16P7 REUSE Bois Olives Phase 3 4 08 11 16 .pdf



Nom original: 16P7_REUSE_Bois_Olives_Phase 3 _4_ 08_11_16 .pdfTitre: Microsoft Word - 16P7_REUSE_Bois_Olives_Phase 3 _4_ 08_11_16 .docx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.11.6 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 22/11/2016 à 10:03, depuis l'adresse IP 84.6.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 318 fois.
Taille du document: 4.6 Mo (43 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document




Commune de Saint-Pierre


Projet d’Investissement d’Avenir


Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises


Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions
d’expérimentation


Novembre 2016 - Version : 1C


ACOA Conseil
8 rue de l’amitié
97490 Sainte-Clotilde


contact@acoa-conseil.net


Indice

Date

Rédigé par

Validé par

Objet de l’indice

V1A

11/10/16

YU

ALC

Création document

V1B

24/10/16

YU

ALC

Modification suite commentaires MO

V1C

07/11/16

YU

ALC

Modifications suite réunion 26/10/16








Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation



Sommaire
1

RESUME ................................................................................................................................................. 5

2

QUALITE DES EAUX USEES ET GRISES BRUTES ....................................................................................... 13

3


USAGES AUTORISES ET OBJECTIFS DE QUALITE ASSOCIES EN FONCTION DE LA RESSOURCE ALTERNATIVE
14
3.1
3.2

USAGES AUTORISES ................................................................................................................................... 14
USAGES NON AUTORISES MAIS SANITAIREMENT COMPATIBLE (SELON AVIS ANSES) ............................................... 14

4

OBJECTIFS DE QUALITE VISES DES EAUX TRAITEES EN FONCTION DES USAGES ..................................... 15

5

LES SYSTEMES DE TRAITEMENTS DES EAUX GRISES ET DES EAUX USEES ............................................... 16
5.1
LES GRANDES FAMILLES DE TRAITEMENT ........................................................................................................ 16
5.2
LES SYSTEMES DE TRAITEMENT DES EAUX GRISES PERMETTANT D’ATTEINDRE LES OBJECTIFS DE QUALITE ANSES ........... 17
5.2.1 Les systèmes « sur-étagères » traitant les eaux grises .................................................................... 17
5.2.2 Retour d’expérience en France ........................................................................................................ 18
5.3
SYSTEME DE TRAITEMENT DES EAUX USEES EN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF AGREES ......................................... 19
5.3.1 Les filières agréés ............................................................................................................................ 19
5.3.2 Retour d’expérience à La Réunion et à Mayotte ............................................................................. 20

6

SCENARIOS ENVISAGES ET COUTS ASSOCIES ........................................................................................ 21
6.1
METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DIFFERENTS SCENARIOS ...................................................................... 21
6.2
SCENARIOS DE REUTILISATION DES EAUX GRISES TRAITEES .................................................................................. 22
6.2.1 Subventions ..................................................................................................................................... 22
6.2.2 Principes et objectifs des scénarios de réutilisation des eaux grises issues des salles de bain ........ 22
6.2.3 Scénario 1 et 2 ................................................................................................................................. 23
6.2.4 Scénario 3 ........................................................................................................................................ 25
6.2.5 Procédure réglementaire : demande de dérogation ........................................................................ 26
6.2.6 Contraintes sanitaires associés à la réutilisation des eaux grises .................................................... 26
6.3
SCENARIOS DE REUTILISATION DES EAUX USEES TRAITEES ................................................................................... 28
6.3.1 Prêts et aides financières ................................................................................................................. 28
6.3.2 Principe des scénarios de réutilisation des eaux usées (scénarios 4, 5 et 6) .................................... 30
6.3.3 Comparaison des coûts pour les particuliers en assainissement collectif et non collectif ............... 32
6.3.4 Hypothèses scénarios 4, 5 et 6 ........................................................................................................ 33
6.3.5 Résultats scénario 4, 5 et 6 .............................................................................................................. 33
6.3.6 Procédures et contraintes réglementaires associées à la réutilisation des eaux usées pour
l’irrigation ..................................................................................................................................................... 35

7

CONCLUSION DE L’ANALYSE DE SENSIBILITE REALISE SUR LES DIFFERENTS SCENARIOS ........................ 39

8

PROJET D’EXPERIMENTATION CANDIDATS AU PIA ............................................................................... 40














Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation



Liste des tableaux

TABLEAU 1: TABLEAU DE SYNTHESE DES SCENARIOS ETUDIES ................................................................................................. 9
TABLEAU 2 : ETENDUE DES CONCENTRATIONS DANS DIFFERENTS TYPES D’EAUX GRISES ET DANS LES EAUX USEES DOMESTIQUES POUR
LES PRINCIPAUX PARAMETRES PHYSIQUES ET CHIMIQUES (SOURCE : AVIS ANSES 2015 CONCERNANT LA REUTILISATION DES EAUX
GRISES) ............................................................................................................................................................ 13
TABLEAU 3 : USAGES AUTORISES DES EAUX USEES TRAITEES EN FONCTION DE LA CHARGE A TRAITER ............................................ 14
TABLEAU 4 : SYSTEME DE TRAITEMENT DES EAUX GRISES DE PETITE TAILLE (1 A 6 FOYERS ENVIRON) ........................................... 17
TABLEAU 5 : RETOUR D’EXPERIENCE CONCERNANT LA REUTILISATION DES EAUX GRISES EN FRANCE ............................................ 18
TABLEAU 6 : SYSTEMES AGREES DISPONIBLES A LA REUNION ............................................................................................... 19
TABLEAU 7 : LEÇONS A RETENIR DES STATIONS EXPERIMENTALES DE MAYOTTE (RAPPORT ONEMA/IRSTEA ) ............................ 21
TABLEAU 8 : COMPARAISON DES PRINCIPAUX RESULTATS DES SCENARIOS 1 ET 2 ..................................................................... 24
TABLEAU 9 : RESULTATS SCENARIO 3 ............................................................................................................................. 26
TABLEAU 10 : PLAFOND DE RESSOURCE POUR LES AIDES ANAH .......................................................................................... 28
TABLEAU 11 : PLAFOND ET TAUX DE SUBVENTION ANAH ................................................................................................... 29
TABLEAU 12 : COMPARATIF ENTRE ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF AVEC ET SANS SUBVENTIONS ............................ 32
TABLEAU 13 : RESULTATS SCENARIOS 4, 5ET 6 ................................................................................................................ 34
TABLEAU 14 : ANALYSE ET FREQUENCE D'ANALYSE A REALISER POUR LA REUTILISATION DES EAUX USEES TRAITEES ......................... 37
TABLEAU 15 : OBJECTIFS STRATEGIQUES RETENUES ET INDICATEURS ASSOCIES ........................................................................ 40














Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation



Liste des figures
FIGURE 1 : PRINCIPE DE REUTILISATION DES EAUX GRISES ..................................................................................................... 8
FIGURE 2 : SYNOPTIQUE REPRESENTANT LE PRINCIPE DE REUTILISATION ENVISAGE A PARTIR DES EAUX USEES TRAITEES ISSUES
D’ASSAINISSEMENTS NON COLLECTIFS ...................................................................................................................... 8
FIGURE 3 : MAISONS INDIVIDUELLES : LIENS ENTRE L’ACTION D’AUTONOMIE ALIMENTAIRE ET L’ACTION DE REUTILISATION DES EAUX
USEES .............................................................................................................................................................. 11
FIGURE 4 : LOGEMENTS COLLECTISF : LIENS ENTRE L’ACTION D’AUTONOMIE ALIMENTAIRE ET L’ACTION DE REUTILISATION DES EAUX
USEES .............................................................................................................................................................. 12
FIGURE 5 : USAGES SANITAIREMENT COMPATIBLES DES EAUX GRISES TRAITEES SELON AVIS ANSES 2015 ET POIDS DE CES USAGES
DANS LA CONSOMMATION AEP D’UN FOYER TYPE DE BOIS D’OLIVES ........................................................................... 15
FIGURE 6 : PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DU FILTRE PLANTE (AQUATIRIS) ........................................................................... 21
FIGURE 7 : PRINCIPE DE REUTILISATION DES EAUX GRISES ................................................................................................... 23
FIGURE 8 : DECOMPOSITION DES COUTS D'INVESTISSEMENT (SCENARIO 1 ET 2) ...................................................................... 24
FIGURE 9 : DECOMPOSITION DES COUTS D'INVESTISSEMENT (SCENARIO 3) ............................................................................ 26
FIGURE 10 : EXEMPLE DE DISCONNEXION VISIBLE PAR SURVERSE TOTALE (SOURCE : SYSTEMES D’UTILISATION DE L’EAU DE PLUIE DANS
LE BATIMENT, REGLES ET BONNES PRATIQUES A L’ATTENTION DES INSTALLEURS, MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT) .............. 27
FIGURE 11 : SYNOPTIQUE REPRESENTANT LE PRINCIPE DE REUTILISATION ENVISAGE A PARTIR DES EAUX USEES TRAITEES ISSUES
D’ASSAINISSEMENTS NON COLLECTIFS .................................................................................................................... 30
FIGURE 12 : SCENARIO 6 : EXEMPLE D’IMPLANTATION DES ANC ET POSITIONNEMENT DES BESOINS ........................................... 31
FIGURE 13 : DECOMPOSITION DES COUTS D'INVESTISSEMENT (SCENARIO 4,5 ET 6) ................................................................ 34












Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


1

Résumé

Résultats de la phase 2 : Vulnérabilité de la ressource et du quartier




Résultats de la phase 2 : Opportunités de réutilisation
La phase d’analyse des opportunité de l’étude, reposant sur une approche quantitative, a permis de
conclure qu’il existait un gisement important d’eaux grises et d’eaux usées sur le quartier, de cibler et
d’évaluer la demande potentielle de réutilisation des eaux traitées pour l’alimentation des chasses
d’eau où l’irrigation de potager ou d’espaces verts sur Bois d’Olives.
Les eaux de salle de bain représenteraient 39% de la consommation AEP et les chasses d’eau
consomment 20% du volume d’AEP. Les eaux usées représentent environ 80 % de la consommation



