Chapitre 2 PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE .pdf



Nom original: Chapitre 2 PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE.pdf
Titre: Microsoft Word - 1ère principe de la thermodynamique.doc
Auteur: Administrateur

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PScript5.dll Version 5.2 / Acrobat Distiller 6.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 27/11/2014 à 23:55, depuis l'adresse IP 41.104.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 5058 fois.
Taille du document: 119 Ko (7 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Chimie 02. THERMODYNAMIQUE ET CINETIQUE CHIMIQUE
CHAPITRE 2. PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE
1. ENERGIE INTERNE D’UN SYSTEME
L’énergie totale d’un système Etotale est égale à la somme de trois termes :
Etotale = EC + E P + U .
• EC : énergie cinétique associée au mouvement de son centre de graviter ;
• EP : énergie potentielle associée à sa position dans le champ de force dans lequel il se
trouve.
• U : énergie interne liée à l’état du système. C’est l’énergie que possède le système du
fait de sa masse, sa température, sa composition chimique, des interactions entre
différents constituants, des liaisons chimiques entre les atomes, les molécules, ou
ions qui le constituent,….. Autrement dit, c’est l’énergie stockée dans la matière.
Cette énergie est désigne par une fonction d’état U. On s’intéresse non pas à la
fonction U mais à sa variation ∆U lors d’une transformation thermodynamique.
En thermodynamique, on s’arrange pour que les systèmes étudiés soient immobiles
(EC=0) et que la variation de l’énergie potentielle soit nulle lors de la transformation (∆p=0).
Ainsi, la variation d’énergie du système physico-chimique se réduit à la variation de
son énergie interne : ∆Etotale= ∆U. Les variations d’énergie interne peuvent se manifester sous
diverses formes au cours des transformations : calorifique, mécanique, électrique,
chimique,…etc.
Remarque : Ce qui nous intéresse, ce n’est pas la valeur absolue de U, mais sa variation ∆U.
2. ENONCE DU PREMIER PRINCIPE
« La variation de l’énergie interne d’un système fermé lors d’une
transformation est égale à la somme algébrique du travail et de la quantité
de chaleur échangée avec le milieu extérieur».
Il existe une fonction appelée Energie interne U. cette fonction est une fonction d’état.
La variation ∆U de cette fonction pour passer d’un état A à l’état B ne dépend que de l’état
initial et de l’état final du système et pas du chemin parcouru (figure 1). Le premier principe
de la thermodynamique exprime la conservation de l’énergie du système.
Etat intermédiaire
B
∆UIB =UB - UI
∆UBF =UF - UB

Etat initial
I

∆UIF =UF - UI

Etat final
F

∆UIA =UA - UI

∆UAF =UF - UA
Etat intermédiaire
A
Figure 1. Chemin type parcouru lors d’une transformation.

∆U IF = ∆U IA + ∆U AF = U A − U I + U F − U A = U F − U

I

(1)

∆U IF = ∆U IB + ∆U BF = U B − U I + U F − U B = U F − U I (2). (1) et (2) ⇒ ∆U IF = ∆U IB + ∆U BF = ∆U IA + ∆U AF

1

Résumé de cours présenté par Mr MOUSSACEB

2.1. Expression mathématique du 1ère Principe
∆U = U 2 − U1 = W + Q ⇒ Transformation 1 → 2 , U : est fonction d’état, alors que W et Q ne le
sont pas en général. L’énoncé du premier principe, indique que la somme : [W(travail)
+Q(chaleur)] ne dépend que des états initial et final.
W et Q sont des fonctions de passage (ou de transfert) entre les états 1 et 2. Soient :
W12 et Q12.
Le premier principe traduit une conservation d’énergie au cours d’une transformation.
Ainsi, la somme (W+Q) est constante quelque soit la nature de la transformation :
A
Etat (1)

