
M . A R K O U N (Islam)
E. B E R N U S (Touaregs)
D . C H A M P A U L T (Ethnologie)
R . C H E N O R K I A N (Préhistoire)
H . C L A U D O T (Ethnolinguistique)
M . F A N T A R (Punique)
E . G E L L N E R (Sociétés m a r o c a i n e s )

J. L E C L A N T (Égypte)
T . L E W I C K I ( M o y e n Age)
K . G . P R A S S E (Linguistique)
L. S E R R A (Linguistique)
G . S O U V I L L E (Préhistoire)
J. V A L L V É B E R M E J O (Al A n d a l u s )
M.-J. V I G U E R A - M O L I N S (Al Andalus)

UNION INTERNATIONALE DES SCIENCES PRÉ- ET PROTOHISTORIQUES
UNION INTERNATIONALE DES SCIENCES ANTHROPOLOGIQUES ET
ETHNOLOGIQUES
LABORATOIRE D'ANTHROPOLOGIE ET DE PRÉHISTOIRE DES PAYS
DE LA MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

ENCYCLOPÉDIE
BERBÈRE
VIII
Aurès-Azrou

O u v r a g e p u b l i é avec le c o n c o u r s
et sur la r e c o m m a n d a t i o n d u
Conseil i n t e r n a t i o n a l de la P h i l o s o p h i e
et des Sciences h u m a i n e s
(UNESCO)

ÉDISUD
La Calade, 13090 Aix-en-Provence, France

ISBN 2-85744-201-7 et 2-85744-461-3
La loi du 11 mars 1957 n'autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l'article 4 1 , d'une
part, « que les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non des­
tinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations
dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou
partielle, faite sans le consentement de ses auteurs ou des ses ayants-droit ou ayants-cause,
est illicite » (alinéa 1 de l'article 40). Cette représentation ou reproduction par quelque pro­
cédé que ce soit constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et sui­
vants du Code pénal.
er

© Édisud, 1990.
Secrétariat : Laboratoire d'Anthropologie et de Préhistoire des pays de la Méditerranée occi­
dentale, Maison de la Méditerranée, 5 bd Pasteur, 13100 Aix-en-Provence.

Aurès

I 1097

A322. AURÈS (suite)
Préhistoire
L e s r e c h e r c h e s p r é h i s t o r i q u e s d e m e u r e n t encore au stade de la p r o s p e c t i o n d a n s
l ' e n s e m b l e de l ' A u r è s . U n seul g i s e m e n t c o n n u d e p u i s le d é b u t d u siècle, a fait
l'objet d ' u n e fouille m o d e r n e : la grotte d u K h a n g u e t Si M o h a m e d T a h a r ( c o n n u e
aussi sous le n o m de grotte C a p p e l e t t i ) , encore est-elle située sur le versant n o r d
du massif, s u r p l o m b a n t le bassin d e T i m g a d . C e gisement a servi à définir u n faciès
d u N é o l i t h i q u e d e t r a d i t i o n c a p s i e n n e ( C . R o u b e t , 1979). C e p e n d a n t l ' o c c u p a t i o n
d u massif n ' e s t limitée ni à cette région, ni à c e t t e é p o q u e .
L e s p r o s p e c t i o n s récentes de J . - L . Ballais o n t fait c o n n a î t r e 4 3 n o u v e a u x sites.
L e Paléolithique est représenté u n i q u e m e n t sur le versant et le p i é m o n t sud (Chetma,
O u e d D e r m o u n ) . U n E p i p a l é o l i t h i q u e indifférencié à lamelles a b o n d a n t e s est p l u s
r é g u l i è r e m e n t r é p a r t i dans les g r a n d e s vallées. L e C a p s i e n a été r e c o n n u d a n s le
voisinage de M c h o u n è c h e , mais il est b i e n m i e u x r e p r é s e n t é d a n s le n o r d , en relation avec l ' o c c u p a t i o n massive des H a u t e s p l a i n e s p a r cette c u l t u r e . L e N é o l i t h i que, en dehors d u site majeur du K h a n g u e t Si M o h a m e d T a h a r , d e m e u r e mal représ e n t é . L ' o c c u p a t i o n i n i n t e r r o m p u e des grottes d e p u i s cette é p o q u e n e facilite pas
la p r o s p e c t i o n ; aussi est-il difficile de tirer la m o i n d r e conclusion de la r é p a r t i t i o n
a c t u e l l e m e n t c o n n u e des g i s e m e n t s .
BIBLIOGRAPHIE
LAFFITTE R., Etude géologique de l'Aurès, Bulletin du Service de la carte géologique de l'Algérie, Descriptions régionales, n° 15, Alger, 1939, 484 p.
ROUBET C , Economie pastorale préagricole en Algérie orientale. Le Néolithique de tradition capsienne, Paris, C N R S , 1979, 595 p.
BALLAIS J.-L., «Nouveaux sites préhistoriques des Aurès et de leurs bordures», Libyca, t.
XXVI-XXVII, 1978-1979, p. 135-145.
BALLAIS J.-L. et ROUBET C , « Morphogénèse et préhistoire dans les Aurès (Algérie), Rev.
de Géologie dynamique et de Géographie physique, vol. 23, 1981-1982, p. 375-384.
E.B.

L'Aurès dans l'Antiquité
P a r A u r è s , o n e n t e n d le m a s s i f m o n t a g n e u x d ' A l g é r i e , q u i se dresse au s u d de
K h e n c h e l a , L a m b è s e et T i m g a d e n t r e les c h o t t s d u C o n s t a n t i n o i s et la dépression
s a h a r i e n n e des Z i b a n . C e t t e zone de h a u t e s t e r r e s forme u n b o u c l i e r q u i c u l m i n e
à 2 3 2 8 m . Il est h a b i t é p a r u n g r o u p e b e r b é r o p h o n e , les C h a o u i a . L ' A u r è s e n t r e
dans l'histoire — au sens stricte d u t e r m e — à la fin de l ' A n t i q u i t é grâce au récit
que, d a n s La Guerre Vandale, l ' h i s t o r i e n b y z a n t i n P r o c o p e d o n n e d e la révolte des
t r i b u s m a u r e s c o n t r e les V a n d a l e s q u i s'en étaient assuré le c o n t r ô l e (De Aed, V I ,
7, 6) et des c a m p a g n e s de S o l o m o n sous l ' E m p e r e u r J u s t i n i e n .
Aurasius n ' e s t pas attesté c o m m e o r o n y m e à l ' é p o q u e r o m a i n e . M a i s il apparaît
a u x s e c o n d et t r o i s i è m e siècles c o m m e cognomen, p r é c i s é m e n t d a n s la région ( C I L
V I I I 2476 et ad. 17965) sous c e t t e f o r m e , et, à L a m b è s e , sous la forme Aurassus
( C I L V I I I 2626) ainsi q u e c o m m e agnomen à L a m b è s e encore s o u s la forme A u r a s sius ( C I L V I I I 2848). U n Aurasius Toletanse ecclesiae pontifex est attesté p a r Ildelf.
vir. ill. 5. E n f i n u n e i n s c r i p t i o n de Caesarea de M a u r é t a n i e , d a t a b l e peut-être d u
1 siècle, d o n n e c o m m e n o m Aurasigudula d a n s laquelle on p o u r r a i t r e c o n n a î t r e
u n e Aurasi(a) Gudula(e) f(ilia) ( C I L V I I I 21109). Cela paraît i n t e r d i r e d'identifier
er

1098 / Aurès
avec l ' A u r è s , YAudon n o m m é p a r P t o l é m é e (IV, I I I n ° 6) et q u i paraît b i e n avoir
été au s u d de L a m b è s e (sur Audon, J. D e s a n g e s , Les tribus africaines de l'Antiquité
classique à l'ouest du Nil, Dakar, 1962, p . 118 n 8). Par la suite, on reparle de l'Aurès
à p r o p o s de la résistance q u ' o p p o s e n t a u x c o n q u é r a n t s arabes la K a h é n a et les tribus berbères.
L ' A u r è s a-t-il été u n e zone de résistance à la p é n é t r a t i o n r o m a i n e , u n refuge où
des p o p u l a t i o n s i n d i g è n e a u r a i e n t a t t e n d u l ' h e u r e de la r e v a n c h e ? L ' o c c u p a t i o n
d u massif dans l ' a n t i q u i t é est en réalité m a l c o n n u e . P a r t r a n s p o s i t i o n à l ' A n t i q u i t é
d ' u n e réalité c o n t e m p o r a i n e , C h . C o u r t o i s a v o u l u faire de l ' A u r è s u n m o r c e a u de
« l'Afrique o u b l i é e », u n b a s t i o n m o n t a g n e u x à l'écart de la r o m a n i s a t i o n q u e les
c o n q u é r a n t s r o m a i n s auraient p e u à p e u investi. A l ' é p o q u e flavienne, ils auraient
c o m m e n c é la m i s e en place d ' u n limes au n o r d d u massif. Sous les A n t o n i n s , la
domination r o m a i n e glisse vers la zone saharienne. E n 100, T r a j a n installe u n e colonie militaire à Thamugadi assurant ainsi le c o n t r ô l e des d e u x défilés de F o u m K s a n tina et O u e d T a g a et la surveillance des voies q u i e m p r u n t e n t les vallées des oueds
el A b i o d et A b d i . U n e i n s c r i p t i o n r u p e s t r e ( C I L V I I I 10230) m a r q u e le franchissem e n t des gorges de T i g h a n i m i n e . L e limes passe alors au s u d de l ' A u r è s et u n e
r o u t e stratégique relie Ad Majores et Ad Médias à Thabudeos. L e transfert de la I I I
légion Auguste à L a m b è s e complète le dispositif : « Aurès, Metlili, H o d n a sont encerclés et isolés les u n s des a u t r e s » ( M . B e n a b o u , La résistance Africaine, P a r i s , 1976,
e

e

Inscription rupestre de la Legio VI Ferrata à Tighanimine (photo G. Camps).

Aurès

I 1099

p . 118). L ' e n c e r c l e m e n t militaire de l'Aurès aurait été m e n é en parallèle avec la
limitation et la sédentarisation des M u s u l m a n e s .
C e t t e vision des choses est d i s c u t a b l e et l ' i n t e r p r é t a t i o n en t e r m e stratégique de
l ' o c c u p a t i o n de ces régions de N u m i d i e est m a i n t e n a n t contestée. E n fait il s e m b l e
que l'organisation défensive de la plaine de T i m g a d soit attribuable à l'époque byzantine et n o n à l ' é p o q u e r o m a i n e . A u H a u t - E m p i r e , l'état-major r o m a i n ne paraît pas
avoir c o n ç u de p l a n d ' i n v e s t i s s e m e n t des h a u t e s t e r r e s , q u i a u r a i e n t c o n s t i t u é le
b a s t i o n d ' u n e résistance militaire. J . - M . Lassère insiste f o r t e m e n t sur l ' i m p o r t a n c e
de m o u v e m e n t s de t r a n s h u m a n c e (J.-M. L a s s è r e , Ubique Populus, P a r i s , 1977, p .
3 5 8 - 3 6 3 ) ; ils a m è n e n t les A u r a s i e n s à se déplacer de l'intérieur de leurs m o n t a g n e s
vers ses b o r d u r e s où la p r é s e n c e sédentaire r o m a i n e est p l u s forte ; ils c o n d u i s e n t
les n o m a d e s v e n u s de T o u g o u r t et de Biskra vers les plaines céréalières situées entre
G u e l m a et S o u k - A h r a s en c o n t o u r n a n t l ' A u r è s c o m m e l'actuelle ašaba. P a r c o n t r e ,
au V I siècle le d a n g e r vient de la m o n t a g n e et o n s'organise p o u r s'en défendre
(J. L a s s u s , La forteresse byzantine de Thamugadi. Fouilles à Timgad 1938-1956, I,
P a r i s , 1 9 8 1 , p . 2 0 , n ° 18). M a i s , m ê m e à cette é p o q u e , l ' o p p o s i t i o n n ' e s t pas si
forte q u e C . C o u r t o i s avait p u le croire à partir des d o n n é e s tirées d ' u n e exploration insuffisante d u massif.
e

A l ' é p o q u e d ' A n t o n i n la p r é s e n c e d ' u n e vexillation de la légion V I Ferrata v e n u e
de Syrie ( C I L V I I I 10230) et travaillant à la c o n s t r u c t i o n d ' u n e r o u t e dans la vallée
de l ' o u e d el A b i o d a été mise en r a p p o r t avec la révolte q u i aurait e m b r a s é l'Afriq u e sous cet E m p e r e u r ; mais il y a d ' a u t r e s explications telles q u e le r e m p l a c e m e n t
d'effectifs engagés en C é s a r i e n n e ( B e n a b o u , op. cit., p . 141) ou l'usage t r a d i t i o n n e l
d ' u n i t é s militaires p o u r les g r a n d s t r a v a u x (cf. infra). Sous C o m m o d e u n burgus
speculatorius ( C I L V I I I 2495) est édifié 6 k m au s u d de Calceus Herculis ; la défense
est c o m p l é t é e sous Caracalla ( B e n a b o u , op. cit., p . 161-162). J. B a r a d e z en faisait
u n poste d u fossatum Africae, (op. cit., p . 239). M a i s il p e u t s'agir d ' u n simple poste
de police c o n t r e les latrones d o n t l'existence n ' a r i e n de s u r p r e n a n t t o u t a u t a n t q u e
d ' u n élément d ' u n véritable dispositif militaire. Sous les Sévères en 197-198, u n e
vexillation de la I I I légion A u g u s t e laisse à M e n a a u n e i n s c r i p t i o n o ù elle se dit
morans in procintu, c'est-à-dire en état d'alerte, sans q u e l'on p u i s s e dire s'il s'agit
de t r o u b l e s q u i seraient la « c o n f i r m a t i o n de cette solidarité e n t r e m o n t a g n a r d s et
n o m a d e s q u e les R o m a i n s v o u l a i e n t briser a u t a n t q u e possible » ( B e n a b o u , op. cit.,
p . 178) ou de la s i m p l e surveillance d ' u n e voie d e t r a n s h u m a n c e ( C I L V I I I , 2 4 6 4
( = 17952), 2465 ( = 17953), 2466 ( = 17954). D e m ê m e l'utilisation de la main d'œuvre
militaire dans les t r a v a u x agricoles p o u r la m o i s s o n (morantes ad fenum
seclandum,
C I L VIII 4 3 2 2 = 18527) ne signifie pas forcément qu'il ait fallu protéger les paysans.
e

D ' u n e m a n i è r e générale les d o c u m e n t s é p i g r a p h i q u e s q u i ont été mis en r a p p o r t
avec d ' é v e n t u e l s t u m u l t e s m a u r e s c o n c e r n e r a i e n t en réalité de s i m p l e s o p é r a t i o n s
de police ou de c o n t r ô l e de d é p l a c e m e n t s s a i s o n n i e r s . L ' a d m i n i s t r a t i o n r o m a i n e
utilisait t r a d i t i o n n e l l e m e n t la m a i n d ' œ u v r e militaire dans les g r a n d s t r a v a u x d u
génie q u e n o u s a p p e l o n s m a i n t e n a n t « civil ». T e l est le cas p o u r les t r a v a u x de voiries, les ouvrages d ' h y d r a u l i q u e u r b a i n e (les a q u e d u c s ) et rurale (drainages en particulier), les a m é n a g e m e n t s de voies d ' e a u ou les c o n s t r u c t i o n s d e c a n a u x (fossae).
Les i n t e r p r é t a t i o n s p r o p o s é e s p a r J. C a r c o p i n o et S. Gsell avaient été systématisées
par J. B a r a d e z ; q u e l q u e s a u t e u r s c o n t i n u e n t à les défendre ( M . E u z e n n a t , Recherches récentes sur la frontière d ' A f r i q u e (1964-1974), d a n s Studien zu den Militärgrenze Roms. II, Vortràge des 10. internationalen Limescongresses in der Germania
Inferior, 1977, p . 441) mais elles o n t été critiquées de divers côtés en particulier
p a r R. Rebuffat ( E n c e i n t e s u r b a i n e s et insécurité en M a u r é t a n i e t i n g i t a n e , d a n s
MEFRA, 8 6 , 1 9 7 4 - 1 , p . 501-522).
Il serait t o u t aussi e r r o n é de c r o i r e q u e les R o m a i n s auraient m i s en c u l t u r e u n e
zone vide en y i n t r o d u i s a n t l e u r s t e c h n i q u e s agricoles. L ' A u r è s était vraisemblablement habité p a r u n e population sédentaire détentrice d ' u n savoir dans le d o m a i n e

1100 /

Aurès

des t e c h n i q u e s h y d r a u l i q u e s . J. B i r e b e n t y avait n o t é l ' i m p o r t a n c e des t r a v a u x
h y d r a u l i q u e s a n c i e n s . Il a eu certes t e n d a n c e à en a t t r i b u e r t r o p s y s t é m a t i q u e m e n t
la construction a u x R o m a i n s ; m a i s l'ancienneté et l ' i m p o r t a n c e de la mise en valeur
agricole n ' e n d e m e u r e n t pas m o i n s u n e réalité établie : le c o m m e n t a i r e q u ' a d o n n é
M . J a n o n d u t e x t e de P r o c o p e m o n t r e q u e les M a u r e s avaient u n e parfaite maîtrise
des t r a v a u x h y d r a u l i q u e s et savaient se servir de leur c a n a u x p o u r se défendre contre les B y z a n t i n s . J. D e s p o i s avait n o t é l ' a p p a r t e n a n c e de l ' A u r è s à l ' e n s e m b l e des
massifs p r é s a h a r i e n s o ù , à la différence de ce q u e l'on observe a u n o r d d u M a g h r e b , les paysans édifiaient des terrasses de c u l t u r e s (J. D e s p o i s , L a c u l t u r e en terrasse en Afrique d u N o r d , d a n s Annales ESC, 1 9 5 6 , p . 24-50). L e massif n ' e n était
pas p o u r a u t a n t fermé à l'influence r o m a i n e . L e s explorations c o n d u i t e s o n t m o n t r é q u e cette idée était à revoir. E n fait les vides de l'Atlas Archéologique correspond e n t p l u t ô t à u n e absence d ' e x p l o r a t i o n c o m m e l'ont m o n t r é les t r a v a u x de J. et
P . M o r i z o t ; ceux-ci, à l'occasion de divers séjours, ont identifié u n lot i m p o r t a n t
d ' u n e q u a r a n t a i n e de d o c u m e n t s é p i g r a p h i q u e s q u i v i e n n e n t n o t a b l e m e n t grossir
la série des textes a n t é r i e u r e m e n t c o n n u s . J . - M . L a s s è r e ne p o u v a i t faire état q u e
13 é p i t a p h e s utilisables d a n s les d é c o m p t e s d é m o g r a p h i q u e s a u x q u e l s il s'est livré
p o u r l ' A u r è s et les N e m e n c h a s r é u n i s (op. cit., p . 4 8 3 , n ° 17). L e recueil des inscriptions libyques de J.-B. C h a b o t recense 9 textes dans le S u d C o n s t a n t i n o i s / A u r è s
(Recueil des Inscriptions libyques, P a r i s , 1 9 4 0 - 1 9 4 1 , n ° 823-831). Il n ' y a pas lieu
d ' i n t e r p r é t e r ces d o n n é e s é p i g r a p h i q u e s en t e r m e d ' o p p o s i t i o n c u l t u r e l l e : inscriptions latines et libyques attestent p l u s de l ' i m p o r t a n c e de la c u l t u r e écrite q u e d ' u n e
r o m a n i s a t i o n ou d ' u n e n o n r o m a n i s a t i o n (cf. B e n a b o u , op. cit., p . 479-482). D a n s
le m ê m e ordre d ' i d é e s , G . C a m p s avait observé q u e l ' A u r è s se situait à l ' i n t é r i e u r
de la zone des p o t e r i e s m o d e l é e s et p e i n t e s d u M a g h r e b actuel d o n t il a observé
la curieuse c o ï n c i d e n c e avec la d o m i n a t i o n r o m a i n e .
L e passé p r é - r o m a i n est encore p l u s m a l c o n n u q u e la période r o m a i n e . S. Gsell
a e x p r i m é l ' h y p o t h è s e q u e la famille d u c o n s t r u c t e u r d u M e d r a c e n a u x i v - i i i siècles était originaire de l'Aurès q u i aurait été le b e r c e a u de la d y n a s t i e massyle (S.
Gsell, Histoire Ancienne de l'Afrique du Nord, t. 5 , p . 97-98). C o m m e l'a souligné
G . C a m p s , les h y p o t h è s e s q u i o n t été formulées à p a r t i r de d o n n é e s linguistiques
sont a v e n t u r e u s e s : en r a p p r o c h a n t le n o m des M a u r e s et A u r è s (cela expliquerait
la sifflante q u i a p p a r a î t d a n s le n o m grec de Maurousioi), o n a v o u l u situer n o n
au M a r o c mais d a n s l'Aurès le r o y a u m e m a u r e de B o c c h u s , le c o n t e m p o r a i n de
J u g u r t h a (A. B e r t h i e r , La Numidie...
Contra G . C a m p s , Massinissa...,
p . 148).
O n considère en général q u e l ' A u r è s n ' a pas été u r b a n i s é ; l ' u r b a n i s a t i o n à la
r o m a i n e avec l'accession au s t a t u t m u n i c i p a l n ' a c o n c e r n é q u e les agglomérations
d u p i é m o n t : L a m b è s e accède au statut m u n i c i p a l sous les derniers A n t o n i n s ; Gemellae obtient u n s t a t u t analogue à la m ê m e é p o q u e . S'y m ê l e n t u n e p o p u l a t i o n de
vétérans et d ' i n d i g è n e s . R é c e m m e n t P . M o r i z o t a m o n t r é q u ' à M e n a a existait u n e
a g g l o m é r a t i o n d u n o m de Tfilzi ( ?) et q u ' e l l e était dotée d ' i n s t i t u t i o n s politiques
avec des magistri; il signale l'existence de vestiges a r c h é o l o g i q u e s d ' a u t r e s agglom é r a t i o n s a n t i q u e s i m p o r t a n t e s ( L e génie A u g u s t e de Tfilzi ; N o u v e a u x témoignages de la p r é s e n c e r o m a i n e d a n s l ' A u r è s , Bull. arch. du CTHS, nouv. sér., 1 0 - 1 l b ,
p . 4 5 - 9 1 , P a r i s , 1977). A p r o p o s des vestiges de la zaouia des B e n i Barbar, d a n s
le djebel C h e r c h a r e n t r e A u r è s et N e m e n c h a , il envisage la possibilité q u ' a i t existé
à cet endroit u n m u n i c i p e latin ( L a zaouia des B e n i B a r b a r , cité p é r é g r i n e ou m u n i cipe latin, d a n s Bull. arch. du CTHS, nouv. sér., fasc. 18 B , p . 3 1 - 7 5 , P a r i s , 1988);
o n y connaissait le m a u s o l é e familial d ' u n P i n a r i u s P r o c e s s i a n u s dec(urio) mun(icipii) Bad(iensis) ainsi q u ' u n e i n s c r i p t i o n h o n o r i f i q u e dédiée en 195 p a r u n C . Servilius M a c e d o dec(urio) municipi Gemel(lae). E n fait ces textes e n t r e n t d a n s les séries
documentaires m o n t r a n t la présence d'aristocraties municipales d a n s le m o n d e rural.
L a r e c h e r c h e n ' a pas été faite s p é c i a l e m e n t p o u r l ' A f r i q u e ; m a i s , à p a r t i r d ' u n e
enquête épigraphique poursuivie en N a r b o n n a i s e et Cisalpine, P . A . Février a m o n t r é
e

e

Aurès / 1101
q u ' i l était possible de repérer la p r é s e n c e de m a g i s t r a t s m u n i c i p a u x sur le territoire
r u r a l des cités ; il s'agit d ' u n fait de c u l t u r e : « d a n s le vécu d ' u n m a g i s t r a t ou d ' u n
sévir, charges à la ville et séjour r u r a l sont les d e u x faces d ' u n e m ê m e réalité » (Villes et c a m p a g n e s des Gaules sous l ' E m p i r e , d a n s Ktéma, 6, 1981). Aussi, dans l'état
actuel de la d o c u m e n t a t i o n é p i g r a p h i q u e , est-il difficile de s ' a v e n t u r e r au-delà et
d ' e n tirer des c o n c l u s i o n s sur le statut j u r i d i q u e des collectivités de l ' A u r è s .

Chapiteaux de la zaouïa des Beni Babar (photo P. Morizot).
D a n s la r e c h e r c h e actuelle, la q u e s t i o n des influences culturelles q u i se sont exercées sur l'Aurès et le devenir des d o m i n a t i o n s p o l i t i q u e s se p o s e n t avec u n e particulière acuité. Des relectures et des réinterprétations sont toujours possibles en m ê m e
t e m p s q u e le débat est r e n o u v e l é p a r l ' a p p o r t d ' u n e d o c u m e n t a t i o n nouvelle. Ainsi
u n article récent d e P . M o r i z o t m o n t r e l ' i m p o r t a n c e des vestiges a r c h i t e c t u r a u x
d u c h r i s t i a n i s m e d a n s u n e vallée où, j u s q u ' i c i , o n n ' e n connaissait p r a t i q u e m e n t
a u c u n (La Zaouia des Beni B a r b a r , loc. cit., p . 53). E n fait l ' i m a g e q u e l'on a de
l ' o c c u p a t i o n a n t i q u e de l'Aurès n ' e s t pas s e u l e m e n t déformée p a r les lacunes de
l'Atlas Archéologique de l'Algérie, p u b l i c a t i o n a n c i e n n e et d'utilisation délicate, elle
souffre aussi de l'état des connaissances sur les c é r a m i q u e s a n t i q u e s et de leur prise
en c o m p t e . N o s connaissances s u r l ' o c c u p a t i o n sur sol dans d ' a u t r e s régions de
l ' E m p i r e sont renouvelées p a r des p r o s p e c t i o n s s y s t é m a t i q u e s assorties de ramassages de surface. R i e n de tel n ' a été fait dans les A u r è s . Il faut d o n c s ' a t t e n d r e à
u n r e n o u v e l l e m e n t des connaissances le jour où la r e c h e r c h e a r c h é o l o g i q u e s'y sera
d é v e l o p p é e . D e p u i s p l u s d ' u n e g é n é r a t i o n , la réflexion s ' a p p u i e sur des d o n n é e s
d a t a n t d u d é b u t d u siècle. Elles o n t p e r m i s la r é d a c t i o n de s y n t h è s e s h i s t o r i q u e s
et g é o g r a p h i q u e s q u i sont a p p e l é e s à être remises en q u e s t i o n c o m m e celle, particulièrement m a r q u a n t e , de X . de P l a n h o l dans Les Fondements géographiques de l'histoire de l'Islam ( P a r i s , 1968). L e s g é o g r a p h e s sont à cet égard d é p e n d a n t s des progrès de la r e c h e r c h e archéologique et, quitte à le déplorer, ils doivent en tenir c o m p t e
s'ils ne v e u l e n t p a s t o m b e r dans des e r r e u r s a n a l o g u e s à celles c o m m i s e s p a r R . I .
L a w l e s s ; celui-ci affirmait q u e les m o n t a g n e s des b o r d u r e s n o r d d u M a g h r e b
n ' é t a i e n t pas p e u p l é e s dans l ' A n t i q u i t é en se f o n d a n t sur des « b l a n c s » de l'Atlas
archéologique d u s à l'absence de p r o s p e c t i o n ; il e n faisait la base d ' u n e é t u d e de
géographie h u m a i n e historique ( L ' é v o l u t i o n d u p e u p l e m e n t , de l'habitat et des paysages agraires d u M a g h r e b , d a n s Annales de Géographie, 1972, p . 451-464).
L e p r o b l è m e n e c o n c e r n e pas la seule g é o g r a p h i e h i s t o r i q u e « h u m a n i s t e » : les
géographes physiciens, climatologues et m o r p h o l o g u e s , sont aussi concernés c o m m e
il ressort de t r a v a u x récents. J . - L . Ballais, m o r p h o l o g u e travaillant sur le quater-

1102 / Aurès
naire récent, v i e n t de m o n t r e r l ' i n t é r ê t q u e l ' é t u d e de l'évolution des formes récentes d u relief présentait p o u r l'histoire : les systèmes agricoles ont sur le milieu naturel
u n i m p a c t q u e les a r c h é o l o g u e s , s ' i n t e r r o g e a n t s u r la densité de l ' o c c u p a t i o n
h u m a i n e , d o i v e n t p r e n d r e en c o m p t e en m ê m e t e m p s q u e les d o n n é e s é p i g r a p h i q u e s et p r o p r e m e n t a r c h é o l o g i q u e s . J . - P . C h a b i n , c l i m a t o l o g u e , c o n c l u t d ' u n travail s u r les m a r g e s n o r d - s a h a r i e n n e s de l'Est algérien q u e , si des a r g u m e n t s génér a u x et régionaux semblent i m p l i q u e r la responsabilité h u m a i n e dans le grave appauv r i s s e m e n t de la n a t u r e q u e l'on observe dans les N e m e n c h a v o i s i n e s , il n ' e s t pas
impossible q u ' u n e péjoration climatique, postérieure à l ' A n t i q u i t é , ait aggravé l'évol u t i o n (Climatologie et g é o g r a p h i e . E x e m p l e d ' u n e région p r é - s a h a r i e n n e de l'Est
A l g é r i e n , d a n s Climat et climatologie, Volume d'Hommage offert au Professeur Pierre
Pagney, U n i v e r s i t é de B o u r g o g n e , C e n t r e de R e c h e r c h e s de C l i m a t o l o g i e , D i j o n ,
1988, p . 63-77). M a i s l ' u n et l ' a u t r e sont c o n t r a i n t s d'utiliser u n e d o c u m e n t a t i o n
a r c h é o l o g i q u e q u i m é r i t e révision : a n i m é s , autrefois p a r la v o l o n t é p l u s o u m o i n s
c o n s c i e n t e d ' i l l u s t r e r la p r o s p é r i t é a p p o r t é e p a r R o m e , m a i n t e n a n t p a r celle d'assim i l e r p o u r leurs effets néfastes colonisation r o m a i n e et colonisation française, les
h i s t o r i e n s o n t eu t e n d a n c e à a c c e n t u e r l'image d ' u n e crise c o n s é c u t i v e au déclin
de R o m e . T o u t cela appelle u n réexamen. Des observations faites p a r M . Cote posent
c l a i r e m e n t le p r o b l è m e : certes il y a e u u n e d é g r a d a t i o n récente d u c o u v e r t végétal
à la suite de d é f r i c h e m e n t s ; m a i s le « glacis était déjà très c a i l l o u t e u x et n e c o m p o r tait q u e p e u de sols p a r r a p p o r t à la masse des t r a v a u x anciens réalisés » ; les traces
de ceux-ci avaient été recolonisés p a r u n e v é g é t a t i o n b r o u s s a i l l e u s e c o r r e s p o n d a n t
à u n e p h a s e d ' é c o n o m i e p a s t o r a l e extensive ( G é o m o r p h o l o g i e et évolution historiq u e s u r q u e l q u e s p i é m o n t s de l'est algérien, d a n s Géomorphologie et dynamique des
bassins-versants élémentaires en région méditerranéennes, E t u d e s M é d i t e r r a n é e n n e s ,
fascicule 12, P o i t i e r s , 1988, p . 221-227).
BIBLIOGRAPHIE
ALQUIER G., « Les ruines antiques de la vallée de l'oued el Arab », R.Af., 1 9 4 1 , p. 3 1 et
suivantes.
BALLAIS J.-L. et ROUBET C , « Morphogénèse et préhistoire dans les Aurès (Algérie) », Revue
de Géologie dynamique et de Géographie physique, vol. 2 3 , fasc. 5, 1 9 8 1 - 1 9 8 2 , p. 3 7 5 - 3 8 1 .
BARADEZ L., Fossatum Africae, 1 9 4 9 , I I I et I V partie.
BIREBENT J., Aquae Romanae, Alger, 1 9 6 2 .
BENABOU M., La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1 9 7 6 (cf. index).
CAMPS G., «Massinissa ou les débuts de l'histoire», Libyca, arch. épigr. t. 8 , 1 sem. 1 9 6 0 .
CÔTE M., « Géomorphologie et évolution historique sur quelques piémonts de l'Est algérien», Géomorphologie et dynamique des bassins-versants élémentaires en région méditerranéennes, Etudes Méditerranéennes, fascicule 1 2 , Poitiers, 1 9 8 8 , p . 2 2 1 - 2 2 7 .
GSELL S., Atlas Archéologique de l'Algérie, Alger, 1 9 0 2 (suppl. 1 9 1 6 ) , feuilles 2 7 (Batna) et
3 8 (Aurès).
JANON M., Recherches à Lambèse : I . La ville et les camps, dans Antiquités Africaines, t.
E

E

er

7, p .