Version 1C - Novembre 2016

5



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


AEP, compte tenus des autres usages. Les eaux de pluie adaptées à différents usages ne
permettraient de couvrir que 10% des volumes moyens consommés actuellement.
Le présent rapport regroupe les phases 3 et 4 de l’étude. Il a pour objectif de vérifier la faisabilité
réglementaire, technique et économique de la réutilisation des eaux grises et/ou des eaux usées
(phase 3) appliquée à des scénarios types d’habitat. Les propositions d’expérimentation sont
élaborées en fonction de cette première analyse croisée avec les opportunités identifiées sur le
quartier de Bois d’Olives, sur la ressource et sur les usages potentiels individuels ou collectifs.
Différences de qualités eaux grises / eaux usées
La comparaison des caractéristiques des eaux grises et des eaux usées brutes établie dans le cadre
des avis ANSES fait apparaitre des eaux grises issues de salle de bain 3 à 6 fois moins chargées en
matière organique et MES que les eaux usées. Comme elles sont moins chargées, elles permettent
d’atteindre une qualité plus importante des eaux traitée pour la réutilisation pour la chasse d’eau. En
revanche cela impose une séparation des réseaux au niveau des habitations, contraignante dans le
cas du bâti existant.
Cadre réglementaire et risques sanitaires
L’analyse du cadre réglementaire montre que seule une réutilisation des eaux usées ou grises
traitées pour l’irrigation est autorisée à l’heure actuelle moyennant un traitement adapté. Pour
l’habitat individuel (< 20 EH), l’arrêté du 7/09/09 modifié limite la réutilisation des eaux usées
traitées à l’arrosage souterrain de végétaux non destinés à la consommation humaine.
L’Anses a cependant émis un avis concernant la réutilisation des eaux grises pour les usages
domestiques. Cet avis conclut que les eaux grises traitées seraient compatibles avec l’alimentation
des chasses d’eau, l’irrigation et le lavage des surfaces extérieures à basse pression. Hors cadre
réglementaire ces utilisations sont réalisées dans le cadre d’expérimentation et nécessite une
dérogation préfectorale au titre de l’article R1321-57 du code de la santé publique pour l’utilisation
d’eau non potable à l’intérieur d’un bâtiment.
Objectifs de qualité à atteindre
Les niveaux de traitement exigés dépendent des usages retenus pour les ressources.
Pour alimenter les chasses d’eau, les niveaux de traitement recommandés par l’ANSES sont plus
exigeants et ne pourront s’appliquer qu’aux eaux grises. Le gisement d’eaux grises étant a priori
excédentaire par rapport aux besoins liés aux chasses d’eau, les eaux grises traitées seront
préférentiellement affectées aux chasses d’eau puis le surplus à l’irrigation du jardin.
L’objectif de qualité retenu pour le traitement des eaux usées (incluant les eaux grises) sera la qualité
A au sens de l’arrêté modifié du 02/08/10 pour l’irrigation.
Système de traitement des eaux grises
La majorité des systèmes retenus par les fabricants de système de traitement des eaux grises
individuelles sont basés sur des traitements de type Bioréacteur à Membrane (« MBR »). Ce système
présente en effet l’avantage d’assurer une qualité quasi constante en sortie de traitement même si le
flux à traiter varie en amont, grâce à la membrane de micro/ultrafiltration qui créée un obstacle
physique pour la majorité des polluants. Ce système possède cependant le désavantage de
consommer plus d’énergie (pompe pour mise en pression du flux à traiter nécessaire) et d’être plus
cher à l’achat.
Des systèmes sans membranes (biologiques ou phyto-épuration) se démarquent concernant la
consommation d’énergie faibles et les coûts d’investissement plus faible que les autres systèmes
basés sur des membranes.



Version 1C - Novembre 2016

6



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


Opportunités liées à la récupération des eaux usées pour l’irrigation
L’ensemble de Bois d’Olives est classé en zonage collectif par le schéma directeur eau usée mais 60%
des abonnés sur la zone sont toujours en assainissement non collectif. L’analyse comparée des coûts
globaux annuels associés à ces deux modes d’assainissement, a montrée des coûts pouvant être
similaires entre une filière classique ANC (Fosses septique + drainage) et l’assainissement collectif.
Les systèmes agréés (Filtre compact, planté, micro-station) sont en moyenne 45% plus chers, en
raison d’un cout d’investissement plus élevé, avec une emprise réduite de 50 à 75% par rapport aux
systèmes classiques. Cependant avec une subvention de 50%, la filière classique peut être jusqu’à
37% moins chères et la filière compacte 14% moins chère que l’assainissement collectif. La filière
d’assainissement non-collectif peut être moins chère que la filière d’assainissement collectif.
A l’heure actuelle, le zonage d’assainissement sur l’ensemble du quartier de Bois d’Olives, est
collectif et les foyers ont obligations de se raccorder lorsqu’ils sont raccordables. Le schéma directeur
d’assainissement sera révisé courant 2017 et pourrait intégrer une évolution sur ce quartier.
Système de traitement agréé des eaux usées permettant la réutilisation des eaux usées traitées
pour l’irrigation
Les systèmes de traitement agréés référencés à La Réunion permettent d’atteindre la qualité A sur
les paramètres DCO et MES mais pas sur les micro-organismes. Un traitement de désinfection est
donc nécessaire afin d’atteindre la qualité A. En-dessous de 20 équivalents-habitants l’irrigation à la
parcelle à partir des eaux usées traitées est seulement autorisée pour les végétaux non destinés à la
consommation humaine et l’irrigation doit se faire de manière souterraine. Au-dessus de 20 EH,
l’irrigation de végétaux destinés à la consommation est envisageable.
Scénarios de réutilisation considérés
Les scénarios de réutilisation des eaux usées et grises ont été établis à partir des opportunités sur la
ressource eau usées / eaux grises et sur les opportunités de réutilisation identifiées sur le quartier et
des porteurs de projet potentiels :




Opportunités concernant la ressource
o Nécessité de mise en conformité des systèmes d’assainissement non collectif de
nombreuses maisons individuelles sur Bois d’ Olives
o Concentration importante de foyer dans les logements collectifs de Bois d’Olives
diminuant la longueur des réseaux nécessaires pour collecter les eaux grises de salles
de bain et distribuer les eaux grises traitées vers les chasses d’eau. Cela permet aussi
d’avoir un système de traitement de plus grande capacité (économie d’échelle).
Opportunités de réutilisation
o Alimenter les chasses d’eau de logements collectifs (immeubles KARITI, LES OLIVIERS,
BOIS DE ROSE, VETYVER) à partir d’eaux grises
o Alimentation des chasses d’eau de maisons individuelles à partir d’eaux grises
o Irrigation jardin/ potager maison individuelle, espaces verts ou potager collectif
o Irrigation du projet de Serre du foyer Albert Barbot et de la serre de la CIVIS (besoin
estimé à 1 100 m³/an)
o Besoins en Irrigation de la commune :
§ Projet de la ZAC Bois d’Olives (besoin 16 800 m³/an prévu, alimenté par la
Saphir),
§ du complexe sportif (11 185 m³ en 2015 alimentation par réseau AEP),
§ du stade de Bois d’Olives (13 935 m³ en 2015 alimenté par la Saphir),
§ de la rue Hippolyte Piot (1434 m³ en 2015, alimenté par le réseau AEP)
§ du rond-point de l’Allée des Bois Noirs (224 m³ en 2015, alimenté par le
réseau AEP)




Version 1C - Novembre 2016

7



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


En fonction de l’origine de l’eau, le prix de l’eau pour l’irrigation n’est pas le même. A titre
d’exemple, un particuliers paie environ 1,18€ /m³ consommé AEP et la commune paie 0,1929 € / m³
pour un raccordement SAPHIR.
Le croisement des opportunités sur la ressource et sur la réutilisation ont amené à établir et chiffrer :

1.

3 scénarios de réutilisation des eaux grises qui permettent d’analyser la sensibilité aux
changements d’échelle du projet et à la typologie des bâtiments (neufs ou anciens).

Chasse
d’eau

Surplus pour
l’irrigation

Eau traitée
Eau grise de salle de bain



Figure 1 : Principe de réutilisation des eaux grises



3 autres scénarios ont été établis concernant la réutilisation des eaux usées afin d’analyser
o la combinaison de la mise en conformité d’assainissements non collectifs avec la
réutilisation des eaux usées traitées pour l’irrigation.
o les effets d’échelles (6 maisons pour le scénario 4 et 60 maisons pour le scénario 5)
o La possibilité de réutiliser une partie des eaux usées générées par le foyer Albert
Barbot


Figure 2 : Synoptique représentant le principe de réutilisation envisagé à partir des eaux usées traitées issues
d’assainissements non collectifs

Les scénarios sont donc les suivants :
1. Récupération des eaux grises d’un immeuble collectif ancien et alimentation des chasses
d’eau de 82 logements
2. Récupération des eaux grises d’un immeuble collectif neuf et alimentation des chasses d’eau
de 82 logements



Version 1C - Novembre 2016

8

Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation




3. Récupération des eaux grises issues de 6 maisons individuelles anciennes pour alimenter
leurs chasses d’eaux
4. Mise en conformité de 6 assainissements non collectifs et récupération des eaux usées
traitées pour irriguer un potager collectif
5. Mise en conformité de 60 assainissements non collectifs et récupération des eaux usées
traitées pour irriguer le stade de Bois d’Olives
6. Récupération d’une partie du flux d’eau usée pour alimenter le projet de serre du foyer
Albert Barbot et le projet de pépinière de la CIVIS

Bilan des scénarios
Le tableau ci-après synthétise les résultats concernant les différents scénarios étudiés :
Tableau 1: tableau de synthèse des scénarios étudiés
Scénario technique

Ressource
Volumes d’eau
traitée produit

Usages ciblés

Traitements

Investissement
Subvention 50%
Coût d’entretien

1
Collectif ancien
eaux grises

2
Collectif neuf
eaux grises

Eaux grises SDB
70 logements
ancien
4900 m³/an
13,5 m³/j

Eaux grises SDB
70 logements
neuf
4900 m³/an
13,5 m³/j
Chasse d’eau
Chasse d’eau de
82 logements +
arrosage
espaces verts
Pré traitement,
traitement
biologique, UV,
MBR ou phytoépuration
184 000
92 000 €
6 000 €/an

Chasse d’eau de
82 logements +
arrosage
espaces verts
Pré traitement,
traitement
biologique, UV,
MBR ou phytoépuration
206 800
103 400 €
6 000 €/an

3
6 maisons
individuelles
anciennes eaux
grises
Eaux grises SDB
6 maisons
individuelles
400 m³/ an
1,1 m³/j
Chasse d’eau 6
maisons +
arrosage jardin
Pré traitement,
traitement
biologique, UV,
MBR ou phytoépuration
32 780 €
16 390€
1220 €/an

Economie annuelle

8 780€ /an
+2%/an

8 780€ /an
+2%/an

1 000€ /an
+2%/an

Temps de retour (y
compris
subvention)

33 ans

30 ans

>100 ans

Bénéfices
environnementaux

Croissance
isopression sur
la ressource en
eau : l’eau
potable
économisée
permettrait
d’alimenter 23
foyers
Confort
climatique
espaces verts

Croissance
isopression sur
la ressource en
eau : l’eau
potable
économisée
permettrait
d’alimenter 23
foyers
Confort
climatique
espaces verts

Croissance
isopression sur
la ressource en
eau : l’eau
potable
économisée
permettrait
d’alimenter 2
foyers
Confort
climatique
espaces verts

4
6 maisons
individuelles
eaux usées

5
60 maisons
individuelles
eaux usées

Eaux usées 6
maisons
individuelles
1000 m³/ an
2,7 m³/j

Eaux usées 60
maisons
individuelles
10 000 m³ / an
27 m³/j

Irrigation
potager collectif
ou espaces verts

Irrigation
potager collectif
ou espaces verts

Irrigation
Pépinière Civis
et Serre Foyer
Albert Barbot

Filière agréée
ANC à la parcelle
+ désinfection

Filière agréée
ANC à la parcelle
+ désinfection

Filière agréée+
désinfection

89 100 €
44 550 €
1 320€/an

722 700 €
361 350 €
10 830€/an
20 600€ /an
+2%/an (1€/m³
AEP)
11 930€ /an
+2%/an
(0,19€/m³
SAPHIR)
52 ans (1€/m³)
>100 ans (0,19
€/m³)
Croissance
isopression sur
la ressource en
eau : l’eau
potable
économisée
permettrait
d’alimenter 50
foyers
Confort
climatique
espaces verts

82 500 €
41 250 €
1330€/an
2018 € /an
+2%/an (1€/m³
AEP)
1131€ /an
+2%/an
(0,19€/m³
SAPHIR)
61ans (1€/m³)
>100 ans (0,19
€/m³)
Croissance
isopression sur
la ressource en
eau l’eau
potable
économisée
permettrait
d’alimenter 5
foyers
Confort
climatique
espaces verts

2000€ /an
+2%/an (1€/m³
AEP)
1193€ /an
+2%/an (0,19
€/m³ SAPHIR)
65 ans (1€/m³)
>100 ans (0,19
€/m³)
Croissance
isopression sur
la ressource en
eau : l’eau
potable
économisée
permettrait
d’alimenter 5
foyers
Confort
climatique
espaces verts

6
Foyer Albert
Barbot
Eau usée du
foyer
1 100 m³/an


L’analyse de sensibilité réalisée montre :




Version 1C - Novembre 2016

9



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation






l’importance des économies d’échelle des projets de réutilisation (plus il y a de personnes
raccordées plus le projet est intéressant)
Les scénarios 1, 2 ont un temps de retour proche de 30 ans en prenant en compte une
subvention PIA de 50%.
Le prix relativement bas de l’eau à La Réunion handicape l’économie des projets de
réutilisation des eaux grises / usées.