Etat (2)
B
C

On a : W A + QA = WB + QB = WC + QC = Cte = U 2 − U1 = ∆U
Convention du signe : si ∆U>0 : le système reçoit de l’énergie, et si ∆U<0 le système cède
de l’énergie. De même pour W et Q.
2.1.1. Expression différentielle du premier principe
Pour une transformation infinitésimale : dU = δW + δQ ; dU est une différentielle totale
exacte alors que δW et δQ ne le sont pas en général (on utilise alors δ au lieu de d).
Cas particuliers :
• Système isolé : le système n’échange pas de travail et chaleur avec le milieu extérieur
d’où : Q=0 et W=0, en conséquence ∆U=Q+W=0. l’énergie interne d’un système isolé
est constante (principe de conservation) et W et Q sont deux grandeurs de même
nature en d’autre terme elle ont la même unité ; le joule ou la calorie.
• Transformation cyclique : le système subit une série de transformations qui le
ramène
à
son
état
initial :
U2
=U1
donc
∆U=U1-U1=0
⇒ ∆U = W + Q = 0 et W = −Q → principe de l ' équivalence

3. APPLICATION DU PREMIER PRINCIPE AUX REACTIONS CHIMIQUES
3.1. Réaction à volume constant
Une réaction a lieu à volume constant si :
• Elle est réalisée dans une enceinte fermée (réacteur clos) ;
• Le volume des produits, est le même que celui des réactifs (réactions entre solide et/ou
liquide).
D’après le premier principe : dU = δW + δQ ; δW : représente l’expression différentielle
de tous les travaux élémentaires : δW = δWmécanique + δWélectrique + δWchimique.................etc
Si le travail échangé par le système avec le milieu extérieur résulte uniquement des
de
pression
(cas
d’une
transformation
thermomécanique),
alors :
δW = − Pext dV ; Pext : presion externe .
Si de plus la transformation est réversible, on a à tout moment : Pext = Pint = P (Pint :
pression intérieure c-à-d celle du gaz), ainsi δW = − PdV
Dans le cas d’une transformation isochore (dV=0) : δW = − PdV = 0 et
forces

dU = δQ

Il en résulte que lors d’une transformation d’un état 1 à un état 2, la variation d’énergie
interne du système : ∆U=U2-U1=Q ; dans ce cas Q est une fonction d’état, elle ne dépend que
de l’état initial et de l’état final.
2

Résumé de cours présenté par Mr MOUSSACEB

Convention de signe :
• Q<0 : réaction exothermique (le système dégage de la chaleur) ;
• Q>0 : réaction endothermique (le système absorbe de la chaleur) ;
• Q=0 : réaction athermique (pas d’absorption ou dégagement de chaleur).
Remarque : Dans ce cas, la chaleur échangé est une chaleur à volume constant
(Qv), égale à la variation de l’énergie interne du système : ∆U=Qv.
3.2. Réaction à pression constante « Enthalpie de réaction »
Une réaction a lieu à pression constante si elle est réalisée sous une pression extérieure
constante (exemple : sous la pression atmosphérique à l’air libre). Dans ce cas, la chaleur
échangée est une chaleur à pression constante Qp.
Pour une transformation isobare, d’un état 1 à un état 2, le travail total :
V2

W = − ∫ PdV = − P(V2 − V1 ) .
V1

∆U = U 2 − U1 = W + Q = − P(V2 − V1 ) + QP ,
ou
bien :
QP = ∆U + P (V2 − V1 ) = U 2 − U1 + P (V2 − V1 ) ⇒ QP = U 2 − U1 + PV2 − PV1 = (U 2 + PV2 ) − (U1 + PV1 )
(1)

dans ce cas Qp ne dépend que de l’état initial et de l’état final. Qp est égale à la somme
d’une fonction d’état H=U+PV ; appelée Enthalpie soit : (1) ⇒ QP = H 2 − H1 = ∆H ; avec