197-198.
E

Id., L'Aurès au VI siècle. Note sur le récit de Procope, dans Antiquités Africaines, t. 1 5 ,
1 9 8 0 , p. 3 4 5 - 3 5 1 .

LASSÈRE J.-M., Ubique Populus, Paris, 1 9 7 7 , index.
LEVEAU Ph., Rome et ses ennemis dans le Maghreb antique, dans Annales ESC, 4 1 année,
E

n° 6 , nov.-déc. 1 9 8 6 , 1 3 4 5 - 1 3 5 8 .

MASQUERAY E., Ruines anciennes de Khenchela (Mascula) à Bessariani (Ad Majores), R.AF.,
X X I I I , 1 8 7 9 , P. 6 5 - 8 0 .

MASQUERAY P., De Aurasion Monte, Paris, 1 8 8 6 .
Id., Traditions de l'Aouras oriental, Bull. cor. afr., I V , 1 8 8 5 , p. 7 5 et sq.
MORIZOT J. et P., Les ruines romaines de la vallée de l'oued Gechtane (Aurès), dans
X C I I , 1 9 4 8 , p.

R.Af,

120-142.

MORIZOT P., Le génie Auguste de Tfilzi (Nouveaux témoignages de la présence romaine
dans l'Aurès), Bull. arch. du CTHS, nouv. sér., 1 0 - 1 1 b , p . 4 5 - 9 1 , Paris, 1 9 7 7 .

Aurès
Id.,
Id.,
Id.,
du

I 1103

Inscriptions inédites de l'Aurès, (1941-1970), dans SFPE, vol. 2 2 , 1976, 137-168.
V u e s nouvelles sur l ' A u r è s a n t i q u e , dans CRAI, 1979, p . 3 0 9 - 3 3 7 .
L a zaouia des B e n i B a r b a r , cité p é r é g r i n e ou m u n i c i p e latin, d a n s Bull. arch.
CTHS, nouv. sér., fasc. 18 B , p . 31-75, P a r i s , 1988.
Ph.

LEVEAU

L'époque Vandale (435-533)
C ' e s t sous la p l u m e de P r o c o p e , r a p p o r t a n t d a n s sa « G u e r r e des Vandales » les
faits q u i ont p r é c é d é la r e c o n q u ê t e b y z a n t i n e , q u ' a p p a r a î t p o u r la p r e m i è r e fois
dans l ' H i s t o i r e , t o u t au m o i n s s o u s ce n o m , l'Oros Aurasion q u i est, vraisemblablem e n t , la t r a d u c t i o n d ' u n o r o n y m e latin d u t y p e Mons Aurasius. C e t t e appellation
d o n n e r a naissance à l ' A w r a s ou Awaris des a u t e u r s arabes, q u e n o u s avons à n o t r e
t o u r francisé s o u s la forme « A u r è s » .
E c r i v a n t p l u s d ' u n demi-siècle après l ' é v é n e m e n t , l'historien grec n o u s a p p r e n d
q u e sous le r è g n e d ' H u n é r i c (477-484) les M a u r e s h a b i t a n t l ' A u r è s , s'étaient révoltés c o n t r e les V a n d a l e s et étaient d e v e n u s i n d é p e n d a n t s . P l u s loin, il ajoute u n e
précision : les M a u r e s ont chassé les Vandales d e l ' A u r è s . Il en résulte q u e l'on
ne p e u t g u è r e m e t t r e en d o u t e la réalité d ' u n e p r é s e n c e V a n d a l e d a n s l ' A u r è s , sous
le r è g n e de G e n s é r i c et celui fort b r e f de son fils H u n é r i c .
Il y a tout lieu d e penser que le massif fit partie d u lot que G e n s é r i c s'était réservé,
car Victor de Vita précise q u ' a p r è s sa victoire le s o u v e r a i n divisa les p r o v i n c e s conquises e n t r e ses soldats et l u i - m ê m e , leur a t t r i b u a n t la P r o c o n s u l a i r e et c o n s e r v a n t
p o u r lui, o u t r e la Byzacène, l'Abaritana*, la G é t u l i e et u n e p a r t i e de la N u m i d i e .
O r l'Aurès a p p a r t e n a i t à n ' e n p a s d o u t e r à l ' u n e de ces trois d e r n i è r e s régions, soit
à la N u m i d i e , d o n t il était partie i n t é g r a n t e j u s q u ' à la c o n q u ê t e vandale, soit à la
G é t u l i e , q u ' i l faut p r e n d r e ici a u sens le p l u s r e s t r e i n t d u t e r m e , car il est h o r s
de q u e s t i o n q u e l ' o c c u p a t i o n v a n d a l e ait d é b o r d é le p i é m o n t de l'Atlas saharien,
soit encore l ' A b a r i t a n a , si c o m m e le p e n s e J. D e s a n g e s ce vocable n ' e s t q u ' u n des
avatars d u m o t A u r è s .
Q u a n t à l'«Aurasion» de P r o c o p e , quel sens faut-il lui d o n n e r ?
L a q u e s t i o n se pose p o u r p l u s i e u r s raisons :
1. P r o c o p e i n d i q u e q u e trois j o u r s sont nécessaires p o u r faire le t o u r de l'Aurasion, ce q u i est m a n i f e s t e m e n t insuffisant s'il s'agit d u q u a d r i l a t è r e B a t n a , K h e n chela, K h a n g a Sidi N a d j i , Biskra, c o r r e s p o n d a n t à ce q u e les g é o g r a p h e s m o d e r n e s
appellent le m a s s i f de l ' A u r è s , d o n t le p é r i m è t r e est d ' e n v i r o n 4 8 0 k m .
2. P r o c o p e s i t u e la ville de T i m g a d à l'est de la m o n t a g n e , ce q u i a c o n d u i t à
r e c h e r c h e r l'Aurasion à l'ouest de la ville, alors q u ' i l résulte d u récit de la d e u x i è m e
expédition a u r a s i e n n e de S o l o m o n q u ' i l prit c o m m e p o i n t de d é p a r t Bagai, situé
à 60 k m s à l'est de T i m g a d .
3. Enfin il p r é s e n t e l'Aurès c o m m e u n e m o n t a g n e d'accès difficile, certes, mais
d o n t le s o m m e t serait c o n s t i t u é d e grasses c a m p a g n e s arrosées de rivières a u x e a u x
t r a n q u i l l e s , t a b l e a u q u i r e n d assez m a l c o m p t e de la réalité a u r a s i e n n e .
R e p r e n o n s en détail ces différents p o i n t s :
1. Localisation et é t e n d u e de l'Aurasion.
P r o c o p e i n d i q u e q u e le massif est situé à 13 j o u r s de voyage de C a r t h a g e ce q u i
c o r r e s p o n d b i e n , sur la base d ' u n e étape j o u r n a l i è r e de 30 k m , a u x 4 0 0 k m q u i
séparent a u j o u r d ' h u i T u n i s de K h e n c h e l a , ville située à la limite nord-est de l'Aurès ;
à la ligne s u i v a n t e , il ajoute q u ' i l faut à u n v o y a g e u r «euzônos», adjectif q u e l'on
a t r a d u i t p a r « l é g è r e m e n t é q u i p é » ou «sans b a g a g e » , trois jours p o u r faire le t o u r
d u massif.
Il s e m b l e b i e n q u e p a r ce r a p p r o c h e m e n t et c e t t e précision l'historien grec ait

1104 / Aurès
v o u l u faire saisir à ses lecteurs la différence existant e n t r e la vitesse n o r m a l e d ' u n
convoi r o u t i e r o u d ' u n e t r o u p e l o u r d e m e n t c h a r g é e appelés à effectuer u n trajet
habituel entre des destinations c o n n u e s , en faisant des haltes à intervalles réguliers,
et l'allure accélérée d ' u n v o y a g e u r sans bagage, les u n s et les a u t r e s étant susceptibles de couvrir j o u r n e l l e m e n t des distances très différentes.
D . P r i n g l e é t u d i a n t à ce p r o p o s la t e r m i n o l o g i e de P r o c o p e est arrivé à la conclusion q u e la distance couverte en u n jour p a r u n v o y a g e u r p o u v a i t selon les circonstances varier de 3 2 à 62 k m et il est évident q u e les p e r f o r m a n c e s d u voyageur euzônos s'inscrivaient p a r m i les m o y e n n e s les p l u s élevées. U n e m o y e n n e journalière
de 62 k m ne constituait d'ailleurs n u l l e m e n t u n r e c o r d : il était n o r m a l q u ' u n courrier à cheval fit 132 k m p a r j o u r ; pressés p a r la nécessité, M a r i u s , C é s a r font des
étapes de 100 lieues p a r jour (148 k m ) ; ils bénéficiaient sans d o u t e de relais n o m b r e u x et choisis, ce q u i n'est pas n é c e s s a i r e m e n t le cas d u v o y a g e u r de P r o c o p e .
C o m m e c'est de la b o u c h e d ' O r t a i a s , q u e celui-ci tenait la p l u p a r t de ses renseignem e n t s sur l'Aurasion, l'on est p o r t é à croire q u e le chef m a u r e a pris c o m m e référ e n c e la distance q u ' u n h o m m e d e sa race était s u s c e p t i b l e d ' a c c o m p l i r en u n jour.
O r p o u r u n g u e r r i e r m a u r e , alors, c o m m e p o u r u n b e r g e r c h a o u i a , a u j o u r d ' h u i ,
u n e m a r c h e d ' u n e soixantaine de k m p a r jour n ' a v a i t rien d ' e x c e p t i o n n e l , à raison
de 6 k m par h e u r e , elle c o r r e s p o n d r a i t à 10 h de m a r c h e et 14 h d e r e p o s par jour.
Si l'on veut b i e n r e t e n i r cette b a s e de calcul, l ' o n sera c o n d u i t à a d m e t t r e q u e le
t o u r de l'Aurasion ait p u r e p r é s e n t e r u n circuit d e 180 k m . N é a n m o i n s ce chiffre
reste inférieur à la moitié d u p é r i m è t r e de ce q u e n o u s a p p e l o n s l ' A u r è s .
L ' o n en d é d u i r a , soit q u e l ' e s t i m a t i o n de P r o c o p e est e r r o n é e , ce q u ' i l est r i s q u é
d ' a v a n c e r , soit q u e l'Oros Aurasion n'avait pas les d i m e n s i o n s de n o t r e A u r è s .
D e p u i s l o n g t e m p s , M a s q u e r a y a souligné q u ' i l existait d e u x A u r è s b i e n distincts :
l ' A u r è s occidental et l'Aurès o r i e n t a l q u i se d i s t i n g u a i e n t en particulier p a r leur
dialecte et leurs t r a d i t i o n s ; les h a b i t a n t s de l ' A u r è s oriental avaient d'ailleurs u n e
p e r c e p t i o n b e a u c o u p p l u s nette de leur a p p a r t e n a n c e à u n e entité a u r a s i e n n e . Ainsi
le t e r m e de « D j e b e l A u r è s » o u « A o u r è s » n ' é t a i t c o n n u des h a b i t a n t s d u massif
q u e d a n s sa p a r t i e o r i e n t a l e ; l'on p e u t vérifier cette affirmation de M a s q u e r a y en
e x a m i n a n t les p r e m i è r e s cartes a u 1/200 0 0 0 établies au siècle d e r n i e r p a r le service g é o g r a p h i q u e de l ' A r m é e s u r la base des r e n s e i g n e m e n t s fournis par la p o p u lation locale : le t e r m e de D j e b e l A o u r è s n ' y figure en effet q u e d a n s la moitié est
des feuilles 29 et 38 où il désigne u n e c h a î n e de faible altitude q u i va des e n v i r o n s
de K h e n c h e l a à la vallée de l ' O u e d M e l l a g o u . Se b a s a n t sur ces différents indices,
M a s q u e r a y c o n c l u a i t q u e seul l ' A u r è s oriental m é r i t a i t l ' a p p e l l a t i o n d ' A u r è s . Il le
réduisait d'ailleurs à p e u de c h o s e s , p u i s q u ' i l l u i assignait p o u r limites, à l'ouest
la vallée de l ' o u e d M e l l a g o u et le massif des B e n i M e l l o u l , à l'est, le Djebel C h e c h a r au n o r d la p l a i n e de Baghaï, q u ' i l avait t e n d a n c e à é t e n d r e p o u r des raisons
p e u claires j u s q u ' à la M e s k i a n a . Q u a n t au s u d , b i e n q u ' i l ne le dise pas expressém e n t , le Sahara e n était é v i d e m m e n t la limite.
e

P e r s u a d é q u e c e t t e distinction e n t r e les d e u x A u r è s était très a n c i e n n e , M a s q u e ray n ' h é s i t a i t pas à faire de l ' A u r è s occidental le d o m a i n e d ' O r t a i a s et de l'Aurès
oriental celui de I a b d a s . O r la d é c o u v e r t e , en 1 9 4 1 , p r è s d ' A r r i s , de l ' é p i t a p h e d u
dux et imperator M a s t i e s , semble lui d o n n e r raison. E n effet, J. C a r c o p i n o a r e c o n n u
en Vartaia, l ' a u t e u r de cette é p i t a p h e , l'Ortaias d e P r o c o p e , d o n t les possessions
s'étendaient à l'ouest de celles d e I a b d a s , chef des t r i b u s de l'Aurasion ; et c o m m e
cette inscription p r o v i e n t de la p a r t i e occidentale d u massif, il y a t o u t lieu de penser q u e l'aire de c o m m a n d e m e n t d ' I a b d a s c o r r e s p o n d a i t à p e u de choses p r è s , à
l ' A u r è s oriental de M a s q u e r a y ; or o n p e u t a i s é m e n t circonscrire celui-ci d a n s u n
p é r i m è t r e de 180 k m , c o r r e s p o n d a n t aux trois fortes journées de m a r c h e de P r o c o p e .
2. Q u a n t à la p h r a s e de P r o c o p e situant T i m g a d à l'est de la m o n t a g n e , C . C o u r tois et J. D e s a n g e s o n t établi q u ' e l l e était susceptible d ' u n e a u t r e i n t e r p r é t a t i o n ;
Gsell la t r a d u i s a i t ainsi : « L a ville de T h a m u g a d i , située c o n t r e la m o n t a g n e (c'est-

Aurès

I 1105

à-dire, l'Aurasion) au c o m m e n c e m e n t de la p l a i n e , en direction d u L e v a n t » (Atlas
archéologique de l'Algérie, f. 3 8 , n ° 91). O r il faut c o m p r e n d r e au c o n t r a i r e q u e c'est
la plaine q u i est située à l'est de la cité et n o n l ' i n v e r s e , ce q u i est en gros exact.
3 . E n f i n , il n ' y a pas lieu d ' a c c o r d e r u n e i m p o r t a n c e excessive à la description
idéalisée de P r o c o p e : J. D e s a n g e s et M . J a n o n o n t souligné q u e ces expressions
h y p e r b o l i q u e s font partie d u v o c a b u l a i r e q u e les a u t e u r s a n t i q u e s utilisaient volontiers p o u r parler de la m o n t a g n e ; il n ' e n reste p a s m o i n s q u e , c o m p a r é à la sécheresse des h a u t s p l a t e a u x c o n s t a n t i n o i s à la fin de l'été, é p o q u e où se d é r o u l e la prem i è r e expédition de S o l o m o n l ' u n i v e r s aurasien est b e a u c o u p p l u s v e r d o y a n t ; mais
n a t u r e l l e m e n t , il n e faut pas p r e n d r e au p i e d d e la lettre le t e x t e de P r o c o p e en
c h e r c h a n t , c o m m e M a s q u e r a y u n e m o n t a g n e isolée r é p o n d a n t e x a c t e m e n t à cette
description.
E n c o n c l u s i o n , il est possible d ' a v a n c e r q u e l'Aurasion, q u ' o n t o c c u p é les Vandales et d o n t ils o n t été chassés définitivement p a r de n o u v e a u x v e n u s , les M a u r e s ,
était essentiellement la partie orientale d u massif, la p l u s p r o c h e de C a r t h a g e p a r
conséquent.
Q u a n t à la p a r t i e occidentale, il est bien difficile de savoir quel fut son sort e n t r e
4 3 5 , date de l'établissement de la m o n a r c h i e v a n d a l e et la p é r i o d e 477-484 q u i vit
la sécession de l'Aurasion.
A-t-elle été, c o m m e la M a u r i t a n i e sitifienne voisine, restituée à V a l e n t i n i e n I I I
en 4 4 2 , ou b i e n appartenait-elle c o m m e l'Aurasion, à la fraction de la N u m i d i e q u e
conservait G e n s é r i c , n o u s l ' i g n o r o n s . Q u o i q u ' i l e n soit il est é v i d e n t q u e la disparition de l ' E m p i r e d ' O c c i d e n t en 4 7 6 , suivie de l'invasion m a u r e de l'Aurès oriental la libère de t o u t e allégeance et q u e ces d e u x é v é n e m e n t s e x p l i q u e n t la naissance
de ce q u i d e v i e n d r a à l'est la p r i n c i p a u t é d ' I a b d a s , à l'ouest, le f u t u r « e m p i r e » de
M a s t i e s et la p r i n c i p a u t é d ' Q r t a i a s .
M a i s ces M a u r e s , P r o c o p e est très clair à l e u r p r o p o s , sont d a n s le massif des
i n t r u s , q u i ont i m p o s é leur d o m i n a t i o n à u n e p o p u l a t i o n r o m a i n e au sens très large
d u t e r m e , en t o u s cas romanisée d e p u i s p l u s i e u r s siècles et l a r g e m e n t christianisée ;
cette p o p u l a t i o n c o r r e s p o n d à ce q u e P r o c o p e a p p e l l e , des « L i b y e n s » et q u ' i l
d e m a n d e à ses soldats de m é n a g e r , car, leur explique-t-il, ils o n t été jadis des
R o m a i n s , ils o n t s u b i toutes sortes de vexations de la part des M a u r e s . C'est encore
à cette catégorie q u ' a p p a r t i e n n e n t vraisemblablement les habitants des villes de T i m gad et de Baghaï q u e les M a u r e s o n t chassé de ces cités lorsqu'ils les ont d é t r u i t e s ,
p o u r éviter q u ' u n éventuel e n n e m i n e s'y installe. D e telles d e s t r u c t i o n s seraient
en effet i n c o m p r é h e n s i b l e s si elles étaient le fait des é l é m e n t s r o m a n i s é s d u massif.
A u plus tard en 484, les M a u r e s q u i avaient envahi l'Aurasion s'étaient donc libérés
de la tutelle vandale et réussiront à préserver leur i n d é p e n d a n c e j u s q u ' e n 539, ainsi
q u e n o u s le v e r r o n s p l u s loin.
L ' A u r è s occidental, lui, est, d e p u i s le milieu d u V siècle, sous la c o u p e d ' u n guerrier, le Dux M a s t i e s , q u i semble avoir fédéré s o u s son autorité u n g r o u p e m e n t de
t r i b u s m a u r e s et de p o p u l a t i o n s r o m a n i s é e s , à cheval sur la N u m i d i e m é r i d i o n a l e
et la partie o r i e n t a l e de la M a u r é t a n i e . C'est s a n s d o u t e sous le r è g n e de H i l d é r i c
(523-530), au m o m e n t où le r o y a u m e vandale est l'objet des a t t a q u e s de p l u s en
p l u s vives des t r i b u s m a u r e s de T r i p o l i t a i n e et de Byzacène, q u e M a s t i e s alors fort
âgé, se serait p r o c l a m é Imperator. O n voit b i e n les raisons q u i o n t p u le c o n d u i r e
à franchir ce pas décisif : la d é s h é r e n c e de l ' e m p i r e d ' O c c i d e n t et la vacance d u
pouvoir qui en est résulté à l'ouest d u r o y a u m e vandale, l'échec des tentatives byzantines p o u r r e c o n q u é r i r l'Afrique, enfin la d é c a d e n c e progressive d u r o y a u m e vandale d e p u i s la m o r t de G e n s é r i c . L e désir de m a r q u e r sa distance par r a p p o r t au
roi M a s u n a et au roi des Ucutumani de la région d'Igilgili n ' y est p e u t - ê t r e pas n o n
p l u s étranger. L e rêve impérial d e M a s t i e s , q u i a d u r é dix ans a sans d o u t e pris
fin au m o m e n t de la r e c o n q u ê t e B y z a n t i n e ; en t o u s cas, M a s t i e s , q u i était c h r é t i e n
sut p r a t i q u e r u n e habile p o l i t i q u e d ' é q u i l i b r e e n t r e les R o m a i n s , c'est-à-dire, selon
e

1106 / Aurès
la t e r m i n o l o g i e de l ' é p o q u e , les B y z a n t i n s , et les M a u r e s ; c'est Vartaia, q u i était
à la fois son p a r e n t et son vassal et d o n t l ' a u t o r i t é s'exerçait de l ' A u r è s au H o d n a ,
q u i l'affirme.
D e la brève o c c u p a t i o n v a n d a l e de l ' A u r è s , il n ' e s t rien resté, s i n o n , a-t-on c r u
parfois, des traces génétiques d a n s la p o p u l a t i o n . C e r t a i n s se sont p l u à imaginer
q u e les b l o n d s a u x y e u x b l e u s , q u e l'on y r e n c o n t r e assez c o m m u n é m e n t , pourraient être les d e s c e n d a n t s des g u e r r i e r s v a n d a l e s . C e t t e c r o y a n c e a p o u r origine
u n épisode de la « Guerre des Vandales » où P r o c o p e r a p p o r t e q u e 4 0 0 p r i s o n n i e r s
vandales q u e S o l o m o n renvoyait à Byzance, par m e r , ont réussi à d é b a r q u e r en Afriq u e et se sont réfugiés, les u n s e n M a u r é t a n i e , les autres d a n s l ' A u r è s .
E n fait le siècle vandale (435-535) est essentiellement, p o u r les d e u x parties de
l ' A u r è s u n siècle de r e c o n q u ê t e m a u r e , q u i se fit a u x d é p e n s des L i b y e n s romanisés
d u massif.

L'époque Byzantine (533-647)
A p r i o r i , il s e m b l e q u e l ' A u r è s aurait p u rester en d e h o r s d u c h a m p de la reconq u ê t e b y z a n t i n e . E n effet, si l ' a m b i t i o n de Bélisaire, q u i c o m m a n d a i t le corps expéd i t i o n n a i r e , était b i e n de r e n d r e à l ' e m p e r e u r la L i b y e t o u t e e n t i è r e , la faiblesse
des m o y e n s d o n t il disposait, devait dans u n p r e m i e r t e m p s d u m o i n s , limiter ses
objectifs à la r e c o n q u ê t e d u r o y a u m e vandale, f o r t e m e n t réduit p a r les e m p i é t e m e n t s des M a u r e s . D e leur c ô t é , les chefs m a u r e s de Byzacène, d e N u m i d i e et de
M a u r é t a n i e s'étaient proclamés esclaves de l ' e m p e r e u r , dès le d é b a r q u e m e n t de Tricamarum et lui avaient juré fidélité; b e a u c o u p s'en t i n r e n t là et r e s t e r o n t d a n s u n e
p r u d e n t e n e u t r a l i t é d u r a n t les o p é r a t i o n s c o n t r e les V a n d a l e s . U n e fois ceux-ci batt u s , Byzance prit d e u x initiatives en direction d e l'ouest :
— Bélisaire e n v o y a u n de ses l i e u t e n a n t s à Caesarea, a n c i e n n e capitale de la p r o vince de M a u r é t a n i e p o u r recevoir la soumission de la ville, c e p e n d a n t q u e M a s t i gas conservait l'essentiel d u p o u v o i r dans l ' i n t é r i e u r .
— U n décret de J u s t i n i e n n o m m a u n c o m m a n d a n t militaire d e la p r o v i n c e de
N u m i d i e avec siège à C i r t a ; cette n o m i n a t i o n , les M a u r e s de l ' A u r è s , q u i faisait
jadis partie de cette province, n ' o n t p u m a n q u e r de la considérer c o m m e u n e menace
à leur i n d é p e n d a n c e r é c e n t e .
C e ne sont pas e u x , c e p e n d a n t , q u i p r i r e n t les a r m e s les p r e m i e r s c o n t r e les nouveaux o c c u p a n t s , mais les chefs m a u r e s de T r i p o l i t a i n e et de B y z a c è n e . Ceux-ci
furent n é a n m o i n s b i e n t ô t rejoint p a r I a b d a s , « c h e f des M a u r e s de l ' A u r è s » ; à la
tête de 30 000 g u e r r i e r s , il fond sur le plat pays n u m i d e et le m e t au pillage. C e
chiffre de 30 0 0 0 guerriers paraît é n o r m e eu é g a r d à la p o p u l a t i o n de l ' A u r è s oriental. A titre de c o m p a r a i s o n l'on n o t e r a q u ' e n 1 8 4 5 , juste avant la p r e m i è r e c a m p a g n e d a n s l ' A u r è s , l'Etat-major d e C o n s t a n t i n e évaluait les forces des t r i b u s de
l'ensemble d u massif à u n e dizaine de milliers d ' h o m m e s . M ê m e s'il est admis qu'il
y a 150 ans le chiffre de la p o p u l a t i o n algérienne était t o m b é à u n niveau extrêmem e n t b a s , la c o m p a r a i s o n e n t r e ces d e u x évaluations s u r p r e n d .
P e u t - ê t r e P r o c o p e s'est-il c o m p l u à le grossir, p o u r d o n n e r p l u s d ' i m p o r t a n c e à
la victoire u l t é r i e u r e de S o l o m o n ; mais il est croyable aussi q u e de n o m b r e u x guerriers étrangers à l ' A u r è s aient rallié le c a m p de Iabdas : P r o c o p e le suggère lorsqu'il
dit q u ' a p r è s leur défaite d u m o n t B u r g a o n , des M a u r e s de Byzacène se r e n d i r e n t
a u p r è s de celui-ci en i m p l o r a n t sa p r o t e c t i o n .
Première

campagne

de

Solomon.