D’autres économies associées à ces scénarios n’ont pu être quantifiées (moindre investissement dans
les réseaux de collecte, refoulement des eaux usées, amélioration du confort thermique grâce à
l’arrosage d’espaces verts…), elles auraient amélioré le temps de retour.
Projet d’expérimentation de la réutilisation des eaux usées/grises retenues pour le PIA et actions
pour l’autonomie alimentaire associées
Les actions entreprises en parallèle dans le cadre du PIA pour étudier la mise en place d’une
autonomie alimentaire du quartier engendrent un besoin supplémentaire en eau et particulièrement
les actions suivantes :






Action 1 concernant la mise en culture biologique des parcelles des cases à terre du quartier
de Bois d’Olives. Cette action prévoit la création d’un jardin de formation d’environ 1 ha et la
formation d’environ 100 personnes. En considérant une consommation d’eau d’environ
500 l/an/m² et la création d’un potager de 25m² chez chaque personne ayant été formée et
en considérant que la moitié de la surface du centre de formation sera irriguée, on peut
estimer que cette action générera un besoin d’eau d’environ 3 700 m³/an
Action 2 : Développer le jardinage dans les résidences du quartier de Bois d’Olives, qui vise
entre autre à la réalisation d’un jardin collectif sur la résidence des Oliviers SHLMR en
rajoutant 29 jardins privatifs sur la résidence (725 m² nécessaires au total =>360m³/an)
Action 3 : Mobiliser le foncier public et/ou les équipements et partenaires du quartier pour
favoriser l’accès aux produits bio aux habitants du quartier de Bois d’Olives et toucher tous
les publics.

A la suite de l’analyse de sensibilité des scénarios de réutilisation et l’analyse des actions liées à
l’autonomie alimentaire, la commune de Saint-Pierre a choisi de retenir 3 projets d’expérimentation
candidats au programme d’investissement d’avenir :





Un projet de réutilisation d’eaux grises traitées pour l’alimentation des chasses d’eau d’un
immeuble collectif neuf de 82 logements basé sur le scénario 2 (en lien avec l’action 2
d’autonomie alimentaire)
Un projet de réutilisation des eaux usées basé sur le scénario 5 (en lien avec l’action 1
d’autonomie alimentaire)
Un projet de réutilisation des eaux usées basé sur la réutilisation d’une partie des eaux usées
générées par le foyer Albert Barbot pour alimenter le projet de serre et de pépinière en aval
(scénario 6)

Ces projets d’expérimentations
Les deux graphiques suivants présentent les liens entre les actions pour l’autonomie alimentaire et la
réutilisation des eaux grises pour les maisons individuelles et les logements collectifs.




Version 1C - Novembre 2016

10



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation





Figure 3 : Maisons individuelles : liens entre l’action d’autonomie alimentaire et l’action de réutilisation des eaux usées




Version 1C - Novembre 2016

11



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation




Figure 4 : logements collectisf : liens entre l’action d’autonomie alimentaire et l’action de réutilisation des eaux usées




Version 1C - Novembre 2016

12



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


2

Qualité des eaux usées et grises brutes

Les eaux grises représentent environ 74% des eaux usées générées par un abonné moyen. Si on ne
s’intéresse qu’aux eaux grises générées par la salle de bain, celles-ci représentent 41 % des eaux
usées générées par un abonné moyen.
Le tableau ci-après compare la qualité des eaux grises avec la qualité des eaux usées.
Tableau 2 : Etendue des concentrations dans différents types d’eaux grises et dans les eaux usées domestiques pour les
principaux paramètres physiques et chimiques (Source : Avis Anses 2015 concernant la réutilisation des eaux grises)


Les teneurs dans les principaux paramètres sont similaires entre les eaux grises globales et les eaux
usées domestiques à l’exception des teneurs en azote et phosphore qui sont globalement mois
concentrées dans les eaux grises globales.
Cependant, les concentrations observées dans les eaux grises issues de la salle de bain sont moins
concentrées que les eaux usées domestiques :






Environ 6 fois moins pour les MES
Environ 3 fois moins pour la DBO5
Environ 2 fois moins pour la DCO
Environ 7 fois moins d’azote
Environ 9 fois moins de phosphore

La récupération des eaux grises issues des salles de bain présente donc un intérêt car elles sont
moins concentrées. Elles nécessitent donc un traitement potentiellement moins important que les
eaux usées, ou, à traitement égal, les eaux traitées auront une meilleure qualité.




Version 1C - Novembre 2016

13



3

Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation

Usages autorisés et objectifs de qualité associés en fonction de la ressource alternative
3.1

Usages autorisés

La réglementation actuelle ne permet pas la réutilisation des eaux usées ou des eaux grises traitées à
l’intérieur des bâtiments (article R.1321-1 du code de la santé publique), seule l’irrigation est
actuellement autorisée sous conditions :
Tableau 3 : Usages autorisés des eaux usées traitées en fonction de la charge à traiter
Flux amont à traiter
Installation de moins de
1,2 kg DBO5 (20 EH)
assainissement non
collectif (ANC)

Installation de plus de 1,2
kg DBO5 (20 EH)

Cadre réglementaire
Arrêté du 7 septembre 2009
modifié par arrêté du 7 mars
2012 => article 11

Arrêté du 2 août 2010 modifié
par arrêté du 24/06/14 et
26/04/16 et circulaire
interministérielle du 26/04/16

Usages autorisés

Type d’irrigation

Irrigation à l'exception de l'irrigation de
végétaux utilisés pour la consommation
humaine

Irrigation
souterraine de
végétaux dans la
parcelle,

Si l’eau usée traitée est de qualité A au sens de
l’arrêté : Irrigation de végétaux utilisés pour la
consommation humaine (cultures maraîchères,
fruitières et légumières), irrigation d’esp aces
verts accessibles au public

- Gravitaire (canaux,
rigoles),
- Localisée (goutte-
à goutte et microaspersion <200l/h
et<3,5 bar)
- Aspersion (asservi
à la vitesse du
vent)


La réutilisation des eaux de pluies est quant à elle encadrée par l’arrêté du 21/08/08. L'eau de pluie
collectée à l'aval de toitures inaccessibles peut être utilisée pour les usages suivants :





pour les usages domestiques extérieurs au bâtiment,
à l’intérieur des bâtiments pour l’évacuation des excrétas et le lavage des sols,
à titre expérimental pour lavage du linge si le dispositif de traitement est déclaré auprès du
ministère de la santé,
pour l’arrosage des espaces verts accessible au public en dehors des périodes de
fréquentation par le public.

Le cadre réglementaire de la réutilisation des eaux de pluies autorise plus d’usages que la
réutilisation des eaux usées/ grises. Le gisement est cependant beaucoup plus limité et moins bien
repartis dans le temps sur le quartier que le gisement d’eaux usées/ eaux grises traitées. Pour une
habitation individuelle, environ:




13 m³/mois d’eaux usées récupérables (abonné moyen consommation AEP de 210 m³/an),
9 m³/ mois d’eaux grises récupérables (abonné moyen consommation AEP de 210 m³/an),
entre 0 et 2 m³/mois d’eau de pluie issue des toitures (pour une surface de 100m² et un
stockage de 1 m³).

Vu qu’aucun cadre réglementaire n’existait pour la réutilisation des eaux grises pour des usages
domestiques intérieurs au bâtiment, l’ANSES a été saisie et a rendu un avis en 2015, voir paragraphe
suivant.
3.2

Usages non autorisés mais sanitairement compatible (selon avis ANSES)

L’avis de l’ANSES 2015 concernant la réutilisation des eaux grises a permis d’identifier les usages
domestiques sanitairement compatibles avec des eaux grises traitées. Le diagramme ci-après
présente ces usages et leurs poids respectifs dans la consommation AEP d’un foyer type :




Version 1C - Novembre 2016

14



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation




Figure 5 : Usages sanitairement compatibles des eaux grises traitées selon avis ANSES 2015 et poids de ces usages dans la
consommation AEP d’un foyer type de Bois d’Olives

Un seul usage intérieur au bâtiment a été considéré comme adapté à la réutilisation d’eaux grises
traitées par l’Anses : l’évacuation des excrétas. Les autres usages considérés comme adaptés sont le
lavage de surfaces extérieures au bâtiment sans génération d’aérosol (basse pression), et l’arrosage
(déjà autorisé dans l’arrêté du 02/08/2010 modifié, voir paragraphe précédent)
La réutilisation d’eaux grises traitées pour un usage domestique à l’intérieur du bâtiment nécessite
une dérogation préfectorale au titre de l’article R1321-57 du code de la santé publique. Une
discussion est en cours avec l’ARS pour cadrer le contenu de cette demande de dérogation.
4

Objectifs de qualité visés des eaux traitées en fonction des usages

A partir de l’analyse du contexte réglementaire et des usages potentiellement visés sur le quartier
deux objectifs de qualité ont été retenus :




Pour la réutilisation d’eaux grises pour l’évacuation des excrétas, les préconisations de
l’ANSES ont été retenues :
o E. Coli et entérocoques intestinaux non détecté/100ml,
o Turbidité <2NFU au point d’usage,
o MES<10mg/l ,
o DBO5 <10 mg/l,
o COT <5 mg/l,
o résiduel en chlore libre entre 0,1 et 0,5 mg/l si il y a chloration
Pour la réutilisation des eaux grises et usées pour l’irrigation la qualité A de l’arrêté du
02/08/10 modifié a été retenue, car elle permet d’irriguer les cultures maraîchères, fruitières
et légumières non transformées par un traitement thermique:
o MES inférieures à 15 mg/l,
o DCO inférieure à 60 mg/l,
o Abattement en log supérieur ou égal à 4 pour les Entérocoques fécaux, les Phages
ARN F-spécifiques et les Spores de bactéries anaérobies sulfitoréductrices,
o Escherichia coli inférieure à 250 UFC/100ml




Version 1C - Novembre 2016

15



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


Le traitement nécessaire des eaux grises pour être réutilisé pour la chasse d’eau étant plus poussé
que pour l’irrigation, et les économies réalisées sur la facture étant plus importantes en réutilisant
pour la chasse d’eau que pour l’irrigation, les eaux grises traitées seront préférentiellement
réutilisées pour l’alimentation de la chasse d’eau, les eaux non utilisée par la chasse d’eau seront
utilisées pour l’irrigation du jardin.
5

Les systèmes de traitements des eaux grises et des eaux usées
5.1

Les grandes familles de traitement

La réutilisation directe des eaux grises provenant de la salle de bain pour l’arrosage du jardin, bien
qu’interdite (le traitement des eaux usées/ grises est obligatoire avant épandage), est pratiquée de
manière traditionnelle dans de nombreux pays y compris La Réunion. Les eaux sont directement
épandues sans stockage préalable (risque de fermentation).
L’objectif du traitement des eaux usées ou des eaux grises est de traiter les solides, la matière
organique et les organismes pathogènes.
Les systèmes de traitements varient en complexité et en efficacité. Ils sont généralement classifiés en
fonction du principe de traitement utilisé : traitement physique, chimique et biologique, le plus
souvent une combinaison de ces principes.
La plupart des systèmes sont composés des étapes suivantes :




Un prétraitement consistant à réduire la quantité de particules solides d’huile et de graisse
Un traitement principal qui permet d’abattre la matière organique
Un post-traitement permettant d’atteindre les objectifs fixés concernant l’abattement en
microorganismes pathogènes

Les principaux types de traitement biologique pouvant être appliqués pour abattre la matière
organique sur les eaux usées / eaux grises sont les suivants:








Les systèmes à réacteur discontinu « SBR » (Sequencing batch reactor), utilisent le principe
des boues activées qui se déroule généralement dans deux bassins : un bassin brassé et aéré
mettant en contact la matière organique en suspension avec les bactéries puis un bassin de
décantation. Le système SBR ne nécessite qu’une seule cuve, les étapes d’agitation puis de
décantation ont lieu de manière séquencée dans la même cuve.
Les bioréacteurs à membrane « MBR » (Membrane BioReactor), ce système est divisé en
deux étapes : une étape de traitement biologique dans un bioréacteur à boues activées puis
une étape de traitement physique sur membrane (ultra ou microfiltration) permettant de
retenir les matières en suspension et les organismes pathogènes.
Les réacteurs à lit fluidisé FBR (Fluidized Bed Reactor), qui sont constitués d’une colonne
garnie de particules traversé par un fluide qui met en suspension les particules (fluidisation).
Cette mise en suspension permet d’avoir un bon contact entre le fluide à traiter et les
particules qui jouent le rôle de support pour les bactéries.
La phyto-épuration, ces systèmes sont composés de lits plantés de roseaux, d’étang artificiels
ou de lagunes. Ces systèmes reposent sur les bactéries épuratrices naturellement présentes
dans le sol et la capacité épuratrice des plantes. Ils sont souvent composés de deux étages :
un premier étage pour retenir les particules solides et un deuxième pour affiner l’épuration.