∆H :enthalpie de réaction.
Convention du signe :
• QP<0 : réaction exothermique ;
• QP>0 : réaction endothermique ;
• QP=0 : réaction athermique.
3.3. Relation entre QV et QP
Considérons une réaction chimique entre gaz parfait, supposée totale, effectuée à la
température T et symbolisée par : (ν 1 A1 + ν 2 A2 ) réactifs → (ν 3 A3 + ν 4 A4 ) poroduits , Avec :
(ν 1 ,ν 2 ,ν 3 ,ν 4 ) sont les coefficients stoechiométrique, ( A1 , A2 , A3 , A4 ) les constituants gazeux.
Etat initial : ν 1 nombre de mole de A1
Etat final: ν 3 nombre de mole de A3
ν 2 nombre de mole de A2
ν 4 nombre de mole de A4
Réaction à volume constant : ∆U=Qv.
Réaction à pression constante : ∆U = − P∆V + QP ou bien (1) ⇒ QP = ∆H
D’après la loi de Joule, l’énergie interne d’un gaz parfait ne dépend que de la
température et par conséquent : QV = − P∆V + QP , et pour un gaz parfait : PV = nRT d’où :
P∆V = RT∆n ⇒ QV = QP − RT∆n , avec ∆n = ∑ν i produits − ∑ν i réactifs , R : constante des gaz parfaits
égale à 8.34 J.mol-1 .K-1=1.987 Cal. mol-1 .K-1=0.082 l.atm.mol-1.K-1.
Remarque : Dans le cas où des constituants solides et liquides, interviennent dans la
réaction : ∆n = ∆ν ga .




Exemple : La combustion du méthane dégage, à volume constant, 2000 Kj à 25°C. Déduire
QP = QV − RT∆n
l’enthalpie
de
réaction.
On
a:
QP = ∆H ,
et
I = 298 K
CH 4 gaz + 2O2 ⎯⎯ ⎯⎯→ CO2 GAZ + 2 H 2Oliquide .
QV=-2000Kj, ∆n=1-1-2=-2 ⇒ QP=-2 106+8.314*298*2=-1995044,856 joule
Convention du signe :
• Si la réaction produit de la chaleur, elle est exothermique :
QV<0 et ∆H π 0
• Si la réaction absorbe de la chaleur, elle est endothermique: QV>0 et ∆H φ 0

3

Résumé de cours présenté par Mr MOUSSACEB

4. APPLICATION DU 1ère PRINCIPE AUX GAZ PARFAITS
4.1. Loi de joule
4.1.1. Expérience de Joule
Soit deux réservoirs R1 et R2 reliés entre eux par un conduit muni d’une vanne. Dans
l’état initial, la vanne est fermée, le réservoir R1 contient une masse m1 de gaz à la
température T1 et le réservoir R2 est vide.

R1,m1,T1
R1

R2

R1,m1,T1
R1

R2

Parois
Vanne
Etat final
Etat initial
L’ensemble des parois est adiabatique. Appliquons le premier principe au système
fermé R1∪ R2 constitué du gaz contenu dans le réservoir.
En réalisant une détente d’un gaz dans le vide (le gaz se trouvant dans des conditions
proches de celles d’un gaz parfait : faible pression), joule constate que :
• La vanne ne fournit pas de travail et le gaz ne développe aucun travail, donc (W=0) ;
• Parois adiabatiques (Q=0), il n’y a pas d’échange de chaleur (gaz) avec l’extérieur.
D’où : ∆U=Uf - Ui=W+Q=0⇒ Uf = Ui ⇒ m1Uf = m1Ui , D’où : mcV Ti+Wi= mcV Tf+Wf ⇒ :
Ti= Tf
• Joule constate que la température reste constante : d’où : ∆U=0⇒U=constante ; or, la
pression et le volume du gaz varient. Ceci le conduit à conclure que l’énergie interne
du gaz supposé parfait ne dépend pas de la pression et du volume. Donc,
certainement elle ne dépend que de la température : U=f(T) pour un
gaz parfait.
• Energie interne
U = Q + W ⇒ U = Q − PV ⇒ dU = dQ − PdV − VdP

ET

Qtotale = ncv ∆T + QL

⇒ dU = Cv dT + Lv dV − pdV − VdP ⇒ dU = Cv dT + ( Lv − p)dV avec Lv = p dU = Cv dT = ncv dT