S u r cette expédition, n o u s savons très p e u de c h o s e s ; on considère parfois qu'elle
est partie de T i m g a d , parce q u e , d a n s le passage où il en p a r l e , P r o c o p e évoque

Aurès

I 1107

la d e s t r u c t i o n de cette ville. Il i n d i q u e aussi q u e S o l o m o n avait établi son c a m p
a u p r è s de la rivière Amigas. E n raison de la similarité des d e u x n o m s , Amigas et
Thamugadi (encore p l u s sensible sous la forme adjective thamogaziensis q u e l'on
r e n c o n t r e au V siècle), M a s q u e r a y a s u p p o s é q u e l'Amigas était la rivière q u i coule
n o n loin de T i m g a d , l'oued T a g a actuel. L a localisation des possessions d ' O r t h a i a s ,
n o n p l u s s e u l e m e n t dans le H o d n a , mais aussi d a n s l'Aurès o c c i d e n t a l , renforce
cette h y p o t h è s e ; o n p o u r r a i t la formuler ainsi :
E

Les campagnes de Solomon dans l'Aurès. Le périmètre en tirets correspond à 180 km soit
à trois grandes journées de marche qu'indique Procope. La première campagne de Solomon
part de Thamugadi; la seconde part de Bagaï et se termine à Thamugadi
(itinéraires hypothétiques).
A y a n t p o u r objectif l'Aurès o r i e n t a l , repaire d ' I a b d a s , S o l o m o n , confiant d a n s
l'alliance d ' O r t a i a s et protégé sur ses arrières p a r les possessions de celui-ci, lance
u n e colonne d u N . O vers le S.E., c'est-à-dire de la plaine de T i m g a d en direction
de l ' o u e d el A r a b au travers d ' u n e région accidentée, boisée et a p p a r e m m e n t p e u
p e u p l é e . L e seul r e p è r e g é o g r a p h i q u e q u e n o u s d o n n e P r o c o p e est q u ' a u b o u t de
7 jours, p r o g r e s s a n t au r y t h m e de 10 k m par jour, S o l o m o n atteint u n e place a p p e lée le M o n t d u Bouclier, où l'on voit u n fleuve p é r e n n e et u n e vieille forteresse ;

1108 /

Aurès

l'on a p e n s é q u e le M o n t d u B o u c l i e r pouvait être le Djebel C h e l i a , point culmin a n t de l'Algérie, p a r c e q u e celui-ci aurait de loin la forme d ' u n b o u c l i e r posé horiz o n t a l e m e n t , d o n t l ' u m b o c o r r e s p o n d r a i t à l ' u l t i m e cime de la m o n t a g n e , mais cette
ressemblance est b i e n vague et d ' a u t r e part la distance q u i sépare T i m g a d d u C h é lia n ' e x c è d e pas u n e vingtaine d e k m .
Enfin, le C h é l i a ne saurait c o n s t i t u e r et n ' a jamais c o n s t i t u é , p a r l u i - m ê m e u n
objectif militaire. Il est en r e v a n c h e , dans l ' A u r è s oriental, u n e m o n t a g n e isolée,
p r o c h e d ' u n e rivière p é r e n n e , l ' o u e d El A r a b , a u s o m m e t de laquelle M a s q u e r a y
a relevé l'existence de ruines r o m a n o - b e r b è r e s , c'est le Djebel Djahfa. Sur le p l a n ,
le Djahfa p r é s e n t e la forme d ' u n ovale régulier q u i fait b e a u c o u p p e n s e r à celle
d u clipeus, le b o u c l i e r de l ' a r m é e r o m a i n e . Sa distance à vol d ' o i s e a u de T i m g a d
est d ' u n e soixantaine de k m , et c o m p t e t e n u de la nécessité de c o n t o u r n e r le Chélia
p a r le n o r d ou p a r le sud, u n itinéraire de 70 k m est t o u t à fait n o r m a l ; enfin d u
djebel Djahfa, il est aisé de r e j o i n d r e r a p i d e m e n t le T e l l , ce q u e fit S o l o m o n après
son échec. C e t t e m o n t a g n e p o u r r a i t d o n c bien être le Mons Clipeus ou Oros Aspidis
de P r o c o p e .
Deuxième

campagne

de

Solomon.

S o l o m o n s'était p r o m i s de r e v e n i r dans l ' A u r è s dès q u e possible. M a i s il devra
attendre la fin de la révolte de Stotzas, p o u r q u ' u n e nouvelle expédition dans l'Aurès
puisse être e n v i s a g é e ; elle eut lieu en 539, au d é b u t de l'été cette fois.
Si c o m m e n o u s le s u p p o s o n s , l'objectif de S o l o m o n était l ' A u r è s oriental, cette
s e c o n d e e x p é d i t i o n semble avoir été m i e u x p r é p a r é e q u e la p r e m i è r e , p u i s q u ' e l l e
p r i t c o m m e p o i n t de d é p a r t , Bagaî, q u i en était t o u t p r o c h e .
N é a n m o i n s l'affaire s'engagea m a l ; l'avant-garde byzantine, c o m m a n d é e par G u n t h a r i s , c o m m a n d a n t militaire de la p r o v i n c e de N u m i d i e , q u i était c a m p é e sur les
b o r d s de la rivière Abigas* ( q u ' i l ne faut d o n c p a s c o n f o n d r e avec l'Amigas) eut
son c a m p noyée p a r les eaux de cette rivière, q u e les g u e r r i e r s d e Iabdas avaient
h a b i l e m e n t d é t o u r n é e s ; ce s t r a t a g è m e p r o v o q u a la p a n i q u e chez les B y z a n t i n s et
il fallut l ' i n t e r v e n t i o n p e r s o n n e l l e de S o l o m o n p o u r rétablir la s i t u a t i o n . Les M a u res, b a t t u s , se r e t i r è r e n t «au p i e d de l'Aurasion» e n u n lieu appelé Babôsis. Désormais, la c a m p a g n e de S o l o m o n est b e a u c o u p p l u s difficile à s u i v r e , car a u c u n des
lieux m e n t i o n n é s p a r P r o c o p e , n ' a p u j u s q u ' i c i ê t r e identifié. Il est vrai q u ' o n les
a plutôt recherchés, c o m m e R i n n , dans la partie centrale d u massif, q u e dans l'Aurès
oriental.
T o u j o u r s selon le récit de P r o c o p e , S o l o m o n rejoignit l ' a r m é e d e Iabdas à Babôsis et la mit en d é r o u t e . Ses adversaires p a r t a g è r e n t alors leurs forces ; u n e partie
s'enfuit en M a u r é t a n i e sitifienne, le reste, c'est-à-dire Iabdas et 2 0 0 0 0 g u e r r i e r s ,
s'enferma dans u n e place appelée Zerboulè. C o m m e le siège d u r a i t , S o l o m o n décida
d'aller razzier les moissons d u côté de T i m g a d .
D e son côté, p o u r éviter d ' ê t r e pris p a r la f a m i n e , Iabdas confia à u n e partie de
ses guerriers la défense de la place et avec le reste de son a r m é e , se p o r t a en u n
lieu p a r t i c u l i è r e m e n t escarpé et difficile d'accès appelé Tumar. A p r è s trois jours
de siège, les M a u r e s évacuèrent Zerboulè dans la n u i t et les B y z a n t i n s q u i étaient
e u x - m ê m e s sur le p o i n t d ' a b a n d o n n e r la p a r t i e , c o n s t a t è r e n t avec s t u p e u r q u e la
place était vide.
S o l o m o n à leur t ê t e , ils se l a n c è r e n t à la p o u r s u i t e de Iabdas et le long et p é n i b l e
siège de Tumar c o m m e n ç a . L ' e a u se fit r a r e , les soldats b y z a n t i n s c o m m e n ç a i e n t
à m u r m u r e r ; S o l o m o n était p r ê t à se retirer, l o r s q u e l'initiative d ' u n sous-officier
a v e n t u r e u x d é c l e n c h a u n assaut général, q u i lui livra la forteresse. I a b d a s , blessé
s'enfuit en M a u r é t a n i e . L ' a u d a c e d ' u n simple soldat p e r m i t p a r ailleurs à S o l o m o n
de s ' e m p a r e r des femmes et des trésors de I a b d a s , q u e celui-ci avait cachés au somm e t d ' u n r o c h e r a b r u p t (Geminianou
Petra).

Aurès

I 1109

Diverses tentatives ont été faites, par R i n n en particulier, p o u r essayer d'identifier les étapes de cette d e u x i è m e c a m p a g n e ; frappé p a r le site de D j e m i n a , guelaa
bâtie sur u n e falaise inaccessible située au s u d d e l ' A h m a r K h a d d o u , q u i p o u r r a i t
être en effet la Geminianou Petra, R i n n choisit c u r i e u s e m e n t d'y c o n d u i r e l ' a r m é e
de S o l o m o n en lui faisant franchir trois cols élevés de l'Aurès o c c i d e n t a l , alors q u e
s'ouvrait devant elle la voie de l ' o u e d El A r a b t o u t e p r o c h e , q u i aurait p u la cond u i r e p r e s q u e d i r e c t e m e n t à son objectif.
Si par contre l'on retient, c o m m e C h . Diehl et s u r t o u t c o m m e J. C a r c o p i n o , l'idée
q u e l'objectif de S o l o m o n se situait d a n s la d i r e c t i o n de l ' o u e d El A r a b et d u djebel
C h e c h a r q u i le d o m i n e à l'est, l'on p e u t , sans t r o p s'attacher à la t o p o n y m i e actuelle
esquisser u n s c h é m a v r a i s e m b l a b l e de la p r o g r e s s i o n b y z a n t i n e d u n o r d vers le s u d .
U n n o m , d ' a i l l e u r s , p r é s e n t e avec celui de Babôsis, où S o l o m o n r e m p o r t a u n e
seconde victoire sur l ' a r m é e de I a b d a s , u n e c e r t a i n e analogie c'est celui d u village
de B a b e r , situé a u m i d i de K h e n c h e l a et de Bagaï, q u i c o n s t i t u e u n r e m a r q u a b l e
observatoire d o m i n a n t la vallée de l ' o u e d El A r a b ( P r o c o p e dit q u ' i l est situé à m i p e n t e , ce q u i est assez bien vu). B a b e r , où subsistent des ruines é t e n d u e s et où l'on
a r e t r o u v é des vestiges d'édifices c h r é t i e n s des v - v i siècles, ainsi q u ' u n e base de
chandelier sur lequel est gravé u n m o n o g r a m m e grec d ' é p o q u e j u s t i n i e n n e , p o u r rait c o r r e s p o n d r e au siège d ' u n episcopus babrensis, q u i figure sur la liste d ' é v ê q u e s
n u m i d e s de la Notitia de 4 8 4 , le passage d ' u n e (civitas) babrensis a u Babôsis de P r o cope étant d u d o m a i n e d u possible.
e

e

Vue de Taberdga, prise d'hélicoptère. Enserrée entre u n premier méandre de l'oued Djerf
et un deuxième qui lui fait suite, l'étroite falaise sur laquelle était bâti le village de Taberdga
et sa guelaa aujourd'hui détruite, constitue une position particulièrement forte qui conviendrait
bien à la description de Tumar par Procope (cl. SIRPA, ECPA, France).
A dix k i l o m è t r e s au sud-ouest de Baber, au confluent de l ' o u e d E l A r a b et de
l ' o u e d M e l l a g o u , Gsell et J. A l q u i e r o n t signalé les r u i n e s d ' u n e i m p o r t a n c e agglom é r a t i o n p r o c h e d u lieu-dit G u e l a a et-trab, en arabe : « la forteresse de terre » appel-

1110 / Aurès
lation q u i n'est p a s sans évoquer Zerboulè, d o n t P r o c o p e n o u s dit q u ' e l l e a été const r u i t e par I a b d a s , à u n e date p a r c o n s é q u e n t r é c e n t e et q u e ses m u r s ne sont pas
élevés, peut-être parce qu'elle a été bâtie avec l'argile locale. U n a u t r e a r g u m e n t
milite en faveur de la Guelaa et-trab : il est aisé, de là, de se rendre à T i m g a d , c o m m e
le fit S o l o m o n p e n d a n t le siège de Zerboulè; en effet la distance de 60 k m p e u t aisém e n t être franchie en d e u x jours p a r u n e t r o u p e à cheval et p e r m e t t a i t d o n c u n
aller et r e t o u r r a p i d e .
O ù imaginer enfin l ' e m p l a c e m e n t de Tumar et de la Geminianou Petra, q u i semb l e n t n e pas s ' ê t r e t r o u v é s très loin l ' u n de l ' a u t r e ? Il ne m a n q u e sans d o u t e pas
d a n s le djebel C h e c h a r de m o n t a g n e escarpée, d é f e n d u e de t o u s côtés par des précipices et des r o c h e r s à pic, encore faut-il q u ' u n e telle position dispose sous forme
de s o u r c e , de c i t e r n e ou de p u i t s de ressources e n eau suffisantes p o u r a b r e u v e r
les milliers d ' h o m m e s q u e I a b d a s y entraîna et q u i furent sur le p o i n t de m e t t r e
en échec l ' a r m é e b y z a n t i n e . O n p o u r r a i t songer à T a b e r d g a , où l ' a r m é e française,
faisant suite p e u t - ê t r e a u x T u r c s , choisit d'installer u n poste. T a b e r d g a o c c u p e u n
p i t o n situé sur le versant oriental d u djebel C h e c h a r et est e n t o u r é sur trois côtés
p a r les m é a n d r e s de l'oued Djerf, c o n s t i t u e à n ' e n pas d o u t e r u n e position forte.
L e D r V e r s t r a e t e n y a vu de n o m b r e u x b o u l e t s e n p i e r r e , d o n t il supposait q u ' i l s
avaient p u servir de projectiles à u n e baliste a n t i q u e , lointain s o u v e n i r peut-être
d u siège de Tumar par S o l o m o n . Q u a n t à la Geminianou Petra, n o u s avons le choix
e n t r e divers sites quasi inaccessibles tel celui de D j e m i n a , r e t e n u p a r R i n n et d o n t
le n o m se p r ê t e assez bien à u n r a p p r o c h e m e n t avec celui d u r o c h e r escarpé, u l t i m e
refuge de la famille de Iabdas. Il n ' e s t possible d'accéder au s o m m e t q u e p a r u n e
c h e m i n é e i n t é r i e u r e , q u i ne laisse passer q u ' u n h o m m e à la fois. Visitant D j e m i n a ,
il y a u n e q u a r a n t a i n e d ' a n n é e s , j ' y avais n o t é la p r é s e n c e de q u e l q u e s fragments
de tuiles r o m a i n e s , q u i t e n d r a i e n t à confirmer l ' a n c i e n n e t é d u s i t e ; M a i s D j e m i n a
paraît u n p e u loin de l ' o u e d el A r a b et d u Djebel C h e c h a r , p o u r q u ' u n très faible
d é t a c h e m e n t , P r o c o p e parle m ê m e d ' u n soldat isolé, se soit r i s q u é jusque là.
C ' e s t d o n c p l u t ô t au sud de T a b e r d g a si n o u s r e t e n o n s l'idée d ' u n e progression
d a n s u n axe Bagaï — Baber — T a b e r d g a q u ' i l faudrait r e c h e r c h e r la Geminianou
Petra. O r , à 3 k m à l'ouest d ' E l A m r a , petit village de la vallée de l'oued Bedjer
o ù o n t été t r o u v é s des vestiges d ' a r c h i t e c t u r e c h r é t i e n n e de basse é p o q u e , existent
d e u x rochers, voisins l ' u n de l ' a u t r e , d'accès aussi difficiles q u e celui de D j e m i n a .
C e sont les sites de T i z o u g r a r i n e et de C o u n t r o q u e M a s q u e r a y et B i r e b e n t ont
décrits. T o u s d e u x étaient a l i m e n t é s en eau, T i z o u g r a r i n e p a r u n e c i t e r n e , C o u n t r o p a r u n p u i t s . M a s q u e r a y a recueilli des légendes selon lesquels les d e r n i e r s
R o m a i n s de l ' o u e d Bedjer se seraient réfugiés à C o u n t r o , au m o m e n t de la conq u ê t e arabe. P l u s p r è s de n o u s , selon u n e tradition r a p p o r t é e p a r C h . M o n c h i c o u r t ,
l ' u n des chefs de l ' i m p o r t a n t e confrérie des C h a b b y a , p r é p o n d é r a n t e à K a i r o u a n
au x v i siècle, a u r a i t envisagé d'installer sa d e s c e n d a n c e à T i z o u g r a r i n e p o u r lui
p e r m e t t r e d ' é c h a p p e r a u x T u r c s . L e fait n ' e s t c e r t a i n e m e n t pas sans r a p p o r t avec
la création d a n s la vallée de l ' o u e d Bedjer d ' u n e Z a o u i a de cette confrérie q u i existe
e n c o r e . Il y a d o n c , d a n s ce s e c t e u r de l ' A u r è s , u n e vieille t r a d i t i o n de citadelle
refuge, d o n t on n e c o n n a î t pas d ' é q u i v a l e n t dans l'Aurès occidental, q u i m é r i t e de
retenir l'attention.
e

Sa c a m p a g n e a u r a s i e n n e t e r m i n é e , S o l o m o n r é c u p è r e sans difficulté la M a u r é t a nie p r e m i è r e ou sitifienne, o p é r a t i o n d o n t o n a s u p p o s é avec v r a i s e m b l a n c e q u ' e l l e
avait entraîné la disparition de la principauté d'Ortaias, q u i était à cheval sur l'Aurès
et le H o d n a .
C ' e s t après avoir raconté ces é v é n e m e n t s , q u e P r o c o p e en vient à parler de la
s o u v e r a i n e t é q u e M a s t i g a s exerce sur la M a u r é t a n i e C é s a r i e n n e , c o m m e u n e réalité q u ' i l n ' e s t p a s question de r e m e t t r e en c a u s e .
Q u a n t à l ' A u r è s , p o u r éviter q u e les M a u r e s n ' y r e v i e n n e n t , J u s t i n i e n fit renforcer les défenses de 5 villes situées a u t o u r de la m o n t a g n e , d o n t il n o u s d o n n e les

Aurès / 1111
n o m s : Bagae', Phlorentianae', Badé, Meleon et Thamougadè, ainsi q u e de d e u x forts
Dabousis et Gaiana. Si Bagaé, Badé, Thamougadè, sont é v i d e m m e n t Bagaï, Badès
et Thamugadi, si Meleon à la suite d ' u n e c h u t e de la p r e m i è r e syllabe, est peut-être
le municipium Gemell, de l ' o u e d Bedjer Phlorentiané, Dabousis et Gaiana, d o n t l ' u n
au m o i n s devrait se trouver sur le flanc ouest de l'Aurasion, p o u r en assurer l'encerc l e m e n t , n ' o n t p u jusqu'ici être identifiés.
Il semble q u ' a p r è s cette c a m p a g n e , l'Aurès ait c o n n u q u e l q u e r é p i t . E n effet le
s o u l è v e m e n t q u e J. T r o g l i t a eût à m a t e r en 546 c o n c e r n e essentiellement les t r i b u s
de Byzacène et de T r i p o l i t a i n e ; d ' a u t r e part, si Iabdas reparaît alors, c'est aux côtés
des R o m a i n s . N é a n m o i n s d e u x vers de la J o h a n n i d e où sont m e n t i o n n é s brièvem e n t les p o p u l a t i o n s de la Gemini Petra et de Zerquilis, q u e C o r i p p e paraît ranger
d a n s le c a m p rebelle, laisse p l a n e r q u e l q u e d o u t e à ce sujet.
E n effet, P a r t s c h , son éditeur, suivi p a r la p l u p a r t des c o m m e n t a t e u r s identifie
sans hésiter Geminia Petra avec la Geminianou Petra du texte g r e c , ce q u i va de
soi et Zerquilis avec Z e r b o u l è , ce q u i est b e a u c o u p p l u s d i s c u t a b l e . C o r i p p e situe
Zerquilis d a n s u n e contrée désolée, « horrida rura », q u i p o u r r a i t c o r r e s p o n d r e aux
derniers contreforts m é r i d i o n a u x d u massif, d o n t le climat est déjà saharien et q u i
manque cruellement d'eau.
O r il existe d a n s le s u d de la vallée de l ' o u e d G u e c h t a n e , près de la petite palmeraie de R h e s q u i l u n site a n t i q u e é t e n d u , où o n t été relevés en 1941 les vestiges
d ' u n e c o n s t r u c t i o n de 30 m sur 2 0 , t e m p l e ou d e m e u r e , q u e p r é c é d a i t u n péristyle
de 14 c o l o n n e s . L e s seuls n o m s relevés sur p l a c e , d o n t celui d ' u n praefectus g(entis)
sont libyques : R h e s q u i l p o u r r a i t être la m é t a t h è s e de Zerquilis.
Si cette h y p o t h è s e se vérifiait u n jour, la vieille guelaa r u i n é e de T i m i z o u i n e q u i
se t r o u v e u n p e u p l u s en aval sur u n p a n de falaise isolée et quasi inaccessible surp l o m b a n t le défilé de l ' o u e d G u e c h t a n e , r e p r é s e n t e r a i t à son t o u r u n e très acceptable Gemini
Petra.
S o n allégeance tardive aux B y z a n t i n s avait-elle p e r m i s à Iabdas de r é c u p é r e r ses
territoires a u r a s i e n s ? C o r i p p e ne n o u s le dit p a s ; q u a n t à O r t a i a s , q u i était p l u s
loin, il est vrai, d u t h é â t r e d ' o p é r a t i o n s de Jean T r o g l i t a , il n ' e n est p l u s q u e s t i o n ;
J. C a r c o p i n o juge p r o b a b l e q u e la r e c o n q u ê t e p a r les B y z a n t i n s de la Sitifienne
et d u pays de Z a b è l'a fait d i s p a r a î t r e de la s c è n e p o l i t i q u e .

* *
Après cet épisode, nous n'avons plus a u c u n e indication sur ce q u i se passe à l'intér i e u r d u massif. L a m o r t , e n t r e 569 et 5 7 1 , lors d e c o m b a t s c o n t r e les M a u r e s de
plusieurs chefs de l'armée byzantine, dans u n e région indéterminée d'Afrique, laisse
p l a n e r q u e l q u e d o u t e sur la capacité des e x a r q u e s de C a r t h a g e de défendre leur
lointaine m a r c h e a u r a s i e n n e . Il est certain, p a r c o n t r e , q u e m a l g r é la survivance
de dissensions e n t r e donatistes et c a t h o l i q u e s , l'Eglise reste influente sur tout le
p o u r t o u r de l ' A u r è s . D e s i n s c r i p t i o n s font état d ' u n e c o n s é c r a t i o n de reliques en
581 ou 582 p a r l ' é v ê q u e de Nicivibus, (l'actuel N ' g a o u s , à u n e c i n q u a n t a i n e de k m
à l'ouest de B a t n a ) , et de la dédicace d ' u n e chapelle à T i m g a d en 6 4 5 , à la veille
d u p r e m i e r raid a r a b e . L e p a p e G r é g o i r e le G r a n d (590-604) e n t r e t i e n t u n e corresp o n d a n c e suivie avec les évêques de N u m i d i e et o c c a s i o n n e l l e m e n t avec l ' e x a r q u e
G e n n a d i u s , sans q u e rien fasse s o u p ç o n n e r u n e q u e l c o n q u e dissidence p o l i t i q u e
d a n s cette p r o v i n c e . L ' o n ne saurait c e p e n d a n t en tirer de c o n c l u s i o n définitive
sur la s u b o r d i n a t i o n absolue de la région au p o u v o i r b y z a n t i n , car on a la p r e u v e ,
ailleurs, de l'existence, voire d u d é v e l o p p e m e n t d e c o m m u n a u t é s c h r é t i e n n e s h o r s
des limites de l ' e m p i r e .
E n 6 0 0 , Badès et Bagai figurent encore sur u n e liste de cités b y z a n t i n e s dressée
p a r G e o r g e s de C h y p r e .

1112 / Aurès
Aussi rien n ' i n t e r d i t de croire à u n e sorte de coexistence pacifique e n t r e M a u r e s
christianisés et R o m a i n s africains q u i facilitera q u e l q u e s a n n é e s p l u s t a r d l'émergence d ' u n e résistance r o m a n o - b e r b è r e c o n t r e le c o n q u é r a n t a r a b e .
*

* *
P e n d a n t t o u t e cette p é r i o d e , le paysage agricole semble avoir p e u c h a n g é : malgré la d e s t r u c t i o n de la ville, les m o i s s o n s m û r i s s e n t dans la p l a i n e de T i m g a d ,
région céréalière p a r excellence; a u x e n v i r o n s de Bagaî, les c a n a u x d'irrigation q u i
a m è n e n t l'eau d e l ' A u r è s f o n c t i o n n e n t e n c o r e , p u i s q u ' i l s p e r m e t t e n t aux M a u r e s
de Iabdas d ' i n o n d e r le c a m p de G u n t h a r i s ; C o r i p p e vante la fertilité des terres de
Badès où l'on fait d e u x récoltes p a r an ; sans d o u t e la situation est-elle assez semblable dans l'intérieur d u massif; il reste c e p e n d a n t s u r p r e n a n t q u e l'on y ait t r o u v é
j u s q u ' i c i a u c u n e m o n n a i e b y z a n t i n e , ni d'ailleurs a u c u n e m o n n a i e vandale, ce q u i
p o u r r a i t t r a d u i r e u n déclin m a r q u é des é c h a n g e s e n t r e la m o n t a g n e et les villes
avoisinantes.
BIBLIOGRAPHIE
I. Sources : Auteurs grecs.
PROCOPE, Bellum vandalicum, ed. J. Haury; ed. G.P. Goold, avec traduction anglaise de H.B.
Dewing.
De aedificiis, VI, 7 , 1-11, ed. Haury, traduction française de J. Desanges, «Un témoignage
peu connu de Procope sur la Numidie vandale et byzantine», Byzantion, t. XXXIII, 1 9 6 3 .
GEORGES DE CHYPRE, éd. Honigman (E.) Le Synekdemos d'Hiéroklès et l'opuscule géographique
de Georges de Chypre, Corpus bruxellense historiae byzantinae, I, Bruxelles, 1 9 3 9 .
Auteurs latins.
CESAR, Bellum Civile.
VICTOR DE VITA, Historia persecutionis, M.G.H.a.a. t. III, 1.
CORIPPUS, Johannide, M.G.H.a.a., t. III, 2 .
Notitia provinciarum et civitatum Africae, M.G.H.a.a., t. III, 1.
CODE JUSTINIEN, I. 2 7 , 1, 1 2 .

JEAN DE BICLAR, Epistolae, M.G.H.,

Epp.,

1 et 2 .

II. Etudes.
ALQUIER J., «Les ruines antiques de la vallée de l'Oued el Arab», Revue africaine, t. LXXXV,
1 9 4 1 , p. 3 2 à 3 9 .
BIREBENT J., Aquae romanae, Alger, 1 9 6 4 .
CAMPS G., «Un mausolée marocain, la grande bazina de Souk el Gour», Bull. d'Archéo. maroc,
t. 4 , 1 9 6 0 , p. 4 7 - 9 2 .
E

«Le Gour, mausolée berbère du VI siècle», Antiq. Afric, t. 8 , 1 9 7 4 , p . 1 9 1 - 2 0 8 .
«De Masuna à Koceila. Les destinées de la Maurétanie aux VI et VI siècles», Bull. arch.
du C T . H . S . n . s . , fasc. 1 9 B, 1 9 8 3 , p. 3 0 7 - 3 2 5 , Paris 1 9 8 5 .
«Rex gentium maurorum et romanorum. Recherches sur les royaumes de Maurétanie des v r
et vii siècles», Ant. Afric, t. 2 0 , 1 9 8 4 , p. 1 8 3 - 2 1 8 .
CARCOPINO J., «Un empereur maure inconnu d'après une inscription latine récemment découverte dans l'Aurès», Rev. des études anciennes, t. 4 6 , 1 9 4 4 , p. 9 4 - 1 2 0 .
«Encore Masties, l'empereur maure inconnu», Rev. afric, t. 1 0 0 , 1 9 5 6 , p. 3 3 9 - 3 4 8 .
Profils de conquérants, Paris, 1 9 6 1 .
COURTOIS C , Victor de Vita et son œuvre, Alger, 1 9 5 4 .
Les Vandales et l'Afrique, Paris, 1 9 5 5 .
DAREMBERG E. et SAGLIO E., art. Clipeus. Dict. des antiq. gr. et rom.
e

e

e

Aurès

I 1113

DESANGES J., «le Vicus Abaris et l'Abaritana provincia», Bull, du C.T.H.S., 18 B, 1988, p.
87-94.
DIEHL C , L'Afrique byzantine, Paris, 1896.
DUREAU DE LA MALLE, L'Algérie. Histoire des guerres des Romains des Byzantins et des Vandales, Paris, 1852.
DUFOURCQ Ch., « Berbérie et Ibérie médiévale : un problème de rupture », Rev. hist. oct.déc. 1968, p. 293-324.
DUVAL Y., Loca Sanctorum Africae : le culte des Martyrs en Afrique du IV au vii siècle»
Collection de l'école française de Rome, 58, Rome, 1982.
FÉVRIER P.-A., «Evolution des formes de l'écrit en Afrique du Nord à la fin de l'Antiquité
et au haut Moyen Age», Acad. dei Lincei, n° 105, 1969, p. 211-216.
«Masuna et Masties», Ant. afric, t. 24, 1988.
FREND W.H.C., «The end of byzantine North Africa», Bull. arch. du C.T.H.S. n.s., fasc.
19 B, 1983, Paris, 1985, p. 398-397.
FORNIER (Cne), Notice sur l'Aurès (1845), Manuscrit H. 229.S.H.A.T. Vincennes.
GRIERSON Ph., «Mathasunta or Mastinas : a reattribution. Numismatic chronicle, 1959, p.
119-130 [M. Ph. Grierson a bien voulu m'écrire qu'il ne croyait plus à la possibilité d'attribuer à Mastinas, la pièce controversée].
GSELL S., Atlas archéologique de l'Algérie, F . 38 et 39, Paris, 1903.
JANON M. «L'Aurès au VI siècle. Note sur le récit de Procope», Ant. afric, t. 15, 1980,
p. 345-351.
KADRA F., Les djedars, monuments funéraires berbères de la région de Frenda (Wilaya de Tiaret,
Algérie), Alger.
LANCEL S., Sources chrétiennes, n° 195, Paris.
MAIER, Les évêchés de l'Afrique romaine, vandale et byzantine, Bibliotheca Helvetica romana,
1973.
MARKUS R.A., « Country bishops in Byzantine Africa », The Church in Town and Countryside, (Studies in Church History; XVCI) Oxford, 1979.
MASQUERAY E., «Le Djebel Chechar», Rev. afric, t. XXII, 1878, p. 43.
«Traditions de l'Aurès oriental», Bull, de corresp. afric, 1885, I-II.
De Aurasio monte, Paris, 1886 (on y trouvera les références à l'ensemble de ses articles sur
l'Aurès).
MONCHICOURT C , «Chroniques kairouanaises», Revue tunisienne, 1932-1936.
MORIZOT J. et P., «Les ruines romaines de la vallée de l'Oued Guechtane», Rev. afric, t.
XCII, 1948.
MORIZOT P., «Vues nouvelles sur l'Aurès antique», C.R.A.I., 1979, p. 309-337.
«Renseignements archéologiques complémentaires sur la vallée de l'Oued Mellagou», Bull,
d'arch. Alger, t. 7, 1977-1979, fasc. I. Alger, 1985.
«La Zaouia des Beni Barbar, cité pérégrine ou municipe latin?», Bull. arch. du C.T.H.S.,
n.s., fasc. 18 B, p . 31-75, 1988.
«Pour une nouvelle lecture de l'elogium de Masties, Ant. afric, 1989, t. 25, p. 263-284.
PRINGLE D., T h e defense of byzantine Africa from Justinian to the arab conquest», B.A.R.
int., Oxford, 1981.
RAGOT W., «Le Sahara de la province de Constantine, Rec. de Constantine, t. XVI, 1873-1874,
p. 91-299.
REYGASSE M., Monuments funéraires préislamiques de l'Afrique du Nord, Paris, 1951.
RINN L., « Géographie ancienne de l'Algérie. Localités désignées par l'historien Procope en
son récit de la deuxième expédition de Solomon dans le Djebel Aourès, Rev. afric, t. XXXVII,
1893, p. 297-329.
STOFFEL E., Histoire de Jules César. Explications et remarques, 1887, p. 195.
TISSOT Ch., Géographie comparée de la province d'Afrique, Paris, 1884.
VERSTRAETEN J., (Correspondance inédite avec l'auteur, 1970-1975).
E

e

e

P.