Version 1C - Novembre 2016

16



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


5.2
5.2.1

Les systèmes de traitement des eaux grises permettant d’atteindre les objectifs de qualité
ANSES
Les systèmes « sur-étagères » traitant les eaux grises

Le traitement des eaux grises est un pré-requis pour atteindre l’objectif de qualité fixé par l’avis de
l’ANSES pour la réutilisation des eaux grises traitées pour l’alimentation des chasses d’eau.
Le tableau ci-dessous présente un comparatif de systèmes spécifiquement étudiés pour la
réutilisation des eaux grises à petite échelle (entre 1 et 6 foyers) et disponibles « sur étagères ».
1

Tableau 4 : Système de traitement des eaux grises de petite taille (1 à 6 foyers environ)
Capacité
(l/j)

Traitement

Energie
consommée
kWh/ m³

Investissement
(€, coût
métropole)

Investissement
(€/m³/j)

Aquaclarus

Super Natural
Grey

1300

Préfiltre, réacteur
biologique,
ultrafiltration, UV,
stockage eau traitée

1,46

nc

nc

Aqua-Pluvia

Aquanus

300

Préfiltre, stockage eau
préfiltrée, ultrafiltration,
stockage eau traitée

nc

nc

nc

Dehoust

GEP
Wassermanager
WME-4

300

Préfiltre, MBR, stockage
eau traitée

6

5400

18 000

Ewu Aqua

IClear 200 indoor

200

Préfiltre, MBR, stockage
eau traitée

6,5

5800

29 000

Green life Gmbh

GWI 1.0-250
Indoor

250

Préfiltre, MBR, stockage
eau traitée

6

4800

19 200

Hans Grohe

Pontos AquaCycle
2500

2000

Préfiltre, 2 étapes de
filtration biologique, UV,
stockage eau traitée

1,25

6000

3 000

Hans Huber AG

GreyUse

1500

Préfiltre, MBR, stockage
eau traitée

3,8

nc

nc

Intewa

Aqualoop

400

Préfiltre, MBR, stockage
eau traitée

0,6

nc

nc

Mall
umweltsysteme

GW/600

600

Préfiltre, MBR, stockage
eau traitée

1,72

8900

14 800

Nubian water
Systems

GT 600

600

Préfiltre, stockage eau
préfiltrée, réacteur à lit
fixe et adsorption, UV,
stockage eau traitée

4,1

nc

nc

Remosa

GREM 500

500

Préfiltre, MBR, stockage
eau traitée

nc

8 000

16 000

Remosa

GREM 10000

10000

Préfiltre, MBR, stockage
eau traitée

nc

29 000

2 900

Spin Flow

Spin Flow
Grauswasser

500

Préfiltre, MBR, stockage
eau traitée

3

4300

8 600

Entreprise

Nom du produit



1

Simon Jabornig (2013) , Overview and feasibility of advanced grey water treatment systems for single
households, urban water journal, DOI : 10.1080/1573062X.2013.783086




Version 1C - Novembre 2016

17

Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation



Entreprise

Nom du produit

Capacité
(l/j)

Traitement

Energie
consommée
kWh/ m³

Investissement
(€, coût
métropole)

Investissement
(€/m³/j)

Water Gurus

Nova Grey

600

Préfiltre, MBR, UV
stockage eau traitée

nc

nc

nc

Weise Water
Systems

MicroClear
Aquacell 800

800

Préfiltre, MBR, stockage
eau traitée

2

4600

5 750

Aquatiris



2000

Phyto-épuration +
désinfection

nc

10000

5000

La majorité des systèmes retenus par les fabricants de système de traitement des eaux grises sont
basés sur le traitement MBR. Ce système présente en effet l’avantage d’assurer une qualité quasi
constante en sortie de traitement même si le flux à traiter varie en amont grâce à la membrane de
micro/ultrafiltration qui créée un obstacle physique pour la majorité des polluants. Ce système
possède cependant le désavantage de consommer plus d’énergie (pompe pour mise en pression du
flux à traiter nécessaire) et d’être plus cher à l’achat.
Des systèmes sans membranes (biologiques ou phyto-épuration) se démarquent concernant la
consommation d’énergie faible et les coûts d’investissement plus faibles que les autres systèmes
basés sur des membranes.
5.2.2

Retour d’expérience en France

Les trois systèmes de récupération des eaux grises réalisés en France, sont basés sur les traitements
suivants :
Tableau 5 : Retour d’expérience concernant la réutilisation des eaux grises en France
Type

Piscine de
l’Essonne
(2006)

Hôtel de 72
chambres en
Moselle (2012)

Origine des
eaux grises

Douches et
renouvelleme
nt des bassins

Douches

Utilisation
des eaux
grises

Lavage des
voiries de la
commune et
l’arrosage des
espaces verts

Chasse d’eau
des toilettes

Système de
traitement

Préfiltre, 2 étapes
de filtration
biologique, UV,
stockage eau
traitée (Hans
Grohe)

nc

Capacité

Investissement

remarques

120 000€

La filière de valorisation de ces
eaux a été très peu utilisée
après la mise en service puis
inutilisée du fait de l’apparition
de dysfonctionnements
techniques. Un défaut
d’entretien du dispositif aurait
conduit à des ruptures et
colmatages de canalisations
entrainant un arrêt de la
production d’eaux grises
traitées. Un manque
d’entretien du réacteur UV a
aussi été constaté.

18 m³/j

Nc

nc

ARS suit les résultats des
contrôles de surveillance
(aspect, couleur, odeur, pH,
température,
coliformes
totaux,
Escherichia
Coli,
entérocoques, numération des
germes revivifiables à 22°C,
36°C, chlore libre et total,
turbidité DBO5,DCO). Les
réseaux sont identifiés




Version 1C - Novembre 2016

18



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


Origine des
eaux grises

Type

Immeuble
d’habitation de
64
appartements
à Annecy

Salle de bain,
cuisines,
lavage du
linge,

Utilisation
des eaux
grises

Système de
traitement

Chasse d’eau
des toilettes

Filière
de
traitement avec
bioréacteur
à
membranes (BRM :
boues activées et
ultrafiltration) et
une chloration à
l’eau de javel. Les
eaux grises étaient
stockées avant et
après traitement

Capacité

10 m³/j

Investissement

remarques

Etude expérimentale de 1996
et 2001. Arrêté en 2001 en
raison de son coût élevé, jugé
non rentable pour l’exploitant
pour une capacité de 10 m³/j.
réseaux spécifiques.

nc


5.3
5.3.1

Système de traitement des eaux usées en assainissement non collectif agréés
Les filières agréés

Les filières de traitement classiques (fosse et épandage souterrain) ne permettent pas d’envisager
une réutilisation des eaux usées traitées car l’eau traitée n’est pas récupérable, ne permet pas
d’atteindre les seuils de qualité A de l’arrêté du 02/08/2010 modifié, et que les surfaces occupées
par ces systèmes sont trop importantes et incompatibles avec un objectif de densification du quartier
à long terme (plus de 70 m² pour environ 5EH).
Les systèmes agréés sont classés dans les catégories suivantes :





Filtres compacts
Filtres plantés
Les microstations à cultures libres
Les microstations à cultures fixées

Un tableau de synthèse présentant l’ensemble des systèmes agréés est présenté en annexe 1.
Parmi ces systèmes, 4 systèmes ont été recensés comme disponibles à la Réunion:
Tableau 6 : Systèmes agréés disponibles à La Réunion
Nom du dispositif

ECOFLO

Jardi-assainissement FV

EASYONE

STEPIZEN

Type de dispositif

Filtre compact : fibre coco

Filtre Planté vertical et
horizontal

Microstation à
culture libre : SBR

Microstation à culture
libre : Boues activées +
cultures fixées

Capacité max

5 à 20 EH

0 à 20 EH

0 à 20 EH

5 à 15 EH

Conso en Kwh

0 kWh (sauf relevage éventuel)

0 kWh (sauf relevage
éventuel

0,63 kWh/j

1,42 kWh/j

Qualité eau traitée

DCO<59 mg/l, MES<13 mg/l

DCO<60 mg/l, MES<15
mg/l

DCO<43 mg/l,
MES<14 mg

??

Oui mais le paramètre DCO est
limite : 59 mg/L en moyenne au
bout de 2 à 6 mois

Oui

Oui

Oui

FCI AquaTechnology

Aquatiris

DomEau

Absys

Compatible avec
qualité
A réutilisation?
(DCO<60 mg/l et
MES<15 mg/l)
Revendeur Réunion




Version 1C - Novembre 2016

19



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


Nom du dispositif

ECOFLO

Jardi-assainissement FV

EASYONE

STEPIZEN

Coût investissement

Fosse septique 3000 L + ECOFLO 4
EH + installation + livraison
=>8000 €

Etude + test infiltration :
1 100€

8k€ pour 5 EH

?