Enthalpie

H = U + PV ⇒ dH = dU + PdV + VdP = dQ + dW + PdV + VdP = C p dT + L p dP − PdV + PdV + VdP

dH = C p dT + ( L p + V )dP avec L p = −V ⇒ dH = C p dT = nc p dT

4.1.2. Application aux transformations de base
D’après la loi de Joule, pour le gaz parfait, U=f(T), alors si T= constante ⇒
U=constante; d’où: ∆U=0. Premier principe: W+Q= ∆U=0⇒ Q=-W.
4.1.2.1. Transformation isochore
Pour une transformation isochore : δW=0, d’où : dU=δQv, Qv : chaleur à volume
constant. Or on a : δQv=ncvdT, cv : chaleur molaire du gaz.
⇒ dU= ncvdT, d’où : ∆U= ncv∆T= ncv(T2-T1)
Puisque ∆U ne dépend pas de la nature de la transformation, l’expression précédente
(∆U= ncv(T2-T1)) est alors valable pour tout type de transformation de gaz parfait.
4.1.2.2. Transformation isobare
Dans ce cas : P=constante ⇒ W=-P(V2-V1), d’où ∆U=-P(V2-V1)+Qp
⇒ Qp=(U2-U1)+P(V2-V1) ⇒ Qp= (U2+ PV2) - (U1+ PV1); on constante que Qp s’écrit comme
une différence d’une fonction d’état (U+ PV). Cette fonction est appelée Enthalpie notée H.

4

Résumé de cours présenté par Mr MOUSSACEB

D’où : dH=δQp or Qp=ncpdT⇒ dH=ncpdT ⇒ ∆H= ncp(T2-T1). De la même manière que ∆U,
la variation d’enthalpie ne dépend pas de la nature de la transformation. On là calculera
toujours par l’expérience : ∆H= ncp(T2-T1).



Relation de MAYER
On a : H=U+PV ⇒ dH=dU+d(PV) et PV=nRT ⇒ dH=dU+nRdT
D’où : ncpdT=ncvdT+nRdT, (cv et cp : chaleur molaire)⇒ cp - cv = R , si :cv et cp sont des
chaleurs massiques : cp - cv = r .
On définit le rapport : γ =

cp
cv

, appelé coefficient de Desormes.

Remarque :
Considérons n moles (ou m grammes) d’un corps. Selon les unités de capacités
thermiques, on peut définir :
• Cp : Capacité calorifique totale (J.K-1) ;
• c p : Capacité calorifique molaire (J.mol-1.K-1) ;



-1

-1

c 'p : Capacité calorifique massique (J.g .K ) ;

Elles sont reliées par la relation suivante : C p = nc p = mc 'p , idem pour Cv.
4.1.2.3. Transformations isobare, isochore, isotherme et adiabatique
Représentation dans un diagramme de CLAPEYRON (P ,V) et calcul de W, Q, ∆U et
∆H.
P
4.1.2.3.1. Transformations isobare
T1
dP=0, W12=-PdV
T2
Diagramme de CLAYPERON :
Calcul :
Etat initial

Etat final
2
1
P
(T2,V2,P2=P1=P)
(T1,V1,P1)



δW = − PdV ⇒ W = ∫v 2 PdV = − P[V ] = − P(V2 − V1 )
1
v
v2

v

W<0

V

1

W = P (V1 − V2 )



V1

V2

T2

dU = ncv dT ⇒ ∆U = ncv ∫ dT = ncv [T ]TT2 ⇒ ∆U = ncv [T2 − T1 ]
1
T1



T2

dH = nc P dT ⇒ ∆H = nc P ∫ dT = ncP [T ]TT2
T1

1

⇒ ∆H = ncP [T2 − T1 ]

• QP = ncP [T2 − T1 ]
4.1.2.3.2. Transformations isochore
dv=0 , W12=0
Diagramme de CLAYPERON :
Etat initial

Etat final
(T1,V1,P1)
(T2,V2=V1,P2)
Calcul :
• ∆U=Q12+W12
• V1=V2=constante ⇒ dV=0 ; d’où : W=0
• ⇒∆U=Q12….(1)