MORIZOT

1114 / Aurès

L'Aurès sous la domination arabe
Il est certains t e r m e s g é o g r a p h i q u e s , à la vérité p e u n o m b r e u x , q u i ont traversé
les âges en raison sans d o u t e de leur c o n s o n a n c e ou b i e n d ' u n certain m y s t è r e q u i
s'attache à e u x . C ' e s t le cas d u t e r m e A u r è s q u i fut e m p l o y é avec des acceptions
différentes. L ' A u r è s d o n t o n p a r l e r a ici est u n q u a d r i l a t è r e d ' e n v i r o n 10 0 0 0 k m
d o n t les s o m m e t s sont au n o r d , B a t n a et K h e n c h e l a , au s u d , Biskra et K h a n g a Sidi
N a d j i . M a i s , c o m m e ce massif a été b e a u c o u p p l u s ouvert sur l'extérieur q u ' o n
n e l'a dit g é n é r a l e m e n t , on sera c o n d u i t à sortir assez l a r g e m e n t des limites ainsi
fixées, le passé d e l'Aurès ayant été souvent lié à celui des régions avoisinantes.
C e fut s p é c i a l e m e n t le cas d e p u i s le d é b u t de la d o m i n a t i o n a r a b e au vii siècle
j u s q u ' a u milieu d u X I siècle, m a r q u é p a r les invasions h i l a l e n n e s .
2

e

e

O n sera a m e n é aussi à s ' a p p u y e r p l u s q u ' o n ne l'a fait sur les d o n n é e s p e r m a n e n tes de la g é o g r a p h i e et sur les faits é c o n o m i q u e s à défaut de p o u v o i r le faire sur
des sources h i s t o r i q u e s arabes incertaines et q u i n e s'accordent pas t o u j o u r s .

*
*

*

D e l ' A u r è s r o m a i n , (et p e u t - ê t r e faudrait-il r e m o n t e r p l u s h a u t encore) à l ' A u r è s
arabe de la p r e m i è r e é p o q u e en p a s s a n t p a r l ' A u r è s vandale et l ' A u r è s b y z a n t i n ,
o n observe u n e r e m a r q u a b l e c o n t i n u i t é : c'est le m ê m e m o d e d ' e x p l o i t a t i o n intensive d u sol, p e r m i s p a r l'irrigation, de terres situées dans u n e z o n e à très faible
p l u v i o m é t r i e ; ce sont les m ê m e s formes de société caractérisées p a r la sédentarisat i o n et l ' u r b a n i s a t i o n ; c'est la m ê m e p r o s p é r i t é à p e i n e affectée, semble-t-il, p a r
les accidents de l'histoire. C e t t e observation, d'ailleurs, ne vaut pas seulement p o u r
l ' A u r è s et ses p i é m o n t s mais aussi vers l'ouest, p o u r la région d u H o d n a et vers
l'est p o u r t o u t e la b o r d u r e s a h a r i e n n e de l'Algérie orientale et de l'actuelle T u n i sie. Ici c o m m e là, ainsi q u e l'a s o u l i g n é J. D e s p o i s , ce sont s e n s i b l e m e n t les m ê m e s
c o n d i t i o n s naturelles : les eaux q u i d e s c e n d e n t des reliefs « v i e n n e n t a p p o r t e r à la
b o r d u r e s a h a r i e n n e des eaux a b o n d a n t e s q u i , à l'aval, s ' é t e n d e n t l a r g e m e n t , perm e t t a n t des c u l t u r e s inondées et enrichissant les n a p p e s s o u t e r r a i n e s » . M a i s u n e
g r a n d e partie d e s p r é c i p i t a t i o n s se serait p e r d u e — c o m m e elles se p e r d e n t
a u j o u r d ' h u i — si l ' h o m m e , p a r u n a m é n a g e m e n t total des b a s s i n s versants révélé
p a r la p h o t o g r a p h i e a é r i e n n e — n'avait c o m p l è t e m e n t t r a n s f o r m é la s t e p p e , p a r é
a u x aléas climatiques, autorisé larges diversifications des cultures et double récolte,
l ' u n e d ' é t é , l ' a u t r e d'hiver.
e

D u m a i n t i e n de la fécondité de cette c e i n t u r e s t e p p i q u e j u s q u ' a u milieu d u xi
siècle, le g é o g r a p h e arabe El B e k r i t é m o i g n e dans ses écrits q u i d a t e n t de cette époq u e . S o n travail est u n e p r é s e n t a t i o n d'itinéraires t r a n s m a g r é b i n s . C e u x q u i n o u s
intéressent ici p a s s e n t au n o r d et au s u d de l ' A u r è s c o m m e des massifs voisins.
Avec lui n o u s v o y o n s défiler des c a m p a g n e s v e r d o y a n t e s c o u v e r t e s d ' a r b r e s fruitiers, de c h a m p s cultivés et de p a t u r a g e s , des villes «de h a u t e a n t i q u i t é » renferm a n t beaucoup de m o n u m e n t s anciens. D e L a m b è s e c o m m e de T i m g a d et de T o b n a ,
il n e reste p l u s alors q u e r u i n e s , mais p a r m i les villes i m p o r t a n t e s existantes, il y
a Baghaïa, Vescera (Biskra), T a h o u d a , autrefois T h a b u d é o s , et Badis, a n c i e n n e m e n t
A d - B a d i a s ; et p a r t o u t dans les villes c o m m e d a n s les c a m p a g n e s l'eau d e s c e n d u e
des reliefs coule en a b o n d a n c e .
D e l'Aurès p r o p r e m e n t dit, q u i est le g r a n d collecteur et le c h â t e a u d ' e a u princip a l , El-Bekri p a r l e p e u . Il cite c e p e n d a n t la ville d e M a ï s h u n , a u j o u r d ' h u i M c h o u n e c h , lieu de naissance d ' u n jurisconsulte r é p u t é , A b o u - A b d e l M a l i k M a ï s h o u n i
et il fait état d ' u n g r a n d n o m b r e de places fortes p e u p l é e s de H o o u a r a et de M i k nasa q u i «professent les doctrines h é r é t i q u e s de la secte i b a d i t e » . O n p o u r r a i t douter des descriptions d'El-Bekri si les campagnes parcourues par ce géographe n'étaient

Aurès

I 1115

a p p a r e n t e s a u j o u r d ' h u i encore. E n effet, elles o n t été révélées p a r l'observation
a é r i e n n e au c o u r s des années 1940-1948 lors de l'exploration à laquelle a p r o c é d é
le colonel B a r a d e z t o u t le long d u limes, d u H o d n a à la T r i p o l i t a i n e ; mais celui-ci
y a v u l ' œ u v r e exclusive des R o m a i n s alors q u ' e n réalité l ' a m é n a g e m e n t de cette
c e i n t u r e s t e p p i q u e a d u être e n t r e p r i s e par leurs prédécesseurs et a été p o u r s u i v i
p a r leurs différents successeurs.
L e Z a b d ' E l Bekri (c'est le n o m q u ' i l d o n n e à cette région) t é m o i g n e de la constance d ' u n e p o l i t i q u e h y d r a u l i q u e , d ' u n p o u v o i r fort et d ' u n e a d m i n i s t r a t i o n b i e n
structurée.
L a c o n q u ê t e arabe va faire a p p a r a î t r e les faiblesses de l ' a d m i n i s t r a t i o n b y z a n t i n e
et la persistance d ' u n p o u v o i r b e r b è r e révélé u n siècle p l u s tôt p a r u n p e r s o n n a g e
comme Masties.
L e p r e m i e r raid arabe est u n raid de r e c o n n a i s s a n c e , il se p r o d u i t en 647-648 :
les t r o u p e s b y z a n t i n e s sont défaites p r è s de Sufetula (Sbeitla) et le Patrice G r é g o i r e
est t u é . L e général v a i n q u e u r va n é a n m o i n s a c c e p t e r de revenir e n E g y p t e m o y e n n a n t le v e r s e m e n t d ' u n e forte s o m m e d ' a r g e n t . L e s Arabes sont de r e t o u r vers 6 5 1 ,
ils r e m p o r t e n t des succès et, en 6 6 2 , O k b a b e n N a f é fonde u n c a m p - g a r n i s o n —
en arabe u n K a y r a v a n — q u i va d e v e n i r K a i r o u a n et être le siège d ' u n g o u v e r n e m e n t arabe.
U n sursaut des B y z a n t i n s leur p e r m e t de c o n c l u r e u n e trêve avec leurs adversaires et de se réorganiser avec l'aide des chefs b e r b è r e s d o n t le rôle va devenir déterm i n a n t . L ' A u r è s — mais o n ne sait quel A u r è s e x a c t e m e n t — va a p p a r a î t r e c o m m e
le g r a n d c e n t r e de la résistance.
Laissant à K a i r o u a n u n e partie de
ses t r o u p e s , Okba b e n Nafé auquel u n
n o u v e a u calife a r e n d u son g o u v e r n e m e n t d'Ifriqiya, p a r t avec u n e a r m é e
n o m b r e u s e en d i r e c t i o n de l'ouest en
e m p r u n t a n t la voie q u i longe le versant s e p t e n t r i o n a l de l ' A u r è s . Il t e n t e
sans succès de s ' e m p a r e r de la p u i s sante place forte de Baghaya, q u i est
l ' u n e des g r a n d e s portes d u massif,
s ' a p p r o c h e de L a m b è s e d ' o ù il est
repoussé et p o u r s u i t son raid j u s q u ' a u
M a r o c . S u r le c h e m i n d u r e t o u r , il
v e u t revenir à K a i r o u a n p a r le s u d de
l ' A u r è s et là, il va se h e u r t e r a u x forces b e r b é r o - b y z a n t i n e s , q u e l'on voit,
d é s o r m a i s , placées s o u s l'autorité de
chefs b e r b è r e s , des B e r b è r e s r o m a n i sés de l o n g u e date et c h r é t i e n s .
Ici e n t r e dans la l é g e n d e sinon d a n s
l ' H i s t o i r e celui q u e les écrivains arabes désignent sous le n o m de K a c i l o
d o n t n o u s avons fait Koceila ou
Intérieur de la mosquée de Sid Oqba
K u s a y l a . Son p o u v o i r se serait é t e n d u
(photo M . Bovis).
de la région de T l e m c e n à l ' A u r è s et
son a u t o r i t é se serait exercée s u r u n e confédération générale des t r i b u s b e r b è r e s .
C'est u n r a s s e m b l e m e n t de ce g e n r e s o u t e n u p a r les B y z a n t i n s q u i aurait a t t e n d u
O k b a b e n N a f é sur le c h e m i n d u r e t o u r et l'aurait défait au p i e d de l'Aurès p r è s
de T é h o u d a . L a dépouille d u c o n q u é r a n t q u i t r o u v a la m o r t sur le c h a m p de bataille
fût déposée dans la m o s q u é e de la ville à laquelle a été d o n n é e p a r la suite son n o m ,
d e v e n u e a u j o u r d ' h u i lieu de p è l e r i n a g e .

1116 / Aurès
Koceila aurait p o u r s u i v i sa m a r c h e victorieuse et aurait pris K a i r o u a n . S'y étant
installé, il serait a p p a r u alors c o m m e «le s o u v e r a i n de l ' e n s e m b l e de l'Ifrikiya et
d u M a g h r e b » . M a i s les forces arabes vont se r é o r g a n i s e r r a p i d e m e n t et revenir en
B e r b ê r i e . C'est à M a m s , à 50 k m à l'ouest de la capitale, q u e Koceila aurait a t t e n d u
ses adversaires et, à son t o u r , il aurait été b a t t u et t u é ( 6 8 6 ) ; m a i s son v a i n q u e u r
q u i a évacué de n o u v e a u le p a y s , o n ne sait p o u r quelle raison, disparaît lors d ' u n
e n g a g e m e n t avec les B y z a n t i n s q u i o n t o p é r é u n d é b a r q u e m e n t d a n s la région de
Barka en C y r é n a ï q u e .
L e M a g h r e b c o n n a î t q u a t r e a n n é e s de répit. L ' E x a r c h a t en profite p o u r resserrer
ses liens avec les p r i n c i p a u x chefs b e r b è r e s q u i o n t t r o u v é u n successeur à Koceila
en la p e r s o n n e d ' u n e femme q u i semble être sa p a r e n t e et q u i jouit d ' u n g r a n d prestige p a r m i les s i e n s , D i h y a , dite la K a h i n a . C o m m e Koceila, elle sera d ' a b o r d vict o r i e u s e et c o n t r a i n d r a m ê m e le c h e f des forces a r a b e s , H a s s a n I b n N o m a n , à évacuer l'Ifriquiya; mais elle sera à son t o u r vaincue et tuée dans l'Aurès en 701 ou 702.
Avec la K a h i n a , l ' A u r è s , d o n t elle serait originaire, d o m i n e l'histoire de la Berbérie. Sa m é m o i r e a traversé les siècles, son n o m était encore é v o q u é il y a q u e l q u e s
dizaines d ' a n n é e s d a n s le massif, m a i s t o u t ce q u e l'on p a r v i e n t à percevoir d'elle
à travers les récits des écrivains arabes relève de la légende. A s o n n o m a été liée
la d e s t r u c t i o n s y s t é m a t i q u e des richesses de son r o y a u m e . Elle aurait fait « renverser les villes, d é m o l i r les c h â t e a u x , c o u p e r les a r b r e s et enlever les biens des habitants » mais on ne trouve aucune explication satisfaisante à de telles actions q u i paraissent assez p e u v r a i s e m b l a b l e s .
Vaincus, les Berbères se s o u m i r e n t et acceptèrent de fournir des contingents armés
a u x v a i n q u e u r s . L e s m o n t a g n a r d s a u r o n t été p r o b a b l e m e n t de c e u x q u i iront conquérir l'Espagne.
Reconnaissant l'influence de la famille de la K a h i n a , les Arabes, à sa m o r t , auraient
mis à leur tête d e u x fils de l ' a n c i e n n e reine. E n o u t r e selon I b n K h a l d o u n , l'aîné
de la famille aurait r e ç u le c o m m a n d e m e n t de l ' A u r è s .

* *
L e s récits des écrivains arabes — o n en c o n n a î t u n e q u a r a n t a i n e — laisseraient
croire q u ' a p r è s u n demi-siècle de g u e r r e s e n t r e c o u p é p a r de l o n g u e s périodes de
trêve, le pays n ' a u r a i t pas cessé de connaître affrontements sur affrontements, entre
A r a b e s m u s u l m a n s d ' u n côté et B e r b é r o - r o m a i n s c h r é t i e n s de l ' a u t r e , e n t r e m u s u l m a n s sunnites et m u s u l m a n s hérétiques ou schismatiques, entre sédentaires et nomades, e n t r e citadins et r u r a u x , e n t r e souverains en place et p r é t e n d a n t s , e n t r e dynasties rivales enfin, le tout dans u n a c c o m p a g n e m e n t de d e s t r u c t i o n s , de dévastations,
de ruines, de massacres, de m e u r t r e s , d'horribles c r u a u t é s , de d é p l a c e m e n t de p o p u lations d ' h o m m e s et de femmes e m m e n é e s en esclavage. C o m m e d a n s t o u t e histoire é v é n e m e n t i e l l e et à p l u s forte raison dans celle-ci la situation réelle a été très
fortement noircie.
Il faut s o u l i g n e r en r e v a n c h e q u e dès la fin des c o m b a t s u n e a u t o r i t é très ferme
s'établit sur l'Ifriqiya. M a î t r e i n c o n t e s t é d u pays après la défaite de la K a h e n a , le
général v a i n q u e u r H a s a n b e n N u m a n s ' a p p l i q u a sans t a r d e r à m e t t r e en place u n e
a d m i n i s t r a t i o n , à p a r t i r de K a i r o u a n la nouvelle capitale.
T o u t révèle u n e é t o n n a n t e p r o s p é r i t é , tout révèle la continuité avec la vie r o m a i n e
et b y z a n t i n e ; c'est la m ê m e société u r b a i n e , c'est la m ê m e é c o n o m i e fondée sur
la c u l t u r e i r r i g u é e et la p r o d u c t i o n de m a r c h a n d i s e s e x p o r t é e s .
C e c i n o u s r a m è n e à l ' A u r è s et à sa fonction h y d r a u l i q u e , facteur essentielle de
la p r o s p é r i t é m a i n t e n u e ou r e t r o u v é e de la p r o v i n c e . C o m m e s o u s les R o m a i n s ,
c o m m e sous les B y z a n t i n s , cette p r o s p é r i t é ne se conçoit pas sans u n A u r è s totale-

Aurès

I 1117

m e n t i n t é g r é , t o t a l e m e n t c o n t r ô l é , image b i e n différente de celle q u ' o n t s o u v e n t
p r é s e n t é e les h i s t o r i e n s .
Ceux-ci, p a r t a n t de l'idée b i e n arrêtée q u e les m o n t a g n a r d s de l ' A u r è s o n t toujours é c h a p p é à l ' a u t o r i t é d u p o u v o i r central en o n t v u u n e n o u v e l l e p r e u v e d a n s
les t r o u b l e s q u i se sont p r o d u i t s d a n s le Z a b de t e m p s à autre et t o u t spécialement
lors de la révolte d ' A b o u - Y a z i d d a n s la p r e m i è r e moitié d u X siècle.
P o u r t a n t il n'est pas imaginable q u e des souverains q u i ont eu les m o y e n s h u m a i n s
et financiers de c o n q u é r i r la Sicile t o u t e p r o c h e p u i s l ' E g y p t e n ' a i e n t pas été en
m e s u r e d'asseoir leur autorité s u r l ' A u r è s , pièce maîtresse de leur p o l i t i q u e économ i q u e . E n r e v a n c h e , t o u t p e r m e t de penser q u e l ' A u r è s s'étant s o u m i s après u n e
glorieuse résistance a p u p r é s e r v e r u n e relative a u t o n o m i e sous les dynastie successives. O n la voit au milieu d u I X siècle o p p o s e r u n e certaine résistance face à u n e
p o l i t i q u e fiscale considérée c o m m e spoliatrice. Si les m o n t a g n a r d s sont loin d ' ê t r e
les seuls à s'être rebellés, ils paraissent l'avoir fait avec u n e p a r t i c u l i è r e v i g u e u r .
Les H a o u a r a ou H o o u a r a d o n t le n o m n ' a cessé d ' a p p a r a î t r e lié à l ' A u r è s auraient
c o m b a t t u les t r o u p e s d u général aghlabide et l ' a u r a i e n t défait.
e

e

L a révolte d ' A b o u Yazid*, « l ' h o m m e à l'âne » des c h r o n i q u e u r s , apparaît autrem e n t sérieuse.
A b o u Yazid, q u i n'est pas originaire de l ' A u r è s , aurait « fait d u massif u n c e n t r e
de résistance à l ' a u t o r i t é d u d y n a s t e r é g n a n t , A b u - l - K a s s i m , y f o r m a n t des b a n d e s
a r m é e s et u n conseil de shaykhs q u i va servir de m o d è l e à u n futur g o u v e r n e m e n t
kharédjite». S o r t a n t de l ' A u r è s , il s ' e m p a r e de la p u i s s a n t e place forte de Baghaya
q u i est située s u r son versant s e p t e n t r i o n a l et de là, des victoires successives v o n t
en faire, q u e l q u e t e m p s , le m a î t r e de l'Ifriqiya. Suit u n e série de revers, et le reflux
q u i le c o n d u i t d a n s le Z a b oriental où il sera définitivement v a i n c u . Il t r o u v a la
m o r t en 947 d a n s le massif des M a a d i d , e n v i r o n c i n q ans après les d é b u t s de son
entreprise.
L a prospérité retrouvée et accrue q u i p e r m e t le d é v e l o p p e m e n t d ' u n e activité culturelle r e m a r q u a b l e sous les Zirides et les H a m m a d i t e s , assure q u e le château d'eau
aurasien aura c o n t i n u é à féconder le bas-pays, cela j u s q u ' à l'arrivée des H i l a l i e n s .
L e s h a b i t a n t s d e l'Aurès avaient p e u à c r a i n d r e des n o m a d e s hilaliens, la m o n t a gne étant difficilement p é n é t r a b l e au cheval, d o n t l'élevage paraît s'être s e u l e m e n t
d é v e l o p p é sur son versant tellien, et au d r o m a d a i r e « p r a t i q u e m e n t i n a p t e à suivre
les c h e m i n s de m o n t a g n e où à s u p p o r t e r des t e m p é r a t u r e s t r o p basses », les conditions de vie q u e la n a t u r e i m p o s e n ' a y a n t par ailleurs a u c u n attrait p o u r des h o m m e s v e n u s d u désert. Si le h a u t p a y s aurasien, q u i a joué u n rôle si i m p o r t a n t dans
le passé, c o n n a î t à p r é s e n t u n e véritable d é c a d e n c e , c'est q u ' i l ne p e u t p l u s exporter son h u i l e et ses céréales, car sans la sécurité des c o m m u n i c a t i o n s q u ' i m p o s e
u n p o u v o i r fort, sans t o u t e s les s t r u c t u r e s q u e celui-ci est seul à p o u v o i r m e t t r e
en p l a c e ; sans l'existence de p o r t s b i e n é q u i p é s et celle d ' u n e m a r i n e , il ne p e u t
y avoir de g r a n d c o m m e r c e . O r le p o u v o i r est faible, parce q u ' i l n ' a p l u s de ressources ; l'invasion hilalienne ayant ruiné toutes les campagnes que le relief ne mettait
pas à l'abri des i n c u r s i o n s n o m a d e s .
R a p p r o c h é e de celle de Al-Bekri, la description q u e n o u s a laissée El-Idrisi, géog r a p h e d u roi R o g e r II de Sicile, est expressive : « L e s Hilaliens c o n q u i r e n t t o u t
le territoire de Bades et ne p e r m i r e n t p l u s à ses h a b i t a n t s d ' e n sortir sans leur protection et cette g r a n d e ville sera b i e n t ô t r é d u i t e à l'état de b o u r g a d e » . L a p u i s s a n t e
ville forte de B a g h a ï n e cessera d e décliner et au X I I I siècle, sous la dynastie des
Hafsides q u i rétablira p o u r t a n t u n p e u d ' a u t o r i t é , elle ne sera p l u s q u ' u n e ville
d ' é t a p e en r u i n e s . D a n s les e n v i r o n s , Balazma, a n c i e n n e citadelle b y z a n t i n e édifiée
p r o b a b l e m e n t avec les m a t é r i a u x e m p r u n t é s à la ville r o m a i n e de L a m a s b a , avait
encore belle a p p a r e n c e extérieure q u a n d Idrisi la visita mais l ' i n t é r i e u r n'était p l u s
q u e d é c o m b r e s . M a k k a r a , a u j o u r d ' h u i M a g r a , n ' é t a i t p l u s au X I I siècle q u ' u n petit
village b i e n q u e ses h a b i t a n t s soient p a r v e n u s à m a i n t e n i r des c u l t u r e s d a n s ses
e

e

1118 / Aurès
e n v i r o n s . M s i l a avait déjà c o n n u b i e n des m a l h e u r s avant l'arrivée des Hilaliens.
L e retrait des B e n i H a m m a d lui avait a p p o r t é u n g r a n d p r é j u d i c e . Elle avait néanm o i n s survécu à l'invasion mais jamais r e t r o u v é sa p r o s p é r i t é passée. N g a o u s conn u t u n déclin c o m p a r a b l e . A p r è s l ' o c c u p a t i o n de son territoire, T e h o u d a d i s p a r u t
r a p i d e m e n t de l'histoire. T o b n a avait r e t r o u v é u n e certaine p r o s p é r i t é d u t e m p s
de H a m m a d i t e s m a i s dès le m i l i e u d u XI siècle, u n e des t r i b u s des B e n i H i l a l , les
R y a h « m i r e n t en r u i n e s cette ville ainsi q u e M s i l a d o n t ils avaient chassé les habit a n t s ; ils se jetèrent sur les caravansérails, les fermes et les villes, a b a t t a n t t o u t à
ras de terre et c h a n g e a n t ces lieux en u n e vaste s o l i t u d e » .
e

D e la m a g n i f i q u e c e i n t u r e i r r i g u é e d u Z a b il n e subsistera q u e les secteurs naturellement p r o t é g é s d o n t l ' a l i m e n t a t i o n en eau n e d é p e n d pas d ' u n réseau collecteur
fragile, créé p a r l ' h o m m e et p a r c o n s é q u e n t à la m e r c i de l ' h o m m e . T e l est le cas
de N g a o u s établie à p r o x i m i t é i m m é d i a t e de s o u r c e s p é r e n n e s très a b o n d a n t e s , tel
est celui des oasis des Z i b a n s à p r o x i m i t é de sources r é s u r g e n t e s alimentées p a r
le massif de l ' A u r è s .
L ' a u t o r i t é de l ' E t a t se m a n i f e s t a n t de n o u v e a u avec les H a f s i d e s , la région des
Z i b a n s l i m i t r o p h e de l ' A u r è s c o n n a î t à p a r t i r d u x n siècle j u s q u ' à la fin d u XIV
siècle « u n e richesse j u s q u ' a l o r s i n c o n n u e » , d u e p r o b a b l e m e n t a u t a n t au développ e m e n t de la c u l t u r e d u p a l m i e r dattier q u ' a u trafic caravanier a l i m e n t é n o t a m m e n t p a r l'or et les esclaves d u S o u d a n , trafic d o n t Biskra tient u n des passages.
Fixés dans cette ville, les g o u v e r n e u r s d u Z a b au n o m des Hafsides, les Beni M o z n i ,
apparaissent « a u s s i o p u l e n t s q u e les souverains de g r a n d s E t a t s » .
e

e

S u r ce q u i se passe ensuite d a n s le massif a u r a s i e n , o n n ' a g u è r e q u ' u n p o i n t
de r e p è r e t o u s les d e u x siècles, ce q u i est b i e n p e u ; mais c o m m e d a n s cette région
abritée p a r son relief, les choses o n t évolué b e a u c o u p m o i n s vite q u ' a i l l e u r s , o n
p e u t dans u n e c e r t a i n e m e s u r e se faire u n e idée des t r a n s f o r m a t i o n s q u i se sont
opérées d e p u i s la fin d u X I siècle. Voici d ' a b o r d ce q u ' é c r i t au X I I siècle le géograp h e El-Idrisi à l ' i n t e n t i o n de son m a î t r e le roi R o g e r II de Sicile : «le m o n t A u r è s
est u n massif d é t a c h é d u Djebel D a r a n — l'Atlas s a h a r i e n — sa l o n g u e u r est d'envir o n 12 j o u r n é e s , sa configuration est celle d ' u n " l a m " , le 1 de l ' a l p h a b e t arabe. Ses
eaux sont a b o n d a n t e s , son p e u p l e m e n t c o n t i n u . Ses habitants sont des h o m m e s fiers
et d o m i n a t e u r s p o u r leurs voisins... q u ' i l s t y r a n n i s e n t » .
Si brève que soit cette description, elle est intéressante à divers titres. T o u t d'abord,
la l o n g u e u r de l ' A u r è s soit e n v i r o n 12 journées d e m a r c h e t é m o i g n e de l'élasticité
d u t e r m e . S u r la base faible de 2 5 k m par jour cela r e p r é s e n t e 3 0 0 k m . T o u t e f o i s
c o m m e cette l o n g u e u r — s'il s'agit b i e n de l o n g u e u r et n o n de p é r i m è t r e — n ' a
pas d û être calculée en ligne droite mais d'après le c o n t o u r de la lettre « l a m » , l'Aurès
selon El Idrici p o u r r a i t d o n c avoir u n e superficie d o u b l e de l ' A u r è s définie p l u s
h a u t : cela lui d o n n e r a i t s e n s i b l e m e n t la superficie d u Z a b . C e s d e u x n o t i o n s Z a b
et A u r è s p o u r r a i e n t avoir au M o y e n Age u n e a c c e p t i o n s e m b l a b l e . A u t r e indicat i o n à relever d a n s la description d u g é o g r a p h e : « l ' A u r è s a u x e a u x a b o n d a n t e s » ;
elle laisserait p e n s e r q u e la m o n t a g n e avait b i e n s u p p o r t é le c h o c des invasions et
q u e son é c o n o m i e à base d ' i r r i g a t i o n était d e m e u r é e p r o s p è r e .
e

e

L e s A u r a s i e n s , enfin, n ' é t a i e n t pas des gens d o m i n é s mais des d o m i n a t e u r s .
I b n K h a l d o u n réserve, lui, p e u de place à « l ' A w r a s » . T r o i s références s e u l e m e n t
sur les 6 0 0 pages de son «Discours sur l'histoire universelle». Il s'agit u n i q u e m e n t
d'indications géographiques, l'Aurès nous est présenté de n o u v e a u c o m m e u n e m o n t a g n e d é p e n d a n t de l'Atlas.
L ' a n e c d o t e s u i v a n t e tirée de l'Histoire des Berbères t e n d r a i t à p r o u v e r q u ' a u XIV
siècle les gens de la m o n t a g n e se c o m p o r t a i e n t e n c o r e en féodaux vis-à-vis des gens
d ' e n bas d o n t ils auraient été en q u e l q u e sorte les co-seigneurs avec les Arabes :
« q u a n d les A r a b e s r e n t r e n t d a n s le désert p o u r p r e n d r e leurs q u a r t i e r s d ' h i v e r , les
B e n b a d i s v i e n n e n t t o u c h e r d a n s la région de N g a o u s le t r i b u t et les droits de sauvee