Curage
périodique

Curage périodique

4 m²

5 m²

Entretien

Surface

5.3.2

vidange fosse septique / 4 ans
Changement fibre coco /10ans,

8 m²

Filtres Verticals : 6 500 €
Coupe végétation / 1 à 2
ans
8 cm de compost sur le
filtre à retirer tous les 10
ans
15 m³

Retour d’expérience à La Réunion et à Mayotte

Différents retours d’expérience nous ont été communiqués :



Un système d’assainissement avec filtre compact à fibre de coco a été installé en 2014 à
l’Anse des cascades dans un milieu sensible (nappe affleurantes, site de l’ONF)
Environ 5 systèmes de phyto-épuration ont été installés par la société aquatiris à La Réunion.
Un système de traitement par phytoépuration a par exemple été installé chez des particuliers
à Sainte-Suzanne en 20162. Le chantier d’installation a duré une dizaine de jour. Un filtre
planté vertical a été installé qui est divisé en deux bacs, les eaux usées sont envoyés
alternativement sur l’un ou l’autre des bacs (Une fois par semaine, les propriétaires doivent
actionner manuellement deux vannes pour modifier l'alternance). Le filtre est protégé par
une grille qui empêche toute intrusion (animaux/objet). L’eau issue du filtre vertical est
ensuite amenée dans un filtre horizontal planté. Pour les propriétaires, l'entretien consiste
en un désherbage occasionnel, au fauchage annuel des roseaux ainsi qu'à un curage manuel,
tous les dix ans, du compost qui se crée en surface du filtre vertical




2

http://www.casemag.re/pratique/jardin-dassainissement-le-dispositif-qui-convaincra-les-sceptiques




Version 1C - Novembre 2016

20




Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation
Figure 6 : Principe de fonctionnement du filtre planté (aquatiris)



Filtre planté vertical d’Hachenoua en place depuis 2005 à Mayotte, 26 logements sont
raccordés avec une charge réelle de 50 EH. Les abattements obtenus sont importants (91%
DCO, 95% DBO5 et 93% MES). Les principales leçons à retenir de ce dispositif sont les
suivantes
3

Tableau 7 : Leçons à retenir des stations expérimentales de Mayotte (Rapport ONEMA/IRSTEA )


6

Scénarios envisagés et coûts associés
6.1

Méthodologie de détermination des différents scénarios

Les scénarios de réutilisation des eaux usées et grises ont été établis à partir des opportunités sur la
ressource eaux usées / eaux grises et sur les opportunités de réutilisation identifiées sur le quartier
et des porteurs de projet potentiels :




Opportunités concernant la ressource
o Nécessité de mise en conformité des systèmes d’assainissement non collectif de
nombreuses maisons individuelles sur Bois d’ Olives
o Concentration importante de foyer dans les logements collectifs de Bois d’Olives
diminuant la longueur des réseaux nécessaires pour collecter les eaux grises de salles
de bain et distribuer les eaux grises traitées vers les chasses d’eau. Cela permet aussi
d’avoir un système de traitement de plus grande capacité (économie d’échelle).
Opportunités de réutilisation
o Alimenter les chasses d’eau de logements collectifs (immeubles KARITI, LES OLIVIERS,
BOIS DE ROSE, VETYVER) à partir d’eaux grises
o Alimentation des chasses d’eau de maisons individuelles à partir d’eaux grises
o Irrigation jardin/ potager maison individuelle, espaces verts ou potager collectif
o Irrigation du projet de Serre du foyer Albert Barbot et de la serre de la CIVIS (besoin
estimé à 1 100 m³/an)
o Besoins en Irrigation de la commune :
§ Projet de la ZAC Bois d’Olives (besoin 16 800 m³/an prévu, alimenté par la
Saphir),
§ du complexe sportif (11 185 m³ en 2015 alimentation par réseau AEP),
§ du stade de Bois d’Olives (13 935 m³ en 2015 alimenté par la Saphir),
§ de la rue Hippolyte Piot (1434 m³ en 2015, alimenté par le réseau AEP)
§ du rond-point de l’Allée des Bois Noirs (224 m³ en 2015, alimenté par le
réseau AEP)



3

ONEMA, Traitement des eaux usées domestiques par filtres plantés de macrophytes, adaptation de la filière
au contexte tropical : état de l’art, Mai 2012




Version 1C - Novembre 2016

21



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


En fonction de l’origine de l’eau, le prix de l’eau pour l’irrigation n’est pas le même. A titre
d’exemple, un particuliers paie environ 1,18€ /m³ consommé AEP et la commune paie 0,1929 € / m³
pour un raccordement SAPHIR.
Le croisement des opportunités sur la ressource et sur la réutilisation ont amené à établir et chiffrer :



3 scénarios de réutilisation des eaux grises qui permettent d’analyser la sensibilité aux
changements d’échelle du projet et à la typologie des bâtiments (neufs ou anciens).
3 autres scénarios ont été établis concernant la réutilisation des eaux usées afin d’analyser
o la combinaison de la mise en conformité d’assainissements non collectifs avec la
réutilisation des eaux usées traitées pour l’irrigation.
o les effets d’échelles (6 maisons pour le scénario 4 et 60 maisons pour le scénario 5)
o La possibilité de réutiliser une partie des eaux usées générées par le foyer Albert
Barbot

Les scénarios sont donc les suivants :
1. Récupération des eaux grises d’un immeuble collectif ancien et alimentation des chasses
d’eau de 82 logements
2. Récupération des eaux grises d’un immeuble collectif neuf et alimentation des chasses d’eau
de 82 logements
3. Récupération des eaux grises issues de 6 maisons individuelles anciennes pour alimenter
leurs chasses d’eaux
4. Mise en conformité de 6 assainissements non collectifs et récupération des eaux usées
traitées pour irriguer un potager collectif
5. Mise en conformité de 60 assainissements non collectifs et récupération des eaux usées
traitées pour irriguer le stade de Bois d’Olives
6. Récupération d’une partie du flux d’eau usée pour alimenter le projet de serre du foyer
Albert Barbot et le projet de pépinière de la CIVIS
6.2
6.2.1

Scénarios de réutilisation des eaux grises traitées
Subventions

En France, la réutilisation des eaux grises n’est pas autorisée par la réglementation actuelle, aucun
système de subvention spécifique n’est donc en place à cet effet. Des financements peuvent
cependant être envisagées dans le cas d’études pilotes (programme d’investissement d’avenir…)
6.2.2

Principes et objectifs des scénarios de réutilisation des eaux grises issues des salles de bain

Les scénarios 1, 2 et 3 sont basés sur le même principe :



Récupération des eaux grises de salle de bain
Réutilisation des eaux grises pour l’alimentation de la chasse d’eau en priorité et utilisation
du surplus pour l’arrosage des espaces verts




Version 1C - Novembre 2016

22



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation



Chasse
d’eau

Surplus pour
l’irrigation

Eau traitée
Eaux grises de salle de bain


Figure 7 : Principe de réutilisation des eaux grises

Les scénarios 1 (Eaux grises immeuble ancien), 2 (Eaux grises immeuble neuf), 3 (Eaux grises 6
habitations individuelles) ont été établis pour analyser la sensibilité économique du projet de
réutilisation en fonction du nombre de logements alimentés (6 ou 82) et du type de bâtiment
(immeuble collectif ancien, neuf ou maison individuelle) :



6.2.3

Scénario 1 : 82 logements alimentés dans un immeuble collectif ancien
Scénario 2 : 82 logements alimentés dans un immeuble collectif neuf
Scénario 3 : 6 maisons individuelles ancienne
Scénario 1 et 2
6.2.3.1

Description des hypothèses du scénario 1 et 2

Les hypothèses retenues sont les suivantes. Elles sont basées sur l’analyse des consommations de
l’immeuble KARITI (SHLMR. La différence entre les scénarios 1 et 2 porte sur le coût du réseau qui est
moindre pour le scénario 2 car le réseau est réalisé en même temps que la construction de
l’immeuble.




Volumes d’eaux grises à traiter et besoin pour les chasses d’eau :
o 82 logements alimentés par les eaux traitées
o Collecte des eaux grises de salle de bain dans 70 logements
o 39% de la consommation AEP du bâtiment (14 600m³ en 2015) est utilisée pour la
salle de bain, et 70 logement sur 82 sont collectés => 4900 m³/an d’eaux grises à
traiter par an
o Le besoin pour l’alimentation des chasses d’eau a été estimé à 20% de la
consommation AEP soit 2950 m³/an pour l’alimentation des chasses d’eau (cela
correspond à environ 10 utilisations de la chasse d’eau par jour et par appartement).
Le surplus de 1950 m³/an d’eaux grises traitées est utilisé pour l’arrosage
Dimensionnement du système de traitement :
o Système de traitement pouvant traiter 13,5 m³/j d’eaux grises
o Stockage de 3 m³ d’eaux brutes (L’avis de l’ANSES 2015 conseille un temps entre la
production et le traitement limité à 90 minutes afin d'éviter la fermentation)




Version 1C - Novembre 2016

23



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


Stockages de 10 m³ d’eau traitées (L’ANSES précise que le temps de séjour des eaux
traitées doit être inférieur à 48h).
Coût d’exploitation/an = 12% * Coût système de traitement + 3%*Coût réseau. Cela
correspond à une durée de vie estimée d’environ 10 ans du système de traitement et 30 ans
pour les réseaux.
Economie réalisée pour immeuble en assainissement collectif :
o Economie de 20% de la consommation moyenne d'eau potable (passage de 178 à
142 m³ sur la consommation moyenne par abonné)=> économie de 83€/an par
abonné sur la facture d’eau => 6821€/an
o Economie sur l’arrosage de 1€ /m³ =>1950€/an
o Augmentation de 2% par an de la facture d’eau (tendance constatée sur le prix de
l’eau sur les dernières années à Saint-Pierre), les économies réalisées sur la facture
augmentent donc de +2%/an. Cette économie a été limitée à 2 fois le montant initial
des économies (atteint au bout de 36 ans).
Le taux d’actualisation retenu pour le calcul de la Valeur actuelle nette (VAN) de 4%
o







6.2.3.2

Résultats des scénarios 1 et 2

L’analyse de ces scénarios montre un poids important de la mise en place du réseau de récupération
des eaux grises et de celui d’alimentation des chasses d’eau sur l’investissement. Ce poids s’explique
par la difficulté à mettre en place un nouveau réseau dans un immeuble existant (scénario 1). Son
poids est moindre dans le scénario 2. C’est le poste qui grève le plus l’investissement.


Figure 8 : Décomposition des coûts d'investissement (scénario 1 et 2)

Les principaux résultats des scénarios sont les suivants :
Tableau 8 : Comparaison des principaux résultats des scénarios 1 et 2
Scénario technique
Ressource
Volumes d’eau traitée
produit
Usages ciblés
Traitements
Investissement
Subvention 50%

1
Collectif ancien eaux grises
Eaux grises SDB 70 logements ancien
4900 m³/an
13,5 m³/j
Chasse d’eau de 82 logements + arrosage espaces
verts
Pré traitement, traitement biologique, UV, MBR ou
phyto-épuration
206 800
103 400 €

2
Collectif neuf eaux grises
Eaux grises SDB 70 logements neuf
4900 m³/an
13,5 m³/j
Chasse d’eau Chasse d’eau de 82 logements +
arrosage espaces verts
Pré traitement, traitement biologique, UV, MBR ou
phyto-épuration
184 000
92 000 €




Version 1C - Novembre 2016

24



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


Scénario technique
Coût d’entretien
Economie annuelle
Temps de retour (y compris
subvention)
Bénéfices
environnementaux

1
Collectif ancien eaux grises
6 000 €/an
8 780€ /an +2%/an

2
Collectif neuf eaux grises
6 000 €/an
8 780€ /an +2%/an

33 ans

30 ans

Croissance isopression sur la ressource en eau :
l’eau potable économisée permettrait d’alimenter
23 foyers
Confort climatique espaces verts

Croissance isopression sur la ressource en eau :
l’eau potable économisée permettrait d’alimenter
23 foyers
Confort climatique espaces verts


6.2.4

Scénario 3
6.2.4.1

Hypothèses scénarios 3

Les hypothèses retenues sont les suivantes.









Volumes d’eaux grises à traiter et besoin pour les chasses d’eau :
o 6 maisons alimentées par les eaux grises traitées
o Collecte des eaux grises de salle de bain de 6 maisons
o 33% de la consommation AEP des maisons (6 x 210 m3/an par abonné en moyenne x
33%) est utilisée pour la salle de bain=> 415m³/an d’eaux grises à traiter par an
o Le besoin pour l’alimentation des chasses d’eau a été estimé à 17 % de la
consommation AEP soit 214 m³/an pour l’alimentation des chasses d’eau (cela
correspond à environ 10 utilisations de la chasse d’eau par jour et par appartement).
Le surplus de 201 m³/an d’eaux grises traitées est utilisé pour l’arrosage
Dimensionnement du système de traitement :
o Système de traitement pouvant traiter 1,2m³/j d’eaux grises
o Stockage de 50 litres d’eaux brutes (L’avis de l’ANSES 2015 conseille un temps entre
la production et le traitement limité à 90 minutes afin d'éviter la fermentation)
o Stockages de 1 m³ d’eau traitées (L’ANSES précise que le temps de séjour des eaux
traitées doit être inférieur à 48h).
Coût d’exploitation/an = 12% * Coût système de traitement + 3%*Coût réseau
Economie réalisée pour des maisons raccordées en assainissement collectif :
o Economie de 33% de la consommation moyenne d'eau potable (passage de 210 à
141 m³ sur la consommation moyenne par abonné) => économie de 166€/an par
abonné sur la facture d’eau => 996€/an
o Augmentation de 2% par an de la facture d’eau (tendance constatée sur le prix de
l’eau sur les dernières années à Saint-Pierre), les économies réalisées sur la facture
augmentent donc de +2%/an. Cette économie a été limitée à 2 fois le montant initial
des économies (atteint au bout de 36 ans).
Le taux d’actualisation retenu pour le calcul de la Valeur actuelle nette (VAN) de 4%
6.2.4.2

Résultats scénarios 3

L’analyse du scénario 3 montre l’importance de la réalisation du dossier réglementaire par rapport au
reste du projet.