T2

P
2

P2

P1

T2
T1

1
V1= V2

V

dU=ncvdT⇒ ∆U = ncv ∫ dT ⇒ ∆U = ncv [T2 − T1 ] ? avec cv≠cv(T)
T1

5

Résumé de cours présenté par Mr MOUSSACEB

T2

dH=ncpdT⇒ ∆H = nc p ∫ dT ⇒ ∆H = nc p [T2 − T1 ] Avec, c p ≠ c p (T )



T1

(1)….. ⇒ QV = ∆U = ncv [T2 − T1 ]



P

4.1.2.3.3. Transformations isotherme
T=constante⇒ dT=0
Diagramme de CLAYPERON :
Etat initial

Etat final
(T1,V1,P1)
(T=T2=T1,V2,P2)



Soit : P =

2
P2

Cons tan te
, Heperbole
V



W = − ∫ PdV
V1

V2

V1

⇒ W12 = −nRT [LnV ]VV2
⇒W = − ∫
dV ⇒ W12 = − ∫ nRT
1
V
V
V1
V1

⇒ W12 = nRTLn

nRT

dH = nc P dT ⇒ ∆H = 0

V

V2

dV

; loi de Joule.
T



T

V1
P
Où : W12 = nRTLn 2
V2
P1

∆U = ncv dT ⇒ ∆U = 0



V2

1

P1

Calcul :
V2

W>0

V2

nRT
dV = 0
V1 V

∆U = Q12 + W12 = 0 ⇒ dU = δQ + δW ⇒ ncv dT = δQ − PdV = 0 ⇒ ∫ ncv dT = Q12 − ∫
T
V2

nRT

V

⇒ Q12 = ∫
dV d’où : Q12 = nRTLn 2 , Avec Q12 = −W
V1
V1 V
4.1.2.3.3. Compression adiabatique réversible
Etat initial

Etat final
(T2,V2, P2)
(T1,V1,P1)
• La transformation adiabatique est caractérisé par : δQ = 0 , il en résulte : dU = δW

⇒ ncv dT = − PdV ⇔ ncv dT + PdV = 0 .................(1) , On a aussi : c p − cv = R et γ =
c p = R + cv ,

tire :
γ=

R + cv
cv

⇒γ =

et

on

remplace

dans

l’expression

de

cp
cv

, on

gamma :

R
R
+ 1 ⇒ cv =
...................( 2 )
cv
γ −1

Par suite (1) et (2) ⇒ n

R

γ −1

dT + PdV = 0...............( 3) et

pour un gaz parfait : PV = nRT

d’où : d(PV)=nRdT ⇔ PdV+VdP=nRdT….(4).
(3)



et



(4)

1

γ −1

( PdV + VdP ) + PdV = 0 ⇒ PdV + VdP + γPdV − PdV = 0 ⇒

VdP + γPdV = 0

dP
Dv

= 0 C ' est la différentielle log arithmique de la relatio : PV γ = cons tan te
P
V

¾ Démonstration :
P2

V2

P2

V2

P
V
∫ + γ ∫ V = 0 ⇒ ∫ P = −γ ∫ V ⇒ [LnP ]P12 = −γ [LnV ]V12 ⇔ [LnP2 − LnP1 ] = γ [LnV1 − LnV2 ]
P1 P
V1
P1
V1


Ln
P2

dP

dV

dP

dV

P2
V
P
P
V
V
= γLn 1 ⇔ Ln 2 = Ln( 1 )γ ⇒ 2 = ( 1 )γ ⇔ P2V2γ = P1V1γ = PV γ = Cons tan te ;
P1
V2
P1
P1
V2
V2

dP

V2

Ou

bien :

dV

γ
γ
γ
∫ = −γ ∫ V ⇒ LnP = −γLnV + Cst ⇒ LnP + LnV = Cst ⇒ Ln( PV ) = Cst ⇒ ⇒ PV = Cst
P1 P
V1