Aurès / 1119
c o n d u i t q u i leur sont d u s ; p u i s , au r e t o u r des A r a b e s dans l e u r s q u a r t i e r s d ' é t é ,
ils r e m o n t e n t j u s q u ' a u x e n d r o i t s les p l u s escarpés de leur m o n t a g n e » .
C h e z L é o n l'Africain, la d é c h é a n c e des h a b i t a n t s d u massif à la veille de l'arrivée
des T u r c s , a p p a r a î t p r o f o n d e , m a i s peut-on croire t o t a l e m e n t ce v o y a g e u r , q u i n ' a
p r o b a b l e m e n t jamais mis les p i e d s d a n s le massif, q u a n d il écrit : « l ' A u r è s est u n
massif m o n t a g n e u x très élevé; il est habité p a r u n e nation d'intelligence b o r n é e
q u i , de p l u s , est voleuse et m e u r t r i è r e . . . P e r s o n n e n e p e u t entrer en relation avec
les m o n t a g n a r d s , car, p o u r se g a r d e r de leurs e n n e m i s arabes et des seigneurs voisins, ils ne v e u l e n t pas q u e les p o i n t s d'accès à l e u r m o n t a g n e soient c o n n u s . . . S u r
les h a u t e u r s naissent de n o m b r e u s e s sources d o n t l'eau se r é p a n d dans la plaine
et forme q u e l q u e s espèces de m a r a i s » .
D e s indications complémentaires de situation, q u e l q u e s chiffres d o n t certains sont
m a n i f e s t e m e n t e r r o n é s m o n t r e n t q u e l ' A u r è s de L é o n l'Africain d é b o r d e sensiblem e n t le quadrilatère : Batna, K h e n c h e l a , Biskra, K h a n g a Sidi N a d j i . Enfin les Aurasiens forment u n e « nation », ce q u i signifie q u ' i l s sont d e v e n u s i n d é p e n d a n t s ; ils
apparaissent e n t o u r é s d ' e n n e m i s , ils vivent fermés sur e u x - m ê m e s et ne s e m b l e n t
pas très soucieux de m a i n t e n i r e n b o n état le réseau d ' i r r i g a t i o n . . . C e sont visiblem e n t des gens q u i , à p r é s e n t , v i v e n t à part d u m o n d e q u i les e n v i r o n n e n t .
« L a vision q u ' a eue L é o n l'Africain des m o n t a g n a r d s de l ' A u r è s est bien somm a i r e et elle ne c o r r e s p o n d pas à l'état social réel des p o p u l a t i o n s d u massif. J ' e n
vois p o u r p r e u v e l'existence i g n o r é e p a r lui d ' u n e institution r e m a r q u a b l e la guelaa. J. D e s p o i s q u i se la r e p r é s e n t e c o m m e u n grenier fortifié a écrit très j u s t e m e n t
à leur sujet «la c o n s t r u c t i o n de ces édifices o r i g i n a u x et leur u s a g e s u p p o s e n t u n e
certaine s t r u c t u r e p o l i t i q u e sociale et é c o n o m i q u e . . . et des sociétés suffisamment
organisées et égalitaires où le p o u v o i r appartenait a u x chefs de famille dans le cadre
de la t r i b u , de la fraction ou d u village, ou b i e n à leurs r e p r é s e n t a n t s élus. O n n e
t r o u v e de telles sociétés que dans ces « r é p u b l i q u e s berbères q u i ont résisté à la m a i n
mise d u p o u v o i r central et à l'arabisation... Les greniers s y m b o l i s e n t en q u e l q u e
sorte la cohésion et l ' i n d é p e n d a n c e de ces petits g r o u p e m e n t s h u m a i n s . . . »
D é f e n d u e s b i e n davantage p a r leur caractère de lieu sacré q u ' a b i e n souligné M .
Faublée U r b a i n q u e par leurs m u r s élevés, les guelaa témoignent de la stabilité d ' u n e
société et n o n p a s , c o m m e o n l'a g é n é r a l e m e n t i m a g i n é , d ' u n e situation p e r p é t u e l lement troublée.
D a n s le p a r a g r a p h e q u ' i l consacre a u x m o n t a g n a r d s , L é o n ne n o u s dit pas comm e n t on les désigne de son t e m p s . C'est à son é p o q u e qu'est apparu le terme Chaouïa
(singulier C h a o u ï ) q u i a en arabe le sens de b e r g e r , et, par e x t e n s i o n celui d ' é l e v e u r
de m o u t o n s ; il désigne des p o p u l a t i o n s d u Z a b q u i ont en c o m m u n de parler m ê m e
dialecte b e r b è r e , le chaouïa, et q u i , p a r ailleurs, vivant les u n s d a n s les m o n t a g n e s ,
les autres en p l a i n e au N o r d d u massif, ont des genres de vie fort différents où
l'élevage de la c h è v r e et d u m o u t o n o c c u p e t o u j o u r s u n e large place. L é o n parle
l o n g u e m e n t de ces p o p u l a t i o n s d a n s la p r e m i è r e p a r t i e de sa « d e s c r i p t i o n de l'Afriq u e » où il traite d u p e u p l e m e n t d u p a y s ; des Africains, d o n c des a u t o c h t o n e s p a r
o p p o s i t i o n aux A r a b e s d'origine é t r a n g è r e ; de la langue africaine, c'est-à-dire d u
b e r b è r e appelé p a r lui «Awal A m a z i g h » , des différentes façons d e vivre et enfin
de la religion.
Par opposition aux citadins auxquels il prête toutes les qualités, q u i auraient g r a n d
plaisir à s ' i n s t r u i r e , seraient d é v o t s , très b i e n élevés, auraient la vérité dans le c œ u r
et sur la langue, seraient jaloux au-delà de toute m e s u r e et feraient plutôt fi de l'existence q u e de s u p p o r t e r u n affront au sujet de l e u r f e m m e » , les C h a o u ï a présentés
par L é o n l'Africain réuniraient, e u x , t o u s les défauts. Ils seraient « b r u t a u x , voleurs,
i g n o r a n t s , sans foi et n o n s e u l e m e n t sans religion m a i s , m ê m e sans l ' o m b r e d ' u n e
religion... Ils ne feraient a u c u n e p r i è r e , n ' a u r a i e n t pas d'église, vivraient c o m m e
des b ê t e s » ; l e u r s filles par ailleurs jouiraient d ' u n e totale liberté.
L e voyageur, cela paraît clair, parle p a r ouï-dire c o m m e u n h o m m e q u i n ' e s t pas

1120 / Aurès
r e n t r é en relation avec les A u r a s i e n s . T o u t e f o i s o n verra p l u s loin q u e les voyageurs européens d u XVIII siècle q u i n ' a u r o n t pas eu plus de contacts avec eux s'exprim e r o n t sensiblement de la m ê m e façon. L a liberté de m œ u r s des Aurasiennes apparaît
c o m m e u n e réalité notée p a r la suite par les c h e r c h e u r s les p l u s sérieux.
D e la relation de L é o n l'Africain, il i m p o r t e s u r t o u t de r e t e n i r la t r a n s f o r m a t i o n
totale q u i s'est o p é r é e d e p u i s l'arrivée des H i l a l i e n s dans la façon de vivre des m o n t a g n a r d s . C ' é t a i e n t t o u s des s é d e n t a i r e s , la s é d e n t a r i t é est d e v e n u e l'exception, ils
h a b i t a i e n t t o u s des m a i s o n s , p l u s n o m b r e u x sont c e u x q u i vivent à p r é s e n t sous
la t e n t e . Ils étaient t o u s d'excellents h y d r a u l i c i e n s , u n e m i n o r i t é l'est encore : ainsi
les h a b i t a n t s de la vallée de l ' O u e d A b d i et c e u x q u i d a n s la m o n t a g n e cultivent
des palmiers d a t t i e r s . T o u s ceux-là sont restés des jardiniers. M a i s à p r é s e n t d a n s
b i e n des endroits l'eau se r é p a n d d a n s la plaine et forme q u e l q u e s espèces de marais
c o m m e l'a écrit L é o n l'Africain, ce q u i revient à dire q u e la t e r r e est négligée. C e
q u i i m p o r t e à p r é s e n t p o u r la majorité des m o n t a g n a r d s se sont les soins d o n n é s
à l'élevage : les A u r a s i e n s sont d e v e n u s des b e r g e r s , des C h a o u ï a .
e

O n a le s e n t i m e n t d ' u n e p r o f o n d e déchéance q u i e x p l i q u e le m é p r i s d a n s lequel
o n les tient.
L e bas de l'échelle semble a t t e i n t , l ' i n s t a u r a t i o n d u p o u v o i r o t t o m a n paraît avoir
m a r q u é le d é b u t d ' u n e p r o g r e s s i o n vers u n é q u i l i b r e n o u v e a u .

*

L'époque turque
O n est r e v e n u a u j o u r d ' h u i sur l'idée l o n g t e m p s a d m i s e d u soldat t u r c «courag e u x mais b r u t a l et indiscipliné q u i pille le pays et p r é s s u r e l ' i n d i g è n e » ainsi q u e
sur l'idée q u e les T u r c s ont i m p o s é à l'Algérie u n e t y r a n n i e sans r e t e n u e . « Q u o i q u e d e s p o t i q u e , la d o m i n a t i o n p o l i t i q u e t u r q u e était p l u s libérale et p l u s t o l é r a n t e
q u ' o n ne l'avait dit », a écrit R . M a n t r a n et il a s o u l i g n é le soin q u e cet E t a t prét e n d u oppressif, avait mis à ne p a s édicter des r è g l e m e n t s susceptibles de p o r t e r
préjudice a u x h a b i t a n t s . « P a r b i e n des côtés, c o n s i d è r e de son côté le g é o g r a p h e
Elysée R e c l u s , l ' a u t o n o m i e des g r o u p e s de p o p u l a t i o n était p l u s c o m p l è t e en T u r q u i e q u e d a n s les pays les p l u s avancés de l ' E u r o p e occidentale.»
C o m m e n t aurait-il p u en être a u t r e m e n t alors q u e la p r é s e n c e t u r q u e en Afrique
d u N o r d a t o u j o u r s été e x t r ê m e m e n t réduite ? A u t é m o i g n a g e d u d o c t e u r Peysonnel q u i séjourna d a n s le C o n s t a n t i n o i s dans les p r e m i è r e s a n n é e s d u X V I I I siècle,
il n ' y avait alors à C o n s t a n t i n e , siège d u beylicat de l'est, q u ' u n e g a r n i s o n de 12
«pavillons» de 2 5 janissaires, u n e centaine d ' h o m m e s à Z e m m o r a p o u r c o n t e n i r
l ' é n o r m e masse k a b y l e , u n e s o i x a n t a i n e à Biskra p o u r c o n t r ô l e r l ' A u r è s et les oasis
et, en m ê m e t e m p s , assurer la l i b r e circulation e n t r e le T e l l et le S a h a r a , u n e quar a n t a i n e à T e b e s s a sur la frontière orientale q u i vit s o u v e n t s'affronter Algériens
et T u n i s i e n s , e n c o r e m o i n s à M s i l a à l ' e x t r é m i t é d u Z a b . P o u r finir, q u e l q u e s postes d a n s les p e t i t s p o r t s côtiers.
e

L e s b e y s , il est vrai, savaient p o u v o i r c o m p t e r c h a q u e a n n é e s u r le renfort de
q u e l q u e s centaines d ' h o m m e s formés en corps e x p é d i t i o n n a i r e , ou « m e h a l l a » ,
envoyés p a r le dey p o u r assurer la r e n t r é e des i m p ô t s . E n f i n , p a r u n e p o l i t i q u e
h a b i l e , les beys s'étaient assurés le c o n c o u r s de t r i b u s locales, caravanières ou chamelières, g é n é r a l e m e n t b e r b è r e s , car tel était le fonds de la p o p u l a t i o n des h a u t e s plaines, q u i leur fournissaient, m o y e n n a n t c e r t a i n s avantages, la force m o b i l e et
les m o y e n s de t r a n s p o r t d o n t ils avaient besoin lors des d e u x c a m p a g n e s annuelles
de p e r c e p t i o n , t â c h e essentielle des beys q u i leur d o n n a i e n t l'occasion de manifester leur a u t o r i t é sur les t r i b u s .

Aurès

I 1121

D e ces d e u x c a m p a g n e s , la p l u s i m p o r t a n t e est celle d'été q u i c o m m e n c e fin juin
avant les m o i s s o n s et p r e n d fin en août ou s e p t e m b r e .
Q u ' e n fut-il des relations des T u r c s avec les A u r a s i e n s ? Les p r e m i e r s p a r v i n r e n t ils à i m p o s e r a u x seconds le p a i e m e n t de l ' i m p ô t et p a r c o n s é q u e n t à faire reconnaître leur a u t o r i t é ?
Ici encore o n t r o u v e g é n é r a l e m e n t e x p r i m é e l'affirmation de l ' a t t i t u d e irréductible des m o n t a g n a r d s . « L e massif algérien de l ' A u r è s , assure G e o r g e s M a r c y , apparaît au cours des siècles c o m m e u n réduit indélogeable de la dissidence b e r b è r e visà-vis d u p o u v o i r central exercé p a r les c o n q u é r a n t s successifs... L e s T u r c s n ' o n t
jamais eu accès l i b r e à l ' i n t é r i e u r d u massif. « D e son côté A b d a l l a h L a r o u i affirme
q u e ( p e n d a n t les siècles turcs)» les m o n t a g n e s d u M a g h r e b sont c o m p l è t e m e n t restées fermées sur elles-mêmes et l e u r vie est restée en g r a n d e p a r t i e m y s t é r i e u s e . »
E n vérité, rien ne p e r m e t d'affirmer q u e les T u r c s aient d u i n t e r v e n i r p o u r rétablir
l ' o r d r e dans l ' A u r è s , sauf p e u t - ê t r e u n e fois à la fin d u X V I siècle. D ' a p r è s certaines c h r o n i q u e s , le c h e i k h Sidi Y a h i a b e n Siliman el Aourassi, juriste consulte émin e n t , vivant d a n s l ' e n t o u r a g e d u bey de C o n s t a n t i n e , se serait r e t i r é dans les m o n tagnes après avoir été victime d ' u n e cabale lui faisant c r a i n d r e p o u r sa vie. Il aurait
alors soulevé les C h a o u ï a ; o n n ' e n sait pas p l u s . Q u e l q u e s années p l u s tard, en 1637,
M o u r a d étant b e y « u n e formidable i n s u r r e c t i o n » aurait affecté t o u t e la p r o v i n c e ,
d u littoral au Souf, mais o n n ' a a u c u n e raison d e croire q u e les gens de l ' A u r è s
s'y soient t r o u v é s mêlés. E n 1707, H a m m o u d a B e y aurait c o n d u i t u n e expédition
dans le massif avec des effectifs i m p o r t a n t s ; mais c o m m e la méhalla annuelle mobilise
elle aussi des forces n o m b r e u s e s , q u e n i P e y s o n n e l , n i S h a w n ' é v o q u e cet événem e n t alors q u ' i l s se sont t r o u v é s s u r les lieux p e u d ' a n n é e s a p r è s , q u e , p a r ailleurs
H a m m o u d a Bey n ' e s t resté au p o u v o i r q u ' u n a n , il p o u r r a i t s'agir d ' u n e c a m p a g n e
fiscale u n p e u p l u s a p p u y é e q u e d ' h a b i t u d e .
e

A la fin de ce m ê m e siècle, le b e y M o u s t a f a E l O u z n a d j i aurait «fait sentir sur
t o u t e la p r o v i n c e la p e s a n t e u r de son poignet de fer » et ses a t t a q u e s s e m b l e n t b i e n
avoir été dirigées c o n t r e des m o n t a g n a r d s mais rien ne p e r m e t de dire q u ' i l se soit
agi des gens de l ' A u r è s . E n t o u s cas sa façon de faire fut p e u a p p r é c i é e et il m o u r u t
étranglé après d e u x ans de r è g n e .
A s u p p o s e r m ê m e q u e les A u r a s i e n s aient été i m p l i q u é s dans ces différents troubles, si o n r a p p o r t e ceux-ci a u x t r o i s siècles de d o m i n a t i o n t u r q u e , cela ne p e r m e t
pas de p r é s e n t e r le massif c o m m e u n e région p a r t i c u l i è r e m e n t agitée. Les K a b y l e s
furent des sujets a u t r e m e n t récalcitrants.
Il paraît difficile de concevoir, c o m m e l'a fait E . M a s q u e r a y , q u e les T o u a b a ,
maîtres des défilés de T i g h a n i m i n e , aient i n t e r d i t aux T u r c s le passage sur leur
territoire. E n fait, c'est la n a t u r e elle-même q u i a édicté u n e telle i n t e r d i c t i o n . Sans
d o u t e l ' i n s c r i p t i o n gravée dans le roc par la V I légion « F e r r a t a » à l'entrée m é r i dionale de ces défilés fait-elle q u e s t i o n ; mais elle p e r m e t s e u l e m e n t d'affirmer q u e
des R o m a i n s v e n a n t d'aval o n t a m é n a g é u n e r o u t e à cet e n d r o i t . E n a m o n t il n ' e n
existe a u c u n e t r a c e . Il y a aussi l'exploit d u général de S a i n t - A r n a u d q u i « a u p r i x
d ' u n travail o p i n i â t r e effectué p a r d e u x bataillons d'infanterie et u n d é t a c h e m e n t
d u génie» p a r v i n t en 1850 à faire franchir l'obstacle p a r la c o l o n n e q u ' i l c o m m a n dait, à l ' é t o n n e m e n t des m o n t a g n a r d s q u i avaient considéré le fait c o m m e impossib l e . E u x faisaient u n d é t o u r q u a n d , voulant passer de la h a u t e à la basse vallée de
l ' O u e d El A b i o d , ils arrivaient à la h a u t e u r des g o r g e s . D u reste l'exploit d u général de S a i n t - A r n a u d ne fut pas r e n o u v e l é . Il faudra a t t e n d r e p l u s d ' u n d e m i siècle
p o u r q u e le service des P o n t s et C h a u s s é e s finisse par réaliser la jonction BatnaBiskra p a r la vallée de l ' o u e d El-Abiod.
e

L e s T u r c s , e u x , ne sont c e r t a i n e m e n t pas passés p a r là. Ils n ' a v a i e n t a u c u n e raison de le faire, ayant le choix e n t r e d e u x routes p l u s faciles. L a p r e m i è r e , p a r les
gorges d ' E l K a n t a r a c'est la g r a n d e voie de passage vers le S a h a r a . Voie traditionnelle utilisée p a r les n o m a d e s d a n s leurs m o u v e m e n t s de t r a n s h u m a n c e , elle a été

1122 / Aurès
e m p r u n t é e aussi b i e n par la r o u t e a u t o m o b i l e q u e par la voie ferrée. Elle p r é s e n t e
des avantages é v i d e n t s : elle est b e a u c o u p p l u s l a r g e m e n t o u v e r t e , les dénivellations sont faibles, l ' e n n e i g e m e n t est m o i n s fort, la végétation offre p e u d'obstacles.
E n r e v a n c h e on y était exposé a u x c o u p s de m a i n des t r i b u s pillardes d u H o d n a .
P o u r des v o y a g e u r s isolés, p o u r des c o m m e r ç a n t s , p o u r de petits d é t a c h e m e n t s
de t r o u p e s — c'était le cas de la relève de la g a r n i s o n de Biskra — la voie de l ' o u e d
A b d i était la p l u s favorable avec ses villages et ses cultures é c h e l o n n é e s t o u t au
long de la rivière, sous réserve des b o n n e s dispositions des h a b i t a n t s . C e q u e l'on
sait de leur g e n r e de vie, des é c h a n g e s q u i se sont toujours effectués p a r là ne perm e t pas d'en d o u t e r .
R e s t e la q u e s t i o n de l ' i m p ô t . L e s m o n t a g n a r d s de l'Aurès furent ils des contribuables récalcitrants?
E . M a s q u e r a y a fait état des affrontements violents q u i se seraient p r o d u i t s au
n o r d d u massif d a n s u n e région q u ' a u j o u r d ' h u i e n c o r e o n a p p e l l e la C h â r a , voie
de passage et lieu de contact t r a d i t i o n n e l e n t r e céréaliculteurs telliens, arboricult e u r s des vallées et p h o e n i c i c u l t e u r s d u sud. E n c o r e a u j o u r d ' h u i t o u s se r e t r o u v e n t
au m a r c h é de T i m g a d . C'était p a r là q u e le bey venait tenir son c a m p ou p l u t ô t
ses c a m p s et q u e ses caïds v e n a i e n t percevoir l ' i m p ô t . Les A u r a s i e n s pouvaient-ils
faire a u t r e m e n t q u e les autres alors qu'ils avaient d a n s la C h â r a q u e l q u e s - u n e s de
leurs meilleures t e r r e s et q u e les collecteurs arrivaient sur les lieux à l ' é p o q u e où
ils étaient les p l u s v u l n é r a b l e s , c'est-à-dire au t e m p s des m o i s s o n s ? O n dispose à
ce sujet des relations des v o y a g e u r s e u r o p é e n s . Voici d ' a b o r d celui de P e y s o n n e l .
« L e 22 juin (1724) n o u s e n t r â m e s (à la suite d u bey) dans les m o n t a g n e s de l ' A u r è s ,
elles sont fort h a u t e s , rudes et escarpées, i n g r a t e s et stériles. Elles sont remplies
d ' u n e eau très fraîche et très b o n n e ; elles sont habitées par des p e u p l e s b r a v e s ,
d e s c e n d a n t s des anciens C h a u v i e s (Chaouïa) d o n t parle M a r m o l . Réfugiés dans ces
m o n t a g n e s , ils craignent fort p e u les T u r c s q u i ne p e u v e n t les forcer dans les retranc h e m e n t s q u e la n a t u r e leur a d o n n é s . C e p e n d a n t c o m m e ils sont obligés de desc e n d r e dans des endroits praticables p o u r y s e m e r , alors les T u r c s les obligent à
payer la g a r a m e (c'est-à-dire l ' a c h o u r ) sans q u o i ils b r û l e n t ou e n l è v e n t leurs moissons.» Voici m a i n t e n a n t l'Anglais S h a w : « L e djebel Auress ou E v r e s s , c o m m e les
T u r c s le p r o n o n c e n t , est u n e véritable chaîne e n t r e c o u p é e de petites plaines et de
vallées. C e s m o n t s q u i sont cultivés depuis leurs bases j u s q u ' à leurs s o m m e t s sont
très fertiles et p e u v e n t être considérées c o m m e le jardin de la R é g e n c e . . . L a partie
s e p t e n t r i o n a l e seule où les A l g é r i e n s envoient t o u s les ans u n c a m p est habité p a r
u n si g r a n d n o m b r e de t r i b u s q u e ces t r o u p e s ne font pas m o i n s de 4 0 stations p o u r
prélever la c a r a c h e (autre a p p e l l a t i o n de la d î m e des céréales)... L e s T u r c s redout e n t de s'avancer sur le territoire de la b e l l i q u e u s e t r i b u des N e a r d i s q u i est à l'abri
de t o u t e a t t a q u e de leur p a r t . »
Il ne semble p a s q u ' i l ait existé u n e t r i b u des N e a r d i mais N e r d i est u n carrefour
de pistes i m p o r t a n t d a n s u n e vallée fertile au nord-est de B o u z i n a .
D e s t é m o i g n a g e s de P e y s s o n n e l et de S h a w , il ressort c l a i r e m e n t q u e les d e u x
principales t r i b u s de l'Aurès c e n t r a l , celle q u i occupait la vallée de l ' o u e d A b d i
c o m m e celle q u i occupait la vallée de l'oued L a b i o d s u p é r i e u r p a y a i e n t l ' i m p ô t en
n a t u r e sans m ê m e q u e les T u r c s aient besoin d e s'enfoncer d a n s le massif.
N i P e y s s o n n e l , n i S h a w q u i suivaient les t r o u p e s d u bey n ' y o n t p é n é t r é davantage, ils n ' o n t d o n c v u q u e le p i é m o n t tellien et ils l'ont v u c o u v e r t de céréales
à la saison des m o i s s o n s ; ils n ' o n t p r o b a b l e m e n t eu a u c u n c o n t a c t avec ses habit a n t s sur les lieux o ù ils avaient l e u r s villages et l e u r s magasins collectifs, les guelaa. C'est donc p a r « o n dit » q u e Peyssonnel écrit : « C e s p e u p l e s ne ressemblent
pas t o u t à fait a u x autres A r a b e s . Ils ont le sang b l a n c , de g r a n d s c h e v e u x , sont
b i e n faits; ils p a r l e n t u n e langue p a r t i c u l i è r e , o n l'appelle la l a n g u e chauvia... J'ai
a p p r i s q u e q u o i q u ' i l s soient m a h o m é t a n s en a p p a r e n c e , ils n ' o n t essentiellement
a u c u n e religion. O n p r é t e n d q u ' i l s sont m u l t i p l i a n s (sic) et q u e certains jours de

Aurès / 1123
l ' a n n é e , ils v o n t se laver d a n s les rivières et c o n n a i s s e n t la p r e m i è r e f e m m e q u ' i l s
rencontrent. Ils t r o q u e n t leurs femmes c o m m e ils souhaitent et aux conditions qu'ils
règlent e n t r e eux dans le t r o c . »
D u XVI au XVIII siècle, o n le voit, l'idée q u e l ' o n se fait des h a b i t a n t s de l ' A u r è s ,
s i n o n des C h a o u ï a en général n e s'est pas modifiée.
E n r e v a n c h e ce q u i paraît avoir c h a n g é et s ' ê t r e amélioré d ' a p r è s les q u e l q u e s
indications de P e y s s o n n e l et s u r t o u t de S h a w , c'est la situation é c o n o m i q u e des
m o n t a g n a r d s q u i o c c u p e n t la m o i t i é n o r d d u massif. Il est p r o b a b l e en r e v a n c h e
q u e la p a u v r e t é des gens d u versant saharien est u n fait acquis et ancien lié à l'aband o n de la c u l t u r e de l'olivier.
S u r l'organisation i n t e r n e des p o p u l a t i o n s a u r a s i e n n e s il n ' y avait rien à a t t e n d r e
des relations des voyageurs d u XVIII siècle, qu'il s'agisse d ' E u r o p é e n s c o m m e Peyssonnel et S h a w o u d ' u n Algérien c o m m e le c h e i k h Al W a r t h i l a n i q u i traversa à
différentes reprises la Berbérie o r i e n t a l e à l'occasion de ses pèlerinages à la M e c que. Les p r e m i e r s ne paraissent pas avoir eu l'occasion et la possibilité d ' e n t r e r
en contact avec ces farouches m o n t a g n a r d s , v i v a n t à l'écart des voies de c o m m u n i cations habituelles ; le dernier ayant a u t r e chose à faire et d'ailleurs n ' y p o r t a n t pas
d ' i n t é r ê t . P o u r e n savoir d a v a n t a g e , il faudra a t t e n d r e les récits d'officiers de la
c o n q u ê t e et des é t u d e s c o m m e celles de M a s q u e r a y , entre 1878 et 1880. Les F r a n çais e n t r e r o n t d a n s le pays sans la m o i n d r e c o n n a i s s a n c e des liens de village à village, de fractions à fractions, des alliances et des a n t a g o n i s m e s . C r o y a n t avoir en
face d'eux u n e population guerrière et u n i e , ils recourront systématiquement à l'usage
de la force alors q u ' i l s auraient p u en faire l ' é c o n o m i e .
e

e

e

L e s T u r c s avaient p o u r t a n t laissé u n e x e m p l e . C ' e s t avec de très faibles m o y e n s
qu'ils étaient p a r v e n u s à faire a d m e t t r e leur présence, à la vérité si légère, ici, qu'elle
a été r a p i d e m e n t oubliée. M ê m e d a n s cet A u r è s occidental q u e l e u r s d é t a c h e m e n t s
traversèrent p l u s i e u r s siècles d u r a n t , où leurs a g e n t s devaient passer t o u t e s les fois
q u ' i l s allaient d a n s les Z i b a n s , o ù enfin le bey A h m e d , aux abois, devait t r o u v e r
l'hospitalité leur s o u v e n i r s e m b l e s'être à p e u p r è s c o m p l è t e m e n t p e r d u .