Version 1C - Novembre 2016

25



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation




Figure 9 : Décomposition des coûts d'investissement (scénario 3)

Les principaux résultats du scénario sont les suivants :
Tableau 9 : Résultats scénario 3
Scénario technique
Ressource
Volumes d’eau traitée produit
Usages ciblés
Traitements
Investissement
Subvention 50%
Coût d’entretien
Economie annuelle
Temps de retour (y compris
subvention)
Bénéfices environnementaux

3
6 maisons individuelles anciennes eaux grises
Eaux grises SDB 6 maisons individuelles
400 m³/ an
1,1 m³/j
Chasse d’eau 6 maisons + arrosage jardin
Pré traitement, traitement biologique, UV, MBR ou phyto-épuration
32 780 €
16 390€
1220 €/an
1 000€ /an +2%/an
>100 ans
Croissance isopression sur la ressource en eau : l’eau potable économisée permettrait
d’alimenter 2 foyers
Confort climatique espaces verts


6.2.5

Procédure réglementaire : demande de dérogation

La réutilisation des eaux grises nécessite une demande de dérogation préfectorale (article R.1321-57
du code de la santé publique) pour permettre l’usage d’une eau non potable pour un usage
domestique intérieur (chasse d’eau).
Un contact est en cours avec l’ARS Océan Indien afin de déterminer le contenu de la demande de
dérogation
6.2.6

Contraintes sanitaires associés à la réutilisation des eaux grises

L’avis de l’ANSES 2015 à préconiser de suivre les recommandations suivantes :


Une disconnexion visible par surverse totale doit être prévue pour l’alimentation de secours
en eau potable du système de manière à éviter tout risque de contamination par retour
d’eau dans le réseau d’eau potable (conformément aux exigences de la norme NF EN 1717)




Version 1C - Novembre 2016

26



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation




Figure 10 : exemple de disconnexion visible par surverse totale (source : Systèmes d’utilisation de l’eau de pluie dans le
bâtiment, règles et bonnes pratiques à l’attention des installeurs, ministère de l’environnement)



















Réseau d’eaux grises traitées doit être clairement identifié par une signalétique appropriée
et distincte de celle du réseau d’eau potable (couleur et marquage de canalisation,
avertissement « eau non potable » adaptée également aux personnes malvoyantes et celles
ne sachant par lire ou maîtrisant mal l’usage du français.
Aucun point de puisage d’eaux grises traitée à l’intérieur du bâtiment pour éviter confusion
Circuit de Bypass des eaux grises traitées vers l’égout en cas de défaillance du système de
traitement
Eviter stockage de plus de 90 minutes des eaux grises non traitées afin d’éviter la
fermentation
Le temps de stockage des eaux grises traitées ne doit pas dépasser 48h. En cas de non
utilisation prolongé, le système doit être vidangé.
Entretien et du système de traitement et analyse d’eaux grises traitées à réaliser au moins 2
fois par an
Conformité des réseaux de distribution interne au bâtiment doit être contrôlée par un
organisme indépendant (marquage, signalétique) avant la mise en service puis selon une
fréquence qui pourrait être quinquennale et obligatoirement lors d’une mutation de
propriété.
Les populations utilisant le système doivent être informées de l’existence du système de
réutilisation et des risques sanitaires éventuels
Un plan de recollement de l’installation doit être établi.
Dans le cas d’un immeuble collectif, une charte et le règlement de copropriété doivent
engager les copropriétaires et les locataires à éviter une mauvaise utilisation du système. Des
affichages doivent être mis en place dans les parties communes.
Si un résident est atteint d’une maladie infectieuse transmissible par voie hydrique, les eaux
collectées par son logement devraient être rejetées dans le réseau d’eau usée,
Une personne vulnérable doit pouvoir éviter un contact avec les eaux grises traitées dans son
logement, dans les parties communes et également lors d’un usage à l’extérieur (libre
arbitre)





Version 1C - Novembre 2016

27



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


6.3
6.3.1

Scénarios de réutilisation des eaux usées traitées
Prêts et aides financières

Les particuliers voulant réaliser une mise en conformité de leur assainissement non collectif peuvent
prétendre à des prêts à bas taux et à des aides. Le tableau ci-dessous synthétise ces aides :
Prêt et Aide

Portée

Condition d’accès à l’aide

Montant maximum

Durée de
remboursement

10 000euros

10 ans

Son montant peut financer
jusqu’à 80% des dépenses
prévues dans la limite de
1067,14 € au taux de 1%

36 mois

50% des montants engagés

/

Résidences principales construites avant le
1er janvier 1990
Eco-prêt à taux
zéro

Nationale

Prêt auprès de la
Caisse
d’Allocation
Familiale

Nationale

dispositifs d’assainissement non collectif ne
consommant pas d’énergie, cumulable, le
cas échéant, avec les autres aides des
collectivités.
Etre allocataire et recevoir déjà une
prestation familiale
- Les propriétaires occupants, c'est à dire
les propriétaires qui occupent leur
logement (sous conditions de ressources
voir tableau ci-après) ;

Aide ANAH

Nationale mais
pas disponible à
La Réunion

- Les propriétaires bailleurs, c'est à dire les
personnes possédant un ou plusieurs biens
immobiliers et qui louent ou souhaitent
louer, en réalisant ou non des travaux ;
- Les syndicats de copropriétaires pour des
travaux sur les parties communes et
équipements communs. (voir condition
page 7 pour syndicats de copropriétaires)
Les logements doivent être achevés depuis
au moins 15 ans

Tableau 10 : plafond de ressource pour les aides ANAH






Version 1C - Novembre 2016

28




Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation
Tableau 11 : plafond et taux de subvention ANAH









Version 1C - Novembre 2016

29



6.3.2

Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation

Principe des scénarios de réutilisation des eaux usées (scénarios 4, 5 et 6)

Les scénarios 4 et 5 reposent sur le principe de profiter d’une opportunité de mise en conformité
d’assainissement non collectif de maisons individuelles plutôt que de mettre en place un
raccordement collectif. Les eaux usées de chaque habitation en ANC sont traitées au moyen d’une
filière compacte « agréée » répondant aux exigences de l’arrêté du 7 septembre 2009 modifié et aux
seuils de qualité A sur les MES et la DCO. Les eaux traitées issues de ces systèmes sont collectées
gravitairement, puis désinfectées par UV pour être réutilisées sur des usages en aval des maisons
(irrigation potagers collectifs, espaces verts …). Le fait de rassembler plusieurs maisons permet de
passer au-dessus du seuil de 20 équivalent-Habitant et permet la réutilisation des eaux usées traitées
pour l’irrigation de végétation destinés à la consommation humaine (arrêté du 2 août 2010).
Le synoptique de réutilisation est présenté ci-après :


Figure 11 : Synoptique représentant le principe de réutilisation envisagé à partir des eaux usées traitées issues
d’assainissements non collectifs

Les avantages pour les particuliers seraient :





Assistance de la commune pour la mise en conformité de leur assainissement ;
Gain d’espace pour le particulier par rapport à la mise en place d’un système de traitement
traditionnel ;
Aide du PIA de 50% de l’investissement





Version 1C - Novembre 2016

30



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


Le scénario 6, quant à lui, profite d’un besoin d’irrigation identifié à 2 endroits du foyer Albert
Barbot : Serre du foyer et pépinière de la CIVIS. Pour cela, 2 assainissements non collectifs (ANC)
seront mis en place, un pour chaque besoin, afin d’éviter la mise en place d’un réseau coûteux. Ces
ANC sont alimentés par des pompes de relevage situées sur le réseau de collecte existant privatif qui
permettent d’ajuster le flux à gérer par les ANC. Une fois traitées les eaux sont désinfectées, stockées
et utilisées directement sur le besoin adjacent.
Traitement 10 EH (phytoépuration…) et désinfection (UV…)
Poste de relevage

Traitement 10 EH (phytoépuration…) et désinfection (UV…)
Poste de relevage


Figure 12 : Scénario 6 : Exemple d’implantation des ANC et positionnement des besoins








Version 1C - Novembre 2016

31



6.3.3

Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation

Comparaison des coûts pour les particuliers en assainissement collectif et non collectif

L’assainissement non collectif représente environ 60% des abonnés de Bois d’Olives, alors que le
schéma directeur eau usée actuel classe la zone en assainissement collectif. Il est intéressant de
connaître le coût global annuel estimé sur une durée de 20 ans, pour un usager et de le comparer à
celui d’un raccordement au réseau d’assainissement collectif.
Assainissement collectif
Les coûts supportés par les particuliers liés à l’assainissement collectif sont :



L’investissement lié au premier raccordement : si il n’existe pas de regard de branchement
(environ 3000€), si le regard de branchement existe environ 200€.
La part assainissement du prix de l’eau (0,8431€/m³ en 2015)

En comptant une augmentation de 2%/an du prix de l’assainissement de l’eau, le coût sur 20 ans de
l’assainissement collectif d’un abonné moyen de Bois d’Olives (210 m³/an) est compris entre
238,25€/an et 378,25€/an. Dans cette hypothèse, le cout de l’assainissement ne prend pas en
compte les éventuels besoins de mise en conformité du système de collecte et de traitement).
Assainissement non collectif
Le montant de mise en conformité d’un assainissement individuel classique s’élève à 5 500€ environ,
un système d’assainissement compact s’élève à 9 000€ environ. En comptant une vidange tous les 4
ans du système (200€) et un contrôle du SPANC tous les 4 ans (200€). Le coût sur 20 ans du système
est de 375€ /an pour l’ANC filière classique et 550€/an pour la filière compacte
En prenant en compte les aides de l’Agence Nationale pour l’Habitat (ANAH) (voir paragraphe 6.3.1),
qui représentent 50% des investissements de mise en conformité pour les revenus modestes
possédant des logements achevés depuis plus de 15 ans, le coût sur 20 ans tombe à 237€ / an pour la
filière classique ANC et 325€/an pour la filière compacte. A noter que bien que non disponibles à La
Réunion, ces aides ont quand même été considérées pour pouvoir comprendre l’impact qu’elles
ont sur l’assainissement des revenus modestes et comprendre la pertinence d’un déploiement de
ce type d’aide à La Réunion.
Bilan
Tableau 12 : Comparatif entre assainissement collectif et non collectif avec et sans subventions
Type assainissement

Collectif sans regard
de branchement

Collectif avec regard
de branchement

Non
collectif

Non
collectif

Non
collectif

Non
collectif

Système traitement

/

/

Filière
classique

Filière
agréé

Filière
classique

Filière
agréé

Aide

non

non

non

non

Montant Particulier

378€ / an

238€ / an

375€/an

550€/an

237€/an

325€/an

Différence par rapport collectif
avec regard de branchement

+59%

/

+57%

+131%

-0,5%

+36%

ANAH 50% pour revenus
modestes

L’assainissement collectif et l’assainissement non collectif en filière classique présente des coûts
globalement similaires en l’absence d’aide de l’ANAH et les filières agréés sont plus coûteuses (45%
plus chère que l’assainissement collectif).
Avec subvention de 50% pour les revenus modestes possédant un logement de plus de 15 ans, la
filière classique est 37% moins chères et la filière compacte 14% moins chère que l’assainissement
collectif sans regard de branchement.