6

Résumé de cours présenté par Mr MOUSSACEB

¾ Autre point :
• dU = δQ + δW , avec δQ = 0 ⇒ dU = − PdV
⇒ Cv dT = − nRT

dV
dT
dV
⇔ Cv
= (Cv − C p )
;
V
T
V

V2
⎡T ⎤
dT
dV
⇒ Cv ∫
= (Cv − C p ) ∫
⇒ Ln ⎢ 2 ⎥
T1 T
V1 V
⎣ T1 ⎦
T2

Cv

⎡V ⎤
= Ln ⎢ 2 ⎥
⎣ V1 ⎦

Avec : R = c p − cv et C p = nc p et Cv = ncv

Cv −C p

⎡ T ⎤ ⎡V ⎤
⇒⎢ 2⎥=⎢ 2⎥
⎣ T1 ⎦ ⎣ V1 ⎦

1−

Cp
Cv

⎡ T ⎤ ⎡V ⎤
⇒⎢ 2⎥=⎢ 2⎥
⎣ T1 ⎦ ⎣ V1 ⎦

1− γ

⇔ T1V1γ −1 = T2V2γ −1 = TV γ −1 = Cst
¾ Nous avons aussi :
dV
dP
dV
dV
1 dP

=0⇒
=−
........(..1..) , d’autre part : dU = − PdV et Cv dT = −nRT
....(2.)
P
V
V
V
γ P



⎡P ⎤
1 dP
dT C p − Cv dP
T
⇒ Cv
=
⇔ 2 =⎢ 2⎥
(1) et (2) ⇒ Cv dT = nRT
γ P
γ
T
P
T1 ⎣ P1 ⎦

¾ Diagramme de CLAYPERON :
Calcul :
• ∆U = Q12 + W12 ⇒ Cv ∆T = 0 + W12 , Q12 = 0
• ∆U = ncv ∆T = ncv (T2 − T1 )
• ∆H = nc p ∆T = nc p (T2 − T1 )

γ −1
γ

1−γ

⇔ T1P1

γ

1−γ

= T2P2

γ

1−γ

=T P

γ

= Cst

P
2

P2

W>0

¾ Travail d’une transformation adiabatique réversible

T2

1. A partir de l’expression du premier principe

Adiabatique : Q = 0 ⇒ W = ∆U = ncv (T2 − T1 ) et d ' autre part
cv =

⇒W =

R

γ −1

⇒W = n

R

γ −1

(T2 − T1 ) =

1

γ −1

1

P1

(nRT2 − nRT1 )

V1

T1

V2

V

1
1
(nRT2 − nRT1 ) et PV = nRT ⇒ W =
( p2V2 − P1V1 )
γ −1
γ −1

2. A partir de l’expression intégrale
V2

γ

W = − ∫ pdV et PV = Cst = A ⇒ p =
V1

⇒W = −

[

]

[

A


V2

⇒W = − ∫

]

A

V1 V

γ

V2

dV = − A ∫ V

[

V1

A
1
1
V21−γ − V11−γ =
AV11−γ − AV21−γ =
P1V1γ V11−γ − P2V2λV21−γ
1− λ
1− λ
1− λ

−γ

V

⎡ 1
⎤ 2
dV = − A⎢
V 1− γ ⎥
⎣1 − γ
⎦V1

]⇒ W = 1 −1 λ [PV

1 1

− P2V2

]

P2V2 − P1V1
γ −1
Remarques :
1.
La variation de l’énergie interne et de l’enthalpie est nulle dans trois cas particulier : pour
un système isolé (W=0 et Q=0), pour un cycle et pour une transformation isotherme.
2.
la capacité calorifique à pression constante (cp) et à volume constant (cv) dépendent
généralement de la température : cp=cp(T) et cv=cv(T), d’où les expressions de ∆U et ∆H pour un

⇒W =

T2

T2

T1

T1

gaz parfait : ∆U = ∫ cv dT ET ∆H = ∫ c P dT
ère

3.

1

principe : dU = δQ + δW , ∆U = W + Q

4.

δW = − pdV , W = − ∫ pdV

V2

Réversible

V1

5.

7

Gaz Parfait : U = f (T ), dU = ncv dT et dH = nc p dT

Résumé de cours présenté par Mr MOUSSACEB



Télécharger le fichier (PDF)









Documents similaires


chapitre 2 premier principe de la thermodynamique
serie3 thermo aero
serie3 thermo cpst 2016
chap6
serie  de  thermo   n 2  2019
exercice de revision 2

Sur le même sujet..