* *

L'Aurès sous l'administration française
La

conquête

L a p é n é t r a t i o n dans le s u d - c o n s t a n t i n o i s a été relativement t a r d i v e en raison d u
m a i n t i e n au p o u v o i r d u bey A h m e d et des r a p p o r t s délicats q u ' i l e n t r e t i n t p e n d a n t
q u e l q u e s années avec les g é n é r a u x français. A h m e d aurait été favorable à u n arrang e m e n t q u i l'aurait s o u m i s à u n e sorte de p r o t e c t o r a t ; mais les négociations traînèr e n t , é c h o u è r e n t et ce fut la g u e r r e . Après u n e p r e m i è r e e x p é d i t i o n q u i t o u r n a à
la c a t a s t r o p h e en 1836, C o n s t a n t i n e fut prise à l'issue d ' u n siège s a n g l a n t ; mais
le bey ne r e n o n ç a pas p o u r a u t a n t à la lutte. Il n e se s o u m e t t r a q u e onze a n n é e s
p l u s t a r d et p e n d a n t t o u t ce t e m p s , il passera d u H o d n a à la frontière t u n i s i e n n e
et d u T e l l au S a h a r a , essayant d e soulever des t r i b u s q u i lui avaient juré fidélité
p e u de t e m p s a u p a r a v a n t .
C o n n a i s s a n t p a r f a i t e m e n t ses p o p u l a t i o n s , il se t o u r n e r a d ' a b o r d vers c e u x q u i
étaient les p l u s à m ê m e de s ' o p p o s e r à l ' a r m é e française, ces g r a n d e s confédérations H a r a k t a , N e m e n c h a , H a n e n c h a ; cette d e r n i è r e à elle seule étant en m e s u r e
de m e t t r e en ligne 2 500 cavaliers et 6 000 fantassins ; mais celles-ci se t r o u v a i e n t
soumises à u n e p r e s s i o n de p l u s en p l u s forte des t r o u p e s envoyées c o n t r e elles
et A h m e d s'enfuit au Sahara où il fut encore p l u s d é ç u . Il écrit d a n s ses M é m o i r e s
q u ' i l se t r o u v a « e x p o s é à des m a c h i n a t i o n s en v u e de le l i v r e r » . Il reprit d o n c le

1124 /

Aurès

c h e m i n d u T e l l o ù il fut accueilli chez les O u l e d Soltane, tribu m o n t a g n a r d e chaouïa
des m o n t s d u Belezma sans liens avec les gens de l ' A u r è s car l e u r g e n r e de vie les
o r i e n t e à l ' o p p o s é , vers le H o d n a . L à , A h m e d p u t réorganiser la résistance p e n d a n t
le séjour d ' u n a n et d e m i q u ' i l y fit et engager son d e r n i e r c o m b a t .
D è s lors, l ' a n c i e n bey a b a n d o n n é de t o u s , v a i n c u , âgé, é p u i s é , ne va p l u s chercher q u ' à é c h a p p e r aux t r o u p e s q u i sont à sa p o u r s u i t e . A cette é p o q u e (mai 1845)
u n e colonne française — il s'agit de la c o l o n n e B e d e a u — fut dirigé sur les gens
de l ' o u e d A b d i . « Q u a n d elle fut s u r le p o i n t d ' a r r i v e r chez eux, écrit-il, le général
envoya p o u r les inviter à se s o u m e t t r e mais ils refusèrent é n e r g i q u e m e n t et dépêc h è r e n t vers m o i p o u r q u e je vinsse à leur s e c o u r s . E n c o n s é q u e n c e je rassemblais
t o u s c e u x q u i suivaient m a triste fortune et je passais chez e u x . A m o n arrivée je
vis q u e rien n ' a v a i t été p r é p a r é p o u r soutenir la l u t t e . Je restais avec e u x , p o u r s u i t
A h m e d , j u s q u ' a u jour où le c o m b a t eut lieu... Ils lâchèrent p i e d et s'enfuirent de
t o u t e s p a r t . Je r e n t r a i s à M e n a h ( M e n a a ) » ; m a i s , les t r o u p e s françaises s ' a p p r o c h a n t il ne lui était pas possible d ' y rester. O n d u t l'orienter vers u n e a u t r e zaouïa
où il serait p o u r u n t e m p s à l ' a b r i , celle de Sidi M a s m o u d i d a n s l ' A h m a r K h a d d o u
d o n t il connaissait c e r t a i n e m e n t l'influence et la richesse.
L ' h i s t o i r e r a p p o r t e q u e l'ex-bey passa d e u x a n n é e s dans ce massif dans u n e région
o ù u n e petite t r i b u t r a n s h u m a n t e , les O u l e d A b d e r a h m a n e K e b e c h , p l a n t e n t leurs
t e n t e s en été. L ' e n v i r o n n e m e n t de roches calcinées est p a r t i c u l i è r e m e n t austère.
L à se dressent e n c o r e les ruines d e la guelaa de K e b e c h où A h m e d se serait réfugié.
C e lieu offrait a s s u r é m e n t l'avantage de contenir des provisions p o u r plusieurs mois
s i n o n d a v a n t a g e ; ceci dit, ces g r e n i e r s faits de p l u s i e u r s étages sont a b s o l u m e n t
i n h a b i t a b l e s . L e s cellules d o n t ils sont c o m p o s é s , étroites et basses ne p e r m e t t e n t
pas à u n h o m m e de se tenir d e b o u t et il n ' e s t pas possible d ' y e n t r e t e n i r u n foyer.
Il n ' e s t pas i m a g i n a b l e q u ' u n h o m m e , m ê m e r é d u i t à la d e r n i è r e e x t r é m i t é , ait p u
y vivre.
P e u t - ê t r e A h m e d dressa-t-il sa t e n t e q u i p o u v a i t être confortable à p r o x i m i t é ?
U n e telle situation n e pouvait se p r o l o n g e r . D u s u d c o m m e d u n o r d , la m e n a c e
se faisant de p l u s en p l u s p r é c i s e , le bey A h m e d préféra se r e n d r e . « Les officiers
français, n o u s dit-il d a n s ses M é m o i r e s , lui firent u n accueil des p l u s h o n o r a b l e s » .
L a c o n q u ê t e d u massif se p r é p a r a n t , u n officier de l'Etat-major de C o n s t a n t i n e ,
le capitaine F o r n i e r , avait rédigé à l'usage des t r o u p e s q u i allaient entrer en c a m p a gne u n e «Notice sur l'Aurès» datée du 8 janvier 1845. Cet «aperçu succinct», c o m m e
il le qualifie l u i - m ê m e , est le p r e m i e r d o c u m e n t q u e n o u s p o s s é d i o n s . Il décrit successivement «les principales vallées, les m o n t a g n e s , les routes et leurs difficultés,
le caractère excessivement boisé d u pays et l ' a b o n d a n c e de l'eau en t o u t e s saisons
en q u a n t i t é suffisante p o u r les b e s o i n s d ' u n e t r o u p e et des a n i m a u x q u i la suivent,
ses p o p u l a t i o n s , ses t r i b u s et l e u r force militaire : au total 4 3 9 0 familles, 1 2 1 0
cavaliers, 7 370 fantassins. »
Seules p a r m i les t r i b u s de m o n t a g n e , les O u l e d D a o u d et les B e n i O u d j a n a disposent alors d ' u n n o m b r e c o n s é q u e n t de cavaliers. E n r e v a n c h e les gens de la vallée de l'oued A b d i en paraissent c o m p l è t e m e n t d é p o u r v u s .
Suivent q u e l q u e s r e n s e i g n e m e n t s sur les gens : «A cause de leurs positions et
des difficultés excessives q u ' o n t r o u v e dans l e u r s territoires, les d e u x t r i b u s des
O u l e d D a o u d et des O u l e d A b d i o n t contracté des h a b i t u d e s d ' i n d é p e n d a n c e et sont
r é p u t é e s p o u r ê t r e très habiles à t i r e r partie des difficultés d u sol p o u r s'y défendre.
Elles passent p o u r être les p l u s guerrières de l'« A u r è s » . R é p u t a t i o n fondée p o u r
les O u l e d D a o u d , p e u justifiée p o u r les O u l e d A b d i q u i en feront les frais. P é n é trant dans leur vallée le général B e d e a u , c o n n u p o u r t a n t p o u r ses sentiments h u m a nitaires, fera b r û l e r le village de H a ï d o u s , résidence d ' u n m a r a b o u t influent, sur
la foi d ' i n f o r m a t i o n s p r o b a b l e m e n t t e n d a n c i e u s e s . Il en fut de m ê m e p l u s tard des
villages de N a r a h , situés d a n s u n e position très forte au-dessus de la vallée, lors
d ' u n e e x p é d i t i o n à laquelle p a r t i c i p a le c a p i t a i n e B o c h e r q u i n o u s en a laissé la

Aurès / 1125
relation en m ê m e t e m p s q u e ses i m p r e s s i o n s p e r s o n n e l l e s sur les h a b i t a n t s d u village de M e n a a , le p l u s c o n s i d é r a b l e de cette vallée et sur leur m o d e de vie. L e récit
de B o c h e r c o m m e n c e par u n r a p p e l des idées c o n v e n u e s « p o p u l a t i o n b a r b a r e , pays
q u e les R o m a i n s n ' a v a i e n t fait q u e c e r n e r dans u n e c e i n t u r e de postes fortifiés d o n t
o n r e t r o u v e e n c o r e la place, m a r q u é e p a r des r u i n e et d o n t les T u r c s ne v i n r e n t
jamais à b o u t » .
Q u a n t à M e n a a (écrit M e n a h ) « situé dans les c o n t r é e s fertiles p i t t o r e s q u e s occupées p a r de g r a n d e s t r i b u s «kabyles» q u i h a b i t e n t de gros villages e n t o u r é s de jardins où se cultivent t o u s les p r o d u i t s m é r i d i o n a u x » , c'est au regard de Bocher « u n e
sorte de C a p o u e » .
Bocher ajoute u n e observation q u i m o n t r e q u ' i l a assez c o n v e n a b l e m e n t vu les
choses : « D a n s u n pays où les m œ u r s sont si faciles, où le m a r i a g e s'accomplit avec
des formes si expéditives, l ' a d u l t è r e n ' a p o i n t d ' e x c u s e n i de p a r d o n ; le m a r i a le
droit de t u e r q u i c o n q u e dans sa m a i s o n , o u t r a g e son h o n n e u r » . U n incident de
ce g e n r e s u r v e n u à u n p a r e n t de la famille m a r a b o u t i q u e des B e n A b b è s , p r é s e n t é
c o m m e u n e agression contre u n agent d u p o u v o i r , aurait été à l'origine d ' u n e affaire
d a n s laquelle a u r a i e n t été i m p l i q u é e les gens de N a r a et à la s u i t e de laquelle les
m e s u r e s les p l u s extrêmes furent prises c o n t r e e u x .
L e journal de m a r c h e de la c o l o n n e d u général d e S a i n t - A r n a u d p r é s e n t e u n intérêt différent. Sa c a m p a g n e fut la d e r n i è r e m e n é e au titre de la c o n q u ê t e et elle ne
r e n c o n t r a a u c u n e résistance. Elle fut d o u b l é e d ' u n e expédition scientifique dirigée
p a r le colonel C a r b u c c i a , adjoint au général. Il n o u s est p a r v e n u e u n e «Description
des ruines situées sur la route suivie par la colonne » d e p u i s les N e m e n c h a j u s q u ' à
la basse vallée de l ' o u e d E l A b i o d en passant p a r les gorges de T i g h a n i m i n e . P e n chés sur le sol à la r e c h e r c h e de vestiges a n t i q u e s , les q u e l q u e s spécialistes g r o u p é s
a u t o u r d u colonel C a r b u c c i a , p a s s a n t à p e u de distance des greniers fortifiés échelonnés t o u t d u l o n g de la h a u t e vallée des T o u a b a ( O u l e d D a o u d ) , les p r i r e n t p o u r
les villages p e r c h é s de cette t r i b u n o m a d e .
E n r é s u m é , la soumission de l ' A u r è s s'obtint p r e s q u e sans c o m b a t et p r e s q u e sans
pertes d u côté français, exception faite d u combat de M c h n o u n e c h ; elle fut en revanche très é p r o u v a n t e p o u r l ' e n s e m b l e des m o n t a g n a r d s , en raison essentiellement
d u passage d ' u n e dizaine de c o l o n n e s , soit u n e v i n g t a i n e de milliers d ' h o m m e s q u i
n ' h é s i t è r e n t p a s , p o u r l ' e x e m p l e , à b r û l e r p l u s i e u r guelaa avec t o u t ce qu'elles
contenaient.

*
* *
D è s lors q u e l'on a été conduit à a b a n d o n n e r l ' i m a g e de l'Aurasien éternel rebelle
de l ' H i s t o i r e , il s ' i m p o s e de revoir d ' u n œil n o u v e a u t o u t ce q u i a été écrit sur les
t r o u b l e s qualifiés d ' i n s u r r e c t i o n q u i se sont p r o d u i t s en 1859, en 1879 et de 1916
à 1921.
L ' a n a l y s e des faits a été c o m p l i q u é par le partage administratif m a i n t e n u j u s q u ' e n
1912, de l'Aurès e n d e u x zones : la moitié nord-ouest s'est trouvée d é p e n d r e d'autorités situés à B a t n a et la moitié sud-est d ' a u t o r i t é s installées à Biskra, cet état de
choses résultant d e l'orientation g é n é r a l e des lignes d u relief q u i o n t p o u r effet de
t o u r n e r u n e p a r t i e des m o n t a g n a r d s vers T i m g a d et L a m b è s e et, après sa fondation, vers B a t n a et u n e a u t r e vers Biskra et les Z i b a n s . D e cet état de choses il ne
faudrait c e p e n d a n t pas c o n c l u r e à d e u x A u r è s a b s o l u m e n t s é p a r é s , la dépression
d u C h â r a , o n l'a v u p l u s h a u t , é t a n t , en été, u n g r a n d lieu de r e n c o n t r e s e n t r e m o n t a g n a r d s et n o m a d e s , entre a r a b o p h o n e s et b e r b é r o p h o n e s .
C e p a r t a g e a e u des c o n s é q u e n c e s i m p o r t a n t e s en raison de la situation particulière d a n s laquelle le b u r e a u arabe de Biskra s'est t r o u v é dès les l e n d e m a i n s de la
c o n q u ê t e . T h é o r i q u e m e n t il n ' y avait a u c u n e différence dans la façon d ' a d m i n i s -

1126 / Aurès
t r e r à Batna et à Biskra. Ici c o m m e là l ' a d m i n i s t r a t i o n était e n t r e les m a i n s des
officiers. E n réalité, à Biskra le p o u v o i r était passé à la famille B e n G a n a , alliée
au dernier bey, d e q u i d é p e n d a i t d o n c tout le vaste territoire s a h a r i e n l i m i t r o p h e
de l ' A u r è s . C ' e s t a u x B e n G a n a q u e la F r a n c e avait confié le soin d ' i n t e r v e n i r d a n s
les affaires des p o p u l a t i o n s de l ' A h m a r K h a d d o u et, d ' u n e façon p l u s générale dans
les affaires de t o u s les m o n t a g n a r d s q u e la r e c h e r c h e de p â t u r a g e s conduisait en
b o r d u r e d u désert. D e très l o n g u e date ceux-ci étaient d e v e n u s p r o p r i é t a i r e s de jard i n s dans les oasis d u p i é m o n t et s'étaient fait r e c o n n a î t r e des droits de p a r c o u r s
dans le Z a b oriental. D ' o ù des conflits d'intérêt doublés d ' u n vieil antagonisme entre
gens q u i ne vivaient pas de la m ê m e façon et ne parlaient pas la m ê m e l a n g u e . Cet
a n t a g o n i s m e se t r o u v a renforcé d u jour où les B e n G a n a investis de p o u v o i r sans
limites, en v i n r e n t à p r e n d r e le p a r t i des S a h a r i e n s . C'est ainsi q u ' e n 1845 les gens
d ' e n h a u t se v i r e n t contester des droits de pacage q u i étaient p o u r e u x d ' u n intérêt
vital et se firent razzier p a r les S a h a r i e n s u n i m p o r t a n t c h e p t e l . Il en résulta u n
état de t e n s i o n p e r m a n e n t e e n t r e les u n s et les a u t r e s . Les m o n t a g n a r d s intervinrent p a r la suite p o u r faire r e c o n n a î t r e leurs droits de p r o p r i é t é d a n s l'oasis de Sidi
O k b a . Présentées a u x autorités françaises par les B e n G a n a , de telles actions appar u r e n t c o m m e a u t a n t d'atteintes à la s o u v e r a i n e t é française et, c o m m e il y avait
d a n s l ' A h m a r K h a d d o u u n m a r a b o u t influent q u i leur portait o m b r a g e , il fut facile
à ceux-ci d ' é v o q u e r le spectre de la g u e r r e s a i n t e . Déjà, à Biskra, o n voyait t o u t
l ' A u r è s s ' e m b r a s e r . O n se d é p ê c h a d o n c de r é u n i r des forces e x t r ê m e m e n t i m p o r t a n t e s p o u r u n e c a m p a g n e q u i d u r a trois j o u r s , se t e r m i n a p a r la d e s t r u c t i o n de
la zaouïa de Sidi M a s m o u d i , l ' i n c e n d i e de la guelaa des A h l G h o u f i , enfin l'arrestation de Si S a d d o k chef de cette zaouïa, et de p l u s i e u r s m e m b r e s de sa famille. O n
les i n t e r n a d a n s l'île de Sainte M a r g u e r i t e après q u e leur c o n d a m n a t i o n à m o r t eut
été c o m m u é e en d é t e n t i o n à p e r p é t u i t é .
M a l g r é u n e a m p l e u r et u n e d u r é e sensiblement plus grandes, les troubles de 1879
p e u v e n t difficilement être assimilés à u n e i n s u r r e c t i o n c'est-à-dire à la révolte généralisée et organisée de tout u n p e u p l e c o n t r e la p r é s e n c e française.
L e u r d é c l e n c h e m e n t est i m p u t a b l e au B u r e a u A r a b e de B a t n a q u i , ayant a p p r i s
p a r ses sources habituelles d ' i n f o r m a t i o n — ils n ' e n avaient g u è r e d ' a u t r e s q u e des
caïds — q u ' u n p e r s o n n a g e religieux j u s q u ' a l o r s i n c o n n u créait u n e certaine effervescence chez les T o u a b a , envoya d e u x cavaliers p o u r l ' a p p r é h e n d e r . N u l ne sait
c o m m e n t se passèrent les c h o s e s ; toujours est-il q u ' u n c o u p de feu partit de la foule
et q u e les d e u x cavaliers furent t u é s . C e fut le d é b u t de d é s o r d r e s très graves q u i
affectèrent les T o u a b a et les B e n i - b o u S l i m a n e . D a n s les jours q u i suivirent d e u x
caïds furent t u é s , u n troisième agressé. D e B a t n a c o m m e de Biskra, des t r o u p e s
e n t r è r e n t en c a m p a g n e . D è s le p r e m i e r e n g a g e m e n t ce fut la d é b a n d a d e p a r m i les
révoltés « a r m é s de mauvais fusil et de simples b â t o n s » et la fuite vers le Sahara
des L e h a l a , la fraction la p l u s c o m p r o m i s e des T o u a b a . E n p l e i n été, les g o u m s
sahariens lancés à la p o u r s u i t e d e leurs e n n e m i s traditionnels « n e t r o u v è r e n t p l u s
q u e des cadavres déjà calcinés et desséchés.»
A p r o p o s de cette m a l h e u r e u s e affaire u n e p r e m i è r e c o n s t a t a t i o n s'impose : en
m o n t a g n e la fin-mai, les mois d e juin et de juillet sont les t e m p s où les t r a v a u x
des c h a m p s se s u c c è d e n t à u n r y t h m e accéléré : m o i s s o n s , t r a n s p o r t s des gerbes,
b a t t a g e s , récolte des fruits, p r é p a r a t i o n d u sol p o u r les c u l t u r e s d ' é t é , irrigations
de jour et de n u i t n e laissent a u c u n répit. C'est le t e m p s où l'on est le p l u s t e n u ,
c'est aussi celui o ù les biens q u e l'on possède, les récoltes sur pied, sont les p l u s
exposés. D e s t r o u b l e s ne p e u v e n t d o n c se concevoir sans des actes attentatoires à
l ' h o n n e u r des m o n t a g n a r d s .
Seul à s'être a t t a c h é à l ' é t u d e de l ' A u r è s , seul à y avoir l o n g u e m e n t séjourné,
trois ans avant les é v é n e m e n t s , et à y avoir acquis en p l u s de celle de l'arabe, quelq u e connaissance d u dialecte chaouïa, Emile M a s q u e r a y est le seul à avoir p u analyser
les faits. Voici ce q u ' i l a écrit à leur sujet :

Aurès

I 1127

« L a c o n q u ê t e française modifia l'organisation b a r b a r e de l ' A u r è s tout entier p a r
secousses et sans règles fixes. O n r é u n i t des g r o u p e s autrefois hostiles p o u r c o m p o ser les A m a m r a o u les O u l e d A b d i actuels, d ' a u t r e p a r t on laissa subsister sans y
rien changer d ' a n c i e n n e s oppositions en q u e l q u e sorte nationales... N o u s leur avons
i m p o s é des cadis en 1866... il y avait de petits saints locaux inoffensifs à la façon
des saints d ' E s p a g n e ou d'Italie. O n s'en effraya, o n leur fit la g u e r r e et, centralisant ainsi p a r i g n o r a n c e à n o t r e d é t r i m e n t , o n p o u s s a leurs dévots vers les confréries des k h o u a n s . . . » L a seule affirmation contestable de M a s q u e r a y est celle selon
laquelle la F r a n c e aurait islamisé l ' A u r è s .
C o m m e n t ne pas le suivre totalement, en revanche, q u a n d il dit q u e «faute d'argent
— ou, p a r la s u i t e faute d ' a t t e n t i o n p o r t é e aux m o n t a g n a r d s — o n ne s'occupa n i
de tracer des r o u t e s — r e p r o c h e e n c o r e valable j u s q u ' à la veille de l ' i n s u r r e c t i o n
— n i d'y créer des m a r c h é s ou des écoles », q u a n d passant sur le t e r r a i n p o l i t i q u e
il observe qu'« après avoir b e a u c o u p r e m a n i é , o n en vint à r e m e t t r e le c o m m a n d e m e n t de diverses régions aurasiques à des personnages indigènes e x t r ê m e m e n t divers
q u a n t à leur o r i g i n e , p a r m i lesquels certains a p p a r t e n a i e n t à des familles étrangères q u e les A u r a s i e n s considéraient c o m m e leurs e n n e m i s i n v é t é r é s » . C o m m e n t n e
pas voir u n e a u t r e explication des é v é n e m e n t s d e cette a n n é e là d a n s les p r o p o s
suivants t e n u s d e v a n t lui par les T o u a b a : « P o u r q u o i ne n o u s g o u v e r n e z vous pas
v o u s - m ê m e ? . . . V o u s vous êtes des gens de justice, des C h e u r f a . O r n o u s ne comm u n i q u o n s jamais avec v o u s » .
M a s q u e r a y t r o u v e r a en des m o t s très justes, les explications a u x e r r e u r s de la
F r a n c e , « la confusion effroyable de la société africaine au l e n d e m a i n de n o t r e conq u ê t e et n o t r e i g n o r a n c e c o m p l è t e n o n s e u l e m e n t de la configuration du sol, des
p o p u l a t i o n s , des langues mais m ê m e de la religion m a h o m é t a n e e n c o r e si m a l conn u e . . . F o r c e fut au g o u v e r n e m e n t de se c o n t e n t e r tantôt de serviteurs i n d i g è n e s
q u ' i l ne pouvait r e m p l a c e r , t a n t ô t m ê m e d ' i n s t i t u t i o n s vicieuses q u ' i l ne p o u v a i t
refondre...»

Roufi, femme chaouïa (photo G. Camps).

1128 / Aurès
La société aurasienne,

de la conquête aux premières

années du XIX

e

siècle.

P o u r b i e n des raisons, relief, gorges p r o f o n d e s , forêts et c h u t e s de neige en altit u d e mais aussi diversité des g e n r e s de vie et des o c c u p a t i o n s i m p o s é e s par les conditions g é o g r a p h i q u e s , cette société était e x t r ê m e m e n t cloisonnée et fragmentée.
Si, p a r t o u t , se r e t r o u v a i e n t les m ê m e s activités, les principales é t a n t l'élevage d u
petit bétail, la c u l t u r e des céréales en t e r r e s è c h e et le travail des jardins irrigués
c'était en p r o p o r t i o n s différentes et à diverses fins. Ainsi, o n l'a vu, les gens de
la vallée de l ' o u e d A b d i étaient des sédentaires v i v a n t en villages c o m p t a n t j u s q u ' à
q u e l q u e s centaines d ' h a b i t a n t s . C'était, réserve faite des régions d'oasis de la frange
s a h a r i e n n e u n m o d e de vie e x c e p t i o n n e l dans ce s u d c o n s t a n t i n o i s v o u é à la vie
nomade.
C e s villageois aurasiens h a b i t a i e n t c o m m e les K a b y l e s d u D j u r d j u r a des m a i s o n s
de p i e r r e ; mais celles-ci étaient d ' u n e a r c h i t e c t u r e b i e n différente e x t é r i e u r e m e n t
comme intérieurement.
L e village était u n c e n t r e d'activités artisanales très diverses. O n y travaillait la
laine et le poil d e c h è v r e , le fer, le cuir,la t e r r e , l'alfa. Il y avait aussi des babouchiers et des bijoutiers capables à l'occasion de rivaliser avec les Z o u a o u a p o u r la
fabrication de la fausse m o n n a i e . Il y avait d o n c m a t i è r e à é c h a n g e . M a i s , b i e n sûr,
le travail essentiel était celui de la t e r r e avec u n e p r a t i q u e de l'irrigation e x t r ê m e m e n t ancienne. D u reste, dans cette vallée plus particulièrement, o n affirmait volontiers ses origines r o m a i n e s il y a u n demi-siècle encore.
A u centre d u massif, dans la vallée de l ' o u e d E l A b i o d , la vie se partageait e n t r e
les trois activités p r i n c i p a l e s , élevage, c u l t u r e s e n t e r r e sèche, j a r d i n s , au p r i x de
d é p l a c e m e n t s fréquents de la p l a i n e à la m o n t a g n e . C e q u i leur avait i m p o s é la tente
p o u r habitat et les guelaa c o m m e p o r t d ' a t t a c h e et lieu de d é p ô t s de leurs biens
consistant s u r t o u t en p r o d u i t s de la t e r r e .
L e s A u r a s i e n s se reconnaissaient c o m m e gens d ' u n e t r i b u mais la t r i b u n'avait
pas de chef; la cellule vivante était le village o u la fraction au sein desquelles des
assemblées d ' a n c i e n s , les imokranen réglaient t o u s les p r o b l è m e s . C o m m e en pays
kabyle il existait des règlements c o u t u m i e r s assortis de différentes échelles de peine.
Q u a n d les conflits dépassaient le cadre d u village ou de la fraction o n faisait appel
à des instances s u p é r i e u r e s . D a n s la vallée de l ' o u e d A b d i o n les s o u m e t t a i t à des
r e p r é s e n t a n t s des q u a t r e p r i n c i p a u x villages. C h e z les T o u a b a o n reconnaissait u n e
autorité particulière à u n e fraction m a r a b o u t i q u e , les Lehala, celle, précisément q u i
avait eu, semble-t-il u n e responsabilité p a r t i c u l i è r e d a n s les é v é n e m e n t s de 1879
et en avait été t r è s d u r e m e n t s a n c t i o n n é e .
L e s r è g l e m e n t s c o u t u m i e r s des trois villages de l ' O u e d A b d i p u b l i é s par E . M a s q u e r a y c o n f i r m e n t q u e dans c e t t e partie de l ' A u r è s o n n'était pas très sévère p o u r
le règlement des crimes qui pouvait s'effectuer m o y e n n a n t le versement d ' u n e s o m m e
d ' a r g e n t et q u ' o n était très i n d u l g e n t q u a n t à la c o n d u i t e des f e m m e s , q u i s'étaient
libérées des liens d u mariage de la façon expéditive q u e p e r m e t t a i e n t les usages.
« S u r la p r a t i q u e religieuse des m o n t a g n a r d s , le seul t é m o i g n a g e v r a i m e n t crédible est celui d u géologue Robert Laffitte qui a vécu au milieu d ' e u x plusieurs années
de suite, ce q u i l u i avait p e r m i s d e b i e n c o n n a î t r e la langue a r a b e , à u n e é p o q u e
relativement r é c e n t e mais où les m œ u r s avaient fort p e u évolué. Voici ce q u ' i l m ' e n
a dit : « Si j ' e n j u g e d ' a p r è s la p r a t i q u e e x t é r i e u r e , visible, la p r i è r e était rarissime...
M i s à part q u e l q u e s m a r a b o u t s , il n ' y avait à p e u p r è s p e r s o n n e q u i s'astreigne
a u x c i n q prières rituelles, c e r t a i n e m e n t b e a u c o u p m o i n s d ' u n h a b i t a n t p o u r mille.
P a r c o n t r e t o u s étaient s u p e r s t i t i e u x et se r e n d a i e n t aux vieilles fêtes locales t o u t e s
p r é i s l a m i q u e s p u i s q u ' e l l e s avaient lieu, t o u t e s s a n s exception, à des dates d u calendrier solaire, au r y t h m e des saisons. E n o u t r e elles se d é r o u l a i e n t dans des sites
n a t u r e l s s o u v e n t isolés, m a r q u é s parfois p a r u n tas de p i e r r e s , u n arbre sacré ou
une grotte».