Version 1C - Novembre 2016

32



6.3.4

Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation

Hypothèses scénarios 4, 5 et 6

Les hypothèses retenues sont les suivantes.










Volumes d’eau usée à traiter:
o Scénarios 4 et 5 : Eau usées traitées produites = 0,8 x consommations AEP abonné
moyen (210 m³/an/abonné) => 1 000 m³/an pour 6 maisons et 10 000 m³/an pour 60
maison
o Scénarios 6 besoin estimé à 1100 m³/an, 550 m³ / an pour chaque site. Traitement
d’environ 10 EH par site à prévoir.
Coût d’investissement :
o Scénario 4 et 5 : 8000€ par parcelle pour l’assainissement non collectif (équipement
agréé 5 EH + livraison + installation)
o Scénario 6 : 15000€ pour ANC agréé 10 EH
o Le coût du système d’irrigation n’a pas été pris en compte (investissement à réaliser
quel que soit l’origine de l’eau)
Coût d’exploitation/an = 300 €/4 ans par assainissement collectif + 12% investissement
système UV par an + 3%/an du montant d’investissement réseau
Recette : 1€/m³ traitée auquel s’ajoute l’économie par rapport à une personne raccordée au
réseau d’assainissement collectif 0,8431€/m³ soit pour un abonnée moyen consommant 210
m³/an : 177€ par abonné
10% du montant d’investissement en divers et imprévus
Le taux d’actualisation retenu pour le calcul de la Valeur actuelle nette (VAN) de 4%


6.3.5

Résultats scénario 4, 5 et 6

L’analyse de ces scénarios montre un poids important de l’autorisation dans le scénario 4 et un poids
important de la mise en place du réseau de récupération des eaux usées traitées sur
l’investissement.




Version 1C - Novembre 2016

33



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation




Figure 13 : Décomposition des coûts d'investissement (scénario 4,5 et 6)

Les principales caractéristiques économiques du projet sont les suivantes :
Tableau 13 : Résultats scénarios 4, 5et 6
Scénario technique

4
6 maisons individuelles eaux
usées

Ressource

Eaux usées 6 maisons individuelles

Volumes d’eau traitée
produit

1000 m³/ an
2,7 m³/j
Irrigation potager collectif ou
espaces verts
Filière agréée ANC à la parcelle +
désinfection
89 100 €
44 550 €
1 320€/an
2000€ /an +2%/an (1€/m³ AEP)
1193€ /an +2%/an (0,19 €/m³
SAPHIR)
65 ans (1€/m³)
>100 ans (0,19 €/m³)
Croissance isopression sur la
ressource en eau : l’eau potable
économisée permettrait
d’alimenter 5 foyers
Confort climatique espaces verts

Usages ciblés
Traitements
Investissement
Subvention 50%
Coût d’entretien
Economie annuelle
Temps de retour (y
compris subvention)
Bénéfices
environnementaux

5
60 maisons individuelles eaux
usées
Eaux usées 60 maisons
individuelles
10 000 m³ / an
27 m³/j
Irrigation potager collectif ou
espaces verts
Filière agréée ANC à la parcelle +
désinfection
722 700 €
361 350 €
10 830€/an
20 600€ /an +2%/an (1€/m³ AEP)
11 930€ /an +2%/an (0,19€/m³
SAPHIR)
52 ans (1€/m³)
>100 ans (0,19 €/m³)
Croissance isopression sur la
ressource en eau : l’eau potable
économisée permettrait
d’alimenter 50 foyers
Confort climatique espaces verts

6
Foyer Albert Barbot
Eau usée du foyer
1 100 m³/an
Irrigation Pépinière Civis et Serre
Foyer Albert Barbot
Filière agréée+ désinfection
82 500 €
41 250 €
1330€/an
2018 € /an +2%/an (1€/m³ AEP)
1131€ /an +2%/an (0,19€/m³
SAPHIR)
61ans (1€/m³)
>100 ans (0,19 €/m³)
Croissance isopression sur la
ressource en eau l’eau potable
économisée permettrait
d’alimenter 5 foyers
Confort climatique espaces verts




Version 1C - Novembre 2016

34



6.3.6

Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation

Procédures et contraintes réglementaires associées à la réutilisation des eaux usées pour
l’irrigation
6.3.6.1

Demande d’autorisation

L’arrêté du 02/08/10 modifié précise les modalités de la demande d’autorisation préfectorale, à
obtenir avant de pouvoir réutiliser les eaux usées traitées pour l’irrigation.
Dans le cas d’une réutilisation pour l’irrigation uniquement, le dossier est instruit par la Police de
l’Eau, avec avis de l’ARS. Le dossier établi en 4 exemplaires doit contenir les éléments suivant
(annexe 4 de l’arreté) :





1. Lettre de demande du pétitionnaire.
2. Note de synthèse technique et non technique justifiant la demande et décrivant les
conditions actuelles d'irrigation du secteur concerné et le milieu récepteur des eaux issues de
la station de traitement des eaux usées.
3. Informations sur la station de traitement des eaux usées :
o nom exact et localisation précise ;
o type de réseaux (unitaire, séparatif) raccordés à la station de traitement des eaux
usées ;
o caractéristiques des eaux usées brutes : débits et volumes, nature des eaux épurées
(eaux usées domestiques, industrielles, etc.), principales caractéristiques physicochimiques, recensement et analyses des activités raccordées au réseau de collecte
d'eaux usées et compatibilité des rejets de ces activités avec l'utilisation des eaux
usées traitées y compris copie des conventions de rejets des établissements à risque
(abattoirs, établissements de soins, industriels, etc.) ;
o caractéristiques techniques des équipements et procédés de traitement mis en
œuvre sur la station de traitement des eaux usées ;
o informations générales sur le milieu récepteur des eaux usées traitées (notamment
hydrologie et hydrogéologie) ;
o résultats du suivi de la performance épuratoire de la station de traitement des
eaux usées (comprenant la filière de traitement complémentaire, le cas échéant)
sur une période d'au moins six mois consécutifs comprenant l'ensemble de la saison
d'irrigation avec une fréquence mensuelle d'analyses portant sur les paramètres
définis en annexe II (MES, DCO, Escherichia coli, Entérocoques fécaux, Phages ARN
F-spécifiques , Spores de bactéries anaérobies sulfito-réductrices)
o résultats du suivi de la qualité des boues :
§ dans le cas où les boues font l'objet d'un épandage agricole : résultats du
suivi mis en place dans le cadre de l'épandage selon les conditions fixées par
l'arrêté du 8 janvier 1998 fixant les prescriptions techniques applicables aux
épandages de boues sur les sols agricoles ;
§ dans le cas où les boues ne font pas l'objet d'un épandage agricole :
résultat du suivi de la qualité des boues produites lors du traitement des
eaux usées à raison d'au moins quatre analyses par an pour les paramètres
figurant aux tableaux Ia (Cd, Cr, Cu, Hg, Ni, Pb, Zn)et Ib (7 PCB,
Fluoranthène, Benzo(b)fluoranthène, Benzo(a)pyrène) de l'annexe I de
l'arrêté du 8 janvier 1998 susvisé, à l'exception des traitements par lagunage
qui font l'objet d'une analyse annuelle dans la lagune finale.
o deux derniers bilans annuels de fonctionnement du système d'assainissement.




Version 1C - Novembre 2016

35



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation








4. Description détaillée du projet de réutilisation :
o éléments cartographiques des documents d'urbanisme en vigueur (plan local
d'urbanisme) autour de la zone d'irrigation envisagée ;
o présentation et analyse des situations météorologiques locales (pluviométrie, climat,
en particulier le vent, et variations saisonnières) ;
o description détaillée de la filière de traitement complémentaire, le cas échéant
(principe, dimensionnement, gestion technique et maintenance) ;
o le cas échéant, informations sur le stockage temporaire des eaux usées traitées
(matériel, localisation, enterré ou non, temps de séjour) ;
o identification des parcelles à irriguer (noms exacts et localisations précises des
terrains, nombre d'hectares concernés, couverts végétaux envisagés, infrastructures,
activités anthropiques et usages du sol, présence éventuelle d'obstacles physiques
en bordure des parcelles de type haies végétalisées) ;
o nature et devenir des cultures irriguées (description détaillée de l'utilisation des sites
irrigués par les eaux usées traitées), évaluation des besoins en eaux des espaces
irrigables ;
o fréquence et conditions d'apport en eaux usées traitées en fonction des capacités
d'absorption et d'échange des sols ;
o devenir des eaux usées traitées en dehors des périodes d'utilisation pour l'irrigation
(exutoires possibles, installations de stockage envisagées) ;
o représentation cartographique, au moins au 1/25000 et si possible au 1/5000
cadastré, du projet d'irrigation, indiquant notamment les usages à protéger
(habitations, puits, cours d'eau, captages, etc.), les caractéristiques topographiques
(dont les courbes de niveaux), pédologiques (aptitude des sols à l'infiltration, nature
et pentes des terrains), hydrogéologiques et hydrologiques superficielles et
profondes, la localisation, le cas échéant, des périmètres de protection des captages
d'eau, les types de cultures et les distances par rapport aux habitations, aux
bâtiments et/ou installations accueillant du public et aux voies de circulation ;
o mesures d'information du public prévu et notamment sur le site ;
o projet de programme d'irrigation saisonnier à titre indicatif (débit, quantité d'eau
potentiellement épandue, nombre d'heures d'irrigation par jour ou par nuit) ;
o programme de surveillance ;
o paramètres pris en compte pour la gestion de l'irrigation (programmation manuelle,
automatique, en fonction des pluies, etc.).
5. Caractéristiques, dimensionnement et entretien du réseau d'irrigation et description
détaillée des matériels d'irrigation, de la mise en route, de la gestion et de l'entretien du
système sur les sites irrigués (identification des intervenants), ainsi que la formation prévue
pour les travailleurs concernés.
Lorsque la demande porte sur de l'irrigation par aspersion, le dossier doit également
comporter des précisions sur la technologie d'aspersion, la description du modèle
d'asperseurs, leur pression de fonctionnement, leur apogée et leur portée. Les conditions de
vents, ainsi que leur prise en compte pour la gestion de l'irrigation, sont précisées.
6. Description de l'état initial du milieu récepteur des eaux usées traitées et de l'aptitude
des sols à l'irrigation, comprenant notamment une analyse des sols réalisée en un point de
référence, repéré par ses coordonnées Lambert, représentatif de chaque zone homogène
(c'est-à-dire pour chaque partie d'unité culturale homogène d'un point de vue pédologique




Version 1C - Novembre 2016

36



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation








n'excédant pas 20 hectares), portant sur les éléments traces figurant au tableau 2 (Cd, Cr, Cu,
Hg, Ni, Pb, Zn) de l'annexe I de l'arrêté du 8 janvier 1998 susvisé et sur le pH. Les analyses de
sol doivent être réalisées par un laboratoire d'analyse de terre agréé par le ministère de
l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche.
7. Analyse des risques : descriptif des modes de détection et gestion des dysfonctionnements
de la filière de traitement et de distribution.
8. Analyse des impacts environnementaux et sanitaires de la réutilisation des eaux usées
traitées (infrastructures, habitations, pluies, cultures, etc.), modes d'évaluation de ces
impacts et mesures compensatoires prévues.
9. Projet de convention entre le propriétaire de la station de traitement des eaux usées,
l'exploitant de la station de traitement des eaux usées, les propriétaires des parcelles
concernées, les exploitants des parcelles concernées et les éventuelles personnes morales ou
physiques intervenant dans la mise en œuvre de l'irrigation explicitant notamment la gestion
de l'irrigation et les modalités de suivi (sols, effluents, surveillance des impacts sanitaires).
6.3.6.2

Suivi à réaliser

La réutilisation des eaux usées traitées nécessite la mise en place d’un programme de surveillance
qui portera sur les eaux usées traitées, les boues produites par le traitement et le sol irrigué. La
circulaire du 26 avril 2016 relative à la réutilisation des eaux usées traitées précise la fréquence des
analyses :
Tableau 14 : Analyse et fréquence d'analyse à réaliser pour la réutilisation des eaux usées traitées
Matrice

Paramètre

Fréquences d’analyses

Matières En Suspension
Eau usée traitée

Demande chimique en oxygène
Escherichia Coli

Suivi périodique constitution
demande d’autorisation : 1 fois
par mois pendant 6 mois pour
la constitution du dossier
d’autorisation.
Suivi périodique : campagne de
6 mois tous les deux ans avec
une analyse une fois tous les 2
mois
Suivi routine : 1 fois par
semaine pendant l’irrigation

Lieu des prélèvements

Suivi périodique : à la sortie du
traitement tertiaire
Suivi routine : Au point d’usage
c’est-à-dire à la sortie du
stockage des eaux usées
traitées


Entérocoques fécaux
Eau brutes et usée traitée

Phages ARN F-Soécifiques
Spores de bactéries anaérobies
sulfito-réductrices

Suivi périodique : 1 fois par
mois pendant 6 mois pour la
constitution
du
dossier
d’autorisation
puis
une
campagne de 6 mois tous les
deux ans avec une analyse une
fois tous les 2 mois

Suivi périodique : en entrée de
la STEU et à la sortie du
traitement tertaire

4 /an



1/ 10 ans

point
de
référence
représentatif de chaque zone
homogène (c'est-à-dire pour
chaque partie d'unité culturale

Cd, Cr, Cu, Hg, Ni, Pb, Zn
Boues issues du process de
traitement des eaux usées

Sol irrigué

7 PCB
Fluoranthène,
Benzo(b)fluoranthène,
Benzo(a)pyrène

Cd, Cr, Cu, Hg, Ni, Pb, Zn




Version 1C - Novembre 2016

37



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


homogène d'un point de vue
pédologique n'excédant pas 20
hectares)

6.3.6.3

Contraintes réglementaires associées à l’irrigation

Les principales contraintes associées à l’irrigation des espaces verts ouverts au public sont les
suivantes :





Irrigation en dehors des heures d’ouvertures
panneaux à l'entrée des EV informant le public de la REUT, des règles d’hygiènes
l’interdiction de l’accès au site pendant l’irrigation et jusqu’à 2h après
Réseau (canalisation, points entrée/sortie) transportant les eaux usées traitées repéré avec
pictogramme eau non potable

L’arrêté distingue 3 modes d’irrigation :






Gravitaire (canaux, rigoles, petits bassins d’infiltration à surface libre)
Localisée (y compris goutte à goutte et micro-aspersion <200l/h, portée<10m, <3,5 bar)
Par aspersion. L’aspersion ne peut être réalisée seulement lorsque le vent est inférieur à 20
km/h pour l’aspersion basse pression (<3,5 bar) et seulement lorsque le vent est inférieur à
15 km/h lorsque l’aspersion est haute pression (>3,5 bar). Cette contrainte impose la mise en
place d’un anémomètre qui permet d’asservir l’arrosage à la vitesse du vent.





Version 1C - Novembre 2016

38



7

Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation

Conclusion de l’analyse de sensibilité réalisé sur les différents scénarios

L’analyse de sensibilité principalement axée sur l’analyse économique à l’échelle des habitations
considérées montre :






Eaux grises ou eaux usées – les effets de regroupement améliorent le bilan économique
global (importance des économies d’échelle des projets de réutilisation) avec par exemple
des temps de retours infinis pour la récupération des eaux grises pour 6 habitations alors
qu’ils tombent autour de 30 ans pour un immeuble avec 82 appartements réutilisant les eaux
grises pour la chasse d’eau
Les scénarios de réutilisation des eaux grises pour la chasse d’eau (scénarios 1 et 2) ont un
temps de retour proche de 30 ans en prenant en compte une subvention PIA de 50%.
Les scénarios de réutilisation des eaux usées ont des temps de retours supérieurs à 50 ans en
prenant en compte une subvention PIA de 50%.
Le prix relativement bas de l’eau à La Réunion n’est pas favorable à l’économie des projets
de réutilisation des eaux grises / usées

Certaines économies ou bénéfices associés à ces scénarios n’ont pu être explicitement quantifiés, Ils
sont à prendre en compte dans la décision de poursuivre ou non la démarche en particulier dans une
perspective de long terme:






Suivi et attention renforcée sur le plan sanitaire, possibilité d’éducation à la santé et aux
enjeux de l’eau au travers des projets
Confort et qualité des habitats améliorés
Réduction des pressions sur la ressource ou possibilité de répondre aux perspectives de
développement du quartier sans augmenter les pressions
Moindre investissement dans les réseaux de collecte, (refoulement des eaux usées…),





Version 1C - Novembre 2016

39



8

Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation

Projet d’expérimentation candidats au PIA

A la suite de cette analyse, la commune de Saint-Pierre a choisi de proposer 3 projets
d’expérimentation candidats au programme d’investissement d’avenir :




PROJET 1 : Un projet de réutilisation d’eaux grises traitées pour l’alimentation des chasses
d’eau d’un immeuble collectif neuf de 82 logements basé sur le scénario 2 ;
PROJET 2 : Un projet de réutilisation des eaux usées basé sur le scénario 5 ;
PROJET 3 : Un projet de réutilisation des eaux usées issues basé sur la réutilisation d’une
partie des eaux usées générées par le foyer Albert Barbot pour alimenter le projet de serre et
de pépinière en aval.

Ces trois projets font l’objet d’une fiche de description détaillée en annexe 2 avec :





présentation des maîtrises d’ouvrages envisagés
planning envisagés
rappel de la décomposition des coûts
objectifs stratégiques retenus, indicateurs associés et niveaux de performance visés
Tableau 15 : Objectifs stratégiques retenues et indicateurs associés
Niveau de
Niveau de
Indicateur associé
performance
performance visé
Objectifs stratégiques
visé projet 1
projet 2

Niveau de
performance visé
projet 3

1.

Baisser la facture d’eau des
particuliers

Economie sur la
facture d’eau

-20% sur la
facture d’eau

inférieur au coût de
l’assainissement
collectif

inférieur au coût de
l’assainissement
collectif

2.

Mieux valoriser la ressource
en eau consommée
localement et diminuer la
pression sur la ressource en
eau et le milieu aquatique

Volume non
prélevé = Volume
économisé/
rendement
réseau AEP

Environ 7 900
m³/an non
prélevé

Environ
16 000m³/an non
prélevé

Environ 2 240
m³/an non prélevé

3.

Réduction des effluents vers
la station d’épuration

Débit des postes
de relevages

Environ 4900
m³/an en
moins

Environ 10 000
m³/an en moins

Environ 1400
m³/an en moins

4.

Améliorer le confort
thermique des habitations
grâce aux espaces verts

Surface d’espace
vert irriguée

Environ 1 ha

Environ 5,5 ha

Environ 8 000 m²



articulation des financements envisagés

Le tableau ci-après résume les principales caractéristiques des 3 projets d’expérimentation retenus
Projets
d’expérimentation
Maitrise d’ouvrage
envisagée
Partenaires associés

Collectif neuf eaux grises

60 maisons individuelles eaux
usées

Foyer Albert Barbot

Ville de Saint Pierre

Ville de Saint Pierre

Foyer Albert Barbot

Région

Ville de Saint Pierre, CIVIS

Bailleurs et locataire

Ressource

Eaux grises SDB 70 logements neuf

Volumes d’eau traitée
produit

Investissement
Subvention 50%
Coût d’entretien

4900 m³/an
13,5 m³/j
Chasse d’eau Chasse d’eau de 82
logements + arrosage espaces
verts
Pré traitement, traitement
biologique, UV, MBR ou phytoépuration
184 000
92 000 €
6 000 €/an

Economie annuelle

8 780€ /an +2%/an

Usages ciblés

Traitements

Eaux usées 60 maisons
individuelles
10 000 m³ / an
27 m³/j

Eau usée du foyer
1 100 m³/an

Irrigation potager collectif ou
espaces verts

Irrigation Pépinière Civis et Serre
Foyer Albert Barbot

Filière agréée ANC à la parcelle +
désinfection

Filière agréée+ désinfection

722 700 €
361 350 €
10 830€/an
20 600€ /an +2%/an (1€/m³ AEP)
11 930€ /an +2%/an (0,19€/m³

82 500 €
41 250 €
1330€/an
2018 € /an +2%/an (1€/m³ AEP)
1131€ /an +2%/an (0,19€/m³




Version 1C - Novembre 2016

40



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation


Projets
d’expérimentation
Temps de retour (y
compris subvention)
Bénéfices
environnementaux

Collectif neuf eaux grises

30 ans
Croissance isopression sur la
ressource en eau : l’eau potable
économisée permettrait
d’alimenter 23 foyers
Confort climatique espaces verts

60 maisons individuelles eaux
usées
SAPHIR)
52 ans (1€/m³)
>100 ans (0,19 €/m³)
Croissance isopression sur la
ressource en eau : l’eau potable
économisée permettrait
d’alimenter 50 foyers
Confort climatique espaces verts

Foyer Albert Barbot
SAPHIR)
61ans (1€/m³)
>100 ans (0,19 €/m³)
Croissance isopression sur la
ressource en eau l’eau potable
économisée permettrait
d’alimenter 5 foyers
Confort climatique espaces verts


Les expérimentations comporteront entre autres :








Une étude des montages financiers et juridiques (modèle de redistribution, participation des
habitants ?)
Un suivi épidémiologique à l’échelle du quartier de Bois d’olives avec mise en place d’un
réseau de médecins sentinelles e pour analyser les incidences éventuelles de la réutilisation.
Un suivi des performances par rapport aux objectifs stratégiques sur les trois projets
Un programme de suivi de la qualité des eaux brutes et traitées sur les trois projets.
Suivi de satisfaction auprès des personnes concernées par l’expérimentation :
o Projet 1 : les 82 abonnées concernés + bailleurs
o Projet 2 : 60 personnes raccordés + exploitant/ propriétaires surfaces irrigués
o Projet 3 : Exploitants du site du foyer, de la serre et de la pépinière





Version 1C - Novembre 2016

41



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation



ANNEXE 1 Filière d’assainissement collectif agréée







Version 1C - Novembre 2016

42



Projet d’Investissement d’Avenir
Etude d’opportunité et de faisabilité de récupération des eaux grises
Rapport phases 3 et 4 : faisabilité technique et propositions d’expérimentation



ANNEXE 2 Projets d’expérimentation




Version 1C - Novembre 2016

43


Aperçu du document 16P7_REUSE_Bois_Olives_Phase 3 _4_ 08_11_16 .pdf - page 1/43
 
16P7_REUSE_Bois_Olives_Phase 3 _4_ 08_11_16 .pdf - page 2/43
16P7_REUSE_Bois_Olives_Phase 3 _4_ 08_11_16 .pdf - page 3/43
16P7_REUSE_Bois_Olives_Phase 3 _4_ 08_11_16 .pdf - page 4/43
16P7_REUSE_Bois_Olives_Phase 3 _4_ 08_11_16 .pdf - page 5/43
16P7_REUSE_Bois_Olives_Phase 3 _4_ 08_11_16 .pdf - page 6/43
 




Télécharger le fichier (PDF)


16P7_REUSE_Bois_Olives_Phase 3 _4_ 08_11_16 .pdf (PDF, 4.6 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


16p7 reuse bois olives phase 3 4 08 11 16
piavds eauxgrises 09 11 16
rapport pia part1 10112016
rapport 2016 sca st marc
eau en ha ti scenario pour la creation d une autorite nationale
f r a m b o i s e s