Aurès / 1129
L e s Aurasiens n é a n m o i n s se considéraient c o m m e de fidèles m u s u l m a n s en dépit
de règles de vie très éloignées des prescriptions c o r a n i q u e s . E n t é m o i g n a i t tout spécialement le s t a t u t des femmes auxquelles les c o u t u m e s reconnaissaient u n e très
grande liberté à la suite d ' u n p r e m i e r mariage précoce rapidement suivi d ' u n divorce.
Il n ' y avait pas d e fêtes d a n s la m o n t a g n e sans la p a r t i c i p a t i o n c o m m e danseuses
et c h a n t e u s e s de celles q u ' o n appelait dès lors des 'azria*.
Laissant l ' i m p r e s s i o n d ' ê t r e a n a r c h i q u e , cette société était, à sa m a n i è r e , b i e n
réglée. C o m m e t o u t e s les sociétés m a g h r é b i n e s elles était coiffée p a r l ' i n s t i t u t i o n
m a r a b o u t i q u e q u i , ici, avait su parfaitement s ' a c c o m m o d e r d u g e n r e de vie des Aurasiens et jouait u n rôle p l u s sociale et p o l i t i q u e q u e v é r i t a b l e m e n t religieux.
« L'existence de " m r a b t i n " écrit F . Colonna, est attestée dans u n très grand n o m b r e
de t r i b u s a u r a s i e n n e s , s i n o n d a n s la totalité de celles-ci... Les laïcs leur reconnaissent des compétences précises et estimées : la scripturalité et le "ilm"(savoir juridicoreligieux), la sainteté et le c h a r i s m e t h é r a p e u t i q u e , ainsi q u e des savoir-faire agraires apparents, n o t a m m e n t en matière de t e c h n i q u e d'irrigation et de droits d'eau...».
D e l'ancêtre f o n d a t e u r ils ont r e ç u la baraka q u ' i l s r é p a n d e n t à profusion sur les
gens et les bêtes à l'aide n o t a m m e n t d'écrits en caractères a r a b e s , longs de 20 à
25 lignes, parfois t o t a l e m e n t illisibles en d e h o r s de l'invocation initiale à la divin i t é . L e s femmes en conservent e n f e r m é s d a n s des étuis d ' a r g e n t , œ u v r e des bijoutiers locaux, q u ' e l l e s p o r t e n t s u s p e n d u e s sur leur p o i t r i n e . O n les place aussi p a r
e x e m p l e e n t r e les cornes des v a c h e s sur le p o i n t de m e t t r e bas o u au-dessus des
p o r t e s des m a i s o n s . L a r e c o n n a i s s a n c e des gens s ' e x p r i m e en offrandes ou en services. Ainsi les m a r a b o u t s p a r v i e n n e n t - i l s à faire «fructifier» leur c h a r i s m e et ce faisant, certains sont arrivés à asseoir des fortunes i m p o r t a n t e s . G e n s par p r i n c i p e
pacifiques s ' i n t e r d i s a n t de p o r t e r les a r m e s , i n d é p e n d a n t s d u reste de la p o p u l a t i o n
car ils ne se m a r i e n t q u ' e n t r e e u x , les m a r a b o u t s exercent des fonctions arbitrales,
q u e le p o u v o i r a souvent r e c o n n u e s et q u ' i l a utilisées.
Les zaouïa jouissant d ' u n e a u t o r i t é p a r t i c u l i è r e sur les p o p u l a t i o n s de l ' A u r è s
étaient celles de T o l g a , dans les Z i b a n s et, d a n s le massif m ê m e celles de M e n a a
et de H a ï d o u s d a n s l ' o u e d A b d i , d e T i b e r m a c i n e q u i a succédé à celle de Sidi M a s m o u d i après la d e s t r u c t i o n de c e t t e d e r n i è r e d a n s l ' A h m a r K h a d d o u , de K h a n g a
Sidi N a d j i d a n s la basse vallée de l ' o u e d E l A r a b . A l'exception de celle de M e n a a
affiliée à l'ordre des Q u a d r i a , t o u t e s d é p e n d a i e n t d e l'ordre des R a h m a n i a et leur
influence aurait p u être c o n s i d é r a b l e si elles ne s'étaient posées en rivales.
Sous les T u r c s il semble q u e les B e n A b b è s de M e n a a se soient acquis u n e position privilégiée e n raison des services q u ' i l s étaient en m e s u r e d e leur r e n d r e d u
fait de leur s i t u a t i o n sur la r o u t e q u ' e m p r u n t a i e n t leurs d é t a c h e m e n t s à l'occasion
de la relève de l e u r g a r n i s o n de Biskra. T o u j o u r s est-il q u ' i l s bénéficièrent de leur
p a r t d ' u n e d o t a t i o n très i m p o r t a n t e , celle d ' u n haouch ou p r o p r i é t é rurale de quelques milliers d ' h e c t a r e s d a n s les e n v i r o n s de C o n s t a n t i n e .
Q u a n t à la zaouia de T i b e r m a c i n e , en dépit des d o m m a g e s c o r p o r e l s et matériels
qu'elle subit en 1859, son influence s'étendait et s'étendra jusqu'à la dernière guerre
m o n d i a l e b i e n au-delà des limites de l ' A u r è s . Elle c o m p t a i t de n o m b r e u x adeptes
dans les hautes-plaines constantinoises j u s q u ' a u x environs de G u e l m a . Premier comm a n d a n t d u cercle de G u e l m a , le colonel D u v i v i e r constatera en 1845 l'existence
a u x e n v i r o n s de la ville de n o m b r e u s e s p o p u l a t i o n s se disant v e n u d u massif. O n
ne sait si cette p r é s e n c e , q u e p e u t e x p l i q u e r la p a r t i c i p a t i o n des m o n t a g n a r d s a u x
t r a v a u x des m o i s s o n s , a facilité la p é n é t r a t i o n d e s m a r a b o u t s ou si, c'est au contraire u n e i m p l a n t a t i o n m a r a b o u t i q u e préalable, d a n s u n e région q u e l'on sait avoir
été d é p e u p l é e au X V I I I siècle p a r diverses é p i d é m i e s , q u i favorisa la descente d a n s
le bas-pays d ' A u r a s i e n s , à l'étroit d a n s leurs m o n t a g n e s .
e

P o u r clore ces lignes sur les p r a t i q u e s religieuse de la société a u r a s i e n n e , il faut
dire q u e l q u e s m o t s d ' u n cycle de pèlerinage q u i s e m b l e particulier à l ' A u r è s , celui
des M e s s a m d a . Vers la fin de l'été ce petit groupe d ' h o m m e s saints v e n u s de l ' A h m a r

1130 / Aurès
K h a d d o u se m o n t r a i t c i n q v e n d r e d i s successifs en des lieux différents. Ils attiraient
des foules et se livraient devant elles à des d a n s e s extatiques au c o u r s desquelles
on voyait p r o p h é t i s e r des f e m m e s q u i les a c c o m p a g n a i e n t . L e cycle s'achevait par
u n g r a n d m a r c h é q u i se tenait à T k o u t chez les B e n i - B o u - S l i m a n e .
D a n s cette société, d o n t la vie était t r o u b l é e p a r des d i s p u t e s p o u r des questions
de t e r r e , de sources ou de f e m m e s , b e a u c o u p p l u s q u e p a r de réels conflits, disputes d u reste arbitrées ce q u i en limitait les d o m m a g e s , rien en définitive, quelle
q u e soit la r u d e s s e des m œ u r s , n e p e r m e t de déceler u n e h u m a n i t é spécialement
agressive et g u e r r i è r e .
C e t t e société o ù les g r a n d s m a r a b o u t s étaient des g r a n d s s e i g n e u r s capables de
recevoir leurs h ô t e s avec faste était déjà sur son déclin et elle allait c o n n a î t r e bientôt ses dernières a n n é e s .
La présence française

et ses

contraintes.

D a n s le massif aurasien la p r é s e n c e française t a r d a à se manifester et elle ne fut
jamais n o m b r e u s e , étant essentiellement r e p r é s e n t é e par quelques dizaines d'agents
administratifs d i v e r s .
C ' e s t s e u l e m e n t à partir de 1 8 8 5 , a n n é e où u n e g r a n d e partie d u S u d constantinois fut détaché d u territoire militaire p o u r c o n s t i t u e r u n a r r o n d i s s e m e n t d o n t le
c h e f lieu fut la ville n e u v e de B a t n a , q u e l ' a d m i n i s t r a t i o n française c o m m e n ç a à
p é n é t r e r l'Aurès avec la création des c o m m u n e s m i x t e s d ' A ï n T o u t a , de l ' A u r è s
p r o p r e m e n t dit et de K h e n c h e l a ; ces d e u x d e r n i è r e s d ' a b o r d très r é d u i t e s en superficie, car c'est en 1912 qu'elles d e v a i e n t c o n n a î t r e leur c o m p l è t e e x t e n s i o n (corresp o n d a n t à u n e z o n e de parler chaouïa) avec le r a t t a c h e m e n t à la c o m m u n e m i x t e
de l ' A u r è s des t r i b u s de l ' A h m a r K h a d d o u et à la c o m m u n e m i x t e de K h e n c h e l a
des t r i b u s des B e n i B a r b a r . M a i s c o m m e il n ' y avait alors a u c u n e voie de p é n é t r a tion, le siège de ces d e u x c o m m u n e s mixtes fut fixé à la p é r i p h é r i e , à T a z o u l t (Lambèse) où elle resterait 27 a n s , p o u r la p r e m i è r e , et à K h e n c h e l a où elle resterait
définitivement p o u r la seconde.
D e la sorte, les t r i b u s a u r a s i e n n e s , isolées d a n s leurs vallées o n t c o n n u à cette
é p o q u e des années de presque total a b a n d o n et par conséquent de très grande liberté,
la seule obligation à laquelle elles se soient t r o u v é e s soumises et qu'elles paraissent
avoir acceptées, sans b e a u c o u p d e résistance, ayant été le p a i e m e n t de l ' i m p ô t .
L a F r a n c e va d o n c a d m i n i s t r e r l'Aurès de très loin, et ses r e p r é s e n t a n t s locaux
v o n t souffrir d ' u n e réforme b i e n i n o p p o r t u n e p u i s q u ' i c i sa finalité n ' a pas été le
d é v e l o p p e m e n t d e la colonisation foncière : il s'agit de la s u p p r e s s i o n des t r i b u s
et de la création de d o u a r s . L e s t r i b u s des O u l e d A b d i et des O u l e d D a o u d , par
e x e m p l e , v o n t d o n n e r naissance à n e u f d o u a r s .
A u t a n t u n tel d é c o u p a g e était acceptable et facile à réaliser en région sédentaire
où la cellule de base est le village, a u t a n t il était inconcevable en région n o m a d e .
Ainsi on n ' a pas hésité à c o u p e r en trois le t e r r i t o i r e des O u l e d D a o u d ( T o u a b a )
alors q u e les différentes fractions t o u a b a avaient t o u t e s des d r o i t s sur sa totalité
(par c o n s é q u e n t d u T e l l au Sahara) et q u e leurs greniers collectifs se t r o u v a i e n t
c o n c e n t r é s à p r o x i m i t é de l'actuelle ville d ' A r r i s . L a t r a n s h u m a n c e des T o u a b a les
a m e n a d o n c à d é p e n d r e des trois caïds des trois d o u a r s et p a r c o n s é q u e n t de subir
leurs exigences t a n t q u ' i l s n ' e u r e n t pas a b a n d o n n é la vie n o m a d e , ce q u i ne se réaliserait pas e n t i è r e m e n t avant les a n n é e s q u i suivirent la fin de la p r e m i è r e g u e r r e
mondiale.
D ' u n e m a n i è r e assez s u r p r e n a n t e ce n ' e s t pas sous l ' u n i f o r m e des administrat e u r s , mais sous la robe des P è r e s blancs q u e se manifesta d ' a b o r d la p r é s e n c e française : ceux-ci, en effet, arrivèrent dans la vallée s u p é r i e u r e de l ' o u e d L a b i o d , chez
les T o u a b a , en 1 8 9 3 . D e p u i s q u e l q u e s années déjà, la Société des M i s s i o n n a i r e s
d'Afrique souhaitait s'installer d a n s l'Aurès, terre b e r b é r o p h o n e , censée plus ouverte

Aurès

I 1131

à u n e éventuelle évangélisation. L ' o c c a s i o n lui fut d o n n é e l o r s q u e le g o u v e r n e u r
général C a m b o n eut envisagé de créer trois h ô p i t a u x indigènes et de les confier
aux m i s s i o n n a i r e s . Restait à t r o u v e r l ' u n des e m p l a c e m e n t s d a n s cette région. A u
d é b u t de l'été la h a u t e vallée de l ' o u e d El Abiod, a u x environs d ' A r r i s * est u n lieu
e n c h a n t e u r . O r il se trouvait q u ' à p r o x i m i t é d ' u n e dizaine de guelaa q u i d o n n e raient naissance à des villages, il existait u n t e r r a i n d o m a n i a l sur lequel les militaires avaient c o n s t r u i t u n b o r d j . C e bordj était a b a n d o n n é , o n l'offrit à la Société
avec t o u t le t e r r a i n a t t e n a n t . M a l g r é l'avis c o n t r a i r e de l ' a d m i n i s t r a t e u r de l'époque, les Pères Blancs l'acceptèrent d ' a u t a n t plus volontiers que le service des D o m a i nes était disposé à leur céder à t i t r e de dotation p o u r p e r m e t t r e la m a r c h e de l'hôpital 2 0 0 hectares d'excellentes t e r r e s en g r a n d e p a r t i e irrigables situées à M e d i n a
à l'origine de la vallée et prises sur des territoires séquestrés à la suite des événem e n t s de 1879.
T o u t e s les c o n d i t i o n s d ' u n é c h e c se t r o u v è r e n t r é u n i e s . D ' a b o r d — et cette
réflexion vaut p o u r toute l'Algérie de l'époque — d a n s l'état d'évolution de la société
m a g h r é b i n e , il devait n é c e s s a i r e m e n t y avoir u n e o p p o s i t i o n très forte à l'hospitalisation des h o m m e s et u n e o p p o s i t i o n totale à celle des f e m m e s . L e s T o u a b a , p a r
ailleurs, vivaient sous la t e n t e , se déplaçant au r y t h m e des saisons : il eut fallu les
suivre p o u r les soigner. E n o u t r e T o u a b a et O u l e d A b d i étant t r a d i t i o n n e l l e m e n t
e n n e m i s , les s e c o n d s r é p u g n e r a i e n t à venir à A r r i s où ils ne se s e n t i r a i e n t pas en
sécurité. P o u r finir, les T o u a b a ne p a r d o n n e r a i e n t jamais aux Pères Blancs de s'être
r e n d u s p r o p r i é t a i r e s de terres q u ' i l s considéraient toujours c o m m e étant les leurs.
N é a n m o i n s les p r e m i e r s contacts s e m b l e n t avoir été b o n s . L ' é t a t sanitaire était
localement très défectueux. E n b i e n des e n d r o i t s , c o m m e l'avait déjà i n d i q u é L é o n
l'Africain, les e a u x stagnaient faute d ' u n e n t r e t i e n d u réseau d ' i r r i g a t i o n ancien.
Les m o n t a g n a r d s souffraient d o n c des fièvres et de b i e n d ' a u t r e s m a u x . Obligés
de s'en r e m e t t r e j u s q u ' a l o r s a u x v e r t u s t h é r a p e u t i q u e s des a m u l e t t e s des clercs et
aux p r a t i q u e s m a g i q u e s des vieilles f e m m e s , ils savaient, p a r ouï-dire et p a r c e u x
q u i avaient eu l'occasion d ' e n faire usage, l'efficacité s u p é r i e u r e d e la p h a r m a c o p é e
occidentale. O n les vit d o n c accourir et a p p o r t e r u n e aide b é n é v o l e à la c o n s t r u c tion de l'hôpital ; mais bientôt les corvées se m u l t i p l i è r e n t et se p é r e n n i s è r e n t , les
P è r e s , m a n q u a n t de t o u t , ayant été b i e n obligés de faire appel en t o u t e s circonstances a u x services des m o n t a g n a r d s sans c o n t r e - p a r t i e . L a situation se révéla encore
p l u s délicate q u a n d les S œ u r s q u i avaient suivi les P è r e s insistèrent p o u r avoir des
m a l a d e s dans leur hôpital et les P è r e s des élèves p o u r l'école q u ' i l s avaient v o u l u
ouvrir, la difficulté essentielle, i n c o n t o u r n a b l e , ayant été le n o m a d i s m e des T o u a b a .
L e s m i s s i o n n a i r e s m i r e n t l o n g t e m p s à a d a p t e r leur c o m p o r t e m e n t au m o d e de
vie des m o n t a g n a r d s mais déjà il était t r o p t a r d , les autorités ayant exigé q u e leurs
r e p r é s e n t a n t s l o c a u x se r a p p r o c h e n t des C h a o u ï a . D e p u i s q u ' e n 1912 le c e n t r e de
gravité de la c o m m u n e mixte s'était déplacé vers l'est avec le r a t t a c h e m e n t des Beni
B o u S l i m a n e et des t r i b u s de l ' A h m a r K h a d d o u , le choix d ' A r r i s s'imposait. O n
fit c o m p r e n d r e a u x m i s s i o n n a i r e s en difficulté q u ' i l valait m i e u x s'en aller et l'on
prit leur place.
L a r o u t e ayant atteint Arris en 1916, c'est à c e t t e date q u e les b u r e a u x de la comm u n e m i x t e furent transférés de T a z o u l t en ce lieu. Elle y avait été précédée d e p u i s
1905 p a r des gardes forestiers, p o u r le p l u s g r a n d d é s a g r é m e n t des m o n t a g n a r d s .
D a n s les sociétés rurales a n c i e n n e s , l ' o u v e r t u r e de la forêt a t o u j o u r s créé des
tensions très fortes e n t r e le p o u v o i r , soucieux de conserver u n b i e n p r é c i e u x à b i e n
des titres, et les p o p u l a t i o n s locales, usagères d e p u i s des t e m p s i m m é m o r i a u x . C e s
tensions d é g é n é r è r e n t très s o u v e n t en révoltes p a y s a n n e s et c'est b i e n cette question q u i fut u n e des causes i m p o r t a n t e s d u m é c o n t e n t e m e n t des r u r a u x à la veille
de la R é v o l u t i o n . E n 1848, e n c o r e des F r a n ç a i s c r i e r o n t : « L e bois ou la m o r t » .
A p a r t i r de 1905 l'application de p l u s en p l u s r i g o u r e u s e d u c o d e forestier, q u i
coïncida avec u n e forte poussée d é m o g r a p h i q u e , pesa gravement sur la vie des Aura-

1132 / Aurès
siens, vivant en g r a n d e partie d e la forêt et y faisant paître leurs t r o u p e a u x . L a
c o n v e r s i o n q u i s ' i m p o s a à e u x , d u fait des c o n t r a i n t e s q u ' i l s s u b i r e n t , rappelle en
sens inverse celle q u i s'opéra à la suite de l'arrivée des H i l a l i e n s . Obligés de rest r e i n d r e c o n s i d é r a b l e m e n t leur t r o u p e a u , ils se m i r e n t à d o n n e r p l u s de soin à la
t e r r e ou à s'orienter vers d ' a u t r e s activités; ils se fixèrent d o n c au sol et a b a n d o n n a n t la t e n t e , se m i r e n t à bâtir des m a i s o n s .
C h e z les T o u a b a q u i étaient les p l u s g r a v e m e n t t o u c h é s cette évolution fut facilitée p a r le transfert chez eux d u siège de c o m m u n e m i x t e et l ' o u v e r t u r e de la r o u t e :
ces d e u x sortes de faits p r o v o q u è r e n t la création d ' u n e ville avec des administrat i o n s , des c o m m e r c e s , de p e t i t e s i n d u s t r i e s , t o u t e s activités créatrices d ' e m p l o i s .
L a guerre eut des effets semblables. Elle c o m m e n ç a par être très m a l subie. C o m m e
t o u t e s les familles m o n t a g n a r d e s , celles de l ' A u r è s refusèrent dès l ' a b o r d de d o n n e r
leurs e n f a n t s ; elles o p p o s è r e n t u n e très vive r é s i s t a n c e , sans aller toutefois j u s q u ' à
u n e révolte o u v e r t e , c o m m e le firent en 1916 l e u r s voisins d u B e l e z m a d é p e n d a n t
de la c o m m u n e m i x t e d ' A i n T o u t a , de dialecte c h a o u ï a t o u t c o m m e e u x et, m a l g r é
cela, étrangers à e u x : le jour où les conscrits devaient se p r é s e n t e r devant le conseil de révision, u n g r o u p e d ' i n s u r g é s pris le bordj c o m m u n a l d'assaut et massacra
le sous-préfet et le chef de la c o m m u n e .
D a n s l ' A u r è s p r o p r e m e n t dit, il y eut des d é s e r t i o n s et les i n s o u m i s c o n s t i t u è r e n t
des g r o u p e s a r m é s q u i se réfugièrent dans la m o n t a g n e . T e l l e fut l'origine de ces
b a n d i t s d ' h o n n e u r , redresseurs d e t o r t s q u i t i n r e n t le m a q u i s p e n d a n t p l u s i e u r s
a n n é e s . Ils n e s'en p r i r e n t jamais a u x autorités françaises et ne m e n a c è r e n t jamais
les q u e l q u e s E u r o p é e n s installés d a n s l ' A u r è s , allant parfois j u s q u ' à les assurer de
leur p r o t e c t i o n . Ils n e s'en p r i r e n t q u ' à leur e n n e m i s p e r s o n n e l s , souvent leurs
p a r e n t s p r o c h e s . L e s a u t o r i t é s , n é a n m o i n s , ne p o u v a i e n t tolérer u n tel défit; o n
fit d o n c i n t e r v e n i r la t r o u p e m a i s en dépit des effectifs de p l u s en p l u s i m p o r t a n t s
lancés à la p o u r s u i t e des hors-la-loi, le banditisme aurasien ne fut réduit q u ' e n 1921 :
l ' e x e m p l e de sa résistance i n s p i r a sans d o u t e c e u x q u i choisirent l ' A u r è s c o m m e
p r i n c i p a l t e r r a i n de lutte p o u r l ' i n d é p e n d a n c e e n 1954.
L'entre deux

guerres.

P o u r les jeunes q u i en r e v i n r e n t , la g u e r r e fut la source d ' e x p é r i e n c e s diverses
souvent bien a c c e p t é e s . P o u r des familles, p a u v r e s c o m m e la p l u p a r t des familles
a u r a s i e n n e s , ce fur le point de d é p a r t d ' u n e a m é l i o r a t i o n de leur sort sous la forme
de soldes, de p r i m e s , d'allocations diverses et aussi de salaires, de n o m b r e u x jeunes
étant partis s ' e m b a u c h e r d a n s les u s i n e s sous la p r e s s i o n des a u t o r i t é s . H a b i t u é s
au m é p r i s des a u t r e s , les A u r a s i e n s apprécièrent l'accueil q u i leur fut fait en F r a n c e
— dès cette é p o q u e il y eut des m a r i a g e s m i x t e s . O n en vit b e a u c o u p r e p a r t i r volontiers après la fin des hostilités q u a n d leurs a n c i e n s e m p l o y e u r s firent de n o u v e a u
appel à eux. Ainsi les gens de l'Aurès firent-ils partie de cette émigration que Robert
M o n t a g n e a qualifiée d ' a n c i e n n e p a r r a p p o r t à celle q u i se généraliserait u n e vingtaine d ' a n n é e s p l u s tard et q u i devrait se c o n t e n t e r d ' e m p l o i s n e t t e m e n t m o i n s bien
rémunérés.
L ' é m i g r a t i o n fut e x t r ê m e m e n t bénéfique p o u r les m o n t a g n a r d s de l ' A u r è s . Elle
modifia c o n s i d é r a b l e m e n t leurs c o n d i t i o n s d ' e x i s t e n c e . D a n s la vallée de l ' O u e d
A b d i où les d é p a r t s furent p a r t i c u l i è r e m e n t n o m b r e u x c'est dès 1920 q u ' a p p a r a i s sent les p r e m i e r s c h a n g e m e n t s , la p r e m i è r e b o u t i q u e , la p r e m i è r e m a c h i n e à coud r e , le p r e m i e r tailleur, le p r e m i e r café.
Avec le recul d u t e m p s , l ' e n t r e - d e u x g u e r r e s p e u t être c o n s i d é r é c o m m e u n e
p é r i o d e p a r t i c u l i è r e m e n t h e u r e u s e p o u r cette vallée t r a d i t i o n n e l l e m e n t o u v e r t e q u i
avait v u s'ouvrir à elle u n a u t r e m o n d e .
A travers les récits q u e firent les m o n t a g n a r d s r e v e n u s au p a y s , la F r a n c e apparut c o m m e u n e sorte de paradis. Sensiblement d a n s le m ê m e t e m p s était arrivé dans

Aurès / 1133
le massif u n t y p e de F r a n ç a i s t o u t à fait n o u v e a u : il s'agit des p r e m i e r s institut e u r s : v e n u s g é n é r a l e m e n t en m é n a g e , recrutés avec soin et b i e n p r é p a r é s à leur
tâche par leur passage p a r la section spéciale de l'Ecole n o r m a l e de B o u z a r é a h ;
ils s'étaient installés au milieu d ' e u x dans les q u e l q u e s écoles n o u v e l l e m e n t const r u i t e s , là où l ' o u v e r t u r e d ' u n e r o u t e l'avait r e n d u possible. Ils avaient a p p o r t é u n
savoir scolaire q u e le d é v e l o p p e m e n t de l ' é m i g r a t i o n faisait de p l u s en p l u s a p p r é cier mais aussi u n e c o m p é t e n c e assez générale en m a t i è r e de t e c h n i q u e horticole
— à M e n a a o n se s o u v i e n t encore des p r e m i e r s i n i t i a t e u r s — u n e m a n i è r e de vivre
q u i i m p r e s s i o n n a favorablement et u n e disponibilité et u n d é s i n t é r e s s e m e n t q u i en
firent des conseillers écoutés.
L e s résultats o b t e n u s n o t a m m e n t à Arris et à M e n a a furent r e m a r q u a b l e s . Les
jeunes C h a o u ï a s o r t a n t de l'école au niveau d u certificat d ' é t u d e s avaient acquis
u n e c o n n a i s s a n c e d u français q u e l'on n ' a u r a i t p a s toujours t r o u v é en m é t r o p o l e .
L e s esprits étaient d o n c b i e n p r é p a r é s à l'accueil des F r a n ç a i s d o n t le séjour était
r e n d u possible depuis peu grâce à la construction p a r les soins d u G o u v e r n e u r général
L u t a u d de p l u s i e u r s bordj h ô t e l s destinés à l ' h é b e r g e m e n t des a g e n t s administratifs et des t o u r i s t e s c o m m e aussi des c h e r c h e u r s q u i allaient se révéler de p l u s en
plus nombreux.
E n 1918, alors q u e la g u e r r e n ' e s t pas finie et q u e q u e l q u e s « b a n d i t s » c o u r e n t
e n c o r e , l ' a d m i n i s t r a t e u r de la c o m m u n e m i x t e d e l ' A u r è s p e r m e t t r a à u n e jeune
f e m m e de t r e n t e a n s , O d e t t e K e u n , de p a r c o u r i r le massif j u s q u e d a n s ses parties
les p l u s difficilement accessibles en lui d o n n a n t c o m m e guide u n de ses cavaliers.
O d e t t e K e u n s o u h a i t e r a revenir q u e l q u e s a n n é e s p l u s t a r d p o u r d é c o u v r i r l ' A u r è s
oriental et s a h a r i e n . N o u s lui d e v o n s des relations de voyage p l e i n e s d ' i n t é r ê t d ' u n
pays d e m e u r é j u s q u ' a l o r s à p e u p r è s i n c o n n u . E n 1928, u n e f e m m e encore, M a t h é a
G a u d r y , va écrire La femme chaouïa de l'Aurès, i m p o r t a n t e « é t u d e de sociologie
b e r b è r e » , p r o d u i t d ' u n e e n q u ê t e p a r q u e s t i o n n a i r e effectuée en 1 9 2 3 a u p r è s d'instituteurs de la région, complétée p a r d e u x séjours d a n s les vallées de l'oued E l Abiod
et de l ' o u e d A b d i . D e 1932 à 1936, R o b e r t Laffitte passera la m o i t i é de son t e m p s
à circuler dans la m o n t a g n e le p l u s souvent à p i e d , p o u r travailler à son «Etude
géologique de l'Aurès» et les 20 0 0 0 k m q u ' i l e s t i m e avoir p a r c o u r u ont fait d u dernier d o y e n de la F a c u l t é des Sciences d'Alger l ' h o m m e le m i e u x informé sur la
vie des A u r a s i e n s à cette é p o q u e . U n p e u après l u i arrivaient les envoyés d u M u s é e
de l ' h o m m e , J a c q u e s F a u b l é e , T h é r è s e Rivière et G e r m a i n e T i l l o n auxquels la connaissance de l ' A u r è s doit b e a u c o u p , p u i s u n e m i s s i o n de l ' I n s t i t u t P a s t e u r dirigée
p a r les d o c t e u r s P a r r o t , Foley et Clastrier q u i d u r a n t q u a t o r z e m o i s s'installèrent
à G h o u f i d a n s la m o y e n n e vallée de l ' O u e d El A b i o d en v u e d ' é t u d i e r les m o y e n s
de p r é v e n i r et de guérir le p a l u d i s m e .
P a r c o u r a i e n t aussi la m o n t a g n e de façon h a b i t u e l l e d a n s le m ê m e t e m p s des insp e c t e u r s des E a u x et F o r ê t s à la t â c h e b i e n i n g r a t e . O n ne m a n q u e d o n c pas de
t é m o i g n a g e s sur l'état d'esprit des m o n t a g n a r d s e n t r e les d e u x g u e r r e s . Ils concord e n t t o u s sur d e u x p o i n t s la s é c u r i t é totale q u i régnait alors, o n allait p a r t o u t en
toute confiance, et l'hospitalité que l'on était assuré de trouver p a r m i les plus pauvres.
O r l'historien q u i consulte a u j o u r d ' h u i les archives d'Aix-en-Provence n ' y t r o u v e
q u ' u n dossier 20 H 8 intitulé « L e s t r o u b l e s de l ' A u r è s » se r a p p o r t a n t aux années
1937-1938 et à la vallée de l ' O u e d A b d i .
D a n s son n u m é r o d u 3 d é c e m b r e 1937, le j o u r n a l réformiste «El Bassaïr» écrivait, il est vrai, q u e « L ' A u r è s avait été ébranlée p a r u n e r é v o l u t i o n religieuse et
sociale c o m m e l'histoire de ce p a y s n ' e n avait jamais r e n c o n t r é » .
A q u o i se r a m è n e n t e x a c t e m e n t les faits?
D a n s les a n n é e s 1936-1938 les autorités françaises étaient i n q u i è t e s d u développ e m e n t qu'avait pris s p é c i a l e m e n t dans le C o n s t a n t i n o i s le m o u v e m e n t réformiste
des O u l é m a sous l ' i n s p i r a t i o n de son chef, le c h e i k h A b d e l h a m i d B e n b a d i s . D e s
attaques e x t r ê m e m e n t violentes s o u s le plan verbal étaient m e n é e s p a r ses repré-

1134 /

Aurès

s e n t a n t s c o n t r e les zaouïa et les m a r a b o u t s . L ' A u r è s p o u v a i t d ' a u t a n t m o i n s être
à l'abri de ces a t t a q u e s q u e la m a n i è r e de vivre des m o n t a g n a r d s et la liberté des
f e m m e s c h o q u a i e n t p r o f o n d é m e n t le p u r i t a n i s m e des O u l é m a .
D e s adeptes d u m o u v e m e n t furent envoyés sur les lieux à l'occasion de fêtes avec
l'intention d'interdire ce q u i leur paraissait b l â m a b l e . U n e telle intrusion p a r u t inacceptable aux Aurasiens q u i réagirent avec force. Il y eut des m o t s , il y eut des coups ;
et cela n'alla g u è r e p l u s l o i n ; m a i s les autorités locales, se saisissant de tels incid e n t s très localisés, se p r o p o s è r e n t , avec l ' a p p u i d e l ' o p i n i o n , de les exploiter cont r e les Réformistes en grossissant les faits et en a t t r i b u a n t u n caractère politique
à ce q u i n'avait, c o m m e l'avait écrit El-Bassaïr, q u ' u n caractère religieux et social.
E n fait, à la veille de la g u e r r e , le calme le p l u s c o m p l e t régnait dans l ' A u r è s ,
où t o u s les fonctionnaires de responsabilité, en p o s t e à Arris en 1937, avaient été
déplacés à la suite de la décision judiciaire q u i , dès le 6 janvier 1 9 3 8 , avait acquitté
le r e p r é s e n t a n t local de l'Association des O u l é m a .
V i n t la g u e r r e : p a r t o u t en Algérie elle fit taire les r e v e n d i c a t i o n s et la mobilisat i o n s'effectua sans les tensions q u i avaient a c c o m p a g n é celle de 1914. U n e solidarité nouvelle s'établit face a u x difficultés. D a n s l ' A u r è s , p a r t i c u l i è r e m e n t , il fallut
faire face à la p é n u r i e q u i s'était r a p i d e m e n t créée avec la r u p t u r e des relations
e n t r e l'Algérie et la m é t r o p o l e . Il fallut a p p o r t e r à la p o p u l a t i o n de l'alimentation
et des tissus. O n d u t tirer m e i l l e u r parti des ressources locales et c'est ainsi q u e
l'Administration fut amenée à ouvrir des chantiers de traitement de l'alfa. Les ficelles,
les cordes, les corbeilles, les sacs en alfa v i n r e n t r e m p l a c e r sur le m a r c h é les prod u c t i o n s de l ' I n d e .
O n fit d o n c a p p e l davantage a u x A u r a s i e n s , u n e collaboration confiante et profitable s'établit. L e s contacts furent b e a u c o u p p l u s n o m b r e u x , amplifiés d u reste p a r
la c o u p u r e avec la m é t r o p o l e q u i s u s p e n d i t les d é p a r t s massifs d u d é b u t de l'été.
E t c'est à cette é p o q u e q u e b e a u c o u p de F r a n ç a i s d é c o u v r i r e n t le m a s s i f où la sécurité était d e m e u r é e totale.
T e l était l ' A u r è s à la fin de l ' a n n é e 1942, d o u z e ans par c o n s é q u e n t avant des
é v é n e m e n t s alors a b s o l u m e n t i n i m a g i n a b l e s .
D a n s cet A u r è s si paisible rien n'avait été fait en prévision d ' é v é n e m e n t s nouv e a u x . C h a r g é s d e très lourdes responsabilités, des chefs de c o m m u n e formés d a n s
le milieu algérien conservaient u n e vision des choses q u i ne s'était pas modifiée
au c o u r s de leur carrière. A s s u r é s d'être les seuls à savoir c o m m e n t il convenait
d ' a d m i n i s t r e r «les i n d i g è n e s » , ils a b a n d o n n a i e n t à leurs adjoints v e n u s de F r a n c e
des tâches s u b a l t e r n e s . Ils furent c o m p l è t e m e n t s u r p r i s p a r les é v é n e m e n t s . Il est
vrai q u ' i c i , d a n s l ' A u r è s , l'affaire fut r e m a r q u a b l e m e n t m e n é e .
La préparation

er

du 1

novembre

1954.

L ' A u r è s p o u v a i t rassurer p a r c e q u ' o n n e l'avait pas v u s'agiter a u l e n d e m a i n d u
d é b a r q u e m e n t a m é r i c a i n d u 8 n o v e m b r e 1942 p a s p l u s q u e le 8 m a i 1944. C'est
p o u r t a n t à la limite s e p t e n t r i o n a l e d u pays c h a o u ï a , de Sétif à G u e l m a q u e le m o u v e m e n t i n s u r r e c t i o n n e l fut le p l u s grave, p r o v o q u a n t u n e b r u t a l e répression.
L e p r e m i e r signe d ' u n e d é g r a d a t i o n d ' u n e s i t u a t i o n q u i p o u v a i t être considérée
c o m m e e x c e p t i o n n e l l e m e n t b o n n e a p p a r u t s e u l e m e n t en 1947 avec la renaissance
d u b a n d i t i s m e d o n t on n'avait p l u s constaté la m o i n d r e expression d e p u i s 26 ans.
C e s n o u v e a u x hors-la-loi n e sont d ' a b o r d q u e d e u x et leurs p r e m i è r e s actions,
des r è g l e m e n t s d e c o m p t e avec m o r t s d ' h o m m e , apparaissent d a n s le droit fil d u
banditisme traditionnel. M a i s leur n o m b r e s'accroît, leur zone d'intervention s'étend,
la liste des actes criminels q u i l e u r sont a t t r i b u é s s'allonge et p u i s s u r t o u t o n va
constater à p a r t i r de 1950 u n e c o n n i v e n c e c e r t a i n e et t o u t à fait n o u v e l l e e n t r e band i t i s m e et p o l i t i q u e .
C'est s e u l e m e n t quelques a n n é e s après le d é c l e n c h e m e n t des é v é n e m e n t s q u e l'on

Aurès / 1135
découvrira la part capitale q u ' y p r i t Mostefa B e n b o u l a ï d . E n 1952 l'insécurité s'est
accrue et d é v e l o p p é e à u n p o i n t tel q u e le G o u v e r n e m e n t général a estimé u r g e n t
d'éloigner le chef de la c o m m u n e m i x t e en place d e p u i s dix ans. P o u r rétablir l'autorité de son successeur u n e o p é r a t i o n militaire de g r a n d e e n v e r g u r e est engagée :
c'est la manoeuvre «Aiguille» q u i , à p a r t i r d u 15 août 1952, m e t en m o u v e m e n t
plusieurs milliers d ' h o m m e s c o n t r e « les b a n d i t s de l'Aurès », car à l ' é p o q u e on cont i n u e à r a m e n e r t o u t au b a n d i t i s m e t r a d i t i o n n e l .
E c h e c c o m p l e t et aveu d ' i m p u i s s a n c e p o u r le p o u v o i r , la m a n œ u v r e « Aiguille »
est u n e n c o u r a g e m e n t considérable p o u r Benboulaïd convaincu q u ' a v e c u n p e u plus
d ' h o m m e s , u n p e u p l u s d ' a r g e n t , u n p e u p l u s d ' a r m e m e n t , lui B e n b o u l a ï d serait
parfaitement en m e s u r e de m e t t r e en échec l ' a r m é e française en u n t e m p s où ses
forces étaient engagées sur d ' a u t r e s c h a m p s de bataille.
L e 25 juillet, soit trois mois avant le d é c l e n c h e m e n t du combat, Benboulaïd assuré
de l ' a p p u i d ' u n n o y a u de m o n t a g n a r d s n ' a u r a réussi à r é u n i r q u ' u n n o m b r e infime
de gens c o n v a i n c u s , «les 2 2 » , s u r t o u t représentatifs d u C o n s t a n t i n o i s et e n c o r e ,
certains flancheront-ils avant le 1 n o v e m b r e .
L ' i n s u r r e c t i o n , c'est d o n c B e n b o u l a ï d à p e u près seul qui l'a déclenchée avec seulement 359 h o m m e s bien a r m é s , chiffre que l'on connaîtra s e u l e m e n t lorsqu'il aura
été arrêté. L e s g r a n d s leaders e u x , Benbella, Aït A h m e d et K h i d e r établis au Caire
n ' i n t e r v i e n d r o n t à ce m o m e n t là q u e p o u r assurer l'information, B o u d i a f s'étant
chargé au t o u t d e r n i e r m o m e n t d e les m e t t r e au c o u r a n t .
D a n s l ' A u r è s , q u i p o u r r a i t être informé avant ce 1 n o v e m b r e ? B e n b o u l a ï d a
s o i g n e u s e m e n t évité de faire q u o i q u e ce soit q u i puisse inquiéter les autorités après
la m a n œ u v r e «Aiguille». Q u a n t a u x Politiques, ils ne croyaient pas Benboulaïd capable d ' o p é r e r seul. E t ce dernier a réglé t o u s les détails dans les t o u s derniers jours
avec q u a t r e h o m m e s d u C . R . U . A . C'est en s o m m e p a r la voie des j o u r n a u x q u e
les A u r a s i e n s a p p r e n d r o n t q u e la m o n t a g n e s'est insurgée . E u x ne l'étaient pas
encore mais b e a u c o u p le d e v i n r e n t r a p i d e m e n t en esprit q u a n d o n eut envoyé d a n s
le massif «tous les effectifs dont pouvait disposer la 1 0 région militaire» : les légionnaires et les t a b o r s m a r o c a i n s , b e a u c o u p p l u s r e d o u t é s encore.
e r

e r

e

B e n b o u l a ï d sera arrêté en février 1955 à la frontière t u n i s o - l y b i e n n e au r e t o u r
d ' u n voyage q u ' i l avait e n t r e p r i s p o u r se p r o c u r e r des a r m e s . Les p a p i e r s saisis sur
lui confirmèrent q u ' i l était bien le c h e f de l ' i n s u r r e c t i o n d a n s l ' A u r è s et révélèrent
tous les détails de l'organisation q u ' i l avait mise sur p i e d ; mais c'est seulement beauc o u p p l u s t a r d q u e fut c o n n u son rôle au niveau « n a t i o n a l » .
J u g é et c o n d a m n é à m o r t , B e n b o u l a ï d s'évadera le 4 n o v e m b r e 1955 et regagnera
le massif où d e p u i s son a r r e s t a t i o n r è g n e l ' a n a r c h i e . Sa m o r t le 2 7 m a r s à la suite
de la m a n i p u l a t i o n d ' u n colis piégé priva l'Aurès de la seule tête capable de réaliser
l ' u n i o n des m o n t a g n a r d s . « L a d i s p a r i t i o n de M o s t e f a B e n b o u l a ï d et de son adjoint
C h i h a n i Bachir a p o u r conséquence l'émiettement des A u r è - N e m e n t c h a en plusieurs
baronnies».
« Les forces centrifuges q u i p r e n n e n t a p p u i s u r le souvenir des vieilles rivalités
tribales se d o n n e n t libre c o u r s . . . il en résulte u n e situation inextricable... c h a c u n
tentait de se tailler u n fief et de devenir p o u r son p r o p r e c o m p t e u n i n t e r l o c u t e u r
de la direction c e n t r a l e » ( M o h a m e d H a r b i ) .
Les rivalités t r i b a l e s , sinon m ê m e de village à village, de fractions à fractions,
de familles m a r a b o u t i q u e s à familles m a r a b o u t i q u e s , sont des faits très anciens, inhérents en q u e l q u e sorte au pays et q u i o n t toujours fait échec à t o u t e velléité insurrectionnelle. Elles ont affaibli u n e p o p u l a t i o n p e u n o m b r e u s e : l ' A u r è s n ' e s t pas
le réservoir kabyle. S u r u n espace b e a u c o u p p l u s vaste, selon les chiffres d o n n é s
par le capitaine F o r n i e r et p u i s é s p r o b a b l e m e n t d a n s les archives d u beylicat de
C o n s t a n t i n e , en 1845 les t r i b u s considérées c o m m e a u r a s i e n n e s , n e g r o u p a i t q u e
4 8 3 0 familles, soit en s u p p o s a n t c o m m e il l'a fait, u n e m o y e n n e de six i n d i v i d u s
par famille, « u n total de 30 0 0 0 â m e s c o m m e m a x i m u m » . U n siècle p l u s t a r d , lors

1136 / Aurès
d u r e c e n s e m e n t de 1948, la c o m m u n e m i x t e de l ' A u r è s , e n t i è r e m e n t a u r a s i e n n e
c o m p t e 66 746 p e r s o n n e s , celles d ' A ï n T o u t a et d e K h e n c h e l a , p a r t i e l l e m e n t aurasiennes, r e s p e c t i v e m e n t 40 977 et 86 513 p e r s o n n e s .
C e t t e p o p u l a t i o n p a r ailleurs n ' é t a i t pas p r ê t e à s'intégrer d a n s u n projet de portée nationale. A ce p r o p o s Yves C o u r r i è r e a r a p p o r t é des faits significatifs : en 1948
les m a q u i s a r d s kabyles étaient a u x abois. « C e u x q u i sont restés en K a b y l i e sont
a b a t t u s p a r les milices ou r e p é r é s et arrêtés p a r la police des r e n s e i g n e m e n t s génér a u x . L e parti d é c i d e d o n c d ' é l o i g n e r K r i m B e l k a c e m , leur chef, et de "l'affecter
aux A u r è s " K r i m p r e n d d o n c le t r a i n p o u r C o n s t a n t i n e où il recevra des instructions p l u s précises. Il y restera u n e q u i n z a i n e de j o u r s . L a s d ' a t t e n d r e , il reviendra
à Alger d ' o ù o n le r e n v e r r a en K a b y l i e » . Les A u r è s n ' o n t pas v o u l u de l u i ; o n n ' y
a jamais aimé les K a b y l e s .
A p r è s la d i s p a r i t i o n de B e n b o u l a ï d , le F . L . N . décidera c e p e n d a n t d ' e n envoyer
p o u r rétablir l ' o r d r e et cela t o u r n e r a très mal. L a résistance a u r a s i e n n e s'effondrera
t o t a l e m e n t après des r è g l e m e n t s de c o m p t e et des p u r g e s s a n g l a n t e s .
Seul Mostefa B e n b o u l a ï d serait p a r v e n u à r a s s e m b l e r les C h a o u ï a de l ' A u r è s et
l o r s q u ' i l fut a r r ê t é , il affirmera avoir m e n é son action avec u n i q u e m e n t des gens
d u massif. C ' e s t p r o b a b l e m e n t vrai.

L'Aurès depuis l'indépendance
D e p u i s 1962 t o u t e estimation de la population aurasienne est d e v e n u sinon impossible d u m o i n s t r è s i n c e r t a i n e , en raison des n o m b r e u x r e m a n i e m e n t s administratifs q u i ont été o p é r é s . A la suite d u d e r n i e r q u i r e m o n t e à 1984 l ' A u r è s d'autrefois
a été r é p a r t i e n t r e q u a t r e wilaya o u d é p a r t e m e n t s , ceux de B a t n a , de Biskra, de
K h e n c h e l a et d ' O u m el B o u a g h i et e n t r e u n n o m b r e p l u s élevé d ' a r r o n d i s s e m e n t s
ou daïra. L e t e r m e A u r è s , lui m ê m e , a c o m p l è t e m e n t d i s p a r u d u v o c a b u l a i r e administratif après la disparition de la wilaya de ce n o m .
C ' e s t à p a r t i r des chiffres q u e l ' o n possède de la p o p u l a t i o n de la daïra d'Arris
e n t i è r e m e n t a u r a s i e n n e mais r é c e m m e n t a m p u t é e de la c o m m u n e de M c h o u n e c h e
a u j o u r d ' h u i r a t t a c h é e à la daïra d e Sidi O k b a , d o n c à la wilaya de Biskra, q u e l'on
p e u t avancer le chiffre très a p p r o x i m a t i f de 250 0 0 0 p e r s o n n e s p o u r l'ensemble des
gens h a b i t a n t a u j o u r d ' h u i les p a r t i e s considérées c o m m e a u r a s i e n n e s des a n c i e n n e s
c o m m u n e s m i x t e s de l ' A u r è s , d ' A ï n T o u t a et d e K h e n c h e l a .
J a m a i s ce chiffre n ' a été aussi i m p o r t a n t . C e l a r e p r é s e n t e u n e force de travail
q u i aurait p u être e m p l o y é e à la mise en valeur d u massif mais l'Algérie i n d é p e n d a n t e pas plus q u e l'Algérie française n e semble avoir songé à l'utiliser p o u r reconst i t u e r d a n s sa totalité le réseau h y d r a u l i q u e a n c i e n et de faire des massifs s u b s a h a r i e n s , celui d e l'Aurès en p a r t i c u l i e r , ces c h â t e a u x d ' e a u e x t r a o r d i n a i r e s q u i
fécondaient la s t e p p e autrefois.
O n semble avoir v o u l u essentiellement f r a g m e n t e r u n e force q u i s'était révélée
r e d o u t a b l e , d ' o ù ces r e m a n i e m e n t s inspirés de la v o l o n t é de b a n n i r tout régionalisme et d'édifier u n e société où ces t e r m e s de c h a o u ï , de kabyle et de m o z a b i t e
n ' a u r a i t p l u s de sens.
L ' E t a t , certes, est i n t e r v e n u avec le p r o g r a m m e spécial de 1968 mais dans le
d o m a i n e de l ' h y d r a u l i q u e il s e m b l e l'avoir fait s u r t o u t p o u r satisfaire les besoins
croissants des villes p a r p r é l è v e m e n t sur les reliefs. O r l ' u r b a n i s a t i o n atteint ou
dépasse a u j o u r d ' h u i 5 0 % de la p o p u l a t i o n : ville d e 25 000 habitants en 1949, Batna
en c o m p t e a u j o u r d ' h u i p l u s de 135 0 0 0 et ce n ' e s t q u ' u n cas p a r m i d ' a u t r e s .
Il semble toutefois q u e d a n s la vallée de l ' O u e d A b d i , p a r t i c u l i è r e m e n t c o n s o m m a t r i c e d ' e a u p o u r ses jardins, la mise en action généralisée de m o t o - p o m p e s soit
p a r v e n u e à m a i n t e n i r les q u a n t i t é s d ' e a u d i s p o n i b l e s à u n n i v e a u satisfaisant.
L ' é q u i p e m e n t administratif et é c o n o m i q u e des c o m m u n e s aurasiennes s'est effec-

Aurès / 1137
t u é sur les m ê m e s p r i n c i p e s q u ' a i l l e u r s : à u n e p o p u l a t i o n d o n n é e doit c o r r e s p o n d r e u n e wilaya, u n e daïra ou u n e c o m m u n e . « L a localisation des é q u i p e m e n t s scolaires, sanitaires sociaux, c u l t u r e l s , sportifs... a p r o g r e s s i v e m e n t été codifié en norm e s p a r les différents m i n i s t è r e s . Ils s'insèrent a u j o u r d ' h u i de façon s y s t é m a t i q u e
d a n s u n e grille territoriale : au n i v e a u de la wilaya, la maison de la c u l t u r e , le stade
o m n i s p o r t s , l'école n o r m a l e s u p é r i e u r e ; à la daïra, l'hôpital, le lycée, le central télép h o n i q u e ; au chef-lieu de c o m m u n e , le collège d ' e n s e i g n e m e n t m o y e n , la polyclin i q u e , le souk el fellah, la g e n d a r m e r i e . » ( M a r c C ô t e , 1988).
Ainsi c o n n a î t - o n p a r avance les é q u i p e m e n t s q u e l'on est assuré de t r o u v e r d a n s
telle ou telle a g g l o m é r a t i o n .
L ' é q u i p e m e n t artisanal et i n d u s t r i e l ne p r o c è d e pas de p r i n c i p e s différents.
A u j o u r d ' h u i les u n i t é s industrielles en fonction, e n c o n s t r u c t i o n o u p r o g r a m m é e s
dans l'Aurès intéressent essentiellement Arris, chef-lieu de daïra, mais aussi M e n a a
d o n t l ' i m p o r t a n t e conserverie de fruits souffre d u m a n q u e d ' e a u en été, M e d i n a
et M c h o u n e c h .
Ainsi de n o m b r e u x e m p l o i s ont-ils été créés s u r t o u t dans les service administratifs, ainsi l ' u r b a n i s a t i o n s'est-elle accélérée, t a n d i s q u e la terre était délaissée. C ' e s t
p a r p a n s entiers en effet q u e l ' é c o n o m i e t r a d i t i o n n e l l e s'est effondrée, on n e pratiq u e p l u s la c u l t u r e sèche des céréales en altitude et l'élevage a été p r e s q u e c o m p l è tement abandonné.
L ' i n t e r v e n t i o n d e l'Etat a eu t o u s les effets q u ' o n pouvait en a t t e n d r e : m a i n t i e n
sur place et m ê m e r e t o u r des g e n s au p a y s , brassage de p o p u l a t i o n p a r l'arrivée
d ' u n certain n o m b r e de fonctionnaires é t r a n g e r s , acceptés n o n sans vives réticences parfois, arabisation par le biais d ' u n e scolarisation de p l u s en p l u s é t e n d u e . Si
les vieilles générations restent p r o f o n d é m e n t attachées aux dialectes berbères locaux,
les jeunes qui sont à présent en majorité les ignorent et se désintéressent de leur passé.
T o u t ce q u i faisait q u ' i l y avait d a n s l'Aurès u n style de vie particulier et n o n
p o i n t u n i f o r m e a d i s p a r u . D i s p a r u l'habitat t r a d i t i o n n e l si p a r f a i t e m e n t a d a p t é au
milieu n a t u r e l d a n s lequel il se fondait : les vieilles d e c h r a p e r c h é e s ont été aband o n n é e s , les familles ont bâti des m a i s o n s en p a r p a i n g s sur le v e r s a n t des vallées,
à p r o x i m i t é de la r o u t e . D i s p a r u e s les guelaa si caractéristiques d e l'Aurès central
et d ' u n e é c o n o m i e essentiellement pastorale. D i s p a r u tout ce q u i caractérisait la
société féminine. Si M a t h é a G a u d r y avait eu à réécrire sa «Femme chaouïa de l'Aurès»
à laquelle elle avait consacré tant de pages, q u e lui serait-il resté à d i r e ? D i s p a r u e s
les activités des d e u x sexes et de ce fait t o u t e s les célébrations de caractère agraire
de m ê m e q u e t o u t e s les règles de vie contraires à l ' o r t h o d o x i e . T o u t à p r é s e n t s'est
u n i f o r m i s é sur le m o d è l e u r b a i n .
O n signale toutefois la s u r v i v a n c e de liens a n c i e n s : la fraction q u i avait s u r v é c u
à la création des d o u a r s aurait e n c o r e u n e certaine réalité. O n voit ici et là les djem a a issus de la collectivité de b a s e p r e n d r e en m a i n s ses affaires q u e les autorités
c o m m u n a l e s officielles — t r o p lointaines — négligeraient. Elles s ' o c c u p e r a i e n t de
l'entretien des sources et des r é s e a u x d ' i r r i g a t i o n , de la création d e pistes m u l e t i è res ou carrossables (chaque famille p a r t i c i p a n t en n o m b r e de j o u r n é e s de travail
ou en équivalent argent) construction de mosquées rurales toujours identiques, règlem e n t s des litiges locaux, délégations a u p r è s des m u n i c i p a l i t é s ( M . C ô t e , 1988).
Il semble en r e v a n c h e que t o u t e vie culturelle ait disparue et q u e les m o n t a g n a r d s
de l ' A u r è s ne p a r t i c i p e n t g u è r e au r e n o u v e a u , si sensible d a n s ce d o m a i n e chez
les K a b y l e s , chez certaines collectivités m a r o c a i n e s et aussi d a n s u n e m e s u r e m o i n d r e chez les T o u a r e g s .
BIBLIOGRAPHIE
AGERON Ch.-R., Les Algériens musulmans et la France 1871-1919», Paris, P U F , 1968.
Histoire de l'Algérie contemporaine, 1930-1964, Paris P U F , 1964.

1138 /

Aurès

Maison de Bouzina (photo J. Revault).
L'Algérie algérienne de Napoléon III à de Gaulle, Sindbad, Paris, 1980.
AMIN S., Le Maghreb moderne, Paris, Ed. de Minuit, 1971.
BARADEZ J., Fossatum Africae, Recherches aériennes sur l'organisation des confins sahariens à
l'époque romaine, Arts et métiers graphiques, Paris, 1949.
BERNARD A., L'Algérie, Alcan, Paris, 1929.
BIREBENT J., Aquae Romanae, recherches d'hydraulique romaine dans l'Est algérien, Alger Service des Antiquités de l'Algérie, 1962.
BITAT Rabah, « Comment nous avons préparé le 1 novembre 1954, L'Express du 3 novembre 1979, p. 68-69.
BOCHER Ch., « Prise de Narah, souvenir d'une expédition dans le dejbel Aurès », Revue des
Deux Mondes, 1 mai 1857, livraison du 15 juin, p. 855, 874.
BRAUDEL F., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Armand Colin,
Paris, 1966.
BRUNSCHVIG R., La Berbérie orientale sous les Hafsides, des origines à la fin du XI siècle, Paris,
1940.
CAMBUZAT P.-L., L'évolution des cités du Tell en Ifrikya du VI au XI siècle, Office des Publications universitaires, Alger, 1986.
er

er

e

e

e

Aurès / 1139
CARBUCCIA Col., Description des ruines situées sur la route suivie par la colonne du général de
Saint Arnaud mais juin 1850 dans les Nementchas et dans l'Aurès.
COLOMBE M., L'Algérie turque. Initiation à l'Algérie, Adrien Maisonneuve, Paris, 1957.
COLONNA F., «L'islah en milieu paysan : le cas de l'Aurès 1936-1938», in Revue algérienne
des Sciences juridiques économiques et politiques, 1977, t. XIV, n ° 2, p . 277-289.
Id., « Saints furieux et saints studieux, ou dans l'Aurès, comment la religion vint aux tribus», E.S.C., 1980, mai-août, n° 3-4, p . 642-663.
Id., « La reconversion d'un lignage saint dans le nord-ouest de l'Aurès, xix -xx siècle », Histoire sociale de l'Algérie, Oran, 1983, n ° 4.
Id., Aurès-Algérie 1935-1936, Office des Publications universitaires Alger, Editions de la Maison
des Sciences de l'homme, Paris, 1987.
Id., Savants paysans. Eléments d'histoire sociale sur l'Algérie rurale, Office des Publications
universitaires, Alger, avril 1987.
COSSON, Rapport sur un voyage botanique en Algérie de Philippeville à Biskra et dans les Monts
Aurès, V. Masson, Paris, 1856.
COURRIÈRE Y., La guerre d'Algérie. Les Fils de la Toussaint. Le temps des léopards, Arthème
Fayard, 1968.
COURTOIS C , Les Vandales et l'Afrique, Arts et Métiers graphiques, Paris, 1955.
CÔTE M., L'Algérie ou l'espace retourné, Flammarion, 198.
DESCLOITRES et CORNET, «Commune et Société rurale en Algérie administration locale et
participation au développement dans l'Aurès», CASHA, Aix, 1968.
DESPOIS J., «La bordure saharienne de l'Algérie orientale, Revue Africaine, n° 392-393 ( 3
et 4 trim. 1942).
DIEHL Ch., L'Afrique byzantine, Paris, Leroux, 1896.
DRESCH J. et BIROT P., La Méditerranée et le Moyen Orient, t. I, La Méditerranée occidentale,
P U F , Paris, 1953.
EL-BEKRI, Description de l'Afrique septentrionale, traduction de Slane, Alger, 1857-1858, pp.
122-144, 168-177, 321-357.
EL-IDRISI, Le Maghreb au VI siècle de l'Hégire, traduction Hadj Saddok, Editions Publisud,
1983.
Encyclopédie de l'Islam, « AWRAS », t. I, 1960, p . 793, G. Yver.
EMERIT M., «Les Mémoires d'Ahmed Bey», Revue Africaine, t. XCIII, 1949, p . 65-125.
FALLOT, «Etude sur les Monts Aurès», Bulletin de la Société de Géographie de Marseille, t.
X et II, 1886.
Id., Au delà de la Méditerranée Kabylie, Aurès, Kroumirie.
FAUBLÉE URBAIN M . , «Magasins collectifs de l'Oued El Abiod» (Aurès), Journal de la Société
des Africanistes, vol. 2 1 , n ° 2, 1951, p . 139-150.
«Sceaux de magasins collectifs» (Aurès), Journal de la Société des Africanistes, vol. 25, 1955,
p. 19-23.
FORNIER N . , Notice sur l'Aurès 8 janvier 1845 (texte manuscrit déposé aux Archives historiques du Ministère de la Guerre).
GAUDRY M., La femme chaouïa de l'Aurès. Etude de sociologie berbère, Paris, T . Geuthner, 1929.
HADDAD M., Etude des mouvements de résistance et d'opposition du Constantinois du premier
quart du XX siècle, Thèse pour le doctorat du 3 cycle d'Histoire, Unité de Provence Aix
Marseille, 1978.
HADJ SADDOK M . , «A travers la Berbérie orientale d u XVIII siècle avec le voyageur AlWarthilani, Revue Africaine, t. XCV, 1951, pp. 314-396.
HARBI M., Le F.L.N. mirage et Réalité, des origines à la prise du pouvoir (1945-1962), Editions
J.A., 1980.
Journal de marche de la colonne de M . le Colonel Herbillon depuis le 16 au 29 juin 1845
jour où le corps d'opération a été dissou (Chez les Amamra), Archives Historiques du Ministère de la Guerre.
Journal de marche et opérations de la colonne expéditionnaire de l'Aurès aux ordres du lieutenant général (Bedeau), juin 1845, Archives Historiques du Ministère de la Guerre.
Journal de marche de la colonne placée sous les ordres du général de Saint Arnaud dans les
Nementchas et l'Aurès, mai-juin 1850, Archives Historiques du Ministère de la Guerre.
e

e

e

e

e

e

e

e

KERHUEL Y.G., « CHANT ET POÈMES DES BERBÈRES DE L'AURÈS, Simoun, Aspects de la littéra-

ture populaire en Algérie, 1957, p . 11-26.
KEUN O., Les oasis dans la montagne, Paris, Caïman Levy, 1919; L'Aurès inconnu, soleil,
pierres et guelaas, Paris, Société Française d'éditions littéraires et techniques, 1934.


Documents similaires


Fichier PDF world trade center prediction
Fichier PDF world trade center prediction
Fichier PDF mamiemezghena
Fichier PDF le royaume d oligon chapitre 23
Fichier PDF 9 juillet 2065 jean noel sarrail
Fichier PDF ibn sahl


Sur le même sujet..